Toujours à propos du fait militaire en 1972

10 ans après les accords d’Évian, il n’est pas difficile de voir combien la société française – et pour ce qui m’intéresse dans ces colonnes, bretonne – s’est éloignée du fait militaire. Mais pour saisir ce mouvement de fond, qui débute avec la fin de la guerre d’Algérie et s’achève, fondamentalement, avec la suppression du service national en 1997, il importe de sortir des casernes pour appréhender le corps social dans son ensemble. Cette tendance lourde, en effet, ne peut se comprendre que par le seul prisme de l’uniforme et du kaki de manière générale. C’est en réalité un processus global de civilianisation de la société française qui est à l’œuvre au cours de ce derniers tiers du XXe siècle.

Les armées ne sauraient en effet être les seules touchées par ce mouvement. L’Église est ainsi confrontée à un mouvement tout-à-fait analogue, celui de la montée en puissances des laïcs, par ailleurs bien décrit par Y. Tranvouez dans son dernier ouvrage, essai à mi-chemin entre le bilan historiographique et la confession autobiographique[1]. Plongés dans le sillage de la révolution conciliaire qu’est Vatican II, les catholiques sont en plein tourment comme le rappelle, pour ce qui concerne la Bretagne, l’exemple de Bernard Besret, prieur de l’abbaye de Boquen déposé en 1969 par Rome. Mais bien d’autres éléments, moins visibles médiatiquement mais sans doute plus profondément significatifs, viennent souligner les mutations qui agitent la Bretagne catholique, un modèle certes encore dominant en ce début des années 1970 mais qui n’en est pas moins en crise. Les petits séminaires de la péninsule armoricaine ferment ainsi à tour de bras à partir de la seconde moitié des années 1960 ; une évolution qui doit autant à la montée en puissance des collèges d’enseignement général et secondaire qu’à un rapport à l’autorité qui rend ces établissements en complet décalage avec la société d’alors. Sont ainsi brocardés, pêle-mêle : « isolement, conditions de vie spartiates, discipline rude, accumulation des tâches, surveillance permanente (jusque de l’occupation des vacances), refoulement obsessionnel des pulsions sexuelles, culture du scrupule, écrasement des personnalités, etc. ». Si les petits séminaires perdent des segments assez considérables sur le marché de l’éducation, ils sont en réalité à la mesure d’une Église qui voit grandir le poids des laïcs, notamment par le biais de l’Action catholique. Alors que de moins en moins de prêtres s’affichent en soutane et col romain, cette montée en puissance, corrélée donc à ce qui par bien des égards semble relever d’une sorte d’abandon de l’uniforme ecclésiastique, parait témoigner d’une certaine forme de civilianisation de l’institution. Y. Tranvouez synthétise d’ailleurs ce changement d’une formule renvoyant à une notion sur laquelle on reviendra plus tard dans ce billet : désormais les catholiques

« décident en conscience, et le clergé n’est plus qu’un fournisseur de rites et de cérémonies. Ils étaient des fidèles, les voilà des consommateurs. »[2]

Précisons en outre que 1972, en tant que douzaine de mois appartenant à cette séquence plus vaste que sont les années 1968, participe d’une rupture qui est moins le point de départ d’une évolution que la manifestation éclatante d’une mutation déjà entamée[3]. Il n’y a donc pas lieu d’ériger 1972 en année paradigmatique, et encore moins en un pluriel suggérant un décalage de chronologie entre la péninsule armoricaine et le reste de l’hexagone, comme on a pu le lire en certaines pages.

Vue du séminaire de Quimper, juillet 1963. Collections Musée de Bretagne : 971.0037.4650.
Vue du séminaire de Quimper, juillet 1963. Collections Musée de Bretagne : 971.0037.4650.

