Gardes mobiles (1868), image d'Epinal (détail). Collection Musée de Bretagne : 2013.0000.120.

A la recherche de l’invisible vétéran : Léon Jamin

Léon Jamin n’est probablement pas le plus connu des hommes politiques nantais. Né à Angers le 27 janvier 1845 et décédé le 20 janvier 1920 en cette même ville, il est pourtant une figure marquante de la Cité des Ducs. Centralien, capitaine d’industrie, conseiller municipal puis adjoint au maire de 1888 à 1919, Président du Conseil général de Loire-Inférieure de 1898 à 1919 et officier au 29e régiment de mobiles du Maine-et-Loire pendant la guerre de 1870, Léon Jamin est assurément l’homme de plein de vies. Mais le fait est que son engagement au cours de « l’année terrible » n’est quasiment jamais mentionné par les nombreuses nécrologies qui sont publiées à son décès. Il est vrai que sa mort, subite, prend manifestement les rédactions de court. Toutefois, il semble que cette amnésie n’est pas que la conséquence des contraintes journalistiques liées à son décès mais témoigne au contraire d’une page qui se tourne et, pour le dire autrement, du refroidissement (définitif ?) de la mémoire de la guerre de 1870[1].

Un décès soudain

Léon Jamin décède subitement chez son fils, à Angers, dans la nuit du 19 au 20 janvier 1920. Relayant des éléments communiqués par « un ami de la famille », L’Écho de la Loire permet d’en savoir un peu plus sur les circonstances du drame :

« M. Jamin était arrivé à Angers dans la journée de dimanche pour assister à un mariage en vue duquel toute la famille se trouvait réunie : il était descendu chez son fils aîné, le commandant d’artillerie André Jamin[2], et paraissait en parfaite santé. Lundi soir, après avoir dîné et passé la soirée avec les siens, il monta se coucher. Un peu après s’être mis au lit, M. Jamin se sentit indisposé : ‘j’ai froid’ dit-il.

Mme Jamin, qui était présente, envoya en toute hâte chercher un médecin qui habitait à 300 mètres de là. Celui-ci accourut, mais quand il arriva la mort avait fait son œuvre. »[3]

Un détail dit bien le caractère brutal de la mort de Léon Jamin : l’éloge funèbre que le président de la haute assemblée, Léon Bourgeois, prononce à la suite de son décès. En effet, élu sénateur le 11 janvier précédent, l’ancien capitaine de mobiles n’a jamais siégé au Palais du Luxembourg. C’est ce qui explique que le discours de Léon Bourgeois soit aussi laconique que formel, et élude notamment les péripéties de la guerre de 1870[4]. En réalité, Léon Jamin n’a selon toute vraisemblance pas eu le temps de s’emparer véritablement de ce mandat de sénateur, et d’y imprimer sa marque. D’ailleurs, pour l’essentiel de la presse, c’est d’abord le président du Conseil général de Loire-Inférieure qui vient de disparaître, alors même qu’il n’exerce plus ces fonctions. Plus les journaux évoquent tardivement le décès de ce Nantais, plus ils l’associent à son mandat de sénateur. Mais il est assez révélateur que, dans ce cas, il est fait mention de la « mort d’un sénateur », et non d’un élu bien identifié par son nom et son prénom.

Carte postale. Musée de Bretagne : 969.0006.208.
Carte postale. Musée de Bretagne : 969.0006.208.

Encore une fois, il est évident que le caractère soudain du décès de Léon Jamin conduit les acteurs à agir dans la précipitation, ce qui peut être la cause d’oublis bien compréhensibles, comme par exemple sa participation à la guerre de 1870. Mais le fait est que celle-ci, comme si elle relevait d’une histoire désormais révolue et donc non digne d’être rappelée, n’est pas mentionnée dans l’avis de décès que la famille fait publier dans la presse locale[5]. D’ailleurs, la mort du sénateur intervient à un tournant de l’histoire politique française, comme si la page de la séquence 1914-1918 était, elle aussi, tournée : l’élection à la présidence de la République de Paul Deschanel, en lieu et place de Raymond Poincaré, et l’entrée en lice du cabinet dirigé par Alexandre Millerand. Deux nouvelles qui sonnent le glas de la carrière politique de Georges Clemenceau. Si l’épreuve des tranchées s’éloigne irrémédiablement, que dire alors de l’année terrible ? Un détail semble le suggérer mieux que bien des développements : lors de ses obsèques, le 22 janvier 1920, si « le drapeau, cravaté de crêpe, des médaillés de 1870-1871 » marche en tête du cortège funèbre, les représentants de cette association figurent parmi les derniers dans l’ordre protocolaire. Les anciens combattants de 1914-1918, eux, brillent par leur absence[6].

