Embarquez avec Tim Benbow

De la même manière que nous nous étions réjouis de la traduction française de l’Histoire navale de la Seconde Guerre mondiale de C. L. Symonds, nous ne pouvons que nous féliciter de la publication dans la langue de Molière de La Guerre navale 1914-1918 de T. Benbow, éminent maritimiste britannique[1]. Magnifiquement illustré, cet ouvrage d’un très haut niveau saura conquérir un vaste public et notamment celles et ceux qui s’intéressent à la péninsule armoricaine pendant la Grande Guerre. Car c’est une chose que l’on a trop rapidement tendance à oublier ; si la Bretagne est effectivement en arrière des batailles terrestres que sont Verdun ou la Somme, cet espace se trouve en revanche aux premières loges du gigantesque conflit qui se joue aussi, à cette époque, sur les mers.

Mais le propos de cet ouvrage dépasse de très loin ce cadre. En effet, en rappelant que « les premiers sous-marins apparaissent lors de la guerre d’Indépendance américaine (1775-1783) » (p. 17), l’auteur invite à déconstruire les discours relatifs aux redoutables U-Boots allemands et interroge, en définitive, la modernité de ce conflit. Dans ce cadre, la bataille du Jutland – objet du chapitre 5 de l’ouvrage – se révèle être, à en croire T. Benbow, « le point culminant d’une rivalité de plus de 20 ans » (p. 141). En effet, le « navalisme » développé par l’amiral Mahan est, fondamentalement, une idée du XIXe siècle (p. 20), ce qui du coup interroge nécessairement la nature de cette Weltpolitik allemande dont on sait qu’elle concourt très largement à déstabiliser la zone Asie-Pacifique. Comme M. Reynaud, T. Benbow insiste sur les rivalités entre Britanniques, Français et Russes (p. 21) et montre que la mer est bel et bien un facteur de tension diplomatique sur le long terme permettant de comprendre le déclanchement du conflit[2]. En d’autres termes, ce sont quelques-unes des racines profondes, et donc anciennes, de la Première Guerre mondiale qui se trouvent mises en lumière dans ces pages : « la poursuite de la Weltpolitik allemande engendra de multiples tensions avec la Grande-Bretagne, particulièrement autour des colonies portugaises d’Afrique, au sujet du chemin de fer de Bagdad, et à cause du soutien ouvert que l’Allemagne apportait aux Boers dans leur confrontation avec les colonisateurs britanniques ; ceci en plus de la rivalité commerciale permanente qui régnait entre les deux pays » (p. 21).

Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 2016.0000.2974.
Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 2016.0000.2974.

Dans ce cadre, la dimension technique peut induire en erreur. Ne nous attardons pas sur la guerre de course que mènent les sous-marins : il y a là une dimension déjà fort connue sur laquelle il n’est pas la peine d’insister. Si le submersible a pu constituer une arme inédite aux yeux des contemporains, contre les faits du reste (p. 17-18, 85), la guerre que ces bâtiments pratiquent n’a rien de moderne et s’apparente au contraire, par bien des égards, à celle que pouvait exercer un Robert Surcouf ou un Jean Bart. Mais qu’en est-il de la guerre des codes menée par la Room 40 ? Certes, T. Benbow en déconstruit très efficacement la portée (p. 70) :

« Il y a toujours un compromis à trouver entre la préservation du secret de cette activité renseignement et l’exploitation pratique de ses résultats. Trop peu de secret et c’est la valeur d’utilisation de l’information qui est réduite. Le juste équilibre entre ces composantes prend du temps à être trouvé. »

Pour autant, la formulation de ce propos invite à se demander s’il n’y a pas là, fondamentalement, une certaine forme de permanence du fait guerrier maritime. Certes, il est aisé de penser ici à la suite, et notamment à Enigma. Pour autant, n’est-ce pas, indépendamment de cette illusion technique, la même guerre qui se livre ici que celle qui a lieu au XVIIIe siècle, quand les codes se composent à l’aide de l’alphabet du grand pavois ? De même, dans quelle mesure le blocus (p. 94 notamment) n’est-il pas une réminiscence de celui, dit continental, imposé à la couronne britannique par Napoléon ?

