Louise Bodin, lors d’un congrès communiste en 1921 à Marseille (photographie de l’agence de presse Meurisse) : Gallica / Bibliothèque nationale de France: Meurisse, 94437.

Louise Bodin au prisme des war studies

Surnommée « la bolchevique aux bijoux », Louise Bodin n’est pas une inconnue. Eminente féministe de la première vague, elle est une figure de la gauche bretonne du premier quart du XXe siècle, une véritable pionnière du Parti communiste qu’elle contribue du reste à implanter en Ille-et-Vilaine[1]. Là est d’ailleurs l’un des premiers liens, évidents, qu’elle entretient avec la guerre, celle de 1914-1918 en particulier et avec les war studies de manière plus générale. Mais il en est d’autres, moins connus et qui méritent toutefois l’attention.

On le sait, l’entrée en communisme de Louise Bodin ne peut se comprendre sans la Grande Guerre. Son féminisme est un pacifisme dont la clef de compréhension réside en une lecture léniniste du conflit, celui-ci ayant été déclenché par des marchands de canons qui sont à la fois des capitaines d’industries capitalistes et des hommes. Dans ce cadre, la révolution russe est autant une promesse de rupture avec l’ordre social ayant accouché de l’hécatombe – puisque « l’impérialisme est le stade suprême du capitalisme » – qu’une lueur incitant à revenir sur le compromis ayant abouti à l’Union sacrée. On ne peut en effet comprendre le Congrès de Tours et la rupture entre SFIO et SFIC sans prendre en compte cette fracture entre réformistes et révolutionnaires, les seconds réclamant des comptes aux premiers pour leur participation à l’effort de guerre[2].

Là n’est toutefois pas le seul détail de la biographie de Louise Bodin – née Berthaut – qui interpelle quiconque s’intéresse au fait militaire et guerrier même si, il faut bien l’admettre, quelques zones d’ombre subsistent. C’est ainsi par exemple que, dans la notice que lui consacre le regretté C. Geslin dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et du mouvement social, il est indiqué que le père de cette native de Paris « aurait été quelque peu mêlé à la Commune ». Reprise de la nécrologie que publie le quotidien socialiste Le Populaire le 6 février 1929, cette assertion n’est malheureusement pas confirmée par le monumental dictionnaire publié de main de maître par J. Lucchini sous la coordination de M. Cordillot. S’il est bien question d’un Berthault, il s’agit du colonel Pierre, chef de la 9e légion, et nullement d’Edmond Berthaut, âgé de 38 ans et déclarant exercer à la naissance de sa fille le métier de « professeur »[3]. L’assertion du journal dirigé par Léon Blum, si elle est plausible, reste donc à éclairer.

Autre élément biographique de Louise Bodin qui relie « la bolchevique aux bijoux » au fait militaire et guerrier, son mari, Eugène, docteur en médecine et dont on ne sait en revanche pas grand-chose[4]. Souvent, les biographes de la féministe se limitent à indiquer que la future passionaria communiste suit son époux en Ille-et-Vilaine à l’occasion de sa nomination en tant que professeur de bactériologie à l’Ecole de médecine et de pharmacie et de Rennes. On sait d’ailleurs que sa découverte de la Bretagne n’est pas sans difficultés, ce qui lui inspire ses Petites provinciales, compilation de scènes de vies formant un portrait au vitriol de la société d’alors publiée en 1914 et ayant rencontré un certain succès d’estime dans le milieu des lettres.

Ce que l’on ignore souvent, en revanche, c’est qu’Eugène Bodin, né à Rennes le 18 février 1868 dans une famille bourgeoise – son père est directeur de la ferme-école des Trois-Croix, un de ses grands-pères est directeur à la Banque de France[5] – est un dermatologue spécialiste notamment de la syphilis[6]. Or la prophylaxie de cette maladie vénérienne constitue un enjeu d’importance pendant la Première Guerre mondiale, tout particulièrement au sein de la 10e région militaire. Celle-ci présente en effet en 1916 des taux de contamination jugés préoccupant par les autorités[7]. C’est dans ce cadre, militaire mais aussi sanitaire et médical, qu’Eugène Bodin intervient, mettant par la même occasion en lumière une forme spécifique d’engagement au service de l’effort de guerre qui n’est d’ailleurs pas sans contraster singulièrement avec le pacifisme de sa « bolchevique aux bijoux » d’épouse.

Bien que dispensé de service militaire en 1888 puisqu’étant l’aîné d’orphelins, le syphiligraphe est nommé l’année suivante médecin auxiliaire au sein de la 10e section d’infirmiers militaires avant de connaître plusieurs unités : le 73e RIT, le 248e RI, la 60e puis la 70e DI, le 7e RAC… Rappelé à l’activité par la mobilisation générale, il est d’abord affecté à une ambulance de campagne avant d’être transféré « comme médecin-chef au centre de vénérologie de Jouarre le 20 août 1916 »[8].

