Le poids de la carte du combattant

Et si la carte du combattant permettait de mesurer le poids de la Grande Guerre, pour reprendre l’expression de D. Fouchard ?[1] Là est un enjeu beaucoup plus important que ce que l’on pourrait bien, de prime abord, croire. Car le deuil, le chagrin, la souffrance sont difficilement quantifiables. Si l’on se doute que 12 ans après la fin du conflit, les séquelles de 1914-1918 sont encore importantes, les plaies encore béantes, il est difficile d’en mesurer précisément l’ampleur. Là est tout l’intérêt du tableau publié en 1930 dans le bulletin numéroté 8 et 9 de l’Office national des mutilés et réformés de la guerre et de l’Office national du combattant et présentant un « état récapitulatif par classes d’âge des cartes de combattant délivrées par les Comités départementaux à la date du 1er janvier 1930 »[2].

Très précieuse pour l’historien, cette synthèse est produite par l’administration à la suite d’une demande formulée le 21 janvier 1930 par Georges Beaugrand, député communiste de la Seine. Petit-fils d’optant, cet ouvrier boucher aux abattoirs de la Villette combat pendant la Première Guerre mondiale. Malheureusement, sa fiche matricule de recrutement, conservée sous le numéro 4953 de la classe 1913 du 1er bureau de la Seine, n’est pas consultable. Aussi devons-nous nous contenter des éléments figurant au sein de sa fiche Maitron et de la notice qui lui est consacrée dans le Dictionnaire biographique des parlementaires français : mobilisé au 72e RI, Georges Beaugrand est fait prisonnier pendant la première bataille de la Marne. Interné en Bavière, il parvient à s’évader en juin 1917 mais est repris par ses geôliers. L’Armistice le trouve à Nuremberg où il assiste à l’émergence des conseils d’ouvriers et de soldats. Sa brillante conduite est récompensée par la Croix de guerre et la Médaille des évadés.

Portrait de Georges Beaugrand publié le 2 mai 1928 dans Le Matin, au lendemain de son élection à l'Assemblée nationale. Gallica / Bibliothèque nationale de France.
Portrait de Georges Beaugrand publié le 2 mai 1928 dans Le Matin, au lendemain de son élection à l’Assemblée nationale. Gallica / Bibliothèque nationale de France.

Il serait bien entendu intéressant d’en savoir plus mais, pour l’heure, force est de s’en tenir à ces quelques éléments. Ce parcours biographique est néanmoins important car il explique par bien des égards la rudesse de l’interpellation du ministre de la Guerre, alors André Maginot, par Georges Beaugrand. Bien entendu, la vigueur de cet échange s’inscrit dans une conflictualité politique mise en scène et exacerbée par le rituel politique, en l’occurrence les débats parlementaires. Mais il y a plus que cela. Ancien combattant aux brillants états de service, Georges Beaugrand est aussi un militant de l’Association républicaine des anciens combattants (ARAC), association fondée par Henri Barbusse et proche du Parti communiste[3]. C’est ce double magistère, celui du devoir brillamment accompli sous l’uniforme d’une part, celui d’autre part conféré par ce qui s’apparente par bien des égards à un syndicat d’anciens poilus, qui fonde la prise de parole du député. Dans le cadre d’une grille de lecture marxiste-léniniste du conflit qui stipule que la Grande Guerre a été causée par les « marchands de canons », puisque l’impérialisme est le stade suprême du capitalisme, la carte du combattant et les avantages matériels et moraux qui y sont associés relèvent d’une véritable conquête sociale, conquête sociale qu’il importe bien évidemment de défendre. Quelques jours avant les élections législatives de 1932, L’Humanité, cherchant à démontrer « pourquoi les anciens combattants voteront communiste », explique que « dans la législature dernière les députés Jacques Duclos et Georges Beaugrand sont intervenus maintes fois au nom de la fraction communiste pour alerter les [anciens combattants] contre les dangers qui menacent les quelques avantages concédés par la bourgeoisie sous la pression des millions d’anciens combattants et de victimes de guerre »[4]. Autrement dit, la carte du combattant est un trophée arraché aux griffes du patronat et donc de l’armée, puisque celle-ci est, c’est bien connu, le « chien de garde du capital ». D’ailleurs, le 4 juin 1931, le député Georges Beaugrand, affirmant parler à l’Assemblée nationale au nom de l’ARAC et ne craignant pour le coup pas le mélange des casquettes, accuse le gouvernement « d’économiser toujours sur le dos des anciens combattants »[5].