À dire vrai, cela fait déjà longtemps que l’uniforme ne fait plus recette. C’est ainsi qu’Y. Tranvouez rappelle, dans l’ouvrage cité plus haut, que lorsqu’ils songent, dans les années 1950, à identifier les « personnes d’influence » de chaque paroisse, curés et recteurs du diocèse de Quimper se tournent spontanément vers les notables que sont les médecins, les pharmaciens ou encore les notaires, mais pas les officiers. Certes, on pourra toujours avancer qu’à cette période le 118e RI est dissout et fait place à un centre de mobilisation. Il n’en demeure pas moins que le contraste avec la première partie du XXe siècle est, du point de vue de la notabilité que confère le galon, tout comme l’ordination du reste, particulièrement frappante[4]. Dans ce complexe processus, il est probable que le poids de certaines amères défaites contribue à décrédibiliser de manière plus ou moins subliminale l’institution militaire. On pense bien évidemment au traumatisme de 1940 mais aussi à ces sortes de confirmations que sont Dien Bien Phu en 1954 et, deux ans plus tard, l’opération Mousquetaire sur Suez. L’uniforme attire alors d’autant moins que s’expriment au même moment des aspirations à plus de liberté, et, là encore, c’est une sorte de chemin parallèle entre la soutane et le treillis qui se dessine. La justification du pluralisme politique en octobre 1972 par l’épiscopat français est à cet égard particulièrement révélatrice. Cette décision ouvre en effet bien des vannes pour les catholiques, et notamment celle d’un glissement à gauche, et plus spécifiquement encore autour de formations comme le PSU dont on connaît par ailleurs le rapport ambigu aux séquences 1939-1945 et 1954-1962 ainsi que les penchants antimilitaristes.

Les repères traditionnels que sont les armées et l’Église se brouillent. À l’instar des 1 500 personnes qui se réunissent à la fin du mois d’avril 1972 à Rennes, les chrétiens sont « en recherche ». Mais il n’y a pas qu’eux tant certains des jalons les plus essentiels de la société vacillent. Dans le cadre ma thèse de doctorat, j’ai non seulement montré combien les poilus ont tendance à appréhender leur expérience militaire par le prisme du travail, assimilant en quelque sorte la guerre à un métier que l’on est contraint d’exercer, mais combien cette culture professionnelle des combattants permet de renouveler les termes des débats liés à l’endurance des sociétés belligérantes[5]. Par métier, il faut ici moins comprendre une activité professionnelle stricto sensu qu’un véritable mode de vie, pour reprendre les termes de l’anthropologue américain R. Redfield[6]. A l’époque, on est en effet paysan comme on est militaire. Cette dualité des identités plonge ses racines dans la nuit des temps, du mythe de Cincinnatus à celui de Nicolas Chauvin, pour forger la référence d’un idéal du soldat-laboureur qui ne survit pas à la guerre d’Algérie[7]. En cause l’issue de ce conflit de décolonisation bien entendu mais aussi bien d’autres facteurs, extérieurs à la sphère militaire ceux-là, à commencer par l’exode rural. Car pour que le mythe du soldat-laboureur puisse exister, encore faut-il qu’il puisse parler à des paysans.

Or en Bretagne, les chiffres sont sans appel. Si l’on compte 71% de ruraux en 1946, contre 47% à l’échelle de l’Hexagone, cette proportion n’est plus que de 57,90% en 1962 et 41,21% en 1982. Le mouvement est non seulement d’une grande ampleur mais d’une rapidité impressionnante, ce qui en creux en souligne la violence. Certains cantons comme Huelgoat ou Carhaix se vident de 20 à 25% de leur population entre 1954 et 1962, soit les bornes chronologiques canoniques de la guerre d’Algérie[8]. Ces chiffres sont encore amplifiés par une réalité démographique de longue tendance bien mise en évidence, en 1969, par G. Le Guen. En effet, les campagnes vieillissent. 42% des exploitants agricoles ont alors dépassé l’âge de 55 ans, ce qui contribue à aggraver le solde migratoire : alors que la Bretagne perd 100 000 individus de moins de 35 ans, principalement au bénéfice de Paris, elle gagne 5 000 retraités[9]. Dans les Côtes-du-Nord, la part de l’emploi agricole chute de 37% à 27% entre 1968 et 1975, tendance qui dit la perte de vitesse du secteur primaire[10]. En Morbihan, la population quitte les terres pour investir les franges littorales, réalité motivée moins par le dynamisme de la pêche ou de l’industrie navale, y compris militaire, que par l’essor exponentiel du secteur tertiaire et, notamment, du tourisme[11]. En Bretagne, entre 1954 et 1962, seulement un cinquième des communes voit sa population croître de plus de 1,5%, certaines comme Brest, Rennes, Redon ou Saint-Malo voyant leur nombre d’habitant augmenter d’environ 20%. En 1975, le taux d’urbanisation dans la région est de 59,11%[12].

