De la portée de Clausewitz

Sans doute pourrait-on à juste titre se demander pourquoi recenser ici, en des pages consacrées à la Bretagne et au fait militaire et guerrier entre 1860 et 1962, le livre qu’H. Drévillon consacre à Carl von Clausewitz, volume publié chez Passés composés[1]. Si l’on ne devait avancer qu’un seul argument, outre la remarquable qualité de l’ouvrage, on renverrait probablement à la courte biographie qu’un certain « commandant Chaperon » publie en janvier 1915 dans les colonnes de La Dépêche de Brest – un quotidien généraliste donc – et qui affirme que « le célèbre écrivain militaire allemand qui s’appelle Clausewitz a eu une telle influence sur la formation des cerveaux d’outre-Rhin que l’on peut faire remonter jusqu’à lui leurs dispositions d’aujourd’hui ». En plein « tournant » de la  « guerre totale »[2], un tel propos pourrait étonner. La suite du discours montre qu’en réalité la démonstration est indissociable de la culture du conflit en cours : « Clausewitz a été pour la guerre ce que Kant fut pour la philosophie ; comme pour le solitaire de Königsberg, il a fait école, et à un tel point, que le grand état-major de l’armée allemande est incontestablement l’héritier direct de sa doctrine stratégique et de sa quintessence de Prussien francophobe »[3]. On comprend dès lors tout l’intérêt du livre d’H. Drévillon, ouvrage qui s’apparente moins à une biographie stricto sensu de Clausewitz qu’à une étude sur la construction du champ de la pensée militaire à travers cet auteur (p. 9).

A la veille de la Grande Guerre, l’officier se doit non seulement de tenir son rang mais de se distinguer par un certain ethos survalorisant les qualités intellectuelles. Or cette réalité n’est pas intemporelle, bien au contraire. C’est à la fin du XVIIIe siècle que nait le statut d’auteur militaire, révolution dont on perd aujourd’hui trop souvent de vue la portée. En effet, cette rupture implique de nier le caractère inné du talent militaire, talent conféré par le sang bleu et les quartiers de noblesse pour au contraire postuler un savoir théorique que les officiers doivent apprendre (p. 101). Intéressant est à ce titre le général Paul Thiébault pour qui l’art de la guerre regroupe « toutes les connaissances humaines et devint presque le code de la science universelle », réalité qui implique que le chef dispose de grandes compétences en une impressionnante variété de domaines : « la géographie, l’astronomie, la physique, les mathématiques, la chimie, tout ce qui tient à la politique, à l’administration et à la législation, l’histoire des pays et des hommes » (p. 143). Ce faisant, c’est bien à l’émergence d’une certaine « culture professionnelle » (p. 186) que l’on assiste là, celle-ci s’accompagnant plus tard de l’idée du « rôle social de l’officier » théorisé par Hubert Lyautey, nommé en 1910 à la tête du 10e corps d’armée de Rennes avant de prendre la résidence générale du Maroc. Au 47e RI, l’exemple du capitaine Le Comte de la Goutte, membre de la Société historique et archéologique de l’arrondissement de Saint-Malo, est à cet égard caractéristique[4]. De même, on connaît au 48e RI le parcours d’un Henri Miche de Melleray, officier de carrière à la plume vivace et qui n’hésite pas à publier dans L’Ouest-Éclair ses réflexions sur le fait militaire, tout particulièrement quand elles portent sur la participation de la 19e DI aux grandes manœuvres de l’été 1900. Or non seulement un tel espace de débat ne va pas de soi mais H. Drévillon montre à travers l’exégèse de Carl von Clausewitz comment se structure ce champ littéraire.

Timbre commémoratif est-allemand à l'effigie de Carl von Clausewitz à l'occasion du 150e anniversaire de sa mort. Collection particulière.
Timbre commémoratif est-allemand à l’effigie de Carl von Clausewitz à l’occasion du 150e anniversaire de sa mort. Collection particulière.

C’est en effet autour des décennies 1770-1780 qu’émerge « un véritable statut d’auteur militaire » (p. 26). Le rôle de la guerre de 7 ans est ici fondamental en ce que ce conflit accouche de la « querelle des ordres » : « Cette controverse avait opposé les partisans de l’ordre mince, fondé sur la puissance de feu optimisée par la discipline de l’armée prussienne, aux défenseurs d’un ordre profond reposant sur le choc à l’arme blanche délivré par des bataillons d’infanterie disposés en colonnes et agissant conformément au stéréotype de l’ardeur guerrière de la France » (p. 28). Pour qui sait les lire, on retrouve là bien des oppositions qui traversent le forum des officiers de la Belle époque avec notamment toutes les ambiguïtés entourant l’idée d’offensive « à outrance »[5].

