Carte postale (détail). Musée de Bretagne : 980.0018.2102.

La fable de la langouste et du 219e RI

Dans son édition du 31 octobre 1914, le quotidien catholique breton L’Ouest-Eclair publie un intéressant article intitulé « La langouste du 219e »[1]. Non signé, ce « fait divers de guerre »[2] a, à première vue, tout du « bourrage de crâne » et de l’anecdote insignifiante : grâce à un fantassin obèse, un certain Le Goaziou, les réservistes du 219e RI de Brest peuvent déguster alors qu’ils sont aux tranchées des huitres ainsi qu’une langouste. Mais pour qui sait le lire, ce texte se révèle être en réalité un propos d’une grande subtilité et un fascinant objet d’histoire.

Pour être compris à sa juste mesure, un article tel que celui-ci doit être resitué dans la culture de guerre qui s’exprime alors, c’est à-dire dans ce système de représentations donnant du sens au réel en cours[3]. Pour le dire autrement, il faut le réinsérer dans la morale patriotique du moment. Procéder de la sorte revient à mettre à distance l’anecdote pour saisir la fonction propre du récit : rassurer le lectorat de L’Ouest-Éclair, et plus généralement l’arrière, ce fameux « front intérieur », quant aux conditions de vie au front[4]. La date du 31 octobre 1914 correspond en effet à une période clef, à un moment charnière : c’est la fin du troisième mois de la campagne et l’on sait justement que ce sont les douze premières semaines de la guerre qui sont les plus meurtrières. Bien entendu, les combattants et leurs familles l’ignorent. Mais de tels chiffres rappellent le poids indéniable du deuil qui, dès l’automne 1914, pèse sur leurs épaules. Alors que les armées se jettent à corps perdu dans la Course à la mer, manœuvre d’enveloppement qui n’a rien à voir avec la langouste et les huitres évoquées par le quotidien catholique rennais, les sociétés belligérantes commencent à entrevoir la perspective d’un premier Noël de guerre. S’installe alors une temporalité radicalement différente de cet affrontement bref, réglé au terme d’une bataille décisive, que chacun a en tête lors de l’été 1914.

Dans le secteur d'Attichy, un pont détruit en septembre 1914 (cliché pris le 21 septembre 1915). La Contemporaine : VAL 251/184.
Dans le secteur d’Attichy, un pont détruit en septembre 1914 (cliché pris le 21 septembre 1915). La Contemporaine : VAL 251/184.

