Apprendre de la guerre de Sécession avec V. Bernard

Il y a quelque chose d’incongru à rendre compte d’un ouvrage traitant d’un conflit dont on ignore tout, en l’occurrence la guerre civile américaine. C’est pourtant ce à quoi j’entends m’atteler dans ces quelques lignes avec cette recension de la belle synthèse que propose chez Passés Composés V. Bernard[1]. Ouvrage de facture classique, accordant une large place à la scansion des combats, ce livre s’illustre par quelques pages de haute volée replaçant la guerre de Sécession dans une histoire beaucoup plus globale, celle du warfare. Ce sont d’ailleurs ces dernières qui justifient que ce carnet de recherche présente ce volume, les liens entre la péninsule armoricaine et les acteurs de ce conflit étant à ma connaissance nuls, à l’exception peut-être de l’engagement aux côtés de l’Union d’un Régis de Trobriand aux ascendances bretonnes et sur lequel nous reviendrons d’ailleurs ultérieurement[2].

Le lecteur pourra de prime abord être déconcerté par la narration proposée par ce livre, cheminement collant fidèlement à la chronologie et donnant l’impression d’une certaine forme d’impressionnisme. Or là n’est ni plus ni moins qu’un reflet fidèle de la nature même du warfare qui s’exprime lors de la guerre de Sécession : en effet, ce conflit totalise « 10 500 épisodes militaires distincts, du simple accrochage à la grande bataille rangée, soit 7 engagements par jour » (p. 385). On est donc loin des fronts continus qui peuvent s’observer pendant la Première Guerre mondiale, ou même pendant la guerre de 1870 où l’action est me semble-t-il plus circonscrite d’un strict point de vue géographique. Pour autant, de la même manière que l’Entente ne parvient à réaliser le commandement unique qu’au printemps 1918, c’est-à-dire avec le couteau sous la gorge, l’Union peine à mettre en œuvre une conduite de la guerre coordonnant « les différents théâtres d’opération plutôt qu’une succession d’initiatives régionales décousues » (p. 274). Et V. Bernard de noter, à propos de l’hiver 1864 : « Jamais une offensive coordonnée sur l’ensemble des théâtres d’opération n’a été envisagée, alors que les communications par télégraphe et les mouvements par chemin de fer ou par voie maritime ou fluviale offrent des possibilités inconnues lors des conflits précédents » (p. 297). Autrement dit, disposer d’une technologie est une chose, l’employer en est une autre…

Autre archaïsme qui frappe à la lecture de cet ouvrage, la permanence des indisponibles et notamment des malades : une réalité qui renvoie assurément plus aux armées de Napoléon que celles de Joffre. Frappant est également le fait que la Confédération ignore la remonte (p. 239) :

« Un cavalier est généralement propriétaire de son cheval, ce qui est d’abord un atout tactique, chacun connaissant parfaitement sa monture. Mais une fois celle-ci épuisée, blessée ou tuée, et son cavalier mis à pied, le verdict est implacable : transfert dans l’infanterie. »[3]

Les indices de modernité que recèle la guerre de Sécession ne manquent en revanche pas et c’est du reste ce qui fait de l’ouvrage de V. Bernard un volume absolument passionnant. Passons rapidement sur l’élection d’Abraham Lincoln à la Présidence, victoire au nombre de grands électeurs et non à la totalité des suffrages exprimés qui n’est pas sans rappeler certains scrutins du début du XXIe siècle (p. 48) : que l’on considère archaïque ou non ce système, force est de constater qu’il perdure. Passons également sur la mobilisation industrielle, absolument remarquable (p. 225 notamment) et qui n’a semble-t-il d’égale que son volet financier : en 1863 les ministères de la Guerre et de la Marine absorbent 92% des dépenses de l’Union (p. 253). Moins connu est en revanche le « début de féminisation et de modernisation des services sanitaires aux armées » qui faut suite à la bataille de Bull Run/Manassas (21 juillet 1861). Une évolution qui s’observe au Nord mais aussi, même si dans une moindre mesure, au Sud (p. 112-113). Cette attention accrue accordée à la santé des troupes est semble-t-il particulièrement prégnante au sein de l’armée du Potomac du général McClellan, celle-ci cherchant à lutter contre l’ennui et le désœuvrement des hommes en encourageant notamment la pratique du sport, et tout particulièrement du baseball (p. 156). Là encore, cette manière de prendre soin des rangs semble annoncer la Grande Guerre.

