La Bretagne dans « l’année terrible » : un essai de géographie

La séquence 1870-1871 est marquée par de grands mouvements : ceux des troupes pendant la guerre franco-allemande mais aussi ceux de nombreux séismes politiques, de la chute de l’Empire à la proclamation de la République, en passant par la Commune de Paris. Bien souvent, à en croire la vulgate mémorielle, la Bretagne apparaît en périphérie de ces dynamiques, immobile comme ces soldats englués dans la boue du camp de Conlie. Pourtant, c’est une toute autre géographie qui émane des archives, la péninsule armoricaine n’étant nullement exclue de « l’année terrible », bien au contraire. La mémoire n’est pas l’histoire et le souvenir associé à la Bretagne pendant la séquence 1870-1871 – grille de lecture bien souvent orientée et focalisée sur le seul camp de Conlie – ne saurait résumer la période. Si aucun combat ne se déroule dans la péninsule armoricaine, la région est au premier rang de bien des mouvements de troupes tout en constituant une sorte d’arrière jugé relativement sûr : en témoignent les bijoux de la Couronne impériale et les trésors du Musée du Louvre entreposés par mesure de sécurité à Brest. Dès lors, c’est l’image d’un espace à la fois en périphérie mais en même temps parfaitement connecté à la succession des événements qui se dévoile. Le propos n’est donc pas ici d’esquisser l’histoire de la Bretagne, des Bretonnes et des Bretons pendant la fort complexe séquence 1870-1871 mais, plus modestement, de tenter un état des lieux, une sorte de tableau nullement exhaustif de la péninsule armoricaine pendant cette période et de montrer, ce faisant, combien elle s’insère dans l’histoire globale de « l’année terrible »[1].

Mais en préambule, avançons l’idée que si la vulgate mémorielle diffère autant de la réalité qui émane des archives, c’est parce que la période n’a pour l’heure pas beaucoup intéressé les historiens. En témoignent par exemple les vénérables Annales de Bretagne : si l’on fait exception d’un dossier réalisé à l’occasion du centenaire, il y a 50 ans donc, le conflit n’a quasiment jamais bénéficié de l’attention de cette revue de référence. En fait c’est le constat d’un vide historiographique presqu’absolu à l’échelle de la péninsule armoricaine qu’il faut faire. Dans bien des Histoire de Bretagne le conflit est happé par un page blanche permettant de passer d’un chapitre à un autre, de celui consacré au Second Empire – par ailleurs encore fort mal connu – à celui dévolu à la Troisième République. De ce point de vue, la perspective d’une prochaine publication dans ces mêmes Annales de Bretagne d’un dossier consacré à la guerre de 1870 dans l’Ouest – espace permettant une approche comparatiste avec les 5 départements bretons – constitue un événement d’autant plus digne d’intérêt que la recherche internationale sur ce conflit est plutôt dynamique et riche de nombreux renouvellements des connaissances.

Bataille de Loigny (Eure-et-Loir), 2 décembre 1870 : l'agonie du général de Sonis. Carte postale 'après le tableau de Paul Richer. Collection particulière.
Bataille de Loigny (Eure-et-Loir), 2 décembre 1870 : l’agonie du général de Sonis. Carte postale ‘après le tableau de Paul Richer. Collection particulière.

Il y a d’ailleurs une certaine logique à cet engouement dans la mesure où la vogue est, aujourd’hui, aux approches connectées, globales. C’est du reste précisément cette voie que je souhaite emprunter ici en m’attachant tout d’abord à décrire l’insertion de la Bretagne dans la France et le monde de « l’année terrible » pour ensuite m’essayer à une sorte de géographie ressentie de la période. Enfin, je reviendrai sur la « crise de mémoire » que constitue, par certains égards, l’histoire du camp de Conlie[2].

Une Bretagne connectée

Contrairement à ce que peut suggérer une mémoire régionaliste – quand elle n’est pas purement et simplement nationaliste – usant à outrance de la fibre victimaire, la Bretagne n’est pas coupée du globe en 1870. Non seulement elle est reliée au reste du pays par le train mais au monde par le télégraphe. La nouvelle de la déclaration de guerre est connue de suite, de même que celle de Sedan ou de la proclamation de la République, et la population suit en temps quasiment réel le déroulement de la campagne. C’est là, aussi, grande modernité de ce conflit qui éclate dans une société déjà globalisée caractérisée par l’effort de la culture de masse et de systèmes de communication performants. Ainsi, à Saint-Brieuc, le journal Les Côtes-du-Nord propose à la vente dès le 4 août 1870 des cartes « du théâtre de la guerre » pour que chacun puisse mieux appréhender les mouvements des troupes. Le même jour, dans le Morbihan, L’Abeille de Lorient publie en première page une « dépêche télégraphique » traitant des combats survenus le 2 août 1870 à Sarrebruck. Bien entendu, le récit de la bataille n’offre pas toutes les garanties en termes d’objectivité et on peut lire dans ce court article que :

« L’Empereur assistait aux opérations, et le Prince Impérial, qui l’accompagnait partout, a reçu sur le premier champ de bataille de la campagne le baptême du feu. Sa présence d’esprit, son sang-froid dans les dangers ont été dignes du nom qu’il porte. »[3]

En conséquence, il est parfaitement faux d’insinuer que la Bretagne est hors de cette guerre puisque prétendument déconnectée du monde. Bien au contraire, la presse montre que les Bretons et les Bretonnes, tout du moins celles et ceux qui savent lire et/ou ont accès à l’écrit, sont aussi la cible du « bourrage de crâne » que déploie pendant le conflit le Second Empire. Pour ne prendre qu’un exemple, citons celui de la bataille de Reichshoffen (6 aout 1870) dont l’issue funeste est aussi vite rapidement connue qu’elle est enveloppée dans un discours consolateur : « de pareilles défaites équivalent à des victoires »[4]. La proclamation de la République ne change rien à cet état de fait, bien au contraire. À Brest, L’Électeur du Finistère informe d’ailleurs dans son édition du 5 septembre ses lecteurs du changement de régime survenu la veille[5]. En réalité, la nouvelle est déjà connue dans le port du Ponant[6]. Les habitants de cette ville n’ignorent par ailleurs rien de l’évolution de la situation sur le champ de bataille et, le 7 septembre 1870, L’Électeur du Finistère publie une inquiétante dépêche parti la veille de la capitale : « l’ennemi se rapproche de plus en plus de Paris »[7]. Quelques jours plus tard, à Nantes, Le Phare de la Loire est plus rassurant et explique, grâce à des lettres ayant quitté Paris le 27 septembre et étant arrivées – le plus vraisemblablement par ballon – à Tours 72 heures plus tard, que « les Prussiens continuent à se tenir à distance »[8]. Le surlendemain, ce même journal publie une dépêche de l’agence Havas transmise par télégramme et reprenant des propos du Times de Londres faisant état de la volonté de Saint-Pétersbourg de revenir sur le traité de 1856, consécutif à la guerre de Crimée[9].

