Le centenaire à l’heure du bilan

Inutile de le nier, c’est avec un sentiment mitigé que je me suis plongé dans ce bilan scientifique du centenaire de la Grande Guerre publié aux Presses de Sorbonne Université sous la direction d’A. Weinrich et N. Patin[1]. Peu à l’aise avec l’histoire immédiate, je confesse être spontanément assez réticent à une démarche telle que celle-ci, même si j’en comprends par ailleurs la nécessité sur le plan institutionnel. Il ne fait d’ailleurs peu de doute que ce stimulant volume collectif constituera à son tour une source d’un grand intérêt pour les historiens et les historiennes qui se pencheront dans quelques décennies sur cette séquence mémorielle assez unique. C’est du reste ce que rappelle S. Audoin-Rouzeau dans la préface du livre quand il affirme que « cette étude, aussi profonde soit-elle, ne saurait revêtir qu’un caractère provisoire » (p. 9). Mais en même temps, je dois aussi avouer ma joie à la perspective de me replonger dans cette époque terriblement excitante, riche comme rarement en adrénaline et en stimulation intellectuelle, temps béni de l’avant Covid-19 où l’on pouvait aller aux archives, participer à des colloques et déployer de l’ingénierie culturelle sans contraintes sanitaires. Pour le formuler autrement, les deux risques qui guettaient les auteurs réunis pour l’occasion étaient, d’une part, l’autosatisfaction corporatiste, d’autre part une bien naturelle nostalgie liée à la pandémie et à des années qui, pour beaucoup d’historiens et d’historiennes, ont sans doute constitué une certaine forme de sommet en termes d’opportunités de carrière. Or force est de constater que non seulement ces pièges ont été très largement évités mais que c’est, au contraire, un regard finalement assez acide, pour ne pas dire corrosif, qui émane de ces pages.

Ainsi, si A. Weinrich et N. Patin avancent dans un premier temps l’idée que « la place de la parole historienne semble sortir renforcée de la commémoration », c’est pour déplorer immédiatement à la suite que « en dehors de la galaxie 14-18, la dévaluation de l’expertise et la politisation du passé ont, elles, poursuivi sur leur lancée » (p. 21). Se basant sur les chiffres de ventes communiqués par Livres Hebdo, N. Patin invite à relativiser « la part des historiens universitaires dans l’écriture de l’histoire » (p. 280). Et comment lui donner tort quand on sait que les auteurs qui sont le plus achetés sont Jean-Pierre Guéno et Max Gallo ? (p. 279 et 296 notamment). Il n’y a d’ailleurs pas d’effet centenaire sur ce point puisque les universitaires ne représenteraient, sur la période 2008-2012, qu’un huitième des meilleures ventes de livres d’histoire (p. 293). Si le succès des Somnambules est réel, à tel point qu’il est qualifié de best seller, ce qui ne manque pas d’interpeller quand on sait combien difficile d’accès peut par bien des égards être cet ouvrage[2], le reste de la production n’est aucunement ou presque prescriptrice : « l’ensemble des livres d’histoire universitaire a donc ainsi atteint un chiffre de vente global qui équivaut à moins de la moitié de celui réalisé par les 154 bandes dessinées [traitant de la Grande Guerre] parues pendant le Centenaire » (p. 295). Dans les bibliothèques, le constat est sans doute légèrement différent puisque c’est Pierre Miquel, mort en 2007, qui est l’historien dont les livres sont le plus empruntés. Mais dans le même temps, B. Gilles remarque que les ouvrages (p. 247)

« propagateurs de l’historiographie culturelle et sociale la plus récente, ne dépassent généralement pas la dizaine de prêts entre 2012 et 2018. A titre d’exemple, la publication d’historiens la plus empruntée au sein du réseau lyonnais [de bibliothèques] en 2018 fut La Grande Guerre. 1914-1918 de Stéphane Audoin-Rouzeau et Annette Becker, emprunté 7 fois en 2018. »

