Druides lors des fêtes celtiques organisées en juillet 1906 à Saint-Brieuc (détail). Musée de Bretagne : 993.0030.102.

1906 : les fêtes celtiques… et militaires de Saint-Brieuc

Les « fêtes celtiques » organisées à Saint-Brieuc les 22 et 23 juillet 1906 n’ont guère suscité d’intérêt dans l’historiographie. Pourtant, les Archives municipales du chef-lieu du département des Côtes-du-Nord conservent une passionnante série de cartes postales nous permettant de prendre la teneur de cette manifestation, tandis que le Musée de Bretagne propose dans ses collections en partage un négatif sur verre[1]. La presse locale est particulièrement précieuse et détaille minutieusement le programme de ces festivités, un programme qui accorde une large place au fait militaire et en dit long sur l’imbrication des appartenances régionale et nationale.

Déjà, en 1867, sous le Second Empire donc, Saint-Brieuc accueille le Congrès celtique international à l’instigation, notamment, de Charles de Gaulle, l’oncle poète du Général… Parmi les personnalités présentes, on retrouve Théodore Hersart de La Villemarqué, Arthur Le Moyne de La Borderie ou encore Sigismond Ropartz, père du compositeur Guy Ropartz. Professeur au Collège de France, Ernest Renan n’est pas physiquement présent dans le chef-lieu des Côtes-du-Nord mais a produit une note « relative à l’étymologie bretonne du nom Abélard » lue à l’assemblée par l’historien Henri Martin, du reste autre grand nom des lettres de l’époque[2].

Taldir Jaffrenou, en tenue de grand druide de Bretagne-Armorique (détail), carte postale. Musée de Bretagne : 994.0028.1.
Taldir Jaffrenou, en tenue de grand druide de Bretagne-Armorique (détail), carte postale. Musée de Bretagne : 994.0028.1.

En 1906, l’organisation de ces fêtes se comprend par l’intermédiaire de réseaux régionalistes bien symbolisés, dans la péninsule armoricaine, par la création en 1898 de l’Union régionaliste bretonne. C’est ainsi que parmi les acteurs de cet événement on retrouve Octave-Louis Aubert, régional de l’étape et figure incontournable du mouvement breton à Saint-Brieuc, de même que le linguiste François Vallée mais aussi Taldir Jaffrenou, Charles Le Goffic, Régis de l’Estourbeillon, Jean Le Gall (également connu sous son nom bardique Ab Sulio)[3] Autre personnalité que l’on recense à travers les archives mais non nécessairement liée à l’Emsav, le sculpteur Elie Le Goff[4]. L’Ouest-Eclair, pour sa part, évoque « plusieurs notabilités bretonnes » dans l’assistance, sans pour autant les lister[5].

Le ton « panceltique » et druidique des fêtes organisées au cours de l’été 1906 ne doit pas être mésinterprété. La chronologie a ici son importance et, en ce tournant du siècle, l’Emsav qui se donne ici à voir ne saurait être compris comme un mouvement nationaliste, séparatiste ou encore autonomiste. La Dépêche de Brest y voit au contraire un mouvement que l’on pourrait qualifier d’inclusif et affirme à propos des discours prononcés le 23 juillet qu’ils « ont été l’occasion de manifestations très chaudes en faveur du panceltisme », ce qui est attendu, mais aussi « de la paix universelle »[6]. En réalité, ce régionalisme est indissociable de la matriochka des petites patries dans la grande évoquée par A.-M. Thiesse[7]. L’exemple d’Henri Miche de Melleray rappelle que l’on peut alors être militant régionaliste et officier de carrière, savant mélange aboutissant à la création à Guingamp d’une clique de binious au sein du 48e RI.

Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 972.0018.205.
Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 972.0018.205.

