La Loire à Nantes, carte postale (détail). Collections Musée de Bretagne : 993.0011.233.

Février 1918 : l’estuaire de la Loire au bord de la Révolution ?

Présentant ses vœux pour l’année 1918 à ses lecteurs, le directeur du Phare de la Loire, Maurice Schwob, entend souligner « l’effort de la France ». À l’en croire, « c’est le meilleur moyen de montrer à nos alliés tout ce qu’ils nous doivent et de nous montrer à nous-mêmes tout ce qui est à notre crédit ». Puis, résolument confiant, il affirme : « On se passera des Russes et on attendra les Américains, en tenant bon comme on a tenu en attendant les Anglais »[1]. Il y aurait beaucoup à dire sur ce propos, notamment en ce qu’il révèle du rapport des Français et de leurs alliés. Mais là n’est pas ce qui étonne le plus en lisant cet article. En effet, et contrairement à l’optimisme serein affiché par Maurice Schwob, les « rapports sur les mouvements ouvriers et politiques » dressés pendant la Grande Guerre par la préfecture de Loire-Inférieure laissent entrevoir de nombreux conflits sociaux en ce début d’année 1918[2]. Pire, ceux-ci semblent participer d’une certaine forme de contagion du monde du travail, réalité que n’élude nullement le préfet de Loire-Inférieure, Louis Hudélo. Dans un courrier qu’il adresse le 28 février 1918 à Jules Pams, ministre de l’Intérieur, il explique même, sans que cela ne semble poser le moindre problème, que « le mouvement qui est signalé à Saint-Nazaire n’est que la suite et la prolongation du mouvement qui s’est récemment produit à Nantes », celui-ci étant inspiré par un autre ayant éclaté à Lyon. Et pourtant, personne ne semble s’inquiéter outre-mesure de la situation. Comment interpréter cela ?

Le silence de la presse

La presse publiée en Loire-Inférieure est particulièrement silencieuse à propos de ces mouvements sociaux. Si Le Phare de la Loire fait état, dans sa « chronique locale et régionale », des réunions des différentes chambres syndicales, de même que Le Populaire du reste, elle n’en dit pas plus et laisse ses lecteurs dans l’ignorance de qui ce peut s’y dire et, plus encore, décider. Nulle mention donc des grèves dans la métallurgie et les chantiers navals dans le journal dirigé par Maurice Schwob mais, en revanche, la publication le 28 février de la lettre adressée au député de Nantes Maurice Sibille :

« Vous avez bien voulu appeler mon attention sur la situation difficile que crée au personnel ouvrier des arsenaux et des établissements de la marine, le renchérissement actuel du prix de la vie ; cette situation atteindrait plus particulièrement les ports de la région de Nantes, Brest et Lorient, en raison de la présence des troupes alliées. Vous me demandez d’examiner s’il n’y aurait pas lieu de procéder à une révision des salaires du personnel ouvrier et à la concession d’une indemnité de vie chère aux autres catégories de personnel de la marine (adjoints techniques, dessinateurs, personnel administratif).

J’ai l’honneur de vous faire savoir que je fais examiner immédiatement cette question : j’aurai soin de vous aviser de la suite donnée à bienveillante intervention. »[3]

Même ligne éditoriale dans l’édition nantaise de L’Ouest-Eclair qui n’est pas plus diserte sur les conflits sociaux qui éclatent en ce mois de février 1918 en Loire-Inférieure. Quant au Populaire, quotidien dirigé par le radical, et premier adjoint au maire de Nantes, Gaston Veil, il ne se démarque pas de ses concurrents et ne dit rien de cette actualité, contrairement à ce que ce titre pourrait laisser supposer. Pourtant, le mot grève n’est pas absent des colonnes des trois grands quotidiens publiés dans la Cité des Ducs, bien au contraire. Mais la plupart du temps, pour ne pas dire exclusivement, il se rapporte à la situation en Allemagne et sert donc avant tout à décrire les faiblesses de l’ennemi. Les supputations auxquelles se livrent, dans l’édition du 1er février 1918 du Populaire, Gaston Veil sont à cet égard très révélatrices :

« Depuis quelques jours, les renseignements nous arrivent nombreux sur les grèves d’Allemagne, et la situation nous est dépeinte comme grave. Si nous sommes ainsi tenus au courant de ce qui se passe chez nos ennemis, est-ce le signe que le Kaiser et ses ministres sont débordés par la violence du flot populaire, ou bien ont-ils lâché la bride à leurs journaux dans une arrière-pensée que nous ne devinons pas ? »[4]

L’Ouest-Eclair joue dans ce cadre une partition très subtile qui s’insère certes dans le discours patriotique dominant mais n’oublie pas, non plus, de rappeler quelques fondamentaux. Citant ainsi un journal allemand présenté comme « catholique », l’édition nantaise du quotidien breton affirme qu’un « mouvement gréviste, loin de nous rapprocher de la paix, nous en éloignerait », propos dont il est difficile de dire s’il ne s’adresse pas aussi, dans une certaine mesure, au mouvement ouvrier et social en France et pour ce qui nous intéresse ici sur les rives de l’embouchure de la Loire[5]. Quand il s’agit d’évoquer les grèves qui frappent la très catholique Espagne, pays neutre et donc partenaire commercial important l’Entente, c’est pour rassurer le lectorat quant à la réouverture du bassin minier de Tharsis, dans la province de Huelva[6]. En définitive, la seule grève que L’Ouest-Eclair semble avoir craint, dans son édition datée du 3 février 1918, c’est celle des « buveurs pour protester contre la hausse du prix de la chopine à 50 centimes »[7]. Le propos est, on l’aura deviné, parodique et distille non sans humour un message suggérant que la victoire est aussi affaire d’abstinence alcoolique[8].

