Une histoire méthodique d’Alliance

Osons ici l’idée qu’il y a des histoires plus difficiles que d’autres à écrire, celle des organisations clandestines et notamment des réseaux de Résistance comptant assurément parmi les plus ardues. C’est précisément le sentiment qui reste dans la bouche du lecteur après avoir lu les plus de 600 pages de la monographie d’Alliance que G. Caraes publie aux Editions Ouest-France, volume touffu et dense qui ne manquera pas d’être utile aux historiens de la Seconde Guerre mondiale, aux prosopographes en particulier, mais qui peinera sans doute à dépasser le statut – déjà fort honorable par ailleurs – de précieux outil de travail[1].

À l’instar de ce qu’a pu produire récemment A. Kervella sur Jade-Fitzroy, cette enquête se présente sous la forme d’une vaste fresque chronologique convoquant des centaines d’individus, ce qui n’est d’ailleurs pas sans lui donner l’allure d’un roman russe, avec les qualités et les défauts propres à ce genre littéraire. On aime ou on n’aime pas ce type d’œuvre mais le fait est que la trame n’est pas toujours aisée à suivre. Là n’est pas un reproche nouveau et celui-ci peut d’ailleurs être formulé à l’endroit des Nuits les plus longues de R. Huguen, ouvrage par ailleurs indépassable par la somme de renseignements qu’il fournit au lecteur[2]. Mais, du coup, ce constat invite à nuancer l’un des présupposés les plus communément partagés à propos de la discipline historique, celui qui affirme que le retour au récit, dans une démarche tournant le dos à l’histoire-problème des Annales, permettrait une meilleure diffusion des acquis de la recherche.

Souvenir philatélique. Collection particulière.
Souvenir philatélique. Collection particulière.

Cette remise en cause, qui pourrait ne sembler, au premier regard, relever que d’une interrogation portant sur le genre littéraire de l’enquête, cache en outre une dimension réellement heuristique. Car qui dit récit dit trame, ce qui suppose un début et une fin ainsi qu’une certaine forme d’articulation entre les acteurs. Or c’est précisément cette réticularité qui interroge en ce qu’elle est la plupart du temps difficile à établir. La dimension financière est à cet égard exemplaire tant il est évident que la question du budget de la Résistance constitue une limite évidente à l’opération historique. Certes, les informations que délivre à ce propos G. Caraes (p. 109-110) sont d’un grand intérêt mais ne relèvent-elles pas plus d’une extrapolation d’état-major, d’un bilan comptable n’ayant qu’une réalité purement scripturaire quand on connaît la réalité du terrain, c’est-à-dire d’acteurs qui n’ont aucune idée du cloisonnement des organisations et n’ont comme unique motivation que de « faire quelque chose » ? Cette réalité, qui se conjugue au singulier, fait non seulement consciencieusement fi des échafaudages intellectuels élaborés a posteri par l’historiographie mais rend de fait impossible toute histoire financière de l’armée des ombres par le bas. Pour le dire autrement, on se heurte là à la question de la frontière, des délimitations entre les organisations, interrogation certes légitime mais qui procède d’une vue par en haut sans nécessaire traduction sur le terrain. À la base, c’est plus, au contraire, la confusion des genres et les appartenances multiples qui règne, comme le montre par exemple dans le Finistère Nord la collusion d’agents estampillés Alliance avec certains groupes de l’Armée secrète (p. 172).

Dès lors, on est en droit de se demander comment une personne souhaitant interroger l’efficacité de ce réseau doit procéder. Doit-elle considérer Alliance dans son ensemble, comme un tout monolithique et donc insécable, ou peut-on imaginer au contraire des fractions, des branches, des secteurs, ayant plus de résultats que d’autres ? Et comment évaluer cette réalité du reste ? Est-ce inhérent aux hommes et aux femmes qui font l’organisation ou faut-il également envisager cette question au prisme de l’efficacité, là aussi variable suivant les espaces et les périodes, de la répression ? Traqués par des « professionnels » (p. 183), les membres de l’Abwher, les agents d’Alliance paient un lourd tribut à l’occupant. Faut-il des lors considérer la longue liste des morts utilement publiée en fin d’ouvrage (p. 549-598) comme une preuve de cette efficacité ?

