A gauche, le général Passaga, en compagnie du général Hanson Ely. Photographie publiée dans l'édition du 11 juillet 1927 d'Excelsior. Gallica / Bibliothèque nationale de France.

Quand le général Passaga frôle l’incident diplomatique aux USA

Colonel commandant le 41e RI en août 1914, Fénélon Passaga voit sa carrière s’envoler pendant la Première Guerre mondiale. À la fin du conflit, il est effet le général qui commande la 10e région militaire, celle de Rennes. À dire vrai, et bien qu’aujourd’hui complètement sorti des mémoires, Passaga est probablement l’officier breton le plus en vue des années 1920[1]. Alors qu’il s’apprête à donner une conférence sur la bataille de Verdun au printemps 1927, le quotidien La France militaire, enthousiaste, écrit à son propos :

« Une conférence sur Verdun ? Encore ! diront certains. Et oui, la lassitude et la saturation sont déjà venues dans beaucoup d’esprits, peu faits pour rester longtemps dans la contemplation admirative de l’idéal.

Il est vrai qu’une conférence sur Verdun, faite par le général Passaga, ce n’est pas l’exposé sec et théorique d’un compilateur : c’est le récit d’un acteur, d’un des grands acteurs du terrible drame. »[2]

Quelques semaines plus tard, ce même journal le décrit comme « le type parfait du divisionnaire avant d’être un de nos meilleurs commandants de corps d’armée »[3]. Sans doute est-ce d’ailleurs cette réelle célébrité, que l’on peine aujourd’hui à imaginer, qui le désigne pour effectuer quelques semaines plus tard une tournée aux États-Unis. Mais loin des discours et des mises en scène de ce que l’on appellerait aujourd’hui des « communicants », ce voyage ne témoigne-t-il d’abord pas de la très fragile relation franco-américaine ?

En 1927, le poids de la Première Guerre mondiale est encore considérable, les anciens combattants constituant une part essentielle de la population. D’ailleurs, c’est quelques jours après la fameuse conférence du général Passaga que le « wagon de l’Armistice » est transféré en la clairière de Rethondes, mouvement qui ne relève nullement du hasard : en érigeant un tel lieu de mémoire, les autorités entendent graver dans le marbre leur victoire et rappeler au monde le rang de la France[4]. Sans doute y-a-t-il d’ailleurs un certain paradoxe entre, d’une part, ce culte permanent du poilu et, d’autre part, une demande sociale de paix, pour reprendre les termes de F. Cochet, de plus en plus forte, requête qui conduit ainsi à la réduction du service militaire à seulement un an. Du point de vue des relations franco-américaines, les relations ne sont pas totalement au beau fixe. Certes, les accords Briand-Kellogg de 1928 viennent consacrer les idéaux de « l’esprit de Genève », à savoir l’interdiction de la guerre. Mais le fait est que les États-Unis n’ont pas ratifié le Traité de Versailles et qu’ils retournent très rapidement, dès le tout début des années 1920, le dos à l’Europe. Sur les quais de Brest ou de Saint-Nazaire, l’amertume est réelle tant les espoirs de prospérité née d’un fructueux commerce transatlantique étaient grands.

Le Wardman Park Hotel où réside le général Passaga lors de son séjour à Washington. Carte postale, collection particulière.
Le Wardman Park Hotel où réside le général Passaga lors de son séjour à Washington. Carte postale, collection particulière.

Le voyage qu’effectue le général Passaga aux États-Unis, du 21 juin au 16 juillet 1927, ne ressemble en rien à la tournée triomphale qu’effectue, 10 ans plus tôt, le général Joffre[5]. En effet, à en juger par la presse de l’époque, qui n’en rend compte d’ailleurs qu’en pages très intérieures, les rencontres avec les autorités civiles et militaires sont limitées, sans réelle portée et circonscrites au strict minimum. Certes, Le Journal et La Liberté font bien état d’un échange avec le Secrétaire d’État à la Guerre Dwight Davis, mais il s’agit-là à l’évidence d’un rendez-vous imposé par des nécessités protocolaires soulignant le rang éminent de l’officier breton[6]. D’ailleurs, le programme du général Passaga à Washington est avant tout axé sur le « divertissement », et non sur des considérations ayant trait à la diplomatie ou à la coopération militaire entre les deux pays[7]. A dire vrai, c’est avant tout dans le cadre d’une réunion d’anciens combattants, comme une sorte de repos du guerrier, qu’il faut comprendre cette visite, les vétérans de la Yankee Division ayant souhaité témoigner leur affection et leur fidélité à leur ancien chef[8]. Pour le New Britain Herald, il s’agit d’ailleurs avant tout de renouer de « vielles connaissances »[9]. Si les visites au tombeau du soldat américain inconnu et à West Point constituent de véritables figures imposées, elles n’en masquent pas moins la réalité d’un voyage à la faible portée politique[10].