Lors des fêtes de Saint-Brieuc, en 1906, cette construction est scandée par de nombreux détails symboliques et notamment par le « vase en bronze » donné par Edmond Robert, préfet des Côtes-du-Nord, aux organisateurs des fêtes pour une tombola[8]. D’ailleurs, le représentant de l’Etat dans ce département compte parmi les personnalités qui assurent « la présidence d’honneur » de ces manifestations[9]. Les « Salons de la Préfecture » sont du reste un lieu important de la géographie de ces fêtes puisque la « Reine Anne » et ses « demoiselles d’honneur » y sont reçues officiellement, en compagnie de « Bardes »[10]. On notera également que le Comité d’organisation « prie instamment les habitants de St-Brieuc de décorer leurs maisons et de pavoiser aux couleurs anglaises et françaises » ; une mesure destinée à honorer une délégation galloise sur laquelle on reviendra plus longuement et qui dit d’autant plus le climat patriotique du moment qu’elle intervient seulement deux ans après la signature de l’Entente cordiale[11]. Celle-ci est d’ailleurs évoquée par le menu et à de nombreuses reprises au cours du banquet du 23 juillet, une pratique qui rappelle combien ces repas sont des manifestations politiques[12] :

« Consommé Prince de Galles

Bouchées bretonnes

Trieux’s salmon à la Windsor

Gigot chamoisé sauce Nemrod

Timbale armoricaine

Jeunes poulardes de Callac truffées

Cèpes à l’Anglaise

Homards Saint-Guirec

Menhir glacé

Desserts variés

Fruits de saison »

Seules les boissons sortent de ce subtil équilibre gastronomico-diplomatique, même si l’on sait le Champagne très populaire en Grande-Bretagne[13] : « Sauternes, Graves, Saint-Estèphe, Mâcon ; Saint-Émilion, Chambertin, Champagne, Café, Fine Champagne » et « Liqueurs » accompagnent en effet ce déjeuner[14]. Les gigognes patriotiques fonctionnent donc des deux côtés de la Manche et si un Arc de Triomphe est érigé avec la mention « Welcome » à destination de ces hôtes Gallois, ces derniers assistent la veille du premier jour des fêtes à un concert donné par la musique municipale. Le Moniteur des Côtes-du-Nord nous dit à ce propos qu’ils « ont été très touchés de l’exécution du chant national Gallois et du God Save the King fort bien rendu de nos musiciens »[15].

A dire vrai, la matière de ce discours est tellement plastique qu’elle permet toutes les distorsions, toutes les adaptations aux circonstances. C’est ainsi que La Dépêche de Brest considère la manifestation briochine comme le « symbole de l’union de deux grands peuples » et ajoute que « l’Entente cordiale donne en ce moment une signification toute particulière [à l’événement], qui a d’ailleurs été comprise et soulignée par les acclamations du public »[16]. Pour le dire autrement, ces fêtes historiques sont avant tout une évocation mémorielle et celles-ci, fussent elles celtiques, sont bel et bien un outil politique du temps présent. D’ailleurs, pour La Croix du Morbihan, les discours prononcés à cette occasion ont « surtout exalté l’âme celtique et prôné une entente étroite entre Bretons des deux côtés de la Manche »[17]. À Nantes, Le Phare de la Loire ne retient d’ailleurs que cet aspect dans son – bref – compte rendu[18].

L’armée n’est pas absente de ces fêtes, ce qui souligne tout autant l’imbrication de la petite patrie dans la grande que la militarisation de la société française d’alors. Le clou de la soirée du 22 juillet 1906 se déroule ainsi sur le champ de mars et consiste en un « corso lumineux » animé notamment par la « musique militaire », selon toute vraisemblance celle du 71e RI[19]. Parmi les autorités composant la présidence d’honneur du Comité d’organisation des fêtes on retrouve Louis Bonneau, général commandant à Saint-Brieuc la 39e brigade d’infanterie[20]. À la gare, le 21 juillet 1906, la délégation galloise est accueillie par la musique du 71e RI, un geste souligné par la presse puisque le régiment est alors en manœuvres[21]. Lors de la grande parade du lendemain, cet orchestre se situe juste derrière le char de la « reine de Bretagne », une place dans le dispositif qui dit quelque part la prééminence de cette formation sur d’autres fanfares concurrentes, comme l’harmonie municipale par exemple[22]. Encore une fois, cette implication de l’armée dans le déroulement des fêtes celtiques de Saint-Brieuc dit tout autant la militarisation de la société française d’alors que l’emboitement de la petite patrie dans la grande.

Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 973.0033.112.
Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 973.0033.112.

Mais c’est dans les jardins de la préfecture des Côtes-du-Nord, épicentre de la manifestation, que cet entrelacement des appartenances régionale et nationale est le plus sensible. En effet, à l’occasion de ces fêtes, le parc est transformé en véritable enceinte dédiée au Gorsedd, ce qui est abondamment décrit par la presse et fixé par plusieurs clichés conservés aux Archives municipales de Saint-Brieuc et par le Musée de Bretagne[23] :

« Au centre des douze pierres du Cromlech se trouve le Maen Llog ou dolmen sacré, qui symbolise la Terre. Devant cette pierre se placent le trésor du Gorseld (sic !) : la grande bannière de Coswallon – ancien roi breton – et la Corn-Hirlas, sorte de trompe. À droite, se trouve le joueur de harpe, avec l’instrument d’or à trois rangs de cordes et, à gauche, la haute épée d’Arthur. […] Au pied des menhirs se groupent les druides fermant l’enceinte sacrée dans laquelle ne pénètrent que les membres du Gorsedd et les bardes honoraires. »[24]

Ajoutons d’ailleurs que cette géographie n’est pas sans interroger. Quelques mois seulement après l’adoption de la loi de 1905 et la crise liée aux inventaires des biens de l’Eglise, actualité qui fait suite à l’affaire dite des fiches, celle-ci survenant en pleine affaire Dreyfus, le moins que l’on puisse dire est qu’en cet été 1906 le climat politique est particulièrement lourd et l’opinion, quand bien même cette expression serait opérante, sévèrement fracturée. Or, sans surprise, pour qui sait les lire, les chars présents le dimanche 22 juillet 1906 dans le cadre des fêtes historiques et celtiques de Saint-Brieuc attestent sans ambiguïté du camp dans lequel se situe alors l’Emsav.

La description qu’en donne l’édition du 23 juillet 1906 de L’Ouest-Éclair, journal catholique et conservateur mais rallié dès sa création à la République, est à cet égard particulièrement instructive[25]. Si les chars dédiés à l’Antiquité ou au Moyen Âge ne semblent pas devoir appeler de commentaire particulier, tel n’est plus le cas lorsqu’on quitte l’époque moderne. C’est ainsi qu’à en croire le quotidien rennais, repris du reste sur ce point par La Croix des Côtes-du-Nord, le char dédié à la Princesse de Lamballe « est l’un des plus beaux chars de la fête »[26]. Or celui-ci n’est aucunement neutre puisque « la princesse de Lamballe, amie de Marie-Antoinette, périt lors des massacres de 1792 »[27]. Si la Révolution française est bien présente dans le tableau présenté lors de ces fêtes, ce n’est pas par l’intermédiaire de la prise de la Bastille ou de la nuit du 4 août mais au travers du souvenir d’un épisode marquant de la Terreur, qui fera d’ailleurs sensation au Salon de 1908 lorsque peint par Maxime Faivre. Puisant dans une mémoire plus récente, celle de la guerre de 1870, mais non moins traumatique, La Croix des Côtes-du-Nord emploie une asyndète qui dit mieux que de longs développements le positionnement historiographique et idéologique de cette manifestation : « La révolution est rappelée par l’autel de la patrie ; l’année terrible par les mobiles bretons »[28].