Agriculteur, deuxième partie du XXe siècle (cliché Ghislaine de Ficquelmont). Collections Musée de Bretagne : 2017.0015.1824.
Agriculteur, deuxième partie du XXe siècle (cliché Ghislaine de Ficquelmont). Collections Musée de Bretagne : 2017.0015.1824.

Précisons d’ailleurs que cette réalité n’est pas propre à la péninsule armoricaine. En France, si la part de la population urbaine est de 58% en 1954, elle est de 73% en 1973[13]. Conséquence logique de cet exode rural, l’année 1972 est celle d’un processus de fusions de communes en application d’une loi, dite Marcellin du nom de l’emblématique maire de Vannes, adoptée le 16 juillet 1971[14]. Quant à l’agglomération rennaise, elle se dote en 1970 d’un district urbain qui dit bien les profondes mutations géographiques du moment[15]. Là n’est d’ailleurs pas une réalité circonscrite à ce seul territoire. En 1982, 64% des Finistériens vivent dans une « unité urbaine de plus de 2 000 habitants agglomérés », réalité qui cache un mouvement de rurbanisation des campagnes[16]. La trajectoire d’un homme comme Edmond Hervé, dont on connaît l’éloignement de la chose militaire, est à cet égard particulièrement intéressante : fils de métayers de La Bouillie, dans les Côtes-du-Nord, il « monte » à Rennes pour faire son droit avant de s’engager en politique et de devenir, en 1977, le maire du chef-lieu du département d’Ille-et-Vilaine. Remportant lors du même scrutin la commune de Saint-Herblin, Jean-Marc Ayrault – qui est exempté du service national en 1976 – incarne une trajectoire en décalage avec Edmond Hervé mais, finalement, fort complémentaire. C’est en effet son père qui quitte la terre : débutant sa vie professionnelle comme ouvrier agricole, il l’achève comme cadre dans une entreprise textile. Là encore, il est probable qu’une prosopographie plus poussée confirmerait la représentativité de ces profils qui, d’une certaine manière, confirme le poids politique de la ville en ces années 1970. A contrario, 1972 est l’année du décès de Robert de Toulouse-Lautrec : emblématique maire de Mordelles et président du Conseil général d’Ille-et-Vilaine, cet ancien pilote de la Grande Guerre incarne une génération politique dont les liens avec la chose militaire sont autrement plus ténus que ceux qu’entretient celle qui arrive au pouvoir au cours de cette décennie 1910. Surtout, s’il est en 1919 le maire d’un petit bourg rural, sa dernière année de mandat, en 1965, le trouve à la tête d’une commune de la périphérie de Rennes déjà bien insérée dans la géographie métropolitaine[17].

