Photographie de soldat français publiée en première page du Miroir le 31 mars 1940 (détail). Gallica / Bibliothèque nationale de France.

Roger Bellégou ou l’entrée en Seconde Guerre mondiale du pays de Guingamp

Roger Bellégou est un non-seulement un quasi-inconnu mais un non-objet d’histoire. Né le 30 avril 1920 au Merzer, petite commune située à quelques kilomètres seulement de Guingamp, il est répertorié comme étant mort pour la France le 25 septembre 1939 en Sarre, alors que même pas âgé de 20 ans. Un décès prématuré qui non seulement n’est pas évoqué par la presse des Côtes-du-Nord (La Presse guingampaise, Le Moniteur des Côtes-du-Nord mais aussi des titres diffusés dans ce département comme l’édition rennaise de L’Ouest-Eclair ou encore La Dépêche de Brest), alors que ce jeune breton compte parmi les premières victimes de la campagne en cours, mais qui paraît être passé sous silence. Or celui-ci est particulièrement instructif et dit, d’une certaine manière l’entrée en Seconde Guerre mondiale du pays de Guingamp.

On ne sait pour l’heure que peu de choses de la « drôle de guerre » de Roger Bellégou. La mobilisation générale, qui débute le 1er septembre 1939, se déroule, à l’échelle de la France, globalement bien, comme 21 ans plus tôt, et rien ne laisse penser que la mise sur le pied de guerre du régiment tenant garnison à Landerneau et Guingamp fasse exception à ce constat[1]. Le 48e RI est alors aux ordres du lieutenant-colonel Pol Paillas, un officier de carrière dont le parcours reste pour l’heure encore assez nébuleux[2]. Le chef de bataillon Tanguy Le Gentil de Rosmorduc n’est, lui, à la tête « que » du I/48e RI et ne prendra le commandement de l’unité qu’au printemps 1940. En septembre 1939, le 48e RI est une unité comptant à peine 3 000 hommes répartis en trois bataillons auxquels viennent s’ajouter une Compagnie hors rang (CHR), une Compagnie de commandement régimentaire (CCR), une Compagnie régimentaire d’engins (CRE) dotée de deux sections de canons de 25 anti-chars, ainsi qu’un état-major. Les bataillons comprennent des compagnies de fusiliers-voltigeurs (CFV) à trois sections ainsi qu’une compagnie d’accompagnement (CA) lourdement armée : 3 sections de mitrailleuses, une de mortier et une de canons antichars de 25. Mais cette puissance de feu ne doit pas faire illusion : si l’unité peut compter sur plus de 170 voitures diverses, légères et camionnettes, 4 camions et 24 motos et side-cars, elle déploie aussi 224 chevaux rappelant par la même occasion combien l’armée française de 1939 est encore largement hippomobile[3].

Par ailleurs, on sait que le 48e RI ne mobilise pas seul. Bien au contraire, cette mise sur le pied de guerre doit se comprendre dans un mouvement plus vaste, en l’occurrence celui de la 21e division d’infanterie comportant outre le 48e RI, les 65e et 137e RI, les 35e et 235e RA ainsi que le 27e Groupe de reconnaissance de division (GRDI)[4]. Le fait que la mobilisation générale trouve, selon toute vraisemblance, Roger Bellégou sous les drapeaux n’est pas anodin. Ceci rappelle en effet que le 48e RI relève d’une division de série A, c’est-à-dire dotée du matériel les plus récents et des troupes les mieux instruites, ou tout du moins les plus fraîchement instruites[5]. Il est à noter que la 21e DI de Nantes n’est pas la seule division de série A que compte la Bretagne : Rennes en a deux (les 19e et 20e), Vannes une (la 22e). À ce tableau doivent être de surcroît ajoutées les 60e et 61e DI de Rennes et Nantes, divisions de série B. La 22e DI est la seule à être exclusivement bretonne, les autres comportant des garnisons au Mans, à Laval, à Luçon, en Vendée, ou encore à Vanves, en région parisienne[6].

 

