De la biopsie en histoire

J’ai eu la chance de rencontrer C. Dhennin-Lalart à l’automne 2014, lors d’un colloque organisé par R. Porte, D. Barjot et F. Cochet pour la Commission française d’histoire militaire. Elle était à quelques semaines de soutenir sa thèse, et nous avions échangé quelques mots alors que je débutais la mienne. Sa démarche me semblait absolument passionnante : prendre une toute petite partie du front – en l’occurrence le pays de Weppes, en Flandre française – et l’étudier le plus finement possible, des deux côtés du no man’s land. Pour qui s’intéresse aux variations d’échelles en histoire, il y avait là la réalisation concrète d’une belle idée trop rarement mise en œuvre, la biopsie[1]. C’est donc avec une réelle gourmandise que je me suis saisi du livre publié aux Presses universitaires de Rennes et tiré de ce doctorat[2]. Pourtant, mon enthousiasme a été rapidement douché en apprenant, lors de la lecture de la quatrième de couverture, la mort de l’autrice, en 2020.

D’une certaine manière, ce livre publié à titre posthume constitue donc une sorte de legs. Et c’est précisément ici ce qui me semble intéressant à souligner. Il s’agira ici moins de rendre compte de l’ouvrage de C. Dhennin-Lalart que des prolongements qu’il autorise, le travail historien n’étant par définition jamais achevé même si, en l’occurrence, les dépouillements effectués par l’autrice sont impressionnants : archives municipales, départementales et nationales, archives du Service historique de la Défense mais aussi archives de la Préfecture de police de Paris, du monde du travail à Roubaix, du Centre historique minier de Lewarde sans oublier les archives allemandes, belges, canadiennes et britanniques ainsi que d’innombrables fonds privés (p.345-366). Cet inventaire dit toute la difficulté qu’il y a à entreprendre une démarche telle que celle-ci.

Carte postale allemande. Collection particulière.
Carte postale allemande. Collection particulière.

Le resserrement de focale que propose C. Dhennin-Lalart avec cette étude sur le pays de Weppes vient en effet grandement complexifier la géographie de la Grande Guerre. Car si l’apparition du système-tranchées à l’automne 1914 et l’importante fortification développée par les Allemands, puisqu’ils mènent à partir de cette période une guerre défensive, signe la fin du mouvement et l’immobilité du Reich, le terme de « front » « n’est pas répandu en 1914, même dans le langage militaire ». L’autrice précise ainsi que c’est « ultérieurement » que son emploi se généralise, mais moins dans son acception commune que pour définir « une épaisseur induite par les portées de l’artillerie, s’étendant dans une bande [qui peut être] large de 20 à 30 km » (p. 47). Autrement dit, ce qui peut apparaître comme d’une extrême minceur à une échelle macro-historique, zone de contact entre la Triple-Entente et la Triple-Alliance, ligne délimitant deux espaces distincts, se révèle sous la lentille du microscope beaucoup plus consistant[3]. Mais, dans le même temps, lorsqu’observé sous l’angle du moral des soldats, la démarcation est beaucoup moins claire : quelle que soit la tranchée considérée, elle est peuplée d’hommes qui en ont marre, qui n’aspirent qu’à une chose, la paix (p. 136), et qui partagent la même peur (p. 142). Développant l’idée séduisante de « gradient d’exposition » à la violence de guerre (p. 140), l’historienne rappelle, dans le sillage d’un Ernst Johannsen, que l’expérience des tranchées dépasse par bien des égards les particularismes, qu’ils soient religieux, régionaux, nationaux ou encore ethniques, et permet d’accéder à une certaine forme d’universel (p. 141)[4] :

« L’homme au combat sur la première ligne n’est plus Népalais ou Allemand. Il est un homme au combat. Il vit dans sa chair, dans son esprit, son éthique, la transgression de l’interdit de tuer : la guerre est le moment privilégié de l’inversion des valeurs qui fondent l’être humain. »