En quelques pages absolument splendides, V. Bernard dépeint la réalité du warfare de la guerre de Sécession. Décrivant un combat où le corps à corps et l’assaut à la baïonnette sont déjà exceptionnels – ce qui permet de mettre en perspective bien des controverses sur la Grande Guerre – il dresse le tableau d’une ligne de feu évoluant lentement, parfois même écrit-il de manière « statique » (p. 168). À cet égard, le mouvement des XIe et XIIe corps de l’Union à l’automne 1863 vers Chattanooga constitue un tournant notable : « 20 000 hommes, 10 batteries d’artillerie et 3 000 chevaux transférés d’un seul tenant, avec quatre changements de ligne successifs, pour un trajet de plus 1 800 kilomètres prenant, selon les unités, entre cinq et neufs jours » (p. 291). Dès lors, ne faut-il pas voir dans ce facteur temps, dans la célérité du combat, ce qui fait fondamentalement la guerre du XXe siècle ? Le sac de Fredericksburg, le 13 décembre 1862, est à cet égard fascinant : si l’assaut est donné après une préparation d’artillerie menée par 147 pièces, le bombardement étant réglé au moyen de lignes télégraphiques permettant aux batteries de communiquer avec les états-majors, l’infanterie de l’Union se brise sur des défenses confédérées qui semblent préfigurer le « système tranchées » défini par l’historien F. Cochet pour la Grande Guerre (p. 234). Coïncidence ou pas, V. Bernard évoque même à propos du printemps 1864 une « stratégie de grignotage »… (p. 337).

Dessin du sous-marin confédéré CSS H.L. Hunley par R. G. Skernett (1902). Wikicommons.
Dessin du sous-marin confédéré CSS H.L. Hunley par R. G. Skernett (1902). Wikicommons.

Moderne est aussi par bien des égards, même s’il convient toutefois de ne pas en exagérer la portée, la dimension navale de la guerre de Sécession. On pense ainsi aux cuirassés armés de tourelles d’artillerie pivotant à 360° comme le Monitor (p. 137) mais aussi au CSS H.L. Hunley, premier submersible militaire mis au point par la Confédération (p. 138 et p. 288). Pourtant, cette technicité accrue souligne un intéressant paradoxe puisque le blocus que mène la marine du Nord sur les ports du Sud n’est en rien une pratique moderne…

À terre, un seuil décisif dans la radicalisation du conflit est franchi le 28 mars 1862 quand Jefferson Davis présente au Congrès confédéré ce qui constitue une véritable révolution, la première loi de conscription nationale jamais édictée dans le pays, seules quelques mesures locales pour garnir les rangs de la milice ayant jusqu’ici émaillé les conflits précédents » (p. 160). C’est le début d’un redoutable engrenage qui amène V. Bernard à affirmer que (p. 162-163)

« la mobilisation sera presque totale, ne trouvant d’équivalent que dans celles des nations européennes de la Première Guerre mondiale. On calculera par exemple que, virtuellement, la quasi-totalité de la population masculine blanche de Caroline du Nord en âge de porter les armes – 130 000 hommes au recensement de 1860 – aura servi la Confédération à un titre ou un autre. »

Ce sont bien évidement des nécessités d’ordre démographique, en un mot comme en mille l’ampleur des pertes, qui obligent à de telles mesure. Pour illustrer cette réalité, V. Bernard donne l’exemple du 14e régiment du Tennessee, unité qui à la fin du conflit témoigne d’un taux d’usure de plus de 97% (p. 228). Un tel chiffre ne peut bien évidement que frapper même si, malheureusement, il est impossible de produire semblable statistique pour une unité comme le 29e régiment de mobiles du Maine-et-Loire, celle du futur président du Conseil général de Loire-Inférieure Léon Jamin, puisque les archives ne le permettent pas. En revanche, on sait que ce taux est environ trois fois plus important pour le 47e RI qui prend part à la Première Guerre mondiale, à la différence près que contrairement à 1870 les pertes sont essentiellement causées par le feu, et non plus la maladie[4]. À une échelle macrohistorique cette fois, les chiffres sont tout aussi impressionnants et invitent là aussi à certaines comparaisons (p. 385) :

« Cinq cents morts par jour pendant 1 500 jours, dans les hôpitaux, sur les champs de bataille, ou dans les camps de prisonniers. Voilà ce qu’est aussi, pour la jeune nation américaine le bilan de sa grande guerre. »

