La carte postale ancienne : l’impossible source ?

Publié sous la direction de B. Tillier aux éditions du CRNS, ce beau livre consacré aux cartes postales pendant la Première Guerre mondiale intéressera un lectorat très large : chercheurs confirmés, étudiants ayant à plancher pour une séance de travaux dirigés basée sur ce type d’archives ou encore collectionneurs, puisqu’on les sait nombreux à se passionner pour ces petits rectangles cartonnés et illustrés[1]. Composé de contributions d’auteurs venant d’horizons disciplinaires complémentaires, historiens et historiens de l’art pour l’essentiel, ce riche volume propose une réflexion d’autant plus utile que les conclusions qu’il apporte dépassent de très loin le strict cadre chronologique imposé par la séquence 1914-1918 – quand bien même celui-ci est en train de se dilater comme le rappellent fort justement les développements actuels autour de l’idée d’une plus Grande Guerre[2]. C’est donc d’un ouvrage éminemment digne d’intérêt dont il sera question ici.

Mais avant de rentrer dans le vif de la recension de ce recueil, il faut dire quelques mots de sa présentation et saluer l’effort considérable fait par l’éditeur. Vendu à un prix raisonnable – 26,00 € – ce livre est avant tout un magnifique objet doté d’une présentation soignée, d’un papier aussi épais qu’agréable au toucher, très richement illustré et composé avec soin. La mise en page est en effet d’une grande qualité, aérée et sobre, et rend tout autant grâce aux réflexions des auteurs qui participent à cet ouvrage collectif qu’aux nombreuses archives présentées pour l’occasion, cartes issues pour l’essentiel de la collection Agnès et Henry Parent de Curzon numérisée par le Centre d’histoire du XIXe siècle et dispersée lors d’une vente publique en septembre 2017 (p. 23). C’est là un point qu’il nous semble essentiel de mettre en avant tant il y a ici, à l’évidence, un puissant ressort de la diffusion au plus grand nombre des acquis de la recherche.

Carte postale. Collection Musée de Bretagne : 972.0018.428.
Carte postale. Collection Musée de Bretagne : 972.0018.428.

Le paradoxe est que l’intérêt majeur de ce livre réside moins en la description de ce que peut la carte postale ancienne en tant que source pour qui travaille sur la Grande Guerre qu’en l’analyse de ses limites. Disons-le clairement, un certain nombre de contributions de ce volume présentent une histoire classique des représentations qui est loin de bouleverser notre compréhension du conflit. En tant qu’archive, si la carte postale intéresse autant les historiens, c’est en effet qu’elle est un objet de consommation très courante pénétrant tous les milieux sociaux (p. 11) et relevant d’une véritable culture de masse (p. 15). B. Tillier le rappelle d’ailleurs dès l’introduction du livre avec des chiffres pour le moins impressionnants. Au début des années 1910, on imprime plus d’un milliard de cartes postales par an en Allemagne et 800 millions en France tandis que certains tirages à succès peuvent atteindre les 500 000 exemplaires (p. 15). Un éditeur comme Bergeret peut produire jusqu’à 300 000 cartes par jour en 1904 (p. 75). Autrement dit, ces petits rectangles cartonnés participent de la fabrication d’une culture visuelle du conflit (p. 47) qui ne peut que constituer un fascinant objet d’enquête pour l’historien.

Là où les difficultés commencent, c’est quand il faut déterminer sa valeur en tant qu’indice du consentement patriotique des acteurs. En effet, quoi qu’on en dise, la carte postale est aussi une industrie et c’est donc sous l’angle d’une « aubaine » (p. 12) qui est également économique qu’il convient d’envisager cet objet. De surcroît, derrière le singulier de cette expression se cache une multiplicité d’artefacts pouvant être classés en trois grandes familles : les cartes figurant un paysage plus ou moins bouleversé par la guerre, des scènes militaires ou des vues de matériel ; les cartes patriotiques dites de fantaisie et, enfin, les cartes humoristiques ou satiriques (p. 19), la limite entre ces deux dernières catégories étant assez floue. Mais là n’est pas tout puisque, et l’historien L. Bihl a parfaitement d’insister sur ce phénomène, de nombreuses cartes postales résultent d’un phénomène d’hybridation avec d’autres médias à l’instar de certains dessins de Poulbot reproduits sur des petits rectangles cartonnés alors que publiés dans un premier temps dans les colonnes du Journal (p. 31-33).

