Le 19e RI a désormais son Maurice Genevoix : Joseph Vincent

L’écriture de l’histoire est impossible sans archives. Ceci implique que celles et ceux qui s’adonnent à cette discipline aient une grande proximité avec les archivistes, bien entendu, mais aussi avec les conservateurs de musée : autant de professions susceptibles d’alimenter la réflexion grâce à de la matière première inédite. On sait d’ailleurs que ces deux corps de métiers répondent, aux côtés des enseignants-chercheurs, à la définition de l’historien « de métier » telle que posée par P. den Boer[1]. Il est toutefois une autre profession à qui les historiens, et notamment ceux de la Première Guerre mondiale, doivent énormément, c’est celle d’éditeur. Que serait en effet l’historiographie de la séquence 1914-1918 sans les milliers de témoignages qui, publiés dans le sillage des carnets de Louis Barthas, sont venus alimenter de vives controverses sur le statut du témoin, réactivant soit dit en passant les polémiques initiées à partir de la fin des années 1920 par Jean-Norton Cru ? Pas grand-chose assurément. Parmi ces éditeurs passionnés, militants de la mémoire mais aussi acteurs essentiels de la discipline historique, il y a Yann Prouillet, fondateur et directeur d’Edhisto, une belle maison dotée d’un riche catalogue et qui continue, contre vents et marées, à sortir des nouveautés intéressant la Grande Guerre… mais aussi la Bretagne. Tel est le cas de ce volume de textes dus à Joseph Vincent, vosgien passé par le 106e RI et le 19e RI[2].

Dès la quatrième de couverture, on sent que le livre a tout pour plaire. En effet, avant d’être transféré au printemps 1916 au 19e RI de Brest, Joseph porte l’uniforme du 106e de Châlons et sert notamment au sein de la 7/106e RI. En d’autres termes, ceci signifie qu’il combat aux côtés de Maurice Genevoix et de Robert Porchon (p. 9), ce qui confère bien entendu à cet ouvrage une saveur toute particulière. Il en est de même en ce qui concerne le 19e RI puisque les JMO de cette unité ont disparus[3]. Autant dire que, là encore, toute archive supplémentaire concernant cette unité est nécessairement précieuse, ce qui vient rappeler combien Yann Prouillet fait ici œuvre utile en publiant ce volume.

Pourtant, l’ouverture de ce livre pourrait provoquer un sentiment de rejet qui non seulement n’est pas justifié mais qu’il importe de combattre. En effet, ce qui est publié ici n’est pas « le carnet de route sur lequel Joseph Vincent, comme bien d’autres soldats, dut consigner au jour le jour ses notes de campagne, du début à la fin de la guerre 1914-1918 » (p. 14), celui-ci ayant disparu, mais une série de textes rédigés bien après l’Armistice, parfois même après la fin de la guerre d’Algérie (p. 14-18). Il pourrait paraître dès lors légitime d’aborder cette source avec un regard pour le moins suspicieux, le temps produisant nécessairement un regard déformé de l’écrivant sur sa propre expérience. Or un tel raisonnement me parait doublement erroné, pour ne pas dire stupide. En premier lieu, je ne vois pas en quoi le regard d’un ancien combattant de 70 ans sur sa Grande Guerre serait moins légitime scientifiquement que celui de ce même homme encore aux tranchées ou tout juste démobilisé. Historiciser la mémoire, c’est bien rappeler les évolutions des représentations mentales, ce qui importe d’adopter une approche diachronique qui, mirabile dictu, interdit d’exclure du corpus de travail ces archives considérées comme tardives. En second lieu, et c’est là un point sur lequel je souhaite insister dans le cadre de cette recension, l’historien C. Browning a montré tout l’intérêt des témoignages tardifs, ceux-ci étant débarrassés des appréhensions et des pudeurs propres aux personnes qui ont encore une vie – familiale, sociale, professionnelle, affective, symbolique… – à effectuer[4].

Fascicule de mobilisation et carte du combattant d'un vétéran de la Première Guerre mondiale. Musée de Bretagne : 2013.0007.5.
Fascicule de mobilisation et carte du combattant d’un vétéran de la Première Guerre mondiale. Musée de Bretagne : 2013.0007.5.