Mais en même temps, quel est fondamentalement le principe qui régit une politique culturelle dans un pays démocratique ? Il me semble que c’est avant tout sur l’offre que celle-ci doit reposer et si l’on peut bien entendu regretter que la rencontre avec la demande n’ait pas été plus importante, la discipline n’a probablement pas à rougir des efforts produits tout au long de la séquence 1914-1918. Il faut du reste prendre en compte les effets d’entraînement qui, s’ils sont difficilement mesurables, disent la vivacité du mouvement de réappropriation de l’histoire de la Grande Guerre. Combien de personnes se sont lancées dans des recherches plus ou moins approfondies dans le sillage de cette commémoration ? Il est à cet égard particulièrement intéressant de noter que la plupart des services d’archives observent à la faveur du centenaire une hausse de la consultation de leur fonds physiques relatifs à ce conflit, comme si l’on enregistrait un ruissèlement du numérique au papier (p. 232).

A Frévent, le 26 février 1918, soldats venant échanger leurs livres dans une bibliothèque militaire britannique. La Contemporaine : VAL 315/154.
A Frévent, le 26 février 1918, soldats venant échanger leurs livres dans une bibliothèque militaire britannique. La Contemporaine : VAL 315/154.

Le monde académique – à considérer que celui-ci doive se comprendre au singulier, ce qui n’est aucunement certain – ne s’est pas contenté d’organiser un nombre considérable de colloques ou de journées d’études ; nombre « sans précédent, sauf si on le compare au bicentenaire de la Révolution française » rapporte E. Marcobelli (p. 145). Loin de rester dans leur tour d’Ivoire, les historiens et les historiennes ont participé à un vaste mouvement entremêlant le scientifique, le culturel et le pédagogique (p. 198). La place sans cesse plus importante prise dans les dispositifs mis en place par les musées en témoigne indubitablement (p. 209). Investis dans nombre d’expositions, les chercheurs et les chercheuses ont pu sortir du registre de l’histoire locale pour contribuer à la production de supports appréhendant les espaces dans des perspectives tout à la fois micro et macro-historiques (p. 332). Les rayonnages des librairies disent aussi cet investissement massif de la corporation puisque ce sont 2 300 ouvrages qui sont publiés pendant le centenaire (p. 270), somme qui correspond aux deux tiers de la production relative à la Première Guerre mondiale au cours des quinze dernières années (p. 273). De même, les historiens et les historiennes ont donné un nombre impressionnant de conférences à destination du grand public (p. 394 et suivantes), dans une perspective d’éducation populaire qui ne dit pourtant plus son nom tant cette étiquette semble aujourd’hui désuète et, pour tout dire, périmée. C’est dire donc si l’effort fut, au moins d’un strict plan quantitatif, considérable.

Mais il y a sans doute encore plus notable que cet effet de masse. C’est en définitive aux exigences de l’histoire publique que se sont pliés les historiens et les historiennes au cours de ce centenaire (p. 402), mutation qu’il convient de souligner tant elle implique des savoir-faire qui ne sont pas nécessairement ceux du monde académique traditionnel. On ne peut d’ailleurs que suivre sur ce point l’analyse de L. Galand qui remarque que si « l’agenda médiatique a toujours quelques temps de retard sur les recherches les plus récentes », exception faite des programmes de France culture et plus particulièrement de La Fabrique de l’histoire présentée par Emmanuel Laurentin (p. 408), il n’est pas toujours évident pour les chercheurs et les chercheuses de s’exprimer en plateau. Il faut savoir répondre en 90 secondes à des questions fort complexes, ou parfois même dénuées de sens, ce qui n’est pas nécessairement plus facile, le tout en récusant bien évidemment toute forme de jargon et en n’employant qu’un vocabulaire des plus accessibles. Or il s’agit d’un exercice qui ne s’improvise pas. De là à suggérer l’idée qu’une épreuve de media training puisse figurer aux modalités d’obtention de l’habilitation à diriger des recherches, il n’y a toutefois qu’un pas que L. Galand ne franchit pas. Au contraire, elle souhaite oser « l’hypothèse que c’est en utilisant ses propres outils que l’historien peut le mieux répondre à l’exercice médiatique » (p. 427).