Autrement dit, le discours véhiculé par ces fêtes historiques et celtiques, s’il est clairement patriotique et s’inscrit résolument dans la célébration de l’Entente cordiale, est en revanche plus ambigu en ce qui concerne la République. Il est en effet des silences qui valent plus que de longs discours. Dès lors, qu’en déduire ? Que les services de la préfecture n’ont pas anticipé le caractère de ces chars et qu’ils se sont fait « avoir » ? Qu’au contraire ils ont agi dans un esprit libéral et se sont refusés à toute censure ? Voir même que pour tenter d’amorcer une désescalade ils se sont montrés conciliants avec une manifestation qui ne leur était pas favorable pour peu que la critique soit feutrée, hypothèse qui pourrait être appuyée par les cartes postales conservées par les Archives municipales de Saint-Brieuc ? En l’état actuel de nos connaissances, il n’est pas possible de répondre à une telle question. Il est toutefois probable que la volonté de célébrer l’Entente cordiale ait permis bien des audaces.

Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 993.0133.1983.
Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 993.0133.1983.

On l’a dit, la préfecture compte parmi les lieux importants de ces fêtes et, en ce mois de juillet 1906, les jardins accueillent une pièce de théâtre en trois actes, Huelledah, œuvre dont nous n’avons pas pu retrouver la trace mais que l’on sait être écrite par une figure régionaliste briochine bien connue, Octave-Louis Aubert[29]. Cet emboitement des petites patries n’est pas la réalité d’un moment, comme une sorte de parenthèse éphémère, mais s’inscrit au contraire dans un temps long qui, par ailleurs, explique les trajectoires d’un certain nombre de ces individus pendant la Grande Guerre, ou de leur descendance quand ils sont trop âgés pour être mobilisés. Tel est par exemple le cas d’Octave-Louis Aubert, père de Frédéric, officier au 47e RI de Saint-Malo[30]. Le sculpteur Elie Le Goff perd, lui, ses trois fils pendant le conflit : tous tombent au champ d’honneur. Si la Grande Guerre de Taldir Jaffrenou n’est probablement pas aussi glorieuse qu’il ne l’aurait souhaitée, il n’en demeure pas moins que cette figure de l’Emsav répond à l’appel de la défense de la Nation en armes. D’ailleurs, on ne manquera pas de souligner que le seizième et ultime tableau représentant lors de ces fêtes « Saint-Brieuc à travers les âges » est consacré aux Mobiles bretons de la guerre de 1870, char qui suggère une continuité patriotique[31].

Le succès de ces fêtes est en revanche difficile à estimer. Certes, le caractère spectaculaire de cette manifestation attire un vaste public, ce d’autant plus que la compagnie des Chemins de fer de l’Ouest, de même que celle des Chemins de fer des Côtes-du-Nord, affrète des trains supplémentaires pour permettre aux curieux de se rendre à Saint-Brieuc. Mais à en juger par les lignes concernées, l’assistance est avant tout départementale[32]. On sait également que des mesures exceptionnelles sont prises à cette occasion par le préfet des Côtes-du-Nord, à savoir l’autorisation pour les « cafés et débits de boissons » de rester ouverts jusqu’à deux heures du matin mais aussi un congé exceptionnel accordé le lundi 23 juillet 1906 aux fonctionnaires[33]. Autant d’éléments qui, indéniablement, contribuent à drainer du monde et inscrivent ces fêtes historiques et celtiques dans le registre de la culture de masse.

