Un manuel pour saisir l’armée française de Terre de 1939-1940

À force de rappeler que l’armée française de 1939-1940 est engluée dans l’ombre portée de 1914-1918, ce qui est vrai, on en finit par la méconnaître profondément en suggérant l’idée, fausse cette fois-ci, qu’elle en est un strict décalque. Rien n’est en effet plus inexact. Non seulement les équipements évoluent mais l’organisation n’est plus la même, comme le rappelle un parcours tel que celui de Tanguy Le Gentil de Rosmorduc : sous-lieutenant au 160e RI, une unité d’active, au début de la Première Guerre mondiale, il sert au sein d’une division dite de série A en 1939, un cadre qui n’existait pas 20 ans auparavant. D’où l’intérêt du judicieux manuel que fait paraître chez Economica É. Denis, volume consacré à « l’armée de Terre française du 10 mai 1940 »[1]. Fort pédagogique et très détaillé, ce livre constitue un outil de travail qui se révèlera, à n’en pas douter, indispensable pour toutes celles et ceux qui s’intéressent à cette période.

Non issu du milieu académique, l’auteur n’est pour autant pas un inconnu puisqu’il est l’un des créateurs d’un site réputé sur l’armée française de Terre de 1940 (p. 5), portail sur lequel on peut puiser maintes informations extrêmement précieuses. Comment dès lors s’étonner que l’on retrouve dans ce livre un esprit assurément voisin, celui d’une histoire très descriptive, presque positiviste dans son sens du détail et son ignorance des acquis de l’histoire culturelle, et tout particulièrement des apports de l’anthropologie du fait guerrier ? Or ce qui pourrait paraître de prime abord relever d’une approche dépassée, périmée de l’objet, est au contraire ce qui fait la force de ce livre : proposer au lecteur un descriptif précis et méticuleux de ce qu’est l’armé française de Terre de 1940. En un mot comme en mille, une sorte de mode d’emploi.

Le volume se décompose en 11 denses chapitres brossant un panorama complet du sujet, du système décisionnaire à l’ordre de bataille à la date du 10 mai 1940 en passant par les fortifications, les questions de doctrine ou encore l’armement. Contrairement à ce que suggère le titre du livre, l’objet est bien contextualisé dans la moyenne durée des années 1920-1930, notamment en ce qui concerne les considérations d’ordre démographique, héritées des « classes creuses » nées de la Grande Guerre (p. 89). De même, particulièrement intéressant est le chapitre dédié aux programmes d’armement (p. 70-80). Enfin, fort précieux est la description du fonctionnement des régions militaires, le propos étant de surcroît accompagné d’utiles cartes (p. 82-83). Ceci intéresse d’ailleurs tout particulièrement la Bretagne puisqu’un décret du 4 mai 1934 modifie le tracé des 10e et 11e régions militaires, la subdivision de Guingamp passant de la première à la seconde tandis que celles du département de la Manche intègrent la 3e. Conséquence sans doute de la disparition des subdivisions de Vitré et Saint-Malo, celles de Rennes et Saint-Brieuc sont versées dans une 4e région militaire s’étendant jusqu’en Eure-et-Loir (p. 84). Les Côtes-du-Nord constituent donc un rare exemple de département écartelé entre deux régions militaires.

Il serait fastidieux de dresser un panorama exhaustif de tous les points abordés par ce volume qui ont retenu notre attention. Mentionnons néanmoins quelques développements fort instructifs sur ce plan E de 1937 qui entend anticiper une guerre menée contre l’Allemagne et l’Italie, jointes ou séparées, mais aussi contre l’Espagne. S’il est vrai que l’armée française de Terre est, par bien des égards, prisonnière des lauriers de 1918, l’institution n’est pas totalement immobile non plus. C’est d’ailleurs ce que rappelle ce plan E en insistant notamment sur la vitesse de déploiement des troupes (p. 13). Publié le 25 juin 1938 et censé entrer en vigueur le 25 janvier 1939, le rectificatif E1 « est principalement établi pour tenir compte de l’arrivée croissante des matériels modernes au sein de l’armée et de ses conséquences sur la concentration des unités » (p. 15). Pour autant, bien qu’attentif aux – réelles – qualités de cette armée française de 1940, E. Denis ne tombe pas dans le piège de l’hagiographie et sait souligner ses faiblesses, ses manquements et ses fautes. Il en est ainsi de ces manœuvres Escaut, Dyle et Breda aux Pays-Bas et en Belgique, jugées très sévèrement : « En raison de la distance à couvrir et de sa nécessaire rapidité d’exécution, cette opération devra être confiée à une puissante armée motorisée, privant la France d’une partie importante de ses moyens de contre-attaque rapide pour d’éventuels gains stratégiques discutables » (p. 20-21). Et de conclure que « l’erreur stratégique majeure du commandement français consiste donc à avoir sous-estimé, voire ignoré la faisabilité d’une attaque allemande massive franchissant rapidement la Meuse via le sud de la Belgique et le Luxembourg » (p. 21). De la même manière, E. Denis n’hésite pas à souligner les « paradoxes » de la doctrine française d’emploi des chars, formulation elliptique qui cache en réalité une critique sans concession et parfaitement argumentée (p. 35 et suivantes).

