Quand l’uniforme forme la jeunesse… et le mouvement ouvrier de la IIIe République. Eléments prospectifs

Quoi de plus éloigné du mouvement ouvrier et social que la caserne et l’institution militaire ? Pas grand-chose à première vue. De la Commune de Paris au Carnet B en passant par la fusillade de Villeneuve-Saint-Georges en 1908, il est vrai que nombreux sont les éléments qui contribuent à implanter, au sein des espaces militants, l’idée d’une armée érigée en « chien de garde du capital ». C’est du reste ce qu’explique à Rennes le secrétaire de la section locale de la SFIO Eugène Leprince lors de la séance du Conseil municipal qui doit, le 2 novembre 1910, se prononcer en faveur de la construction de la caserne Margueritte :

« Je ne voterai pas les conclusions du rapport de M. le Maire pour deux raisons : d’abord parce que je ne suis pas partisan de l’augmentation des impôts, ensuite parce que j’estime qu’il y a assez de troupes à Rennes pour réprimer les camarades en grève et les remplacer au besoin sans qu’il soit utile de créer un nouveau régiment. »[1]

Pourtant, les archives, et tout particulièrement les fiches matriculaires du recrutement, invitent à dépasser ce discours. Qu’on le veuille ou non, depuis 1905 et la fin du tirage au sort, la conscription s’applique à tout le monde et même les plus antimilitaristes des anarcho-syndicalistes effectuent leur service militaire. C’est ce que rappelle du reste le parcours d’Eugène Leprince évoqué plus haut. Né le 29 mai 1879 à Rennes, ce tourneur sur métaux porte l’uniforme du 41e RI pendant un an, à l’occasion de son service militaire qu’il achève en tant que soldat de 1e classe et muni de son certificat de bonne conduite. Effectuant un période de réserve en 1902, il est ensuite classé non affecté comme chef d’équipe à l’atelier de construction de Rennes, poste qui est à l’évidence à mettre en rapport avec le métier qu’il déclare lors de son passage devant le Conseil de révision mais qui n’est pas sans interroger la réalité de son rapport à l’institution militaire. Pendant la Grande Guerre, il est d’abord placé en sursis d’appel puis rejoint en juillet 1915 l’atelier de construction de Rennes, quelques semaines donc avant la promulgation de la loi Dalbiez, avant d’être envoyé au 50e régiment d’artillerie le 1er juillet 1917 et d’être finalement démobilisé le 25 février 1919[2]. Or là n’est pas une trajectoire exceptionnelle, loin de là. Tailleur de pierre et secrétaire, à partir de 1909, de la Fédération des syndicats ouvriers de la région malouine, Jean Batas est condamné le 26 mars 1914 par le tribunal de la Seine à 6 mois de prison et 100F d’amende pour « menées antimilitaristes ». Ceci lui vaut d’être inscrit au Carnet B mais ne l’empêche pas de répondre, à l’âge de 42 ans, à l’appel de la mobilisation générale. Rien de surprenant du reste pour quelqu’un qui, indépendamment de son militantisme, souscrit à « l’impôt du temps » en effectuant entre 1893 et 1895 son service militaire au sein du 47e régiment d’infanterie de Saint-Malo, puis participe à deux périodes de réserve avec cette même unité au cours des années 1900[3]. Aussi est-ce à notre sens faire erreur que de croire que la militance, et donc les réseaux qui structurent l’engagement partisan, s’arrêtent au seuil de la caserne. C’est d’ailleurs ce que rappelle le Sou du soldat, auquel Jean Batas prête son concours et ce malgré le succès tout relatif de cette œuvre.

Carte postale. Musée de Bretagne : 970.0049.235.
Carte postale. Musée de Bretagne : 970.0049.235.

Un exemple tel que celui-ci invite en définitive à un dépassement des registres historiographiques traditionnels permettant de rappeler en quoi le port de l’uniforme – compris dans le sens le plus large et donc recouvrant tant la caserne et le service militaire que l’expérience combattante – sous la IIIe République a à voir avec le mouvement ouvrier et social. Ceci n’a du reste rien d’étonnant pour qui connaît la période. Contrairement à aujourd’hui où c’est le bulletin de vote qui est le symbole absolu de la citoyenneté, être français avant 1913 est avant tout être en mesure de pouvoir porter les armes en cas d’agression extérieure : là est bien le patriotisme défensif constituant le socle de la mobilisation générale de l’été 1914[4]. Récemment, J.-N. Ducange a montré comment les socialistes s’acculturent tant bien que mal à l’idée de Nation, réalité que rappellent en Bretagne les candidats SFIO aux législatives de 1910 dans le département du Finistère mais aussi le parcours d’un Carle Bahon, élu maire de Rennes en 1925[5]. Après l’hécatombe de la Grande Guerre, la demande sociale de paix, pour reprendre les termes de l’historien F. Cochet, est telle que l’impôt du temps est de plus en plus insupportable et le service militaire réduit en conséquence à douze mois. Pour autant, l’appel de la Nation reste un horizon d’attente déterminant la citoyenneté, et ce plus encore à mesure que montent les périls. Le nationalisme banal infuse partout, là encore y compris à gauche comme le montre la nationalisation progressive des partis communistes[6].

Compte tenu des dispositions législatives régissant les devoirs militaires, le croisement des notices biographiques du Maitron et des fiches matriculaires du recrutement dans une perspective prosopographique conduit à s’intéresser aux individus mâles dans leur jeunesse tardive, le port des armes étant considéré comme un rite de passage vers l’âge adulte[7]. Avoir 20 ans pour ces militants, comme pour le reste du corps social du reste, c’est, sauf problèmes de santé ou circonstances particulières, quitter la vie civile pour pénétrer dans la sphère militaire. C’est d’ailleurs cette réalité qui pousse certains acteurs du mouvement ouvrier et social à envisager la caserne comme un lieu permettant l’édification d’un public captif. Mais dans d’autres cas, le port de l’uniforme permet de redresser des trajectoires pour, finalement, les conduire au militantisme. Enfin, nous envisagerons les rapports entre mouvement ouvrier et social et mondes militaires sous l’angle de possibles transferts d’expérience.