La gare de Vitré, lithographie du XIXe siècle de Louis-Julien Jacottet. Musée de Bretagne : 2017.0000.2120.
La gare de Vitré, lithographie du XIXe siècle de Louis-Julien Jacottet. Musée de Bretagne : 2017.0000.2120.

Ajoutons que cette insertion dans les réseaux de communication et de transports nationaux et internationaux ne date pas du 18 juillet 1870, jour de la déclaration de guerre. Bien entendu, il faut ici dire le rôle éminent du train qui à partir de la fin des années 1850 irrigue de plus en plus finement la péninsule armoricaine, favorisant de vastes mouvements de circulations de biens, de personnes et d’idées. À Roscoff, c’est d’ailleurs le chemin de fer qui permet à Henri de Lacaze-Duthiers et son équipe de zoologistes de regagner précipitamment, en plein cœur de l’été 1870, la capitale. Mais si le rail est un atout déterminant, il ne fait toutefois que faciliter des échanges qui pour une très large part lui préexistent. Un vêtement emblématique de la Bretagne, et plus particulièrement encore de la côte nord du Finistère, le dit très bien : le kabig. Ce manteau est en effet coupé dans de la toile que produisent, notamment, les Établissements Morin et Cie installés à Dieulefit, dans la Drôme. Or en 1845, cette entreprise approvisionne des tailleurs du Conquet, de l’Aber Ildut, de Ploudalmezeau, de Lannilis, de Plouguerneau, de Plounéour-Trez et de Lesneven. Mieux, le kabig devient même, en 1867, lors de l’Exposition universelle de Paris, le symbole d’une mode célébrant le « pittoresque provincial »[10].

Preuve que la Bretagne n’est pas à part des séismes politiques qui traversent alors le pays, de nouveaux préfets, à l’image d’Ange Blaize en Ille-et-Vilaine, sont immédiatement installés après la bataille de Sedan dans les 5 départements bretons, haut-fonctionnaires qui sont jugés non seulement plus sûrs que leurs prédécesseurs investis par Napoléon III mais fidèles à la République. En conséquence, et même s’ils sont bien entendu confrontés aux graves difficultés engendrées par la guerre et l’occupation d’une partie conséquente du territoire[11], les services de l’État ne sont nullement aux abonnés absents. Pour le dire autrement, malgré les complications du moment, l’administration en Bretagne n’est pas déconnectée du gouvernement et le corps préfectoral continue à assurer son rôle de courroie de transmission.

Particulièrement intéressantes sont à cet égard les mesures d’actions sociale envers les combattants et leur familles mises en œuvre dans l’arrondissement de Montfort-sur-Meu, dans l’ouest de l’Ille-et-Vilaine,  dès le mois de septembre 1870[12] puis lors de l’hiver 1870-1871, que l’on sait par ailleurs particulièrement rigoureux. Ainsi cette femme qui écrit le 10 décembre 1870 au sous-préfet car « par suite du départ de son fils au camp de Conlie qui était son unique soutien ; elle se trouve dans la nécessité d’avoir secours »[13]. Autre exemple, celui de Louis Lazard, garde mobile « rentré dans ses foyers à Montfort depuis quelques jours blessé d’un coup de feu le 2 décembre à Champigny qui l’a estropié de la main gauche » qui écrit au sous-préfet pour obtenir « une subvention prise sur les dons déposés pour le soulagement des blessés »[14].

Recto d'un "témoignage de satisfaction" décerné à un élève le 3 janvier 1918, c'est-à-dire quelques semaines seulement avant le retour à la guerre de mouvements. La déréalisation du combat est frappante. Collection particulière.
Recto d’un “témoignage de satisfaction” décerné à un élève le 3 janvier 1918, c’est-à-dire quelques semaines seulement avant le retour à la guerre de mouvements. La déréalisation du combat est frappante. Collection particulière.

Si, par la force des choses serait-on tenté de préciser, l’initiative est dans un premier temps laissée au terrain, le Gouvernement ne tarde toutefois pas à s’inquiéter d’éventuelles dérives. C’est ainsi qu’une circulaire provenant de Bordeaux indique aux préfets le 4 mars 1871 que le temps de la justification des crédits engagés est venu :

« Le Gouvernement, absorbé par d’autres préoccupations, n’a pu demander [aux Comités départementaux institués pour la répartition des secours aux familles de militaires, marins et gardes nationaux] des justifications plus complètes : il entrait d’ailleurs dans la pensée de l’Administration supérieure de laisser aux Comités avec une grande liberté d’action la responsabilité de leurs actes.

Mais le moment approche où la Commission centrale aura à rendre compte de l’emploi de crédits mis à sa disposition et elle a besoin pour cela de recevoir des informations détaillées sur les travaux de chaque Comité local. »[15]

Autrement dit, l’époque n’est plus aux mesures d’exception et aux décisions discrétionnaires mais bel et bien au contrôle de l’action publique. Là est finalement cet état de droit dont l’historien B. Martin-Gay considère qu’il prend racine bien avec l’Empire libéral, c’est-à-dire bien avant le 4 septembre 1870.