Certes, déjà pendant la Première Guerre mondiale, on peut identifier un réel rapport de forces entre les campagnes et les centres urbains, ceux-ci émergeant déjà comme les lieux véritables du pouvoir. Au sein du 47e RI, par exemple, l’autorité, qu’il s’agisse de celles des officiers ou des sous-officiers, est très majoritairement détenue par des urbains. Là encore, il y a une certaine forme de cohérence institutionnelle puisque cette sociographie des rangs correspond peu ou prou à l’idéal de cette République bourgeoise, qui « sera conservatrice ou ne sera pas » pour reprendre les termes d’Adolphe Thiers, qui nait le 4 septembre 1870[18]. Mais ce modèle est en réalité, et ce de manière fort paradoxale du reste, fragilisé par les profondes modifications que connaît la France de la IVe République d’abord, puis du général de Gaulle et de Georges Pompidou – la tendance ne s’arrêtant pas bien entendu avec la mort de ce dernier. Si l’armée qui émerge de « l’année terrible » est indissociable d’un vaste mouvement de reconstruction articulé autour de la réforme de 1873 et qui s’incarne physiquement, dans l’espace urbain, par l’édification de nombreuses casernes, si le service militaire est à la Belle époque le moment d’une acculturation pour de nombreux ruraux à un mode de vie « moderne » perçu comme étant essentiellement citadin, c’est en définitive lors du triomphe de la ville au cours de ces décennies que l’on a longtemps désigné sous le terme de Trente glorieuses qu’est porté le coup de grâce à ce mythe du  soldat-laboureur sur lequel se base l’institution qu’est la conscription[19]. Dans le même temps, la ville s’abandonne toujours plus, tout au long du XXe siècle, au béton tandis que disparait l’agriculture urbaine. Ceintures maraîchères ou vacheries citadines ont complètement disparu en 1972 tandis que les jardins ouvriers, s’ils subsistent à la portion congrue, sont avant tout le marqueur d’un prolétariat qui doit en passer par l’autosubsistance faute d’appartenir pleinement à la société de consommation[20].

Des bureaux dans le quartier Foch, 28 novembre 1863. Collections Musée de Bretagne : 2014.0021.1913.1.
Des bureaux dans le quartier Foch, 28 novembre 1863. Collections Musée de Bretagne : 2014.0021.1913.1.

Sans doute y a-t-il d’ailleurs là une clef décisive de compréhension du processus de civilianisation de la société bretonne – et française – qui explique pour une large part ce décrochage du fait militaire. La seconde partie du XXe siècle est le moment d’une spécialisation des pratiques culturales et, par ricochet, d’une baisse tendancielle de l’autoconsommation au sein des fermes[21]. En d’autres termes, le paysan, qui cesse du reste de l’être pour se muer en exploitant agricole, doit lui aussi en passer par l’épicerie, puis l’hypermarché pour se nourrir. Or cette évolution n’est pas qu’économique puisqu’elle s’accompagne d’une reconfiguration culturelle, autrement dit d’une victoire de l’identité de consommateur qui s’effectue, encore une fois, au détriment du mythe du soldat-laboureur. Existe-t-il en effet quelque chose de plus éloigné de la société de consommation que l’existence que l’on mène à la caserne, lors du service national ? Dans le même ordre d’idée, il y aurait aussi beaucoup à dire à propos d’une société de plus en plus gagnée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale à l’individualisme, notion qui est consubstantiellement opposée au fonctionnement des armées…