Le fusillé inconnu (carte postale). Collection particulière.
Le fusillé inconnu (carte postale). Collection particulière.

Comme toute organisation clandestine, un réseau ne laisse que peu de traces écrites et lorsque c’est le cas, celles-ci sont soit le fait de la répression, soit postérieures au conflit, ce qui à chaque fois pose bien des problèmes méthodologiques. L’exemple d’Henri Evanno est à cet égard particulièrement instructif puisque G. Caraes indique, suite à des renseignements recueillis auprès du fils de cet agent technique de l’arsenal de Lorient, que cet homme « par modestie vis-à-vis des autres membres d’Alliance déportés et/ou disparus, ne communiquera pas son appartenance au réseau Alliance après-guerre » (p. 204). On ne peut bien entendu qu’être plein de respect devant cet effacement mais l’historien – rappelons-le ici avec force même si nous savons bien que ce positionnement n’est pas à la mode, et qu’il pourrait même nous être vivement reproché – est un être à sang – très – froid qui n’a pas grand-chose à faire de ces beaux sentiments de piété filiale. Car un cas comme celui-ci, fondamentalement, pose la question des frontières de l’objet : qui ou non considérer comme membre d’Alliance et selon quelles modalités ? Faut-il se limiter aux 2 827 membres officiellement affiliés, total déjà fort considérable qui fit du reste d’Alliance « le plus important des réseaux de renseignement militaire » ? (p. 529) Est-ce qu’une simple déclaration pourrait au contraire suffire, au risque de tomber dans le piège d’un effacement de la distinction entre « résistance-organisation » et « résistance-mouvement » ? Nous n’avons pas la réponse à cette question mais l’avoir bien en tête semble impératif tant une telle interrogation dit, fondamentalement, combien est périlleuse l’écriture de l’histoire de la Résistance[3].

En définitive, et de manière plus large que ce simple cas, le problème qui se pose ici est celui de l’administration de la preuve. Le fait de constater la présence de deux personnes au même endroit et au même moment ne permet pas d’affirmer une réticularité consciente et volontaire entre ces acteurs, affirmation qui prend tout son sens au sein d’organisations fortement cloisonnées pour des raisons bien compréhensibles de sécurité. C’est ainsi que le premier réflexe des adjoints de Jacques Stosskopf à la suite de l’arrestation, le 21 février 1944, de cet ingénieur est précisément de brûler tous les papiers pouvant être compromettants (p. 377) : mesure assurément salutaire et encore une fois bien compréhensible pour les acteurs mais dramatique pour ce qui concerne l’opération historique. Pour autant, si l’on veut bien admettre avec l’auteur que « à Brest, tout le monde se connaît dans le quartier de Saint-Martin » (p. 93), ce qui resterait par ailleurs à vérifier, rien ne permet d’affirmer que tous les habitants de cet espace agissent d’un seul homme au sein de l’armée des ombres. C’est même, à notre sens, aller un peu vite en besogne. Et l’on en vient, finalement, à se demander s’il est effectivement possible d’écrire l’histoire de ces organisations comme Jade-Fitzroy ou Alliance.

