Vue de la bataille d'Orléans, lithographie par Kurz & Allison (fin XIXe siècle), détail. The Huntington Library, Art Museum, and Botanical Gardens Digital Library : priJLC_MIL_001283.

La fonction Conlie

Grand historien de la Première Guerre mondiale, S. Audoin-Rouzeau est, avec des auteurs tels que J.-J. puis sa fille A. Becker, à l’origine du paradigme dit du consentement patriotique, grille de lecture invitant à non plus considérer les poilus – et au-delà les sociétés belligérantes – uniquement comme des victimes de la guerre mais aussi comme des acteurs de ce conflit, conflit auquel ils consentent pour des raisons idéologiques et notamment patriotiques[1]. Cherchant à conférer à cette représentation une certaine épaisseur chronologique, ce chef de file de l’approche culturelle de la séquence 1914-1918, et de ce que l’on a appelé l’École de Péronne, tente, à la fin des années 1980, de retrouver dans la guerre de 1870-1871 les racines de ces mécanismes d’adhésion nationale. Il en résulte un ouvrage fouillé, scrutant minutieusement « l’opinion », composé notamment à partir des nombreux rapports des préfets conservés aux Archives nationales et témoignant d’un réel intérêt pour l’histoire des opérations et d’un talent manifeste pour la synthèse et la formule percutante[2]. C’est d’ailleurs l’une de ces assertions que nous souhaiterions non pas discuter mais prolonger dans le cadre de ce billet et en nous penchant sur l’affaire dite du camp de Conlie.

Proposant une description très chronologique de la guerre de 1870 et rendant toute sa place à l’événement, ce qui peut paraître surprenant quand on connaît l’appétence de cet auteur pour les apports de l’anthropologie, et donc du temps éminent long, S. Audoin Rouzeau écrit alors que s’achève la fin du mois de janvier 1871, et que la situation est sur le plan militaire particulièrement critique pour la France :

« Après la seconde armée de la Loire, après l’armée du Nord, c’était donc autour de l’armée de l’Est d’être neutralisée. L’échec des armées de province était patent. Les troupes de la République, indiscutablement, n’avaient pas montré les mêmes qualités que celles de l’armée impériale. La faillite des secondes avait été causée par les erreurs du commandement ; les défaites des premières étaient, au moins pour une part, celles de ses soldats. »[3]

Propos particulièrement riche et, n’en doutons pas une seule minute, d’une grande subversivité que celui-ci. Certes, la responsabilité des chefs de l’armée impériale, à commencer par l’Empereur lui-même et par Bazaine, ne fait pas l’ombre d’un doute. Elle est non seulement inscrite dans l’effondrement du régime et, plus encore, dans l’émergence de la République le 4 septembre 1870, mais cette rhétorique est déployée dans des centaines de volumes jusqu’à constituer un véritable topos de la période. Auteur d’une Histoire populaire de la guerre de 1870-1871, Léonce Rousset en est un exemple particulièrement éloquent.

Vue de la bataille d'Orléans, lithographie par Kurz & Allison (fin XIXe siècle). The Huntington Library, Art Museum, and Botanical Gardens Digital Library : priJLC_MIL_001283.
Vue de la bataille d’Orléans, lithographie par Kurz & Allison (fin XIXe siècle). The Huntington Library, Art Museum, and Botanical Gardens Digital Library : priJLC_MIL_001283.

En revanche, et c’est là où la plume de S. Audoin-Rouzeau est d’une certaine audace, affirmer que les défaites des armées républicaines sont « au moins pour une part, celles de ses soldats », c’est heurter de plein fouet tout une mythologie, celle de la levée en masse, des mobiles et des francs-tireurs, héros du peuple appartenant très largement au panthéon des références mémorielles des gauches et dont l’exemplarité tient à l’idée, plus ou moins explicitement avancée, que ces troupes issues des masses sont efficaces sur le plan militaire. Or il n’en est rien. La campagne de Léon Jamin au sein du 29e régiment de mobiles du Maine-et-Loire en est un bon exemple : si les officiers de cette unité sont élus par la troupe, celle-ci n’en témoigne pas moins d’une valeur militaire toute relative. Si elle se signale effectivement par des centaines de kilomètres endurés dans des conditions atroces, son expérience du combat est pour le moins limitée et sans réel effet : une manœuvre en tirailleurs le 25 janvier 1871 qui est promptement arrêtée par le feu de l’infanterie ennemie. Autant dire quasiment rien, ce qui pour autant n’enlève aucun mérite aux hommes.