Les estimations de la police

Pourtant, les archives produites par la préfecture de Loire-Inférieure permettent d’identifier un grand nombre de conflits sociaux en ce début d’année 1918, tout particulièrement en ce mois de février qui nous intéresse ici. Pour ne citer qu’un exemple, le commissaire central de police de Nantes recense le 12 février 1918 68 grévistes parmi les charpentiers de hauteur, 75 le lendemain. Facteur qui semble aggravant, les revendications se transmettent par capillarité. C’est ainsi que si les mousses des Chantiers de la Loire se mettent en grève le 13 février 1918, c’est parce qu’ils « réclament les mêmes avantages que leurs camarades des Chantiers de Bretagne ». Mais, encore une fois, c’est, à en juger par ces archives, le calme et la sérénité qui semble régner parmi les autorités de l’État. Celles-ci, malgré la situation en Russie, ne semblent pas craindre un épisode révolutionnaire dans l’estuaire de la Loire. Comment expliquer un tel climat ?

Il est vrai que de nombreux rapports insistent sur le calme des grévistes et sur le fait que ces mouvements sociaux ne se signalent par « aucun incident ». Il est également vrai que, état de guerre oblige, la troupe est nombreuse dans les casernes du département et qu’il serait aisé d’y recourir pour rétablir un ordre menacé par quelques piquets. Comme un symbole, la Bourse du travail de Nantes, installée depuis 1911 à l’angle des rues Arsène Leloup et Désiré Colombe, est réquisitionnée dès l’été 1914 pour y accueillir des éléments du Service de santé du 11e corps d’armée. En 1918, les locaux ne sont encore qu’en partie utilisés par les organisations ouvrières. Il est vrai, enfin, que certains mouvements se soldent par des échecs assez complets, à l’instar de cette grève des jeunes ouvriers métallurgistes des Chantiers de la Loire à Saint-Nazaire qui s’achève piteusement le 14 février 1918 alors que « les chômeurs sont rentrés au travail […] dans les mêmes conditions que par le passé ». Si 7 individus ont refusé de rejoindre leurs postes, ils ont aussi quitté « définitivement et volontairement » l’entreprise, réglant de fait le problème de la cessation du travail. Néanmoins, on ne peut qu’être frappé par le ton des nombreux rapports produits par les services de la préfecture de Loire-Inférieure et le nombre de conflits sociaux que ces archives permettent de répertorier.

Il convient néanmoins de considérer ce type de carte avec beaucoup de prudence. Il importe en effet de rester modeste et de garder à l’esprit que rien ne permet de garantir la fiabilité de ces données : peut-être certains rapports ont-ils été égarés ou détruits – par besoin de papier ou par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale, que l’on sait violents à Nantes – ce qui conduirait à oublier dans ce décompte un certain nombre de grèves. De même, un conflit comme celui des charpentiers de hauteur ne peut pas être répertorié sur la carte dans la mesure où rien ne permet de le géolocaliser, ce métier étant basé sur de l’itinérance. Faute de mieux, je n’ai consigné que le siège de leur syndicat, sis 4, rue Voltaire à Nantes. Par ailleurs, d’autres éléments jouent. Il n’y a jamais 100% de grévistes et l’impression visuelle qui peut résulter d’une telle mise en carte doit être considérée, encore une fois, avec mesure. Là est une réalité qui a d’ailleurs déjà été mise en exergue à propos des mutineries au front au cours de l’année 1917 : un régiment n’est jamais intégralement mutiné et raisonner en termes de divisions impactées contribue à grossir outrageusement le phénomène[9]. Penser, ainsi que pourrait le faire croire le commissaire central de Nantes dans un courrier adressé le 12 février 1918 au préfet de Loire-Inférieure, que les 7 000 ouvriers métallurgistes de la ville se sont tous mis en grève serait ainsi une grave erreur. Malheureusement, les archives ne permettent que rarement de calculer le taux de participation et c’est, toujours et encore, la prudence qui doit s’imposer. Intéressant est toutefois le rapport daté du 5 février 1918 rendant compte d’une réunion tenue à Basse-Indre et à laquelle assistent environ 120 ouvriers, auditoire jugé par le commissariat spécial de Nantes « peu nombreux comparé au personnel des forges qui atteint près de 3 000 ouvriers ». Ajoutons de surcroît que les chiffres sont parfois d’une fiabilité douteuse.La grève des mousses des Ateliers et chantiers de Bretagne et des Chantiers de la Loire donne ainsi lieu à des estimations fluctuantes alors qu’elles sont produites le même jour par le même service. Quoi qu’il en soit, on sait que ce type de représentation graphique donne un effet qui tend à gonfler les évaluations et constitue donc un biais de perception.

