Le monument aux morts de Plestin-les-Grèves, carte postale (détail). Collection particulière.

Un cas complexe, Francis Choquer

La prosopographie est un exercice ingrat. Consistant à mettre en série des parcours biographiques, cette méthode est aussi, et peut-être même avant tout, une confrontation permanente à l’imperfection des sources. C’est ce que rappelle l’exemple de Francis Choquer, un soldat du 48e RI mort pour la France le 1er juin 1940 dans des circonstances particulièrement nébuleuses. En effet, l’antenne caennaise du Service historique de la Défense qui conserve son dossier individuel le répertorie comme étant décédé à Horfmille, un vocable qui ne renvoie à aucune localité connue[1].

Les moteurs de recherche se révèlent de ce point de vue des auxiliaires précieux. En effet, non seulement ils permettent de réaliser qu’aucune commune ou lieu-dit ne correspond à cette appellation mais ils offrent une traçabilité assez fine des informations présentes sur des portails comme MemorialGenWeb. En effet, lorsqu’on sollicite Google, c’est bien ce site qui apparaît en premier à la requête « Horfmille » et plus précisément encore la notice relative au monument aux morts de Plestin-les-Grèves, celui sur lequel figure Francis Choquer. Ajoutons que l’excellente base de données de l’IRHIS n’est pas plus utile ici, la liste des défunts n’étant pas renseignée pour cette commune. Précisons enfin, pour être complet, que l’OCErisation de La Dépêche de Brest disponible via la bibliothèque en ligne Yroise ne permet pas d’obtenir de renseignements complémentaires ; la consultation de L’Ouest-Eclair via Gallica ne s’avérant aucunement plus fructueuse.

Lors d'une grande manœuvre, probablement aux alentours de 1900, le 48e RI à Plestin-les-Grèves, carte postale. Musée de Bretagne : 980.0052.1.
Lors d’une grande manœuvre, probablement aux alentours de 1900, le 48e RI à Plestin-les-Grèves, carte postale. Musée de Bretagne : 980.0052.1.

Dès lors deux réflexions s’imposent. Plutôt que de considérer Horfmille comme une erreur bloquant le raisonnement, il faut l’appréhender comme la source de l’opération historique et se demander ce que, fondamentalement, cette locution nous dit. Une telle erreur n’est-elle pas en effet avant tout la marque d’une armée française complètement désorientée, déboussolée, par le coup de boutoir reçu à Sedan le 10 mai et depuis acculée à une débâcle qui ne le lui laisse plus le temps et les moyens de se repérer dans l’espace ? C’est sans doute ce que suggère bien malgré lui la fiche de mort pour la France de Francis Choquer. En tout cas, une telle inexactitude invite sans aucun doute à considérer avec la plus grande circonspection les extrapolations qui ont pu être produites à partir de ce thésaurus, la base de données étant par bien des égards trop peu fiable pour pouvoir se livrer à de telles analyses.

C’est d’ailleurs là la seconde remarque qu’il faut opérer. Pas plus pendant la Seconde que pendant la Première Guerre mondiale la mention « Mort pour la France » n’a pour fonction de dire l’histoire. Elle est une opération d’état-civil permettant l’octroi de prestations sociales à des ayants-droits. La connotation morale de la reconnaissance ne doit ici pas tromper. Pour l’État, la mention n’est ni plus ni moins que le moyen – en application de règles fixées par le législateur et compilées au sein du Code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de la guerre – de déterminer qui a droit ou pas aux mesures de réparations engagées au nom de la solidarité nationale en application de la fameuse sentence de Clemenceau : « Ils ont des droits sur nous »[2]. Autrement dit, tenter une analyse quantitative de la mortalité de l’armée française de 1940 à partir de ces archives est se livrer à une distorsion de source qui peut s’avérer finalement assez problématique si elle n’est pas conduite de manière rigoureuse, c’est-à-dire en ayant vérifié cas par cas chaque entrée de la base de données. Voilà pourquoi, concrètement, je crois beaucoup plus en la portée d’enquêtes plus restreintes, opérant comme par sondages, qu’aux vastes analyses cliométriques prétendant appréhender d’un coup d’un seul l’ensemble de la base de données.

Mais, la mort de Francis Choquer n’est pas l’unique point qui pose problème au prosopographe. Sa naissance est également nébuleuse, ou pour être exact le parcours précis de son père, Pierre, Marie Choquer. Francis Choquer voit en effet le jour le 17 janvier 1918 à Plestin-les-Grèves, commune des Côtes-du-Nord limitrophe du Finistère. C’est d’ailleurs dans les fonds des archives de ce département qu’il faut chercher sa fiche matricule, document qui promet en théorie de répondre aux questions que pose immédiatement une telle date de naissance : que faisait son père alors que cette mise au monde intervient en pleine guerre de positions ? Était-il mobilisé ou affecté spécial ? Est-il possible de relier la naissance de Francis Choquer à une éventuelle permission ou à une période de convalescence ?

Carte postale. Musée de Bretagne : 971.0028.71.
Carte postale. Musée de Bretagne : 971.0028.71.

