De l’incapacité de 1870 à dire le monde de 1920

La scène se passe à Quimper, en la caserne La Tour d’Auvergne, où les vétérans de la guerre de 1870 se réunissent le 12 septembre 1920 pour leur congrès annuel. Comme un passage de témoin obligé d’une génération du feu à l’autre, le président de l’amicale, « en ouvrant la séance, […] dit que sa première parole sera pour exprimer au colonel Dizot, la fierté qu’éprouvent les vétérans en le voyant prendre place parmi eux et le remercie de la sympathie qu’il professe pour les vieux combattants de 1870 »[1]. On pourra toujours arguer d’une forme de courtoisie entre officiers, il n’en demeure pas mois que le symbole est très fort : le lieutenant-colonel Roudière, engagé volontaire fait prisonnier à Metz, rend hommage à l’officier commandant alors le 118e RI, régiment tenant garnison à Quimper et s’étant couvert de gloire pendant la Grande Guerre[2]. En d’autres termes, le vaincu d’hier s’incline devant le vainqueur du moment. En quelques mots est ainsi résumée toute l’ambiguïté du souvenir de la guerre de 1870 cinquante ans plus tard, au lendemain de la Grande Guerre[3]. Si celui-ci peine à s’imposer en 1920-1921, c’est bien entendu parce qu’il est occulté par le « souvenir écran » des tranchées[4]. Mais il n’y a pas que le poids des morts, des blessés – pour ne citer qu’un exemple, l’association des mutilés du canton de Malestroit revendique, à elle seule, en septembre 1920 pas moins de 350 membres[5]  – des veuves, bref du deuil, pour expliquer cette situation. La mémoire est l’outil politique du temps présent et si le souvenir de la guerre de 1870-1871 peine à s’imposer en ce début des années 1920, c’est qu’il échoue à dire le monde d’alors.

Précisons d’abord que tel n’a pas toujours été le cas. C’est ainsi par exemple qu’en 1913, Léon Berthaut, dans les colonnes du Réveil Ploërmelais, renvoie au souvenir de l’été 1870 pour mettre en garde contre les dangers du moment, à savoir la croissance des effectifs mobilisables en Allemagne, et en conséquence justifier la loi dite de trois ans : « Ce que nous devons retenir spécialement des souvenirs du mois d’août 1870, c’est donc […] toujours le danger d’une infériorité numérique trop sensible au début des opérations »[6]. Certes, il s’agit-là d’un titre au lectorat assez confidentiel, beaucoup plus sans doute qu’un journal comme L’Ouest-Eclair tirant alors à 100 000 exemplaires par jour. Pour autant, il n’en demeure pas moins que cet article montre comment la guerre de 1870, sous la plume de Léon Berthaut, sert à illustrer la réalité di temps présent et, ce faisant, entre dans une sorte de répertoire d’action rhétorique.

Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 989.0028.237.
Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 989.0028.237.

Au lendemain de la Grande Guerre, cette situation n’est plus de mise. Que les commémorations du 11 novembre 1920 participent d’un regard pour le moins tronqué sur la séquence 1870-1871, occultant Sedan et taisant la Commune pour ne conserver que le souvenir du 4 septembre, ne fait pas l’ombre d’un doute[7]. C’est d’ailleurs une position ouvertement assumée par Emmanuel Desgrées du Lou qui, dans un éditorial publié à l’occasion du second anniversaire de l’Armistice, affirme que « au lendemain de l’éclatante victoire qui, en réparant si magnifiquement nos désastres de l’Année Terrible, a fondé sur la base la plus solide le régime qui avait pris en charge les destinées du pays, il eut été dommage de mêler aux gloires de son jubilé les souvenirs douloureux de son origine »[8]. Il n’y a là aucune spécificité bretonne mais au contraire une permanence de l’ambiguïté liée au 4 septembre 1870, la naissance du régime étant « comme écrasée par les événements tragiques qui l’ont précédée puis prolongée »[9]. Mais, encore une fois, ce qui frappe, c’est combien le souvenir de 1870 peine à dire le monde de 1920, jusqu’à parfois se transformer en une sorte d’anti-référence, système de représentations mentales participant en fin de compte d’un « horizon d’attentes contraires » pour reprendre la judicieuse expression de l’historien L. Le Gall[10]