C’est cette grille de lecture qui explique la vigueur avec laquelle Georges Beaugrand interpelle le 21 janvier 1930 le ministre de la Guerre André Maginot. Remarquons d’ailleurs que sa question, très incisive, est retranscrite de manière beaucoup plus allusive dans le bulletin de l’Office national du combattant que dans le Journal officiel rapportant les débats parlementaires :

« M. Beaugrand expose à M. le ministre de la Guerre que les services chargés de l’attribution de la carte du combattant répondent aux demandes avec une lenteur scandaleuse, à tel point que certaines demandes restent sans réponse pendant plusieurs mois ; et demande 1° quel est le nombre exact de cartes adressées jusqu’à ce jour aux services de son ministère ; 2° quel est le nombre exact des cartes expédiées par ses services ; 3° quel est le nombre de demandes en souffrance. »[6]

Cette légère modification de la retranscription de la question du député est intéressante en ce qu’elle vient caractériser la nature même de la réponse produite par l’administration. Sur la défensive, l’Office justifie son activité. Aussi a-t-il tout intérêt à produire un chiffre qui soit sans appel, en l’occurrence 1 564 647 cartes du combattant délivrées sur un total de 1 879 275 demandes formulées[7]. Ce faisant, l’institution élude la question du délai nécessaire au traitement des dossiers : il est vrai que c’est là un point délicat du fait, notamment, d’un circuit administratif complexe imposant des vérifications auprès de l’autorité militaire ainsi qu’un passage en commission, fonctionnement paritaire oblige.

Etat récapitulatif par classes d'âge des cartes du combattant délivrées par les Comités départementaux à la date du 1er janvier 1930. Source: Bulletin de l’Office national des mutilés et réformés de la guerre et de l’Office national du combattant, 13e année, n°s et 9, août – septembre 1930, p. 1019-1020.
Etat récapitulatif par classes d’âge des cartes du combattant délivrées par les Comités départementaux à la date du 1er janvier 1930. Source: Bulletin de l’Office national des mutilés et réformés de la guerre et de l’Office national du combattant, 13e année, n°s et 9, août – septembre 1930, p. 1019-1020.

L’œil avisé aura bien entendu remarqué l’éventail important de classes de recrutement convoqué par cet état statistique puisque l’amplitude chronologique court de 1928 jusqu’à 1867 et plus. Autrement dit, sont concernés ici des hommes qui sont âgé au 1er janvier 1930 de 22 à 83 ans et plus. Bien entendu, cette focale résolument large sert les intérêts de l’Office puisqu’elle lui permet de gonfler le chiffre des cartes délivrées. Les archives ne permettent pas de savoir si le député Georges Beaugrand est conscient de la manœuvre de l’administration. Mais il est certain que la réponse est habile. Tout porte en effet à croire que parmi ces titulaires figurent quelques vétérans de 1870, puisqu’eux aussi y ont droit, ainsi que des anciens d’opérations postérieures à la séquence 1914-1918 telles que la guerre du Rif. Pour autant, du point de vue de l’historien, il n’y a vraisemblablement pas lieu de remettre en cause l’effet de masse que représentent ces 1 564 647 cartes du combattant.

Nous ne disposons malheureusement pas de chiffres pour les départements bretons mais on peut estimer que ceux-ci se situent dans une bonne moyenne : essentiellement ruraux, ce sont eux qui approvisionnent grandement l’infanterie, arme qui consomme le plus d’hommes, donc qui est celle qui vraisemblablement produit le plus de cartes du combattant. En extrapolant une France à 100 départements, on obtient un total de plus 78 232 titulaires de la carte du combattant pour les 5 départements bretons, chiffre à comparer aux résultats des scrutins de l’époque et notamment à la taille des corps électoraux. Pour mémoire, lors des législatives de 1928, la plus petite circonscription française est celle de Florac, en Lozère, avec seulement 22 338 habitants[8]. Autrement dit, avec une moyenne de 15 646 titres délivrés par département, les détenteurs de la carte du combattant représentent 70% du corps électoral de cette circonscription. Certes, l’estimation du nombre de titulaires du précieux sésame doit être pondérée par le nombre d’habitants, tous les départements n’étant pas également peuplés. Mais une telle proportion n’en demeure pas moins significative.

Carte du combattant. Collections Musée de Bretagne : 982.0005.64.
Carte du combattant. Collections Musée de Bretagne : 982.0005.64.

Pour ce qui concerne la péninsule armoricaine, ces évaluations sont toutes aussi impressionnantes. Rapporté au corps électoral des circonscriptions des 5 départements bretons lors des élections législatives de 1928, le pourcentage des titulaires de la carte du combattant oscille entre 7, 5% (Finistère) et 10, 5% (Morbihan)[9]. A l’échelle nationale, ce taux est de 13, 5%[10]. En d’autres termes, en Bretagne comme ailleurs, le poids des titulaires de la carte du combattant, si on ne sait pour l’heure pas le mesurer avec exactitude, est considérable. Surtout quand on veut bien le comparer à l’écart moyen séparant les candidats invités à concourir lors des élections législatives par exemple. En 1932, la presse est ainsi unanime à souligner le nombre important de ballotages puisque sur 605 sièges de député à pourvoir, 357 le sont au terme d’un second tour de scrutin[11].