La caserne : un public captif

Le Sou du soldat est probablement l’institution qui illustre le mieux l’effet d’opportunité que représente aussi la caserne pour les mondes militants. Lors du congrès qui se tient en 1900 à Paris, la CGT cherche en effet à maintenir les liens entre syndicats et bourses du travail d’une part, hommes sous les drapeaux d’autre part, pour éviter que les conscrits ne se détournent du mouvement ouvrier mais également pour les inciter à refuser de porter les armes s’ils devaient être amenés à réprimer une grève[8]. A Rennes, c’est assurément ce dont témoigne la trajectoire d’Albert Aubry : fils d’un ouvrier sellier de l’Arsenal et par ailleurs responsable syndical, cet instituteur lui-même fondateur d’une section syndicale adhérant à la CGT est un virulent défenseur du « Sou du soldat »[9].

Ce positionnement idéologique s’explique nécessairement pas des convictions philosophiques fortement ancrées mais aussi, pour partie au moins, par des considérations plus pratiques, d’ordre tactique. L’armée a beau constituer, selon la formule consacrée, le « chien de garde du capital », la caserne n’en constitue pas moins un espace clos où réside, par la grâce de la conscription, un public captif qu’il est tentant d’essayer de convertir et/ou de préserver d’influences jugées réactionnaires[10]. C’est d’ailleurs bien la même logique qui pousse à Rennes le Cercle républicain d’enseignement laïque à dispenser à partir de 1905 aux appelés des 41e régiment d’infanterie et 7e régiment d’artillerie, deux unités tenant garnison au sein du chef-lieu du département d’Ille-et-Vilaine, des cours d’enseignement industriel, commercial et agricole. Parmi les chevilles ouvrières de cette œuvre d’éducation populaire on retrouve Victor Basch mais aussi l’universitaire Georges Dottin : bien que ne figurant pas dans le Maitron, ce républicain de gauche, fermement dreyfusard, siège également au Conseil municipal dirigé par Jean Janvier[11]. Or l’intention de ces militants est claire : « éveiller l’intérêt des futurs électeurs »[12] et ainsi, transformer la caserne en antichambre de l’isoloir.

Précisons du reste que ni la Bretagne ni le XXe siècle ne sauraient constituer de ce point de vue des cadres exceptionnels. En témoigne par exemple le cas du théoricien socialiste et polytechnicien (X 1826) Victor Considérant qui est, lors de son passage à l’école d’application du Génie, un fervent propagateur des thèses fouriéristes[13]. D’ailleurs, il n’y a nulle spécificité ici du mouvement ouvrier et social comme le rappelle Henry Miche de Melleray, saint-cyrien, capitaine au 48e RI, militant de l’Union régionaliste bretonne et usant de sa position pour instruire un public captif, certes dans l’optique d’en faire de « bons soldats », mais ce au moyen d’un enseignement qui, lui, n’a rien de neutre :

« Or la vénération que l’on porte aux aïeux n’est-il point avec le culte passionné de la terre natale et la volonté de vivre libre, comme les fondements des vertus militaires ?

C’est donc ce sentiment que l’on doit s’attacher à faire vibrer chez le Breton dont on veut faire un soldat. En lui montrant le dévouement de ses pères à l’œuvre commune, le sacrifice qu’ils surent faire et de leurs temps et de leur vie, on combattra l’égoïsme envahissant et le sentimentalisme aussi. Que l’on enseigne à cet ignorant, à ce timide ce dont il est capable ; que l’on transforme son patriotisme local, si profondément enraciné, en patriotisme général ; qu’on lui montre la Bretagne combattant pour la France depuis qu’elle existe ; il prendra confiance en lui-même, on doublera sa force, on fera de lui, ce que furent tant et tant de ses ancêtres, un bon ouvrier de la grandeur française. »[14]

Toutefois, le poids réel de ces organisations reste pour l’heure difficile à mesurer et il y a là, à n’en pas douter, de nombreuses enquêtes à spectre resserré à mener pour mieux cerner le phénomène. Il faut de surcroît faire la part des choses entre les effectifs militants d’une part et la peur que ceux-ci peuvent d’autre part susciter dans un encadrement pas nécessairement très ouvert aux questions ouvrières et sociales. G. Vidal a certes méticuleusement décrit la crainte provoquée par le « péril rouge » dans les casernes parisiennes[15]. Mais on manque de contrepoints en province et, tout particulièrement pour ce qui nous intéresse ici, dans la péninsule armoricaine. Pourtant, des garnisons comme Brest, Lorient, Saint-Nazaire ou même Nantes, où le mouvement ouvrier est non seulement structuré mais relativement puissant, nous semblent constituer autant de terrains prometteurs. Sans doute y aurait-il moyen, par exemple, de prolonger efficacement les travaux d’A. Orr, cet historien américain ayant montré que le recrutement pour des tâches administratives d’auxiliaires féminines constitue, dans l’esprit des officiers les plus conservateurs des années 1920, un moyen de combattre l’influence communiste et la menace qu’elle fait supposément peser sur la discipline dans les rangs[16].

Ramener dans le droit chemin ?

Il n’en demeure pas moins que pour beaucoup d’individus, le port de l’uniforme, que cela soit à la caserne le temps du service militaire ou plus encore en tranchées pendant la Grande Guerre, constitue un traumatisme. Et c’est précisément dans ces blessures de l’âme que de nombreux militants puisent la source de leur engagement, comme s’il s’agissait pour eux, en quelque sorte, de revenir dans le droit chemin.