Jamin Mobile

Rares sont les sources qui permettent de mieux connaître la guerre que mène Léon Jamin avec le 29e régiment de mobiles du Maine-et-Loire. Il n’a, à ma connaissance, par publié de mémoires et on ne conserve nulle trace du moindre carnet ou de lettres. Le seul élément à notre disposition est, pour l’heure, un historique de cette unité publié en 1873 et que l’on doit au docteur Léon Pissot, un choletais présenté comme étant le médecin de ce régiment. Autrement dit, il s’agit-là d’une publication semi-officielle[7]. L’auteur insiste tout naturellement sur la bravoure des combattants et le récit transpire, sans surprise, l’esprit de corps et la fierté régimentaire. Pour autant, le propos sait aussi se faire assez libre, comme lorsqu’il s’agit de critiquer les effets d’habillement perçus à Bourges à la fin du mois de septembre 1870. De même, au mois de décembre, l’auteur n’hésite pas à évoquer les états d’âmes de la troupe et « le mécontentement causé par l’indécision apparente des généraux et l’incertitude des mouvements qu’ils nous font effectuer aux quatre points cardinaux de la ville de Bourges »[8]. Plus encore, Léon Pissot étant médecin, cette archive est précieuse pour qui s’intéresse aux conditions sanitaires qu’affronte la troupe lors de cette campagne.

En conséquence, ceci ne signifie pas que, face au véritable désert documentaire que représente la guerre de 1870 de Léon Jamin, cette archive ne soit pas intéressante. Bien au contraire, on y apprend que Léon Jamin émarge d’abord comme lieutenant au 3e bataillon, celui-ci étant levé à Cholet. Malheureusement, cet ouvrage ne dit rien de sa promotion au rang de capitaine, celle-ci étant par ailleurs certifiée par un certain nombre de nécrologies publiées à l’occasion de sa mort. Si une confusion avec un troisième galon acquis dans le cadre de réserve est toujours possible, une telle montée en grade n’a néanmoins rien d’improbable au regard des pertes de l’unité lors de la campagne. Mais force néanmoins est bien de constater que nous sommes, une fois de plus, face à un angle mort.

En l’absence de tout souvenir provenant de la plume même de Léon Jamin, il est difficile de décrire précisément sa campagne. Pour autant, l’historique publié par Léon Pissot permet de faire quelques supputations, et notamment celle d’une guerre vécue aussi comme une expérience touristique[9]. Cela est le cas lorsque le 29e régiment de mobiles, au début du mois de novembre 1870, bivouaque dans les jardins du château de Chambord, qu’un certain nombre d’hommes visitent. Mais les démarches touristiques savent aussi se focaliser sur un « patrimoine immédiat », dark tourism pouvant être identifié comme un carburant de la culture de guerre. Ainsi, à la fin du mois de novembre, alors que le régiment cantonne à Gidy, dans le Loiret :

« Le temps se passe en exercices, manœuvres, revues de détail, etc. Les officiers peuvent, avec une permission du colonel, aller visiter Orléans et les dégâts causés dans le faubourg de cette ville, dit faubourg Bannier, par les projectiles de l’ennemi, lors de la première occupation. »[10]

Le portrait de l’armée de la Loire qui émerge de cet historique du 29e régiment de mobiles est celui d’une troupe très dépendante des conditions climatiques, réalité qui vaut aussi pour les troupes allemandes et est d’ailleurs une constante sur le long terme du fait militaire et guerrier[11]. Le combat du 3 décembre 1870 à Chevilly en est un bon exemple. L’issue de l’affrontement d’artillerie paraît en effet moins décidée par l’efficience des pièces que par les conditions climatiques : le gel qui solidifie la boue et permet aux affuts allemands de bouger et le brouillard qui contraint les pointeurs français à « tirer au hasard »[12]. Certes, en ce qui concerne ce dernier élément, on prendra soin de remarquer que cet aléa climatique pèse sur les deux belligérants, ce qui de fait révèle la stratégie rhétorique de l’auteur. Toutefois, dans ces conditions, il n’y a rien d’étonnant que la liaison soit défaillante :