Dans ce dernier cas, la trame du récit est d’autant plus difficile à établir que l’organisation créée par Georges Loustaunau-Lacau plonge ses racines bien avant le mois de juin 1940, à savoir ce réseau Corvignolles formé en 1936 pour lutter contre les « menées communistes » (p. 29). D’ailleurs, le nom d’Alliance n’est accolé qu’assez tardivement à cette structure, au cours de l’hiver 1942-1943 (p. 169), ce qui là encore n’est sans poser un certain nombre de questions aussi importantes qu’insolubles. En effet, qu’est ce qui fonde le réseau ? Sa réalité sur le terrain ou sa dénomination, réalité qui relève finalement plus d’un état-major que de la matérialité d’une organisation clandestine ? Celle-ci est de surcroît aussi tentaculaire que gazeuse, même si l’importance stratégique des bases sous-marines allemandes de la côte atlantique concentre une grande partie de l’attention sur la Bretagne (p. 153). Or cette nature pour le moins diffuse contrevient à la classique unité de lieu chère aux règles du théâtre classique… et ne fait donc rien pour rendre cette épopée dramatique plus lisible. Là est encore une fois une limite de cette écriture quasi-positiviste, néo-méthodique, qui est employée dans cet ouvrage. C’est donc moins dans sa globalité qu’isolément, presque paragraphe par paragraphe, qu’il faut appréhender cette somme. Ce faisant, le lecteur disposera de portraits aussi passionnants qu’instructifs et invitant à de plus amples réflexions. Tel est par exemple le cas des lignes consacrées à Henri Soutif, commissaire de la Sûreté générale à Rennes en 1939 puis directeur des Renseignements généraux pour le département du Finistère à partir de juillet 1942 et bel exemple de trajectoire particulièrement délicate à interpréter pour l’historien puisqu’également engagé en clandestinité (p. 88-89). Autre parcours d’un grand intérêt tant il dit la complexité des situations individuelles, celui de Jacques Stosskopf qui, ingénieur du Génie maritime, produit des rapports d’une grande importance sur l’avancement des travaux de la base sous-marine de Lorient (p. 100-101) alors qu’il a collée à la peau l’image d’un collaborateur zélé, fervent pourvoyeur d’ouvriers pour le STO (p. 123).

A Lorient, vue du Kernevel, au fond le bâtiment K3 de la base sous-marine de Keroman (probablement fin des années 1940 - début des années 1950, carte postale). Collection particulière.
A Lorient, vue du Kernevel, au fond le bâtiment K3 de la base sous-marine de Keroman (probablement fin des années 1940 – début des années 1950, carte postale). Collection particulière.

Autre difficulté d’importance, la nécessité de varier les échelles en alternant avec les grandes étapes du déroulement du conflit d’une part, la description d’autre part de la réalité des agents. Il en résulte une oscillation entre approches micro et macro-historiques qui vient complexifier encore un peu plus le récit et interroge, pour finir, la matérialité du réseau. A titre d’exemple, si l’on veut bien admettre que l’exfiltration du général Giraud (p. 127) est un événement d’importance, notamment du fait de ses répercussions sur la France libre, il n’est en revanche pas certain qu’elle irrigue Alliance dans son intégralité ce qui, là encore, vient subrepticement interroger la nature fondamentale de cette structure. Sans doute est-ce d’ailleurs un indice supplémentaire quant à la pertinence d’une approche strictement chronologique de ce type d’objet puisqu’en définitive ce sont bien les rafles et les changements de personnels qui semblent les plus déterminants pour l’organisation.

En définitive, G. Caraes propose un ouvrage d’une rare densité qui, s’il ne parvient pas à complètement susciter l’adhésion – ce qui tient encore une fois moins au livre lui-même qu’aux difficultés inhérentes à l’écriture de l’histoire de la Résistance – rendra d’éminents services à celles et ceux travaillant sur la Seconde Guerre mondiale en général, l’armée des ombres et les réseaux de renseignements en particulier. On aurait toutefois aimé que cet ouvrage disposât d’un index nominatif tant il est certain qu’un tel volume se picore plus qu’il ne se parcourt de bout en bout.


[1] Caraes, Guy, Le réseau Alliance. Histoire inédite du plus grand réseau de la résistance française 1940-1945, Rennes, Editions Ouest-France, 2021. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Huguen, Roger, Par les Nuits les plus longues. Réseaux d’aviateurs en Bretagne 1940-1944, Spézet, Coop Breizh, 2003.

[3] Douzou, Laurent, La Résistance française : une histoire périlleuse, Paris, Seuil, 2005.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.