Le Pacifique : espace de détotalisation de la Grande Guerre ?

L’ouvrage que fait paraître M. Reynaud chez Passés Composés, volume portant sur la Première Guerre mondiale dans l’espace Pacifique, est de ceux qu’il faut connaître tant la bibliographie disponible sur ce conflit dans cette partie du monde est lacunaire[1]. Cette référence s’imposera donc, à n’en pas douter, comme un manuel indispensable à quiconque souhaite travailler sur cette partie du globe : chercheurs patentés, étudiants ou simples curieux y trouveront leur compte. Mais il n’est pas interdit de penser que ce livre parviendra à toucher un public beaucoup plus vaste tant, en définitive, il invite à se poser un certain nombre de questions qui dépassent très allègrement l’espace Pacifique.

Il est vrai qu’on serait légitimement en droit d’interroger la pertinence d’une recension d’un tel livre sur un carnet de recherche traitant du fait militaire et guerrier en Bretagne. Cela serait oublier que le monde de 1914 est bel et bien connecté, ce qui n’est du reste alors nullement une nouveauté, et que les journaux de la péninsule armoricaine traitent de la guerre dans le Pacifique, comme le rappelle la perte du Mousquet, bâtiment français envoyé par le fond par le cuirassier allemand Emden. Or cette dimension transnationale du conflit, qui amène notamment à raisonner en termes de périphérie et de centre, mais aussi à identifier d’éventuels décalages dans ces différences approches géographiques, est singulièrement absente de cet ouvrage. Diplomate de métier, M. Reynaud livre ici un texte très descriptif empruntant certainement plus à une histoire quasi-positiviste des relations internationales qu’à ces war studies férues d’anthropologie historique. Ceci ne signifie pour autant pas que ce livre n’est pas utile. Bien au contraire même puisqu’il pose les fondements sur lesquels peuvent se baser la réflexion. Mais il n’en demeure pas moins qu’il nous aurait semblé profitable d’évoquer les répercussions médiatiques de la guerre dans le Pacifique en Europe, puisque par le truchement du système colonial Londres, Paris, Berlin et même Vienne y sont attentifs, mais aussi les Etats-Unis et plus encore la Russie. Le précédent de la guerre russo-japonaise est en effet relativement récent en 1914 et l’on sait que, depuis 1905, Tokyo, Saint-Pétersbourg et Washington observent avec attention ce qui se passe dans cette partie du globe[2]. Sans doute y aurait-il eu là matière à de fort riches développements.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Car ce que nous apprend M. Reynaud avec cet ouvrage est particulièrement intéressant quant à la conduite interalliée du conflit. On sait en effet que celle-ci, de Chantilly à Doullens, ne se construit que dans la douleur, pour ne pas dire dans le sang d’offensives éminemment coûteuses sur le plan humain. Une explication traditionnelle à cet état de fait est le primat du cadre national, comme dans un prolongement de l’esprit de somnambules qui caractérise le mois de juillet 1914, et qui interdit toute perte de souveraineté au profit d’un autre pays, même allié[3]. Significative est à cet égard l’entrée effective – là est une nuance sur laquelle nous reviendrons – des États-Unis dans le conflit puisqu’en dépit de leur poids militaire très relatif, pour ne pas dire négligeable, ils demeurent jusqu’à Doullens associés à l’Entente et entendent d’ailleurs parler d’égal à égal avec Londres et Paris. Nous y avions d’ailleurs vu, en d’autres circonstances, la marque d’une limite de la logique de totalisation du conflit en cours, voire même le signe d’une dynamique inverse que nous avons qualifiée de détotalisation[4]. Or le fait est que la zone Pacifique, en tant qu’espace de conflictualités, contribue à renforcer cette idée. Si l’Allemagne fait l’unanimité contre elle, il n’en demeure pas moins que le Japon inquiète aussi grandement la Grande-Bretagne – et donc par ricochet l’Australie et la Nouvelle-Zélande – la France, les États-Unis et bien entendu la Chine et la Russie.

Là est une question importante car il nous semble possible d’y voir la source d’une réflexion sur le centre et les marges du conflit, mais aussi sur les temporalités de l’éclatement de la guerre, qui, manifestement, est de nature à provoquer quelques débats. En préambule de ce volume, l’auteur affirme que la proclamation de l’Empire allemand le 18 janvier 1871 « ouvre une période de quarante ans de tensions qui débouchera sur la Grande Guerre » (p. 17). Or, de la même manière que le mythe de la Revanche n’est plus de mise en Europe, il nous semble que la crise qui aboutit à la guerre en 1914 se caractérise aussi, dans l’océan Pacifique, par sa soudaineté[5]. Certes, la Weltpolitik, stratégie destinée « à donner à son pays la place au soleil dont l’Empereur estime qu’elle lui fait défaut à l’échelle mondiale », est initiée à partir de 1890 (p. 21). À cet égard, il n’est pas incongru de parler de « facteur de déstabilisation » de l’espace Pacifique (p. 31).  Mais à la vérité, bien d’autres éléments témoignent de logiques inverses. La concession en 1897 à Berlin de la ville chinoise de Tsingtao (p. 31), véritable « perle de l’Empire allemand du Pacifique » (p. 99), peut être aisément contrebalancée par la coalition internationale réunie en 1900 dans le cadre de la guerre des Boxers : « une alliance militaire pour le moins improbable [qui] se forme alors entre le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne, la Russie, l’Italie, l’Autriche-Hongrie, les États-Unis et le Japon » (p. 44). Deux ans plus tard, la Grande-Bretagne et le Japon signent un traité « d’alliance et d’assistance » pour isoler la Russie en Asie centrale, Londres cherchant par ailleurs à préserver ses intérêts économiques au Pays du Soleil levant (p. 45). En 1914, la Grande-Bretagne et l’Allemagne s’associent pour développer des sites pétroliers et miniers en Nouvelle-Guinée « avant que le début de la guerre fasse échouer ce projet » (p. 69).