L’ouvrage que publient Yann Prouillet et les éditions Edhisto, en réalité, est un régal de lecture, tant sur le fond que sur la forme. La plume de Joseph Vincent fait merveille pour décrire avec acidité quelques aspects particulièrement stimulants de l’armée française de la Grande Guerre. L’un des points qui, ainsi, a le plus attiré mon attention concerne l’homogénéité du corps des officiers, le singulier n’étant qu’une façade occultant (mal) les tensions entre gradés de carrière et de circonstance. Car l’histoire de ce Vosgien affecté au 19e RI est celle d’un homme qui non seulement choisi de s’engager car il voit dans l’uniforme une perspective d’ascension sociale – « Puis vinrent mes 18 ans et l’idée que je pouvais faire mieux. Je m’engageai alors au 106e régiment d’infanterie » (p. 8) – mais qui parvient rapidement à gagner du galon à la faveur des dramatiques pertes que connait le corps des officiers de contact pendant la Grande Guerre et, en conséquence, des grands besoins de l’armée française en cadres de proximité. Parti sergent en aout 1914 (p. 26), Joseph Vincent est en effet nommé capitaine en juin 1918 et obtient même le commandement d’un bataillon (p. 10 notamment)[5]. Mais ce parcours, lié pour une large part aux circonstances puisqu’il aurait été selon toute vraisemblance inenvisageable en temps de paix[6], n’est pas sans se heurter aux pré carrés et à la défense d’intérêts non seulement particuliers mais bien compris par les acteurs, dimension qui d’ailleurs interroge l’idée même d’Union sacrée et de guerre totale mais là est un autre sujet[7]. C’est ainsi que tout juste nommé sous-lieutenant au 106e RI, Joseph Vincent dit de son supérieur hiérarchique direct, un militaire de carrière sorti de l’Ecole spéciale militaire : « Je sais combien il a de mépris pour le parvenu que je suis » (p. 42). Evoquant l’important mouvement de promotions au feu pour renouveler les cadres, Joseph Vincent explique (p. 157-158) :

« Chez les officiers d’avant-guerre – il en restait quelques-uns – sortis de Saint-Cyr ou de Saint-Maixent et chez les jeunes officiers frais émoulus des grandes écoles, l’enthousiasme fut mitigé. Évidemment, ils admettaient la nécessité des officiers de fortune mais ne les adoptaient que comme un appoint de circonstance ; on les utiliserait largement et à répétition pour les opérations de patrouilles et de coups de main mais il leur faudrait s’imposer réellement par leur courage pour obtenir considération. Ces nouveaux-venus, au fond, n’étaient et ne seraient toujours que de bas officiers. »

À ces réalités d’ordre socioprofessionnel s’ajoutent d’autres facteurs de division, à commencer par la question toujours sensible des opinions politiques, les désaccords et les habitus militants disparaissant sans doute beaucoup moins qu’on ne veut le dire aux tranchées. Et Joseph Vincent d’évoquer un officier dont le père « militait dans le même parti politique que le capitaine-adjoint » et qui « à l’étonnement général » reçu à sa place la Légion d’honneur (p. 106) : « Les petites combinaisons, un instant abandonnées à la mobilisation, reprirent, plus âpres que jamais, quand on se fut installé dans la guerre » (p. 107). Loin d’être un espace dystopique permettant, l’espace de quelques heures, d’échapper au conflit, la popote des officiers est un lieu de rivalités où « la charité chrétienne a rarement cours » (p. 147). Ajoutons que transféré au 19e RI, le Vosgien est confronté à une autre ligne de fracture au sein du corps des officiers, celui des origines géographiques. Aussi confesse-t-il (p. 50) :

« J’y reçois un accueil plutôt froid. L’élément breton qui domine encore après deux ans de guerre dans le milieu officiers, forme une espèce de caste peu accueillante aux nouveaux-venus. »