Biribi et ses succédanés constituent à cet égard un espace paroxystique et l’origine de bien des antimilitarismes[17]. Que l’on songe pour s’en convaincre à Georges Darien, pamphlétaire « un temps de tendance individualiste anarchiste » et qui tire de son expérience de 33 mois à la 5e compagnie de fusiliers de Gafsa, en Tunisie, un roman intitulé Biribi, discipline militaire[18]. Mais on pourrait évoquer également le parcours d’un Louis Brenner, jeune bagarreur brestois que le Conseil de révision trouve incarcéré à Frontevrault et envoie en avril 1915 au 3e bataillon d’Afrique, affectation qui est selon toute vraisemblance à l’origine de son engagement anarchiste au cours des années 1920-1930[19]. Exceptionnelle est la trajectoire du brestois Adrien Poncet. Né dans le port du Ponant le 24 avril 1884, ce plombier couvreur connaît une jeunesse mouvementée et se retrouve incorporé au 1er bataillon d’Afrique à partir du 3 juin 1902, soi-disant à la suite d’un engagement volontaire contracté à Paris même s’il est, en accord avec J. Maitron qui rédige sa notice du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et social, largement permis de douter de cette mention qui figure pourtant sur sa fiche matricule de recrutement[20]. Cette expérience selon toute vraisemblance douloureuse de l’uniforme – le certificat de bonne conduite lui est refusé au moment de sa libération en 1906 – est manifestement à l’origine d’une détestation de l’institution militaire qui le conduit à déserter pendant la Première Guerre mondiale et à être condamné en août 1917 à 5 ans de prison pour insoumission en temps de guerre. Mais que déduire d’un tel parcours, celui-ci comportant encore un certain nombre de zones d’ombre et s’inscrivant de surcroît aux frontières de la marginalité, tant sociale que statistique ?[21] C’est bien la prudence ici qui doit s’imposer à l’historien tant les sources peinent à rendre compte de la complexité d’une trajectoire telle que celle-ci. C’est ce que rappelle l’exemple de Pierre Odéon qui, natif de Pontivy, refuse de rejoindre son unité – bien qu’ayant fait son service militaire en 1923-1924 – en 1929 à l’occasion d’une période de réserve et est condamné à un an de prison. Une fois libéré, cet anarchiste s’engage en faveur de l’objection de conscience et est demeuré célèbre pour avoir déclaré que Le Cherche-Midi, où il a été incarcéré, « c’est Biribi en plein cœur de Paris ».

Gravure de presse intitulée "Prisonniers à Biribi" et légendée comme suit ; "Les hommes punis de prison ou de cellule prennent l'air en cassant des cailloux. Ce qu'ils auraient évité s'ils s'étaient mieux conduits!!!!". Collection Musée de Bretagne : 2017.0000.4631.
Gravure de presse intitulée “Prisonniers à Biribi” et légendée comme suit ; “Les hommes punis de prison ou de cellule prennent l’air en cassant des cailloux. Ce qu’ils auraient évité s’ils s’étaient mieux conduits!!!!”. Collection Musée de Bretagne : 2017.0000.4631.

Ce qui est certain, en revanche, c’est que le mouvement ouvrier et social prend, en Bretagne comme ailleurs, fait et cause pour « les disciplinaires de Biribi », surtout lorsque leur transfert à Cézembre, un ilot en face de Saint-Malo, est envisagé. Pour l’Union locale des syndicats, dirigée par Jean Batas, c’est même là le moyen de rappeler, de manière subliminale, que l’uniforme est le bras armé du capital et de la bourgeoisie : « Puisque la classe ouvrière est forcée d’accepter provisoirement ce moyen terme à la question Biribi, ce sera avec satisfaction qu’elle verra les disciplinaires qui ne sont que de braves enfants du peuple, venir à côté d’elle, où ils seront assurés de recevoir l’appui de leurs camarades, chaque fois qu’ils seront victimes des brutalités inavouables des tortionnaires »[22]. Mais, pour autant il semble hasardeux de poser l’équation qui affirmerait que Biribi prépare à l’anarchie. Le finistérien Alexandre Jiquel en témoigne puisque, bien que lui aussi passé par les bataillons d’Afrique, et blessé en Champagne – et non à Verdun comme indiqué par J.-P. Besse et C. Geslin dans sa notice biographique en ligne sur le Maitron – il adhère au Parti communiste en 1925. À traumatisme comparable, symptômes différents serais-je presque tenté d’écrire. À moins que la source de cet engagement puisse être décelée dans l’affectation spéciale qui le conduit, entre le 19 juillet 1917 et le 26 décembre 1918, à travailler aux mines de Bruay, dans le Pas-de-Calais[23].

Compte tenu de l’ampleur des effectifs passés par les bataillons d’Afrique, il n’est pas certain que la péninsule armoricaine y projette beaucoup de parcours. A en juger par l’OCErisation disponible sur des titres comme L’Ouest-Eclair ou La Dépêche de Brest, Biribi est d’abord une représentation mentale, un arrière-plan de roman publié en feuilleton, plutôt qu’une étape de parcours biographique mêlant logiques militaires et carcérales. Mais il en va tout autrement du pacifisme né de la Grande Guerre.

Tract anarchiste "Le Libertaire" ayant été diffusé en Morbihan pendant la Première Guerre mondiale (détail). Le document stipule : "l'anarchiste n'aime pas l'Armée et il nie la Patrie parce qu'il aime tous les hommes qui veulent vivre en camarades et que l'armée n'est qu'un instrument de meurtre". Arch. dép. Morbihan : M 4786.
Tract anarchiste “Le Libertaire” ayant été diffusé en Morbihan pendant la Première Guerre mondiale (détail). Le document stipule : “l’anarchiste n’aime pas l’Armée et il nie la Patrie parce qu’il aime tous les hommes qui veulent vivre en camarades et que l’armée n’est qu’un instrument de meurtre”. Arch. dép. Morbihan : M 4786.

Connue est la trajectoire de Charles Tillon, figure du Parti communiste français mobilisée en tant que mécanicien dans la Royale et dont l’engagement politique prend véritablement sa source dans la mutinerie du croiseur Guichen[24]. Or le croisement des fiches matricules de recrutement et des notices biographiques conduit à mettre en évidence de nombreuses trajectoires semblables qui disent à la fois le choc de l’expérience de guerre et la force de l’engagement pacifiste qui accompagne le retour à la vie civile. En témoignent par exemple l’instituteur morbihannais François Cloërec, aux armées dans la territoriale pendant plus d’un an[25], ou le cultivateur trégorois élu député en 1936 Philippe Le Maux, artilleur versé dans la Défense contre avions en février 1918, vraisemblablement à l’issue de ses classes[26]. Bien entendu, la Bretagne ne saurait de ce point de vue constituer un cas exceptionnel, le poids de la guerre se ressentant partout en France et influant pareillement sur les trajectoires. C’est que montre par exemple le parcours de l’instituteur normand et pacifiste Louis Hobey[27].