Enfin, et c’est là une donnée fondamentale sur laquelle il ne faut nullement transiger, prétendre saisir un mouvement social par le seul biais des archives policières relève de la gageure.Le rapport que le commissariat spécial de Nantes produit le 7 février 1918 pour rendre compte de la réunion des métallurgistes tenue la veille à la Bourse du travail le montre de manière aussi coquasse que convaincante : ce rassemblement étant privé, le policier doit se contenter… de ce qu’il peut entendre de l’extérieur, dans la rue. Par ailleurs, les participants ne paraissent pas dupes de la surveillance dont ils font l’objet, ce qui là encore doit conduire à la plus élémentaire prudence quant aux éléments rapportés dans cette archive. C’est ainsi que le commissaire spécial indique que « la réunion s’est terminée vers 10h ¼ et la sorte par petits groupes a paru aussi entourée de précautions que l’entrée ». Le paradoxe est que cette impuissance à connaître les velléités exactes du mouvement ouvrier et social peut entraîner un zèle destiné, précisément, à la masquer. C’est ainsi par exemple que le 15 janvier 1918 ce même commissaire spécial croit « devoir signaler » au préfet de Loire-Inférieure « l’apposition récente, en ville d’une affiche ainsi conçue :

Pour savoir la vérité, lisez

LA VAGUE

Socialiste et féministe, journal hebdomadaire de combat. »

Or cet hebdomadaire, fondé au début de l’année 1918, est diffusé jusqu’aux premières lignes avec la bénédiction du Grand Quartier général… qui y voit un outil efficace pour saisir le moral des tranchées. Précisons du reste que s’il est régulièrement question, dans les numéros publiés en janvier et février 1918, de grèves, Nantes, et la Loire-Inférieure de manière générale, sont singulièrement absents de ces colonnes.

Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 994.0038.65.
Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 994.0038.65.

Ajoutons par ailleurs que les archives, malgré l’aide précieuse du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et social, ne permettent pas toujours de repérer les leaders de ces mouvements. Il n’est ainsi pas possible d’identifier le dénommé Lefèvre qui compte parmi les responsables de la grève des métallurgistes qui éclate le 12 février 1918. Le commissaire central de Nantes concède d’ailleurs lui-même qu’il « est peu connu », ce qui ne l’empêche pas d’en donner un portrait qui aiguise la curiosité de l’historien : « Il n’est à Nantes que depuis 4 mois environ au titre de mobilisé du service auxiliaire, venant de l’Arsenal de Rennes, et travaille aux Chantiers de la Loire, où il est considéré comme meneur, a idées syndicalistes mais non défaitistes ». Quant au rapport de ce même commissaire spécial mentionnant le 5 février 1918 un certain « Gomichon, des chantiers de Bretagne », il n’est pas possible de savoir de quel frère il s’agit, les deux étant engagés dans le mouvement ouvrier et social. Mais l’individu qui semble, au cours du mois de février 1915, attirer le plus l’attention des autorités en Loire-Inférieure est un certain Froissard, ou Froissart, dont on ne sait absolument rien mais qui est présenté comme étant le « délégué permanent de la Fédération socialiste de Loire-Inférieure ». Ancien guesdiste, il serait proche de Pierre Renaudel et aurait été secrétaire de Louis Dubreuilh, secrétaire général de la SFIO jusqu’en 1918. Ni le Maitron, ni la thèse de F. Prigent, historien qui est pourtant le meilleur connaisseur des réseaux socialistes en Bretagne, ne permettent d’identifier cet individu[10]. Il est du reste assez curieux que personne ne se soit pour l’heure penché sur ce cas car ce qu’en disent les comptes-rendus de la réunion qu’il anime le 9 février 1918, au siège de la « Section socialiste nantaise », est de nature à singulièrement attiser la curiosité de l’historien. Devant une assistance évaluée à 150 personnes, il attaque vigoureusement Clemenceau, qu’il accuse d’être « autocrate » et d’avoir fait arrêter Joseph Caillaux, à qui « la majorité ne pardonne pas d’avoir fait voter l’impôt sur le revenu ». Il reproche par ailleurs au Tigre « d’être l’adversaire de l’ouvrier et d’être incapable de mener à bien les destinées de la France qui ne peut être sauvée que par le Parti socialiste ». Affirmant ne pas croire en la victoire par les armes, il explique que « seule la conférence de Stockholm peut faire finir heureusement la guerre » et réclame des passeports pour se rendre en Suède. Enfin, « abordant la question de la Révolution russe il laisse entrevoir, non sans précaution, que le parti Socialiste devrait lui avoir aussi, ses organisations, ses réunions afin de faciliter, le jour où l’explosion du Prolétariat international se produira, le renversement de tous les Gouvernements autocrates, afin de faire place à un régime de lumière et de justice ». Le 12 février 1918, ce militant réitère son propos lors d’une réunion tenue à Saint-Nazaire puis le lendemain à Trignac. Une autre conférence aurait été donnée à Paimboeuf, mais les archives ne permettent pas de l’attester avec certitude.

Dans ces conditions, il n’y a sans doute rien d’étonnant à ce que l’historiographie ne dise finalement pas grand-chose des mouvements sociaux qui agitent Nantes en cette année 1918 et, pour ce qui nous intéresse ici, au mois de février. Pas un mot par exemple dans le superbe catalogue de l’exposition En Guerres présentée en 2013 au Musée d’histoire de Nantes[11]. De même, ni Y-H Nouailhat ni, plus récemment, B. Nau n’abordent cette question même s’il est vrai que ces deux dernières enquêtes se focalisent avant tout sur le corps expéditionnaire américain[12]. Mais on verra plus loin dans ce billet que, justement, la présence des Doughboys n’est peut-être pas sans influence sur le climat social de ce brûlant mois de février 1918.

Occurrences du terme "grève" dans le corpus de presse présent sur Gallica pour les années 1905-1925 via l'application Gallicagram.
Occurrences du terme “grève” dans le corpus de presse présent sur Gallica pour les années 1905-1925 via l’application Gallicagram.