Les cartes postales, conformément à une pratique bien connue de l’époque, contribuent assurément à la publicité de l’événement mais il reste toutefois difficile de dire exactement dans quelle proportion. La presse est en revanche un indice éclairant. À Saint-Brieuc, Le Moniteur des Côtes-du-Nord couvre abondement l’événement, de même que La Dépêche à Brest même si, géographie éditoriale oblige, cette information est reléguée en page intérieure. Le 23 juillet 1906, le quotidien dirigé par Louis Coudurier affirme ainsi que « rarement on avait vu dans nos rues une pareille affluence de curieux et d’étrangers et rarement aussi d’aussi belles toilettes »[34]. À Rennes et à Lorient, L’Ouest-Eclair et Le Nouvelliste du Morbihan ouvrent également leurs colonnes à l’événement, de même qu’à Nantes, mais dans une très nette moindre mesure, Le Phare de la Loire. Cette dimension spectaculaire rend à l’évidence l’événement attractif pour la presse, y compris en dehors de la péninsule armoricaine. C’est ainsi par exemple que Retronews permet d’identifier une petite centaine de titres évoquant les fêtes de Saint-Brieuc, des grands journaux parisiens comme Le Figaro, Le Petit Journal, Le Journal des débats politiques et littéraires, Le Matin, Le Petit parisien, La Croix, L’Écho de Paris ou des publications plus confidentielles comme Le Soleil, Le Petit sou ou L’Estafette. En revanche, et si l’on veut bien excepter un entrefilet de L’Indépendant rémois, la presse provinciale non-bretonne ne parle pas de l’événement[35].

En ce qui concerne les idées celtiques et, plus encore sans doute, druidiques, le succès apparaît en revanche au mieux relatif et, en définitive, tout porte à croire que les initiateurs de ces fêtes ne sont pas parvenus à faire sortir ces pratiques du folklore. Il est vrai que la dimension proprement celtique de ces fêtes est reléguée au lundi 23 juillet 1906, comme si les organisateurs avaient été conscients de l’intérêt somme toute modéré pour ces questions. Le « Rassemblement sur les Promenades, des Bardes Gallois, Bas-Bretons et des Invités » ainsi que la « Grande Dérobée générale conduite par les Binious du Finistère » n’ont pas les honneurs du dimanche, jour où la fréquentation est maximale, de même que la représentation de Huelledah, « drame celtique en 3 tableaux » d’Octave-Louis Aubert[36].

Druides lors des fêtes celtiques organisées en juillet 1906 à Saint-Brieuc. Musée de Bretagne : 993.0030.102.
Druides lors des fêtes celtiques organisées en juillet 1906 à Saint-Brieuc. Musée de Bretagne : 993.0030.102.

D’ailleurs, quiconque observe attentivement le programme de ces deux journées de festivités ne peut qu’être interpellé par la symétrie du dimanche 22 et du lundi 23 juillet : d’un côté l’évocation de « Saint-Brieuc à travers les âges » avec 20 chars et 250 figurants ou un spectacle « d’acrobates chinois » venues des Folies-Bergères, de l’autre les bardes et la cérémonie des Gorsedds gallois et bretons[37]. Que cela soit conscient ou non, le résultat est indéniable : le néodruidisme est non seulement folklorisé mais réduit à un spectacle auquel on assiste en famille pour le simple plaisir du divertissement. Et comment en aurait-il pu être autrement puisque, de l’avis même du Moniteur des Côtes-du-Nord, si la célébration du « Gorsedd Gallois-Breton » fut « sensationnelle », c’est que « jamais une telle cérémonie n’avait eu lieu en France jusqu’à ce jour »[38]. Une première qui explique très certainement pourquoi le côté spirituel, mystique, cède le pas au spectaculaire. C’est ce que confirme le compte rendu donné dans La Dépêche de Brest :

« Au moment où commence la cérémonie, le spectacle est vraiment impressionnant. Cette vaste pelouse encadrée d’arbres magnifiques, cette foule aux couleurs chatoyantes entourant l’enceinte sacrée, ces druides, ces druidesses, ces bardes, ces ovates drapés dans leurs antiques costumes éclatants de blancheur ou revêtus des riches couleurs d’Armor, le tout inondé des rayons d’un soleil éblouissant, forme vraiment un tableau enchanteur et peu banal. »[39]