Ce faisant, c’est un temps doublement normal, à la fois administratif et politique, qui se dévoile. Pour le dire autrement, la vie continue. Or ce qui pourrait paraître adjacent, périphérique, comme une sorte de bruit de fond de la guerre en cours, est au contraire fondamental et permet peut-être, au moins pour partie, que l’événement se poursuive[16]. Non seulement la vie économique continue mais elle pâtit des fermetures de frontières que la guerre impose aux autorités. Pour contrer l’inflation, et sans doute aussi pour assurer le ravitaillement de la capitale assiégée, le Gouvernement de la Défense nationale prend le 22 novembre 1870 un arrêté prohibant l’exportation de beurre et d’œufs. En conséquence, nombreux sont les paysans de la région de Rennes qui se voient, tout comme leurs homologues du département voisin de la Manche par ailleurs, privés de leurs traditionnels débouchés commerciaux, notamment vers l’Angleterre. Une situation qui pousse la Société d’agriculture d’Ille-et-Vilaine à réagir, anticipant sur la perte définitive de ces marchés d’exportation. C’est ainsi qu’elle dénonce une mesure qui, tout compte fait, fait le jeu « de l’Allemagne, au moment où elle occupe nos provinces et qu’elle affame Paris, au moment où une lutte extrême épuise et paralyse nos ressources »[17]. Dès lors se dévoile une géographie complexe qui montre non seulement combien la péninsule armoricaine est déjà insérée dans des circuits transnationaux de commerce alimentaire – une réalité nullement inédite comme le rappellent par exemple les travaux de l’historienne S. Scuiller – mais aussi combien les marchés du beurre et des œufs, secteurs a priori assez anecdotiques, sont en réalité des ressorts non négligeables du conflit en cours. Loin d’être circonscrite aux seuls champs de batailles où s’affrontent les troupes impériales puis, à partir du 4 septembre, républicaines, la compréhension de la guerre de 1870-1871 ne peut en réalité faire l’économie de ce « front intérieur » dont relève la Bretagne. Si cette expression relève avant tout de l’historiographie de la 1914-1918, il nous semble néanmoins que la géographie de la péninsule armoricaine dans « l’année terrible » invite à tenter une transplantation de ce concept sur la séquence 1870-1871[18].

On sait du reste l’importance de l’action sociale mise en œuvre pendant la Grande Guerre en faveur des anciens combattants et de leurs familles, les emplois réservés, aides financières et autres secours en nature permettant le renouvellement du consentement à poursuivre le conflit en cours[19]. Après l’Armistice, et le pays de Montfort-sur-Meu ne saurait de ce point de vue faire exception à cette réalité, c’est bien une société des anciens combattants qui règne sur la France de années 1920-1930[20]. En 1939, on peut voir à l’échelle d’un territoire comme celui du pays de Guingamp que dès les premiers jours du mois de septembre est instituée une action sociale d’urgence qui est aussi un moyen de faciliter la mise sur le pied de guerre d’une société encore traumatisée par la séquence 1914-1918. C’est la même logique qui se dévoile ici en 1870, y compris en ce qui concerne la dilatation des bornes chronologiques de l’événement. Comment en effet comprendre autrement la demande qu’adresse le 13 juin 1872 le maire de Boisgervilly au sous-préfet de Montfort-sur-Meu, requête relative à des « secours pour les parents des soldats morts et blessés dans la dernière guerre » ?[21] Si les sommes engagées par la République en 1870-1871 peuvent se comprendre dans le cadre d’un renouvellement du consentement patriotique au combat contre l’Allemagne, un tel raisonnement ne tient plus pour les années suivantes. Sans doute s’agit-il d’un déplacement sur un terrain strictement hexagonal du champ de bataille, le combat opposant cette fois-ci Marianne à de nombreux adversaires, notamment royalistes et bonapartistes. Plus précisément, l’institution chargée de porter le fer est la Commission supérieure de répartition des secours aux familles de militaires, commission placée sous la présidence du ministre des Finances et chargée de répartir « un fonds de secours provenant de souscriptions patriotiques et des crédits inscrits au budget de l’État »[22]. En se montrant ainsi généreuse et en prenant en charge ceux qui se sont battus pour elle, la République se donne en quelque sorte les moyens d’être aimée, y compris dans ces espaces politiques qui s’apparentent par bien des égards à des terres de mission.

Carte postale (fin du XIXe / début du XXe siècle). Musée de Bretagne : 971.0008.1367.2.
Carte postale (fin du XIXe / début du XXe siècle). Musée de Bretagne : 971.0008.1367.2.

Un tel activisme ne doit pas surprendre tant, dès sa naissance, le régime est confronté à maints adversaires. Ceux-ci sont, on l’a dit, royalistes et bonapartistes mais pas uniquement. Le débordement guète également à gauche puisque, pour reprendre une formule célèbre employée par Adolphe Thiers le 13 novembre 1872, « la République sera conservatrice ou ne sera pas ». On nous excusera cet anachronisme mais cette sentence dit, en définitive, bien le chemin politique étroit qui est celui de Marianne, et ce depuis le 4 septembre 1870[23]. Or cette réalité n’est pas que parisienne, loin de là. En témoignent les prémices et les répliques enregistrées jusque dans la péninsule armoricaine du séisme communard, secousse dont l’onde choc déborde de très loin le strict cadre de la capitale. Ainsi le port du Ponant rappelle que non seulement la Bretagne n’est pas épargnée par le souffle révolutionnaire mais que ce vent semble s’y lever peut-être même un peu plus tôt qu’ailleurs. En témoigne par exemple l’éphémère tentative d’établissement, à Brest, d’une Commune, le 2 octobre 1870, essai certes avorté de renversement l’ordre établi en l’hôtel de ville du port finistérien mais qui peut par certains égards être considéré comme un événement précurseur du soulèvement parisien du 18 mars 1871[24]. En témoignent surtout les traces, certes « éparses et rares » mais bien réelles, de la Commune de Paris retrouvées en Morbihan par l’historien L. Le Gall : quelques lignes accusatrices dans La Semaine religieuse du diocèse de Vannes ou les propos du maire de cette même commune, l’orléaniste Émile Burgault, assurant que sa ville « fournirait son contingent de défenseurs inébranlables devant la révolte, l’anarchie et le crime ». Bref, autant d’éléments rhétoriques qui fleurissent sur un terreau fertilisant les braises de la mémoire chouanne et du spectre, sédimenté tout au long du XIXe siècle, de la guerre civile. Certes, si la continuité entre les acteurs révolutionnaires en Bretagne et à Paris n’est pas établie, les autorités pensent bien pour leur part ce réel comme une contagion qu’il convient de toute urgence circonscrire. Cette grille de lecture n’est d’ailleurs pas sans arrière-pensées en ce qu’elle permet à Marianne de se présenter aux yeux d’opinions qui ne lui sont pas nécessairement favorables comme un moindre mal : là est selon L. Le Gall la « disjonction entre les figures de la république et de la révolution qui facilita, surtout dans des terres réticentes à ce que la première signifiait, une adhésion progressive de certains de ses habitants à ce qu’elle pouvait désormais incarner, en l’occurrence la modération »[25].