Autant d’interrogations qui viennent encore une fois relativement spontanément à l’esprit rompu à la prosopographie des mondes militaires dans la première moitié du XXe siècle mais qui, dans le cas présent, restent sans réponse. À partir de l’acte de naissance de naissance de Francis Choquer et des données du Grand mémorial, il n’est pas difficile d’identifier la fiche matricule de Pierre Marie Choquer, terrassier âgé de 38 ans lors de la naissance de son fils[3]. Cette archive nous dresse de cet homme un portrait à première vue conforme avec ce que l’on peut attendre : déclarant lors de son passage devant le Conseil de révision exercer la profession de cultivateur, cet individu d’1, 67 m naît le 16 novembre 1879 à Garlan, commune située à une petite quinzaine de kilomètres de Plestin-les-Grèves.

Mais c’est à l’examen du parcours militaire de Pierre Choquer que la situation se gâte. D’abord déclaré bon pour le service, il est incorporé le 15 novembre 1900 au 3e régiment de dragons pour être, quelques jours seulement plus tard, réformé n°2 à Nantes pour « tuberculose pulmonaire ». Tout porte d’ailleurs à croire que son état de santé est sérieux puisque cette décision de réforme est confirmée « par le Conseil de révision des Côtes-du-Nord le 3 décembre 1914 », c’est-à-dire à une période où la pression démographique qui s’exerce sur les rangs de l’armée française, décimés au cours des trois premiers mois du conflit, est la plus forte et où, en conséquence, la politique de récupération est la plus intense. Ajoutons par ailleurs que ce diagnostic est confirmé par une nouvelle commission de réforme, celle de Brest cette fois-ci, le 22 janvier 1918, soit précisément cinq jours après la naissance de Francis Choquer.

Publicité pour la loterie du Comité d'Ille-et-Vilaine d'assistance aux militaires réformés, hiver 1918. Musée de Bretagne : 2017.0000.5626.
Publicité pour la loterie du Comité d’Ille-et-Vilaine d’assistance aux militaires réformés, hiver 1918. Musée de Bretagne : 2017.0000.5626.

Or si l’on veut bien admettre que cette « tuberculose pulmonaire » n’empêche pas Pierre Choquer d’avoir une vie intime et même de devenir père de famille, cette pathologie nous semble en revanche beaucoup moins compatible avec l’exercice de la profession de terrassier, métier qu’il déclare sur l’acte de naissance de son fils. Comment, dès lors, interpréter ces informations ? A n’en pas douter, un cas tel que celui-ci dit parfaitement combien l’institution militaire a peur de la tuberculose. Il est vrai que le haut degré de contagion de cette pathologie ne peut inciter qu’à l’extrême prudence quand on sait la promiscuité qui peut régner dans les chambrées des casernes, et plus encore dans les abris et cagnas des tranchées de première ligne. Il est d’ailleurs possible que derrière la dimension prophylactique résident également d’autres logiques, cette maladie étant inséparable d’un certain nombre de représentations mentales ayant trait aux couches populaires. Pour autant, faut-il voir dans le non-parcours militaire de Pierre Choquer un exemple d’individu ayant su tirer parti du système et étant parvenu à échapper aux griffes de la mobilisation ? Ou faut-il formuler l’hypothèse d’informations erronées ? En l’état actuel des connaissances, rien ne nous permet de statuer et c’est la prudence qui, avant tout, doit rester de mise.

Suite à ce billet (15 novembre 2021)

Il est d’usage de dire pis que pendre des réseaux sociaux et de les accuser de tous les maux de notre société. Sans entrer dans ces débats qui ne relèvent pas de notre domaine de compétence, c’est toutefois un autre regard que nous aimerions apporter sur Twitter et sa communauté historienne, qu’il s’agisse d’enseignants, de généalogistes, d’académiques ou tout simplement de passionnés. En effet, deux heures seulement après avoir sollicité l’aide de ce réseau social, une réponse convaincante à la question de l’identification du lieu de décès de Francis Choquer m’était apportée par un certain @domi59genealo, un compte manifestement spécialisé dans la généalogie du département du Nord. Il ne fallait pas lire Hormfille mais Hoymille, petite commune jouxtant Bergues.

La réponse était évidente, presque sous mon nez je dirais, et pourtant j’ai été incapable de la trouver. Ceci rappelle que non seulement être « la tête dans le guidon » conduit à une certaine forme d’aveuglement qui est néfaste mais que la recherche, processus long et délicat, est un acte qui ne peut se concevoir sans une certaine forme de recours au collectif, y compris lorsqu’il s’agit de stades assez simples d’élaboration des connaissances. Là est une importante leçon que nous donne Francis Choquer, individu dont le parcours continue de poser bien des questions encore sans réponses.


[1] SHD-DAVCC : AC 21 P 45139.

[2] Pour de plus amples développements, on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, « Saint-Malo, la Bretagne, la France : des multiples inscriptions territoriales du 47e régiment d’infanterie », in Bourlet, Michaël, Lagadec, Yann et Le Gall, Erwan (dir.), Petites patries dans la Grande Guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, p. 71-87.

[3] Arch. dép. CdA : EC Plestin-les-Grèves et Arch. dép. Finistère : 1 R 1231.1114.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.