Semblable tonalité pour L’Ouest-Eclair qui affirme que « l’effet est saisissant et on se croirait revenu à un autre âge »[40]. Pour un journal catholique tel que celui-ci, ce positionnement éditorial n’est pas étonnant : envisager le Gorsedd sous l’angle du folklore, c’est d’une certaine manière neutraliser une forme de concurrence religieuse. Là est d’ailleurs une stratégie mise en œuvre à Saint-Brieuc par La Croix des Côtes-du-Nord, journal qui explique à ses lecteurs que le but de cette association de bardes est « purement poétique » et « de faire passer l’art dans le peuple en déployant les moyens propres à y arriver »[41].

Mais qu’en est-il du point de vue des organisateurs ? Sont-ils satisfaits de ces fêtes historiques et celtiques et les considèrent-elles comme un succès ? Compte tenu des sources à notre disposition, il est difficile de le dire. A en croire Léon Le Berre, ou de son nom druidique Abalor, qui publie un compte rendu dans Ar Bobl, journal dirigé par Taldir Jaffrenou, les fêtes de Saint-Brieuc sont une réussite et il plaide même pour que l’édition suivante coïncide avec un futur congrès de l’Union régionaliste bretonne[42]. Pour autant, comment analyser ce propos ? Faut-il y voir une preuve de l’incapacité de l’Emsav à se livrer à l’autocritique ou, au contraire, une manifestation de foi envers cette élite qu’incarnerait le mouvement breton et à qui incomberait la mission d’éveiller le peuple à la mystique celtique ? Il n’est pour l’heure pas possible de trancher cette question même si N. Blanchard a bien montré que telle est l’idée que Taldir Jaffrenou se fait de lui-même…[43]


[1] Arch. mun. Saint-Brieuc : 8Fi001 à 8Fi012 ; Musée de Bretagne : 993.0030.102.

[2] Congrès celtique international tenu à Saint-Brieuc (Côtes-du-Nord), Bretagne, en octobre 1867. Séances, mémoires, Saint-Brieuc, Société d’émulation des Côtes-du-Nord, 1868.

[3] « Les fêtes historique & celtique de Saint-Brieuc », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 36e année, n°30, 27-28 juillet 1906, p. 1.

[4] « Les fêtes historique & celtique de Saint-Brieuc », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 36e année, n°30, 27-28 juillet 1906, p. 1.

[5] « Les Fêtes historiques et celtiques », L’Ouest-Eclair, 8e année, n°3421, 22 juillet 1906, p. 4

[6] « Les fêtes celtiques de Saint-Brieuc », La Dépêche de Brest, 20e année, n°7462, 23 juillet 1906, p. 3.

[7] Thiesse, Anne-Marie, Ils apprenaient la France. L’exaltation des régions dans le discours patriotique, Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme, 1997 et La création des identités nationales, Europe XVIIIe – XXe siècle, Paris, Seuil, 2001.

[8] « Fêtes historique et celtique », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 36e année, n°29, 20-21 juillet 1906, p. 1.

[9] « Publicité », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 36e année, n°29, 20-21 juillet 1906, p. 3.

[10] « Publicité », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 36e année, n°29, 20-21 juillet 1906, p. 3. Il s’agit d’une certaine Mlle Le Provost désignée en sa qualité de « reine des fleurs ». Les sources divergent sur son appellation, certaine la désignant comme « Reine de Bretagne », d’autres évoquant son « costume de duchesse ». Sans doute n’y a-t-il pas lieu d’attacher trop d’importance à ces divergences lexicales. « Les fêtes historique & celtique de Saint-Brieuc », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 36e année, n°30, 27-28 juillet 1906, p. 1. « Les Fêtes historiques et celtiques », L’Ouest-Eclair, 8e année, n°3421, 22 juillet 1906, p. 4 précise  que les « demoiselles d’honneur » sont « Mlles Delisle, Chauvel, Le Breton et Sylvestre », sans qu’il soit toutefois possible de les identifier.