Or là est une chose sur laquelle il faut insister. En effet, même si l’historiographie a malheureusement trop souvent tendance à l’oublier, l’armée est un des piliers sur lequel la République entend régénérer le pays après « l’année terrible »[4]. Autrement dit, il importe d’épargner l’institution. Certes, il s’agit d’une armée qui sera très largement républicanisée et destinée à être au service d’une République conservatrice[5]. Mais il s’agit bien de l’armée, c’est-à-dire d’une structure au service d’un régime nouveau mais prolongeant les traditions d’une France si ce n’est millénaire au moins pluriséculaire. C’est ce que rappellent les historiques des unités qui composent cette armée française, ceux-ci témoignant d’une généalogie conçue comme une injonction à l’excellence[6]. Du point de vue des traditions, il y a une ligne directe entre le 47e de ligne qui tient garnison à Chambéry sous le Second Empire, et au sein duquel combat par exemple un Lucien Burlet, et l’unité qui s’encaserne à Saint-Malo au mitan des années 1870 et participe à la Première Guerre mondiale. Mais pour qu’un tel récit mythique puisse être déroulé, au-delà de la scansion des révolutions et des chutes de régimes[7], il faut un dénominateur commun, un élément qui puisse assurer la continuité de l’Histoire. Celui-ci, c’est le soldat, figure mythifiée du peuple[8]. Pour le dire autrement, le mobile de 1870 est le père du poilu, tous deux étant nécessairement, pour les besoins de la cause, d’excellents combattants puisque le peuple ne peut pas avoir tort : c’est en effet de lui qu’en République le pouvoir tient sa légitimité.

C’est là, fondamentalement, qu’apparaît la corrosivité des propos de S. Audoin-Rouzeau. L’analyse de l’historien heurte en effet de plein fouet le récit mythologique sur lequel se construit la IIIe République. Car du point de vue de l’histoire militaire, la question ne fait pas débat. Faire la guerre est un exercice technique, requérant des savoir-faire bien précis qui s’apprennent. D’ailleurs, j’ai pu observer lors de la thèse que j’ai consacrée au 47e régiment d’infanterie de Saint-Malo pendant la Première Guerre mondiale une corrélation entre l’espérance de vie aux tranchées et la durée de l’instruction. Certes, il n’est pas possible d’établir un lien mécanique entre la longueur des classes et le trépas sur le champ d’honneur : ni les balles ni les obus ne ciblent les combattants en fonction de leur maîtrise du « métier militaire ». Pour autant, il y a là une conjonction qui n’est pas sans interroger. De même, on se rappelle des débats entourant la durée du service militaire à la Belle époque et de certaines voix arguant du fait qu’il faut plusieurs années pour former un bon soldat. Le contraste avec la levée de masses de mobiles pendant la guerre de 1870, soldat à peine entraînés et presqu’encore moins équipés, n’en est que plus criant. Celui-ci est d’ailleurs parfaitement saisissable lors du retour de ces régiments de mobiles, à l’instar du 31e de Lorient accueilli héroïquement en mars 1871 alors que vaincu, puisque n’ayant pas réussi à briser le siège de Paris. Ajoutons du reste que cette question ne se pose bien évidemment pas que pour les seules périodes 1870-1871 et 1914-1918 mais aussi pour la période 1940-1944. Ce faisant, c’est bien l’efficacité militaire de la Résistance intérieure qui est interrogée.

Représentation de la ville de Paris assiégée en janvier 1871, gravure publiée le 11 février 1871 par le Harper's Weekly. William L. Clements Library, University of Michigan : 6746.
Représentation de la ville de Paris assiégée en janvier 1871, gravure publiée le 11 février 1871 par le Harper’s Weekly. William L. Clements Library, University of Michigan : 6746.

A bien y réfléchir, ces quelques phrases de S. Audoin-Rouzeau sont également d’un grand intérêt pour qui s’intéresse aux constructions mémorielles forgées par l’Emsav. On sait, pour ce qui concerne la guerre de 1870, le rôle que tient le camp de Conlie dans un discours qui évolue au cours des décennies. D’abord porté par des figures comme A. Le Moyne de la Borderie pour combattre la République[9], cette rhétorique se mût, notamment à la faveur de la Grande Guerre, en critique de la France, signant ainsi une dérive de plus en plus nationaliste du « mouvement breton ». Taldir Jaffrenou en est un bon exemple, lui qui en 1937 affirme que son père était capitaine chez les mobiles du Finistère en 1870 et qu’il sert à ce titre au camp de Conlie, détail qu’il omet de mentionner six ans plus tôt[10].