Ces chiffres sont importants en ce qu’ils permettent de dépasser la posture victimaire des anciens combattants et victimes de guerre pour replacer ces acteurs dans une logique d’agentivité, celle qui participe de la structuration d’un mouvement social, le monde combattant[12]. L’intervention de Georges Beaugrand le rappelle sans équivoque, les anciens poilus ont acquis des droits aux tranchées et comptent bien non seulement les défendre mais les maximiser. La chose est entendue et n’appelle pas de commentaire particulier : l’article 101 de la loi de finance du 19 décembre 1926 qui institue la carte du combattant en est une parfaite illustration, de même que la retraite éponyme créée par la loi du 16 avril 1930[13].

Raymond Poincaré en 1930, photographie de l'agence Rol. Gallica / Bibliothèque nationale de France : Rol, 143740.
Raymond Poincaré en 1930, photographie de l’agence Rol. Gallica / Bibliothèque nationale de France : Rol, 143740.

Mais sans doute y a-t-il moyen d’aller encore plus loin dans la réflexion. Car s’il importe de sortir des postures victimaires et de souligner l’agentivité des anciens combattants et victimes de guerre, il conviendrait de ne pas tomber dans un excès inverse qui consisterait à postuler une sorte de passivité du personnel politique, comme si son activité ne consistait qu’à réagir, ou non, aux doléances du monde social. Car la création de la carte du combattant contraste tout de même singulièrement avec l’austérité mise en œuvre par le gouvernement Poincaré, dynamique symbolisée par d’importantes réformes des cartes judiciaires et préfectorales. Or, en politique averti, l’ancien Président de la République – pendant la Grande Guerre justement – sait combien de telles mesures sont coûteuses sur le plan électoral. Dès lors, ne serait-il pas judicieux de voir dans la carte du combattant une mesure permettant justement de reconquérir des suffrages sacrifiés sur l’autel de l’orthodoxie budgétaire ? Dans cette société des anciens combattants qu’est la France – et donc la Bretagne – des années 1920, rien ne saurait être refusé à l’ancien poilu. Seules les souffrances accumulées dans la boue de Verdun ou de la Somme sont en mesure de délier les cordons rigoureusement noués de la bourse de l’État. Reste à savoir si le calcul tenté par Raymond Poincaré s’est avéré payant. A en juger par le résultat des législatives de 1932 et la victoire du cartel des gauches, on peut en douter. Mais sans doute y aurait-il là matière à une enquête beaucoup plus approfondie afin de disposer d’une réponse plus fine.


[1] Fouchard, Dominique, Le poids de la guerre. Les poilus et leur famille après 1918, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013.

[2] Bulletin de l’Office national des mutilés et réformés de la guerre et de l’Office national du combattant, 13e année, n°s et 9, août – septembre 1930, p. 1019-1020.

[3] Sur cette association dont l’histoire reste à écrire voir notamment Doussin, Georges (textes choisis et présentés par), L’Association républicaine des anciens combattants. Combattants pour la vie. Des voix pour l’espoir, Paris, Le Temps des Cerises, 2007.

[4] « Pourquoi les anciens combattants voteront communistes », L’Humanité, 29e année, n°12190, 29 avril 1932, p. 2.

[5] Chambre des députés, séance du 4 juin 1931, Journal officiel de la République française, débats parlementaires, 22 janvier 1930, p. 2819.

[6] Question n°7187, chambre des députés, 2e séance du 21 janvier 1930, Journal officiel de la République française, débats parlementaires, 22 janvier 1930, p. 87.

[7] Bulletin de l’Office national des mutilés…, op. cit., p. 1018.

[8] Lachapelle, Georges, Elections législatives 22-29 avril 1928. Résultats officiels, Paris, Librairie Georges Roustan, 1928, p. VIII.

[9] Lachapelle, Georges, Elections législatives 22-29 avril 1928…, op. cit., p. 330-332.

[10] Lachapelle, Georges, Elections législatives 22-29 avril 1928…, op. cit., p. 333. Proportion incluant la France métropolitaine et l’Algérie.

[11] « L’Attitude des partis en vue des scrutins de ballotage », Le Petit journal, n°25310, 3 mai 1932, p. 1.

[12] Prost, Antoine, Prost, Antoine, « Les Anciens combattants », in Pigenet, Michel et Tartakowsky, Danielle (dir.), Histoire des mouvements sociaux en France de 1814 à nos jours, Paris, La Découverte, 2014, p. 316-323. Ainsi que Prost, Antoine, Les Anciens Combattants et la société française, 1914-1939, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques, 1977 (3 tomes).

[13] Article 101 de la loi portant fixation du budget général de l’exercice 1927, Journal officiel de la République française, 58e année n°295, 19 décembre 1926, p. 13172 ; Article 197 de la loi du 16 avril 1930 portant fixation du budget général de l’’exercice 1930-1931, Journal officiel de la République française, 62e année, n°93, 17 avril 1930 p. 4233.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.