Le 48e RI quitte Guingamp au début du mois de septembre pour prendre position dans le secteur de Sarreguemines puis participer à l’offensive de la Sarre[7]. Celle-ci est la timide tentative de soutien apportée par la France à la Pologne bientôt submergée par les troupes du IIIe Reich. Non seulement l’historien T. Snyder ne juge pas cette opération comme étant « significative » mais il l’a décrit en termes plutôt lapidaires : « Les Français avancèrent de quelques kilomètres dans la région de la Sarre, puis se retirèrent »[8]. Or c’est précisément au cours de ces opérations que Roger Bellégou trouve la mort, dans des circonstances que nous ignorons, le 25 septembre 1939. Ceci n’est d’ailleurs pas complètement étonnant puisque cette partie de la campagne 1939-1940 n’est pas celle ayant bénéficié jusqu’alors de la plus grande attention. Certes, on peut comprendre qu’un J. Guerniou se focalise sur les combats du printemps 1940, ceux-ci se soldant par un bilan beaucoup plus lourd et incarnant d’une certaine manière la débâcle de la Campagne de France[9]. Mais il n’en demeure pas moins que la mort de Roger Bellégou ne renvoie pas à la page la plus glorieuse de l’histoire diplomatique de la France, celle-ci ayant à l’évidence manqué de solidarité à l’égard de son alliée polonaise. Sans doute est-ce là une considération à prendre en compte pour quiconque souhaite comprendre pourquoi la mort de ce soldat breton est, jusqu’à aujourd’hui, un non-objet d’histoire. 

Il est manifeste que, même si nous ne pouvons pour l’heure en cerner précisément l’ampleur, Guingamp reçoit en ce début de mois de septembre 1939 un afflux important de soldats, réservistes rappelés au 48e RI par la mobilisation générale. En conséquence, les horaires des débits de boisson sont modifiés dès le 4 septembre 1939 et ces établissements sont « consignés à la troupe de 6 heures à 11 heures, de 14 à 18 heures et à partir de 21 heures ». L’objectif est de combattre la consommation de boissons alcooliques et la vente à emporter est désormais interdite[10]. Là encore, la mémoire de la Grande Guerre, déclenchée 25 ans plus tôt et dans une ambiance fortement alcoolisée, semble évidente. Dans le même temps, « les armuriers sont autorisés, jusqu’à nouvel ordre, à vendre aux officiers et sous-officiers d’active ou de réserve convoqués ou mobilisés, les armes et munitions nécessaires pour compléter leur armement, sous la seule condition de vérifier leur identité, leur qualité et, en ce qui concerne les officiers et sous-officiers de réserve, qu’ils sont effectivement sous les drapeaux, et d’indiquer sur leur registre spécial, les justifications précédentes »[11]. Cet afflux de mobilisés ainsi que l’imminence du combat, et donc la perspective quasi inéluctable de pertes rendant nécessaire l’envoi de renforts pour combler les vides dans les rangs, entraîne selon toute vraisemblance une intensification de l’instruction. En conséquence, les séances d’entraînement au stand de tir de Plouisy se multiplient[12].

Guingamp, vue de la place du Centre, probablement dans les années 1930. Musée de Bretagne : 972.0004.219.
Guingamp, vue de la place du Centre, probablement dans les années 1930. Musée de Bretagne : 972.0004.219.

La guerre s’installe très vite, en quelques heures seulement, dans la région de Guingamp, comme partout ailleurs en France du reste. Paraissant chaque samedi, La Presse Guingampaise en est une parfaite illustration. Dès le 2 septembre 1939, cet hebdomadaire informe ses lecteurs que, « en raison des évènements actuels et par suite des instructions concernant la censure », ce journal paraîtra « jusqu’à nouvel ordre, sous un format réduit » expurgé de ses « nouvelles politiques »[13]. De fait, le journal ne fait rapidement plus qu’une page et se réduit à quelques annonces légales. À Saint-Brieuc, Le Moniteur des Côtes-du-Nord passe de 8 à 4 pages[14]. En parcourant ces titres, on ne découvre nulle Union sacrée comme lors de l’été 1914 mais un silence imposé par les autorités comme le rappelle, toujours le 2 septembre 1939, La Presse Guingampaise :

« Les organes communistes L’Humanité et Ce Soir ont été saisis et leur publication suspendue. Ces mesures ont été motivées par l’odieuse campagne des élus et des journalistes communistes qui, tandis que M. Blum et le Populaire, le parti socialiste et la CGT et l’immense majorité des syndicats ouvriers condamnent la duplicité soviétique, s’efforçaient, au contraire, de justifier, par ordre, la trahison de M. Staline et prétendaient créer de l’agitation dans le pays sous couvert de réclamer un traité, désormais impossible, avec l’URSS. »[15]

Pour le dire autrement, la guerre est bel et bien présente dès le 2 septembre 1939 en Trégor, y compris en ce qui concerne le combat contre « l’ennemi intérieur » communiste, revanche indirecte des législatives de 1936 et conséquence mécanique du pacte germano-soviétique[16]. D’ailleurs, et comme lors de l’été 1914, les campagnes trégorroises ne tardent pas à être traversées par des fausses rumeurs et autres « bobards » dont la presse se fait de temps à autre l’écho. Au début du mois de septembre 1939, c’est ainsi « un soldat infirmier, actuellement mobilisé à Guingamp », qui est l’objet de « bruits » colportant une « affaire d’espionnage inexistante »[17]. Si les tenants et aboutissants de cette histoire nous échappent encore, cette anecdote est en revanche riche d’enseignements quant au climat psychologique d’alors. D’ailleurs, La Presse Guingampaise hausse le ton quelques jours plus tard. Tout en rappelant que « le silence est d’or et [que] se taire, c’est rendre service au pays », cet hebdomadaire met en garde ses lecteurs contre les « lanceurs de bobards » et n’hésite pas à menacer de poursuites celles et ceux qui propageraient ces rumeurs infondées[18]. Même son de cloche dans le Moniteur des Côtes-du-Nord, journal qui enjoint ses lecteurs à la prudence tout recourant à la géographie du champ de bataille de 1914-1918 :