Et c’est là, à la lumière des propos de S. Audoin-Rouzeau, que le parallélisme des constructions mythologiques de la République d’une part, de l’Emsav d’autre part, frappe. En effet, ces deux récits, quoique de plus en plus incompatibles à la faveur de la mutation de la rhétorique de la petite patrie en une affirmation nationaliste, et donc séparatiste, partagent la même fonction : épargner le peuple. Pour la République, il s’agit bien entendu de faire porter le poids de la défaite au Second Empire, la tâche de 1871 étant lavée au lendemain de l’Armistice du 11 novembre 1918[11]. Mais pour l’Emsav, il s’agit de conserver la « pureté originelle bretonne ». Dans ce cadre, associer le « peuple breton » à une défaite, à une certaine forme d’incompétence militaire, est bien entendu inconcevable. Là est donc le grand paradoxe du discours du mouvement breton sur le camp de Conlie. En grande partie forgé pour les besoins d’un combat politique assez largement anti-républicain, il est en fait calqué sur le discours de Marianne puisqu’il partage une même obsession : la préservation du peuple.

Monument élevé à Rennes en mémoire des combattants de 1870-1871 sur le Champ de mars, carte postale. Musée de Bretagne : 975.0068.8.
Monument élevé à Rennes en mémoire des combattants de 1870-1871 sur le Champ de mars, carte postale. Musée de Bretagne : 975.0068.8.

Comme toujours, cette mémoire, comprise comme outil politique du temps présent, est volontiers oublieuse. En magnifiant le peuple entièrement réduit à l’armée de Bretagne, ce qui implique une victimisation d’Émile de Keratry faisant peu de cas de la réelle complexité du personnage, cette rhétorique plonge opportunément dans l’ombre un certain nombre d’individus qui, pour disposer de réels liens avec la péninsule armoricaine, n’en sont pas moins politiquement gênants. On pense ainsi, pour ne citer que quelques noms, au bellilois Louis-Jules Trochu, président du Gouvernement de la Défense nationale, à son ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, le lorientais Jules Simon, ou encofre à son collègue en charge de la Guerre et originaire de Lesneven Adolphe Le Flô.


[1] Voir notamment Audoin-Rouzeau, Stéphane et Becker, Annette, 14-18, retrouver la Guerre, Paris, Gallimard, 2000.

[2] Audoin-Rouzeau, Stéphane, 1870. La France dans la guerre, Paris, Armand Colin, 1989.

[3] Ibid., p. 247.

[4] Caron, Jean-Claude et Ponsard, Nathalie (dir.), La France en guerre. Cinq « années terribles », Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.

[5] Voir notamment Boniface, Xavier, L’Armée, l’Eglise et la République (1879-1914), Paris, Nouveau Monde Editions / Ministère de la Défense DMPA, 2012 et Chanet, Jean-François, Vers l’armée nouvelle. République conservatrice et réforme militaire 1871-1879, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006.

[6] Un bon exemple en est fourni par Andolenko, Général Serge, Recueil d’historiques de l’infanterie française, Paris, Eurimprim, 1969.

[7] Allorant, Pierre, Badier, Walter, Garrigues, Jean (dir.), Les Dix Décisives (1869-1879), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022.

[8] De Puymege, Gérard, Chauvin, le soldat-laboureur. Contribution à l’étude des nationalismes, Paris, Gallimard, 1993.

[9] Voir récemment Lagadec, Yann, « Arthur de la Borderie, Conlie et la Bretagne (1870-2021), Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, n°128-4, 2021-4, p. 139-158.

[10] « Allocution de M. Jaffrennou (barde Taldir) à Plozévet », Le Citoyen, 30e année, n°33, 4 septembre 1937, p. 2.

[11] Le Gall, Erwan, « Que reste-t-il de 1870-1871 en 1920-1921 ? Le cinquantenaire de l’année terrible dans la presse bretonne », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, n°128-4, 2021, p. 179-193.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2022, 2 mars). La fonction Conlie. Ar Brezel. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbpa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.