[11] « Fêtes historique et celtique », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 36e année, n°29, 20-21 juillet 1906, p. 1. Henri Servain, maire de Saint-Brieuc, insiste d’ailleurs sur cette dimension lors du vin d’honneur qu’il donne en l’Hôtel de ville. « Les fêtes historique & celtique de Saint-Brieuc », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 36e année, n°30, 27-28 juillet 1906, p. 1.

[12] Pour un exemple se référer notamment à Gourlay, Patrick, « Une visite présidentielle au village : Félix Faure dans le centre Bretagne le 8 août 1896 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, n°119-1, 2012, p. 157-188. Mauduit, Xavier, « L’Inauguration du canal de Suez », in Anceau, Eric et Barjot, Dominique (dir.), L’Empire libéral. Essai d’histoire globale, Paris, Editions SPM, 2021, p. 298 évoque les menus proposés aux convives lors de cette manifestation très politique : « Les plats présentés font écho à l’événement, avec un poisson à la réunion des deux mers ou des crevettes de Suez au cresson. Le caractère international de l’événement est souligné par un rost-beef et une langue de bœuf à l’anglaise, par une galantine de dinde à la Périgueux (sur socle), une salade russe, des asperges d’Italie à l’huile vierge, un pudding diplomate à l’ananas, un napolitain historié et des biscuits de Savoie décorés ».

[13] Parmi de nombreuses références bibliographiques signalons Harding, Robert Graham, The Establishment of Champagne in Britain, 1860-1914, PhD, St Cross College, University of Oxford, 2018.

[14] « Les fêtes celtiques de Saint-Brieuc », La Dépêche de Brest, 20e année, n°7462, 23 juillet 1906, p. 3.

[15] « Les fêtes historique & celtique de Saint-Brieuc », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 36e année, n°30, 27-28 juillet 1906, p. 1.

[16] « Les fêtes celtiques de Saint-Brieuc », La Dépêche de Brest, 20e année, n°7462, 23 juillet 1906, p. 3.

[17] « Fêtes celtiques », La Croix du Morbihan, 16e année, n°31, 29 juillet 1906, p. 3.

[18] « Fêtes celtiques », Le Phare de la Loire, 92e année, n°23 473, 24 juillet 1906, p. 1.

[19] « Publicité », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 36e année, n°29, 20-21 juillet 1906, p. 3.

[20] « Publicité », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 36e année, n°29, 20-21 juillet 1906, p. 3.

Né le 7 juillet 1851 à Wissenbourg, dans le Bas-Rhin, Louis Bonneau sort le 2 avril 1870 de l’Ecole spéciale militaire. Blessé au bras gauche le 31 août 1870 lors de la bataille de Noisseville, il est nommé « professeur adjoint au cours d’histoire militaire de stratégie et tactique générale à l’École de Guerre » en novembre 1884 et prend le commandement de la 37e brigade le 1er août 1905. Promu général de division le 20 juin 1907, il prend le commandement de la 41e DI le 29 novembre 1907. Arch. nat. LH : LH//284/37.

[21] « Les fêtes historique & celtique de Saint-Brieuc », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 36e année, n°30, 27-28 juillet 1906, p. 1.

[22] « Les fêtes historique & celtique de Saint-Brieuc », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 36e année, n°30, 27-28 juillet 1906, p. 1.

[23] Arch. Mun. Saint-Brieuc : 8Fi001, 8Fi004; Musée de Bretagne : 993.0030.102.

[24] « Les fêtes historique & celtique de Saint-Brieuc », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 36e année, n°30, 27-28 juillet 1906, p. 1.

[25] Lagrée, Michel, Harismendy, Patrick, Denis, Michel (dir.), L’Ouest-Eclair. Naissance et essor d’un grand quotidien régional, 1899-1939, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2000.