Certains parcours sont toutefois plus abscons et le lien entre expérience de l’uniforme et pacifisme/antimilitarisme plus délicat à établir. Né en 1880, Jean Tréguer effectue pour sa part 5 ans de service militaire dans la Marine comme engagé volontaire. Malheureusement le brevet de fourrier lui est refusé pour « inaptitude physique », ce qui ne l’empêche pas de quitter la Royale muni de son certificat de bonne conduite et d’être par la suite, en tant que réserviste, versé dans l’infanterie. Répondant à l’appel de la mobilisation générale en août 1914, il rejoint le dépôt d’infanterie de Brest et est incorporé au 87e RIT. Au sein de cette unité, il finit ironiquement par conquérir son brevet de fourrier – ce qui est sans doute à mettre en rapport avec la profession d’employé de commerce qu’il déclare exercer lors de son passage devant le Conseil de révision – et obtient même le 15 octobre 1914 le galon de laine de caporal puis, le 16 mars 1916, celui d’argent de sergent. La suite de son parcours militaire est plus nébuleuse puisque, dans sa notice biographique, J. Maitron, M. Pigenet et R. Dupuy font état d’une possible intoxication aux gaz de combat, affection qui n’est pas mentionnée par sa fiche matricule. Mais, en revanche, ce document fait très explicitement au bacille de Koch et à la tuberculose. Toujours est-il qu’on retrouve Jean Tréguer à Brest à la fin de l’année 1917 où il ne tarde pas à être un des animateurs du syndicat CGT des dockers et, manifestement, à être animé par de profonds sentiments pacifistes qui doivent se comprendre dans le cadre d’une grille de lecture marxiste-léniniste du conflit. Sa notice du Maitron fait ainsi état d’un courrier qu’il adresse en février 1919 au secrétaire de la Bourse du travail de Paris et dans lequel il dénonce cette « guerre féroce et stupide n’ayant rien appris à nos exploiteurs ». Pour autant, anarchiste, Jean Tréguer n’en fait pas moins valoir ses droits, vraisemblablement au printemps 1934, à la carte du combattant, celle-ci étant selon toute probabilité considérée comme un acquis social arraché à l’armée et donc, par ricochet, à la bourgeoisie[28].

Carte du combattant. Collections Musée de Bretagne : 982.0005.65.
Carte du combattant. Collections Musée de Bretagne : 982.0005.65.

Là est du reste une différence majeure avec « l’année terrible » et les vétérans de 1870 qui, s’ils bénéficient rapidement de la solidarité nationale et se regroupent également tôt en associations ne se reconnaissent pas au prisme d’une « génération » du feu et ne se caractérisent pas par un pacifisme particulier en réaction à leur expérience militaire[29]. Sans doute que l’intensité de ce conflit, réelle mais bien moindre que celle qui devait être la « der des ders », constitue sur ce point un facteur d’explication à prendre en considération. Il est également probable que le discours entourant la « glorieuse défaite » s’accommode finalement assez mal d’une contestation radicale de l’uniforme et du fait guerrier. Sans compter que l’Armée compte parmi les piliers sur lesquels se construit la IIIe République[30]. En réalité, pour retrouver des effets similaires à la Grande Guerre en termes de pacifisme et de rejet de l’institution militaire, il faut sans doute se tourner vers la Guerre d’Algérie, puissant repoussoir de tout ce qui, de près ou de loin, est ou paraît kaki. On sait d’ailleurs que ce conflit constitue un véritable creuset pour toute une génération d’hommes et de femmes venus à la gauche sur la base de combats anticolonialistes et antimilitaristes[31].

Précisons toutefois, pour tenter de rendre compte de toute la complexité du social, que les trajectoires ne sont pas si rectilignes, abruptes, que ce que pourrait suggérer le paradigme de la brutalisation des sociétés européennes forgé par l’historien G. L. Mosse[32]. C’est ce que vient rappeler l’exemple de Jules Le Gall – aucun lien avec l’auteur des présentes lignes – le fondateur de la section brestoise de la Ligue internationale des combattants de la paix (LICP). Ajourné puis exempté de service militaire au début des années 1900 du fait de problèmes pulmonaires, nullement inquiété par la politique de récupération, il est vierge de toute expérience militaire. Secrétaire général de la section brestoise de la LICP, René Lochu échappe lui aussi aux tranchées : ce fils d’un maréchal-ferrant du 35e RAC, unité où sa mère est par ailleurs cantinière, évite les tranchées en s’engageant le 15 janvier 1918 au 3e dépôt des équipages de la flotte. Ces deux parcours invitent donc à nuancer l’idée d’un pacifisme intégral qui serait l’enfant en ligne directe, et obligatoire, de l’expérience combattante en 1914-1918. Au contraire, c’est à l’évidence dans d’autres formes de sensibilité qu’il faut puiser pour comprendre ces trajectoires : dans un militantisme anti-patronal de type syndicalisme d’action directe pour Jules Le Gall, probablement dans une expérience plus intime ayant avoir avec une certaine forme de rejet du milieu familial d’origine pour René Lochu. Emblématique est à cet égard la trajectoire de Joseph Briand qui, objecteur de conscience en 1939, est trop jeune pour avoir combattu dans les tranchées puisque né en 1908. Là encore, si ce sont d’autres ressorts de l’engagement qui sont à trouver, la caserne et l’expérience militaire agissent à la manière de véritables repoussoirs. Même chose en ce qui concerne Jean Souvenance : ayant vu le jour en 1903, il n’est pas mobilisé pendant la Grande Guerre, ce qui ne l’empêche pas de fonder dans les années 1920 l’Alliance universelle des jeunesses pacifistes et d’intégrer dans les années 1930 le comité directeur de la Ligue internationale des combattants de la paix.

Tract de la Ligue internationale des Combattants de la Paix, sans date. Collection particulière.
Tract de la Ligue internationale des Combattants de la Paix, sans date. Collection particulière.