« Si vigilants que soient nos services contre-espionnage il est difficile, de tout voir, de tout savoir, de tout empêcher. Donc, taisez-vous, méfiez-vous ! C’est encore une manière plus efficace que vous ne l’imaginez de servir, de mettre en pratique l’union qui rassemble tous les Français, ceux du front et ceux de l’arrière. »[19]

Une foule de détails très concrets disent, mieux que de longs discours, la rupture induite par la déclaration de guerre. C’est ainsi que dans son édition du 2 septembre 1939, La Presse guingampaise informe ses lecteurs que « en raison des événements actuels, M. le Ministre de l’Agriculture a décidé d’ajourner, sine die, l’ouverture générale de la chasse »[20]. Les horaires des chemins de fer sont modifiés, la circulation des trains de voyageurs et de marchandises étant désormais « conditionnée par celle des transports intéressant la défense nationale »[21]. À Guingamp comme ailleurs, c’est le quotidien de la population qui s’en trouve modifié, jusqu’à des détails pouvant à première vue paraître insignifiants. La vie culturelle s’arrête en quelques heures et, à Bégard, par exemple, le Cercle celtique cesse ses activités, nombreux étant les danseurs mobilisés[22]. À Pabu, le pardon organisé au début du mois de septembre 1939 est reporté à une date ultérieure « en raison de la situation actuelle »[23]. Dans les cinémas, les projections sont désormais soumises à autorisation préalable de la censure[24]. Il en est de même en ce qui concerne la vie sportive. Dès les premiers jours de septembre 1939, les clubs de football sont à l’arrêt, y compris En Avant :

« Toutes les rencontres prévues, amicales ou officielles, ont été ajournées sine die. La plupart des joueurs sont ou sous les drapeaux ou, suivant la marche des événements, en instance de rappel. »[25]

Là encore, la situation qui prévaut dans le pays de Guingamp n’est pas exceptionnelle. Si le Tour de France peut aller à terme, le Circuit de l’Ouest est disputé alors que la situation internationale s’aggrave de jour en jour quand les championnats du monde sont, eux, tout simplement « remis à plus tard »[26].

A Rennes, devant le Palais du Commerce, rue Maréchal Joffre, lors d'une étape du Circuit de l'Ouest, probablement dans les années 1930. Collection particulière.
A Rennes, devant le Palais du Commerce, rue Maréchal Joffre, lors d’une étape du Circuit de l’Ouest, probablement dans les années 1930. Collection particulière.

Preuve de la crainte suscitée par l’espionnage, l’exportation de « tous documents photographiques ou cinématographiques non développés » est désormais interdite tandis que la publication d’imprimés, de dessins ou d’écrits « de toute nature » est soumise à autorisation préalable[27]. La figure de l’ennemi intérieur est partout, ce qui témoigne d’une anxiété palpable, et en vertu d’un décret-loi du 17 juin 1938 il est rappelé que « toutes photographies, téléphotographies, exécution dessins, levés ou opération topographiques intéressant les ouvrages ou les Établissement militaires situés dans le Département des Côtes-du-Nord » est interdite[28].

Mais le plus marquant est sans doute le vaste mouvement des hommes astreints par leurs obligations militaires à quitter la vie civile pour revêtir au plus vite l’uniforme. On a parlé plus haut des mobilisés qui rejoignent Guingamp et le 48e RI ; il faut évoquer aussi les individus qui quittent la sous-préfecture des Côtes-du-Nord pour d’autres garnisons situées sur le territoire de la 10e région militaire ou ailleurs. C’est ainsi que le 28 septembre 1939 le Conseil municipal s’ouvre par un « salut particulier aux mobilisés du Conseil municipal : MM. Lorgeré, maire, Kerfant, adjoint, E. Le Jamtel, Monjarret ; Suberbie ; aux employés de la mairie et aux Guingampais mobilisés »[29]. Pour bien des foyers, ce départ sous les drapeaux est synonyme d’une « situation complètement changeante » et d’un basculement dans la pauvreté avec la perte de salaire du père et/ou du mari, entrée financière que ne peuvent combler ni la prime de mobilisation, ni la maigre solde réservée à la troupe. Aussi le Bureau de bienfaisance de Guingamp doit-il faire face au cours du mois de septembre 1939 à un nombre croissant de demandes d’aides sociales[30].