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

En d’autres termes, le conflit qui éclate dans l’Océan Pacifique lors de l’été 1914 apparaît en réalité, pour qui lit attentivement M. Reynaud, aussi soudain que ce que l’on peut observer en Europe. Or, ceci signifie que l’onde de choc se propage aussi rapidement au centre qu’à la périphérie de la guerre puisque celle-ci ne nait pas des tensions inhérentes à la zone Pacifique mais de la crise diplomatique consécutive à l’attentat de Sarajevo, séisme qui contamine tout le continent européen, puis le monde, par le truchement des empires coloniaux (p. 50). Pour autant, il serait erroné de postuler un simple transfert de conflictualité aux confins du globe. Les dynamiques locales ont aussi leur importance. Il en résulte une situation paradoxale, bien expliquée par l’auteur, et qui n’est, encore une fois, pas sans faire penser au principe de détotalisation du conflit que nous avons identifié par ailleurs. Si la Grande-Bretagne est soucieuse de sa domination sur les mers et qu’elle entend bien ravir aussi vite que possible les chapelets d’îles sous pavillon allemand, elle ne souhaite pas y consacrer trop de forces. Or ceci la contraint à compter sur son allié japonais, au risque de le laisser prendre possession de territoires qui ne feront que conforter sa volonté expansionniste (p. 51 et suivantes, p. 208 et suivantes). D’ailleurs, en août 1914, si la priorité des Britanniques est de détruire l’escadre allemande dans le Pacifique (p. 151), la stratégie de Londres évolue rapidement pour se porter sur les appétits nippons et « empêcher le Japon d’étendre son influence jusqu’aux portes de l’Australie » (p. 153). Bien qu’affectant toutes ses troupes au théâtre d’opération européen, la Grande-Bretagne décide toutefois d’envoyer un gros millier d’hommes reprendre Tsingtao aux côtés de Tokyo… et ainsi empêcher les Japonais de se prévaloir seuls de la victoire et les contraindre à négocier une fois la paix revenue (p. 227).

À bien y réfléchir, la dimension très européenne de la belligérance qui s’exprime dans le Pacifique n’a pas grand-chose d’étonnant pour qui veut bien avoir en tête la nature de la présence coloniale, tout particulièrement allemande, dans la région. En Nouvelle-Guinée, seul 1% du territoire – la côte et les berges des rivières navigables (p. 70) – est effectivement aux mains du Kaiser, le reste étant contrôlé par des tribus qui dissuadent les investissements (p. 71), ce sans évoquer le climat et la jungle qui freinent encore plus les velléités exploratoires. Par ailleurs, la plupart des îlots de ces archipels du Pacifique ne sont que sous domination théorique et pâtissent de contraintes logistiques exorbitantes en termes de ravitaillement. En août 1914, l’Allemagne ne dispose que de 283 hommes répartis en 5 compagnies de police pour assurer l’ordre dans leurs possessions du nord de l’océan Pacifique (p. 141), soit 1 300 îles des archipels des Palaos, Mariannes, Carolines et Marshall (p. 207). L’Autriche-Hongrie, cantonnée à une concession de 0, 64 km2 dans le nord de Tientsin, en Chine (p. 114), ne peut apporter l’aide que de 82 hommes (p. 146). Inutile de dire que ces ordres de grandeur sont ridicules quand on les compare à ce qui prévaut en Europe (p. 199).