Dans ce cadre, les guerres de la Révolution française tiennent une place prépondérante en ce qu’elles accouchent d’une véritable mythologie de la masse où les armées sont mues « par le motivation et le nombre des combattants » (p. 126). On retrouve là un principe qui s’exprime en 1870 quand la République reprend le flambeau de la guerre laissée à terre à Sedan par le Second Empire mais aussi pendant la Grande Guerre, quand se met en place, par exemple, la politique de récupération. Sans doute y aurait-il aussi quelques analogies à mettre en évidence avec cette armée de maquisards destinée à libérer à elle seule ou presque la France au cours de l’été 1944, représentation qui laisse plus ou moins sciemment de côté les alliés. Toujours est-il que c’est en cette fin du XVIIIe siècle qu’on assiste à une démocratisation des vertus guerrières, celles-ci n’étant plus, on l’a dit, l’apanage des nobles mais devenant essentialisées par la grâce de l’idée nationale (p. 168).

Pour autant, H. Drévillon ne limite nullement son propos à la confrontation d’analyses purement théoriques, celles-ci étant contaminées par un certain nombre de considérations bien moins intellectuelles. En effet, qui dit champ dit logiques et effets qui ne sont pas que de manche. Pour un Antoine de Jomini, par exemple, l’écriture est un moyen de gagner le prestige que la carrière des armes ne lui a pas, d’après-lui, suffisamment offert (p. 41). Pour d’autres, c’est un moyen de pallier les inconvénients des changements de régime (p. 85) :

« La stratégie d’auteur était une façon d’enrichir le positionnement social et politique dans le contexte de la Restauration, qui plaçait les anciens militaires dans une situation précaire. Dans le milieu des anciens officiers de la Grande Armée, les théories de la guerre activèrent les problématiques de la culpabilité ou de la gloire de l’Empereur, qui engageaient la posture militaire et politique des auteurs. Cette dynamique renforça les enjeux de la controverse, qui revêtit une forte dimension d’engagement personnel. »

Le livre militaire est aussi un marché soutenu par des éditeurs spécialisés et des bibliothèques de garnison qui « à défaut d’ouvrir la perspective de produire des best-sellers », note d’une plume un brin acide H. Drévillon, « offrait à toute publication la garantie de jouir d’une substantielle diffusion minimale » (p. 32). Ce faisant, en dévoilant les stratégies des acteurs, l’auteur se livre à une histoire sociale du culturel dont on ne peut que souligner l’intérêt.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

L’un des grands mérites de cette belle synthèse est de replacer cette littérature de la théorie guerrière dans l’économie plus générale des sciences sociales et de l’histoire en particulier. Bien des oppositions sur l’utilisation de la documentation et la critique des sources (p. 52 et suivantes) font en réalité penser à la vive controverse qui oppose, à l’aube du XXe siècle, François Simiand à Charles Seignobos à propos de l’écriture de l’histoire et de l’émergence de la sociologie[6]. Là est bien la tendance de certains auteurs à « philosopher à coups de marteau » pour impérativement faire rentrer dans un moule conceptuel préétabli les faits révélés par les archives (p. 76). De la même manière, en proposant une lecture pour le moins critique de la pensée de Carl von Clausewitz, l’auteur invite à nuancer certains concepts trop souvent reçus sans aucune distance. L’idée de « guerre absolue », qui d’après H. Drévillon « correspondait à une approche idéaliste », conduit tout naturellement à celle, insuffisamment discutée à notre goût, de guerre totale (p. 317)[7]. Il en est de même en ce qui concerne les vertus qualifiées de nationales de tel ou tel système guerrier, l’essentialisation patriotique du fait militaire étant une représentation mentale largement déconstruite dans cet ouvrage. Ce faisant, H. Drévillon met en évidence le mécanisme qui projette sur les communautés en guerre de nombreux clichés nationaux, un travers largement partagé (p. 290 et suivantes).

La levée en masse de 1793 joue toutefois ici un rôle déterminant en ce qu’elle est la source d’un véritable mythe national et, plus encore républicain[8], piège dans lequel tombe d’ailleurs Carl von Clausewitz : « objectivement, les guerres étrangères de la Révolution furent peu intenses et moyennement sanglantes, mais elles alimentèrent la perception subjective d’un déchaînement de la violence par la dimension politique et la combinaison très variable des pratiques et des représentations » (p. 241). Mais pour les Français, là est la source du mythe du citoyen-soldat dont on connaît la puissance (p. 245), tant en 1870 qu’en 1914-1918, sans compter bien évidemment l’épopée de la Résistance. Là réside aussi le fondement idéologique de la conscription ainsi que la légitimité de la puissance publique à adopter des « mesures extraordinaires, telles que la création d’un régime économique et fiscal de soutien matériel à l’activité guerrière » (p. 257).

A Rennes, dans l'usine à gaz reconvertie dans la production d'obus, des ouvrières. Musée de Bretagne : 2000.0023.141.
A Rennes, dans l’usine à gaz reconvertie dans la production d’obus, des ouvrières. Musée de Bretagne : 2000.0023.141.