Mais, ceci ne va pas sans mal et sans doute y a-t-il une profonde réflexion à mener sur, non pas la production des savoirs historiques mais leur transmission au plus large nombre, sous-entendu en dehors du périmètre scolaire. D’ailleurs, L. Galand, comme si elle revenait sur ses pas, s’interroge sur l’opportunité de voir « la dimension médiatique de l’histoire publique davantage pensée et développée dans l’enseignement universitaire » (p. 461). Car à dire vrai, pendant le centenaire, la situation a été telle que certains historiens et historiennes ont rapporté avoir eu « l’impression désagréable d’être confiné à un rôle figuratif ou de servir de simple caution historique, comme si le journaliste ne sélectionnait dans les discours des spécialistes que des informations venant confirmer une opinion déjà toute faite » (p. 424). Les difficultés rencontrées par certains historiens avec les équipes du Monde (p. 446), ou plus encore avec le couple de documentaristes Clark-Costelle (p. 452-454)[3] sont à cet égard particulièrement instructives. Audible, la parole historienne n’est donc pas nécessairement écoutée. Or ce constat ne vaut pas que pour l’univers médiatique, bien au contraire. Sans doute y aurait-il du reste un certain nombre d’enquêtes à mener au sein de bien des institutions culturelles qui n’hésitent pas à se parer de comités scientifiques plus ou moins prestigieux pour, en définitive, sacrifier la parole académique sur l’autel des contraintes dictées par les nécessités de la communication.

Dans un boyau de communication allant au fort au fort du Vaux, le 3 septembre 1917, le journaliste Barbier. La Contemporaine : VAL 198/152.
Dans un boyau de communication allant au fort au fort du Vaux, le 3 septembre 1917, le journaliste Barbier. La Contemporaine : VAL 198/152.

Alors oui, sans doute la parole historienne s’est affirmée lors de ce centenaire de la Grande Guerre. On est ainsi frappé en lisant ce volume collectif de la portion très congrue accordée aux anciens combattants dans cette saison culturelle pluriannuelle, qu’il s’agisse des associations – inexistantes dans cet ouvrage alors qu’elles ont sans doute pesé plus que ce que l’on veut bien le dire – ou de l’administration. L’Office national des anciens combattants et victimes de guerre et ses services départementaux sont quasiment absents de ce panorama, ce qui n’est d’ailleurs pas sans interroger puisque l’action de cet établissement public sous tutelle du ministère des Armées fut réelle en 2014-2018. Faudrait-il y voir la conséquence d’une certaine forme de centralisation administrative plaçant le conseil scientifique de la Mission en haut de la pyramide, représentation ayant pour corollaire d’occulter la base de l’édifice ? Ceci ne reviendrait-il pas à distinguer le centenaire « d’en haut », qui serait « scientifique », et celui d’en bas, qui lui serait « mémoriel » ? Ne serait-ce pas là la marque d’une politique publique à deux vitesses entérinant deux démarches prétendument irréconciliables, le « devoir de mémoire » d’une part, la « demande sociale d’histoire » d’autre part ?[4] Si tel était le cas, quelle serait alors la place de la parole historienne ? Ne serait-elle pas réduite un discours de niche, à prétention élitaire, là où la culture de masse se baserait avant tout sur la mémoire ? Il n’est bien entendu pour l’heure pas possible de répondre à ces interrogations mais celles-ci disent tout l’intérêt qu’il y aura à se pencher, dans quelques années, c’est-à-dire lorsque le temps nécessaire à l’écriture de l’histoire aura fait son œuvre, sur cet « écosystème commémoratif et politique » (p. 49) qui fut celui de ce centenaire.