Il y aurait également beaucoup à dire en ce qui concerne les réfugiés qui, fuyant les zones que l’on estime exposées aux combats, viennent s’établir en Bretagne. C’est ainsi par exemple qu’un Comité d’accueil est créé à Callac au début du mois de septembre 1939[31]. Quelques jours plus tard, le sous-préfet de Guingamp Henri Faugère[32], « dans le but de faciliter la tâche ingrate et délicate des Maires de son arrondissement », fait diffuser dans la presse un tableau des quantités de vivres nécessaires au « ravitaillement d’un groupe de 250 réfugiés pendant une semaine »[33]. Le 28 septembre 1939, la commune de Guingamp fait voter un crédit de 340 000 francs « pour les premiers frais, hébergement, matériel, vivres, etc. » ainsi qu’une « avance » de 250 000 francs[34]. Il est vrai que le chef-lieu d’arrondissement des Côtes-du-Nord, à l’instar de l’ensemble de la péninsule armoricaine du reste, dispose d’une certaine expérience en la matière. Non seulement le souvenir des réfugiés belges et du nord de la France pendant la Première Guerre mondiale est récent mais celui des républicains espagnols fuyant l’avancée des troupes franquistes l’est plus encore, qu’il s’agisse de la première vague pendant l’été 1937 ou de la retirada au début de l’année 1939[35]. Sans surprise, ceux-ci fusionnent, dans le système de représentations en vigueur à l’époque, avec la figure de l’ennemi intérieur, ce qui lance le signal du « dénombrement des étrangers », prélude à un recours massif à l’internement administratif de ces individus jugés « indésirables »[36].

Réfugiés espagnols dans les environs d'Argelès, sans date. Carte postale, collection particulière.
Réfugiés espagnols dans les environs d’Argelès, sans date. Carte postale, collection particulière.

Tous ces événements s’enchaînent à un rythme élevé et, comme en 1914, l’entrée en guerre est sans doute indissociable d’une certaine forme d’accélération du temps[37]. Celle-ci doit paraître d’autant plus violente aux contemporains qu’elle est suivie d’un enlisement inédit et difficilement compréhensible, la « drôle de guerre ».

Sur le plan économique, la situation est d’autant plus délicate que la mobilisation générale prive de main d’œuvre de nombreuses fermes qui, face à ce manque de bras, décident de vendre leur bétail[38]. Il en résulte un effondrement des cours porté par cet afflux massif de bêtes sur le marché et une demande qui, dans le même temps, est plutôt à la baisse[39]. La mobilisation d’un grand nombre de boulangers fait, elle, planer des menaces sur l’approvisionnement en pain[40]. Par ailleurs, la durée légale du temps de travail est portée à 45 heures hebdomadaires, scellant ainsi définitivement la parenthèse du Front populaire[41]. Face à ce contexte particulièrement difficile, la ville de Guingamp décide à la fin du mois d’octobre 1939 « de verser 100% de leurs traitements aux employés municipaux mobilisés et pères de famille, 75% aux mariés sans enfants, et 50% aux célibataires »[42].

En réalité, tout se passe comme si la région refusait d’entrer dans une nouvelle campagne pour mieux poursuivre la précédente, celle victorieuse de 1914-1918. L’ombre portée de la Grande Guerre est en effet très clairement perceptible en cet automne 1939[43]. D’ailleurs, l’Amicale des anciens des 48e, 248e et 73e RIT instaure un véritable passage intergénérationnel de témoin en organisant une permanence « à l’effet d’établir une liaison entre les mobilisés des régiments dont les dépôts sont à Guingamp et leurs familles »[44].

A Rostrenen, fantassins du 48e RI lors de l'inauguration, le 30 janvier 1921, du monument aux morts. Musée de Bretagne : 986.0001.193.
A Rostrenen, fantassins du 48e RI lors de l’inauguration, le 30 janvier 1921, du monument aux morts. Musée de Bretagne : 986.0001.193.

