La guerre et les temps des baraques

L’ouvrage que E. Blanchet, M. Câtel et M. Sendra consacrent aux maisons préfabriquées d’après-guerres, la Seconde Guerre mondiale bien entendu mais aussi la Première, pose de manière aiguë la question du temps en Histoire, ou plus précisément des temps[1]. Traditionnellement, le bornage des conflits est produit par une succession d’événements relevant peu ou prou de la diplomatique : au début la déclaration de guerre puis, à la fin, l’armistice et le traité de paix ou la capitulation sans condition. Mais en s’intéressant à ces baraques, les auteurs montrent tout l’intérêt qu’il y a à raisonner à partir d’une chronologie ressentie par les sociétés belligérantes. C’est du reste là un axe privilégié depuis un certain nombre d’années par l’historiographie mais qui, dans le cas présent, fait à dire vrai merveille.

L’un des intérêts de ce livre est de rappeler que l’habitat d’urgence – un provisoire qui on le verra dure… – n’est pas au lendemain de la Seconde Guerre mondiale une expérience inédite. On retrouve ainsi ce type de logements au lendemain de la Grande Guerre, dans les régions dévastées par les combats, où tout doit être reconstruit mais où, dans le même temps, les populations civiles doivent être dotées d’un toit (p. 13).  E. Blanchet, M. Câtel et M. Sendra avancent même l’idée qu’une « des premières formes attestées de préfabriqué est […] un château en bois que Guillaume le Conquérant fit acheminer en kit par bateau depuis les côtes normandes jusqu’au sud de l’Angleterre » (p. 15). Sans remonter jusqu’à ces temps médiévaux, on rappellera qu’en Bretagne, et tout particulièrement dans les camps de Brest et Saint-Nazaire, l’arrivée du corps expéditionnaire américain pendant la Grande Guerre est indissociable de centaines de bâtiments préfabriqués érigés pour les héberger. Les auteurs rapportent ainsi qu’en 1919 les autorités disposent « de près de 40 000 abris neufs initialement destinés au logement des troupes de l’armée », constructions employées pour venir en aide aux habitants des régions sur lesquelles s’est établi le front (p. 21). C’est le règne de la baraque Adrian, édifice qui dit bien la césure que constitue par bien des égards la Grande Guerre. Si les progrès de la standardisation et de la production industrielle permettent d’attester l’existence sur le marché de telles maisons provisoires dès 1851 en Grande-Bretagne (p. 15), il n’en est à ma connaissance jamais question lors de la guerre de 1870.

Baraques à Rennes, dans le quartier de la Prévalaye, avril 1951. Collections Musée de Bretagne : 999.0100.503.
Baraques à Rennes, dans le quartier de la Prévalaye, avril 1951. Collections Musée de Bretagne : 999.0100.503.

Sans doute sont-ce l’ampleur et l’intensité des combats, et donc les destructions infligées à l’habitat civil, qui constituent ici un critère déterminant. Mais il n’y a pas que cela. Alors même que la France n’est pas encore intégralement libérée, comme le rappellent les poches de Lorient, Saint-Nazaire et Royan, le ministre de la Reconstruction et de l’Urbanisme Raoul Dautry parvient à imposer la construction de baraquements pour reloger les sinistrés des villes bombardées. Or contrairement à ce que l’on pourrait penser, cette politique a ses adversaires et certaines voix se font entendre pour dénoncer le coût élevé de construction de ces baraquements, coût « qui entraînerait une perte de moyens pour la reconstruction » (p. 19), sous-entendu l’érection de bâtiments définitifs. Le « dur » entre en concurrence frontale avec ces édifices qui le sont moins, et qui ne sauraient occuper des parcelles destinées, justement, à des bâtisses conçues pour être pérennes (p. 37). L’habitat préfabriqué d’urgence se révèle dès lors comme relevant d’une séquence chronologique moins marquée par la paix, l’après-guerre, que le conflit lui-même. Il n’est qu’une solution temporaire pensée comme une transition vers un après plus stable, confortable et, pour tout dire, moderne.

On pourrait croire qu’il s’agit d’anticiper la paix mais la réalité est plus complexe que cela. Déjà, au sortir de la séquence 1914-1918, la production de baraquements permet à certaines entreprises de tenir le choc face à la fin de l’économie de guerre. Tel est par exemple le cas de l’avionneur Gabriel Voisin qui se convertit rapidement à la production de maisons préfabriquées (p. 27). Il en résulte une chronologie dilatée et il faut ainsi attendre 1923 pour que, « pour des raisons budgétaires, le gouvernement arrête la production de baraques pour les civils » (p. 21). Précisons toutefois que de telles reconversions ne vont pas sans provoquer un certain nombre de résistances, notamment chez les professionnels de la construction traditionnelle qui ne voient pas nécessairement cette concurrence d’un très bon œil (p. 27). Malheureusement, E. Blanchet, M. Câtel et M. Sendra ne disent rien de ces tensions que l’on doit, selon toute vraisemblance, trouver également au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Le poids de pénuries est tel à la Libération qu’il est à l’évidence de nature à exacerber ces rivalités : dans le Morbihan, par exemple, le bois coupé par le service des Eaux et Forêts ne permet la construction que de 200 baraques quand il en faudrait 6 000 ! (p. 35).