Or, et c’est là que l’ouvrage publié par Yann Prouillet est d’une grande utilité, le piège serait d’analyser cette trajectoire uniquement sous l’angle mécanique, dénué d’affects, d’une belle ascension sociale. Surtout que le témoin n’hésite pas à dévoiler au lecteur que c’est en conscience qu’il gravit les échelons. Ainsi, au printemps 1915, il dit avoir choisi entre la médaille militaire et le grade de sous-lieutenant : « Sur les conseils d’un ancien, j’ai opté pour le galon, et me voilà brusquement changé de compagnie, mêlé à des hommes que je ne connais pas et sous les ordres d’un lieutenant saint-cyrien qui n’est pas des plus commodes » (p. 42). Le fait est donc que cette ascension hiérarchique ne va pas de soi et que d’autres choix sont possibles. Là est un point important puisqu’il contribue à conférer une certaine agentivité aux poilus, là où la littérature a (trop) souvent tendance à postuler une hiérarchie trop surplombante pour être conforme à la réalité des rangs de 1914-1918. En effet, la montée en grade peut faire peur, peut contrairement à ce que l’on peut bien penser, rebuter tant les responsabilités sont grandes, ce que n’hésite d’ailleurs pas à confier Joseph Vincent (p. 85) :

« Le 7 novembre 1918, par suite d’un enchevêtrement de circonstances telles que seule la guerre peut en produire, je prends le commandement du 3e Bataillon. Malgré mon assurance habituelle quand je suis à la tête de ma compagnie, je me sens désorienté devant cette tâche nouvelle, un peu lourde, me semble-t-il, pour mes jeunes épaules, je n’ai que vingt-six ans. »

Tout porte à penser que si Yann Prouillet avait publié les écrits d’un Joseph Vincent plus jeune, peut-être même rédigés à chaud, sans doute – même dans le cadre d’un carnet, texte dont on connait par ailleurs la dimension exutoire – aurait-il moins insisté sur cette sorte de « syndrome de l’imposteur » qui est d’un grand intérêt pour l’historien. Car encore une fois, plus d’un siècle après les faits, il est aisé de ne considérer les carrières que sous la forme d’une progression plus ou moins verticale sur l’échelle sociale, ce sans se soucier de l’important investissement que requiert le franchissement du moindre barreau de cette échelle et du vertige que peut susciter une trop grande ascension, surtout si celle-ci est rapide.

D’une formule lapidaire – « J’ai fait l’École de la Guerre et non l’École de guerre (nuance !) » (p. 9, 124 et 157), Joseph Vincent décrit non seulement une véritable ligne de fracture au sein du corps des officiers de l’armée française de 1914-1918 mais invite à une stimulante réflexion sur la courbe d’apprentissage de celle-ci. Car le 19e RI qu’il décrit à la fin du printemps 1918, alors que la guerre est sortie du système-tranchées et a retrouvé le mouvement, apparaît en définitive à peu près aussi inapte à combattre en terrain ouvert qu’en 1914 (p. 83)[8]. Un exemple frappe tout particulièrement le lecteur, cette Meuse que le 19e RI est chargé de franchir à quelques jours de l’Armistice (p. 88) :

« Jamais depuis 1914, je ne me suis trouvé dans un pétrin pareil. Je n’ai aucune inquiétude sur la valeur de mon bataillon. Depuis deux ans et demi que j’en fais partie, je le connais à fond et je sais qu’on peut beaucoup lui demander : ses chefs successifs, avant moi, l’ont porté à un degré d’entraînement qui permet toutes les audaces et autorise tous les espoirs. Jamais cependant on ne lui a appris à sauter un obstacle de 90 mètres de large. »

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Ces écrits de Joseph Vincent donnent en définitive la parole à un homme qui, né en 1891, porte sur la Grande Guerre un regard bien différent que celui des générations qui, nées dans les années 1940, sont marquées par la guerre d’Algérie, les années 1968 et la démilitarisation de la société française. Point de culture victimaire ici mais au contraire un regard nostalgique qui pourra en surprendre plus d’un : « J’ai aimé cette vie d’aventures, semée de dangers » écrit-il ainsi à propos de sa guerre 1914-1918 (p. 22). Puis en 1954, à l’occasion d’une cérémonie commémorant le franchissement par le 19e RI de la Meuse en 1918, Joseph Vincent récidive et affirme (p. 96) :

« La vie était belle. Je coulais des jours heureux au sein de cette 2e compagnie, héritage du vénéré capitaine Cordon, lorsque la grande offensive partie de Souain en septembre 1918 déferla jusqu’à la Meuse. »