Autre difficulté, et non des moindres, le fait que la censure veille même si les ciseaux d’Anasthasie paraissent, en l’occurrence, assez cléments. L’historien B. Gilles montre en effet que les cas de maquettes interdites demeurent assez rares, réalité qui est difficile à interpréter : faut-il y voir la marque d’un réel consentement patriotique ou, de manière plus subtile, la preuve d’une certaine prudence des éditeurs de cartes postales soucieux de préserver leur activité économique ? (p. 47) Cette dernière hypothèse nous semble à prendre avec d’autant plus de considération que M.-E. Bouillon rappelle que le secteur est en crise au début des années 1910, certains éditeurs plaidant même pour des mesures protectionnistes pour se maintenir sur un marché mondialisé (p. 73). De fait, la loi de 1849 sur l’état de siège permet « l’interdiction d’informations susceptibles de porter atteinte au moral des troupes » (p. 54) mais derrière une apparence de rigueur toute juridique, cette formulation demeure assez floue tant cette idée de « moral » est difficile à saisir[3]. En revanche, le poids de la morale semble réel dans les interdictions qui ont pu être observées par B. Gilles, dimension qu’il conviendrait de relier à l’origine socioculturelle des censeurs (p. 55). Pour autant, les deux réalités ne s’opposent pas nécessairement. La sodomie est ainsi un thème relativement répandu… quand il s’agit de dénoncer la faiblesse de l’ennemi (p. 163) : il s’agit tout autant de tourner en dérision une « armée d’invertis », celle des Allemands, que de rappeler de manière subliminale que la Victoire ne pourra être obtenue qu’en menant une guerre qui soit la plus chaste qui soit[4]. Il en est de même dans le cas des cartes postales bi ou multilingues qui ont avant tout une fonction performative et ne permettent pas de postuler une rencontre culturelle entre alliés (p. 105 et suivantes). Le cas de l’érotisation des femmes du front d’Orient étudié par M. Xypolopoulou est à cet égard particulièrement instructif (p. 237-238).

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

En réalité, tout dépend non pas de « l’intention cartographique » ayant présidé à la conception de l’objet, pour paraphraser maladroitement R. Barthes, mais bel et bien des usages qui sont fait de celui-ci par les acteurs[5]. Or le fait est que ces derniers ne sont pas documentés par les archives puisque jamais les individus – qu’il s’agisse de poilus ou de membres de leurs familles demeurés à l’arrière – expliquent pourquoi ils décident d’adresser telle carte plutôt que telle autre. Les enjeux, pourtant essentiels, liés à la réception des visuels proposés par les cartes postales constituent un vaste angle mort pour l’historien (p. 42). Dès lors, il ne peut y avoir de place que pour la supputation et pour une analyse nécessairement nuancée et prudente, tant il est évident que les usages varient en fonction des circonstances. C’est ce que rappelle C. Vidal-Naquet quand elle affirme que « indifférence, support ou dépassement : ce sont là, schématiquement, les trois attitudes qu’adoptent les épistoliers vis-à-vis des illustrations apposées sur les cartes postales » (p. 69). Il est évident que cet objet dispose d’un « pouvoir d’attestation », selon la belle expression de B. Tillier : attestation qui vaut preuve de vie – là est la base du « contrat communicatif » identifié par l’historienne C. Vidal-Naquet (p. 59) – mais qui permet également de certifier que l’on est passé par tel endroit. Mais que dit, fondamentalement, une carte postale présentant des ruines ?[6] Que l’on est bien passé par là ou alors, en poussant le curseur un petit peu plus loin, que l’on entend dénoncer ces destructions étant acquis que celles-ci ne peuvent être que le fait de l’ennemi ? Là est une hypothèse séduisante, certes, mais qui demeure difficile à démontrer au moyen d’archives.

Car le fait est que malgré la profusion de l’objet, les sources sont lacunaires. Et là est assurément le point le plus intéressant abordé par ce riche volume. Les historiens ne disposent ainsi pas d’éléments quant au prix de vente et, plus encore, quant à la diffusion des cartes postales (p. 119). Dès lors, la réflexion quant aux circulations culturelles induites par cet artefact ne peut être que nécessairement théorique, pour ne pas dire plus. En définitive, c’est bien « l’absence d’indications éditoriales rigoureuse » qui rend l’étude « laborieuse » (p. 247). Ainsi, autre difficulté majeure soulignée par l’historienne E. Cronier : « les cartes postales se prêtent difficilement à une datation fine (création, circulation) » (p. 176, remarque également formulée p. 308 par J.-C. Gardes) ce qui, bien entendu, empêche toute perspective diachronique du conflit. Or dans une guerre de 52 mois, où l’horizon d’attente de la victoire est de surcroît sans cesse repoussé par les échecs offensifs, cette dimension est absolument essentielle.