Si cet ouvrage se veut un bilan, il est surtout un appel à poursuivre le travail sur ce conflit. A. Weinrich et N. Patin soulignent en effet « tout le paradoxe de ce Centenaire » qui « peut laisser craindre un épuisement de l’intérêt et un grand silence historiographique à sa suite, alors qu’il a été l’occasion d’avancées considérables en matière d’accès à de nouvelles documentations » (p. 66). Qu’il s’agisse des fruits de la Grande Collecte mis en ligne sur Europeana, des fiches matricules de recrutement ou des milliers de fonds plus ou moins épars rendus disponibles par des centaines de services d’archives, musées ou institutions culturelles de toutes sortes, les sources n’ont jamais été aussi aisément accessibles qu’aujourd’hui. Autrement dit, le potentiel est indéniable (p. 131). Mais quiconque est allé récemment sur le site du Grand Mémorial aura pu constater que ce portail rencontre quelques difficultés, ce qui parait en dire long sur l’intérêt porté par les pouvoirs publics à cette plateforme et, par ricochet, aux travaux qui pourraient être menés à partir de ces données. D’ailleurs, je dois avouer avoir toujours été persuadé que cet outil n’a jamais été perçu, ni même conçu dans ce sens. Il n’y a pour s’en convaincre qu’à se référer à l’URL de la plateforme, adresse qui dit les véritables destinataires de cet outil : http://www.culture.fr/Genealogie/Grand-Memorial Bien entendu, loin de moi l’idée d’opposer les pratiques et de vouloir déshabiller Pierre pour vêtir Jacques. Mais il n’en demeure pas moins que cet état de fait semble dire, encore une fois, le peu d’écho de la parole historienne.

Carte de renseignements fournie par un soldat français prisonnier en Allemagne sur un de ses camarades disparus, 30 décembre 1915. La Contemporaine : VAL 535/021.
Carte de renseignements fournie par un soldat français prisonnier en Allemagne sur un de ses camarades disparus, 30 décembre 1915. La Contemporaine : VAL 535/021.

Le volet numérique du centenaire constitue à n’en pas douter un sujet particulièrement stimulant de réflexion. Il n’est probablement pas utile de revenir ici sur le progrès considérable que constituent les vastes programmes de mise en ligne d’archives. Toutefois, on pourra faire remarquer à la suite de B. Gilles que sur internet « la médiation a disparu, ce qui n’est pas sans interroger quant à la compréhension et au rôle de l’archive dans l’espace social » (p. 239). Or ceci n’est probablement pas anodin quand on veut bien se rappeler qu’un portail comme Mémoire des hommes revendique près de 40 millions de recherches entre novembre 2013 et juin 2019 (p. 240). Autrement dit, la croissance exponentielle de pages web n’est pas nécessairement synonyme d’audience accrue pour la parole historienne. Le peu d’écho rencontré par le défi collaboratif 1 jour 1 poilu et l’indexation de la base des morts pour la France en est d’ailleurs un bon exemple, l’exploit ayant été réalisé dans un relatif anonymat et sans que des passerelles aient pu être établies avec le monde de la recherche. Là encore, ce sont des données d’une importance pourtant capitale qui attendent d’être exploitées.