Des confessions qui n’empêchent pas de revenir sur l’épreuve qu’est aussi la Grande Guerre, notamment quand elle conduit les combattants à Verdun : « Nombreux sont ceux qui ont déjà puisé dans leur réserve de vin et d’eau-de-vie, tant pour se donner du courage que pour oublier les tristesses du présent » (p. 58)[9]. Mais il n’en demeure pas moins que ces écrits sont tardifs et produits au lendemain d’un double traumatisme, celui de 1940 (p. 93) mais aussi des défaites subies en Indochine et en Algérie (p. 167). Aussi, Joseph Vincent constate-t-il, dépité, quelques semaines avant de mourir : « en 73, on nous a oubliés » (p. 69). Ce faisant, ce livre se révèle aussi être une source pour celles et ceux qui s’intéressent à cette France des années 1968 qui non seulement est en voie de démilitarisation plus ou moins complète mais inaugure un cycle relativement long qui s’achève en 1997, avec la suppression par Jacques Chirac du service national.

Cette citoyenneté qui se désarrime de plus en plus du port de l’uniforme n’est bien évidemment pas pour plaire à celui qui est alors un ancien-combattant (et l’on pense au sketch éponyme de Coluche , datant de 1975) (p. 162) :

« Et malgré tout, le métier militaire ne séduit plus guère la jeunesse. C’est à savoir qui se découvrira un motif d’exemption, nous sommes loin du déshonneur qui pesait sur le réformé d’autrefois. »

Le paradoxe est que la France dont il s’agit ici est la même qui s’apprête, en 1978, à se passionner pour les carnets de Louis Barthas, mais sans pour autant réellement parvenir à saisir le pays d’alors. En effet, à en croire Joseph Vincent, « l’idéal tourné aujourd’hui vers la jouissance immédiate des biens matériels avec le minimum de risques comprend mal cette perspective d’efforts allant jusqu’au sacrifice » (p. 108). On l’aura compris, ce témoignage est d’une rare qualité et sa portée telle qu’on ne saurait trop conseiller de se ruer sur ce livre absolument indispensable.


[1] Den Boer, Pim, Une histoire des historiens français, Paris, Vendémiaire, 2015, p. 8.

[2] Vincent, Joseph (présentation par Marchal, Béatrice), Un de ‘Ceux de 14’, Senones, Edhisto, 2021. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[3] A défaut de JMO donc, on consultera notamment l’historique officiel de l’unité pour ce faire une idée sommaire de la campagne de ce régiment.

[4] Browning, Christopher, A l’intérieur d’un camp de travail nazi. Récit des survivants : mémoire et histoire, Paris, Les Belles Lettres, 2010.

[5] Ces éléments sont corroborés par Arch. Nat. : 19800035/1184/37062 qui donne le parcours suivant : engagé volontaire et incorporé le 25 octobre 1911 en tant que soldat de 2e classe au 106e RI, caporal le 28 avril 1912, sergent le 29 septembre 1912, sous-lieutenant le 4 mars 1915, lieutenant le 29 novembre 1916 – il est alors au 19e RI – puis, enfin, capitaine le 16 juin 1918. Joseph Vincent est démobilisé le 16 septembre 1919. Ce même dossier atteste, via l’ordre général n°11546 du 23 décembre 1918 portant attribution de la Légion d’honneur qu’il reçoit commande en novembre 1918 le III/19e RI.

[6] Pour quelques éléments de réflexion on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, thèse de doctorat en histoire sous la direction de Capdevila, Luc, Rennes, Université Rennes 2, 2019, p. 153 et suivantes.

[7] Pour de plus amples développements, on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, Saint-Nazaire, les Américains et la guerre totale (1917-1919), Bruz, Editions CODEX, 2018.

[8] C’est du reste là un semblable constat que je formule à propos du 47e RI. Pour de plus amples développements je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale…, op. cit., p. 235 et suivantes.

[9] Pour de plus amples développements, consulter notamment Cochet, François, « L’alcool aux armées. Représentations et essai de typologie », Guerres mondiales et conflits contemporains, n°222, 2006-2, p. 19-32.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.