Pour une géographie ressentie

On le voit, il émane des archives une réalité beaucoup plus complexe et connectée de « l’année terrible » en Bretagne que ce que veut bien suggérer une certaine vulgate mémorielle indexée sur un discours armorico-victimaire. En vérité, la situation est telle qu’il n’est pas toujours évident de distinguer les différents espaces investis par le conflit. A partir du 20 décembre 1870, l’évacuation du camp de Conlie, dans la Sarthe, contribue encore un peu plus au chaos et conduit vers Rennes des milliers de soldats qui, faute de place dans les casernes, sont logés pour les plus chanceux chez l’habitant. Cette charge supplémentaire est difficile à supporter pour une population civile déjà très affectée par la guerre. Les moins privilégiés doivent d’ailleurs bivouaquer dehors, comme ils le peuvent, et s’installent un peu partout : sous les colonnes du Théâtre, sur le Champ de mars, autour de la Halle aux blés ou dans les parcs et promenades de la ville… C’est ainsi par exemple que dans son édition datée du 29 décembre Le Journal d’Ille-et-Vilaine décrit un groupe de soldats ayant trouvé refuge au sein du Parlement : « ce matin, on voyait ces braves gens s’occuper devant leur nouvelle demeure à la confection du pot-au-feu dans de gigantesques chaudières »[26]. Une telle situation pourrait prêter à sourire mais qui au contraire fait frémir quiconque veut bien se rappeler que l’année 1870 est aussi celle du 150e anniversaire du dramatique incendie de 1720, souvenir par ailleurs complètement refoulé et ce pour des raisons par ailleurs parfaitement compréhensibles.

Le Palais de justice de Rennes, cliché pris en 1886 par Désiré Fenaut. Le vide de ce cliché contraste singulièrement avec la situation qui devait prévaloir sur cette même place en décembre 1870. Musée de Bretagne : 935.0041.58.
Le Palais de justice de Rennes, cliché pris en 1886 par Désiré Fenaut. Le vide de ce cliché contraste singulièrement avec la situation qui devait prévaloir sur cette même place en décembre 1870. Musée de Bretagne : 935.0041.58.

Il résulte de cette situation une géographie non plus militaire, comme sur une carte répertoriant les positions des différentes forces en présence, mais ressentie par les populations civiles qui dilue considérablement les perceptions classiques de la guerre de 1870-1871, à commencer par celle de front. En effet, sans se soucier de la couleur des uniformes ou de la langue parlée par les soldats, il n’est pas certain qu’en cette fin du mois de décembre 1870 la densité militaire – c’est-à-dire le nombre précis de troupes au kilomètre carré – soit fondamentalement différente à Rennes ou au Mans, ville pourtant située de l’autre côté de la ligne de feu. Ce simple constat est en réalité celui d’une pression militaire sur les populations civiles qui peut faire penser à une occupation, une occupation certes amie et sans aucun doute moins rude en Ille-et-Vilaine que dans la Sarthe, mais une occupation tout de même et dont il ne faudrait pas minorer le poids. En effet, c’est aussi en partie là que réside la source des difficiles relations entre autorités militaires et civiles en Bretagne et notamment en Ille-et-Vilaine, lors de ce terrible hiver 1870-1871.

Toujours est-il que les conséquences de cet afflux d’hommes se font immédiatement ressentir. Il en résulte en effet une forte dégradation sur le front de l’hygiène, réalité qui ne tarde pas à se matérialiser en épidémie : ce ne sont ainsi pas moins de 50 nouveaux cas de variole qui sont enregistrés chaque jour à Rennes en décembre 1870. Méconnue, cette réalité n’a pourtant rien d’exceptionnel dans une armée de type moderne, c’est-à-dire où baciles, virus et autres germes tuent bien plus que l’artillerie ou les balles de mitrailleuses. C’est-là, nous y reviendrons brièvement à la fin de notre propos, une réalité qui joue à plein à Conlie.

Cette insertion de la Bretagne dans la globalité de la géographie de la guerre de 1870 renvoie donc moins à la cartographie strictement opérationnelle du champ de bataille qu’à la manière dont le conflit est perçu, ressenti, vécu par la population. Particulièrement instructive est à cet égard la circulaire édictée au début du mois de septembre 1870 par le préfet du Finistère Ernest Camescasse. Affirmant que « la défense nationale est une œuvre à laquelle tous les citoyens doivent aujourd’hui concourir », le haut-fonctionnaire tout juste nommé par la République enjoint ses administrés à assurer la défense « du département » et de la « Bretagne ». Bien entendu, certaines préconisations peuvent aujourd’hui prêter à sourire comme l’ordre de « se préparer à couper les routes et chemins de quelque importance, et cela aux bons endroits » ou plus encore celui « d’étudier ce qu’il faudrait faire pour obtenir le plus tôt possible avis des agissements de l’ennemi »[27]. Mais, malgré leur maladresse confondante, ces exhortations ne disent-elles pas avant toute autre chose la présence de la guerre dans un département comme le Finistère ?

Portrait d’Ernest Camescasse (1882). Wikicommons.
Portrait d’Ernest Camescasse (1882). Wikicommons.

