Intertextualités des combattants juvéniles de la Grande Guerre

Au sujet des travaux faisant référence sur l’enfance en Grande Guerre on, connaît bien entendu les recherches de Manon Pignot[1]. Il faudra désormais ajouter à ce corpus bibliographique le remarquable ouvrage que D. Aranda consacre aux combattants juvéniles dans la littérature française entre 1914 et 1918, volume qui dépasse d’ailleurs très largement le cadre de son objet en en soulignant toute la complexité[2]. Là est d’ailleurs un point qu’il convient de souligner d’emblée puisque, relevant pour l’essentiel de la littérature populaire (p. 5), ces figures romanesques ne constituent pas nécessairement un sujet d’enquête dont la légitimité va de soi. Avec ce livre, l’auteur – maître de conférences en langue et littérature française à l’Université de Nantes – lui redonne ses lettres de noblesse et, mieux, en rappelle toute la portée heuristique. En effet, loin d’être considérée en vase clos, cette figure littéraire du combattant juvénile est appréhendée par une constante intertextualité qui constitue, par bien des égards, une fort convaincante leçon de méthode.

Précisons d’abord que ce type de personnage n’apparaît pas avec la Grande Guerre, bien au contraire, mais s’inscrit dans une longue tradition déployée tout au long de la seconde moitié du XIXe siècle même si, comme un écho du traumatisme qu’est l’Année terrible, c’est bel et bien la guerre de 1870 qui a majoritairement la faveur des auteurs (p. 17). On pourra s’étonner de cette permanence de la figure du combattant juvénile dans la littérature populaire à une heure où, en ce début de XXIe siècle, le sort des enfants-soldats est tenus pour l’un des plus atroces qui soit. C’est qu’un tel sujet, pourvu qu’il soit convenablement forgé par le romancier – il y a peu d’autrices dans l’anthologie réunie en fin de volume par D. Aranda – est riche de nombreuses promesses en termes d’action et de pathos (p. 6), autant d’éléments dont on sait qu’ils sont de nature à susciter les ventes.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Identifiant les spécificités narratives propres aux romans produits au cours de la Grande Guerre, l’auteur objective les récits et se risque au jeu, jamais évident, des catégories. Cette prise de risque permet bien entendu d’identifier certaines caractéristiques propres à la période mais, surtout, des continuités et notamment la permanence de la défense du sol national (p. 22). Comme en écho aux mécanismes de patriotisme défensif mis en évidence par l’historiographie, la figure du combattant juvénile dans la littérature permet non seulement de donner corps au concept de nation (p. 25) mais d’incarner le pays : « concurremment à la figure du poilu, mais plus représentative des premières semaines du conflit, celle du résistant juvénile est l’une des métaphores de la France en guerre » (p. 114). On mesure là le poids des premières semaines du conflit, et notamment des atrocités allemandes mais aussi, de manière plus générale, du traumatisme de l’occupation des départements du Nord et de l’Est de la France[3]. En effet, il y a sans doute là aussi un ressort puissant du consentement renouvelé du pays au conflit.

On pourrait voir dans cette figure du combattant juvénile un artefact littéraire commode, autorisant une écriture au kilomètre et s’insérant parfaitement dans cette culture de masse qui est aussi celle du périssable puisqu’il faut bien reconnaître qu’aucune des œuvres étudiées dans cet ouvrage n’est véritablement passée à la postérité. On aurait toutefois tort de se méprendre quant aux difficultés qu’il y a produire de tels récits, ceux-ci pouvant en effet être piégeux. En effet, le propre du combattant juvénile est de servir alors qu’il n’a pas l’âge pour le faire ce qui, de facto, le rend difficile à cerner dans les archives (p. 7) mais surtout, pour ce qui nous intéresse ici, illégal. Dès lors, plusieurs scénarios s’offrent aux auteurs qui vont de la transgression plus ou moins longue des règles relatives au recrutement (p. 66-74) à la réprobation. Or cette voie n’est pas nécessairement la plus aisée car du souci de la préservation de l’enfance au soupçon d’antipatriotisme il n’y a qu’un pas pouvant être rapidement franchi, alors que ces auteurs se révèlent simplement « légalistes » (p. 74-75). Pour autant, D. Aranda souligne à raison que ces « prises de position idéologiques distinctes » prouvent « la liberté d’expression sur cette question », ce qui à l’en croire permet de mettre en relief « le caractère particulier – voire paradoxal – de la propagande française entre 1914 et 1918 » (p. 65).