Mais c’est sur le plan des discours que cette transition, d’une génération du feu à une autre, est la plus perceptible, la Grande Guerre offrant une grille de lecture du réel en cours. Le paradoxe est que les spécificités de la Seconde Guerre mondiale, et notamment la dimension idéologique de ce conflit, n’apparaissent que très peu dans la presse guingampaise. L’ennemi communiste est probablement mieux identifié que le danger nazi, terme qui n’apparaît d’ailleurs qu’assez peu. Les journaux publiés dans la sous-préfecture des Côtes-du-Nord en sont encore à parler d’Allemands, terme qui ne permet assurément plus de rendre compte avec exactitude de la situation en cours. Ceci n’est d’ailleurs pas propre à ces titres puisqu’on retrouve la même tendance dans les colonnes de L’Ouest-Éclair : sur le seul mois de septembre 1939, la reconnaissance optique de caractères disponible via Retronews permet d’identifier 127 occurrences du mot « allemand », contre 43 seulement du mot « nazi ». A l’évidence, c’est la société bretonne, et française, dans son ensemble qui ne comprend pas le réel en cours. Le 14 octobre 1939, La Presse Guingampaise plonge d’ailleurs dans le dernier conflit, celui de 1914-1918, comme pour mieux rassurer ses lecteurs, un réflexe qui d’ailleurs, on le sait, n’a rien d’exceptionnel en pareilles circonstances :

« Qu’on se reporte en août 1914…. Vingt-huit jours après la déclaration de guerre, la Belgique était envahie, le nord de la France occupé par les Allemands et l’armée française battait jusqu’à la Marne… Et que l’on compare la situation en 1939 : le général Gamelin n’a pas, comme jadis Joffre, la lourde charge d’une armée harcelée et harassée à regrouper et à lancer dans une offensive qui, en 1914, s’achevait en une retentissante victoire. Aujourd’hui c’est le sol allemand qui est le théâtre des opérations. »[45]

Ces références à la Grande Guerre ne doivent pas tromper. Elles constituent en effet une sorte de rempart réconfortant face à une « drôle de guerre » qui étonne et que l’on ne sait au juste comment interpréter. C’est ainsi par exemple que La Presse Guingampaise note à la fin du mois d’octobre 1939 : « Un calme vraiment curieux, il convient de le souligner, règne toujours sur le front et se prolonge, troublé à peine par quelques patrouilles de reconnaissance et par les tirs de harcèlement de notre artillerie sur les endroits où nous savons que des troupes ennemies sont concentrées, et par des tirs de contre-batterie effectués par les allemands »[46].

Dans ces conditions, on comprend aisément que la mort de Roger Bellégou soit une information à contre-courant du discours qui est en train de se mettre en place, celui d’une armée pleinement en phase avec les réalités de la guerre moderne et qui joue parfaitement son rôle de rempart face à l’ennemi. La nouvelle de la mort de ce fantassin est d’autant plus sensible que si chacun en France semble vouloir se réfugier derrière le souvenir réconfortant de 1914-1918, nul n’est dans le même temps dupe des évolutions de la guerre, notamment dans sa dimension aérienne. C’est ainsi que, dès le 2 septembre 1939, la ville de Guingamp communique par voie de presse les mesures de défense passive prises en cas d’attaque aérienne et notamment les modalités d’alerte : « cinq coups de sirène d’une minute, séparés de 30 secondes pendant que les cloches sonneront le tocsin », les deux points névralgiques de ce dispositif étant la sirène installée sur la basilique d’une part, celle des usines Tanvez d’autre part[47]. Pire, fin septembre 1939, elle ordonne le creusement, au cimetière de la Chesnaye, d’un carré « pour les morts pour la Patrie »[48]. De telles précautions ne sont nullement propres à Guingamp et, à Saint-Brieuc, c’est le Centre départemental de transfusion sanguine qui redouble d’activité. Cette œuvre est d’ailleurs jugée par le Moniteur des Côtes-du-Nord « d’importance » ce qui, par ricochet, dit combien l’éventualité de lourdes pertes est perçue comme probable, voire même inéluctable[49].

Les usines Tanvez à Guingamp, cœur industriel d'une sous-préfecture rurale. Carte postale, collection particulière.
Les usines Tanvez à Guingamp, cœur industriel d’une sous-préfecture rurale. Carte postale, collection particulière.

On a dit plus haut combien les rumeurs, bobards et autres fausses nouvelles trahissent l’anxiété de la population. Il est un autre détail qui ne trompe pas, la célébration d’un certain nombre de mariages au cours du mois de septembre 1939, comme si quantité de fantassins avaient souhaité régulariser leurs situations personnelles respectives avant de partir au front. Tel par exemple le cas d’André Alanic et de la « couturière » Francine Typhaigne, de Francis Le Borgne et de la « brodeuse » Charlotte Philippot, … Tous ces hommes sont répertoriés comme étant « soldat au 48e RI »[50]. Ce phénomène n’est d’ailleurs propre ni à ce régiment, ni à la Seconde Guerre mondiale, et C. Vidal-Naquet a pu observer la même chose à propos de la séquence 1914-1918[51]. Il y aurait également fort à parier que les archives notariales montrent sur cette même période une inflation des dispositions testamentaires, à l’instar de ce que montrent les travaux en cours portant sur l’entrée en Première Guerre mondiale[52].