Il est intéressant de voir comment les presses françaises et américaines traitent différemment cette tournée du général Passaga aux États-Unis. Là où première y voit une actualité relevant des relations internationales, la seconde observe cette visite sous un angle mondain, ce qui ne signifie pas que de regrettables erreurs ne puissent pas être commises. Pour l’Oncle Sam, il convient de ne pas se méprendre : les véritables héros sont bien les sept vétérans de la Yankee Division décorés par l’officier français, et non le général Passaga. Pour le Evening Star, un quotidien publié à Washington DC, ce sont ces Doughboys qui sont les invités du dîner donné en l’honneur de l’ancien commandant du 10e corps d’armée : une subtilité de préséance qui est riche d’enseignements[11]. D’ailleurs, pour ce journal, si Passaga est célèbre, c’est parce qu’à la tête du 32e CA au printemps 1918, il décore un certain nombre de combattants du 104th IR à la suite de combats dans la forêt d’Apremont, fait d’armes présenté comme étant « la première grande victoire américaine en la guerre mondiale »[12]. Or les Légions d’honneur décernées en 1927 sont attribuées sans citation à l’ordre, ce qui visiblement est proche de provoquer un incident diplomatique : il s’agit-là en effet, à en croire les mots de Passaga rapportés par le New Britain Herald, de « jetons de remerciements » plutôt que de récompenses pour actes de bravoure[13]. Une maladresse qui en dit long sur l’état de la relation entre Paris et Washington, un officier américain n’hésitant pas à parler à ce propos d’insolence[14].

De l’autre côté de l’Atlantique, le ton est en revanche diamétralement différent. Passons rapidement sur le compte-rendu publié par Jean Ferrandi dans La France militaire en septembre 1927 : non seulement cet article dessine une vision idéale des États-Unis mais, comme par ricochet, ces propos disent certaines craintes qui peuvent prévaloir en France :

« Les souvenirs ne sont vieux que de dix ans. En France, ils commencent déjà à s’effacer, mais ils ont gardé en Amérique tout leur prestige et toute leur vertu. Et ce sera un des heureux effets du voyage outre-mer du général Passaga que de rappeler aux anciens combattants français qu’ils doivent exiger dans la nation, comme savent le faire leurs frères d’Amérique, la place d’honneur qui leur revient. »[15]

Cette place d’honneur, c’est celle qui est par exemple matérialisée par la carte du combattant instaurée par la loi de finance du 19 décembre 1926 puis, quatre ans plus tard, par la retraite éponyme. Mais de l’incident diplomatique presque suscité par les « jetons de remerciements », il n’est en revanche pas question dans La France militaire, pas plus, du reste, qu’il en est question au mois de juillet 1927 dans Excelsior, une publication très illustrée qui propose à ses lecteurs un portrait flatteur du général Passaga en compagnie d’officiers américains sans rentrer dans le détail des « jetons de remerciement »[16]. De manière générale, l’essentiel des journaux reste très évasif et compose des articles succincts interprétant la visite outre-Atlantique du général Passaga comme une célébration de « la fraternité d’armes franco-américaine »[17].

Cliché publié dans le numéro du 18 septembre 1927 de Pêle-mêle et légendé comme suit: "Lors de sa récente visite en Amérique le général Passaga, représenté ici avec son aide de camp, le capitaine Gacon, a contemplé dans le palais du gouvernement du Massachussetts, à Boston, une fresque grandeur nature le représentant en train de décorer le 104e RI américain à Apremont en 1928. Gallica / Bibliothèque nationale de France.
Cliché publié dans le numéro du 18 septembre 1927 de Pêle-mêle et légendé comme suit: “Lors de sa récente visite en Amérique le général Passaga, représenté ici avec son aide de camp, le capitaine Gacon, a contemplé dans le palais du gouvernement du Massachussetts, à Boston, une fresque grandeur nature le représentant en train de décorer le 104e RI américain à Apremont en 1928. Gallica / Bibliothèque nationale de France.