Autre élément à prendre en compte, l’éducation et, en conséquence, l’élévation de l’âge minimal pour travailler. On sait que dans les années 1920 l’écrasante majorité des enfants quitte « l’école à 12 ans pour rejoindre l’exploitation familiale ou se louer dans les fermes avoisinantes »[22]. Tel n’est bien évidemment plus le cas en 1972. De la réforme Berthoin du 6 janvier 1959 qui porte l’obligation scolaire à 16 ans à la loi Haby de 1975 qui crée le « collège pour tous », en passant par la fixation de la rentrée scolaire, en 1981, au début et non plus à la fin du mois de septembre, la France connaît au cours de la seconde moitié du XXe siècle une série de mesures qui séparent le rythme scolaire du calendrier agricole et disent, d’une certaine manière, l’éloignement de la terre. Ceci n’est d’ailleurs pas propre à l’École du reste. L’historien P. Harismendy rappelle ainsi qu’à Rennes Citroën prend le parti d’instaurer un rythme de travail permettant aux ouvriers de conjuguer labeur industriel et agricole tandis qu’à Saint-Brieuc, les fonderies Sambre-et-Meuse sont contraintes de fermer en août, non du fait des congés payés mais des tâches que requièrent les champs[23]. Dans le même temps, les filières d’enseignement agricole sont de plus en plus déconsidérées au profit d’autres préparant, notamment, aux métiers du tertiaire, consubstantiels à l’ère urbaine. Pourtant, la machine de la massification de l’enseignement supérieur semble – déjà – se gripper et Paul Férec s’inquiète en septembre 1971, dans Le progrès de Cornouaille qu’il dirige, du « chômage des intellectuels », jusqu’à poser la question – encore aujourd’hui taboue, d’un numerus clausus dans certaines filières universitaires, à l’instar de ce qui se pratique en médecine :

« Citons encore le traditionnel problème d’orientation des Littéraires ou des Juristes aux effectifs pléthoriques, par rapport aux besoins réels du marché de l’emploi. Dans ces cas de figure, la carrière du professorat ne peut plus constituer la cible minima, étant donné le retour à la normale dans ce secteur. »[24]

C’est en vérité un fossé de générations qui se dessine ici, entre d’une part une jeunesse de plus en plus éloignée du kaki et d’autre part des passés qui ne passent pas, pour reprendre une formule célèbre[25]. Il y a d’abord cette interminable sortie de guerre d’Algérie dont les séquelles sont encore clairement perceptibles en ce début des années 1970, y compris en Bretagne[26]. C’est ainsi par exemple que les services préfectoraux communiquent au début du mois de septembre 1971 que « les Français d’Outre-Mer propriétaires de biens définitivement abandonnés en Algérie, ou leurs héritiers ne disposent plus que d’un délai de deux mois expirant le vendredi 5 novembre 1971 au plus tard, pour établir leur dossier d’indemnisation ». Preuve que cette interminable sortie de guerre s’ancre dans des réalités très concrètes, l’administration fait savoir qu’il « leur est instamment recommandé de se hâter et de ne pas attendre les dernières semaines pour déposer, en masse, leur dossier, créant ainsi un encombrement préjudiciable à l’étude de leur demande d’indemnisation »[27]. Pour autant, les combats d’un Jacques Galaup contre la guerre d’Algérie et la torture s’éloignent irrémédiablement et il n’est pas certain qu’ils parlent à une jeunesse obnubilée par les rizières vietnamiennes. D’ailleurs, dans les années 1970, sa carrière politique apparaît en déclin par rapport au lustre des années 1960.

Scène de caserne à Dinard, sans date. Cliché de Sigismond Michalowski. Collections Musée de Bretagne : 986.0028.512.
Scène de caserne à Dinard, sans date. Cliché de Sigismond Michalowski. Collections Musée de Bretagne : 986.0028.512.