Vue de La Ferté-sous-Jouarre en septembre 1914. La Contemporaine : PH/COL/002/0038.
Vue de La Ferté-sous-Jouarre en septembre 1914. La Contemporaine : PH/COL/002/0038.

C’est à cette époque qu’Eugène Bodin fait paraître dans le Paris médical un article consacré à la prophylaxie et au traitement de la syphilis aux armées, archive à bien des égards passionnante[9]. Tout d’abord, soulignons que son propos est investi du sceau d’une double légitimité, celui du « Professeur de l’École de médecine de Rennes » mais aussi d’un « Médecin-chef d’une ambulance d’armée ». Autrement dit, cet article ne résulte pas d’une réflexion purement théorique mais bénéficie au contraire d’une expérience pratique, sur le champ de bataille. D’ailleurs, et c’est quelque chose qu’il convient de mettre en relief, c’est bel et bien en tant que mobilisé qu’écrit Eugène Bodin, son propos s’apparentant à l’évidence à une forme de mobilisation intellectuelle et scientifique au service de l’effort de guerre. En effet, c’est bien au prisme de la grave crise démographique que connaît l’armée française – les trois premiers mois du conflit étant les plus meurtriers, l’année 1915 accusant les plus lourdes pertes[10] – que le médecin rennais évalue la syphilis : « Elle intéresse la défense nationale au même titre que celle de toutes les maladies infectieuses, et tout particulièrement, car le danger de la vérole est double : il affaiblit les effectifs en rendant indisponible de nombreux soldats ». Aux armées, le docteur Bodin exerce son art dans le but que le poilu malade « reprenne la place qu’il a laissée vacante, et redevienne une unité active et utilisable dans l’œuvre de la défense nationale ». Signe d’une médecine confrontée aux réalités du champ de bataille, il plaide pour des solutions médicamenteuses réalistes, compatibles « avec les exigences de la vie militaire aux armées », à savoir des comprimés car :

« Ces pilules se trouvent partout, et l’on peut s’en procurer aisément dans les ambulances, d’une part ; d’autre part, rien n’est plus facile pour le soldat que d’avoir une petite provision de pilules dont il prend deux par jour. Ceci ne le gêne en rien dans son service ; il peut le faire facilement en toute circonstance ; et voilà pourquoi je préfère la forme pilulaire aux solutions ou au traitement par frictions, dont la technique est assez délicate, ou aux injections de sels insolubles – notamment l’huile grise – qui exigent l’intervention médicale et qui ne sont pas sans danger, en raison de l’inconstance de leur absorption et de l’accumulation possible des doses. Ici, je le répète, il faut rester sur le terrain de la pratique, et ne pas vouloir viser trop haut sous peine de manquer son but. »

Mais cette médecine pragmatique, conforme aux réalités du champ de bataille, ne doit pas passer pour mièvre, bien au contraire. Porté par la double autorité que lui confère la toge universitaire et le galon, Eugène Bodin délivre un propos incisif qui dévoile un médecin indéniablement progressiste. C’est ainsi qu’il s’oppose avec vigueur, et dès le début de l’article qu’il publie dans le Paris-Médical, à la réponse apportée par l’Église à la question de la syphilis aux armées : « L’histoire des siècles passés, la saine observation du présent, nous apprennent que ce n’est pas en prêchant la chasteté que l’on réduira le nombre des maladies vénériennes ». Là encore, le propos se veut avant tout pragmatique mais n’est pas sans constituer une indéniable pierre lancée dans le jardin du clergé… et de certains officiers généraux catholiques proches des milieux religieux. En Bretagne, on pense tout naturellement au général d’Amade et à son épouse. Engagée dans la lutte contre la « dépopulation » de la France, elle érige celle-ci en « cause la plus agissante de la guerre actuelle » et promeut une morale patriotique réservant la vie sexuelle au strict cadre du mariage[11]. On mesure dès lors le gouffre qu’il y a avec le discours du médecin militaire breton, l’article publié en 1916 par le Paris-Médical ne comportant aucune condamnation morale des mœurs libres.

Carte postale. Musée de Bretagne : 2017.0000.1762.
Carte postale. Musée de Bretagne : 2017.0000.1762.