Dès lors, c’est à une sorte de contournement assez paradoxal que l’on assiste. Car si le blocus consiste à empêcher un passage, il résulte de manière ironique de l’impasse découlant du siège mutuel des tranchées. Puisqu’on ne peut l’emporter sur les champs de la bataille du nord-est de la France, il convient d’épuiser l’adversaire et, notamment, de l’affamer. Il est courant de considérer les volets maritimes et terrestres de la Grande Guerre comme deux phases complètement distinctes du conflit, sans aucun rapport entre elles. C’est à mon sens faire une grave erreur que de postuler ceci. Outre le paradoxe souligné plus haut, c’est oublier qu’un certain nombre d’opérations terrestres dépendent très largement de la composante navale, à l’instar par exemple de l’intervention du corps expéditionnaire américain (p. 192), celui-ci dépendant d’un pont transatlantique dont les ports de Saint-Nazaire et Brest constituent les pivots essentiels. Autre exemple, le fameux fiasco des Dardanelles et de Gallipoli, objet du chapitre 4 de ce livre.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Mais la synthèse que propose T. Benbow avec ce bel ouvrage invite en réalité à d’autres type de réflexions. Ainsi, dans quelle mesure la « flotte de dissuasion » développée par l’amiral Tirpitz (p. 23) n’est pas comparable au modèle des gros bataillons développés par l’infanterie, et dont on sait l’inadaptation aux champs de batailles modernes battus par une puissance de feu inédite ? Là encore, la bataille du Jutland doit interroger par sa longueur et son écho très relatif sur la conduite des opérations, celles-ci étant en revanche assez largement influencée par l’action des sous-marins. L’auteur le rappelle sans équivoque et rappelle que « la plus puissante marine du monde fut même, un moment, forcée par les U-Boots de faire retraite dans des ports éloignés » (p. 85). Or on sait comment les Allemands, justement, au moyen de Sturmtruppen, parviennent finalement à sortir de l’impasse tactique du système-tranchée en associant à une importante puissance de feu une grande mobilité. Dans quelle mesure le développement de l’aéronavale pendant ce même conflit (p. 59) répond à une logique analogue ?

En réalité, c’est encore une fois de plus les modalités de l’entrée en guerre qui se jouent ici, celle-ci pouvant être considérée comme l’adaptation des doctrines du temps de paix à la réalité de la campagne en cours[3]. En effet, de la même manière que l’on ne mesure pas côté français les ravages causés par le feu de la mitrailleuse, « aucune puissance navale n’avait anticipé l’usage de sous-marins contre la flotte marchande ». Et pour cause, d’après T. Benbow, « la plupart des États doutaient de la capacité du submersible à devenir une arme efficace » (p. 89).

Mais il est d’autres éléments qui disent assurément la modernité de cette guerre navale. On a dit en ces pages l’écho en Bretagne de la perte du Mousquet envoyé par le fond par le croiseur léger allemand Emden au large de Penang, en Malaisie (p. 35, 53-54). Si cette médiatisation n’est pas nouvelle, puisqu’on en trouve la trace déjà lors de la guerre de 1870, elle contribue à une interconnexion des espaces qui, elle, semble inédite non dans sa nature mais dans sa rapidité et, surtout, son intensité. Ce qui frappe, en effet, c’est combien un combat naval mené au large de la Malaise s’insère, immédiatement ou presque, dans la rhétorique de culture de guerre visant à dénoncer l’ennemi et, plus encore, combien les fameux U-Boots attestent dans cette grille de lecture de la « barbarie boche », l’action des submersible allemands étant immanquablement assimilée à de la « piraterie ».  Il y a là, me semble-t-il, une réalité qui est absente lors de la guerre de 1870, la dimension navale du conflit étant passablement ignorée par l’historiographie alors qu’il y a sans doute matière dans cette question à un profond renouvellement des connaissances.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

C’est dire donc si non seulement le caractère naval de la Grande Guerre est d’un grand intérêt pour qui s’intéresse à l’histoire du fait guerrier, surtout lorsque celui-ci se rapporte à la péninsule armoricaine, mais si l’ouvrage de T. Benbow constitue une solide entrée en matière pour qui souhaiterait plonger dans ce dossier. Fort bien illustré et agrémenté de nombreuses cartes, cet ouvrage rendra d’éminents services et trouvera naturellement sa place dans toute bibliothèque digne de ce nom.


[1] Benbow, Tim (traduit de l’anglais par Bélisle, Ismaël), La Guerre navale 1914-1918, Lairière, Editions L’Ancre de Marine, 2021. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Reynaud, Maxime, La Première Guerre mondiale dans le Pacifique. De la colonisation à Pearl Harbor, Paris, Passés Composés, 2021.

[3] Pour de plus amples développements on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, Une entrée en guerre. Le 47e régiment d’infanterie de Saint-Malo au combat (août 1914 – juillet 1915), Talmont-Saint-Hilaire, éditions CODEX, 2014.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2021, 21 décembre). Embarquez avec Tim Benbow. Ar Brezel. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bboz

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.