On pourrait évoquer également, bien évidemment, cette Seconde Guerre mondiale qui n’en finit pas d’hanter les consciences et, plus encore, de susciter des interrogations : « Papa, maman… et vous qu’avez-vous fait pendant l’occupation ? » pour résumer hâtivement. Ce miroir du résistancialisme qui se brise a été fort bien décrit par H. Rousso et il n’est pas utile d’y revenir ici plus en détail sauf à rappeler combien ce mouvement s’articule en préambule de 1972 : la mort du général de Gaulle le 9 novembre 1970, la sortie du Chagrin et la Pitié en 1969 puis son boycott par l’ORTF, qui refuse d’en acheter les droits et de le diffuser, à partir de 1971, ce jusqu’à 1981, l’esclandre le 13 décembre 1971 de Maurice Clavel sur le plateau d’À armes égales, scène dans toutes les mémoires qui suit de quelques jours la grâce présidentielle accordée par Georges Pompidou au milicien Paul Touvier, la parution enfin en 1972 aux États-Unis, l’année suivant en France, de La France de Vichy de R. Paxton[28]. Le pacifisme, et sa traduction quasi mécanique, l’antimilitarisme, est dans le même temps sur toutes les lèvres. C’est ce que rappellent maints éléments, comme le programme, par exemple, des « forums-débats » organisés tous les mois au Palais des Arts et de la Culture de Brest à l’occasion de la saison 1971-1972. Celle-ci s’ouvre ainsi en octobre 1971 sur le thème « Responsabilité des hommes devant la guerre » pour se prolonger en avril 1972 par une réflexion sur le thème de l’interdiction de la guerre[29]. Mais le paradoxe est que, dans le même temps, les traces physiques de la Seconde Guerre mondiale sont encore en bien des endroits clairement perceptibles dans le tissu urbain. C’est ce dont témoignent notamment les baraques des nombreuses cités d’urgence qui, bien que conçues comme étant provisoires à la Libération, durent et ce faisant continuent de dilater le temps des conflits[30].

Il ne faudrait pour autant pas en conclure à une société démilitarisée, bien au contraire. Encore une fois, ce qui s’observe à cette période est le début d’un processus qui ne s’achève qu’à la fin du XXe siècle avec l’abandon de la conscription. Les armées sont encore très présentes en Bretagne en cette année 1972, à telle enseigne qu’il est difficile d’en faire une cartographie précise. À Brest et Lorient, les mouvements des bâtiments de la Royale rythment la vie de la rade tandis qu’à Nantes et Saint-Nazaire les commandes de la Marine nationale continuent de donner le la de chantiers navals en crise depuis les années 1950[31]. À Larmor-Plage, dans les années 1970, aucun estivant ne s’étonne de voir un sous-marin entrer en plein mois d’août dans le chenal, sous la citadelle de Port-Louis : au contraire les submersibles font partie du paysage. Si à Landivisiau et Ploemeur – Lann Bihoué – ce sont les bases aéronavales qui constituent de véritables poumons pour les économies locales, à Coëtquidan, Meucon et à Saint-Aubin d’Aubigné – La Lande d’Ouée – ce sont les camps de l’Armée de terre qui hébergent chaque année les exercices de milliers de militaires. À l’exemple de Rennes, le ministère de la Défense reste un acteur foncier incontournable comme le rappelle l’historien M. Denis dans un article publié en 1973 :

« Concrètement, le siècle qui s’écoule de la Monarchie de Juillet à la deuxième guerre mondiale est marqué par la construction à neuf d’une série d’imposants quartiers militaires : c’est d’abord le Colombier – ancien couvent de Visitandines – cédé en 1833 par la municipalité qui renonce, malgré les grands travaux déjà accomplis, à en faire une maison de réclusion ; puis c’est la caserne de Guines (appelée ultérieurement quartier Foch), la caserne Mac-Mahon (mise en chantier en 1886), la caserne Margueritte (construite au XXe siècle). L’extraordinaire développement de l’arsenal, qui passe de 6 à 121 hectares pendant la même période, témoigne d’un essor également marginal au point de vue économique puisque l’apogée de cet établissement se situe en 1917 avec la production de 400 000 douilles pour canon de 75 mm […]. »[32]