D’ailleurs, et c’est assurément là la marque d’une grande indépendance d’esprit, Eugène Bodin n’hésite pas à attaquer frontalement l’institution militaire lorsqu’il est question des mesures prises pour endiguer la propagation des maladies vénériennes. Ainsi, dans cet article publié en 1916 dans le Paris-Médical, le breton loue l’excellence de la médecine pratiquée au front tout en décochant de sévères flèches contre certaines initiatives jugées inutiles :

« Ces services existent actuellement aux armées : ils sont munis de tout ce qui est indispensable. On peut être certain que le travail qu’ils fournissent est d’un puissant intérêt, et qu’ils ont dès aujourd’hui fait plus pour la prophylaxie de la syphilis que toutes les conférences recommandant aux soldats de s’abstenir de relations sexuelles. »

L’histoire ne dit pour autant pour l’heure pas comment Louise Bodin a reçu l’article publié par son médecin de mari, propos caractéristique d’une mobilisation scientifique au service de l’effort de guerre. De quoi inviter à poursuivre l’étude de la « bolchevique aux bijoux » au prisme des war studies.


[1] Bougeard, Christian, Les Forces politiques en Bretagne. Notables, élus et militants (1914-1946), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011, p. 85-125. Sur Louise Bodin, la biographie de référence est Cosnier, Colette, La Bolchevique aux bijoux, Paris, Editions Pierre Horay, 1988.

[2] Prost, Antoine et Winter, Jay, Penser la Grande Guerre, un essai d’historiographie, Paris, Seuil, 2004, p. 169 et suivantes ainsi que Robert, Jean-Louis (dir. en collaboration avec Chaurand, David), Le Syndicalisme à l’épreuve de la Première Guerre mondiale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017. 

[3] Cordillot, Michel, La Commune de Paris 1871. Les acteurs, l’événement, les lieux, Paris, Editions de l’Atelier, 2021, p. 123-124 ; Arch. de Paris : V4E 4787. La profession du père de Louise Bodin est également difficile à établir. Sur son acte de naissance, il déclare être « professeur » et sur son acte de mariage il indique être « Secrétaire, Chef des bureaux de la Mairie du deuxième arrondissement de Paris ». Arch. Paris : V4E 4787 et V4E 8112.

[4] Le prénom de l’époux de Louise Bodin a pu être identifié grâce à l’acte de mariage du couple. Arch. Paris : V4E 8112.

[5] Arch. Paris : V4E 8112. Cette même source nous apprend que les témoins du mariage sont « Pierre Emile Duclaux âgé de cinquante-cinq ans, membre de l’Académie des Sciences, Directeur à l’Institut Pasteur, professeur à la Sorbonne, Commandeur de la Légion d’honneur, demeurant à Paris 35bis rue de Rennes, ami de la famille », « Loïc Petit, âgé de cinquante-six ans, avocat à la Cour d’appel de Rennes, ancien Bâtonnier de l’ordre des avocats, Chevalier de l’ordre de Saint Grégoire-le-Grand, demeurant à Rennes (Ille-et-Vilaine), 6, rue Lafayette, oncle maternel de l’épouse », « Edouard Prillieux, âgé de soixante-huit ans, Sénateur, officier de la Légion d’honneur, demeurant à Paris 14, rue Cambacérès, cousin par alliance de l’épouse » ainsi que Charles Ducier, présenté sur l’acte comme étant président du Club alpin français, officier de la Légion d’honneur et « ami de la famille ».

[6] Pour un aperçu de la production scientifique d’Eugène Bodin, se reporter au Bulletin de la Société scientifique et médicale de l’Ouest consultable sur Gallica.

[7] Le Gall, Erwan, « Syphiliser Saint-Malo ? Prophylaxie et tourisme sur la Côte d’Emeraude pendant la Grande Guerre », in Dornel, Laurent et Le Bras, Stéphane (dir.), Les Fronts intérieurs européens. L’arrière en guerre (1914-1920), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018, p. 339-353.

[8] Arch. dép. I&V : 1 R 1710.2002. Eugène Bodin est par la suite affecté à l’hôpital complémentaire n°78 de Meaux puis est transféré dans la 1e région militaire. S’il est mis à la disposition de la 10e région militaire le 28 août 1917, il ne revient à Rennes que le 8 octobre 1917 et est démobilisé un peu plus d’un an plus tard, le 20 décembre 1918.

[9] Bodin, Eugène, «Prophylaxie et traitement de la syphilis aux armées», Paris médical. La semaine du clinicien, Tome XIX, 1916, p. 434-438.

[10] Cochet, François, « Mourir au front et à l’arrière », in Homer, Isabelle et Penicaut, Emmanuel (dir.), Le Soldat et la mort dans la Grande Guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016, p. 27-40.

[11] Le Gall, Erwan, « Syphiliser Saint-Malo ?… », art. cit., p. 350.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.