La presse bretonne ne semble pas se distinguer des titres publiés à Paris ou ailleurs en province. Le Petit marseillais publie ainsi le 16 juillet 1926 exactement le même article que L’Ouest-Éclair la veille, les deux journaux ayant probablement recours aux mêmes dépêches d’agence[18]. Même remarque à Lorient pour Le Nouvelliste du Morbihan[19]. À Toulouse, l’article que publie La Dépêche est légèrement différent sur la forme mais rigoureusement semblable sur le fond : le propos s’en tient à une description purement factuelle, sans une once d’analyse[20]. Ajoutons qu’un tel traitement ne doit pas étonner quand on veut bien se rappeler qu’il s’agit-là d’une information en définitive assez anecdotique, puisqu’éludant consciencieusement le quasi incident diplomatique survenu suite à la remise des « jetons de remerciement ».

Plusieurs journaux français illustrent toutefois leur propos en publiant, parfois même en première page, la photo de cette remise de décoration, croyant manifestement qu’elle immortalise les cérémonies de 1927 et non les événements de 1918. Tel est ainsi le cas du Matin qui, dans son édition du 25 juillet 1927, légende le cliché comme suit :

« Au cours de son voyage aux États-Unis, le général Passaga, répondant à l’invitation du 104e régiment de la garde nationale, s’est rendu au camp de Vens, dans le Massachussetts. On le voit, sur la photographie, remettant la croix de guerre au drapeau du glorieux régiment américain. »[21]

Or la photographie en question ne date pas de 1927… mais de 1918. Tout porte à croire que ce n’est pas le vieux quotidien, dont le premier numéro est publié en février 1884, qui est la cause de cette erreur mais une photographie diffusée par l’agence Rol. En effet, la notice de ce cliché conservé par la Bibliothèque nationale de France indique que cette image est produite par l’agence Pacific and Atlantic qui, à en juger par cette appellation, est américaine. Selon toute vraisemblance, celle-ci l’envoie à son homologue française en 1927. Mais, preuve du temps qui passe et commence à estomper les souvenirs, le préposé à la réception de ce cliché confond manifestement l’événement et sa commémoration. Il faut finalement se plonger dans l’édition du 18 septembre 1927 du Pêle-Mêle, grâce à un cliché représentant le général Passaga devant une immense fresque représentant cette scène, pour se rendre compte de la supercherie[22]. Mais toujours est-il qu’elle dit parfaitement, en fin de compte, la grande fragilité de la relation franco-américaine lors de ces années 1920. Non seulement le voyage du général breton est strictement commémoratif et ne revêt réellement aucun volet diplomatique ou militaire, ce qui n’empêche pas que des impairs puissent être commis, mais cette actualité n’est couverte que de manière assez distante par la presse.

Le général Passaga remet la Croix de guerre au 104th IR en récompense de sa conduite lors de la bataille d'Apremont. Cette cérémonie a lieu non pas en 1927 mais le 26 avril 1918. Alors que le corps expéditionnaire américain n'est pas encore en mesure de donner sa pleine puissance, il est nécessaire de créer des images qui frappent l'opinion. Là est, fondamentalement, le sens de cette Croix de guerre accordée au 104th IR.
Le général Passaga remet la Croix de guerre au 104th IR en récompense de sa conduite lors de la bataille d’Apremont. Cette cérémonie a lieu non pas en 1927 mais le 26 avril 1918. Alors que le corps expéditionnaire américain n’est pas encore en mesure de donner sa pleine puissance, il est nécessaire de créer des images qui frappent l’opinion. Là est, fondamentalement, le sens de cette Croix de guerre accordée au 104th IR.

S’il est en définitive un journal qui dit cette réalité de la relation transatlantique, c’est The Chicago Tribune and the Daily News, quotidien américain qui, comme son nom ne le suggère pas nécessairement, est publié à Paris. Dès le 18 juin 1927, ce titre fait état du voyage de Passaga et annonce même qu’il va être reçu par le locataire de la Maison blanche[23].  Or, manifestement, cette rencontre n’a jamais eu lieu. On ne sait d’ailleurs si elle est annulée à l’initiative de l‘administration Coolidge – peut-être après cette affaire de « jetons de remerciement » ? – ou si elle a dû pâtir d’un engorgement de l’agenda du Président américain. Dans son édition du 16 juillet 1927, The Chicago Tribune and the Daily News publie en première page un compte-rendu des cérémonies auxquelles assiste le général Passaga, propos évitant soigneusement toute mention de ces Légions d’honneur dénuées de citation à l’ordre dont on a vu qu’elles n’étaient pas loin de froisser l’Oncle Sam[24]. Deux courts articles qui disent non seulement combien est mince la relation entre la France et les États-Unis en ce dernier tiers des années 1920, mais aussi combien elle est fragile, chaque pays pensant être au final le « grand » vainqueur de la Grande Guerre.