Il est vrai aussi que la question du pacifisme se pose différemment en temps de paix et de guerre. Hippolyte Masson en est un bon exemple, lui qui le 16 novembre 1912, alors que tout juste élu maire de Brest, prend la tête d’une manifestation pacifiste réunissant 3 000 personnes dans les rues du port du Ponant mais sert aux armées pendant toute la Grande Guerre, d’abord dans l’infanterie puis dans le génie[33]. C’est également ce que rappelle le parcours particulièrement intéressant de l’instituteur socialiste René Chapin : mobilisé en avril 1917, cet ancien élève de l’École normale de Saint-Brieuc sort rapidement du rang, ce qui n’est nullement étonnant compte tenu de son capital socio-culturel, pour conquérir, à titre temporaire le galon de sous-lieutenant le 1er mai 1919. Renvoyé dans ses foyers avec son certificat de bonne conduite un an plus tard – ce qui dit par ailleurs combien il est nécessaire de dilater les limites chronologiques de la Grande Guerre – il démissionne de son grade dans la foulée ce qui, à l’évidence, est à mettre en relation avec les profondes convictions pacifistes qu’il exprime au sein du Syndicat national des instituteurs et du PS-SFIO. Mais, rappelé le 3 septembre 1939 à l’activité au 270e régiment d’infanterie, il accepte d’être nommé adjudant à compter du 1er février 1940[34]. À l’évidence, une telle décision rappelle combien les rapports à l’institution militaire sont conditionnés par les circonstances, réalité qui montre toute la profondeur des mécanismes d’intériorisation du patriotisme défensif, celui-ci ne pouvant être assimilé à du nationalisme. C’est également ce que rappelle le parcours de l’instituteur finistérien Jean Cornec : s’il reçoit au cours de sa carrière d’enseignant de nombreux blâmes pour « attitude pacifiste », un rapport du commissaire de police de Quimper cité dans sa notice biographique par G.-M. Thomas affirme que son patriotisme « ne saurait être mis en doute » : un propos que tendent à confirmer ses états de service en 1914-1918 et notamment la blessure par balles qu’il reçoit en septembre 1914, dans l’Oise, alors qu’il est affecté à la 11e section d’État-major et de recrutement[35]. On connait également le parcours du nantais Alexandre Fourny : engagé volontaire en 1916 dans un régiment de cuirassiers, ce titulaire de la Croix de guerre avec étoile de bronze et d’une pension d’invalidité de guerre à 30% ne tarde pas à devenir une figure du monde combattant puis un militant en vue de la SFIO, devenant conseiller municipal puis adjoint de la Cité des Ducs et enfin conseiller général[36]. Tôt engagé en Résistance, il est fusillé par les Nazis à Châteaubriand le 22 octobre 1941. Une trajectoire qui fait écho à celle du lorientais Jean Penquer. Cet amputé de guerre proche du député socialiste Louis L’Hévéder, et lui-même militant SFIO, ne tarde pas à devenir un des responsables nationaux de l’UFAC et, à ce titre un fervent pacifiste[37]. Mais cet engagement ne l’empêche nullement de rejoindre Libération-Nord pendant la Seconde Guerre mondiale, comme de nombreux socialistes du reste[38]. Précisons d’ailleurs que la question du pacifisme, y compris dans sa version intégrale, ne se pose bien évidemment pas qu’à l’échelle de la péninsule armoricaine et ne concerne pas que les trajectoires classées à gauche : ancien vaguemestre du 47e RI de Saint-Malo devenu ministre des Pensions en 1934 puis, dix ans plus tard, demeuré fidèle parmi les fidèles de Marcel Déat, Georges Rivollet en est un bon exemple.

Quand le combattant nourrit le militant (et réciproquement)

Le parcours de cet homme n’en demeure pas moins éclairant en ce qu’il rappelle combien une trajectoire politique dans les années 1920-1930 peut se nourrir de l’expérience combattante, jusqu’à constituer un véritable capital électoral. C’est par exemple ce que suggère un Albert Aubry, ancien combattant mutilé de la Grande Guerre élu lors des législatives de 1919 puis retrouvant son siège de député à la Libération alors qu’ayant échappé à la mort que lui promettait le camp de Neuengamme. Lors des élections législatives de 1936, tous les candidats se présentant en Ille-et-Vilaine, et ce quelle que soit l’étiquette sous laquelle ils concourent, témoignent sur leur profession de foi de brillants états de service, parfois même jusqu’à mentir puisque, manifestement, le port de l’uniforme d’un régiment d’artillerie lourde n’a pas le même poids que celui d’une unité d’infanterie active, celle-ci étant en première ligne[39]. Précisons, s’il était nécessaire, qu’il n’y a pas qu’en Bretagne, et s’il était besoin de le rappeler qu’à gauche, que l’expérience de guerre constitue un capital politique efficace lors des joutes électorales. En témoignent par exemple le député vosgien René Fonck élu à la faveur de la vague bleue horizon de 1919 ou encore le sénateur mosellan, et ancien colonel commandant le 219e RI, Jean Stuhl[40].

René Fonck au camp d'aviation du groupe des Cigognes, le 11 mai 1918, entre Le Hamel et Hétomesnil, dans l'Oise. La Contemporaine : VAL 274/091.
René Fonck au camp d’aviation du groupe des Cigognes, le 11 mai 1918, entre Le Hamel et Hétomesnil, dans l’Oise. La Contemporaine : VAL 274/091.

On connaît par ailleurs le statut particulier de l’Association républicaine des anciens combattants (ARAC), satellite du Parti communiste fondé par Henri Barbusse et Paul Vaillant-Couturier pensé pour participer d’un vaste mouvement « d’organisation de la classe ouvrière »[41]. Mais en réalité, cette trajectoire n’est propre ni aux communistes, ni même à la gauche ; c’est bien de la structuration d’un véritable mouvement social interclassiste et donc traversé par un vaste éventail de sensibilités dont il s’agit ici[42]. Comment dès lors s’étonner que lors des législatives de 1919, la SFIO, il est vrai faute d’être en mesure de présenter elle-même des candidats, soutienne une liste d’anciens combattants dans les Côtes-du-Nord ?[43] Par conséquent, c’est bien au prisme de combats politiques que doivent être appréhendés les acquis obtenus par le monde combattant. L’Humanité ne dit pas autre chose quelques jours avant les législatives de 1932 lorsqu’il s’agit de présenter à ses lecteurs le bilan de deux parlementaires sortants : « dans la législature dernière les députés Jacques Duclos et Georges Beaugrand sont intervenus maintes fois au nom de la fraction communiste pour alerter les [anciens combattants] contre les dangers qui menacent les quelques avantages concédés par la bourgeoisie sous la pression des millions d’anciens combattants et de victimes de guerre »[44].