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

D’ailleurs, M. Reynaud avance l’idée c’est la réalité de cette faible présence qui explique que la domination coloniale y soit moins rude qu’en Afrique, la négociation avec les autochtones devenant obligatoire « faute d’avoir les moyens et l’intérêt d’user de la contrainte » (p. 84) ; ce qui ne signifie pas par ailleurs que l’ordre colonial puisse être par certains aspects extrêmement rude (p. 131). Mais considérant cela, comment s’étonner que ce soit la logique européenne de la guerre qui s’impose en 1914 dans cet espace pourtant si lointain puisque les ferments de belligérance sont, en termes strictement quantitatifs, si réduits, dans le Pacifique ? En d’autres termes, les considérations d’ordre local ne pèsent dans un premier temps pas lourd face aux préoccupations des métropoles européennes. Il n’est d’ailleurs pas question que celles-ci mobilisent d’importantes troupes pour défendre ces lointains territoires, ceux-ci étant en revanche sommés de fournir des hommes pour la lutte décisive qui se joue sur le Vieux continent. D’ailleurs, non seulement l’Allemagne estime dès 1914 que les colonies ne doivent pas détourner les moyens militaires affectés à l’Europe mais qu’une victoire sur ce théâtre d’opération constitue le meilleur moyen de préserver ces territoires ultra-marins (p. 123, 129). La situation est somme toute comparable en Grande-Bretagne et dans le Commonwealth où l’essentiel des navires doit être employé au transport de troupes vers l’Europe ainsi qu’à l’escorte de ces convois (p. 210), ce qui dit le caractère très secondaire du théâtre maritime d’opérations Pacifique. Mais la fin des combats dans cette région, l’enlisement du conflit dans le système tranchées en Europe et la crise démographique des armées contraint les puissances coloniales à puiser dans le vivier d’hommes que constituent leurs Empires respectifs, ce qui par la même occasion permet à certains espaces de faire entendre leurs voix. C’est ainsi que la Nouvelle-Zélande, qui envoie des hommes dans le nord de la France et notamment dans le pays de Weppes, entend s’appuyer sur cet impôt du sang pour réclamer à Londres une compensation territoriale, à savoir les Samoa auparavant sous domination allemande (p. 305-306).

Seuls les États-Unis paraissent, en définitive, témoigner d’un modèle différent, celui-ci prenant à l’évidence sa source dans le statut juridique particulier de Washington entre 1914 et 1917. Comme le rappelle très justement l’historien américain D. Buenviaje, les États-Unis n’attendent pas l’attentat de Sarajevo pour voir en Berlin un rival dans le Pacifique[6]. Dès lors, il aurait sans doute été intéressant d’évaluer la politique de l’Oncle Sam dans la région non plus au prisme de la vision, aujourd’hui périmée, de la neutralité américaine mais bel et bien de la non-bélligérance de ce pays[7]. Car comment interpréter autrement les difficultés faites à la marine allemande lors des étapes de San Francisco et Manille – les Philippines étant sous domination américaine ? En effet, théoriquement neutres, ces ports sont pourtant rendus quasiment impraticables aux navires du Reich par tout un arsenal de tracasseries diverses et variées (p. 119) qui disent bien le caractère factice de cette neutralité de l’Oncle Sam, celui-ci ayant en fait tôt choisi son camp du fait d’intérêts économiques bien perçus.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Certes, l’océan Pacifique est un théâtre d’opération d’importance quantitative « infinitésimale » par rapport à ce que l’on peut observer en Europe (p. 60). Le nombre de morts sur l’ensemble de la région lors de ces combats n’atteint même pas le chiffre de 5 000 (p. 341), l’essentiel des pertes ayant lieu lors de combats en mer ce qui, là encore, constitue une réalité statistique singulière (p. 342).  Même chose en ce qui concerne la consommation de munitions. Le fameux bombardement de Papeete le 22 septembre 1914 se résume à 46 obus de 210 mm et 35 de 150 tirés par les Allemands (p. 276). D’ailleurs, M. Reynaud affirme que « les principaux points d’appui des empires centraux en Asie ont ainsi succombé en quelques heures, dans ce qui s’apparente bien plus à des opérations de police qu’à des actions militaires » (p. 258). Mais il n’en demeure pas moins que le regard que porte l’auteur avec sur cet espace est particulièrement riche d’enseignements, notamment en ce qui concerne les dimensions périphérie/centre et les logiques de détotalisation qui traversent sous-tendent le conflit.


[1] Reynaud, Maxime, La Première Guerre mondiale dans le Pacifique. De la colonisation à Pearl Harbor, Paris, Passés Composés, 2021. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] En ce qui concerne les Etats-Unis se reporter notamment à Buenviaje, Dino E., The Yanks Are Coming Over There. Anglo-Saxonism and American Involvement in the First World War, Jefferson, North Carolina, McFarland & Company, 2017.

[3] Clark, Christopher, Les Somnambules. Eté 1914 : commet l’Europe a marché vers la guerre, Paris, Flammarion, 2012.

[4] Le Gall, Erwan, Saint-Nazaire, les Américains et la guerre totale (1917-1919), Bruz, Editions CODEX, 2018.

[5] Joly, Bertrand, « La France et la Revanche », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n°46-2, 1999, p. 325-347.

[6] Buenviaje, Dino E., The Yanks Are Coming…, op. cit.

[7] Doenecke, Justus, Nothing less than War. A New History of America’s Entry into World War I, Lexington, University Press of Kentucky, 2011 ; Tucker, Robert W., Woodrow Wilson and the Great War : Reconsidering America’s Neutrality, 1914-1917, Charlottesville, University of Virginia Press, 2007;


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.