Le 219e RI est une bonne illustration de cette mutation du temps perçu : après un baptême du feu en Artois le 27 août 1914, dans les secteurs de Sailly-Saillisel et Bapaume, l’unité prend part à la bataille de la Marne pour occuper « à partir du 2 octobre un secteur de tranchées à cheval sur la route de Moulin-sous-Touvent » et Attichy, secteur compris entre Soissons et Compiègne[5]. La lecture du JMO de ce régiment permet de se rendre compte du champ de bataille d’un genre nouveau qui est en train d’être façonné au cours de cet automne 1914, conséquence directe de la perte du mouvement et de l’enlisement dans le siège mutuel des tranchées. Celles-ci se développent dès le 3 octobre 1914, y compris pour les éléments placés en réserve, comme le VI/219e RI dont on nous dit qu’il est occupé à faire « des retranchements »[6]. Le 10 octobre 1914, le rédacteur du JMO du régiment indique que les tranchées de première ligne sont dotées « de refuges, abris profonds et couverts » tandis que celles de deuxième ligne « sont couvertes de claies et de terre » et équipées de « gradins de sortie » placés tous les dix mètres, travaux qui se poursuivent pendant plusieurs jours[7]. Preuve sans doute d’un certain degré de technicité des  réalisations entreprises, les fantassins ne sont plus seuls mais aidés dans leur tâche par « une demi-compagnie du génie et les sapeurs du régiment ».[8] Plus que jamais, la pelle devient une arme de guerre : des « boyaux de communications » sont creusés entre les différentes tranchées tandis qu’apparaissent « des réseaux de fils de fer » ainsi que des « pare-projectiles »[9]. Viendront quelques jours plus tard l’installation de « créneaux en bois et de sacs à terre »[10]. A partir du 22 octobre 1914, des « cuirasses pare-balles sont réparties dans les tranchées de première ligne et installées de façon que le bord supérieur ne dépasse pas le parapet » : le champ de bataille qui émerge dans cette pleine de l’Oise est vide, c’est-à-dire que toute tête dépassant des fortifications est la cible potentielle d’un tireur adverse[11]. Contrairement à tout ce qui avait pu être anticipé à la Belle époque, où le combat simulé lors des grandes manœuvres rencontre son apogée lors de l’assaut à la baïonnette, ce qui suppose que l’on discerne qui l’on frappe, les fantassins doivent se terrer et rester à couvert, sous peine d’être mortellement frappés. Certes, dès les premiers combats du mois d’août 1914, les mitrailleuses érigent sur le champ de bataille de véritables murs de balles qui forcent les hommes à se coucher, un mouvement d’apparence anodine mais qui périme les valeurs morales d’antan, celles qui imposent que l’on se tienne droit face au danger[12]. Mais ce qui se produit en cet automne 1914 est d’une toute autre nature. Le champ de bataille devient comme vascularisé par les tranchées et le génie s’affaire, par exemple, à  couper les routes qui cloisonnent les différents secteurs du théâtre des opérations[13]. On voit ainsi apparaître des « boyaux de raccordement », terme particulièrement significatif qui dit le mouvement de connexion qui est en train de s’opérer[14]. Le réseau croit et, le 9 novembre 1914, le rédacteur du JMO du 219e RI annonce le creusement d’un « boyau de 45 mètres à droite de la tranchée de première ligne, pour être transformé en tranchée »[15]. Irrigués, les différents secteurs du front coagulent pour former un tout homogène, sans rupture, des Vosges à la Mer du Nord pourrions-nous presqu’écrire, et le 11 novembre 1914 c’est une tranche de liaison avec le 318e RI de Quimper qui est creusée[16].

Dans le même temps, le 219e RI construit « des observatoires avec pare-éclats », formulation qui est particulièrement instructive[17]. Voir, c’est en effet disposer d’un avantage certain mais également, et ce de manière très paradoxale, prendre le risque particulièrement dangereux d’être vu. C’est pour cela que les Allemands équipent leur secteur de projecteurs braqués sur les tranchées du 219e RI[18]. Dès lors, la lumière est moins un atout offensif que défensif et le 6 novembre 1914, le rédacteur du JMO du 219e RI concède qu’un « patrouille de la 18e compagnie a essayé de reconnaître les positions de l’ennemi mais la clarté de la lune n’a pas permis de s’approcher à moins de 200 mètres »[19]. Il en résulte une profonde modification des modalités du combat, évolution dont rend parfaitement compte, là encore, le JMO du régiment. Cette archive indique qu’à la fin du mois d’octobre 1914 les tranchées qu’occupe l’unité sont dotées de « logettes », c’est-à-dire des petites cellules dans lesquelles viennent prendre place les fantassins affectés aux premières lignes. Ceux-ci sont du reste non seulement équipés de « cuirasses pare-balles », comme si la fortification s’appliquait désormais également aux corps, mais aussi de grenades. Preuve qu’il s’agit bel et bien d’une nouvelle configuration tactique du champ de bataille, le rédacteur du JMO nous apprend que « 3 hommes par compagnie [sont] exercés à les lancer »[20].