Il en est de même lorsque l’autrice se focalise sur les populations civiles, et tout particulièrement sur l’occupation allemande, « phénomène multiforme, différent selon les périodes de la guerre et selon le degré d’exposition des territoires et des habitants » (p. 89). Il en résulte un éclatement non pas de l’espace mais du territoire qui est des plus stimulants. Dans le sillage des remarquables travaux de P. Salson sur l’Aisne, C. Dhennin-Lalart nuance la verticalité de l’occupation allemande pour insister sur les interactions et l’agentivité des populations civiles (p. 94) :

« Un nombre significatif de Français entretiennent des relations correctes avec les soldats allemands et, inversement, les hommes de troupe établissent un modus vivendi convenable avec les civils du territoire occupé. La coopération entre surveillants et surveillés fonctionne à condition que le passage par la case obéissance s’effectue sans dommage. Les occupés, en effet, ne se plaignent guère d’une politique de terreur, d’humiliation ou de démoralisation. Ils peuvent discuter avec les autorités en place. Cet accommodement laisse entendre que les municipalités parviennent à obtenir des avantages substantiels pour leurs ressortissants. »

Le contraste est d’autant plus saisissant avec la zone du pays de Weppes demeurée libre mais sous l’influence d’un pouvoir sans limite ou presque des autorités britanniques qui, dans le même temps, interdisent les attroupements, imposent la possession de sauf-conduits pour se déplacer, dépouillent les préfets et les magistrats de leurs compétences traditionnelles et n’hésitent pas user de la censure (p. 101). Ne peut-il pas s’agir, là aussi, d’une certaine forme d’occupation ? La question mérite d’autant plus d’être posée que, comme a pu le faire remarquer J.-L. Mastin à propos de la place de Lille, certains acteurs savent composer avec les nouvelles frontières imposées par la guerre (p. 106), comportement qui vient questionner assez largement leur étanchéité[5].

Dans les années 1950, la Grande Guerre devenue invisible si ce n'est le monument aux morts. Carte postale, collection particulière.
Dans les années 1950, la Grande Guerre devenue invisible si ce n’est le monument aux morts. Carte postale, collection particulière.

A ce brouillage déjà conséquent des repères spatiaux, il faut de surcroît ajouter l’épineuse question des évacués et des réfugiés qui, d’une certaine manière, viennent déterritorialiser le pays de Weppes. Enfin, l’étude des sorties de guerre, qui a pour conséquence de considérablement dilater l’événement 14-18, complexifie encore un peu plus la représentation de l’espace en ce qu’elle rajoute du flou à un tableau déjà fort impressionniste. On est à cet égard frappé de voir combien le terme de « reconquête » revient souvent sous la plume de C. Dhennin-Lalart, et ce où que l’on se trouve par rapport à la ligne de front. Occupants différents, mêmes effets serions-nous tentés d’écrire. Pour autant, si le conflit génère des cicatrices encore bel et bien visibles un siècle après l’Armistice, celles-ci ne se matérialisent pas nécessairement de manière égale. Apparaît alors un nouveau paradoxe, celui de ces traces de la guerre « ôtées si promptement que les guides Michelin de 1920 présentent bientôt des lieux absents, entendus comme des endroits qui ne sont plus significatifs de la guerre telle qu’elle fut montrée avec force émotivité dans les descriptions de la zone rouge » (p. 247). Ce n’est finalement qu’avec la perspective du centenaire que l’on assiste à une « mise en tourisme » (p. 333) du patrimoine hérité de cette Grande Guerre.

Mais si cette enquête sur le pays de Weppes est stimulante, c’est qu’à l’évidence cet espace a beaucoup de choses à apprendre à qui s’intéresse à la Grande Guerre, y compris dans une dimension plus strictement bretonne. La première des choses qui frappe en lisant cet ouvrage est l’immense brassage de populations induit par le conflit. Là n’est évidemment pas une découverte mais la chose est ici particulièrement remarquable : Belges, Allemands, Russes, Britanniques, Turcs, Australiens, Néo-Zélandais, Indiens, Indochinois, Africains du nord, Portugais, Sénégalais, Américains et Chinois se côtoient pendant le conflit dans ce petit secteur des Flandres… (p. 20) A cette diversité des origines vient s’ajouter les ordres de grandeur mobilisés par le conflit, chiffres qui permettent de postuler un véritable contact entre les populations et non pas quelques rencontres statistiquement exceptionnelles. Ainsi, ce sont plus de 200 bataillons britanniques qui transitent entre 1914 et 1918 par Armentières, certains stationnant certes quelques jours mais d’autres plusieurs mois (p. 51).