En définitive, ce que montre ce livre, c’est que la place de Carl von Clausewitz dans ce champ littéraire est très largement surévaluée, comme en témoigne d’ailleurs à sa manière l’article du commandant Chaperon publié en janvier 1915 dans La Dépêche de Brest et cité plus haut. Pour H. Drévillon, « la formule clausewitzienne de la guerre comme continuation de la politique par d’autres moyens ne possédait aucune originalité, et exprimait un véritable lieu commun » (p. 15) quand elle est publiée. Au moment de sa mort, en 1831, « Clausewitz n’apparaissait que marginalement dans les inventaires bibliographiques » et ce n’est que dans les décennies suivantes que vient la gloire littéraire, post mortem donc (p. 22). Mais il n’en demeure pas moins que les officiers de la période qui nous intéresse lisent et s’imprègnent de sa pensée, et de celle de ses contempteurs, ce qui n’est bien entendu pas sans influer sur leurs conceptions et leurs comportements. On ne peut ainsi comprendre l’importance de la marche pour l’armée française de la Belle époque puis celle de 1914-1918 sans en revenir à Maurice de Saxe pour qui « tout le secret de l’exercice, tout celui de la guerre, est dans les jambes » (p. 119)[9]. Dans ce cadre, l’acmé du combat est le corps à corps. On connaît à cet égard le puissant symbole que constitue la baïonnette. Or celle-ci plonge aussi ses racines dans Clausewitz et dans la véritable « métaphysique de l’arme blanche » qu’il développe (p. 167). Il en est de même de l’idée de « bataille décisive », reprise pour une large part de Lazare Carnot et du piédestal sur lequel est portée l’arme blanche, incarnation des vertus du choc – de la fameuse furia francese des guerres d’Italie (p. 289) – contre le feu (p. 196).

Certes, toutes les leçons ne sont pas apprises avec la même rigueur et l’importance accordée par le général prussien Tempelhof à la « guerre des ventres » (p. 122-125) laisse songeur quiconque connaît les difficultés rencontrées par le ravitaillement des armées en campagne au cours de la séquence 1914-1918, tout particulièrement pendant les phases de guerre de mouvements. On demeure toutefois frappés par la modernité de certaines réflexions, comme celle du prince de Ligne qui, à la fin des années 1770, semble préfigurer les analyses de SLAM Marshall sur le taux de tir en remarquant que « sur une salve de 1 440 coups de fusil tirés à 100 mètres de distance, 270 atteignaient leur cible et 30 étaient mortels » (p. 166)[10].

.Scène de la Libération en Ille-et-Vilaine (sans lieu ni date). Musée de Bretagne : 990.0032.1058.2
Scène de la Libération en Ille-et-Vilaine (sans lieu ni date). Musée de Bretagne : 990.0032.1058.2

Stupéfiante d’érudition, l’analyse que propose H. Drévillon avec ce livre dense est par bien des égards indispensable, y compris pour des vingtiémistes. En effet, ce qu’offre cet ouvrage est ni plus ni moins que la profondeur nécessaire de champ qui permet de resituer dans le temps long des polémiques, des débats d’idées, des représentations mentales, de manière à éviter le piège de cette vision qui consiste à ne considérer période contemporaine que comme un moment unique. Car si l’Histoire ne se répète jamais, elle n’en est pour autant pas moins pourvues de racines.


[1] Drévillon, Hervé, Penser et écrire la guerre. Contre Clausewitz (1780-1837), Paris, Passés composés, 2021. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Horne, John (dir.), Vers la guerre totale. Le tournant de 1914-1915, Paris, Tallandier, 2010.

[3] Chaperon, Commandant, « Clausewitz », La Dépêche de Brest, 29e année, n°10769, 20 janvier 1915, p. 2.

[4] Le Gall, Erwan, Une entrée en guerre. Le 47e régiment d’infanterie de Saint-Malo au combat (août 1914 – juillet 1915), Talmont-Saint-Hilaire, éditions CODEX, 2014, p. 31-32.

[5] Voir notamment Goya, Michel, La Chair et l’acier. L’invention de la guerre moderne, 1914-1918, Paris, Tallandier, 2004.

[6] Voir notamment Simiand, François, « Méthode historique et science sociale. Etude critique à propos des ouvrages récents de M. Lacombe et M. Seignobos », Revue de synthèse historique, T. VI-1 (n°16), février 1903, p. 1-22 et T. VI-2, n°17, avril 1903, p. 129-157. Pour une mise en perspective, Revel, Jacques, « Histoire et sciences sociales. Lecture d’un débat français autour de 190 », Mil Neuf Cent. Revue d’histoire intellectuelle, n°25, 2007/1, p. 101-126.

[7] Voir par exemple Le Gall, Erwan, Saint-Nazaire, les Américains et la guerre totale (1917-1919), Bruz, Editions CODEX, 2018.

[8] Forrest, Alan, « L’Armée de l’an II : la levée en masse et la création d’un mythe républicain », Annales historiques de la Révolution française, n°335, 2004, p. 111-130.

[9] Sur ce point, on se permettra de renvoyer notamment à Le Gall, Erwan, Une entrée en guerre…, op. cit.

[10] Marshall, Samuel Lyman Atwood, Men against fire : The problem of Battle command, Norman, University of Oklahoma Press, 2000.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.