Le paradoxe est que l’apparition de ce nouveau champ de bataille, éminemment dangereux, n’entraîne aucune hémorragie supplémentaire dans les rangs. Au contraire, c’est même l’inverse qui s’observe à en juger par les bilans régulièrement consignés dans le JMO du 219e RI. Dans les deux premiers mois de campagne, le 219e RI déplore des pertes conséquentes. Ce sont ainsi 15 tués, 98 blessés et 140 disparus qui sont évoqués au soir du 27 août 1914 par le JMO de l’unité[21]. Le lendemain, 5 morts viennent s’ajouter[22]. Le 20 septembre 1914, alors que l’unité est en train de se fixer dans l’Oise dans les environs d’Autrêches, cette même source indique que le VI/219e RI est réduit à « environ 150 hommes »[23]. Toutefois, le champ de bataille qui émerge à partir du début du mois d’octobre 1914 conduit à un nouveau régime de pertes. Certes, le danger est toujours très présent et le 10 novembre 1914, un fantassin de la 10/219e RI est cité pour s’être « offert spontanément pour aller chercher un patrouilleur blessé »[24]. D’ailleurs, l’unité déplore 30 tués au cours du mois d’octobre 1914. Mais le chiffre des blessés est, lui, en baisse drastique : 42 cas recensés soit seulement 7% de l’ensemble des blessures rapportées par le JMO sur les trois premiers mois de la campagne.

Pertes du 219e RI consignées par le JMO de l'unité au cours des mois d'août à octobre 1914. D'après SHD-DAT: 26 N 718/6, JMO 219e RI.
Pertes du 219e RI consignées par le JMO de l’unité au cours des mois d’août à octobre 1914. D’après SHD-DAT: 26 N 718/6, JMO 219e RI.

Il est indispensable d’avoir ces données à l’esprit pour comprendre la fonction de la fable de la langouste et du 219e RI. Ce contexte caractérisé d’une part par un bilan humain particulièrement lourd, d’autre part par un horizon d’attente, celui de la victoire et de la fin des combats, en net recul, rend en effet nécessaire un récit qui permette que puisse se renouveler le consentement patriotique à l’effort de guerre. Or ce qui ne parait de prime abord relever que du bourrage de crâne, du conte trop gros pour être crédible, laisse contre toute attente apparaître une mécanique ciselée et une rhétorique assez fine.

Concentrons-nous d’abord sur les deux héros de la fable, le lieutenant-colonel Jean Stuhl, dénommé Stoul par L’Ouest-Éclair, et un fantassin originaire de Morlaix. En fouillant d’abord dans les dossiers de la Légion d’honneur conservés sur Léonore, il est facile de retrouver la trace du commandant du 219e RI.

Né le 26 avril 1862 dans une famille de cultivateurs à Haspelschiedt, en Moselle, il est un militaire de carrière au parcours atypique et qui, d’une certaine manière, plonge ses racines dans la « glorieuse défaite » de 1870. C’est en effet dans la Légion étrangère qu’il débute sa carrière, le 22 octobre 1880, en tant que simple soldat de 2e classe. Sorti progressivement du rang, il prend la nationalité française, passe par Saint-Maixent puis obtient ses galons de sous-lieutenant avant de servir dans la Coloniale, métaphore de cette France meurtrie par l’amputation de l’Alsace et de la Lorraine mais régénérée par l’Empire[25]. En août 1914, il commande le 219e RI de Brest[26]. Après la Grande Guerre, il se lance en politique et devient notamment sénateur de Moselle.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

La traque de Le Goaziou, un homme dont L’Ouest-Eclair nous dit qu’il est originaire de Morlaix, sous-préfecture du Finistère où il dirige une coopérative, est en revanche plus délicate. L’homonymie constitue ici une réelle contrainte qui empêche de s’y retrouver dans le maquis des fiches matricules de recrutement, sauf à dépouiller plusieurs dizaines de registres. En réalité, c’est l’OCRisation de La Dépêche de Brest consultable via Yroise qui permet d’approcher une piste, celle d’un certain Adolphe Le Goaziou, agent de liaison au 219e RI et déclarant exercer lors de son passage devant le Conseil de révision la profession d’étudiant, mention ultérieurement rayée au profit de celle de « libraire »[27]. Celle-ci pourrait expliquer que L’Ouest-Éclair le qualifie « d’excellent ami », ce qui renverrait à une certaine fraternité des métiers du livre et de l’écrit. Mais un aspect plus politique, par l’intermédiaire nous le verrons du Sillon, n’est pas non plus à exclure…. Toujours est-il que cette fiche matricule – de même que l’ensemble des sources que nous avons pu consulter à propos de cet individu – ne fait pas mention de l’obésité d’Adolphe Le Goaziou, condition physique qui par ailleurs paraît peu compatible avec l’exercice des fonctions d’agent de liaison. Sur ce point, donc, le mystère reste entier[28]. Peut-être faut-il y voir une facétie de l’auteur de cette fable ?