Poste de secours dans une tranchée portugaise à la Neuve-Chapelle, 25 juin 1917. La Contemporaine : VAL 303/021.
Poste de secours dans une tranchée portugaise à la Neuve-Chapelle, 25 juin 1917. La Contemporaine : VAL 303/021.

Ces flux humains sont d’un grand intérêt pour l’historien travaillant à l’échelle de la péninsule armoricaine car le fait est que bon nombre de ces nationalités passent aussi par la Bretagne. A lire C. Dhennin-Lalart, on mesure d’ailleurs combien l’histoire de la Première Guerre mondiale doit s’écrire sur un mode connecté, comme une incarnation de la théorie des dominos ou de l’effet papillon, et ce quel que soit l’espace envisagé. L’autrice a de ce point de vue parfaitement raison de souligner que le point de départ de la présence portugaise dans la vallée de la Lys, avec les conséquences que l’on sait lors de la bataille éponyme du printemps 1918, est un contentieux territorial opposant Lisbonne à Berlin en Angola et au Mozambique (p. 135). Ajoutons d’ailleurs que cette dimension invalide complètement l’éventuel procès en localisme qui aurait pu être dressé à C. Dhennin-Lalart : c’est bien de micro-histoire dont il s’agit ici et on mesure, encore une fois, combien celle-ci doit impérativement se conjuguer sur un mode connecté et transnational.

Un des autres intérêts de la démarche de l’autrice est de replacer la séquence chronologique 1914-1918 dans sa juste temporalité. Certes, il s’agit bien là de la Grande Guerre, celle qui devait être la « der des ders » et dont il est en définitive très difficile de sortir. On sait d’ailleurs que de nombreux auteurs ont appelé à considérablement dilater les bornes du conflit, à tel point du reste que l’on parle aujourd’hui assez communément de « plus Grande Guerre ». Mais il n’en demeure pas moins que le décompte des jours effectifs de combat dans le pays de Weppes effectué par C. Dhennin-Lalart renvoie à une comptabilité beaucoup plus restreinte : moins d’une centaine de jours sur 1 563 (p. 37). C’est d’ailleurs ce qui l’amène à affirmer, d’une formule efficace, que « le temps de la guerre dépasse donc de beaucoup le temps occupé à combattre » (p. 137).

Loin de nous cependant l’idée de remettre en question le deuil phénoménal produit par la Grande Guerre. Mais à force de répéter que ce conflit se déroule, pour la seule armée française, au rythme de 37 morts par heure entre 1914 et 1918 (p. 132), on en finit par perdre de vue que cette cadence n’est pas régulière, bien au contraire. En réalité, la séquence apparaît comme « une succession d’événements collectifs et de faits individuels qui, mis bout à bout, rendent la guerre à la fois acceptable dans la durée quotidienne et terriblement lourde sur la durée totale du conflit » (p. 61). Autrement dit, aux pics d’intensité meurtrières succèdent de longues périodes plus ou moins clémentes à tel point qu’en avril 1916 le 1er corps de l’ANZAC est envoyé dans le pays de Weppes pour s’acclimater : « Le calme était tel et le niveau des troupes allemandes si déplorable que la force expéditionnaire australienne, intégrée au commandement britannique, y fut envoyée pour faire son apprentissage de la guerre des tranchées » (p. 69).

Dans le secteur de Neuve-Chapelle, en 1915, ensevelissement de soldats britanniques tués au combat. La Contemporaine : VAL 303/013.
Dans le secteur de Neuve-Chapelle, en 1915, ensevelissement de soldats britanniques tués au combat. La Contemporaine : VAL 303/013.

