Le 47e RI, la Grande Guerre et l’idée de catastrophe

Le terme de catastrophe est relativement peu présent pendant la Première Guerre mondiale. On ne relève ainsi dans les colonnes de L’Ouest-Éclair que 418 occurrences de ce mot tout au long des 52 mois du conflit, contre 1 361 entre le 1er janvier 1909 et le 31 décembre 1913 et 882 entre le 1er janvier 1920 et le 31 décembre 1924. Pourtant, il ne fait pas de doute que celle qui devait être la der des ders et est à l’origine d’un profond pacifisme sans lequel il serait illusoire de vouloir comprendre la France des années 1920-1930, est une catastrophe. Que l’on en juge plutôt : un peu plus de 1 300 000 morts rien que pour l’armée française, soit une moyenne de 900 décès par jour à un rythme effarant de 37 par heure pendant 52 mois. Le 47e RI de Saint-Malo ne fait pas exception à cet effroyable bilan : 2 688 fantassins de cette unité sont titulaires de la mention « Mort pour la France » au titre de la Grande Guerre et, pourtant, le terme de « catastrophe » ne revient qu’exceptionnellement dans les archives, qu’il s’agisse de celles produites par l’unité ou par les combattants qui y servent. Moi-même, dans la thèse de doctorat que j’ai consacré à cette unité, je n’emploie que deux fois ce terme : une première fois en rappelant que Jean Carbonnel, un soldat de 2e classe incorporé au 47e RI le 17 août 1914 est un mineur du Pas-de-Calais ayant selon toute vraisemblance survécu à la « catastrophe de Courrières » en mars 1906 ; la seconde en citant un ouvrage de l’historien américain R. Hilberg : Exécuteurs, victimes, témoins. La Catastrophe juive 1933-1945[1]. La Grande Guerre ne serait donc pas une catastrophe, comme si la Seconde Guerre mondiale en avait par ricochet atténué l’atrocité ?

Un tel raisonnement n’a bien évidemment pas lieu d’être, sauf à vouloir tomber dans le piège de la concurrence des victimes[2]. L’historien n’a pas pour fonction de juger le passé, d’accorder bons et mauvais points ou de délivrer une échelle de la souffrance, comme si celle-ci pouvait par ailleurs exister, mais de forger quelques grilles de lecture permettant de comprendre ce qui est advenu. Pourtant, cet étonnant paradoxe, celui d’une période que l’on peut objectivement décrire comme étant « catastrophique » mais qui pourtant ne l’est pas tant que cela par les contemporains – les occurrences du terme dans les colonnes de L’Ouest-Éclair en témoignent – est riche d’enseignements. En effet, il importe de ne pas essentialiser l’événement et de bien garder en tête que la catastrophe reste une construction. Certes, les taux de mortalité de la séquence 1914-1918 invitent à puiser dans un registre de discours catastrophiste mais il n’en demeure pas moins que l’appréciation de la période peut varier suivant les angles adoptés : c’est notamment ce que rappelle l’histoire des techniques et, plus particulièrement encore, celle de la médecine[3]. De même, de plus en plus nombreux sont aujourd’hui les auteurs à considérer la Grande Guerre comme la source d’un proto-État Providence, l’ensemble des mesures prises en faveur des anciens combattants et victimes de guerre préfigurant par bien des égards la Sécurité sociale. Pour le formuler autrement, la séquence 1914-1918 est aussi, par certains égards, porteuse de progrès. Tout est donc question de point de vue, même lorsqu’il s’agit de catastrophes.

La tombe du lieutenant Simon. Collection privée Alain Burckhardsmeyer.
La tombe du lieutenant Simon. Collection privée Alain Burckhardsmeyer.

Ajoutons d’ailleurs que face à l’événement, les acteurs ne restent pas passifs. Il convient donc de nuancer la verticalité de la catastrophe, comme si celle-ci s’abattait sur terre en application d’un châtiment céleste. Là n’est d’ailleurs pas une interrogation neuve et l’historiographie de la Première Guerre mondiale a publié à ce propos des dizaines, peut-être même des centaines, de milliers de pages. Pour de nombreux chercheurs et chercheuses, la question essentielle que pose ce conflit est en effet celle de sa temporalité : comment et pourquoi la guerre a-t-elle pu durer aussi longtemps ? Sans entrer dans le détail d’un débat historiographique aujourd’hui manifestement démonétisé, le Centenaire étant passé par là, rappelons juste en quelques mots qu’une hypothèse culturelle dite du consentement patriotique a été durement opposée à une explication d’ordre sociale, basé sur la contrainte[4]. Or, non seulement ces deux positions sont beaucoup plus conciliables qu’il n’y paraît de prime abord mais il m’a paru nécessaire d’essayer d’apporter un peu d’eau fraîche à ce moulin intellectuel.