Sous des aspects fort descriptifs, l’auteur livre ici un texte qui propose bien des clefs d’interprétation de la défaite de 1940, celle-ci ne pouvant s’expliquer par un ou deux éléments. C’est bien une complexe combinaison de facteurs qu’il faut ici prendre en compte et l’on recevra avec grand intérêt certains avis, tranchés, notamment en ce qui concerne la demande sociale de paix, pour reprendre les termes de l’historien F. Cochet : « La durée du service militaire a été successivement ramenée de trois à deux ans, puis à dix-huit mois pour finir à un an, durée nettement insuffisante pour  maintenir un bon niveau de formation des appelés du contingent » (p. 71). Ce qui se fait jour, ici, c’est bien la remise en cause du principe de « Nation armée » (p. 81), contestation qui interroge frontalement l’idée d’une brutalisation de la société française par la Grande Guerre[2].  Or cette dynamique a des effets d’autant plus immédiats que le contexte budgétaire est contraint : c’est ainsi par exemple que la loi de finance de 1933 prévoit la suppression de 5 000 postes d’officiers (p. 81). Une mesure qui permet de comprendre les stratégies déployées par des acteurs tels que Tanguy Le Gentil de Rosmorduc[3] mais qui n’est pas sans conséquences sur l’encadrement des troupes, et donc le niveau de l’armée française de Terre de 1939-1940 : « en cas de mobilisation générale, les officiers d’active seront en nombre insuffisant pour encadrer les unités mobilisées autour des noyaux actifs et il sera nécessaire d’augmenter la part des cadres réservistes dans toute les Grandes Unités, ne pouvant que diminuer leur efficacité opérationnelle » (p. 81).

Groupe de soldats, sans lieu ni date. Collection particulière.
Groupe de soldats, sans lieu ni date. Collection particulière.

La mobilisation générale de l’été 1939 est, enfin, fort utilement décrite : dispositif d’alerte le 22 août, mesure de sûreté comprenant le rappel de 370 000 hommes le lendemain, rappel des réservistes frontaliers et mise sur le pied de guerre d’un certain nombre de divisions, dont les 19e et 21e bretonnes, le 26 août (p. 95). On l’aura compris, on ne saurait trop conseiller aux personnes travaillant sur cette période de se procurer ce riche volume, usuel d’un grand intérêt qui risque de s’imposer rapidement comme un indispensable des bibliothèques. On regrettera toutefois une mise en page qui dessert grandement le propos de l’auteur, le texte étant beaucoup trop serré et les – nombreuses et judicieuses – illustrations trop petites pour être véritablement efficaces.


[1] Denis, Eric, L’armée de terre française du 10 mai 1940, Paris, Economica, 2021. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Mosse, George L., De la Grande Guerre au totalitarisme. La brutalisation des sociétés européennes, Paris, Hachette littératures, 1999.

[3] P. 82 E. Denis insiste les conséquences des bas salaires militaires et notamment ceux des hommes de troupe : « lorsqu’ils sont en charge de famille, ils peinent à assumer leur charge et l’arrêt brutal des promotions ne leur laisse entrevoir aucune évolution ».


1 réflexion sur « Un manuel pour saisir l’armée française de Terre de 1939-1940 »

  1. Bonjour,

    Je suis l’auteur de cet ouvrage et je tenais à vous adresser mes remerciements pour ce commentaire qui me touche. C’est une récompense fort appréciable pour les trois années de travail consacrées à cet ouvrage.

    Merci !

    Bien cordialement
    Eric DENIS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.