Certes, en 1972, l’arsenal est en crise depuis déjà plusieurs années et n’a assurément plus le lustre d’antan. L’Arsenal-ville, trop vétuste, est fermé à la fin des années 1960 et les activités rapatriées à la Courrouze, où l’on construit un centre de sélection en 1976[33]. Mais il n’en demeure pas moins que cette institution dit bien le lien étroit tissé entre la ville et l’Armée, de terre en l’occurrence, lien qui est alors loin d’être rompu. Cette réalité n’est bien entendu pas propre au chef-lieu du département d’Ille-et-Vilaine et se retrouve dans bien des communes bretonnes. À Gâvres, par exemple, les dunes sont préservées par le polygone de tir et les restrictions de circulation qu’une telle installation impose. Ce sans compter que les casernes des villes de garnison continuent d’accueillir pour leur service national les appelés du contingent. À Lanvéoc-Poulmic, dans le Finistère, l’École navale reçoit chaque année des dizaines de nouveaux élèves, de même qu’à Brest les écoles des Mousses et de Maistrance. À Brest et Lorient, ce sont les hôpitaux militaires Clermont-Tonnerre et Gaston Calmette qui, encore en 1972, reçoivent de nombreux patients et rappellent la présence dans la péninsule armoricaine du Service de santé des armées.

Vue de l'Ecole navale, carte postale. Musée de Bretagne : 980.0018.240.
Vue de l’Ecole navale, carte postale. Musée de Bretagne : 980.0018.240.

On le voit donc, la présence des armées reste encore très importante dans le quotidien des Bretons et des Bretonnes du début des années 1970. Se focaliser sur l’année 1972 n’est pas postuler une rupture franche, nette, abrupte mais opérer une sorte de biopsie historique pour saisir un processus se déroulant sur le temps long du dernier tiers du XXe siècle. Une mutation fort complexe dont les moteurs sont à la fois politiques, économiques et culturels. Une évolution qui, surtout, ne concerne pas que les armées mais qui révèle une civilianisation de plus en plus accrue de la société dont son ensemble, ce dont témoigne en parallèle l’Église.


[1] Tranvouez, Yvon, L’Ivresse et le vertige. Vatican II, le moment 68 et la crise catholique, Paris, Desclée de Brouwer, 2021.

[2] Ibid., p. 12

[3] Sur les années 1968 en tant que concept consulter Dreyfus-Armand, Geneviève, Frank, Robert, Lévy, Marie-Françoise, Zancarini-Fournel, Michelle (dir.), Les année 68 : le temps de la contestation, Paris-Bruxelles, Complexe, 2000.

[4] Le Gall, Erwan, « De la prosopographie dans le cadre d’une monographie régimentaire : l’exemple du 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale », in Bougeard, Christian et Prigent, François (dir.), La Bretagne en portrait(s) de groupe. Les enjeux de la méthode prosopographique (Bretagne, XVIIIe-XXe siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016, p. 303-314.

[5] Le Gall, Erwan, Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, thèse de doctorat en histoire sous la direction de Capdevila, Luc, Rennes, Université Rennes 2, 2019.

[6] Redfield, Robert, Peasant Society and Culture. An Anthropological Approach to Civilization, Chicago, The University of Chicago Press, 1956, p. 27.

[7] De Puymège, Gérard, Chauvin, le soldat-laboureur. Contribution à l’étude des nationalismes, Paris, Gallimard, 1993.

[8] Minois, Georges, Nouvelle histoire de la Bretagne, Paris, Fayard, 1992, p. 808-810.

[9] Le Guen, Gilbert, « D’une révolution manquée à une révolution possible », in Delumeau, Jean (dir.), Histoire de la Bretagne, Toulouse, Privat, 1969, p. 513-514.

[10] Guellec, Agnès, « Les temps actuels (depuis 1950). Le dynamisme à maintenir », in Minois, Georges (dir.), Les Côtes-du-Nord de la Préhistoire à nos jours, Saint-Jean d’Angély, Bordessoules, 1987, p. 396.

[11] Baudequin, Henri, Guellec, Agnès et Gicquel, Yvonnig, « Le Morbihan de 1945 à nos jours », in Le Bouëdec, Gérard (dir.), Le Morbihan de la Préhistoire à nos jours, Saint-Jean d’Angély, Bordessoules, 1994, p. 475.

[12] Sainclivier, Jacqueline, La Bretagne de 1939 à nos jours, Rennes, Ouest-France Université, 1989, p. 165 et 425.