[1] Pour quelques éléments biographiques on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, « Fénélon Passaga. Un grand officier rennais », Place publique Rennes et métropole, n°30, juillet-août 2014, p. 71-75.

[2] « Une admirable conférence du général Passaga », La France militaire, 47e année, n°12873, 13 avril 1927, p°1. Cette conférence est annoncée dans la presse généraliste comme le rappelle « Une conférence du général Passaga », Le Petit journal, n°23460, 10 avril 1927, p. 2.

[3] Ferrandi, Jean, « Un quart d’heure avec le général Passaga rentrant d’Amérique », La France militaire, 47e année, n°12796, 9 septembre 1927, p. 1.

[4] « Le Transfert du wagon de l’armistice au carrefour de Rethondes doit s’effectuer demain », Le Petit journal, n°23460, 10 avril 1926, p. 2.

[5] Ferrandi, Jean, « Un quart d’heure avec le général Passaga rentrant d’Amérique », La France militaire, 47e année, n°12796, 9 septembre 1927, p. 1. Sur la tournée de Joffre aux USA lire Porte, Rémy, Joffre, Paris, Perrin, 2014, p. 308 et suivantes.

[6] « Le général Passaga aux États-Unis », Le Journal, n°12675, 1er juillet 1927, p. 3 ; « Le général Passaga à Washington », La Liberté, 52e année, n°23072, 1er juillet 1927, p. 3.

[7] « Society », The Evening Star, n°30 374, June 28, 1927, p. 14 : « an interesting program of entertainement planned for him ».

[8] « Veterans Hosts to Gen. Passaga  », The Evening Star, n°30 374, June 29, 1927, p. 26.

[9] « Guest in Springfield », New Britain Herald, July 6, 1927, p. 15.

[10] « Society », The Evening Star, n°30 374, June 28, 1927, p. 14.

[11] « Veterans Hosts to Gen. Passaga  », The Evening Star, n°30 374, June 29, 1927, p. 26.

[12] « Society », The Evening Star, n°30 374, June 29, 1927, p. 18.

[13] « General Passaga explained the decorations are without citation and are tokens of appreciation rather than awards for bravery. » « Passaga feted by Mass. Troops », New Britain Herald, July 9, 1927, p. 7.

[14] Ibid.

[15] Ferrandi, Jean, « Un quart d’heure avec le général Passaga rentrant d’Amérique », La France militaire, 47e année, n°12796, 9 septembre 1927, p. 1.

[16] « Le Gal Passaga aux États-Unis », Excelsior, 11 juillet 1927, p. 1.

[17] « La fraternité d’armes franco-américaine », L’Œuvre, n°4305, 15 juillet 1927, p. 2.

[18] « La Croix de guerre remise à un régiment américain par le général Passaga », Le Petit marseillais, 60e année, n°21582, 16 juillet 1927, p. 1 ; « Le général Passaga aux États-Unis », L’Ouest-Éclair, 28e année, n°9395, 15 juillet 1927, p. 3. Il s’agit du même article que « « Le général Passaga aux États-Unis », La France militaire, 47e année, n°12749, 16 juillet 1927, p. 2.

[19] « Le Général Passaga aux États-Unis », Le Nouvelliste du Morbihan, 41e année, n°166, 17 juillet 1927, p. 1.

[20] « Le général Passaga en Amérique », La Dépêche, 58e année, n°21440, 16 juillet 1927, p. 3.

[21] « Le général Passaga décore de la Croix de guerre le drapeau du 104e régiment d’infanterie américain », Le Matin, 44e année, n°15832, 25 juillet 1927, p. 1.

[22] Le Pêle-mêle, n°187, 18 septembre 1927, p. 7.

[23] « Major General Passaga to Sail for America », The Chicago Tribune and the Daily News, n°3624, June 18, 1927, p. 3.

[24] « General Passaga Decorates Seven American Officers », The Chicago Tribune and the Daily News, n°3652, July 16, 1927, p. 1.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.