Carte d'invalidité (détail). Collection particulière.

Georges Voisin : caractère difficile ou capital de négociation ?

On ne cessera pas de dire combien la fiche matricule de recrutement est une source particulièrement complexe et posant bien des questions devant demeurer, malheureusement, trop souvent sans réponse. C’est ce que montre celle, conservée aux Archives départementales des Côtes d’Armor, de Georges Voisin, célèbre militant socialiste de la région de Guingamp et pilier dans les années 1920-1930 d’En Avant, non moins célèbre société sportive réputée notamment pour ses résultats en football[1].

La première chose qui frappe à l’examen de ce document est le « détail des services et mutations diverses », longue liste inversement proportionnelle au temps passé par cet instituteur au front. Né le 29 juillet 1895 à Plouaret, dans les Côtes-du-Nord, Georges Voisin est incorporé le 18 décembre 1914 au 1er régiment de Zouaves. Quiconque est familier des graves pressions démographiques auxquelles sont alors confrontés les rangs de l’armée française, décimés par les trois premiers mois du conflit, sait que ces classes d’âges comptent parmi celles qu’il n’est peut-être pas excessif de considérer comme sacrifiées sur l’autel d’une conception uniquement quantitative, et nullement qualitative, de l’infanterie. Cette réalité s’incarne notamment dans un temps de classes très court, surtout lorsque comparé aux normes en vigueur avant-guerre. Or cette période d’instruction se matérialise trop souvent par une espérance de vie assez brève sur le champ de bataille[2].

A Azelot, en Meurthe-et-Moselle, lors de la revue du 20e CA par le roi des Belges le 24 août 1915. Le Président de la République Raymond Poincaré, le Roi, Alexandre Millerand, les généraux Joffre, Gérard, Dubail, sur le terrain. La Contemporaine : VAL 137/123.
A Azelot, en Meurthe-et-Moselle, lors de la revue du 20e CA par le roi des Belges le 24 août 1915. Le Président de la République Raymond Poincaré, le Roi, Alexandre Millerand, les généraux Joffre, Gérard, Dubail, sur le terrain. La Contemporaine : VAL 137/123.

Incorporé quelques jours avant Noël 1914, Georges Voisin correspond malheureusement très bien à ce modèle. Soldat de 2e classe au 1er régiment de Zouaves, il est transféré le 1er août 1915 au 9e régiment de marche de Zouaves alors que cette unité se trouve dans la zone des armées, au repos dans un secteur situé entre Nancy et Lunéville, aux environs de Blainville-sur-l’Eau. Transporté en Lorraine, le régiment se reconstitue après de longs mois passés en Belgique avant de participer à l’offensive de septembre 1915 en Champagne. Le 24 août, l’unité se voit décerner son drapeau, orné de la Croix de Guerre, lors d’une grandiose cérémonie où l’on retrouve le Président de la République, Raymond Poincaré, le Roi des Belges ainsi que le général Joffre. Le 14 septembre 1915, le 9e Zouaves quitte la Lorraine pour la Champagne, après quelques jours d’escale dans l’Aisne. Il reste d’abord en réserve dans le secteur du ravin de Beauséjour avant de passer à l’attaque, le 26 septembre 1915, à 7 heures le matin. L’offensive est presqu’instantanément brisée par le feu ennemi mais est néanmoins redoublée le lendemain[3]. C’est à ce moment-là que Georges Voisin est évacué, grièvement blessé à la tête, à l’épaule et à la main droite, alors qu’il installait une ligne téléphonique sous un violent bombardement.

En résumé, l’instituteur breton tombe après un petit peu plus de 8 mois de classes, alors que deux années sont jusqu’en 1912, trois à partir de 1913, requises pour former un fantassin. Faut-il y voir un lien direct de cause à effet ? Non, postuler ceci serait en effet aller un peu vite en besogne. Rien ne peut déterminer la trajectoire d’un projectile, ce d’autant plus que Georges Voisin est frappé non pas par une balle mais par un éclat d’obus, ce qui est sans doute encore plus difficile à appréhender d’un strict point de vue balistique. Mais le fait est qu’il est très grièvement blessé après environ 48 heures passées sur le champ de bataille. Autant dire que son expérience combattante fut brève, puisqu’il ne reviendra plus jamais en tranchées.