« Le commandant de la batterie, craignant de lancer ses projectiles sur nos troupes, défendit même de diriger le feu sur des positions trop rapprochées, comme la Croix-Briquet, et s’acharna par prudence sur Artenay. Cependant, quand nos soldats arrivant à portée de la vue, vinrent lui prouver d’une façon certaine qu’il n’y avait plus de danger à tirer sur la Croix-Briquet, il commanda de charger les pièces avec des boites à mitrailles, et fit alors subir à l’ennemi des pertes qui durent être considérables. Mais bientôt le brouillard, de plus en plus intense, ne permet plus de voir devant nous. Alors, navré, il donne l’ordre de faire sauter les munitions et d’enclouer les pièces, puis il se retire avec ses hommes. »[13]

Il y aurait aussi beaucoup à dire sur les marches endurées par ces Mobiles, violence de guerre que les récits mémoriels taisent bien souvent au profit des ravages du feu mais dont les conséquences sur la troupe sont réelles[14]. Léon Pissot évoque ainsi, le 4 décembre 1870 alors que le régiment se replie sur Olivet après deux rudes journées passées sous les feux d’artillerie et d’infanterie ennemis :

« Un homme du 2e bataillon tombe raide mort sur la route. Ses camarades s’empressent autour de lui et essaient de le ramener à la vie. Vains efforts ! On le couche dans un fossé, et nous continuons notre route. »[15]

Puis, le 7 décembre 1870, sur la route d’Aubigny :

« La neige commençait à tomber. Le vent soufflait par rafales et soulevait les flocons glacés qui venaient nous fouetter le visage. L’obscurité était profonde. La colonne avançait, pour ainsi dire, pas à pas derrière l’artillerie dont les chevaux glissaient sur le verglas et ne pouvaient traîner les pièces et les caissons. Nous marchons ainsi toute la nuit, la tête penchée et le cœur rempli de pénibles pensées. A chaque instant des hommes trébuchent et tombent de fatigue. Près d’Aubigny un soldat se couche pendant une halte. Au moment du départ, on va pour le réveiller, on lui parle, il ne répond pas. Il était mort ! Combien d’autres se sont ainsi endormis pour toujours ! »[16]

On pourrait, dans le même ordre d’idée, multiplier les extraits de l’historique publié par Léon Pissot. Or c’est là une chose sur laquelle il convient d’insister, et ce pour deux raisons. La première est que rien ne permet pour l’heure d’affirmer que Léon Jamin effectue toute la campagne. D’ailleurs, compte tenu de la dureté de ces marches, des conditions effroyables que le bataillon doit affronter, tant du point de vue de la météorologie que de l’hygiène, sans compter le ravitaillement pour le moins lacunaire, la chose parait d’autant plus douteuse qu’élève d’une grande école, le futur éphémère sénateur ne paraît pas disposer de l’entraînement permettant d’endurer de telles épreuves. Celles-ci nous amènent à un second point. En effet, s’il ne s’agit bien entendu pas de remettre ici en cause la violence du feu qui ravage les champs de batailles de la guerre de 1870, il importe de rappeler que le combat ne constitue qu’un moment très restreint de la campagne[17]. L’exemple du III/29e mobiles est à cet égard particulièrement significatif. Jamais l’unité ne prononce la moindre offensive et son expérience du feu se résume à endurer des tirs d’artillerie et d’infanterie les 3 et 4 décembre 1870 et à participer à un combat le 25 janvier 1871 : une manœuvre en tirailleurs en sortie de bois qui confronte brutalement les hommes au feu de l’infanterie ennemie. Bien entendu, il s’agit assurément là d’épreuves traumatisantes et mon propos n’est pas de diminuer les mérites et les souffrances de ces soldats. Mais il convient de rappeler que ce choc du feu, pour réel qu’il soit, n’est certainement pas l’expérience la plus chronophage de leur campagne. De ce point de vue, c’est la marche qui est la première des violences qu’ils doivent endurer. Le bilan des pertes du 29e régiment de mobiles présenté par le docteur Léon Pissot, médecin de l’unité, en est d’ailleurs une preuve assez irréfutable : moins que les balles et les obus prussiens, ce sont les maladies qui causent les plus grands ravages dans les rangs.