Cherchant en permanence les ponts, les transferts, les duplications, en un mot comme en mille toutes les intertextualités possibles, D. Aranda montre que la figure du combattant juvénile en littérature oscille en permanence entre fiction et actualité, la « ligne de démarcation » entre ces deux styles s’avérant parfois « ténue » (p. 41). En effet, loin de s’opposer, les deux genres se nourrissent réciproquement.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Empruntant à M.-È. Thérenty le concept de « fictionnalisation de l’information » (p. 50), l’auteur montre que les journalistes, pour s’évader notamment de la sècheresse des communiqués officiels, n’hésitent pas insérer dans leurs propos des codes narratifs fictionnels – on parlerait aujourd’hui, en bon français, de storytelling – afin de rendre l’actualité plus attirante, attrayante, et potentiellement susciter l’acte d’achat (p. 50). Or cette pratique, pour choquante et contestable qu’elle puisse paraître aujourd’hui, ne doit pas induire en erreur : « la fictionnalisation n’est pas en soi un procédé de propagande puisqu’on la trouve dans tous les domaines, avant et après la guerre de 1914-1918, mais elle se met aisément au service de la mobilisation contre l’adversaire » (p. 51). En d’autres termes, c’est bel et bien de culture de guerre, au sens où il s’agit d’un discours dominant, dont il s’agit. L’expression de M.-È. Thérenty pour qui « fictionner le réel, ce n’est pas le transformer, mais en proposer un mode de représentation immédiatement compréhensible et accepté par tous » n’est d’ailleurs pas sans faire penser à la définition donnée par J. Horne et A. Kramer et récemment confortée par B. Cabanes[4].

Mais la mécanique inverse existe aussi, ce qui contribue d’ailleurs à resituer la Grande Guerre dans une certaine forme de normalité. En effet, de tous temps, l’actualité a inspiré la littérature et la séquence 1914-1918 ne fait pas exception à ce constat. D. Aranda montre d’ailleurs comment la figure de l’enfant français fusillé par les Allemands pour s’être amusé à mettre en joue une patrouille avec son fusil en bois prend sa source dans un communiqué diffusé par le Bureau de la presse le 17 août 1914 (p. 114) et repris par la suite par de nombreux médias : presse mais aussi cartes postales et, pour ce qui nous intéresse ici, littérature. La démonstration est rondement menée tandis que le propos, fort stimulant, permet de sortir de la verticalité par trop simpliste induite par le terme de « propagande »[5]. En effet, pour D. Aranda, ces récits plus ou moins fictionnels mais s’ancrant, on l’a vu, dans un fait présenté comme réel, cristallise « la façon dont l’opinion publique considère, conceptuellement, mais aussi affectivement, son pays dans cette guerre, à un moment particulier de son développement, en l’occurrence les premières semaines du conflit » (p. 127).

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

On l’aura compris, on ne saurait trop chaleureusement recommander cet ouvrage. Aussi érudit que solide méthodologiquement, ce livre s’imposera comme une référence incontournable pour celles et ceux qui s’intéressent à ce type de sujets et qui peuvent parfois se sentir noyés tant la production historiographique en ce domaine est importante. Mais, plus encore, il appelle à se méfier des approches par trop simplistes qui recourent d’un côté aux idées de propagande et de discours officiels, d’un autre côté usent du concept de culture de guerre. Loin de s’opposer, ces deux réalités interagissent, ce qui les rend d’autant plus fascinantes à étudier.


[1] Manon, La guerre des crayons : quand les petits Parisiens dessinaient la Grande guerre, Paris, Parigramme, 2004 ; Pignot, Manon, Allons enfants de la patrie : génération Grande guerre, Paris, Seuil, 2012 ; Pignot, Manon, L’appel de la guerre. Des adolescents au combat 1914-1918, Paris, Anamosa, 2019.

[2] Aranda, Daniel, Petits soldats dans la Grande Guerre. Les Combattants juvéniles dans la littérature française entre 1914 et 1918, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2021. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[3] Horne, John et Kramer, Allan, Les Atrocités allemandes, Paris, Tallandier, 2005 ; Becker, Annette, Oubliés de la Grande Guerre. Humanitaire et culture de guerre 1914-1918. Populations occupées, déportés civils, prisonniers de guerre, Paris, Hachette Littératures, 2003.

[4] Horne, John et Kramer, Allan, Les Atrocités allemandes…, op. cit., p. 317 ; Cabanes, Bruno « Une histoire de la guerre », in Cabanes, Bruno (dir.), Dodman, Thomas, Mazurel, Hervé et Tempest, Gene (coord.), Une histoire de la guerre du XIXe siècle à nos jours, Paris, Seuil, 2018, p. 10.

[5] D’Almeida, Fabrice, « Propagande, histoire d’un mot disgracié », Mots. Les langages du politique, n°69, 2002, p. 137-148.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2022, 13 janvier). Intertextualités des combattants juvéniles de la Grande Guerre. Ar Brezel. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbp2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.