[13] Tranvouez, Yvon, L’Ivresse et le vertige…, op. cit., p. 80.

[14] Férec, Paul, « Avant juillet 1972. Le Regroupement des communes : la machine se met en route », Le Progrès de Cornouaille, 22e année, n°1300, 2 octobre 1971, p. 1 et 6.

[15] Minois, Georges, Nouvelle histoire de la Bretagne…, op. cit., p. 812.

[16] Bienfait, Jean, Piboubès, Raoul et Tranvouez, Yvon, « Le Finistère de 1945 à nos jours », in Le Gallo, Yves, Le Finistère de la Préhistoire à nos jours, Saint-Jean d’Angély, Bordessoules, 1991, p. 508.

[17] Le Vot, Hervé, « Robert de Toulouse-Lautrec Montfa (1887-1972), aviateur de la Première Guerre mondiale et homme politique d’Ille-et-Vilaine, Bulletins et mémoires de la Société archéologique d’Ille-et-Vilaine, n°124, 2020, p. 355-377.

[18] Le Gall, Erwan, Le 47e régiment d’infanterie…, op. cit., p. 160-161.

[19] Chanet, Jean-François, Vers l’armée nouvelle. République conservatrice et réforme militaire 1871-1879, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006 ; Diest, Philippe, Le poids des infrastructures militaires 1871-1914 Nord-Pas-de-Calais, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2019 ; Roynette, Odile, « Bon pour le service », L’expérience de la caserne en France à la fin du XIXe siècle, Paris, Belin, 2000.

[20] Lynch, Edouard et Poirier, Agnès, Nous, paysans, Paris, Flammarion, 2021, p. 195.

[21] Lynch, Edouard et Poirier, Agnès, Nous, paysans…, op. cit., p. 151.

[22] Lynch, Edouard et Poirier, Agnès, Nous, paysans…, op. cit., p. 60.

[23] Harismendy, Patrick, « L’automobile, du bocage à la ville ? », in Dhombres, Jean (dir.), La Bretagne des savants et des ingénieurs. Le XXe siècle, Rennes, Editions Ouest-France, p. 415-425.

[24] Férec, Paul, « A propos du chômage des intellectuels », Le Progrès de Cornouaille, 22e année, n°1297, 11 septembre 1971, p. 1.

[25] Conan, Eric et Rousso, Henry, Vichy. Un passé qui ne passe pas, Paris, Fayard, 1994.

[26] Sur le sujet lire notamment Joly, Vincent et Harismendy, Patrick (dir.), Algérie sortie(s) de guerre (1962-1965), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014.

[27] « Aux Français d’outre-mer ayant abandonné des biens en Algérie », Le Progrès de Cornouaille, 22e année, n°1296, 4 septembre 1971, p. 6.

[28] Rousso, Henry, Le Syndrome de Vichy de 1944 à nos jours, Paris, Seuil, 1990.

[29] « La Saison 1971-1972 au Palais des Arts et de la Culture de Brest, Le Progrès de Cornouaille, 22e année, n°1301, 9 octobre 1971, p. 4.

[30] Lire à ce propos Blanchet, Elisabeth, Câtel, Martin et Sendra, Mickaël, Baraques. Histoire des maison préfabriquées d’après-guerre, Tours, Editions Sutton, 2021.

[31] Plouviez, David, 1987 Dubigeon, la fin de la navale, Portet-sur-Garonne, Editions Midi-Pyrénéennes, 2021.

[32] Denis, Michel, « Rennes au XIXe siècle ville parasitaire ? », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, n°80-2, 1973, p. 411.

[33] Cucarull, Jérôme, « Sous la Courrouze. La mémoire de l’arsenal de Rennes », Place publique Rennes, n°8, Novembre-Décembre 2010, p. 74.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2022, 8 mars). Toujours à propos du fait militaire en 1972. Ar Brezel. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbpb

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.