Car si la piste de cet Adolphe Le Goaziou devait se confirmer, alors elle renverrait à un individu particulièrement intéressant[29]. Membre du Sillon – ce qui pourrait donc expliquer une certaine proximité avec L’Ouest-Éclair – il est également un militant régionaliste né dans une famille largement engagée dans la cause bretonne. Lui-même épouse d’ailleurs Anne Le Vaillant, amie de Jeanne Malivel, figure éminente des Seiz Breur[30]. Adolphe Le Goaziou est en effet le fils d’Alexandre-Jacques Le Goaziou, ancien instituteur à Louargat ayant quitté l’enseignement pour s’installer d’abord comme libraire à Guingamp puis comme imprimeur-libraire à Morlaix. Là, il imprime notamment, et ce depuis la fin des années 1890, La Résistance, supplément local de La Croix comportant des articles en breton. Mais Alexandre-Jacques Le Goaziou décède subitement, à l’âge de 45 ans. L’entreprise familiale est d’abord reprise par sa femme, Jeanne-Marie, qui édite sous le nom « veuve Alexandre » plusieurs chansons sur feuilles volantes, puis par son fils aîné, lui aussi prénommé Alexandre, qui ne tarde pas à s’établir à Carhaix pour y fonder avec Taldir Jaffrennou Ar Bobl. Alexandre Le Goaziou est membre depuis 1911 de la Fédération régionaliste bretonne.

Adolphe Le Goaziou est également le neveu de Pierre Le Goaziou, frère de son père Alexandre-Jacques, lui aussi installé à Morlaix en tant qu’imprimeur après avoir été instituteur à Guingamp, et éditeur de chansons sur feuilles volantes dont un certain nombre sont en breton. Dans la seconde moitié des années 1870, il est l’éphémère éditeur du Morlaisien, un journal dont le rédacteur-en-chef n’est nul autre que François-Marie Luzel[31]. Avec un tel environnement familial, il n’est pas étonnant qu’Adolphe Le Goaziou soit tôt touché par l’appel de l’Hermine. D’ailleurs, la librairie qu’il ouvre à Quimper, rue Saint-François, en 1919, ne tarde pas à devenir un lieu de rencontre pour de nombreux militants, comme Olivier Mordrel, ce qui ne suppose nullement des cheminements convergents[32]. Bien au contraire, Adolphe Le Goaziou s’oppose frontalement aux nationalistes de L’Heure bretonne, et refuse la création en octobre 1941 de l’Institut celtique, comme le rappelle M. Thomas dans le cadre du projet Rebelle-Collex porté par le CRBC[33]. Entré dans la clandestinité quelque mois auparavant, il est enregistré en tant qu’agent P1 du réseau Johnny à partir du 19 mars 1941 puis, à partir du 15 avril 1942, agent P2 de Jade-Amicol[34]. A la Libération, il est président du Comité départemental de Libération du Finistère et participe à la fondation de Ouest-France, sur les ruines de L’Ouest-Éclair[35]. Démocrate-chrétien, on le retrouve sous la IVe République dans les rangs du Mouvement républicain populaire et parmi les fondateurs de la Nouvelle revue de Bretagne[36].

La librairie Le Goaziou à Quimper. Cette carte postale est diffusée sur Twitter le 5 mai 2019 par la journaliste Stéphanie Trouillard.
La librairie Le Goaziou à Quimper. Cette carte postale est diffusée sur Twitter le 5 mai 2019 par la journaliste Stéphanie Trouillard.