En conséquence, il n’y a rien d’étonnant à ce que nombreux soient les parcours qui mettent en lumière des stratégies pluri-institutionnelles, conjuguant les appartenances pour multiplier les réseaux et favoriser l’insertion territoriale. En d’autres termes, dans les années 1920-1930, l’appartenance partisane et/ou syndicale vient bien souvent s’ajouter à l’adhésion à une association d’anciens combattants et victimes de guerre. C’est ce que montre le cheminement d’un instituteur comme Georges Voisin : mutilé de guerre, militant à la SFIO et à la CGT, l’historien B. Kermoal m’a appris qu’il est aussi un membre relativement éminent de l’Union fédérale des associations françaises de mutilés et anciens combattants (UFAC)[45]. Toujours dans les Côtes-du-Nord, le socialiste Paul Vaillant intègre la direction nationale de cette même association peu de temps avant de s’emparer du secrétariat de la fédération SFIO de ce département, comme si la position obtenue dans le premier engagement avait conditionné le rang atteint dans le second.

Certes, à ce moment de leurs vies, les militants du Maitron n’ont plus 20 ans. Mais c’est bien sur les bases de l’expérience qui est la leur à cet âge que se construit la suite de leur trajectoire. Cette réalité, encore une fois, dit le poids du corps constitué – bien que très hétérogène – qu’est le monde combattant et le caractère fondamentalement politique, y compris en termes d’instauration d’un rapport de force, de leurs revendications. Là est véritablement le poids de la Grande Guerre puisque de telle trajectoires n’existent pas à l’échelle de la Bretagne au cours de la période 1871-1914. Si on observe au cours de la première partie de la Troisième république une valorisation de l’expérience militaire des 20 ans dans bien des trajectoires politiques, celle-ci est une expérience du port de l’uniforme plus que de la guerre. Par exemple, pour un Jean Janvier croisé précédemment, éphémère secrétaire adjoint d’un Comité de grève lors d’un conflit social ayant éclaté à Nantes en 1876, le rang d’officier de réserve permet de compléter les réseaux tissés parmi les milieux patronaux du bâtiment et, ainsi, de consolider sa position.

Cette interpénétration des vies militaires et partisanes, deux dimensions qui renvoient en fin de compte à une conception de la citoyenneté qui s’appuie alors au moins autant sur l’urne que sur le port des armes en cas d’agression d’un autre pays, se retrouve dans bon nombre de notices du Maitron. C’est ainsi par exemple que J. Raymond et G. Morin notent que, jeune militant du PS-SFIO, François Tanguy Prigent profite de son service militaire, qu’il effectue à Paris d’octobre 1930 à octobre 1931, pour « découvrir la direction de son parti et […] parfaire son éducation politique ». Si son biographe, C. Bougeard, indique que la lecture du Populaire n’est pas sans risque, la presse politique étant interdite à l’intérieur de la caserne, il insiste lui aussi sur l’opportunité que constitue pour le jeune paysan finistérien le port de l’uniforme du 2e bataillon de dragons portés, unité casernant en l’École militaire. C’est en effet grâce à son service militaire qu’il parvient à rencontrer « la plupart des dirigeants socialistes » et qu’il parvient à se faire repérer d’eux[46]. Loin d’être une parenthèse dans la vie militante, le service militaire est en fait une opportunité permettant à un jeune provincial de se rapprocher de la direction du parti. Mais l’inverse existe aussi et la caserne permet également de préparer une implantation territoriale. C’est ce que montre l’exemple de Gustave de Kerguézec, aristocrate iconoclaste et futur parlementaire qui, au début des années 1900, échafaude dans sa correspondance avec l’avocat et futur Président du Conseil Joseph Paul-Boncour, et alors qu’il est sous l’uniforme du 47e RI pour une période de réserve, des stratagèmes pour « neutraliser le clergé » dans ce qui deviendra son fief électoral[47].

Remise de décoration, sans lieu ni date. Collection particulière.
Remise de décoration, sans lieu ni date. Collection particulière.

Il est enfin une dernière dimension qu’il convient d’interroger au moment de resituer ces acteurs du mouvement ouvrier et social dans toute leur complexité sociale. Si, encore une fois, les vies militaires et politiques, qu’elles soient partisanes ou syndicales, rappellent que la citoyenneté d’alors se comprend à peu près autant par le dépôt d’un bulletin de vote dans une urne que par le port à l’âge de 20 ans de l’uniforme, il reste à se demander comment ces expériences se nourrissent l’une l’autre. On a vu plus haut combien une décoration acquise au champ d’honneur ou le prestige que confère le rang d’officier de réserve peuvent aider une carrière militante. Mais en termes de compétences, on peut aussi se demander comment le passage par un syndicat ou un parti peut préparer à l’instauration d’un rapport de force permettant, en premier lieu, de mieux faire valoir ses droits d’anciens combattants, en second lieu de préparer une carrière politique. C’est en fait l’idée d’un capital de négociation qui ici se fait jour, concept que semblent incarner de nombreuses trajectoires du Maitron : l’instituteur guingampais Georges Voisin mais aussi l’ajusteur-mécanicien briochin Albert Mourocq pour ne citer que deux exemples pris dans le département des Côtes-du-Nord.

Là encore, l’enjeu épistémologique d’une telle réflexion est important puisqu’il s’agit de sortir de l’idée d’acteurs écrasés par leur taux de pension pour au contraire les replacer dans leur agentivité. Le droit des anciens combattants et victimes de guerre – le Code des pensions militaire d’invalidité et des victimes de la guerre – a en effet ceci de particulier que c’est aux intéressés de faire valoir auprès des autorités administratives compétentes leurs droits. Or non seulement ceci n’est pas « naturel » mais requiert un certain nombre de compétences qu’un militant politique et syndical, non seulement habitué au rapport de force mais à traiter avec l’administration, maîtrise indubitablement. Bien entendu, tous les acteurs ne sont sur ce plan pas égaux et disposent d’une marge inégalement importante de manœuvre suivant qu’ils soient plus ou moins dotés en capitaux sociaux, culturels ou symboliques, dimensions qui pour notre propos composent le capital de négociation évoqué plus haut. Ajoutons qu’en raisonnant de la sorte, l’historien est amené à relier les différentes vies sociales de l’individu en un seul et même continuum, là où les traditions historiographiques auraient au contraire tendance à les séparer, voire à les opposer, et ce comme on l’a vu précédemment de manière complètement artificielle.

Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 989.0028.236.
Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 989.0028.236.

