Groupe de soldats, 1940. Collection particulière.

Julien Dagorn, le 48e RI et l’autolyse aux armées (septembre 1940)

Parmi tous fantassins du 48e RI morts au cours de la campagne de France de 1939-1940, il y a de nombreux cas complexes. Mais s’il est un parcours tragique qui interpelle, c’est celui de Julien Dagorn, un jeune homme né le 30 juillet 1913 à Locquillec, dans le Finistère, dans une famille de cultivateurs, et décédé alors qu’âgé de seulement 26 ans le 3 octobre 1939 à Lunéville, en Meurthe-et-Moselle. En effet, ce fantassin est répertorié comme ayant succombé à une « autolyse », ce qui signifie en termes plus explicites qu’il s’est suicidé. Face à un tel drame, il convient de rester très prudent et de ne pas tomber dans le piège d’interprétations trop hâtives.

L’historien n’est ni médecin ni psychologue et ne doit sous aucun prétexte tomber dans le piège d’un diagnostic rétrospectif[1]. Sans compter que dans le cas présent, très peu d’archives sont à notre disposition et que toute hypothèse serait nécessairement très fragile, pour ne pas dire plus. D’après son acte de naissance, Julien Dagorn se marie le 21 janvier 1939 en la mairie du VIe arrondissement de Paris. Conservé aux Archives de Paris, l’acte de mariage nous permet d’affiner quelque peu le portrait de cet homme : au moment où il s’unit à Anne, Marie Le Benjamin, une femme de chambre originaire de Plouyé, dans le Finistère, il est un « manœuvre », dont les deux parents sont décédés. Mais l’un de ses témoins est un Dagorn, peut-être un frère ou un oncle, lui aussi établi à Paris[2]. Un esprit romantique pourrait sans doute relier ce suicide à une rupture forcée par la mobilisation générale, comme une conséquence d’un déracinement supplémentaire, celui de la dislocation de la famille nucléaire après le départ de la petite patrie : cela serait à notre envie aller très vite, trop vite, en besogne. Certes, l’hypothèse de la rupture affective est plausible mais rien, en l’état actuel de nos connaissances, ne permet de l’infirmer ou de la confirmer. Il faudrait pour cela avoir accès à des écrits du for privé, correspondance ou carnet intime. Peut-être cet homme est-il atteint par des syndromes dépressifs chroniques ; peut-être est-il également en prise avec de grandes difficultés professionnelles ou économiques ? A dire vrai, on ne sait rien.

Fantassins marchant près de chenillettes, sans lieu ni date. Collection particulière.
Fantassins marchant près de chenillettes, sans lieu ni date. Collection particulière.

Dès lors, que reste-t-il à l’historien pour travailler ? Rien ou presque, et c’est précisément ce vide qui est signifiant. Car le fait est que celui-ci contraste grandement avec le nombre de cas de suicides que l’on observe dans les rangs de l’armée française entre le 1er septembre 1939 et le 9 mai 1940. C’est ainsi que l’historien A. Bernard rappelle que :

« Près de 500 soldats français se seraient ainsi suicidés sur la période du 1er septembre 1939 au 9 mai 1940 ; dont 97 uniquement pour le mois de septembre 1939, ce qui représente presque 4% des soldats morts au cours de ce même mois. Septembre 1939 enregistre à la fois le plus grand nombre de morts, lié aux opérations françaises dans la Sarre, et le plus fort nombre de suicidés. »[3]