En tout cas, il est intéressant de remarquer que l’histoire de cet homme est publiée en octobre 1914, c’est-à-dire au moment où la politique de récupération est la plus sévère et conduit les conseils de révision à incorporer des individus qui en viennent à interroger l’idée même de renfort[37]. Là encore, cet article est moins anodin qu’il n’y paraît de prime abord et certains passages ont peut-être pour fonction de dédramatiser, de déréaliser diront certains, le réel en cours. Ainsi ces mots prêtés à Adolphe Le Goaziou :

« Je pourrais être réformé, car j’ai lu sur la porte d’une mairie que les […] de cent kilos étaient sur le même pied que les idiots, les bossus et culs-de-jatte. Mais je veux prouver qu’une âme forte est toujours maîtresse du corps qu’elle anime. »

Quelques mots manquent et on ne peut dire s’il s’agit d’un défaut d’impression ou des traces d’Anastasie… Mais, la seconde phrase, elle, est limpide : exaltant l’engagement patriotique et le sens du devoir, elle semble dans la droite ligne de ces discours d’avant-guerre glorifiant le choc et la furia francese contre le feu.

Toujours est-il que Jean Stuhl et Adolphe Le Goaziou soulignent bien la complexité de ce récit, une fable qui n’est pas totalement œuvre de fiction puisque prenant appui sur des personnages réels mais qui n’en permet pas moins la livraison d’une morale patriotique répondant en tous points aux nécessités du moment. Si le lieutenant-colonel Stuhl est présenté comme un « Alsacien pur-sang » par L’Ouest-Éclair, alors qu’il est issu de parents ayant opté pour l’Allemagne après la défaite de 1870 et que c’est de lui-même qu’il acquière, dans la Légion étrangère, la nationalité française, l’agent de liaison répond pour sa part « au nom bien breton de Le Goaziou ». Autrement dit, cet article permet au quotidien catholique rennais de lier le sort de deux petites patries unies dans la défense de la grande. Ce faisant, le récit rappelle subrepticement l’un des buts de la guerre tout en rendant hommage à ceux qui la font.

Mais il n’y a pas que cela. Pour fonctionner à plein, la fable doit pouvoir se nourrir d’ingrédients suscitant à la fois l’appétit et la convoitise, c’est-à-dire étant exclusifs sans pour autant l’être trop afin que chacun puisse adhérer à l’histoire. Les huitres répondent parfaitement à ce cahier des charges. L’ostréiculture se développe en effet grandement au cours de la seconde moitié du XIXe siècle et, à la veille du conflit, ces coquillages sont, si ce n’est un produit de consommation courante, un mets qui n’a rien d’exceptionnel. En juillet 1914, ce ne sont ainsi pas moins de 200 000 huitres qui sont produites par le seul port de Cancale[38]. Quant aux langoustes, ces crustacés font déjà l’objet d’un commerce intensif et c’est jusque sur les côtes de Mauritanie qu’on les pêche. C’est ainsi par exemple que le 21 juillet 1914 L’Ouest-Éclair se fait l’écho du retour la veille à Concarneau du dundee Jeanne d’Arc lesté de « 8 000 à 9 000 langoustes royales »[39]. Des chiffres qui montrent que ce crustacé est loin d’être inconnu des Français d’alors…

Carte postale. Musée de Bretagne : 993.0133.413.
Carte postale. Musée de Bretagne : 993.0133.413.