Dresser en 2022 le bilan scientifique du centenaire de la Grande Guerre est chose d’autant plus délicate que non seulement les archives mises à disposition ne sont pas encore travaillées – on vient de le voir plus haut – mais que nombre de thèses initiées autour de la séquence 2014-2018 arrivent à peine à terme et ne sont pas encore digérées. B. Gilles avoue ainsi n’avoir « identifié aucun travail universitaire (mémoire ou thèse) qui utiliserait les fonds de la Grande collecte comme source principale » (p. 206). Précisons de surcroît que la lecture distante des intitulés des recherches en cours ne permet pas d’en saisir la substantifique moëlle et d’en mesurer la portée exacte. Si, sur un plan institutionnel, on peut noter l’émergence de structures telles que le réseau Une Plus Grande Guerre (p. 94), il est en revanche plus difficile de deviner aujourd’hui quels sont les enquêtes qui influenceront les travaux de demain. Sans doute ne faut-il d’ailleurs pas s’attendre à une véritable révolution copernicienne, la recherche étant avant tout une continuité, pour le formuler autrement l’accumulation des fruits de travaux menés par les générations successives. S. Catros ne dit d’ailleurs pas autre chose et avance l’idée que « le temps du Centenaire semble d’avantage un approfondissement des problématiques ayant émergé dans les périodes antérieures (1985-2011) que celui d’une redéfinition des enjeux essentiels de la recherche scientifique sur la Première Guerre mondiale » (p. 106). Cet historien acte d’ailleurs à ce propos le retrait de l’histoire des armées au profit des war studies puisque « les organisations militaires ne sont plus étudiées pour elles-mêmes, mais pour ce qu’elles disent de la nature du conflit » (p. 114, constat également partagé par E. Marcobelli p. 162). Ainsi, il y aurait encore plus inaudible que la parole historienne, celle de l’historien militaire.

Le paradoxe est que dans le même temps le centenaire a pu constituer une aubaine pour un certain nombre d’acteurs académique qui ont saisi l’opportunité commémorative pour s’intéresser à la séquence 1914-1918 (p. 181 et 371). Sans doute y aurait-il beaucoup à dire sur ces stratégies mêlant quête de lumière et tactique destinée à conforter un positionnement dans le champ universitaire. La nécessité sans cesse plus affirmée du pluridisciplinaire – qu’il ne s’agit nullement de remettre en cause dans ces quelques lignes – n’y est probablement pas étrangère, mais dans quelle mesure ne contribue-t-elle pas aussi à atténuer la portée de la parole historienne ?

A Traubach-le-Bas, dans le Haut-Rhin, leçon de géographie, 18 juin 1915. La Contemporaine : VAL 320/149.
A Traubach-le-Bas, dans le Haut-Rhin, leçon de géographie, 18 juin 1915. La Contemporaine : VAL 320/149.

Certes, ce bilan scientifique ne saurait constituer une histoire définitive de ce centenaire qui a animé la France entre 2014 et 2018. D’ailleurs, aucun des auteurs de ce dense livre n’y prétend. Il est encore trop tôt pour procéder à une telle enquête, ce qui ne signifie néanmoins pas que cet ouvrage co-dirigé par A. Weinrich et N. Patin ne soit pas utile. Bien au contraire, on y trouvera matière à de nombreuses réflexions quant à la dimension la plus publique de la discipline scientifique qu’est l’histoire. S’il n’est pas certain que le tableau qui en résulte soit toujours réjouissant, ces pages attestent néanmoins de la vivacité du champ spécifique que constitue l’histoire de la Grande Guerre. On ne saurait d’ailleurs trop conseiller de se plonger dans les annexes, disponibles gratuitement en ligne, de ce volume collectif et, tout particulièrement dans la gigantesque bibliographie du centenaire composée par F. Heimburger : 430 pages de données destinées à rassasier toutes les curiosités. Une somme qui a elle seule dit le bilan scientifique de cette séquence commémorative à nulle autre pareille.


[1] Weinrich, Arndt et Patin, Nicolas (dir.), Quel bilan scientifique pour le centenaire de 1914-1918 ?, Paris, Sorbonne Université Presse, 2022. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Clark, Christopher, Les Somnambules. Eté 1914 : commet l’Europe a marché vers la guerre, Paris, Flammarion, 2012.

[3] Quiconque a en tête l’émission de Xavier Mauduit Le Cours de l’histoire du 5 novembre 2019 mettant aux prises l’historien Pierre Grosser aux documentaristes Isabelle Clark et Daniel Costelle sait que ces difficultés ne sont bien entendu pas propres au champ de la Première Guerre mondiale.

[4] Ledoux, Sébastien, Le Devoir de mémoire. Une formule et son histoire, Paris, CNRS éditions, 2016.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.