Que Le Phare de la Loire et L’Ouest-Eclair ne disent pas un mot de ces conflits sociaux n’a en revanche rien d’étonnant. Ceci tient autant à la force de la culture de guerre qu’à la crainte d’Anasthasie. Les journaux demeurent, quoi qu’on en dise, une entreprise commerciale. Or un quotidien dont les colonnes maculées de blanc par la censure se vend assurément moins bien qu’autre ayant des contenus, quels que puissent-ils être par ailleurs, à ses lecteurs putatifs[13]. Ajoutons d’ailleurs que l’application Gallicagram montre que ces deux titres sont à l’unisson de la presse française. Les occurrences du terme « grève » dans le corpus présent sur Gallica pour les années 1905-1925 font clairement apparaître un creux lors de la période 1914-1918. Avec un taux de fréquence de 0, 006401%, le mois de février 1918 est situé plus haut que ce que l’on peut observer sur la période août 1914-1916 mais est en retrait par rapport à 1917. En revanche, aucune année de temps de paix, que cela soit avant ou après le conflit, n’est inférieure à ce que l’on peut observer pendant ce mois de février 1918[14].

Quel sens donner à ces grèves ?

Reste à savoir comment interpréter ces mouvements sociaux et si tous participent de la grille de lecture véhiculée par le dénommé Frossard évoqué plus haut. La question mérite d’être posée dans la mesure où le commissaire central de Nantes affirme, dans un rapport adressé le 17 janvier 1918 au préfet de Loire inférieure que

« L’issue de la guerre ne parait pas douteux à la population qui juge un peu sévèrement la longueur des opérations militaires. L’arrivée des Américains a été accueillie avec calme et confiance, quoi qu’elle ait occasionné des observations sur la durée probable du conflit. Les efforts anglais et italiens ont été suivis avec une bienveillante attention, et la majeure partie de la population est confiante, malgré la déconfiture russe. »

Bien entendu, de tels propos ne doivent pas être reçus sans un certain nombre de précautions préalables. Pour un commissaire de police, faire état de troubles de l’ordre public, c’est par la même occasion concéder un échec puisque la préservation de cet ordre public est précisément ce qui lui incombe. Il n’est dès lors pas étonnant qu’il ne soit aucunement fait mention dans ce rapport de grèves ou de mouvements sociaux, comme si la population, effectivement, faisant corps avec Philippe Pétain, attendait, elle aussi, « les chars et les Américains ». Si le fonctionnaire affirme que « la population supporte stoïquement les difficultés économiques et les restrictions imposées, tout en critiquant cependant la mauvaise répartition de l’essence qui permet à certains privilégiés de faire circuler des automobiles de luxe », c’est pour s’empresser de préciser que « la main d’œuvre ne manque pas d’une façon particulière et les besoins ne se font pas sentir d’une manière urgente ». D’ailleurs, à l’en croire, « l’action des journaux socialistes et syndicalistes est insignifiante ».

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Cette minoration des conflits sociaux, qui on l’a compris sert les intérêts personnels du commissaire, est perceptible dans le rapport qu’il adresse le 13 février 1918 au préfet de Loire-Inférieure à la suite du déclenchement, la veille, d’une grève de 80 à 90 mousses des Chantiers de Bretagne, à Nantes. Non seulement ces jeunes ouvriers tentent d’entraîner dans leur mouvement des camarades d’ateliers environnants, à savoir les chantiers de la Loire et l’usine Sohier, mais ils parviennent manifestement à faire contagion. Le lendemain, en effet, « tous les mousses des chantiers de Bretagne, soit 130 environ, et tous ceux des chantiers de la Loire, soit 100 environ, ont cessé le travail à 13 heures ». D’ailleurs, si les syndicats de métallurgistes commencent en Loire-Inférieure à se mettre en ordre de marche au début de l’année 1918, c’est sur la base des acquis obtenus récemment dans la branche à Lyon. Mais si le commissaire spécial indique que, de « l’avis des gens bien placés », il y a lieu de voir dans cette grève « la main néfaste de certains meneurs syndicalistes militants de la localité », il affirme également qu’il ne s’agit là que de « gamins qui ne voient en perspective que trois ou quatre bons jours de liberté, pour courir les rues ». D’ailleurs, à l’en croire, « les patrons ignorent leurs revendications exactes et n’attachent qu’une minime importance à cette catégorie de travailleurs ».

Il est vrai que la nature même de l’économie administrée qui est celle de la France pendant la Première Guerre mondiale vient considérablement atténuer le caractère explosif de ces conflits sociaux. A première vue, la grève qui éclate dans la manufacture de chaussures Perrouin de la rue Félibien, aux alentours du 22 février 1918, a tout pour inquiéter les autorités[15]. Les ouvriers et les ouvrières demandent une augmentation journalière de 2 francs pour, nous dit le commissaire spécial, en obtenir 1, mais ne tardent pas à entraîner dans leur sillage leurs collègues d’autres manufactures nantaises, Cohen et Lemoine notamment. Au total, en février 1918 le secteur, sur la place de Nantes, compte 67 hommes et 192 femmes et enfants en grève, soit un taux de participation au mouvement de 44,9%. À la fin du mois de mars 1918, c’est l’usine Daisay qui est à son tour frappée par un conflit social, celui-ci présentant des caractéristiques tout à fait analogues sans que ce décalage de chronologie puisse être expliqué. Encore une fois, en la matière, bien des choses échappent à la sagacité historienne et c’est la modestie qui doit s’imposer.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