La guerre de 1870 se révèle incapable de proposer une grille de lecture permettant de comprendre les conflits gréco-turcs, russo-polonais et irlandais, sans oublier les crises au Moyen-Orient ou dans les Balkans, avec l’affaire de l’état-libre de Fiume, soit autant d’événements que la presse bretonne relaie assidument lors de ces années 1920-1921[11]. D’ailleurs, pour L’Eclaireur du Finistère, cela ne fait pas de doute : « les Boches continuent », affirmation qui bien entendu ne fait pas référence à 1870, conflit relevant d’un passé désormais lointain et, surtout, sans plus aucune incidence sur le présent, mais aux prolongements d’une séquence 1914-1918 que, pourtant, chacun veut voire achevée au nom du « plus jamais cela »[12]. Même son de cloche avec L’Écho de la Loire qui, s’inquiétant d’une possible victoire russe, donc communiste, sur la Pologne, fantasme une collusion d’intérêts entre Berlin et Moscou et rappelle à cette occasion que « L’Allemagne est toujours Bochie »[13]. Et comment du reste pourrait-il en être autrement quand on veut bien se rappeler que ce n’est qu’au cours des années 2010 qu’est théorisée, notamment par les historiens J. Winter et J. Horne, cette idée d’une « plus Grande Guerre » qui ne s’achèverait véritablement qu’en 1923, avec le traité de Lausanne ?[14] Cette dilatation de la chronologie, non plus calquée sur la scansion diplomatique mais sur le ressenti des sociétés, est essentielle pour comprendre le silence qui entoure la guerre de 1870 en 1920, celle-ci s’avérant incapable de dire le monde d’alors.

M. Nagaoka, ambassadeur du Japon à Prague, sen rend à une séance de la conférence de Lausanne, 30 novembre 1922 (cliché de l'agence photographique Rol). Gallica / Bibliothèque nationale de France : département Estampes et photographie, EI-13 (960).
M. Nagaoka, ambassadeur du Japon à Prague, sen rend à une séance de la conférence de Lausanne, 30 novembre 1922 (cliché de l’agence photographique Rol). Gallica / Bibliothèque nationale de France : département Estampes et photographie, EI-13 (960).

Pour autant, rien ne serait plus inexact que de partir de ce constat pour affirmer que la presse bretonne des années 1920-1921 ne comporte aucune référence à 1870-1871, comme si l’Année terrible était enterrée sous la chappe de plomb du deuil de 1914-1918. Non seulement il n’y a pas amnésie mais le souvenir est bien présent, selon des modalités toutefois bien spécifiques. Certes, s’il est question, le 28 août 1920, de Napoléon dans la tribune qu’Henri de Montfort, membre du Comité directeur des « Amis de la Pologne », publie en première page de L’Ouest-Eclair, c’est de l’oncle dont il s’agit[15]. On pourra toujours arguer du fait que la mémoire est nécessairement oublieuse et que le souvenir tend probablement à refouler les événements les plus traumatiques pour conserver ceux considérés comme les plus glorieux. Lors de l’inauguration du monument aux morts de Combourg, en septembre 1920, le sénateur d’Ille-et-Vilaine Eugène Braguer de la Villemoysan cite les célèbres les propos attribués à Joffre : « Napoléon avait sa garde ; moi j’ai mes Bretons »[16]. La filiation avec les grognards, et non avec les mobiles de 1870, est de ce point de vue très significative.  Mais il n’en demeure pas moins que la figure de Napoléon III est inapte à rendre compte de la guerre russo-polonaise alors en cours, celle-ci s’apparentant aux yeux d’Henri de Montfort à une nouvelle Campagne de Russie dont les maîtres d’œuvre ne seraient plus Bonaparte mais Weygand et Pilsudski. Dans ce cadre, le Second Empire semble fonctionner à la manière d’un anti-modèle, tout du moins à en croire Rosa Bailly, la secrétaire générale des « Amis de la Pologne » qui affirme, le 3 septembre 1920, dans les colonnes du Nouvelliste de Bretagne :

