L’Armée : un pilier pourtant décisif

D’une grande richesse, le volume collectif que consacrent aux Presses universitaires de Rennes P. Allorant, W. Badier et J. Guarrigues aux « Dix décisives » est de ceux que quiconque travaillant sur cette période doit connaître[1]. Investissant de nombreux champs, y compris dans des perspectives transnationales et pluridisciplinaires, le volume est particulièrement stimulant et propose de « franchir les frontières symboliques des régimes politiques pour embrasser la période qui conduit, sans déterminisme rétrospectif, de l’Empire libéral, parlementaire, paradoxalement ressourcé par le plébiscite, à une Troisième République enfin solidement aux mains des Républicains » (p. 13). Le pari de ce nouveau concept est ambitieux, et très largement gagné, mais à une exception près sur laquelle se penchera, justement, cette recension : le fait militaire et guerrier.

La chose paraît d’autant plus étonnante que la « frontière symbolique » dont il s’agit ici est composée d’au moins une guerre, contre l’Allemagne, et même de deux si l’on accepte d’ériger la Commune de Paris au rang de guerre civile. Ajoutons de surcroît que cette République conservatrice (p. 270) se donne, à partir de 1873, pour Président le maréchal Patrice de Mac Mahon, et qu’elle accouche d’une réforme militaire dont J.-F. Chanet, parmi d’autres, a montré toute l’ampleur : non seulement le retour de la conscription implique la construction de nombreuses casernes, façonnant par bien des égards les villes modernes, mais l’instauration de régions de corps d’armées contraste singulièrement avec l’organisation qui peut prévaloir sous le Second Empire[2]. Or ce schéma résiste non seulement à la Première Guerre mondiale mais perdure, peu ou prou, jusqu’en 1940 : sans y a-t-il donc lieu de considérer qu’elle participe bien du caractère « décisif » de cette décennie 1869-1879.

Le paradoxe est que si, parmi la trentaine d’auteurs participant à ce dense volume collectif, aucun ne s’empare spécifiquement du fait militaire et guerrier, celui-ci infuse dans de nombreuses contributions. Là n’est du reste pas un hasard mais rappelle au contraire la centralité de l’uniforme dans cette société française des années 1869-1879. Autrement dit, il me semble que les armées constituent une excellente porte d’entrée pour qui souhaite investir ce terrain et je trouve regrettable que personne n’ait souhaité s’y aventurer. En effet, si du point de vue de l’histoire des idées un homme tel que Jules Simon est sans doute difficile à cerner, ne l’est-il pas moins au prisme d’un régime qui est certes républicain mais soucieux de l’ordre libéral (p. 23), ce qui implique de pouvoir recourir à la force armée le cas échéant ?

Polytechnicien, le « modéré » Charles de Freycinet retrouve le monde militaire à l’automne 1870 en devenant délégué de Léon Gambetta auprès du département de la Guerre (p. 72-73). Sans doute anecdotique, cette trajectoire invite toutefois à interroger la place de l’uniforme dans les carrières de ces hommes qui président aux destinées de la France au cours de cette décennie décisive. J. Bouchet affirme d’ailleurs qu’un Charles de Freycinet « a fait de sa mission à Tours une onction de légitimité », ajoutant par la suite que ceci « constitue une particularité dans un temps où la mémoire de la Défaite ne poussait pas à évoquer ce repère traumatique » (p. 76). On sait en effet qu’un homme tel que Léon Jamin, éphémère sénateur mais longtemps président du Conseil général de Loire-Inférieure, ne rappelle que rarement son passé de mobile et n’en use vraisemblablement jamais comme d’un argument sur le plan électoral. Dès lors, c’est bien de la faculté à ériger « l’Année terrible » en un capital politique dont il s’agit ici, idée qui aurait sans doute été intéressante à creuser tant le traumatisme lié à la perte de l’Alsace et de la Lorraine est, quoi qu’on en dise, un élément central des débats qui agitent la sphère publique lors de cette « décennie décisive »[3]. En d’autres termes, il s’agit de savoir comment le régime se construit en s’appuyant sur cette amputation territoriale et sur les perspectives de Revanche, le tout dans une classique dialectique intérieur/extérieur ? F. Conord, dans une contribution lumineuse qui n’est du reste pas sans évoquer les récents travaux de J.-N. Ducange, rappelle qu’il y bien là une des sources du nationalisme français (p. 399), voire même d’un « national-républicanisme » pour reprendre les termes de J. Grévy (p. 407-419).

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

De nombreuses contributions de ce volume montrent la part toujours croissante, sur la période 1869-1879, du parlementarisme (p. 56). Il est d’ailleurs frappant de remarquer combien ce qui se joue, en définitive, lors de cette décennie, est un processus d’acculturation à la République parlementaire (p. 83, 95, 134, 194, 270…), processus que l’on peut bel et bien qualifier de décisif. Si cette organisation politique est en effet, jusqu’à aujourd’hui du reste, très largement critiquée, elle n’est remise en cause que lors de la parenthèse vichyste (p. 137). D’ailleurs, comme la rappelle fort justement F. Ploux dans un stimulant jeu d’échelle, cette acculturation n’intervient pas uniquement au plan national, par le truchement des scrutins législatifs, mais aussi au village, ce qui suppose une imbrication des enjeux municipaux et hexagonaux (p. 210). Dans ce cadre, les journaux jouent un rôle d’autant plus essentiel que toutes les opinions, mêmes les plus hostiles au régime, s’appuient sur des organes de presse même si ceux-ci, à l’instar des titres légitimistes soutenus par le comte de Chambord, sont chroniquement déficitaires (p. 151, 250). Le travail journalistique participe indéniablement à cette autonomisation du champ politique (p. 129, 247) et constitue sans doute une des seules entorses à la validité des bornes chronologiques du concept de « décennie décisive » : la date essentielle n’est-elle pas ici la loi du 19 juillet 1881 sur la liberté de la presse ? (p. 241). Toujours est-il que ces médias conduisent à mettre en lumière l’impasse dans laquelle se trouvent les opposants à la République. « Déconnectés de la réalité » (p. 154), les légitimistes ne peuvent plus que rêver à une nouvelle Restauration tandis que les nostalgiques de l’Empire réalisent « qu’un parti bonapartiste est une forme d’oxymore politique » (p. 162), les condamnant irrémédiablement à l’échec.