La question de la conscription est intéressante à plus d’un titre. En effet, on sait combien celle-ci est imposée avec difficulté aux États-Unis pendant la Grande Guerre, Wilson craignant les conséquences d’une décision soufflant sur les braises encore chaudes – à peine 50 ans séparent en 1917 les deux conflits – de la guerre de Sécession. On comprend dès lors, par ricochet, pourquoi la mémoire d’un Régis de Trobriand, pour rester dans une perspective strictement bretonne, n’est pas réactivée alors que celle-ci, de prime abord, aurait très bien pu convenir aux impératifs d’un conflit postulant le combat de la « civilisation » et du « droit » sur la « barbarie ». Outre que les États-Unis sont encore ségrégationnistes, et le restent jusqu’aux années 1960, le danger est trop grand d’attiser les haines d’antan. On sait d’ailleurs que l’une des premières mesures prises à la suite de l’entrée en guerre du pays est la refonte de la numérologie régimentaire : certaines unités d’une même division ont en effet pu être adversaires lors de la guerre civile…[5]. Mais, là encore, les armées ne sont qu’un révélateur de réalités qui dépassent de très loin le strict cadre militaire. Que l’on songe pour s’en convaincre à ces propos de V. Bernard qui rappelle que « la Confédération sudiste a bel et bien eu une dimension au moins proto-nationale qu’on ne saurait nier, constituant pendant quatre années les prémices d’une nation sudiste organisée, assise sur un modèle de société et un espace géographique bien définis à défait d’être parfaitement nets » (p. 18). Du port de l’uniforme comme matérialisation de la citoyenneté, une réalité aujourd’hui très largement perdue de vue alors qu’elle est une dimension essentielle de la première partie du XXe siècle.

Il y a enfin quelques constantes qui émergent de cette guerre de Sécession qui éclate dans un pays, les États-Unis, passablement peu armés. En 1860, si l’on fait exception de quelques milices, l’armée régulière se limite à 15 000 hommes et moins de 300 pièces d’artillerie (p. 60). Or la croissance exponentielle des rangs à la faveur du conflit ne fait que rendre plus sensible la question de l’encadrement, soulignant par la même occasion toute la technicité de la guerre : « trouver, ou tout au moins sélectionner, des cadres aptes à remplir toutes les fonctions militaires essentielles à tous les niveaux de la hiérarchie s’avère une difficulté pour le Nord, une quête impossible pour le Sud » (p. 92). Une réalité à laquelle se heurtent de plein fouet les armées de la République en 1870… Seul le temps, temps de l’instruction ou de l’expérience chèrement acquise sur champ de bataille, confère les savoir-faire dont il est question ici et V. Bernard avance qu’à l’automne 1862 le conflit entre dans une phase « professionnelle », c’est-à-dire « avec des troupes de plus en plus expérimentées, rompues aux manœuvres et aux fatigues, commandées par des officiers globalement compétents à défaut d’être toujours imaginatifs » (p. 217). De la même manière, la guerre de Sécession illustre l’importance des questions logistiques dans un conflit mobilisant des armées de grande taille. Et l’auteur de préciser que le « le principal écueil des gouverneurs du Nord » en 1861 n’est pas tant de trouver des hommes que « de les équiper et de les armer au fur et à mesure de leur incorporation » (p. 98). Une évidence que ne connaissent, là encore, que trop bien les mobiles de 1870.

Vétérans de la guerre civile américaine, vers 1910. L'homme à gauche est identifier comme étant le laitier Ben Garver. New Cumberland Public Library Local History Room: orgs001.
Vétérans de la guerre civile américaine, vers 1910. L’homme à gauche est identifier comme étant le laitier Ben Garver. New Cumberland Public Library Local History Room: orgs001.

On l’aura compris, la guerre de Sécession que publie V. Bernard est un livre indispensable à plusieurs égards. D’abord parce qu’il concerne un conflit que l’on connaît finalement assez mal en France ; ensuite parce qu’il propose une réflexion des plus stimulantes sur le temps long du warfare, ce qui est malheureusement de plus en plus rare. La guerre civile américaine ne fait d’ailleurs pas faire exception sur ce point : si l’auteur achève son ouvrage en regrettant « l’aversion prévalant chez les historiens académiques pour l’histoire bataille » (p. 384, assertion empruntée à J. Murray), on se rappelle que le bilan scientifique du centenaire de 14-18 tire une conclusion à peu près analogue. Une raison de plus se plonger dans cet ouvrage d’une grande qualité.


[1] Bernard, Vincent, La Guerre de Sécession. La Grande Guerre américaine 1861-1865, Paris, Passés Composés, 2022. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Pour une première approche Ameur, Farid, « Les Français dans la guerre de Sécession, 1861-1865 », Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin, n°33, 2011/1, p. 129-139.

[3] On observera par ailleurs combien cette réalité dit le caractère non spécialisé, non technique, de cette arme. Pour de plus amples développements Le Gall, Erwan, Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, thèse de doctorat en histoire sous la direction de Capdevila, Luc, Rennes, Université Rennes 2, 2019.

[4] Pour de plus amples développements on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, Le 47e régiment d’infanterie…, op. cit.

[5] Frazer, Nimrod T., Les Boys d’Alabama : la Rainbow division et la Première Guerre mondiale, Paris, CNRS éditions, 2016, p. 67-68.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.