« En 1863, la révolte polonaise contre le tzar fut encouragée, déclenchée par l’attitude de Napoléon III, défenseur du principe des nationalités. Pourtant, nul secours n’arriva de France, et l’insurrection fut réprimée d’une manière sauvage. »[17]

Encore une fois, la mémoire est l’outil politique du temps présent et si les « Amis de la Pologne » évoquent de la sorte Napoléon c’est parce que ce souvenir sert leur discours invitant à un soutien inconditionnel à la lutte que mène Varsovie contre les Bolcheviques. L’objectif est le même pour L’Ouest-Eclair en septembre 1921 mais si la référence puisée au sein du répertoire d’action fourni par « l’année terrible » diffère, l’idée d’un anti-modèle est elle toujours opérante :

« Savez-vous à quoi se divertissent ces monstres qui se donnent les airs de vouloir rénover l’humanité ? A enfermer les personnes les plus respectables, sans leur permettre, dans leur prison, l’accès à un cabinet d’aisances… Comme c’est rigolo, n’est-ce pas ? Et comme c’est intelligent ! C’est ainsi que les misérables ont traité dans les derniers jours, l’infortunée famille impériale… Nos communards fusillaient les otages : Mgr Darboy, les généraux Clément-Thomas et Lecomte, etc. Mais ils ne les humiliaient pas, ne les déshonoraient pas, ne les salissaient pas. »[18]

Pour la droite bretonne, la Commune de Paris fait figure de véritable repoussoir et il n’est finalement pas étonnant de voir L’Écho de la Loire, à l’image de l’ensemble des journaux publiés dans la péninsule armoricaine, complètement passer sous silence ce cinquantenaire, qu’il s’agisse du début de l’insurrection ou au contraire de sa répression par les Versaillais lors de la « semaine sanglante ». Ce qui fait l’actualité, en revanche, c’est l’écrasement des marins de Cronstadt, événement qui donne l’occasion au journal nantais de dénoncer les « atrocités bolcheviques », tournure de phrase à l’évidence héritée de la Grande Guerre[19].

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Pour l’Eglise, tout l’enjeu est de perpétuer une grille de lecture catholique de la Grande Guerre, représentation mentale insistant sur le poids du Ciel dans l’obtention de la victoire. C’est ce que rappelle, par exemple, l’évêque de Saint-Brieuc dans une lettre pastorale diffusée en septembre 1920 :

« C’est cette pléiade de chefs admirables dont les noms égaleront dans l’histoire ceux des plus illustres capitaines, c’est cette étroite coordination des mouvements de l’armée alliée sous la conduite d’un généralissime de génie, c’est, tout ensemble, la résistance, l’endurance, la ténacité et l’élan de nos magnifiques soldats qui ont brisé l’effort allemand, culbuté l’envahisseur et remporté, à la française, la plus belle victoire connue. Mais qui ne sait que la pensée humaine est toujours courte par quelque endroit, si Dieu ne l’assiste, et que le bras de l’homme est facilement brisé s’il ne le soutient ? »[20]

L’enjeu d’un tel propos ne doit pas leurrer puisqu’il s’agit bien, pour les catholiques, de rappeler leur participation à l’Union sacrée et à l’effort de guerre, pour mieux réclamer la réouverture des dossiers qui fâchent, à commencer par la loi de 1905 sur la séparation des églises et de l’État. Dans une telle configuration politique, la mémoire de la guerre de 1870 ne s’avère d’aucune utilité. Aussi ne compte-t-elle pas parmi les outils de leur répertoire d’action.