Mais, en tant que mode de gouvernement, la République parlementaire a des implications très concrètes sur le travail ministériel, les titulaires de maroquins étant de plus en plus requis de répondre de leur politique devant la représentation nationale, tendance qui s’observe du reste dès l’Empire libéral (p. 302). Ajoutons de surcroît que cette exposition sans cesse plus importante aux requêtes parlementaires émerge dans un monde où le temps s’accélère, sous l’effet des moyens de communication et de transport. Si cette configuration technique implique une « diplomatie nouvelle » (p. 300) pour répondre aux enjeux du moment, elle influe aussi, sur le plan intérieur, sur les modalités de fonctionnement du régime. A. Le Divellec avance même que « chaque fois qu’un président du Conseil revendiquera trop hautement un rôle de leader, on lui opposera la souveraineté de la chambre » (p. 123).

Du coup, on assiste à un développement des contours de l’État et à l’émergence de corps plus ou moins fonctionnarisés[4] mais surtout, républicanisés même si l’épuration n’est pas nécessairement au rendez-vous. Au Parlement, c’est ainsi la montée en régime d’une administration dédiée qui non seulement survit aux bouleversements constitutionnels et à l’instabilité politique mais assure, en quelque sorte, la continuité de l’État. À la Justice, c’est une protection accrue des magistrats confrontés aux « remous de la politique » (p. 315). Au Quai d’Orsay, c’est un processus de modernisation des carrières diplomatiques visant à assurer la qualité des recrues pour mieux « relever les défis de la politique étrangère » (p. 295) alors qu’émerge l’idée d’un « domaine réservé » en la matière (p. 299), mais aussi, et peut-être même surtout, tandis que s’intensifie la pression de la représentation nationale sur le ministre. Prenant acte dans un article de haut niveau de cette nouvelle réalité du métier politique, Y. Bruley affirme (p. 302) :

« Seul le directeur politique pouvait maintenir désormais l’unité d’action du Quai d’Orsay. Ainsi, loin d’accroître l’emprise du politique sur l’administratif, le régime parlementaire paraît au contraire avoir renforcé le rôle des plus hauts fonctionnaires du Département. »

Or ce qui vaut pour le Quay d’Orsay vaut aussi, selon toute vraisemblance, pour la Guerre, la seconde n’étant après tout, selon la formule consacrée, que la continuation de la première par d’autres moyens. Dès lors, c’est bien le processus de républicanisation de l’Armée qui est en jeu[5], réalité qui invite non seulement à croiser histoire politique et militaire mais aussi, tout particulièrement, à s’intéresser au fonctionnement des cabinets ministériel en charge, justement, de la guerre. Récemment, A. Couderc faisait remarquer que rien n’avait été produit à ce propos depuis un fameux colloque dont les actes sont publiés en 1975, volume qui d’ailleurs ne se concentre d’ailleurs aucunement sur le ministère de la Guerre. Autant dire qu’il y a là, à n’en pas douter, un terrain riche en promesses[6].

Que ce remarquable ouvrage collectif ait passé sous silence la question militaire au moment de s’emparer de l’idée de « décennie décisive », alors qu’elle est me semble-t-il omniprésente au cours des années 1869-1879 – et plus globalement lors de la séquence 1860-1962 sur laquelle se focalise pour l’essentiel ce carnet de recherches – n’a sans doute rien du hasard. Sans doute faut-il y voir la conséquence d’une historiographie qui désormais entend plus travailler sur la guerre que sur les armées, comme si celles-ci relevaient d’un champ d’études épuisé, pour ne pas dire périmé. Une telle approche ma paraît être une grande erreur, comme si quelqu’un entendait étudier, par exemple, la politique sans s’intéresser aux partis, la religion en délaissant le clergé. Validant le concept de « décennie décisive », ce riche livre appelle des recherches supplémentaires qui devront englober – parmi bien d’autres champs – le fait militaire. C’est d’ailleurs ce que semble suggérer l’historien E. Anceau lorsqu’il cite le juriste Edouard Laboulaye au lendemain de la défaite contre l’Allemagne : « Pour nous relever, il nous faut faire autant attention à l’éducation du pays qu’à l’organisation de l’armée » (p. 338).


[1] Allorant, Pierre, Badier, Walter, Garrigues, Jean (dir.), Les Dix Décisives (1869-1879), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Chanet, Jean-François, Vers l’armée nouvelle. République conservatrice et réforme militaire 1871-1879, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006.

[3] Caron, Jean-Claude et Ponsard, Nathalie (dir.), La France en guerre. Cinq « années terribles », Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.

[4] Pour une intéressante mise en perspective on lira Ruiz, Emilien, Trop de fonctionnaires ? Histoire d’une obsession française (XIXe-XXIe siècle), Paris, Fayard, 2021.

[5] Boniface, Xavier, L’Armée, l’Eglise et la République (1879-1914), Paris, Nouveau Monde Editions / Ministère de la Défense DMPA, 2012.

[6] Antoine, Michel, Barral, Pierre et Delpuech, Philippe, Origines et histoire des cabinets des ministres en France, Paris, Droz, 1975.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.