Dès le début de la campagne, La Presse Guigampaise publie chaque semaine un article récapitulant les opérations. Dans l’édition du 16 septembre 1939, il s’agit d’une succession de communiqués français[53]. Mais une semaine plus tard, le 23 septembre, soit seulement deux jours avant la mort de Roger Bellégou, ce journal publie un point sur « la situation » qui dit à la fois l’ignorance de la rédaction de la réalité du front et l’angoisse des journalistes (et probablement de bon nombre de leurs lecteurs) :

« Quant aux intentions de notre état-major, elles demeurent rigoureusement secrètes. On ne peut que s’en féliciter. »[54]

Un secret qui semble s’appliquer aux pertes que le 48e RI déplore au front. En effet, le premier mort de cette unité dont parle la presse locale n’est pas Roger Bellégou mais le caporal Joseph Dolou, décédé le 18 décembre 1939 à Guingamp des suites d’asthme et d’insuffisance cardiaque et, d’ailleurs, déclaré « non mort pour la France »[55]. Bien qu’incursion dérisoire, à l’échelle de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, en Allemagne nazie, l’offensive de la Sarre est assez meurtrière. Usant de la défense en profondeur, comme lors de l’opération Alberich en 1917, le Reich a organisé son repli stratégique en minant le terrain, causant parmi les troupes françaises d’assez lourdes pertes. Ce ne sont ainsi pas moins de 33 fantassins originaires du Morbihan qui perdent la vie dans ce secteur au cours du seul mois de septembre 1939[56]. On comprend aisément pourquoi la presse est aussi silencieuse à leur propos qu’à celui de Roger Bellégou.


[1] Wieviorka, Olivier, « Du redressement au désastre 1938-1940 », in Drevillon, Hervé et Wieviorka, Olivier (dir.), Histoire militaire de la France. Tomme II : de 1870 à nos jours, Paris, Perrin, 2018, p. 363-364.

[2] Arch. nat. : LH 19800035/432/57815. Pour de plus amples renseignements, il faudrait consulter SHD-DAT : GR 8YE 46558.

[3] Guerniou, Jean, « Le 48e régiment d’infanterie dans la guerre de 1939-1940 (le sacrifice d’un régiment trégorrois », Les Cahiers du Trégor, n°30, 2e trimestre 1990, p. 4-6.

[4] Le Goyet, Colonel, « Le Sacrifice de la 21e DI en mai 1940 », Revue historique de l’armée. La IIIe région militaire 1870-1970, 25e année, n°3 (spécial), 1970, p. 105. Sur la 21e DI, on consultera au SHD-DAT : 32 N 120 à 129.

[5] Porte, Rémy, 1940. Vérités et légendes, Paris, Perrin, 2020, p. 58-60.

[6] Le Goyet, Colonel, « Le Sacrifice de la 21e DI… », art. cit., p. 104.

[7] Guerniou, Jean, « Le 48e régiment d’infanterie… », art. cit., p. 6.

[8] Snyder, Timothy, Terres de sang. L’Europe entre Hitler et Staline, Gallimard, 2021, p. 214.

[9] Guerniou, Jean, « Le 48e régiment d’infanterie… », art. cit. Il n’est d’ailleurs pas le seul dans ce cas. Voir par exemple l’exposition réalisée par le Comité d’histoire du Haut-Pays et l’association historique N’Oublions jamais « Les Bretons de la 21e Division d’infanterie dans les combats de 1940 » : les opérations du mois de septembre 1939 en Sarre ne servent que de propos introductif au développement.

[10] « Avis aux Débitants », La Presse Guingampaise, 10e année, n°23, 9 septembre 1939, p. 1.

[11] « Vente d’Armes », La Presse Guingampaise, 10e année, n°23, 9 septembre 1939, p. 1 ; « Ventes d’armes », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 70e année, n°35, 2 septembre 1939, p. 3.

[12] « Tirs de garnison », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 70e année, n°37, 16 septembre 1939, p. 3.

[13] « À nos lecteurs », La Presse Guingampaise, 10e année, n°22, 2 septembre 1939, p. 1.

[14] « À nos lecteurs », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 70e année, n°36, 9 septembre 1939, p. 1.

[15] « Courtes nouvelles », La Presse Guingampaise, 10e année, n°22, 2 septembre 1939, p. 1.

[16] Le Gall, Erwan et Prigent, François (dir.), C’était 1936, Le Front populaire vu de Bretagne, Rennes, Editions Goater, 2016.

[17] « Autour d’une soi-disant affaire d’espionnage », La Presse Guingampaise, 10e année, n°23, 9 septembre 1939, p. 1.

[18] « Ne Grossissons pas les faits », La Presse Guingampaise, 10e année, n°38, 23 septembre 1939, p. 1.

[19] « Fierté et silence », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 70e année, n°37, 16 septembre 1939, p. 1.