Et cette dimension est d’ailleurs essentielle pour saisir toute la portée du récit publié par L’Ouest-Éclair. En effet, il s’agit de rassurer l’arrière quant aux conditions de vie aux tranchées, alors que se développe le système-tranchées, pour reprendre les termes de l’historien F. Cochet[40]. L’alimentation, dans ce cadre, tient une place toute particulière. Dans une société non encore régie par le diktat de la minceur,  il s’agit de démontrer que non seulement l’armée prend soin de ses hommes mais que ceux-ci « profitent ». Combien de lettres de poilus expliquent, portrait avantageusement tiré à l’appui, à leur destinataire que leur auteur est non seulement bien nourri mais « gras » ? C’est en effet un thème récurrent de ces correspondances de tranchées et un aspect qui dit bon nombre de biais de la source. Pourtant, on sait la réalité toute autre, notamment pendant les premières semaines de la campagne puisque la guerre de mouvements met à rude épreuve l’intendance. Le 27 août 1914, le JMO du 219e RI indique par exemple que l’unité reste 24 heures sans eau ni nourriture[41]. Ici, la langouste et les huitres disent donc parfaitement le contraire de la réalité qui prévaut dans les rangs mais en y ajoutant une dimension quasi proustienne, celle de ces madeleines qui renvoient à la vie d’avant, au foyer et à la petite patrie d’origine. D’ailleurs, certains silences ne trompent pas. La provenance des huitres n’est pas mentionnée, comme s’il était inconcevable qu’elles proviennent de Marennes-Oléron. Il en est de même en ce qui concerne la langouste même si, la pêche de cette dernière au large des côtes de la Mauritanie par des équipages ayant comme port d’attache Douarnenez, Audierne ou encore Camaret est indissociable du système colonial[42]. Ici, c’est un savant dosage de suggestion, mais aussi d’omission, qui sollicite la mémoire gustative.

Ajoutons que la scène n’est pas aussi invraisemblable qu’il n’y parait. Certains écrits combattants font en effet état de dégustations aux tranchées de fruits de mer, la guerre de positions permettant le retour des mercantis et facilitant l’envoi de conserves en provenance de l’arrière. C’est ainsi le cas du capitaine Adolphe Moreau du 316e RI de Vannes qui indique manger de la « langouste mayonnaise » le 15 février 1915, à l’occasion d’un déjeuner entre officiers. A la même période, le sergent Olivier Le Guével du 47e RI de Saint-Malo, alors qu’en tranchées dans le secteur d’Arras, explique à ses parents s’être régalé d’huitres au vin blanc avec trois autres sous-officiers de section[43].

Il y aurait aussi à dire sur la manière dont sont dégustés, au front, ces fruits de mer. Il y a certes, véritable figure imposée du « bourrage de crâne », la déréalisation du feu et de la violence de guerre : « l’ingestion des huitres » est ainsi « deux fois troublée par le son du canon ». Elle n’est pas « empêchée » ou même « interrompue » mais seulement « troublée », et encore uniquement par « le son du canon », le projectile étant lui aux abonnés absents. La langouste, elle, est confiée aux bons soins « d’un cuisinier émérite » pour être « coupée en parcelles infinitésimales, de façon à faire le plus grand nombre possible d’heureux » : là est une manière habile de rappeler l’égalité si chère aux valeurs de la République, égalité des poilus devant l’impôt du sang mais aussi devant les avantages. Et peu importe que chaque compagnie du 219e RI, qui en compte alors 6, soit portée le 15 octobre 1914, suite à la perception d’un renfort de 555 fantassins, à un effectif moyen de 250 hommes[44]. La langouste est bien celle du régiment, et non de quelques privilégiés qui ont la chance de la déguster. Quant à l’embusquage tant dénoncé par les poilus, il constitue ici une véritable aporie.

A l'automne 1914, dans une tranchée du secteur de Noyon. Collection particulière.
A l’automne 1914, dans une tranchée du secteur de Noyon. Collection particulière.

On pourrait enfin évoquer les restes de ce festin qui sont jetés par-dessus le no man’s land sur les tranchées allemandes. Si le récit ne nie pas le danger de l’opération, il insiste sur l’enthousiasme des fantassins du 219e RI : « Tous les convives s’offrirent, on choisit les deux plus débrouillards, qui s’acquittèrent heureusement de leur missions ». Le contraste n’en est plus que saisissant : là où la vulgate patriotique stipule que le soldat allemand souffre de la faim, le poilu, lui, se délecte de fruits de mer aux tranchées. Pour l’historien, la morale de la fable est on ne peut plus limpide. En effet, un article tel que celui-ci rappelle que la Grande Guerre se joue, dès l’automne 1914 et ce des deux côtés du no man’s land, aussi dans l’assiette. Pour les pays en guerre, il s’agit de se persuader et de convaincre les opinions que les gamelles de l’ennemi sont moins garnies. Là réside assurément un des ressorts du renouvellement du consentement au conflit. Toutefois, cette fable de la langouste et du 219e RI, que l’on ne retrouve à notre connaissance que dans les colonnes de L’Ouest-Éclair, appelle deux questions supplémentaires, malheureusement toujours sans réponse. En premier lieu, qui produit ce récit ? Qui en est à l’origine : l’armée, le quotidien catholique rennais ou une tierce personne ? En second lieu, comment ce conte est-il reçu par les lecteurs du journal breton et contribue-t-il efficacement, ou non, au renouvellement du consentement patriotique ?