Ces parcours rappellent donc que loin de s’opposer, les sphères du militaire et du mouvement ouvrier et social peuvent se nourrir l’une l’autre, dans certaines limites bien entendu. Cette réalité, que l’on concède bien volontiers être contrintuitive tant c’est l’image d’une opposition frontale qui est inscrite dans nos représentations mentales, s’explique de plusieurs manières, qui peuvent par ailleurs parfaitement se conjuguer. Un premier registre d’explication est d’ordre culturel et renvoie à la faculté des socialismes, et plus globalement parlant de la gauche, y compris communiste, à penser la Nation[48]. Mais un second registre, plus social cette fois-ci, rappelle que le port de l’uniforme peut constituer une opportunité pour des acteurs faisant face à une situation économique plus ou moins périlleuse. Cet accommodement est par exemple manifeste chez le futur secrétaire de l’UD-CGT des Côtes-du-Nord, de 1945 à 1949, Jean Le Bars qui, lorsqu’au chômage après avoir été licencié en 1934 de la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée, souscrit un engagement volontaire pour une durée de 3 ans. C. Bougeard, qui rédige sa notice biographique pour le Maitron, rappelle d’ailleurs que le métier militaire ne l’empêche nullement de militer puisqu’il est condamné à deux mois de prison pour son « action politique » au moment du Front populaire. Pour des raisons liées à l’économie générale de la journée d’études durant laquelle est présentée cette communication, j’ai décidé de limiter mon propos à la IIIe République. Néanmoins, il va de soi que les logiques décrites ici ne cessent pas en 1940, bien au contraire. Que l’on songe par exemple aux liens existants entre la FNDIRP et le Parti communiste[49]. Mais sans doute y aurait-il bien d’autres investigations à mener en ce qui concerne les passerelles entre une association telle que la FNACA et le Parti socialiste[50]. Enfin, il importe de rappeler que si cette réflexion a été menée à l’échelle de la Bretagne, les logiques décrites ici ne sont bien entendu nullement propre à ce seul territoire. C’est dire si le Maitron se doit aussi de porter l’uniforme afin de mieux saisir le mouvement ouvrier et social, à l’âge de 20 ans et dans les décennies qui suivent.


[1] Arch. mun. Rennes : H 144, Caserne Margueritte, extrait de la délibération du Conseil municipal de Rennes en date du 2 novembre 1910. Sur ce quartier, Le Gall, Erwan, « La construction tumultueuse du quartier Margueritte », Place publique Rennes et Saint-Malo, n°34, mars-avril 2015, p. 95-99.

[2] Arch. dép. I&V.: 1 1892.913.

[3] Arch. dép. I&V : 1 R 1777.1048. Sur Jean Batas se reporter à Le Gall, Erwan, « Le Ralliement à la guerre de 1914 de deux figures de la gauche bretonne : digressions sur la notion d’antimilitarisme », En Envor, revue d’histoire contemporaine en Bretagne, n°5, hiver 2015, en ligne et [https://maitron.fr/spip.php?article15883 | page consultée le 1er novembre 2021].

[4] Pour un exemple concret on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, La courte Grande Guerre de Jean Morin, Spézet, Coop Breizh, 2014.

[5] Ducange, Jean-Numa, Quand la gauche pensait la nation. Nationalisme et socialisme à la Belle époque, Paris, Fayard, 2021.

[6] Wolikow, Serge et Bleton-Riget, Annie (dir.), Antifascisme et nation. Les Gauches européennes au temps du Front populaire, Dijon, Editions universitaires de Dijon, 1998 ; Wolikow, Serge, Le Monde du Front populaire, Paris, Le Cherche Midi, 2016.

[7] Le Gall, Erwan, « De la prosopographie dans le cadre d’une monographie régimentaire : l’exemple du 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale », in Bougeard, Christian et Prigent, François (dir.), La Bretagne en portrait(s) de groupe. Les enjeux de la méthode prosopographique (Bretagne, XVIIIe-XXe siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016, p. 303-314. Sur le rite de passage Roynette, Odile, « Bon pour le service », L’expérience de la caserne en France à la fin du XIXe siècle, Paris, Belin, 2000.

[8] Prost, Antoine, Les Français de la Belle époque, Paris, Gallimard, 2019, p. 317.

[9] Albert Aubry (1892-1951), Défenseur des Anciens Combattants et Victimes de Guerre, Rennes, Imprimeries Réunies, sans date.

[10] Dans son article classique Julliard, Jacques, « La CGT devant la guerre (1900-1914) », Le Mouvement social, n°49, octobre-décembre 1964, p. 47-63 insiste sur la vitalité de l’antimilitarisme des bourses du travail bretonnes, notamment dans le Finistère et dans le Morbihan.

[11] Baudru, Hervé, « Georges Dottin (1863-1928) : un combat pour la République », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, Tome 104, n°2, 1997, p. 86. Du même auteur on consultera également « Le Cercle républicain d’enseignement laïque d’Ille-et-Vilaine, 1904-1927 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, n°109-2, 2002, p. 103-114.

[12] Baudru, Hervé, « Le Cercle républicain… », art. cit., p. 107.

[13] Joly, Hervé, À Polytechnique X 1901. Enquête sur une promotion de polytechniciens de La Belle Époque aux Trente Glorieuses, Paris, Flammarion, 2021, p. 308.

[14] Malleray, Commandant de, Preux d’Armor. Pèlerinages et Souvenirs, Paris, Bibliothèque internationale d’éditions E. Sansot & Cie, 1908, p. 22.

[15] Vidal, Georges, L’Armée française et l’ennemi intérieur 1917-1939. Enjeux stratégiques et culture politique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015.

[16] Orr, Andrew, « Too Numerous to Be Controlled. Women, Professionalism, and Antirepublicanism in the French Army, 1914-1928 », French Historical Studies, Vol. 39, n°2, April 2016, p. 287-313.

[17] Kalifa, Dominique, Biribi. Les bagnes coloniaux de l’armée française, Paris, Perrin, 2009.

[18] Darien, Georges, Biribi, discipline militaire, Paris, Albert Savine éditeur, 1890.

[19] Arch. dép. Finistère : 1 R 1560.2911. Sur ce type de trajectoire qui s’apparente à une forme de récupération judiciaire voir Génard, Elsa, À la peine. Une histoire sociale des interactions carcérales (France, années 1910 – années 1930), thèse d’histoire contemporaine sous la direction de Kalifa, Dominique et Zalc, Claire, Paris, Université Paris Sorbonne, 2021.

[20] Arch. de Paris : D4R1 1247.