En réalité, de nombreuses archives témoignent d’une volonté de s’inscrire dans le conflit et de postuler, de facto et malgré la réalité du champ de bataille, une continuité territoriale. C’est par exemple cette tribune du chimiste et aérostier Gaston Tissandier, tout juste évadé de la capitale assiégée. Publié à Nantes par Le Phare de la Loire le 3 octobre 1870, ce texte explique dans une rhétorique qui n’est pas sans faire songer à ce que sera, 44 ans plus tard, le discours patriotique de la séquence 14-18 :

« Paris, le centre intellectuel de la France, le véritable foyer de la civilisation, est, pour la première fois depuis des siècles, fermé à la France et à l’Europe[28].

Une horde ennemie, comparable à l’armée d’Attila, entoure d’une ceinture humaine la plus brillante métropole du monde. »[29]

A Lorient, lors du départ en novembre 1870 du 4e bataillon de la garde nationale, le sous-préfet Adolphe Rondeau – un franc-maçon opposant de longue date à l’Empire – se distingue d’un discours qui dit bien combien la campagne en cours est aussi celle de la péninsule armoricaine :

« Le titre de Breton est devenu un titre d’honneur qui signifie : constance, discipline, vaillance. Soyez fidèles à cette tradition qui ne date que de quelques jours et n’en est pas moins impérieuse. Ce sont de nouveaux quartiers de noblesse, et toute noblesse oblige. […] La France compte sur vous. Elle le sait : vous êtes les compatriotes de l’homme loyal et dévoué qui préside le Gouvernement de la défense nationale et qui adressait, il y a peu de jours, à vos frères de Paris ces nobles paroles : VIVE LA REPUBLIQUE ! La République seule peut nous sauver ; et j’ajoute que si nous la perdions nous serions perdus avec elle. »[30]

La France étant la fille aînée de l’Église, il n’est pas étonnant de voir le clergé breton porter un discours en tout point semblable. Ainsi l’abbé Jubineau lors d’un prêche en l’église Saint-Clément de Nantes au début du mois d’octobre 1870 :

« Lorsque je promène mes regards sur cette immense assemblée, a dit l’orateur, j’aperçois au sanctuaire et dans la foule quelques hommes, dignes et fervents chrétiens, qui répondent toujours à l’appel adressé à leur piété ; il faut l’avouer, les hommes sont, en ces jours, peu nombreux dans les églises, et la raison en est toute simple. La plupart d’entre eux, à l’heure qu’il est, sont préoccupés du grand devoir de la défense nationale. Les uns sont aux armées, les autres, la fleur de notre jeunesse, forment ces bataillons de mobiles qui rivalisent déjà de bravoure avec nos vaillants soldats. Ceux-ci font partie des gardes nationales, destinées à maintenir l’ordre dans les cités et à repousser les agresseurs s’ils osaient se présenter ; ceux-là travaillent à préparer des armes, qu’on réclame de toutes parts. Les hommes sentent que c’est sur eux que pèse surtout l’obligation de payer à la patrie menacée l’impôt du sang et de la vie même, s’il le fallait ! »[31]

La publication en Bretagne de tels propos témoigne d’une communauté affective pour la défense de la patrie en armes qui renvoie à une géographie ressentie où la péninsule armoricaine ne se distingue nullement du reste de l’hexagone. Les propos de l’abbé Jubineau sont à cet égard particulièrement éclairants. En effet, non seulement les nombreux engagements volontaires souscrits en Bretagne à partir du mois de septembre 1870, y compris ceux de ces hommes qui peupleront le trop fameux camp de Conlie – nous y reviendrons – s’inscrivent dans cette logique mais également la conduite des acteurs qui, dans les ports, assurent le ravitaillement des troupes et des munitions.

Affiche de l'imprimerie Oberthür & fils, Rennes. Musée de Bretagne : 910.0003.1.
Affiche de l’imprimerie Oberthür & fils, Rennes. Musée de Bretagne : 910.0003.1.

Car c’est un fait, même s’il est pour l’heure assez mal connu et mériterait de plus amples recherches, la Bretagne est une porte d’entrée pour un certain nombre d’armes et de munitions provenant des Etats- Unis. Nous avons ainsi retrouvé la trace de quelques déchargements, notamment à Brest mais aussi à Lorient. Pour autant bien des détails nous échappent : qui est à l’origine de ces livraisons ? Dans quel cadre s’effectuent-elles ? S’agit-il d’achats ou de dons ? A qui ces armes et ces munitions sont-elles par la suite affectées ? D’ailleurs, de quelles quantités au juste parle-t-on ? La question des ports reste, elle, à écrire : quid par exemple de Brest et Lorient, ports militaires, mais aussi de Nantes, port de commerce ? Comment réagissent les populations locales faces à ces cargaisons et comment se comprennent-elles dans la géographie du conflit en cours ? Peut-on parler à cette occasion d’un front intérieur ? Précisons toutefois que la Bretagne n’est vraisemblablement pas la seule porte d’entrée des champs de bataille de la guerre de 1870, ce qui laisse entrevoir de riches perspectives comparatives. Dans son édition du 1er octobre 1870, Le Phare de la Loire fait par exemple état de l’arrivée au Havre de « 16 200 fusils Remington et 521 caisses de cartouches à l’adresse du gouvernement »[32]. Mais toujours est-il que ces livraisons d’armes contribuent à ériger ces quais en portes d’entrée du champ de bataille et, par conséquent, d’insérer la Bretagne dans une géographie ressentie du conflit, même si c’est en arrière du front. En réalité, ce qui se fait jour ici, c’est bel et bien une logique de totalisation du conflit, chacun étant concerné par la guerre en cours comme le rappelle, dans son édition du 16 novembre 1870, le Courrier de Bretagne : « L’homme qui occupe une fonction publique, celui qui travaille à la perception ou au mouvement des fonds de l’État, celui qui travaille à la fabrication des armes ou engins de guerre, concourent à la défense nationale aussi bien que celui qui part le fusil à l’épaule »[33].