[1] « La Langouste du 219e », L’Ouest-Eclair, 16e année, n°5559, 31 octobre 1914, p. 2.

[2] Pour de plus amples développements lire Kalifa, Dominique, « Faits divers en guerre (1870-1914) », Romantisme, n°97, 1997, p. 89-102.

[3] Horne, John et Kramer, Allan, Les Atrocités allemandes, Paris, Tallandier, 2005, p. 317. Cabanes, Bruno « Une histoire de la guerre », in Cabanes, Bruno (dir.), Dodman, Thomas, Mazurel, Hervé et Tempest, Gene (coord.), Une histoire de la guerre du XIXe siècle à nos jours, Paris, Seuil, 2018, p. 10 reprend la notion en la définissant comme le système de représentation donnant leur sens profond aux conflits.

[4] Pour une synthèse récente sur cette notion Dornel, Laurent et Le Bras, Stéphane (dir.), Les Fronts intérieurs européens. L’arrière en guerre (1914-1920), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.

[5] Historique du 219e régiment d’infanterie pendant la guerre 1914-1918, Brest, Imprimerie commerciale et administrative, 1920, p. 4.

[6] SHD-DAT : 26 N 718/6, JMO 219e RI, 3 octobre 1914.

[7] SHD-DAT : 26 N 781/6, JMO 219e RI, 10-14 octobre 1914.

[8] SHD-DAT : 26 N 718/6, JMO 219e RI, 16 octobre 1914.

[9] Ibid.

[10] SHD-DAT : 26 N 718/6, JMO 219e RI, 28 octobre 1914.

[11] SHD-DAT : 26 N 718/6, JMO 219e RI, 22 octobre 1914. Pour de plus amples développements sur la notion de « vide du champ de bataille » on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, Une entrée en guerre. Le 47e régiment d’infanterie de Saint-Malo au combat (août 1914 – juillet 1915), Talmont-Saint-Hilaire, éditions CODEX, 2014 p. 169-180.

[12] Audoin-Rouzeau, Stéphane, Combattre. Une anthropologie historique de la guerre moderne (XIXe-XXIe siècle), Paris, Seuil, 2008.

[13] SHD-DAT : 26 N 718/6, JMO 219e RI, 22 octobre 1914. Pour de plus amples développements lire Audoin-Rouzeau, Stéphane, « Les tranchées, barricades de la Grande Guerre ? », in Corbin, Alain et Mayeur, Jean-Marie (dir.), La Barricade, Paris, Editions de la Sorbonne, 1997, p. 447-453.

[14] SHD-DAT : 26 N 718/6, JMO 219e RI, 26 octobre 1914.

[15] SHD-DAT : 26 N 718/6, JMO 219e RI, 9 novembre 1914.

[16] SHD-DAT : 26 N 718/6, JMO 219e RI, 11 novembre 1914.

[17] SHD-DAT : 26 N 718/6, JMO 219e RI, 6 novembre 1914.

[18] SHD-DAT : 26 N 718/6, JMO 219e RI, 26 octobre 1914.

[19] SHD-DAT : 26 N 718/6, JMO 219e RI, 6 novembre 1914.

[20] SHD-DAT : 26 N 718/6, JMO 219e RI, 26-27 octobre 1914.

[21] SHD-DAT: 26 N 718/6, JMO 219e RI, 27 août 1914.