Pertes du 29e régiment de mobiles du Maine-et-Loire au cours de la campagne 1870-1871. Source: PISSOT, Léon, Le 29e régiment de mobiles (Maine-et-Loire) pendant les campagnes de la Loire et de l’Est (1870-1871), Angers, Imprimerie P. Lachèse, Belleuvre et Dolbeau, 1873, p. 94.
Pertes du 29e régiment de mobiles du Maine-et-Loire au cours de la campagne 1870-1871. Source: PISSOT, Léon, Le 29e régiment de mobiles (Maine-et-Loire) pendant les campagnes de la Loire et de l’Est (1870-1871), Angers, Imprimerie P. Lachèse, Belleuvre et Dolbeau, 1873, p. 94.

Pour autant, même si la guerre de 1870 de Léon Jamin reste très largement méconnue, elle permet d’identifier un certain nombre de continuités dans la trajectoire de cet élu. Il y a notamment ces galons d’officiers. Or ces modalités d’octroi sont bien spécifiques puisque, comme le rappelle Léon Pissot, un décret du gouvernement de la Défense nationale soumet « la nomination des officiers à l’élection des soldats »[18]. Là est donc la première campagne de Léon Jamin, y compris dans le sens électoral du terme même si l’on ignore tout du processus de désignation mis en œuvre dans les rangs. Autrement dit, s’est-il déclaré et a-t-il cherché à convaincre ses futurs subordonnés ? Est-ce que son statut de centralien ne lui a pas, de facto, conféré un prestige le désignant pour ces galons ? Quels furent ces sentiments au terme de cette élection ? Au regard du parcours ultérieur de l’intéressé, ce sont là des questions qui ne sont pas dénuées d’intérêt.

Pertes par bataillon du 29e régiment de mobiles du Maine-et-Loire au cours de la campagne 1870-1871. Source: PISSOT, Léon, Le 29e régiment de mobiles (Maine-et-Loire) pendant les campagnes de la Loire et de l’Est (1870-1871), Angers, Imprimerie P. Lachèse, Belleuvre et Dolbeau, 1873, p. 94.
Pertes par bataillon du 29e régiment de mobiles du Maine-et-Loire au cours de la campagne 1870-1871. Source: PISSOT, Léon, Le 29e régiment de mobiles (Maine-et-Loire) pendant les campagnes de la Loire et de l’Est (1870-1871), Angers, Imprimerie P. Lachèse, Belleuvre et Dolbeau, 1873, p. 94.

Bien entendu, on ne sait pas grand-chose de la composition du corps – électoral – qui a décerné ces galons d’officiers à Léon Jamin. S. Audoin-Rouzeau affirme que l’armée de la République recrute sur des bases sensiblement plus larges, autrement dit moins exclusivement paysannes que celles de l’Empire[19]. Il y a donc tout lieu decroire que cette évolution concerne aussi le 29e régiment de mobiles du Maine-et-Loire, et son IIIe bataillon, ce qui permet donc de comprendre l’attribution de ces galons à Léon Jamin. D’ailleurs, on sait qu’Eugène Lelong sert également au sein de cette unité avec le grade de lieutenant alors que tout juste sorti de l’école des Chartes[20]. Mais il n’en demeure pas moins qu’on ignore encore probablement l’essentiel de la campagne 1870-1871 de Léon Jamin. Or ceci est d’autant plus frustrant qu’il est assez tentant de voir dans cette élection sous l’uniforme du 29e mobiles la source d’une certaine appétence pour les joutes électorales… alors que l’éphémère sénateur nantais ne semble jamais avoir usé de ces galons comme d’un capital politique. C’est en effet plus sur son parcours professionnel et son passé d’industriel, puisqu’il est le fondateur des Chantiers nantais de construction navale, voir sur ses fermes convictions catholiques, qu’il trace son chemin dans les urnes.