A gauche, la situation est légèrement différente. Non seulement la Commune ne fait pas figure d’anti-modèle mais elle est au contraire une des rares références permettant de faire encore le lien entre socialistes et communistes, pourtant alors en termes plus que délicats à la suite de la scission entérinée lors du Congrès de Tours. Pour les socialistes bretons, la Commune reste une référence incontournable, y compris en 1921, année de cinquantième anniversaire[21]. Il en est de même pour les communistes et, le 18 mars 1921, le paimpolais Marcel Cachin rend, en première page de L’Humanité qu’il dirige, un hommage appuyé à la Commune présentée pour l’occasion comme « le premier essai de la domination de la classe prolétarienne » et une source d’inspiration pour la Révolution russe[22]. Dans ce cadre, c’est la naissance de la République – dont Adolphe Thiers aurait affirmé qu’elle « sera conservatrice ou ne sera pas » – qui fait figure d’anti-modèle. C’est ainsi par exemple que le 4 septembre 1920, Daniel Renoult – futur co-fondateur du Parti communiste et maire de Montreuil-sous-Bois après la Seconde Guerre mondiale – affirme dans les colonnes de L’Humanité, et en des termes faisant explicitement référence à ceux de Thiers – que « la vraie République, celle pour laquelle les républicains révolutionnaires de 1793, de 1831-32, de 1848, de 1871 ont sacrifié leur vie, n’existera que le jour où le socialisme aura été réalisé »[23]. Et comment pourrait-il en être autrement à une époque où les socialistes n’ont pas encore abandonné l’idéal révolutionnaire et l’aspiration à une « dictature du prolétariat » ?[24] C’est parce qu’elle est partagée que cette mémoire de la Commune de Paris se révèle être, à gauche, une mémoire relativement froide, les mythes fondateurs du Parti Communiste se situant beaucoup plus à l’Est et puisant notamment abondamment dans l’aura des mutineries de la Mer noire[25].

Vignette publicitaire des chicorées Paul Mairesse commémorant l'exécution de l'archevêque de Paris Georges Darvoy. Au verso, la légende se termine avec cette mention: "L'archevêque reçut héroïquement la mort, en donnant sa bénédiction à ses bourreaux et priant le ciel de leur pardonner leurs crimes". Collection particulière.
Vignette publicitaire des chicorées Paul Mairesse commémorant l’exécution de l’archevêque de Paris Georges Darboy. Au verso, la légende se termine avec cette mention: “L’archevêque reçut héroïquement la mort, en donnant sa bénédiction à ses bourreaux et priant le ciel de leur pardonner leurs crimes”. Collection particulière.

En définitive, le souvenir de la séquence 1870-1871 en 1920-1921 apparaît comme éminemment polarisé par le spectre politique. Ceci implique une demande sociale nécessairement fragmentée, ce qui concourt d’autant plus à l’affaiblissement de la mémoire en tant qu’outil politique du temps présent que les discours qui pourraient être les plus véhéments, comme ceux se rapportant au bilan de la République et à la Commune de Paris, entrent en contradiction frontale avec le verdict des urnes lors des élections législatives de 1919. Mais, surtout, ce que rappelle ce coup de projecteur sur la mémoire de 1870 en 1920, c’est que pour pouvoir s’exprimer en tant qu’outil politique du temps présent, un souvenir doit pouvoir s’insérer dans un répertoire d’action. Ceci suppose que la période de référence puisse dire le moment.


[1] « Vétérans de 1870-1871 », Le Finistère, 17e année, n°635, 18 septembre 1920, p. 2.

[2] « Mort de M. le lieutenant-colonel Roudière », Le Vétéran, 27e année, n°9, novembre-décembre 1924, p. 19.

