Séminaire la Bretagne et le grand public

J’aurai le plaisir et l’honneur de participer, le 8 octobre 2021, en la Faculté des Lettres et Sciences humaines de Brest, à la deuxième séance du séminaire « La Bretagne et le grand public : récepteurs, passeurs, vulgarisateurs ». Aux côtés de P. Kernevez, maître de conférences en histoire médiévale et investi dans la composition d’un Dictionnaire des châteaux médiévaux de Bretagne, je poserai la question de la prétendue unicité de l’exercice qui consiste à vulgariser la matière culturelle de Bretagne. Cela sera aussi l’occasion d’un retour réflexif sur vingt années de carrière.

Depuis C. Bertho, on sait que la Bretagne est une invention[1]. Un récit qui prend sa source en une année zéro difficile à déterminer mais dont la genèse doit être comprise dans une trame beaucoup plus large, celle des identités territoriales, qu’elles soient nationales ou régionales[2]. Il en est de même de l’idée d’un « peuple breton », communauté dont nul désormais n’ignore, à la suite d’un ouvrage aujourd’hui devenu classique de l’historien B. Anderson, qu’elle est largement imaginée[3].

L’idée de matière culturelle nait, elle, au Moyen-Âge afin de distinguer ce qui relève de l’œuvre de Dieu et du travail des simples mortels[4]. Dans son acception contemporaine, cette expression est assez vague et désigne tout ce qui se rapporte à la Bretagne, qu’il s’agisse d’histoire, de littérature ou encore de patrimoine culturel matériel et immatériel. Dans ce cadre, les expressions originales que sont la musique, la danse ainsi que le costume, sans oublier bien évidemment les langues (le breton mais aussi le gallo), tiennent une place essentielle. Certes, le flou de la formule peut être à l’origine de certaines ambiguïtés. La matière dont il s’agit est-elle « de » Bretagne ou relève-t-elle de flux plus vastes observés, ici, à l’échelle de la péninsule armoricaine, c’est-à-dire « en » Bretagne ? Toujours est-il que la notion est aujourd’hui couramment employée dans le secteur culturel, même si, à l’évidence, elle mériterait d’être plus profondément interrogée.

C’est dire, donc, si ces deux idées de Bretagne d’une part, de matière culturelle d’autre part, sont aujourd’hui largement désessentialisées. C’est là le résultat d’un important travail de déconstruction mené depuis les années 1970 par les sciences humaines et sociales, qu’il s’agisse d’histoire, de littérature ou d’études celtiques. Pourtant, l’idée que la vulgarisation de la matière culturelle de Bretagne relèverait d’un exercice spécifique, avec ses règles propres, est encore largement présente. C’est cette affirmation que je souhaite discuter ici à la première personne du singulier et à la lumière d’une expérience professionnelle entamée dans les toutes premières années du XXIe siècle, d’abord à l’Office national des anciens combattants et victime de guerre puis en tant qu’historien indépendant et, enfin, en tant que responsable de la vulgarisation de la matière culturelle de Bretagne au sein de l’association Bretagne Culture Diversité.

Informations pratiques :

Vendredi 8 octobre 2021, 14h30 – 17 heures.

Salle C 219, Faculté des Lettres et Sciences humaines, 20, rue Duquesne, Brest.

Inscription obligatoire avant le 1er octobre 2021 : Marie.SalomonLeMoign@univ-brest.fr ou crbc@univ-brest.fr


[1] Bertho, Catherine, « L’invention de la Bretagne », Actes de la recherche en sciences sociales, 1980, Volume 35, n°1, p. 45-62. Le retour sur expérience que constitue cette communication doit à quantité de personnes qu’il serait fastidieux de citer ici. Pour autant, nous souhaiterions dire ici toute notre gratitude à Magali Coumert.

[2] Coumert, Magali et Tétrel, Hélène (dir., avec la collaboration de Bouget, Hélène, Cassard, Jean-Christophe et Chauou, Amaury), Histoires des Bretagnes. 1 – Les mythes fondateurs, Brest, CRBC / Université de Bretagne occidentale, 2010. Voir également les travaux de Thiesse, Anne-Marie et notamment Ils apprenaient la France. L’exaltation des régions dans le discours patriotique, Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme, 1997 ; La création des identités nationales, Europe XVIIIe – XXe siècle, Paris, Seuil, 2001 ainsi que La Fabrique de l’écrivain national. Entre littérature et politique, Paris, Gallimard, 2019. Parus récemment signalons également Ory, Pascal, Qu’est-ce qu’une nation ? Une histoire mondiale, Paris, Gallimard, 2020 et dans une perspective plus resserrée sur le plan chronologique Ledoux, Sébastien, La Nation en récit, Paris, Belin, 2021.

[3] Anderson, Benedict, Imagined communities. Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, Verso, New York, 1991.

[4] Sur la question voir notamment Ferlampin-Acher, Christine et Girbea, Catalina (dir.), Matières à débat. La notion de matière littéraire dans la littérature médiévale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.