De la géographie symbolique en sortie de guerre : processions vannetaises en juillet 1919

Intercalée par un hasard de calendrier entre la signature du traité de Versailles, le 28 juin 1919, et la fête de la Victoire, organisée le 14 juillet suivant, la commémoration du 500e anniversaire de la mort de Vincent Ferrier donne lieu, à Vannes, à une vaste démonstration de force catholique orchestrée par l’évêque, Mgr Alcime Gouraud. Ni le message politique, ni la portée de ce jubilé ne sont l’objet de ce billet. Ce qui importe ici est de voir comment ces manifestations participent d’une véritable occupation de l’espace public visant à affirmer non seulement le poids de Dieu dans la victoire mais la primauté de l’Église face à tout autre pouvoir, entendu celui de la République laïque.

Particulièrement instructif est à cet égard le programme des processions organisées à l’occasion de cette commémoration, celui-ci nous étant connu par la presse locale[1]. En effet, il est possible que le parcours de ces différents défilés à travers les rues de Vannes réponde à une géographie odonymique riche en symboles, comme s’il s’agissait de rechristianiser des voies publiques laïcisées par la grâce de plaques en émail bleu. C’est en tout cas ce que suggère le passage, le 6 juillet 1919, par la rue Hoche (anciennement rue Saint Yves), célèbre général républicain de la Révolution française que l’on sait être, tout au long du 19e siècle, l’enjeu de vives controverses mémorielles. Idem en ce qui concerne la traversée de la place de la République puis celle des rues Pasteur et Thiers. A contrario, le fait que l’itinéraire de la procession emprunte la rue Jeanne d’Arc, canonisée à peine un an plus tard, paraît devoir rappeler ce que la France doit à Dieu. Imbrication de la petite patrie dans la grande oblige, la rue Saint Salomon semble devoir délivrer le même message mais, cette fois-ci, à l’échelle de Vannes et de la Bretagne. Il en est vraisemblablement de même à propos de la procession du 8 juillet 1919, le défilé passant par la rue Thiers et la place Gambetta, mais aussi par la rue Alain le Grand, comte de Vannes et roi de Bretagne à la fin du IXe siècle.

La journée du 7 juillet 1919 paraît, elle, répondre à une logique différente. Les diverses « processions des paroisses rurales » se regroupent en effet en différents points situés au nord de la ville avant de la traverser jusqu’à la promenade de la Rabine, haut-lieu de sociabilité des Vannetais où est célébrée la messe par Mgr Eugène Le Senne, vicaire général près Alcime Gouraud.

Toujours est-il que si l’on superpose les parcours de ces trois jours de procession, on observe sans peine que tous enroulent la cathédrale. Quoi que plus périphérique dans cet itinéraire, la préfecture n’est pas ignorée puisqu’elle est même érigée en point de départ d’une des processions du 8 juillet 1919 : faut-il y voir un geste de défiance, l’organisation d’un face-à-face ? Plus central, en revanche, dans cette géographie symbolique est l’Hôtel de ville, mais il est vrai que le premier édile de Vannes est habituellement un ami de l’Église en général, de l’évêque en particulier.

Arrivée des autorités ecclésiastiques à la Rabine le 7 juillet 1919 lors de la commémoration du cinquième centenaire de la mort de Vincent Ferrier (carte postale). Collection particulière.
Arrivée des autorités ecclésiastiques à la Rabine le 7 juillet 1919 lors de la commémoration du cinquième centenaire de la mort de Vincent Ferrier (carte postale). Collection particulière.

Pour autant, une telle géographie n’est pas sans poser un certain nombre de questions cruciales, à commencer par celle du risque de la surinterprétation. En effet, si l’historien est sensible aux symboles que constituent les noms de rues, rien n’est moins sûr en ce qui concerne les fidèles qui participent à ces processions. En d’autres termes, et à considérer que Mgr Gouraud est bel et bien à l’origine de ces tracés pensés comme autant d’armes politiques, les croyants ont-ils conscience de participer d’une œuvre de rechristianisation de l’espace public quand ils passent rue Thiers ou place Gambetta ? Rien ne permet de l’affirmer. Pire, c’est même la prudence qui ici semble devoir être de mise puisqu’on a montré en d’autres colonnes qu’en 1920 Gambetta n’est plus le repoussoir politique qu’il peut être avant la Grande Guerre ; que même pour un titre pour le moins conservateur et ouvert aux idées royalistes comme Le Nouvelliste de Bretagne, la figure de celui qui, le 4 septembre 1870, proclame le retour à la République relève alors d’une histoire révolue, d’un combat qui ne vaut plus la peine d’être mené[2]. Non seulement le mythe de l’Union sacrée continue en cette année 1919 de peser de tout son poids, comme le montrent les élections municipales à Vannes où seule une liste est en lice, précisément au nom des « intérêts uniques » des habitants du chef-lieu du département du département, mais l’horreur des tranchées a contribué à durablement, si ce n’est définitivement, ancrer le régime dans les consciences, à défaut des cœurs[3]. Même dans une terre de mission comme peut l’être cette partie du Morbihan. Ce qui ne fait rien pour rendre plus intelligible la géographie symbolique des processions organisées à l’occasion du cinquième centenaire de la mort de Vincent Ferrier.


[1] « Les fêtes de Saint-Vincent Ferrier », L’Union morbihannaise, 2e année, n°79, 6 juillet 1919, p. 2.

[2] Le Gall, Erwan, « Que reste-t-il de 1870-1871 en 1920-1921 ? Le cinquantenaire de l’année terrible dans la presse bretonne », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, n°128-4, 2021, p. 179-193.

[3] « Vannes », L’Ouest-Éclair, 21e année, n°1259, 1 décembre 1919, p. 4.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2021, 9 décembre). De la géographie symbolique en sortie de guerre : processions vannetaises en juillet 1919. Ar Brezel. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbow

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.