Les repères sont d’autant plus brouillés que les programmes de construction font parfois fi des séquençages traditionnels et, notamment, de l’écume institutionnelle. C’est ainsi par exemple que Raoul Dautry « décide de poursuivre les concours des chantiers expérimentaux de Vichy » (p. 43) alors que l’enjeu politique de la période est bel et bien celui du retour à la République, l’État français étant jugé comme une parenthèse nulle et non avenue[2]. De même, le plan de la baraque de type Morosini est établi en 1941 par le Service des constructions provisoires de la Direction générale à l’équipement national (p. 64). Enfin, les auteurs rappellent que l’Allemagne doit à la France, au titre des dommages de guerre, 22 000 maisons préfabriquées : des chalets « Angelica », « Rhénanie » ou encore « Savoie Sophie III » érigés dans l’hexagone à partir de 1946 (p. 125).

Baraques dans les quartiers du Bouguen et de Kergoat à Brest, septembre 1963. Collections Musée de Bretagne : 971.0037.4809.
Baraques dans les quartiers du Bouguen et de Kergoat à Brest, septembre 1963. Collections Musée de Bretagne : 971.0037.4809.

Mais s’il est un bien un élément qui vient brouiller les temps de la guerre et de la paix, c’est en définitive le comportement même des habitants des baraques. Au départ, celles-ci sont octroyé pour un an, bail renouvelable au bout de 12 mois (p. 37). Mais dans les faits, l’atttitude des acteurs est plus complexe que cela. Ainsi, il n’est pas rare de voir des familles faire la grève des loyers : elles « estiment que c’est à l’État de leur fournir un logement gratuitement en remplacement de leur maison détruite pendant la guerre » (p. 41). Dans le même temps, les habitants commencent à se prendre d’affection pour ces habitats provisoires et, malgré l’isolation parfois relative et le confort précaire, s’installent dans leur environnement (p. 54) et le façonnent à leur guise en ajoutant « des appentis, des poulaillers, des clapiers… » (p. 41). Il en résulte un autre rapport au temps qui, pour notre propos, rend d’autant plus floue la frontière entre la guerre et la paix, entre un après-guerre de l’habitat d’urgence et une situation jugée « normale » quoi que vécue en baraque. La Cité Merlan à Noisy-le-Sec, toujours debout alors qu’elle était « expérimentale », en est un exemple particulièrement frappant (p. 44-45). Cette même logique amène d’ailleurs E. Blanchet, M. Câtel et M. Sendra à affirmer à propos de la Cité de Kermelo, à Larmor-Plage, près de Lorient, que bien que privés d’eau et d’électricité ces baraquements situés sur les rives du Ter « font des envieux » (p. 96) : un renversement de perspective qui n’est pas sans interroger l’historien.

Là est en effet un point essentiel et qui, du reste, dépasse de loin le seul cas de ces constructions préfabriquées. Leur patrimonialisation, et plus encore leur mise en valeur, aurait sans doute paru inconcevable à la fin des années 1940. Dans les années 1960-1970, la Cité de Soye en Ploemeur, près de Lorient, est tenue pour être en cours de ghettoïsation. Pourtant, c’est précisément là que nait en 2002 une association – Mémoire de Soye – qui se donne pour but de faire revivre cette cité provisoire comptant, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, plus de 300 baraques (p. 137). Or là est un processus qui n’est pas propre à ces édifices. Dans cette même rade de Lorient, la base sous-marine de Keroman est aujourd’hui un marqueur de l’identité du territoire reproduit sur des affiches, des tasses ou même des vêtements alors qu’elle était, auparavant, le symbole par excellence de l’occupation allemande. Accueillant la Cité de la voile Eric Tabarly mais aussi une salle de concert, des restaurants, des bars et de nombreuses entreprises liées à la course au large et au nautisme, cet espace atteste aujourd’hui le dynamisme de la ville. Une conversion économique mais aussi sociale et plus largement encore culturelle qui invite à se demander si, d’une certaine manière, la guerre ne finit pas avec la fin des mémoires victimaires.

A Saint-Barthélémy d'Anjou, l'intérieur d'une baraque de la cité d'urgence de Pignerolle en 1961. Collection particulière.
A Saint-Barthélémy d’Anjou, l’intérieur d’une baraque de la cité d’urgence de Pignerolle en 1961. Collection particulière.

On sait que toute histoire est nécessairement contemporaine et répond à des questionnements, des interrogations, qui sont essentiellement celles du temps présent. L’intérêt pour les baraques, et ce volume en particulier, en dit donc sans doute plus sur ce premier quart du XXIe siècle, période marquée par une crise renouvelée du logement (p. 9), que sur la Seconde Guerre mondiale elle-même[3]. Il n’en demeure pas moins que ce livre fort bien illustré et présentant une quantité impressionnante d’archives très intéressantes trouvera naturellement sa place dans toute bibliothèque portant sur la séquence 1939-1945. Même si, justement, le propre de cet ouvrage est d’aller bien au-delà de ces bornes chronologiques.


[1] Blanchet, Elisabeth, Câtel, Martin et Sendra, Mickaël, Baraques. Histoire des maison préfabriquées d’après-guerre, Tours, Editions Sutton, 2021. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Sur ce point voir notamment Rousso, Henry, Le Syndrome de Vichy de 1944 à nos jours, Paris, Seuil, 1990.

[3] Pour de plus amples développements on se permettra de renvoyer à Harismendy, Patrick et Le Gall, Erwan (dir.), Un adieu aux armes. Destins d’objets en situation de post-guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.