De tels chiffres pourraient de prime abord paraître très inquiétants pour qui serait soucieux du maintien de l’ordre en place. Mais le rapport qu’adresse le commissaire spécial de Nantes au préfet de Loire-Inférieure le 23 février 1918 montre non seulement que l’État lui-même est un acteur central de cette conflictualité sociale mais qu’il détient les clefs de la cessation du mouvement. En effet, marque du poids de l’économie de guerre et des importantes commandes de brodequins passées par l’Armée, c’est l’Intendant militaire qui, en premier ressort, est désigné pour recevoir les grévistes. Celui-ci leur promet d’ailleurs d’intervenir en leur faveur alors que « M. le Maire leur avait tenu le même langage » précédemment. Mais il y a plus insidieux encore. Le commissaire spécial termine son rapport en précisant que « la presque totalité des hommes restés au travail sont mobilisés ». Autrement dit, par l’intermédiaire des lois Dalbiez et Mourier, l’État, et en l’occurrence le Ministère de la Guerre, « organise la main-d’œuvre » en prélevant sur le front un certain nombre d’individus jugés indispensables à la poursuite de l’effort de guerre à l’arrière. On imagine sans peine combien il s’agit là, pour ces acteurs, d’une remarquable stratégie d’évitement des tranchées… stratégie qui est bien évidemment de nature à prévenir toute tentation de conflictualité sociale. Pour le dire autrement, la puissance publique est ici parfaitement armée pour juguler ces mouvements. En effet, elle est non seulement la cliente de ces entreprises en ce que c’est elle qui passe les commandes, mais c’est également elle qui fixe les salaires et est, en définitive, détentrice des cordons de la bourse puisqu’elle règle en dernière instance les factures. Dans une telle conjoncture économique, les manufactures n’ont d’autre choix que d’honorer les marchés passés avec l’Intendance et suivant les modalités financières décidées par cette dernière. Par ailleurs et comme mentionné plus haut, l’armée, en ce qu’elle est la maîtresse du recrutement, est pleinement en mesure de renvoyer aux tranchées les agitateurs. En d’autres termes, elle a en grande partie la main sur le marché du travail. D’ailleurs, quand le 1er février 1918 le préfet de Loire-Inférieure effectue une visite officielle à l’Office interlocal de placement, c’est accompagné du capitaine Louis Schloessinger, grand mutilé amputé des deux avant-bras suite à une blessure par éclats de grenade contactée en mai 1915 sous l’uniforme du 65e RI et devenu directeur de l’Office départemental de placement en janvier 1917. Présenté à cette occasion comme le « bras-droit » du représentant de l’État, il est d’ailleurs promu en mars 1918 et prend la tête de l’Office régional de placement[16]. Cette trajectoire est un bon symbole de la place occupée par l’Armée, et la puissance publique de manière plus générale, dans le marché du travail de cette France entièrement tournée ou presque vers l’économie de guerre. En conséquence, et sans surprise du reste, les conflits ne durent pas. La grève la plus longue identifiée au cours de ce mois de février 1918 est celle des « mousses ou apprentis des Chantiers de la Loire » à Saint-Nazaire : débutée le 11, elle s’achève trois jours plus tard par, on l’a vu, un échec. Hasard ou pas, les grévistes sont des individus qui, du fait de leur âge, ne sont pas encore astreints aux rigueurs de la mobilisation…             

Réclame parue dans l'édition du 1er février 1918 du Phare de la Loire.
Réclame parue dans l’édition du 1er février 1918 du Phare de la Loire.

Sans doute est-ce cette structuration de l’économie et cet interventionnisme massif de l’État qui permet d’expliquer pourquoi, dans certaines entreprises, les ouvriers obtiennent satisfaction de leurs revendications sans même recourir à la grève. L’effort de guerre prime tout et, le 28 février 1918, les ouvriers de la fonderie de Couëron, qui produit des munitions d’artillerie, obtiennent « une augmentation de prime de vie chère » sans cesser le travail. Même chose en ce qui concerne les ouvriers maçons. Travaillant pour des entreprises pour qui, à n’en pas douter, l’État est un client essentiel en ce début d’année 1918, ils obtiennent le 22 février 1918 une augmentation de salaire horaire de 0,10 francs – ainsi qu’une augmentation de la durée journalière de travail d’une heure entre le 15 décembre et le 15 février – sans avoir à se mettre en grève, preuve que le rapport de forces leur est favorable. Le secrétaire du syndicat des ouvriers maçons – un certain Roussel dont on ne sait rien de plus et qu’il n’a pas été possible d’identifier à l’aide du Maitron – se déclare d’ailleurs « opposé au principe d’une grève toujours nuisible à la classe ouvrière », formulation curieuse de prime abord mais qui masque une certaine habileté : il s’agirait de ne pas froisser ceux qui alimentent le carnet de commandes. Il en est de même chez les charpentiers de hauteur qui, lors d’une réunion tenue le 17 février 1918 à la Bourse du travail, mentionnent deux chantiers importants susceptibles d’apporter du travail en masse : l’un est à Savenay, l’autre à Coëtquidan, ce qui ne laisse planer que peu de doutes quant à l’identité du commanditaire.