Pour le dire différemment, le propos de ma thèse était de ne pas m’enfermer dans cette dialectique de la contrainte et du consentement pour au contraire tenter de redonner du grain à moudre au débat de l’endurance des sociétés belligérantes en renouvelant les termes du débat. Pour cela, je suis parti des sources et du constat de l’omniprésence du champ lexical du travail dans les archives, qu’il s’agisse de la documentation produite par le 47e RI, par les hommes qui portent l’uniforme de cette unité ou encore par les institutions extérieures qui en parlent. Une telle observation ne relève probablement pas du hasard puisqu’il est vrai qu’il n’y a pas, pour reprendre les mots de P. Laborie, d’histoire innocente[5].D’ailleurs, il me faut rappeler que je ne suis nullement à l’origine de ces questionnements. Beaucoup d’historiens ont, par le passé, esquissé le rapport entre endurance des poilus et travail. D’A. Prost, qui propose la notion de « culture professionnelle des combattants », que j’ai reprise à mon compte pour cette enquête, à E. Traverso en passant par F. Cochet, B. Cabanes ou encore J. Keegan et A. Loez, les allusions sont fréquentes. Dans un ouvrage paru à la fin du mois de septembre 2019, G. Krumeich évoque même « les grèves des troupes après l’échec de la fameuse offensive de Nivelle sur le chemin des Dames », choix lexical qui renvoie explicitement aux analyses de l’historien D. Rolland et au registre du travail[6].

Il est vrai que nombreuses sont les trajectoires qui tissent un lien entre l’expérience de guerre et le monde du travail. Il en est ainsi par exemple de la figure bien connue d’Albert Thomas, sous-secrétaire d’Etat chargé de l’artillerie et de l’équipement militaire puis ministre de l’Armement et des Fabrications de guerre et, une fois la paix revenue, directeur du Bureau international du travail[7]. On pourrait aussi évoquer l’exemple du pédagogue Célestin Freinet dont la célèbre imprimante découle directement de son expérience du service… de la mitrailleuse pendant la campagne 1914-1918[8]. C’est dire donc si les liens entre guerre et travail sont aussi vastes que complexes. Naturellement, nous ne prétendons en aucun cas avoir fait dans le cadre de cette thèse, qui est prévue pour être publiée en 2022 dans une version remaniée aux Presses universitaires de Rennes, le tour de cette épineuse question, bien au contraire. Mon propos s’est limité à explorer cette dialectique dans l’espace particulier qu’est le 47e RI pendant la Grande Guerre, ce afin de savoir en quoi le recours à la « culture professionnelle des combattants » est une grille de lecture susceptible de renouveler les discours sur l’endurance des poilus.

A Ante, dans la Marne, revue des mitrailleuses dans un cantonnement de repos du 47e RI. La Contemporaine : VAL 108/117.
A Ante, dans la Marne, revue des mitrailleuses dans un cantonnement de repos du 47e RI. La Contemporaine : VAL 108/117.

Les archives mettent en évidence la manière dont les acteurs assimilent l’expérience de guerre à un travail, le « métier militaire », profession certes imposée par les circonstances mais qu’il faut néanmoins exercer. Il ne s’agit donc pas de dire si oui ou non être fantassin pendant la Grande Guerre est assimilable à un emploi mais de constater que c’est bien par ce prisme que les poilus du 47e RI tendent à évoquer l’expérience qui est la leur entre 1914 et 1918.  C’est ce que nous désignons sous le vocable de « culture professionnelle des combattants », le régiment de Saint-Malo étant considéré ici dans une perspective indiciaire. Ce concept renvoie par ailleurs à l’aptitude de l’armée à recourir ou non, pour la poursuite de l’effort de guerre, à des compétences venues du temps de paix et de la sphère civile. C’est ce que j’ai appelé, en empruntant le sillon creusé à la fin des années 1990 par F. Marcot, l’application du principe de disponibilité fonctionnelle[9].