[21] La fiche matricule d’Adrien Poncet fait état de 3 condamnations entre 1908 et 1914 pour vol. Ce même document indique que la peine infligée le 17 août 1918 par le Conseil de Guerre de la 18e région militaire est suspendue ce qui conduit à son affectation au 144e RI. Mais Jean Maitron, dans la notice qu’il lui consacre, affirme qu’Adrien Poncet est renvoyé dans les bataillons d’Afrique d’où il parvient à s’évader. Il aurait ensuite rejoint la France après avoir embarqué clandestinement sur un voiler espagnol puis une rocambolesque traversée de la péninsule ibérique à pied. Rien, en l’état actuel de nos connaissances, ne permet d’infirmer cette version, la fiche matricule de recrutement apparaissant sur ce point singulièrement lacunaire.

[22] « La Bourse du travail contre Biribi », L’Ouest-Éclair, 12e année, n°4232, 25 août 1910, p. 3.

[23] Arch. dép. Finistère : 1 R 1483.2914.

[24] Sur Charles Tillon, voir le récent Tillon, Fabien, Charles Tillon. Le Chef des FTP trahi par les siens, Paris, Seuil, 2021, témoignage intéressant d’un petit-fils sur son grand-père. Sur les mutineries de la Mer noire et l’engagement communiste Perry, Matt, « Les Mutineries de la mer Noire : 1919 et les origines du Parti communiste français », Le Mouvement social, n°272, 2020-3, p. 109-128.

[25] Arch. dép. Morbihan: r_0986.707.

[26] Arch. Dép. Côtes d’Armor: 1 R 1816.421.

[27] Arch. dép. Seine-Mar. : 1 T 2862, registre matricule de l’École normale de Rouen, 1900-1916. Je remercie Valérie Quevaine d’avoir attiré mon attention sur ce parcours par bien des égards fascinant.

[28] Arch. dép. Finistère : 1 R 1247.694. Sur Jean Tréguer voir aussi Le Moigne, Alain, Marine et ouvriers de la construction navale à l’arsenal de Brest (1918-1970). Du paternalisme d’Etat à la mondialisation économique, un mouvement syndical partagé en pragmatisme et idéologie, thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Bougeard, Christian, Brest, Université de Bretagne occidentale, 2015.

[29] Cabanes, Bruno, « Génération du feu : aux origines d’une notion », Revue historique, 2007/1, n°641, p. 139-150.

[30] Chanet, Jean-François, Vers l’armée nouvelle. République conservatrice et réforme militaire 1871-1879, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006.

[31] Sur la question, lire notamment le récent Castagnez, Noëlline, Quand les socialistes français se souviennent de leurs guerres. Mémoire et identité (1944-1995), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021.

[32] Mosse, George L., De la Grande Guerre au totalitarisme. La brutalisation des sociétés européennes, Paris, Hachette littératures, 1999.

[33] Arch. dép. Finistère : 1 R 1165.34. À propos de la manifestation du 16 novembre 1912 « Tapage nocturne », La Dépêche de Brest, 26e année, n°9967, 17 novembre 1912, p. 2 et « Les manifestations du 16 novembre », Le Cri du peuple socialiste, 5e année, n°227, 7 décembre 1912, p. 1-2.

[34] Arch. dép. Côtes d’Armor : 1 R 1545.1747.

[35] Arch. dép. Finistère : 1 R 1417.3129.

[36] Arch. dép. Loire-Atlantique : 1918.605.

[37] Arch. dép. Morbihan : r_2317.699.

[38] Aglan, Alya, La Résistance sacrifiée. Le mouvement « Libération-Nord », Paris, Flammarion, 1999.

[39] Le Gall, Erwan, « Unis comme au front (populaire)? Les anciens combattants d’Ille-et-Vilaine et le scrutin du printemps 1936 », in Le Gall, Erwan et Prigent, François (dir.), C’était 1936, Le Front populaire vu de Bretagne, Rennes, Editions Goater, 2016, p. 256-285.

[40] Accoulon, Damien, René Fonck. As des as et pilote de la Grande Guerre, Toulouse, Privat, 2018.

[41] Doussin, Georges (textes choisis et présentés par), L’Association républicaine des anciens combattants. Combattants pour la vie. Des voix pour l’espoir, Paris, Le Temps des Cerises, 2007, p. 14.

[42] Prost, Antoine, « Les Anciens combattants », in Pigenet, Michel et Tartakowsky, Danielle (dir.), Histoire des mouvements sociaux en France de 1814 à nos jours, Paris, La Découverte, 2014, p. 316-323.

[43] Prigent, François, Les réseaux socialistes en Bretagne des années 1930 aux années 1980, Thèse de doctorat en histoire contemporaine sous la direction de Sainclivier, Jacqueline, Rennes, Université Rennes 2, 2011, p. 84.

[44] « Pourquoi les anciens combattants voteront communistes », L’Humanité, 29e année, n°12190, 29 avril 1932, p. 2.

[45] « Aux mutilés et A. C. de l’U. Fédérale », Le Combat. Organe hebdomadaire de la Fédération socialiste (SFIO) des Côtes-du-Nord, 1e année, n°2, 21 juillet 1934, p. 4. J’adresse tous mes remerciements les plus chaleureux à Benoît Kermoal à qui je dois la découverte de cette archives particulièrement instructive.

[46] Bougeard, Christian, Tanguy Prigent. Paysan ministre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002, chapitre 2 : « L’émergence d’un militant socialiste paysan (1922-1932).

[47] Arch. nat. : 424 AP 6 – Fonds Paul-Boncour. Je remercie chaleureusement mon ami Matthieu Boisdron, dont la thèse consiste en une biographie de Joseph Paul-Boncour, de m’avoir communiqué ces documents.

[48] Sur cette vaste question voir notamment Ducange, Jean-Numa, Quand la gauche pensait la nation. Nationalisme et socialisme à la Belle époque, Paris, Fayard, 2021 ; Vidal, Georges, « Le Parti communiste français et la défense nationale (septembre 1937 – septembre 1939) », Revue historique, n°630, 2004-2, p. 333-369.

[49] Wolikow, Serge, Les Combats de la mémoire. La FNDIRP de 1945 à nos jours, Paris, Le Cherche-Midi, 2006.

[50] Sur ce point lire Castagnez, Noëlline, Quand les socialistes français…, op. cit., qui évoque assez largement ces relations.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.