La description des différents combats menés sur la région est d’un grand intérêt du point de vue des courbes d’apprentissage. En se focalisant sur un espace en particulier, l’autrice étudie moins tel ou tel belligérant que le combat en lui-même. C’est là une perspective peu privilégiée pour l’heure et pourtant, semble-t-il, riche de nombreuses promesses en ce qui concerne le renouvellement des connaissances. L’attaque britannique du 10 mars 1915 s’effectue ainsi avec une préparation d’artillerie de 35 minutes mobilisant 340 pièces (p. 55). Mais ce qui s’apparente à un réel développement technologique lorsque comparé aux offensives de 1914 est déjà conditionné par la météorologie : « on a besoin de ciel clair et de visibilité pour affiner la destruction des rangées de barbelés installés par les Allemands sur leurs propres lignes » (p. 55). Se dévoile dès lors toute l’importance de ces défenses que l’on dit accessoires mais qui, en réalité, du fait de leur redoutable efficacité, viennent interroger la modernité même de la guerre[6]. Car le 9 mai 1915, soit deux mois seulement après cette offensive de Neuve-Chapelle censée être « la mère de toutes les batailles » (p. 52), le résultat est le même malgré un dispositif bien différent et trois nouveautés introduites par Douglas Haig : « la première, l’éclatement de mines sous les lignes allemandes grâce à des explosifs d’une tonne placés souterrainement par le creusement de deux tunnels d’une centaine de mètres sous le no man’s land ; la seconde, l’utilisation conjointe des shrapnells et des obusiers ; la dernière, la coordination entre fantassins et artilleurs grâce à trois aéronefs survolant le champ de bataille afin de communiquer les informations nécessaires » (p. 63). Il en résulte une hausse d’intensité du warfare au fur et à mesure que les économies de guerre résorbent la crise des munitions et, pendant la bataille de Festubert (15-27 mai 1915), 433 pièces de divers calibres tirent 100 000 obus sur une portion de front de 5 kilomètres (p. 66). Le décalage entre cette courbe d’apprentissage rapidement ascendante et la constance des représentations mentales, schémas qui s’évertuent à accorder la prime à l’offensive alors que l’équation tactique du champ de bataille de la Grande Guerre accorde un avantage manifeste à la défense, n’en est que plus criant (p. 72).

On l’aura deviné, il y a beaucoup à puiser dans ce livre qui offre matière à de nombreux prolongements. Emprunter quelques-unes des voies entrouvertes par C. Dhennin-Lalart serait d’ailleurs sans doute le plus bel hommage à lui rendre.


[1] Le Gall, Erwan et Prigent, François, « Pour une histoire locale de la France », in Le Gall, Erwan et Prigent, François (dir.), C’était 1958 en Bretagne. Pour une histoire locale de la France, Rennes, Editions Goater, 2018, p. 8-17 ; Vergnon, Gilles, Un enfant est lynché. L’affaire Gignoux, 1937. Violence et politique dans la France du Front populaire, Paris, Presses universitaires de France, 2018, p. 14. C. Dhennin-Lalart revendique pour sa part Lucien Febvre et une « coupe géologique révélatrice des profondeurs » (p. 20).

[2] Dhennin-Lalart, Chantal, Ravages et héritages de la Grande Guerre. 1900-2020. Un secteur de la zone rouge, d’Armentières à Lens, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[3] Sur cette idée on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, « Une histoire à écrire au télescope et au microscope » (préface), Association AMPARO, Les poilus de Romillé. Une commune d’Ille-et-Vilaine et ses conscrits dans la Grande Guerre, Romillé, Association AMPARO, 2018, p. 11-13.

[4] Johannsen, Ernst, Quatre de l’infanterie, Paris, Editions de l’Epi, 1929.

[5] Mastin, Jean-Luc, Victimes et profiteurs de guerre ? Les patrons du Nord (1914-1923), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019.

[6] Razac, Olivier, Histoire politique du barbelé. La prairie, la tranchée, le camp, Paris, La Fabrique, 2000.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.