Conlie et les jeux d’échelle

Quoi qu’en disent les esprits chagrins, la République d’alors est bel et bien une et indivisée… L’histoire du camp de Conlie est néanmoins indissociable d’un usage politique du passé qui constitue assurément un sujet d’histoire à part entière. Avançons toutefois rapidement trois arguments qui viennent à l’encontre de la vulgate mémorielle. Tout d’abord, remarquons que l’on trouve des Bretons, et des Bretonnes, dans tous les camps de « l’année terrible » et pas uniquement parmi les vaincus de l’Histoire : Louis-Jules Trochu, Jules Simon, Adolphe Le Flô ainsi qu’Alexandre Glais-Bizoin au sein du Gouvernement de la Défense nationale, Nathalie Lemel aux côtés de Louise Michel et des communards ou encore Émile de Keratry à la préfecture de police de Paris, après la chute de l’Empire, puis à la tête de la fameuse Armée de Bretagne. D’ailleurs, sur un plan plus strictement militaire, on rappellera que l’expérience combattante des Bretons pendant la guerre de 1870 ne peut être résumée à cette dernière formation  et à son funeste destin. En témoigne par exemple Auguste Nayel, que l’on retrouve à Paris, pendant le siège de la capitale, en tant que sergent-major puis lieutenant du 1er bataillon du 31e régiment de gardes mobiles. Ou encore le futur député Jules Leveillé qui décrit au début du mois de décembre 1870 les combats que mène le 26e régiment d’Ille-et-Vilaine à l’est de Paris, dans les environs de Champigny-sur-Marne : « nos mobiles de Rennes, de Fougères et de Montfort ont perdu 500 hommes tués, blessés ou disparus »[34]. Enfin, rappelons combien la vulgate mémorielle liée à Conlie révèle avant toute autre chose une méconnaissance fondamentale de l’histoire longue du fait militaire et guerrier. Il faut en effet attendre 1914-1918 pour que la maladie cesse d’être la première cause de mortalité en guerre, avant le combat[35]. Conlie, de ce point de vue, s’insère dans une normalité statistique qui n’étonne nullement celui ou celle qui connaît un minimum ces choses. D’ailleurs, il faut confronter Conlie aux autres camps de l’époque pour constater qu’il n’y a là nul traitement spécifique prodigué aux Bretons.

Le propos de ce billet n’est toutefois pas de s’étendre outre mesure sur cette rhétorique victimaire et anti-française sauf à considérer qu’elle participe d’un discours qui ne correspond en rien avec ce que l’on peut trouver dans les archives. En effet, les manifestations d’unanimité patriotique lors de l’été 1870 affluent des quatre coins de la péninsule armoricaine. A Quimper, par exemple, c’est la société des courses hippiques qui, le 10 août 1870, décide « qu’en présence des préoccupations du moment, les courses n’auront pas lieu cette année et que le produit des souscriptions sera versé à la caisse de secours aux blessés »[36]. Bien évidemment, il ne faut pas se méprendre et ne pas sous-estimer la part de mise en conformité avec un discours dominant, celui de la morale patriotique, que peut receler de tels actes. La marge de manœuvre des acteurs sociaux est réelle et ce sont bien les principes de l’agentivité qu’il faut ici convoquer. C’est d’ailleurs là une réalité que l’historiographie de la Grande Guerre, consciente du vernis occultant que peut constituer la rhétorique de l’Union sacrée, connaît bien. Les nombreuses listes de souscription pour la Défense nationale et autres œuvres patriotiques et de bienfaisance envers les blessés et les familles de morts que l’on trouve publiées dans la presse bretonne de de 1914-1918, mais aussi de « l’année terrible », relèvent en réalité d’un processus de don contre don. Certes, il y a un subside de versé mais celui-ci, en retour, permet d’afficher dans la sphère publique et à moindre frais – quand on compare au coût d’un engagement volontaire, acte pouvant conduire au sacrifice ultime – son patriotisme[37].

Carte postale datée de 1902 qui serait un fac-similé de la "première carte postale éditée en France, en 1870, pour les soldats du Camp de Conlie" et présentant des vers de Théodore Botrel. Musée de Bretagne : 2005.0011.202.
Carte postale datée de 1902 qui serait un fac-similé de la “première carte postale éditée en France, en 1870, pour les soldats du Camp de Conlie” et présentant des vers de Théodore Botrel. Musée de Bretagne : 2005.0011.202.

Mais il n’en demeure pas moins qu’en Bretagne comme dans le reste de l’hexagone, ce qui permet la transition entre la guerre impériale et la guerre républicaine, bref le carburant qui autorise la poursuite de l’effort de guerre, c’est le consentement patriotique[38]. Ainsi cette scène survenue le 4 septembre 1870 dans le port du Ponant et rapportée par L’Électeur du Finistère :

« Quel douloureux réveil hier matin ! En présence du désastre de nos armées, la ville de Brest cependant ne s’est point laissée abattre. Un bureau d’enrôlements militaires a été toute la journée en permanence sur le Champ-de-Bataille. Un grand nombre de volontaires, presque tous anciens soldats, se pressaient autour de M. Yves, ancien lieutenant de vaisseau qui s’était spontanément offert à les organiser et à les conduire au feu. »[39]

Or non seulement l’affirmation bretonne ne s’oppose pas à l’appartenance à la nation française mais les deux sentiments s’imbriquent, comme dans ce principe des gigognes patriotiques parfaitement décrit par A.-M. Thiesse[40]. C’est ce que rappelle la proclamation aux habitants du Morbihan qu’adresse à ses administrés le préfet de ce département, Augustin Lempereur de Saint-Pierre, en août 1870 : « Le devoir de tout citoyen est de courir aux armes : je connais trop le patriotisme de la race bretonne pour ne pas être assuré que vous répondrez avec ardeur à cet appel »[41]. Un discours qui n’est d’ailleurs pas propre à l’État puisqu’à Vannes, le 9 août 1870, l’évêque, Jean-Marie Bécel, rappelle aux fidèles que « la France a été appelée le royaume de Marie », ce qui implique donc de la défendre[42]. D’ailleurs, quelques jours plus tard, le 19 décembre 1870, à Sainte-Anne d’Auray, le prélat sollicite la protection de la mère de la Vierge pour les marins et soldats bretons, la Bretagne et la France[43]. Dans ces conditions, comment s’étonner que dans son édition du 24 décembre 1870 le Courrier de Rennes s’exclame :