S’en suit en effet un long parcours médical qui n’est pas sans poser un certain nombre de questions. D’après sa fiche matricule, Georges Voisin est trépané, ce qui lui vaut d’être versé dans le service auxiliaire en mai 1916 puis d’être « classé inapte définitif à la zone des armées pour suite de trépanation par la Commission de réforme de Guingamp du 27 septembre 1917 » en vertu d’une loi passée quelques jours plus tôt, le 10 août 1917. Ce même document fait ensuite état de taux d’invalidité qui ne cessent de s’aggraver : 20% en avril 1919, 35% en juillet 1920, 75% enfin en 1935.

Carnet de pension. Collection particulière.
Carnet de pension. Collection particulière.

Ces chiffres sont impressionnants. Mais outre le fait que l’historien n’est pas médecin et, à dire vrai, ne comprend pas grand-chose à ces taux, pourcentages qui relèvent d’une construction qui nous échappe encore très largement, force est de constater que la pratique de la discipline historique exige du sang froid. Si le chercheur doit être sensible aux émotions, il ne saurait verser dans la sensiblerie et cesser de confronter les archives. Aussi convient-il de remarquer que l’état de santé de Georges Voisin ne l’empêche nullement d’avoir une riche vie militante, en plus de son activité professionnelle, tout au long des années 1920-1930, d’abord à la SFIO à partir de 1922, mais aussi à la CGT. Rappelons de surcroît qu’il compte parmi les cadres d’En Avant Guingamp, ce qui, là encore, doit exiger du temps et plus encore de l’énergie. Entré en Résistance en 1942, notamment par le contact de l’un des responsables du Front national, Jean Devienne, il est rapidement dans le collimateur des autorités de Vichy. Georges Voisin est ainsi arrêté sur dénonciation le 9 septembre 1943. D’abord détenu à la prison Jacques Cartier de Rennes, il est interné à Compiègne puis déporté par mesure de répression en avril 1944 pour Auschwitz. Transféré à Buchenwald puis Flossenburg, il finit par y décéder le 5 février 1945, soit après 9 mois passés dans les camps de la mort ce qui, quand on veut bien se rappeler son état de santé, témoigne d’une longévité pour le moins stupéfiante[4].

Un autre élément de la fiche matricule de Georges Voisin interroge, la mention d’une condamnation « par arrêt contradictoire de la Cour d’appel de Rennes (Chambre correctionnelle) du 14 février 1935 à cent francs d’amende et aux dépens d’un appel d’un jugement du tribunal de Guingamp du 4 décembre 1934 pour coups et blessures commis le 6 octobre 1934 ». L’affaire est particulièrement nébuleuse et n’est, à dire vrai, pas éclairée par les quelques traces que l’ont peut glaner dans la presse. Dans son édition du 15 février 1935, L’Ouest-Éclair évoque ainsi « M. Georges Voisin, âgé de 40 ans, professeur à l’EPS de Guingamp, [qui] fait appel d’un jugement du tribunal correctionnel de cette ville qui l’avait condamné à 100 francs d’amende et 2 000 francs de dommages-intérêts pour avoir donné un coup de poing à un agent électoral de M. Lorgéré, M. Leguennic, âgé de 59 ans, actuellement retraité des chemins de fer »[5]. Le 10 avril suivant, le quotidien catholique rennais revient sur l’affaire, non sans un ton résolument sarcastique :

« Au cours d’une réunion électorale (élections cantonales), dans la salle d’école de Pabu, M. Georges Voisin, 39 ans, instituteur public à Guingamp, voulut dire à M. Le Guennic, 69 ans, qu’il n’était pas de son avis,  mais il l’insulta. Cela se passait le 2 octobre. M. Le Guennic réfléchit et lui répliqua le 6 octobre dans la salle municipale de Guingamp dans le même vocabulaire… imagé.