[20] « Ouverture de la Chasse », La Presse Guingampaise, 10e année, n°22, 2 septembre 1939, p. 2.

[21] « Nouveau horaires des trains », La Presse Guingampaise, 10e année, n°23, 9 septembre 1939, p. 1.

[22] Galbrun, Yvonne, « Témoignage de Madame Galbrun [à propos du Cercle celtique du Trégor] », Les Cahiers du Trégor, n°4, juillet 1983, p. 12. Née à Paris en juin 1904, elle passe une partie de son enfance au Moustéru, près de Guingamp et se passionne pour la langue bretonne. Fondatrice du Cercle celtique de Bégard, elle créé en 1946 la revue Me a Zalc’ho (Je continuerai) et semble alors partager sa vie entre la péninsule armoricaine et Paris. Henry, Lionel, Dictionnaire biographique du mouvement breton, Fouesnant, Yoran Embanner, 2013, p. 145.

[23] « Fête patronale », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 70e année, n°35, 2 septembre 1939, p. 6.

[24] « Avis aux Directeurs de Cinémas », La Presse Guingampaise, 10e année, n°23, 9 septembre 1939, p. 1 ; « Dans les cinémas », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 70e année, n°35, 2 septembre 1939, p. 3.

[25] « Football-Association », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 70e année, n°35, 2 septembre 1939, p. 7.

[26] Evanno, Yves-Marie, « Du cliquetis des pédales au bruit des bottes : un été cycliste perturbé en Bretagne (juillet-septembre 1939) », En Envor, revue d’histoire contemporaine en Bretagne, n°2, été 2013, en ligne ; « Les Championnats du monde sont remis à plus tard », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 70e année, n°35, 2 septembre 1939, p. 7.

[27] « Service Général des Informations », La Presse Guingampaise, 10e année, n°22, 2 septembre 1939, p. 2.

[28] « Avis important », La Presse Guingampaise, 10e année, n°39, 7 octobre 1939, p. 1.

[29] « Chronique locale », La Presse Guingampaise, 10e année, n°39, 30 septembre 1939, p. 1.

[30] « Chronique locale », La Presse Guingampaise, 10e année, n°39, 30 septembre 1939, p. 1.

[31] « Création d’un Comité d’accueil », La Presse Guingampaise, 10e année, n°23, 9 septembre 1939, p. 1.

[32] Né le 6 juillet 1900 en Dordogne, Henri Faugère entre dans la carrière préfectorale au mitan des années 1920. Chef du secrétariat particulier du ministre radical-socialiste des Travaux-Publics Georges Bonnet en 1933, il est nommé sous-préfet de Guingamp le 9 juillet 1938 après avoir été, pendant quelques mois, secrétaire général de la préfecture du Finistère au début de l’année 1934. S’il est probable qu’il connaisse Jean Moulin, lui aussi membre du corps préfectoral et ayant été en poste dans ce département jusqu’en mai 1933, les deux hommes n’officient pas en même temps dans le Finistère. Nommé préfet de la Manche le 12 mai 1942, Henri Faugère est arrêté par les Allemands en mai 1944 pour faits de Résistance puis déporté. « Nécrologie », La Presse Guingampaise, 10e année, n°24, 16 septembre 1939, p. 1 et « Nécrologie », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 70e année, n°37, 16 septembre 1939, p. 3 nous apprennent que la grand-mère d’Henri Faugère, Thérèse Dupont-Pazat, décède à l’âge de 81 ans en l’hôtel de la Sous-préfecture en septembre 1939.

Pour plus d’éléments biographiques consulter Arch. nat. : 9910704/3, dossier personnel de fonctionnaire de l’administration préfectorale d’Henri Faugère et LH 19800035/1042/20122.

[33] « Avis important », La Presse Guingampaise, 10e année, n°24, 16 septembre 1939, p. 1.

[34] « Chronique locale », La Presse Guingampaise, 10e année, n°39, 30 septembre 1939, p. 1.

[35] Sur la question voir notamment Le Boulanger, Isabelle, L’Exil espagnol en Bretagne, Spézet, Coop Breizh, 2016 ainsi que, dans une autre perspective, Meynier, André, « Les Déplacements de la population vers la Bretagne en 1939-1940 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 1947, n°54-1, p. 83-116.

[36] « Dénombrement des étrangers », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 70e année, n°35, 2 septembre 1939, p. 3. Pour de plus amples développements lire Peschansky, Denis, La France des camps. L’internement 1938-1946, Paris, Gallimard, 2002et, pour une perspective s’ancrant sur un temps plus long Richard, Ronan, « Etrangers et indésirables en temps de guerre, Représentations, politiques et pratiques à l’égard des populations nouvelles dans l’Ouest de la France en 1914-1918 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, n°109-4, 2002, p. 147-161.