[22] SHD-DAT : 26 N 718/6, JMO 219e RI, 28 août 1914.

[23] SHD-DAT : 26 N 718/6, JMO 219e RI, 20 septembre 1914.

[24] SHD-DAT : 26 N 718/6, JMO 219e  RI, 10 novembre 1914.

[25] Arch. Nat. : LH//2551/25.

[26] SHD-DAT : 26 N 718/6, tableau de constitution du régiment, août 1914.

[27] « Le Livre d’or du 219e régiment d’infanterie », La Dépêche de Brest, 30e année, n°11 331, 8 août 1916, p. 2 ; Arch. dép. Finistère :  1 R 1373.640.

[28] Sa nécrologie publiée en 1953 dans la Nouvelle revue de Bretagne qu’il a fondée est accompagnée d’un portrait qui laisse deviner un homme certes bine portant mais aucunement obèse. « Mort de M. Adolphe Le Gloaziou », Nouvelle revue de Bretagne, 7e année, n°5, septembre-octobre 1953, p. 321-322.

[29] À ce propos et pour de plus amples investigations, on pourra consulter Arch. dép. 29 : 219 J 1-38, fonds Adolphe Le Gloaziou. À en juger par l’inventaire réalisé par Y. Schleef, quelques articles se rapportent directement à la Grande Guerre.

[30] Lire à ce propos Malivel, Jeanne, J’étais encore à courir les routes de Bretagne… Correspondance avec Anne Le Vaillant, Quimper, Edition des Amis du Musée départemental breton, 2018.

[31] Ollivier, J., « Catalogue bibliographique de la chanson populaire bretonne. Imprimeurs et éditeurs de chansons populaires sur feuilles volantes », Annales de Bretagne, n°48-3-4, 1941, p. 288-385 ; Le Morlaisien, 1e année, n°1, 9 février 1876 ;

[32] Carney, Sébastien, Breiz Atao ! Mordrel, Delaporte, Lainé, Fouéré : une mystique nationale (1901-1948), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015, p. 197.

[33] Ibid., p. 456-457.

[34] Fiche du Musée de la Résistance en ligne rédigée par P. Brault à partir de SHD-Vincennes : 1P 355780.

[35] Hutin, François-Régis, « Le journal Ouest-France où les voies de l’indépendance », Commentaire, n°110, 2005-2, p. 454.

[36] Henry, Lionel, Dictionnaire biographique du mouvement breton, Fouesnant, Yoran Embanner, 2013, p. 272-273.

[37] Pour de plus amples développements on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, thèse de doctorat en histoire sous la direction de Capdevila, Luc, Rennes, Université Rennes 2, 2019, p. 339 et suivantes.

[38] « Expédition d’huitres », L’Ouest-Éclair, 15e année, n°5699, 29 juillet 1914, p. 5.

[39] « Retour de Mauritanie », L’Ouest-Eclair, 15e année, n°5691, 21 juillet 1914, p. 8.

[40] Cochet, François, Survivre au front. Les poilus entre contrainte et consentement, Saint-Cloud, SOTECA/14-18 Editons, 2005, p. 78 et suivantes.

[41] SHD-DAT : 26 N 718/6, JMO 219e RI, 27 août 1914.

[42] Pour de plus amples développements lire Pencalet-Kerivel, Françoise, Histoire de la pêche langoustière. Les « Mauritaniens » dans la tourmente du second XXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008.

[43] Arch. mun. Saint-Malo : fonds Olivier Le Guével, lettre du 12 février 1915. Pour de plus amples développements sur cet individu on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, « Maurice Roger, Olivier Le Guével et la Grande collecte : plaidoyer en défense d’une initiative emblématique du centenaire de la Grande Guerre », En Envor, revue d’histoire contemporaine en Bretagne, n°13, hiver 2019, en ligne.

[44] SHD-DAT : 26 N 718/6, JMO 219e RI, 15 octobre 1915.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2021, 3 octobre). La fable de la langouste et du 219e RI. Ar Brezel. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbob

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.