Quand les ouvriers de la métallurgie nantaise quittent leur travail leur travail le 12 février 1918, « pour tenir une réunion à la Bourse du Travail », c’est le « chef du service des Forges », un certain lieutenant-colonel Etienne, qui est chargé de la gestion du dossier en « qualité d’arbitre ». Cet officier tient d’ailleurs son mandat directement de Louis Loucheur, ministre de l’Armement et des Fabrications de guerre. Trois jours plus tard, c’est son « mandataire » qui vient expliquer aux mousses des ateliers et chantiers les avancées concédées, et ainsi obtenir la reprise du travail. À n’en pas douter, les responsables ouvriers – formulation volontairement vague tant à l’évidence sont différentes les situations suivant les lieux de travail – sont pleinement conscients du rapport de force qui les oppose à l’armée. À Basse-Indre, le syndicat des métallurgistes le formule explicitement dans un tract distribué le 3 février n’hésitant pas à détourner à son profit l’Union sacrée, ce qui rappelle par ailleurs combien celle-ci est en réalité superficielle : « Donc camarades ne vous endormez pas car sans l’Union sacrée vous ne pourrez obtenir des salaires en rapports avec nos besoins que si vous êtes assez forts pour obliger vos patrons à vous les accorder ». En d’autres pages, nous avions montré que si les syndicats de Saint-Nazaire ne parviennent pas, du fait de leur adhésion à l’Union sacrée, à empêcher l’imposition de l’organisation scientifique du travail, celle-ci ayant été largement combattue à la Belle époque, ces militants parviennent en revanche à obtenir de substantielles hausses de salaire. Certes, l’idée du taylorisme appliqué à la construction navale doit être nuancée du fait même des spécificités qu’impose cette activité industrielle : la production ne peut être aussi standardisée que dans l’automobile, par exemple, chaque navire ayant ses caractéristiques propres[17]. Mais il n’en demeure pas moins, pour notre propos, que cette agentivité s’observe à de nombreuses reprises en février 1918, preuve que les acteurs ne sont pas totalement écrasés par le conflit et qu’ils parviennent même, en certaines occasions, à conserver voire maximiser leurs acquis. C’est ainsi qu’aux forges de Trignac, « les délégués ont demandé un relèvement de la prime de vie chère de 1,75F par jour et par ouvrier » mais pas d’augmentation de salaire. Stratégie curieuse à première vue mais qui cache en réalité une parfaite compréhension du rapport de force qu’induit le « contrat de travail qui les lie ». Le 18 janvier 1918, le syndicat de la métallurgie rejette en commission mixte paritaire la proposition de majoration de « prime de vie chère » faite par les patrons et non seulement maintient ses revendications mais déclare que 4 militants seront « prochainement » désignés pour « soumettre le litige à l’appréciation de M. le Ministre de l’Armement et des Fabrications de Guerre ». Le message est limpide : refuser l’accord c’est rompre l’Union sacrée et, de fait, agir contre l’effort de guerre et la défense de la patrie. D’ailleurs, dans une adresse « au prolétariat français », le Comité confédéral de la CGT plaide, vraisemblablement au printemps 1918 :

« On tente de représenter le pays en proie au désordre alors qu’il se livre, en toute conscience, au labeur le plus opiniâtre. On feint de voir le désordre, là où il y a revendication, légitimée toujours par des conditions de travail condamnables. »

Certains pourraient voir là la marque d’une gestion harmonieuse des relations sociales et des rapports au sein du monde du travail. La réalité est sans doute moins idyllique que cela et, pour être bien comprise, ne peut être déconnectée un seul instant de la guerre en cours et de l’effort industriel à mener pour vaincre l’Allemagne. C’est ainsi que dans un courrier adressé le 25 février 1918 au sous-préfet de Saint-Nazaire, le Commissaire spécial de cette ville affirme à propos des Chantiers de l’Atlantique « espérer que l’intervention du contrôle de la main d’œuvre conciliera les intérêts des ouvriers et des patrons et évitera toute cessation de travail ». Non seulement cette formulation ne relève pas du hasard mais elle trahit la priorité du moment : non pas assurer la concorde nationale mais faire en sorte, quoi qu’il en coûte serais-je tenté d’écrire, qu’armes et munitions continuent à alimenter le front. Le nombre de rapports produits – parfois plusieurs par jour – pour chaque conflit social, que celui-ci donne ou non lieu à une grève, est d’ailleurs une bonne indication de la grande attention que portent les pouvoirs publics à la tension sociale sur les bords de la Loire. Là n’est d’ailleurs pas une situation exceptionnelle et, le 31 décembre 1917, le ministre du Travail et de la Prévoyance sociale, Pierre Colliard, prend exemple sur le secteur des mines pour fixer le cap des mois à venir en ce qui concerne la gestion des conflits sociaux dans un certain nombre de secteurs industriels sensibles. Dans un courrier qu’il adresse aux préfets, il insiste sur la nécessité qu’il y a à « éviter tout conflit susceptible de compromettre la production » et ajoute qu’il n’a pas besoin d’en « souligner l’importance dans les circonstances actuelles au point de vue de la défense nationale ». On ne saurait être plus clair.

Le facteur X

Il est toutefois un élément qui ressort à la portion congrue des archives mais sur lequel il me semble important d’insister pour comprendre le climat social de ce mois de février 1918, c’est la concurrence du corps expéditionnaire américain. Certes les Doughboys ne sont en cet hiver 1918 pas encore en mesure de faire pencher la balance démographique du côté de l’Entente et c’est même cette réalité qui justifie, quelques semaines plus tard, l’offensive allemande dite de l’Empereur. Mais en certains endroits de Bretagne, à Brest mais aussi le long de la Loire, à Saint-Nazaire tout particulièrement, leur présence est massive et contribue à dérégler l’économie de guerre de ces territoires. C’est ce qu’explique le Commissaire central de Nantes au préfet le 11 février 1918 à propos de la grève des charpentiers de hauteur : « Les patrons qui paraissent décidés à accorder 1 franc de l’heure à leurs ouvriers se plaignent de ce que les autorités américaines paient les charpentiers de 1,25F à 1,50, ce qui leur causerait un certain préjudice ». Là n’est pas un exemple unique et l’on connaît, à Saint-Nazaire, l’exemple de l’usine à gaz qui au printemps 1918 ne parvient pas à recruter n’étant pas en mesure de s’aligner sur les salaires pratiqués par l’Oncle Sam. En mai 1918, les dockers du port de Nantes menacent d’en appeler à la « base américaine » pour faire pression sur les patrons et obtenir satisfaction de leurs revendications. Or le fait est que le seul acteur du marché du travail – tout du moins celui participant de l’économie de guerre – sur lequel l’Armée française n’a pas la main est, justement, cette concurrence américaine. Mais ce constat ne paraît pas inquiéter outre mesure les autorités de l’État dans le département de Loire-Inférieure.

Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 993.0011.235.
Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 993.0011.235.

S’ils sont peu présents dans ces archives, les États-Unis constituent pourtant, à n’en pas douter, un élément d’explication déterminant pour qui souhaite prendre la mesure du climat social qui règne en cet hiver 1918 sur les rives de la Loire. L’entrée en guerre de l’Oncle Sam a un effet incontestable sur le moral de la population française et permet d’atténuer les chocs de l’année 1917. Lors de la première semaine de février 1918, le Cinéma Palace à Nantes se targue de diffuser en exclusivité « un grand film américain Le Réveil des États-Unis »[18]. Pour beaucoup, la victoire ne fait plus de doute et seule sa date est encore indéterminée, ce qui invite un certain nombre d’acteurs à agir en conséquence et à anticiper.

Certes, l’inflation et le rationnement sont dénoncés et sont, indéniablement, la source d’une grande insatisfaction qui transparait d’ailleurs bien dans les archives de la préfecture de Loire-Inférieure[19]. Mais il n’y a pas que cela. Soucieux de la préservation des intérêts de ses membres, le syndicat des métallurgistes de Basse-Indre met en lumière, en décembre 1917, l’opportunité qui se dessine à ses yeux et appelle, en conséquence, les ouvriers à se syndiquer pour mener les combats à venir :

« Il nous faut aussi préparer l’après-guerre : quand nos frères reviendront ils devront trouver des conditions de travail dignes d’eux. Pour cela ne comptons que sur nous-mêmes[20]. Camarades venez nombreux à l’organisation ; apportez-y non seulement vos cotisations, mais aussi votre initiative et votre cœur. De cette seule façon nous pourrons faire valoir avec certitude tous nos droits. »

Les mouvements sociaux qui émaillent la Loire-Inférieure en février 1918 sont intéressants en ce qu’ils invitent à penser de manière-contrintuitive. Dans la foulée de la théorisation par J. Horne d’un « long 1915 »[21], j’ai l’habitude de découper la séquence 1914-1918 en années qui sont moins des séquences calendaires – 1er janvier-31 décembre – que des concepts : d’août à l’automne 1914 le mouvement ; jusqu’au au 21 février 1916 une période de transition marquée notamment par des « expériences à coups d’hommes »[22] au sein du système-tranchées, la transition vers l’économie de guerre et la résolution de la crise des munitions ; jusqu’à la fin du mois de décembre 1916 l’année des grandes batailles marquées notamment par Verdun et la Somme ; jusqu’au printemps 1918 et le déclanchement de l’offensive de l’Empereur « l’année trouble »[23] qu’est 1917 avec les désastres du  Chemin des Dames et de Caporetto mais aussi les grèves, les mutineries, les secousses qui agitent la Russie ainsi que le retour au pouvoir de Clemenceau et la sortie de la non-belligérance américaine ; 1918 enfin avec le retour du mouvement et la mouvement de balancier des opérations sur le front ouest jusqu’à l’Armistice du 11 novembre. Dans ce cadre, les différentes grèves qui agitent la Loire-Inférieure en février 1918 paraissent spontanément relever d’un long 1917 marqué par une agitation sociale qui est une réaction aux échecs militaires mais aussi à un conflit qui semble ne devoir plus finir. Intéressant est cet égard le titre qui s’affiche sur trois colonnes en première page de l’édition nantaise datée du 1er février 1918 de L’Ouest-Eclair : « Soixante Gothas survolant Paris jettent 70 bombes » touchant deux hôpitaux, tuant 20 personnes dont des femmes et des enfants et causant, enfin, une soixantaine de blessés dont certains graves[24]. Mais la politique du syndicat des métallurgistes de Basse-Indre invite à réviser cette grille de lecture tant la stratégie de cette organisation est basée sur une anticipation de la victoire. Faut-il dès lors comprendre ce mois de février comme la marque d’un retour au mouvement, pas uniquement militaire comme à partir du 21 mars 1918 mais aussi social ? Si tel devait être le cas, alors l’activité syndicale, bien symbolisée par la reparution à partir de janvier 1918 du Réveil syndicaliste nantais, serait contre toute attente l’incontestable signal d’un retour à la paix.


[1] Schwob, Maurice, « L’Effort de la France », Le Phare de la Loire, 103e année, n°32057, 1er janvier 1918, p. 1.

[2] Arch. dép. Loire-Atl. : 1 M 136, rapports sur les mouvements ouvriers et politiques, 1917-1919. Sauf mention contraire, les documents cités dans ce billet proviennent de ce cartib ?

[3] « La vie chère et le Personnel des Arsenaux de la Marine », Le Phare de la Loire, 103e année, n°32116, 28 février 1918, p. 3.

[4] Veil, Gaston, « Les Grèves allemandes », Le Populaire, 45e année, n°12576, 1 février 1918, p. 1.