Dans ces conditions, on comprend aisément pourquoi toute analyse poussée est nécessairement fragile.  C’est ce que montre la réflexion stimulante de l’historien spécialiste de la Révolution française P. Serna pour qui, si les cartes postales de 1914-1918, ne montrent pas le soldat de l’an II, c’est pour ne pas faire écho avec l’âge des généraux de la Grande Guerre qui contraste singulièrement avec les exemples fournis par Lazare Hoche, François Marceau ou encore Jean-Baptiste Kléber (p. 208). L’hypothèse est audacieuse et intellectuellement séduisante mais le fait est que non seulement elle peut difficilement être démontrée mais que l’état des sources permet d’affirmer le contraire. En effet, si pendant la Grande Guerre Joseph Joffre, Robert Nivelle, Philippe Pétain et Ferdinand Foch, pour ne citer que quelques exemples, sont des hommes que la politesse nous conduira à qualifier d’expérience, le fait est que la crise démographique contre laquelle combat l’armée française dès les premiers mois du conflit, alors que la séquence août- octobre 1914 est la plus meurtrière, conduit à promouvoir bon nombre de cadres très jeunes. Dans un régiment d’infanterie d’active, il n’est pas rare de voir des sous-lieutenants, des lieutenants, âgés d’une petite vingtaine d’années. Quant aux capitaines, nombreux sont ceux nommés au feu à ne pas avoir 30 ans[7]. Or à l’échelle d’une section ou d’une compagnie un ou deux galons n’équivalent ils pas à deux ou trois étoiles ? Dès lors, c’est plutôt l’idée d’une opportunité ratée que suggérerait l’absence de références au soldat de l’an II dans les cartes postales publiées pendant la Grande Guerre. Mais là est, encore une fois, une hypothèse tout aussi invérifiable que celle avancée par P. Serna.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

En réalité, ce que pose la contribution de cet historien est celle des sources, au sens généalogique, de la culture visuelle qui s’exprime pendant la Grande Guerre. C. Maingon dit à ce propos toute l’importance de l’iconographie de la Revanche née de la guerre de 1870 (p. 212 et suivantes). C’est d’ailleurs précisément ce qui nous avait conduit, en d’autres pages, à ériger ce conflit en protoculture de la Première Guerre mondiale[8]. Une piste de réflexion qui nous semble non seulement toujours prometteuse mais qui ne pourra faire l’économie d’un passage par la carte postale, quand bien même cette archive, évidente de par son nombre, pose d’insolubles problèmes méthodologiques par manque de sources. C’est en tout cas ce que suggère l’historien V. Chambarlhac pour qui ces petits rectangles cartonnés participeraient « moins d’une culture de guerre que d’une iconographie renouvelée par la guerre où la bestialisation de l’Allemand emprunte à une culture visuelle fortement liée à l’avènement d’une culture de masse » (p. 270).


[1] Tillier, Bertrand (dir.), Cartes postales illustrées en guerre (1914-1918), Paris, CNRS Éditions, 2021. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Voir notamment Winter, Jay, « The Second Great War, 1917-1923 », Revista Universitaria de Historia Militar, Volume 7, n°14, 2018, p. 160-179.

[3] Loez, André, « Pour en finir avec le moral des combattants », in Muracciole, Jean-François et Rousseau, Frédéric (dir), Combats, hommage à Jules Maurin, Paris, Michel Houdiard éditeurs, 2010, p. 106-119.

[4] Sur cette question je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, « Syphiliser Saint-Malo ? Prophylaxie et tourisme sur la Côte d’Emeraude pendant la Grande Guerre », in Dornel, Laurent et Le Bras, Stéphane (dir.), Les Fronts intérieurs européens. L’arrière en guerre (1914-1920), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018, p. 339-353.

[5] Barthes, Roland, La Chambre claire, notes sur la photographie, Paris, Gallimard, 1980.

[6] Pour de plus amples développements Danchin, Emmanuelle, Le Temps des ruines 1914-1921, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015.

[7] Pour de plus amples développements on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, thèse de doctorat en histoire sous la direction de Capdevila, Luc, Rennes, Université Rennes 2, 2019.

[8] Le Gall, Erwan, « Eriger 1870 en fondement d’une protoculture de la Première Guerre mondiale : l’exemple breton », En Envor, Revue d’histoire contemporaine en Bretagne, n°4, été 2014, en ligne.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2021, 13 décembre). La carte postale ancienne : l’impossible source ? Ar Brezel. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbox

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.