« C’est demain la grande et populaire solennité de la fête de Noël. N’est-ce pas le moment de redoubler de ferventes prières pour obtenir du Ciel le succès de nos armes, la délivrance du territoire sacré de la patrie, le triomphe sur les sauvages envahisseurs de notre beau pays ? »[44]

« Diplôme d’honneur » délivré le 14 juillet 1897 par l’Union fraternelle et patriotique des combattants de 1870-1871 à un vétéran dénommé Pierre Renouard et résidant en « la Motte Brulon en Saint-Laurent ». Musée de Bretagne : 995.0026.4.
« Diplôme d’honneur » délivré le 14 juillet 1897 par l’Union fraternelle et patriotique des combattants de 1870-1871 à un vétéran dénommé Pierre Renouard et résidant en « la Motte Brulon en Saint-Laurent ». Musée de Bretagne : 995.0026.4.

Un discours qui n’est bien entendu pas sans faire penser à la rhétorique patriotique de 1914-1918 et qui invite à repenser la séquence 1870-1871, et singulièrement la Bretagne dans cette trame chronologique, au prisme de l’histoire du fait militaire et guerrier. Bien entendu, il ne s’agit pas pour nous de retomber dans le piège d’une guerre non plus de 30 ans mais de 44 indexée sur le mythe, largement battu en brèche par B. Joly, de la Revanche[45]. De même, loin de nous l’idée d’arguer d’une quelconque matrice : pas plus qu’Auschwitz naît à Verdun, Verdun ne nait à Sedan[46]. En réalité, ce qui apparaît lors de cette « année terrible », c’est une France républicaine dont l’un des piliers essentiels est l’armée et pour qui la citoyenneté – unanimement masculine jusqu’en 1945 et l’octroi du droit de vote aux femmes – rime avant toute chose avec le devoir militaire. C’est ce que montre un document conservé au Musée de Bretagne, un « diplôme d’honneur » délivré le 14 juillet 1897 par l’Union fraternelle et patriotique des combattants de 1870-1871 à un vétéran dénommé Pierre Renouard et résidant en « la Motte Brulon en Saint-Laurent »[47]. Officielle puisqu’approuvée par arrêté préfectoral, cette société montre sans ambiguïté l’imbrication de la petite patrie dans la grande – l’hermine brodée sur le ruban tricolore de la médaille en étant un beau symbole – mais aussi combien l’appartenance à la Nation française est alors indexée sur le fait militaire. Les deux « moblots » encadrent un village anonyme mais symbolisé par un clocher – on se rappelle à cet égard, plus d’un siècle plus tard, de la célèbre affiche du publicitaire Jacques Séguéla pour François Mitterrand à l’occasion de la campagne présidentielle de 1981 – et paraissent regarder au loin ce qui pourrait être la « ligne bleue des Vosges » et les provinces perdues. Tous les deux sont situés de part et d’autre d’antiques trophées : un casque de cavalier, une ancre qui est selon toute vraisemblance une allusion à peine voilée à Bazeilles, ainsi qu’un fusil qui pourrait être un Lebel, ce véritable symbole national entrant en service en 1886. Ce faisant, ils disent ce qu’est la France et ce que doit être un Français d’alors, c’est-à-dire un soldat en puissance. Ce modèle d’une citoyenneté indexée sur le port de l’uniforme et du passage par la caserne vacille après la guerre d’Algérie, plus précisément au cours de ces années 1968 qui inaugurent une vaste période de démilitarisation de la société française, et par conséquente bretonne. Si ce mouvement est dénoncé par certains anciens combattants de la Grande Guerre pour qui cette évolution est incompréhensible, cette évolution s’achève fondamentalement en 1997, avec la suppression par Jacques Chirac du service national et le passage à une armée de métier.


[1] Bourguinat, Nicolas et Vogt, Gilles, La Guerre franco-allemande de 1870. Une histoire globale, Paris, Flammarion, 2020.

[2] Sur cette idée se référer à Suleiman, Susan Rubin (traduit de l’anglais – US – par Le Ruyet, Marina et Van Ruymbeke, Thomas), Crises de mémoire. Récits individuels et collectifs de la Deuxième Guerre mondiale, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012.

[3] « Dépêche télégraphique », L’Abeille de Lorient, 29e année, n°62, 4 août 1870, p. 1.

[4] Achard, Amédée, « La bataille de Reichshoffen », L’Abeille de Lorient, 29e année, n°65, 14 août 1870, p. 2. Il n’est pas difficile de voir dans un tel discours une des racines de la rhétorique de la « glorieuse défaite » qui accompagne la mémoire de la guerre de 1870 jusqu’en 1914.

[5] « La République est proclamée », L’Électeur du Finistère, 3e année, n°267, 5 septembre 1870, p. 1.

[6] « Chronique locale et départementale », L’Électeur du Finistère, 3e année, n°267, 5 septembre 1870, p. 2-3.

[7] « Dépêche télégraphique », L’Électeur du Finistère, 3e année, n°268, 7 septembre 1870, p. 1.

[8] « Télégrammes du soir », Le Phare de la Loire, 56e année, n°15339, 1er octobre 1870, p. 1.

[9] « Télégrammes du soir », Le Phare de la Loire, 56e année, n°15341, 3 octobre 1870, p. 1.

[10] Aumasson, Pascal, Bigouin, Yannik et Le Berre, Gwenaël, Kabig. Le destin d’un habit de grèves, Spézet, Coop Breizh, 2020.

[11] On pense notamment à l’acheminement du courrier et au réseau de chemin de fer.

[12] Arch. dép. : 2 Z 115, Le préfet d’Ille-et-Vilaine au sous-préfet de Montfort, 5 octobre 1870.

[13] Arch. dép. : 2 Z 115, La femme Mauger, veuve Hermer, au sous-préfet de Montfort-sur-Meu, 10 décembre 1870.

[14] Arch. dép. : 2 Z 115, Louis Lazard au sous-préfet de Montfort, sans date.