[26] « Les Fêtes de Saint-Brieuc », La Croix des Côtes-du-Nord, 14e  année, n°697, 29 juillet 1906, p. 2.

[27] « Les fêtes de Saint-Brieuc », L’Ouest-Eclair, 8e année, n°3422, 23 juillet 1906, p. 2.

[28] « Les Fêtes de Saint-Brieuc », La Croix des Côtes-du-Nord, 14e  année, n°697, 29 juillet 1906, p. 2.

[29] « Publicité », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 36e année, n°29, 20-21 juillet 1906, p. 3. Les seuls éléments dont nous disposons sont les quelques lignes de résumé publiées par « Les Fêtes historiques et celtiques », L’Ouest-Eclair, 8e année, n°3423, 24 juillet 1906, p. 4 : « Un jeune chef romain, Amérius, a été fait prisonnier par les gaulois ui l’enchaînent à un menhir. L’archidruide décrète sa mort, mais une druidesse, Huelledah, qui l’a rencontré dans les bois blessé et mourant, et qui lui a sauvé la vie, le reconnaît. L’amour s’est éveillé dans leurs cœurs, malgré leurs croyances à des dieux différents. Huelledah brise ses liens et délivre Amérius. Puis elle vient avouer au chef des druides que c’est elle qui lui a rendu la liberté. Pour expier sa faute il faut mourir sur le bûcher ; mais Amérius survient, se précipite sur le même bûcher, enlace Huelledah et prit avec elle dans les flammes ».

[30] Aubert, Fred, Avec ma section, 27 mai 1918 – 15 août 1918, Saint-Brieuc, Editions Cendrillon, sans date.

[31] « Les fêtes historique & celtique de Saint-Brieuc », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 36e année, n°30, 27-28 juillet 1906, p. 1. « Les fêtes de Saint-Brieuc », L’Ouest-Eclair, 8e année, n°3422, 23 juillet 1906, p. 2 dit à ce propos : Triste souvenir, évoqué d’une manière vibrante, pour ceux qui sont revenus et qui ont vu : une tente, des fossés couverts de troncs de chênes fauchés par la mitraille, et recouverts de neige, rien ne manque, pas même un blessé. Tableau saisissant. »

[32] « Fêtes historique et celtique », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 36e année, n°29, 20-21 juillet 1906, p. 1.

[33] « Les Fêtes historiques et celtiques », L’Ouest-Eclair, 8e année, n°3421, 22 juillet 1906, p. 4

[34] « La fête historique », La Dépêche de Brest, 20e année, n°7462, 23 juillet 1906, p. 3.

[35] « Echos de Partout », L’Indépendant rémois, 38e année, n°12672, 22 juillet 1906, p. 2.

[36] « Publicité », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 36e année, n°29, 20-21 juillet 1906, p. 3.

[37] « Publicité », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 36e année, n°29, 20-21 juillet 1906, p. 3.

[38] « Les fêtes historique & celtique de Saint-Brieuc », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 36e année, n°30, 27-28 juillet 1906, p. 1.

[39] « Les fêtes celtiques de Saint-Brieuc », La Dépêche de Brest, 20e année, n°7462, 23 juillet 1906, p. 3.

[40] « Les Fêtes historiques et celtiques », L’Ouest-Eclair, 8e année, n°3423, 24 juillet 1906, p. 4.

[41] « Les Fêtes de Saint-Brieuc », La Croix des Côtes-du-Nord, 14e année, n°697, 29 juillet 1906, p. 2.

[42] « Dernier écho des fêtes de Saint-Brieuc », Ar Bobl, 3e année, n°98, 4 août 1906, p. 2.

[43] Blanchard, Nelly, « Julien Godest, paysan autobiographe sous l’aile de Taldir-Jaffrenou », La Bretagne linguistique, n°18, 2014, p. 7-31.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.