[37] Pour de plus amples développements on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, Une entrée en guerre. Le 47e régiment d’infanterie de Saint-Malo au combat (août 1914 – juillet 1915), Talmont-Saint-Hilaire, éditions CODEX, 2014.

[38] Wieviorka, Olivier, « Du redressement au désastre 1938-1940 », in Drevillon, Hervé et Wieviorka, Olivier (dir.), Histoire militaire de la France. Tomme II : de 1870 à nos jours, Paris, Perrin, 2018, p. 364 indique que le succès de la mobilisation générale « eut des conséquences désastreuses sur le plan économique : des milliers de travailleurs furent brutalement retirés des usines et des champs – 50% des salariés travaillant dans les industries métallurgiques et mécaniques furent appelés sous les drapeaux ». Le pays de Guingamp ne semble pas de voir faire exception à ce sombre tableau.

[39] « La Mévente du Bétail », La Presse Guingampaise, 10e année, n°39, 7 octobre 1939, p. 1.

[40] « Le remplacement des boulangers mobilisés », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 70e année, n°35, 2 septembre 1939, p. 3-4.

[41] « La Semaine de 45 heures », La Presse Guingampaise, 10e année, n°39, 7 octobre 1939, p. 1.

[42] « Chronique locale », La Presse Guingampaise, 10e année, n°43, 28 octobre 1939, p. 1.

[43] Garraud, Philippe, « L’ombre portée de 1914-1918 dans les années 30 », Vingtième Siècle, revue d’histoire, n°104, 2009-4, p. 17-27.

[44] « Association Amicale des Anciens des 48e, 148e et 73e Territorial, La Presse Guingampaise, 10e année, n°38, 23 septembre 1939, p. 1.

[45] « La Situation », La Presse Guingampaise, 10e année, n°41, 14 octobre 1939, p. 1.

[46] « La Situation », La Presse Guingampaise, 10e année, n°43, 28 octobre 1939, p. 1.

[47] « À la population », La Presse Guingampaise, 10e année, n°22, 2 septembre 1939, p. 1. Sur les usines Tanvez lire Ouvrage collectif, Les Usines Tanvez. Culture industrielle & mémoire ouvrière, Guingamp, Ville de Guingamp, 2011. Si ce volume fait singulièrement l’impasse sur le rôle de cette entreprise pendant les deux conflits mondiaux, force est de constater que cet établissement reste en septembre 1939 un des points névralgiques de la ville. Travaillant en effet pour la Défense nationale, les usines Tanvez conservent une grande partie de leur personnel grâce aux mesures d’affectation spéciale. Les Costarmoricains pendant la Deuxième Guerre mondiale. 1939-1945 Vie quotidienne & engagements, Saint-Brieuc, Archives départementales des Côtes d’Armor, 2019, p. 3.

[48] « Chronique locale », La Presse Guingampaise, 10e année, n°39, 30 septembre 1939, p. 1.

[49] « Des donneurs de sang pour les blessés militaires », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 70e année, n°35, 2 septembre 1939, p. 3.

[50] « Etat civil de Guingamp du 25 août au 6 septembre 1939 », La Presse Guingampaise, 10e année, n°24, 16 septembre 1939, p. 1.

[51] Voir notamment Vidal-Naquet, Clémentine, Couples dans la Grande Guerre. Le tragique et l’ordinaire du lien conjugal, Paris, Les Belles Lettres, 2014. « Etat civil », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 70e année, n°37, 16 septembre 1939 p. 2. Fait par exemple état du mariage à Erquy de Joseph Besret, sous-officier au 1er RIC et de Marie-Anne Prioux, répertoriée comme étant sans-profession.

[52] Voir par exemple Ozanne, Terry, Préparer sa mort et sa succession avant de combattre. Les testaments des soldats franciliens pendant la Première Guerre mondiale, mémoire de master 1 sous la direction de Lescure, Jean-Claude, Cergy-Pontoise, Cergy-Paris Université, 2021. Une telle enquête reste à mener à l’échelle de la Bretagne.

[53] « Les Communiqués français », La Presse Guingampaise, 10e année, n°24, 16 septembre 1939, p. 1.

[54] « La Situation », La Presse Guingampaise, 10e année, n°38, 23 septembre 1939, p. 1.

[55] « Etat civil de Guingamp », La Presse Guingampaise, 10e année, n°52, 23 décembre 1939, p. 1.

[56] Leroux, Roger, Le Morbihan en guerre 1939-1945, Mayenne, Joseph Floch Editeur, 1978, p. 9.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2021, 16 septembre). Roger Bellégou ou l’entrée en Seconde Guerre mondiale du pays de Guingamp. Ar Brezel. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbo7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.