[15] Arch. dép. : 2 Z 115, Circulaire, 4 mars 1871.

[16] Dans un tout autre contexte, ou pourra lire avec profit les réflexions de Foa, Jérémie, Tous ceux qui tombent. Visages du massacre de la Saint-Barthélemy, Paris, La Découverte, 2021, p. 113 et suivantes.

[17] « Pétition de la société d’agriculture d’Ille-et-Vilaine pour l’exportation du beurre », Le Courrier de Rennes, 3e année, n°50, 10 décembre 1870, p. 3. Ce texte indique qu’en 1869 le département d’Ille-et-Vilaine exporte 12 millions de kg de beurre pour un chiffre d’affaire de 36 millions de francs.

[18] Dornel, Laurent et Le Bras, Stéphane (dir.), Les Fronts intérieurs européens. L’arrière en guerre (1914-1920), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.

[19] Parmi une bibliographie d’autant plus pléthorique qu’elle est internationale, mentionnons Prost, Antoine, Les Anciens Combattants et la société française, 1914-1939, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques, 1977 (3 tomes) ainsi que Montes, Jean-François, « L’Office national des anciens combattants et victimes de guerre. Création et actions durant l’entre-deux-guerres », Guerres mondiales et conflits contemporains, 2002/1, n°205, p. 71-83.

[20] Le Gall, Erwan, 1918-1926 : Entrer en paix. Sortir de la Grande Guerre en pays de Montfort [Catalogue réalisé dans le cadre de l’exposition éponyme présentée du 12 juillet au 14 décembre 2018 en l’hôtel de Montfort Communauté], Montfort-sur-Meu, Montfort Communauté, 2018, p. 92 et suivantes notamment.

[21] Arch. dép. : 2 Z 115, Le maire de Boisgervilly au sous-préfet de Montfort-sur-Meu, 13 juin 1872.

[22] Arch. dép. : 2 Z 115, Le préfet d’Ille-et-Vilaine aux sous-préfets et maires du département, 27 mai 1872.

[23] Sur ce point lire notamment Cornut-Gentille, Pierre, Le 4 septembre 1870, Paris, Tempus, 2020.

[24] Sur cet événement qui mériterait d’ailleurs une étude beaucoup plus circonstanciée se rapporter à l’article pionnier de Thomas, Georges-Michel et Maitron, Jean, « L’Internationale et la Commune à Brest », Le Mouvement social, n°41, octobre-décembre 1962, p. 46-73.

[25] Le Gall, Laurent, « Le Silence et la peur. Traces de la Commune dans le Morbihan », in César, Marc et Godineau, Laure, La Commune de 1871. Une relecture, Paris, Créaphis, 2020, p. 115-133.

[26] « Nouvelles locales de l’Ouest », Le Journal d’Ille-et-Vilaine, 41e année, n°184, 29 décembre 1870, p. 1.

[27] Camescasse, Ernest, « La Défense de la Bretagne », L’Électeur du Finistère, 3e année, n°270, 12 septembre 1870, p. 1.

[28] Une telle assertion rappelle bien que la mémoire est organisation de l’oubli et fait, notamment, l’impasse sur l’occupation de 1814, à la fin du Premier Empire.

[29] Tissandier, Gaston, « Paris assiégé », Le Phare de la Loire, 56e année, n°15341, 3 octobre 1870, p. 2.

[30] « Faits et intérêts locaux », Courrier de Bretagne, 12e année, n°92, 16 novembre 1870, p. 3.

[31] « Mission religieuse et patriotique des femmes chrétiennes », La Semaine religieuse du diocèse de Nantes, 6e année, n°41, 8 octobre 1870, p. 1.

[32] « le Havre », Le Phare de la Loire, 56e année, n°15339, 1er octobre 1870, p. 2.

[33] « Faits et intérêts locaux », Courrier de Bretagne, 12e année, n°92, 16 novembre 1870, p. 3.

[34] « Nouvelles locales », Le Courrier de Rennes, 3e année, n°50, 10 décembre 1870, p. 2-3.

[35] Cochet, François, « Mourir au front et à l’arrière front », in Homer, Isabelle et Penicaut, Emmanuel (dir.), Le Soldat et la mort dans la Grande Guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016, p. 27-40.

[36] « Nouvelles de Bretagne », L’Abeille de Lorient, 29e année, n°65, 14 août 1870, p. 2.

[37] Par exemple « Souscription nationale », L’Éclaireur du Finistère, 3e année, n°252, 1er août 1870, p. 1.

[38] Becker, Jean-Jacques et Audoin-Rouzeau, Stéphane, La France, la Nation, la Guerre : 1850-1920, Paris, SEDES, 1995.

[39] « Chronique locale et départementale », L’Éclaireur du Finistère, 3e année, n°267, 5 septembre 1870, p. 2.

[40] Thiesse, Anne-Marie, Ils apprenaient la France. L’exaltation des régions dans le discours patriotique, Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme, 1997 et La création des identités nationales, Europe XVIIIe – XXe siècle, Paris, Seuil, 2001. Voir également Bourlet, Michaël, Lagadec, Yann et Le Gall, Erwan (dir.), Petites patries dans la Grande Guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013.

[41] « Habitants du Morbihan ! », L’Abeille de Lorient, 29e année, n°65, 14 août 1870, p. 2.

[42] « Monseigneur l’évêque de Vannes a adressé à MM. les recteurs de son diocèse la circulaire suivante », L’Abeille de Lorient, 29e année, n°65, 14 août 1870, p. 2.

[43] « Pèlerinage de Sainte Anne », La Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 3e année, jeudi 22 décembre 1870, n°51, p. 803-806.

[44] « Nouvelles locales », Le Courrier de Rennes, 3e année, n°52, 24 décembre 1870, p. 3.

[45] Joly, Bertrand, « La France et la Revanche (1871-1914) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n°46-2, 1999 p. 325-347.

[46] « XXe siècle : d’une guerre à l’autre », En Jeu. Histoire et Mémoires vivantes, juin 2014, n°3.

[47] Musée de Bretagne : 995.0026.4.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.