Cette élégante controverse les amena le 22 janvier devant le tribunal correctionnel de Guingamp qui les condamna l’un et l’autre à 16 francs d’amende et à se verser respectivement 500 francs de dommages-intérêts. Ils ont fait appel puis ont décidé de se désister dans un but d’apaisement »[6]

Si la presse des Côtes-du-Nord, et notamment Le Moniteur, ne dit pas un mot de ce fait divers, tel n’est pas le cas de La Dépêche qui, à Brest, en donne également un résumé détaillé dans son édition du 10 avril 1935[7]. Mais à dire vrai, bien que mesuré, le ton de cet article ne permet pas vraiment d’y voir plus clair. Pour l’historien, une « affaire » telle que celle-ci est assurément délicate à analyser. Y Le Floch, qui rédige la notice biographique de Georges Voisin pour le Maitron, n’hésite d’ailleurs pas à invoquer à ce propos un conflit « un peu obscur ». Un piège très pernicieux serait toutefois de considérer que cette conduite que l’on pourrait qualifier de « bagarreuse » serait incompatible avec la condition physique décrite par la fiche matricule et les taux de pensions inscrits sur ce document. Outre que nous n’avons aucune connaissance médicale, et que les archives du corps médical, justement, manquent ici cruellement, cela serait selon nous s’engouffrer dans une impasse d’autant plus regrettable qu’elle est moralement choquante : qui sommes-nous pour juger de la santé d’un mutilé de la Grande Guerre, homme de surcroît entré en Résistance et assassiné dans les camps de la mort nazis ?

Sans doute faut-il en réalité partir du 27 septembre 1915 pour tenter d’y voir plus clair. Dans les colonnes du Maitron, Y. Le Floc’h indique que « Georges Voisin, qui avait été trépané durant la guerre, avait un caractère difficile ». Peut-être peut-on voir dans cette affirmation la marque d’un éventuel choc post-traumatique, ou une séquelle d’une intervention chirurgicale particulièrement lourde. Mais peut-être peut-on aussi relier l’inflation des taux d’invalidité de Georges Voisin, sans encore une fois nullement nier la gravité des blessures qui ont été les siennes, à une certaine aptitude à revendiquer, à négocier, autant de savoir-faire appris par des années de militantisme dans les rangs de la SFIO et de la CGT. Si de par leur formulation ces taux participent d’une certaine forme de scientificité, d’objectivation voire même d’essentialisation des pathologies subies, il n’en demeure pas moins qu’ils sont en réalités concertés et construits en commission. Dès lors, c’est dans doute aussi sous la forme d’un produit de rapports de force qu’il faut les envisager.

A Bordeaux, dans un hôpital militaire, à gauche au premier rang, un trépané (sans date). Collection particulière.
A Bordeaux, dans un hôpital militaire, à gauche au premier rang, un trépané (sans date). Collection particulière.

Nous avions évoqué dans un précédent billet la figure d’Albert Mourocq, bel exemple de continuité des pratiques et de transfert de compétences entre le monde syndical d’une part, le monde combattant d’autre part. Etant donné le pedigree de l’instituteur guingampais, cadre dirigeant de la société sportive En Avant et militant aguerri de la SFIO et de la CGT, le raisonnement parait concordant : bien que mutilé de guerre, cet acteur doit être aussi appréhendé sous l’angle de son agentivité, ce qui conduit à l’envisager dans ses capacités à faire valoir ses droits. C’est que nous appelons ici, sans doute maladroitement du reste, un capital de négociation. L’hypothèse est séduisante mais se heurte toutefois à un manque en ce qui concerne Georges Voisin : nous ignorons s’il a ou non été militant d’une association d’anciens combattants. Ceci nous semble probable mais en l’absence de certitude, la prudence doit rester de mise.


[1] Arch. dép. CdA : 1 R 2008.2014.

[2] Pour de plus amples développements on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, thèse de doctorat en histoire sous la direction de Capdevila, Luc, Rennes, Université Rennes 2, 2019.

[3] SHD-DAT : 26 N 843/5, JMO 9e Zouaves, août-septembre 1915 ; Historique du 9e régiment de marche de Zouaves dans la Grande Guerre 1914-1918, Alger, Imprimerie Orientale Fontana frères, 1921.

[4] Klein, Marie-Pierre et Pierre, Les Déportés des Côtes-du-Nord, avril 1941 – septembre 1944. Livre-Mémorial, Lanvallay, AFMD 22, 2007, p. 460-461.

[5] « Des coups de poing », L’Ouest-Eclair, 37e année, n°13980, 15 février 1935, p. 5.

[6] « Style électoral », L’Ouest-Eclair, 37e année, n°14034, 10 avril 1935, p. 8.

[7] « Diffamation réciproque », La Dépêche de Brest, 49e année, n°18733, p. 5.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2021, 14 octobre). Georges Voisin : caractère difficile ou capital de négociation ? Ar Brezel. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbod

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.