Je ne rentrerai pas ici dans le détail de la thèse. Expliquons juste en quelques mots qu’au travers de cette grille de lecture, les fantassins du 47e RI apparaissent comme des ouvriers non spécialisés, ce qui renvoie au caractère non savant de l’infanterie par rapport à des armes jugée comme telles, à l’instar du génie ou de l’artillerie. Il en résulte une platitude de la courbe d’apprentissage de l’armée française de 1914-1918 qui invite à considérer que le vainqueur de la Grande Guerre est finalement moins la meilleure armée que la moins mauvaise. De manière générale, l’institution s’avère bien en peine de prendre soin de ses personnels, plus encore quand resurgit au printemps 1918 la guerre de mouvements. Cette configuration tactique pose en effet à l’unité des problèmes quasi-insurmontables qui la renvoient aux terribles heures de l’été 1914.

Dans le cadre de ces Rencontres d’histoire, l’exemple du 47e RI et de la culture professionnelle des combattants que j’ai tenté de décrypter à partir de l’exemple particulier que constitue cette unité me parait riche d’enseignements. Certes, la guerre s’abat sur ces fantassins qui ne peuvent à première vue par y échapper : citoyens français, ils sont tenus par la mobilisation générale et la morale patriotique du moment qui les enjoint à servir la Nation quitte à payer le prix ultime, non plus l’impôt du temps comme lors du service militaire mais celui du sang. Or, contrairement à ce que suggère une grille de lecture par trop victimaire de conflit, les acteurs ne sont pas complètement démunis face à la catastrophe. Certes, suivant qu’ils soient plus ou moins dotés en capitaux sociaux, culturels, économiques et symboliques, leurs marges de manœuvre sont plus ou moins conséquentes. Mais appréhender la guerre comme un travail est renvoyer à une certaine apparence de normalité une situation qui, assurément, ne l’est pas. Certains individus parviennent par ailleurs, notamment du fait des immenses fenêtres d’opportunité qu’offrent les trois premiers mois du conflit, les plus meurtriers et notamment au sein de l’encadrement, à monter en grade et à capitaliser leur guerre en espèces sonnantes et trébuchantes, à savoir leur solde. Evoquant celle d’un sous-lieutenant, soit 9 à 10 francs par jour, un paysan des Côtes-du-Nord mobilisé au 47e RI affirme : « Il y en a à la guerre qui gagnent plus d’argent que dans le civil… »

Portrait de Georges Rivollet publié en première page de « La France Outre-Mer » du 13 août 1937. Retronews / Bibliothèque nationale de France.
Portrait de Georges Rivollet publié en première page de « La France Outre-Mer » du 13 août 1937. Retronews / Bibliothèque nationale de France.

Recourir à la culture professionnelle des combattants, c’est donc mettre en lumière l’agentivité des acteurs face à la catastrophe. Certains savent d’ailleurs bien, après le conflit, faire fructifier leur expérience combattante en la transformant en véritable atout professionnel. Dans le champ politique, par exemple, on pense à l’ascension remarquable de Georges Rivollet, simple vaguemestre au 47e RI en 1914 devenu vingt ans plus tard ministre des Pensions. Autrement dit, c’est aller au-delà des postures victimaires et retrouver les rapports de force dont témoigne, par exemple, la carte du combattant. En un mot comme en mille, c’est tenter de retrouver la Grande Guerre[10].

Mais quelle est l’utilité d’une telle démarche ? Lucien Febvre le rappelle avec force à l’automne 1919 lors de sa leçon inaugurale donnée en l’Université de Strasbourg, tout juste redevenue française, « l’histoire qui sert, c’est une histoire serve »[11]. Certes, la quête de connaissances n’a pas à être justifiée autrement que par et pour elle-même. Mais il n’en demeure pas moins que la question de l’utilité sociale de l’historien mérite d’être posée, surtout à une époque où l’expertise semble toujours disposer de moins de crédit. Pour le dire autrement, investi dans une démarche d’histoire publique dont participent fort heureusement ces Rencontres d’histoire de Rennes organisées par Les Champs libres, le Musée de Bretagne et l’Université Rennes 2, je n’ai pas l’impression de trahir l’éthique de ma discipline en interrogeant l’utilité de ma recherche.