[1] Pour de plus amples développements, je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, « Que reste-t-il de 1870-1871 en 1920-1921 ? Le cinquantenaire de l’année terrible dans la presse bretonne », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, n°128-4, 2021, p. 179-193.

[2] Cet officier de carrière sert au 33e RAC. Né le 6 juillet 1874, ce Polytechnicien connaît une carrière très plane : sous-lieutenant en 1896, à la sortie de l’école, lieutenant deux ans plus tard, capitaine en 1909 et chef d’escadron en 1917. Arch. nat. : LH 19800035/444/59434.

[3] « La mort de M. Jamin », L’Echo de la Loire, 1e année, n°146, 22 janvier 1920, p. 2.

[4] L’éloge funèbre de Léon Jamin par Léon Bourgeois est publié par de nombreux journaux en Loire-Inférieure et en France. Voir par exemple « L’Eloge funèbre de M. Jamin », Le Phare de la Loire, 105e année n°32 806, 23 janvier 1920, p. 2.

[5] « Convoi funèbre », Le Phare de la Loire, 105e année, n°32 804, 21 janvier 1903, p. 3.

[6] « Les obsèques de M. Jamin », Le Phare de la Loire, 105e année n°32 806, 23 janvier 1920, p. 2.

[7] Pissot, Léon, Le 29e régiment de mobiles (Maine-et-Loire) pendant les campagnes de la Loire et de l’Est (1870-1871), Angers, Imprimerie P. Lachèse, Belleuvre et Dolbeau, 1873. Sur cette unité, on pourra également se référer à Ephémérides du 2e bataillon. 29e régiment de mobile (Maine-et-Loire). Campagnes de la Loire et de l’Est (1870-1871), Châteaudun, Imprimerie Henri Legesne, 1873 mais Léon Jamin sert au IIIe bataillon.

[8] Pissot, Léon, Le 29e régiment de mobiles…, p. 53.

[9] Sur ce point non encore défriché en ce qui concerne la guerre de 1870, se baser sur les analyses stimulantes de Evanno, Yves-Marie et Vincent, Johan (dir.), Tourisme et Grande Guerre. Voyage(s) sur un front historique méconnu (1914-2019), Ploemeur, Editions CODEX, 2019.

[10] Pissot, Léon, Le 29e régiment de mobiles…, p. 24.

[11] Pour de plus amples développements, je me permets de renvoyer à « 47-й пехотный полк французской армии в годы первой мировой войны: к вопросу о влиянии окружающей среды на боевые действия », Вестник Пермского университета. История, n°2 (53), 2021, p. 17-26 / « The French 47th Infantry Regiment during the First World War : An Environmental Approach », Perm University Herald. History, 2021, n° 2(53), p. 17–26.

[12] Pissot, Léon, Le 29e régiment de mobiles…, p. 34-35.

[13] Pissot, Léon, Le 29e régiment de mobiles…, p. 35.

[14] Là n’est d’ailleurs pas propre à ce conflit. Pour de plus amples développements, je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, Une entrée en guerre. Le 47e régiment d’infanterie de Saint-Malo au combat (août 1914 – juillet 1915), Talmont-Saint-Hilaire, éditions CODEX, 2014.

[15] Pissot, Léon, Le 29e régiment de mobiles…, p. 45.

[16] Pissot, Léon, Le 29e régiment de mobiles…, p. 47.

[17] Roynette-Gland, Odile, « Blessés et soignants face à la violence du combat en 1870-1871 : un tournant sensible ? », Revue d’histoire du XIXe siècle, n°60, 2020/1, p. 145-162.

[18] Pissot, Léon, Le 29e régiment de mobiles…, p. 6-7.

[19] Audoin-Rouzeau, Stéphane, 1870. La France dans la guerre, Paris, Armand Colin, 1989, p. 101.

[20] Stein, Henri, « Eugène Lelong », Bibliothèque de l’école des Chartes, Tome 86, 1925, p. 475-477.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2022, 9 février). A la recherche de l’invisible vétéran : Léon Jamin. Ar Brezel. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbp7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.