[3] Pour de plus amples développements, on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, « Que reste-t-il de 1870-1871 en 1920-1921 ? Le cinquantenaire de l’année terrible dans la presse bretonne », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, n°128-4, 2021, p. 179-193.

[4] Rousso, Henry, Le Syndrome de Vichy de 1944 à nos jours, Paris, Seuil, 1990, p. 29.

[5] « Chez les mutilés », Le Nouvelliste du Morbihan, 34e année, n°150, 2 septembre 1920, p. 1.

[6] Berthaut, Léon, « Septembre 1870 (Sedan-Bazeilles), Le Réveil ploërmelais, 7e année, n°31, 3 août 1913, p. 3.

[7] Le Gall, Erwan, « Que reste-t-il de 1870-1871… », art. cit.

[8] Desgrées du Lou, Emmanuel, « Le Cinquantenaire… », art. cit.

[9] Cornut-Gentile, Pierre, Le 4 septembre 1870. L’invention de la République, Paris, Perrin, 2020, p. 208-209.

[10] Le Gall, Laurent, « Le Silence et la peur. Traces de la Commune dans le Morbihan », in César, Marc et Godineau, Laure (dir), La Commune de 1871. Une relecture, Paris, Créaphis, 2019, p. 116.

[11] Gerwarth, Robert, Les Vaincus. Violences et guerres civiles sur les décombres des empires, 1917-1923, Paris, Seuil, 2017.

[12] « Les Boches continuent », L’Eclaireur du Finistère, 19e année, n°894, 4 septembre 1920, p. 1.

[13] « L’Allemagne est toujours la Bochie », L’Écho de la Loire, 2e année, n°349, 2 septembre 1920, p. 1.

[14] Winter, Jay, « The Second Great War, 1917-1923 », Revista Universitaria de Historia Militar, Volume 7, n°14, 2018, p. 160-179; Horne, John, « End of a Paradigm? The Cultural History of the Great War », Past & Present, Vol. 242, Issue 1, February 2019, p. 155-192.

[15] Monfort, Henri de, « La dette morale de la France à la Pologne », L’Ouest-Eclair, 21e année, n°7255, 28 août 1920, p. 1.

[16] « Des fêtes grandioses », L’Ouest-Eclair, 22e année, n°7285, 22 septembre 1920, p. 3.

[17] Bailly, Rosa, « Notre créancière la Pologne », Le Nouvelliste de Bretagne, 20e année, n°214, 3 septembre 1920, p. 1.

[18] « Le record de l’infamie », L’Ouest-Eclair, 22e année, n°7507, 24 septembre 1921, p. 1.

[19] « Comment Cronstadt est tombé », L’Écho de la Loire, 2e année, n°519, 19 mars 1921, p. 1 ; Horne, John et Kramer, Allan, Les Atrocités allemandes, Paris, Tallandier, 2005.

[20] « Le Vœu à Notre-Dame de l’Espérance », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 51e année, n°37, 11 septembre 1920, p. 1.

[21] Pour de plus amples développements, Le Gall, Erwan, « Que reste-t-il de 1870-1871… », art. cit.

[22] Cachin, Marcel, « Cinquantenaire », L’Humanité, 18e année, n°6203, 18 mars 1921, p. 1.

[23] Renoult, Daniel, « Le 4 septembre », L’Humanité, 17e année, n°6008, 4 septembre 1920, p. 1.

[24] Voir par exemple parmi une bibliographie pléthorique Blum, Léon, Le Congrès de Tours. Le socialisme à la croisée des chemins 1919-1920, Paris, Folio, 2020.

[25] Maier, Charles S., « Mémoire chaude, mémoire froide. Mémoire du fascisme, mémoire du communisme », Le Débat, n°122, 2002-5, p. 109-117 ; Perry, Matt, « Les Mutineries de la mer Noire : 1919 et les origines du Parti communiste français », Le Mouvement social, n°272, 2020-3, p. 109-128.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.