Je n’en donnerai qu’un exemple qui, surgi en plein cœur de l’été dernier, aura pu paraître inaperçu. Le 15 juillet 2021, la Cour de justice de l’Union européenne a rendu un avis sur l’étendue de la directive 2003/88 portant sur le temps de travail, décision qui a grandement inquiété les armées. En effet, cet arrêt stipule qu’hormis des circonstances exceptionnelles comme le déploiement de forces armées dans le cadre d’opérations militaires sur ou en dehors du territoire de l’Union, le temps de service des soldats peut bel et bien être assujetti à la directive 2003/88, ce qui revient à le considérer comme un travail. D’après Le Figaro, les plus hautes autorités de l’État se sont inquiétées d’une décision qui irait à l’encontre de l’unicité du statut militaire. Or l’exemple du 47e RI pendant la Première Guerre mondiale montre, précisément, que si le poilu sert et ne travaille pas, le métier des armes reste lui, une réalité bien prégnante. C’est d’ailleurs bien cette guerre comprise comme un travail, un travail difficile et terriblement dangereux mais un travail qu’il faut faire et achever – sous-entendu « remporter la Victoire » – qui explique par bien des égards l’endurance des fantassins de cette unité. Alors qu’au début du XXIe siècle l’assimilation du « métier militaire » à un travail paraît constituer une limitation drastique de la mobilisation des soldats, on observe qu’un siècle auparavant, c’est tout le contraire qui se produit. De quoi nous inciter à sortir du règne du présentisme.


[1] Le Gall, Erwan, Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, thèse de doctorat en histoire sous la direction de Capdevila, Luc, Rennes, Université Rennes 2, 2019.

[2] Chaumont, Jean-Michel, La concurrence des victimes. Génocide, identité, reconnaissance, Paris, Editions de La Découverte, 1997.

[3] Lire par exemple Delaporte, Sophie, Les Gueules cassées, les blessés de la face de la Grande Guerre, Paris, Noesis- Agnès Viénot, 1996.

[4] Pour de plus amples développements et parmi de nombreuses références Prost, Antoine et Winter, Jay, Penser la Grande Guerre. Un essai d’historiographie, Paris, 2004 mais aussi Becker, Jean-Jacques, « L’évolution de l’historiographie de la Première Guerre mondiale », Revue historique des armées, n°242, 2006, p. 4-15 et Julien, Elise, « A propos de l’historiographie française de la Première Guerre mondiale », Labyrinthe, n°18, 2004, p. 53-68.

[5] Laborie, Pierre, L’Opinion française sous Vichy. Les Français et la crise d’identité nationale, 1936-1944, Paris, Gallimard, 2014, p. 11.

[6] Krumeich, Gerd, L’Impensable défaite. L’Allemagne déchirée 1918-1933, Paris, Belin, 2019, p. 60 ; Rolland, Denis, La Grève des tranchées. Les Mutineries de 1917, Paris, Editions Imago, 2005.

[7] L’itinéraire politique d’Albert Thomas est l’objet de la thèse en cours de Blaszkiewicz-Maison et l’on renverra à ce propos à son Albert Thomas. Le Socialisme en guerre 1914-1918, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015.

[8] Saint-Fuscien, Emmanuel, Célestin Freinet. Un pédagogue en guerres 1914-1945, Paris, Perrin, 2017.

[9] Marcot, François, « Pour une sociologie de la Résistance : intentionnalité et fonctionnalité », in Prost, Antoine, La Résistance, une histoire sociale, Paris, Editions de l’Atelier, 1997, p. 21-41.

[10] Audoin-Rouzeau, Stéphane et Becker, Annette, 14-18, retrouver la Guerre, Paris, Gallimard, 2000.

[11] Febvre, Lucien, « L’histoire dans le monde en ruines : Leçon d’ouverture du cours d’histoire moderne à l’Université de Strasbourg », Revue de synthèse historique, Tome XXX-1, n°88, février 1920, p. 4.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2021, 19 novembre). Le 47e RI, la Grande Guerre et l’idée de catastrophe. Ar Brezel. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbop

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.