[5] « Les grèves allemandes ont pris fin », L’Ouest-Eclair (Nantes), 19e année, n°5676, 7 février 1918, p. 2.

[6] « Les grèves espagnoles », L’Ouest-Eclair (Nantes), 19e année, n°5670, 1er février 1918, p. 3.

[7] « Grève avortée, reprise du travail », L’Ouest-Eclair (Nantes), 19e année, n°5672, 3 février 1918, p. 4.

[8] Là est un argument que les catholiques n’hésitent d’ailleurs pas à appliquer en Bretagne à la chair. Pour de plus amples développements : Le Gall, Erwan, « Syphiliser Saint-Malo? Prophylaxie et tourisme sur la Côte d’Emeraude pendant la Grande Guerre », in Dornel, Laurent et Le Bras, Stéphane (dir.), Les Fronts intérieurs européens. L’arrière en guerre (1914-1920), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018, p. 339-353.

[9] Haddad, Galit, « Le refus du refus en 1917. Les non-mutins du 129e régiment d’infanterie face aux soldats mutinés », Histoire@Politique. Politique, culture, société, n°6, septembre 2008, en ligne.

[10] Prigent, François, Les réseaux socialistes en Bretagne des années 1930 aux années 1980, Thèse de doctorat en histoire contemporaine sous la direction de Sainclivier, Jacqueline, Rennes, Université Rennes 2, 2011

[11] Gualde, Krystel, En Guerres 1914-1918 1939-1945 Nantes & Saint-Nazaire, Nantes, Editions du Château des Ducs de Bretagne, 2013.

[12] Nouailhat, Yves-Henri, Les Américains à Nantes et Saint-Nazaire1917-1919, Paris, Les Belles Lettres, 1972 ; Nau, Brieuc, La présence américaine à Nantes pendant la Première Guerre mondiale, mémoire de master 2 recherche sous la direction de Jeannesson, Stanislas, Nantes, Université de Nantes, 2015.

[13] Voir par exemple, L’Ouest-Eclair (Nantes), 19e année, n°5670, 1er février 1918, p. 3.

[14] Données au 31 janvier 1918 portant sur 185759 occurrences.

[15] Pour une vue d’ensemble de cette industrie Martin, Philippe, Dans les pas de la chaussure nantaise. Une histoire de l’industrie de la chaussure et du cuir à Nantes, Nantes, Editions Coiffard, 2021.

[16] Chartrain, G., « Le Placement à Nantes. À propos d’une visite », Le Phare de la Loire, 103e année, n°32 095, 2 février 1918, p. 2 ; Arch. nat. : LH//2480/76. Chartrain, G., « Une œuvre qui s’élargit. Le placement des travailleurs », Le Phare de la Loire, 103e année, n°32 097, 4 février 1918, p. 3, rapporte des propos de cet officier qui donnent une bonne idée de la politique menée en la matière par cet établissement : « Ce que nous cherchons surtout […] c’est à cristalliser, si j’ose dire, dans la profession qu’il exerce, le travailleur en quête d’une situation. Il est donc superflu de redouter que nos soins se portent exclusivement vers l’industrie ou le commerce et que le placement industriel vienne à tier le placement agricole par la concurrence redoutable qu’il peut lui faire. La tendance que les travailleurs des champs ont à venir à la ville est des plus difficiles à combattre, surtout actuellement avec la perspective des hauts salaires que perçoivent les travailleurs employés dans les usines de guerre. Nous nous efforçons, cependant, de remonter le courant en représentant aux intéressés combien est trompeur le mirage des hauts salaires, quelles déceptions les attendent en ville. Car nous ne sommes pas une mécanique enregistrant automatiquement les offres et demandes d’emploi ; nous cherchons, avant de mettre en relations employeurs et employés, à nous rendre compte des intérêts des uns et des autres et si nous ne réussissons pas toujours à mettre en face de l’employeur l’employé qu’il désire en face de l’employé l’emploi qu’il a rêvé, nous avons du moins la satisfaction de nous dire que nous avons fait tout ce qu’il était humainement possible de faire pour arriver à ces fins… ». Les obsèques du capitaine Louis Schloessinger en novembre 1933 font l’objet d’une importante couverture médiatique par L’Ouest-Eclair.

[17] Plouviez, David, 1987 Dubigeon, la fin de la navale, Portet-sur-Garonne, Editions Midi-Pyrénéennes, 2021, p. 28. Cet auteur précise par ailleurs que le taylorisme est plus développé à Saint-Nazaire qu’à Nantes.

[18] « Cinéma Palace », Le Phare de la Loire, 103e année, n°32089, 1er février 1918, p. 3.

[19] Voir par exemple pour prendre la mesure du rationnement « Les Restrictions nouvelles », Le Phare de la Loire, 103e année, n°32101, 14 février 1918, p. 3.

[20] Souligné dans l’archive.

[21] Horne, John (dir.), Vers la guerre totale. Le tournant de 1914-1915, Paris, Tallandier, 2010.

[22] Goya, Michel, La Chair et l’acier. L’invention de la guerre moderne, 1914-1918, Paris, Tallandier, 2004, p. 219.

[23] Barey, Morgane et Bourcart, Jean (dir.), 1917, l’année trouble, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019.

[24] « Soixante Gothas survolant Paris jettent 70 bombes », L’Ouest-Eclair (Nantes), 19e année, n°5670, 1er février 1918, p. 1.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2022, 2 février). Février 1918 : l’estuaire de la Loire au bord de la Révolution ? Ar Brezel. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbp6

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.