La mort de Julien Dagorn vient donc s’inscrire dans une certaine forme de normalité statistique que confirme, à son tour, un autre fantassin du 48e RI, Jean, Marie, Janvier qui met fin à ses jours le 22 mai 1940 à Eicheldorf, selon toute vraisemblance Eichelsdorf, en Allemagne. Là encore, le piège du diagnostique rétrospectif doit être impérativement évité. Mais on observera toutefois que ce suicide est perpétré en Hesse, ce qui implique donc que la victime est aux mains des Allemands. Si, une nouvelle fois, la prudence doit rester de mise, là est peut-être un élément digne d’être pris en considération tant on sait le poids de la captivité, et de la honte qui y est associée, de nature à fragiliser bien des psychés.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Dès lors, l’objet de la réflexion historienne se fait jour. S’il est impossible de travailler faute d’archives et de compétences médicales suffisantes sur la pratique, alors c’est sur le discours qui l’entoure, pour le formuler autrement ce que celui-ci dit des représentations mentales alors en vigueur, que doit porter l’effort. Dans ce cadre, le terme « autolyse » ne peut qu’attirer l’attention. Celui-ci est en effet loin d’être neutre et participe, en réalité, d’un véritable « non-dit » au sein des armées. Pour H. Korsia, derrière une apparence de scientificité et de jargon médical, ce terme est en effet une manière pour l’institution « d’édulcorer la réalité », comme si la pratique du suicide relevait d’un tabou[4]. Or si ce constat est formulé dans le cadre d’un doctorat soutenu en 2017, et préparé à l’École Polytechnique, on se doute par ricochet de la force de la pression qui doit peser sur les acteurs des cette armée française mue à la fois par la culture de guerre propre à la séquence 1939-1940 et par la véritable injonction à l’endurance que constitue la figure héroïque du poilu et, de manière plus générale, le souvenir de la Première Guerre mondiale. Certes, le phénomène n’est pas quantifiable mais il est certain qu’il agit avec une puissance considérable sur le comportement des acteurs : pour qui ne peut pas, ou pense ne pas pouvoir, se hisser à la hauteur du glorieux modèle de 1914-1918, la mort reste l’une des seules échappatoires au discrédit.

Il n’est pas surprenant que le décès de Julien Dagorn ne soit pas évoqué par la presse. En effet, l’armée française de Terre de 1940 ne doit nullement être déconnectée de la société d’alors dans la mesure où ses rangs sont approvisionnés par la conscription. Certes, nombre d’archives ne sont pas encore disponibles aux chercheurs, on pense tout particulièrement aux fiches matricules de recrutement, et la composition sociale de la troupe nous échappe encore assez largement. C’est bien cela qui nous a amené, dans un autre billet, à parler d’immaturité de l’historiographie de l’armée française de 1939-1940, quand on veut bien comparer avec ce qu’il est possible de faire pour la séquence 1914-1918. Mais tout porte à croire que la presse, source emblématique de l’arrière, peut sur ce point être considéré comme un bon écho des représentations mentales en vigueur au front.

Poste de commandement, sans lieu ni date. Collection particulière.
Poste de commandement, sans lieu ni date. Collection particulière.

Dès lors, ce qui se fait jour à travers un cas comme celui de Julien Dagorn, c’est ni plus ni moins que le regard porté par la société française d’alors sur le suicide. Quant à « l’autolyse » de Jean, Marie Janvier, outre le fait qu’un tel patronyme ne facilite pas les recherches, on se doute que le fait qu’elle soit perpétrée en Allemagne vient considérablement entraver la circulation de l’information. Sans compter qu’à la fin du mois de mai et au mois de juin 1940, la presse a, à l’évidence, des nouvelles plus « importantes » à transmettre à son lectorat. Mais en octobre 1939, au contraire, en cette période de « drôle de guerre » que vient seulement troubler une incursion symbolique en Sarre, les journaux sont au contraire avides d’informations à transmettre à leurs lecteurs. Mais encore faut-il que celles-ci ne contreviennent pas à la culture de guerre alors à l’œuvre, c’est-à-dire qu’elles participent d’une image du soldat de 1939 en tous points ou presque semblable à son glorieux aîné de 1918. Dans ce régime discursif, le suicide n’a bien entendu aucune place et le terme « autolyse » vient au contraire mettre en lumière le poids du tabou. Un détail le rappelle d’ailleurs sans aucune ambiguïté : Julien Dagorn n’est pas titulaire de la mention « mort pour la France » tandis que Jean, Marie Janvier, lui, l’est. La différence entre ces deux hommes : l’épreuve du feu que le premier n’a pas connue, contrairement au second.


[1] Pour de plus amples développements, consulter le remarquable Le Bras, Anatole, Un enfant à l’asile. Vie de Paul Taesch (1874-1914), Paris, Editions du CNRS, 2018.

[2] Archives de Paris : 6 M 288.

[3] Bernard, Amaury, Une guerre en suspens, 26 août 1939 – 10 mai 1940. Quand les combattants allemands, britanniques et français attendent, thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Becker, Annette, Nanterre, Université Paris Nanterre, 2019, p. 110.

[4] Korsia, Haïm, Le Suicide dans les armées : Gérer un non-dit, Thèse de Sciences de gestion sous la direction de Godelier, Eric, Paris, Université Paris-Saclay, 2017.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.