Photographie publiée dans l'édition du 17 juillet 1939 de L'Ouest-Eclair et légende ainsi : "Les gymnastes défilent devant la tribune officielle".

Gymnastique, musique et nationalisme banal à Vitré (juillet 1939)

Conservé par la Cinémathèque de Bretagne, le film d’un certain Guiot – artiste dont on ignore par ailleurs tout – intitulé « Revue locale cinématographique – Vitré Guiot – 1939 » nous offre une passionnante plongée dans l’édition 1939 du « Concours de gymnastique et de musique » organisée en cette ville. Il s’agit d’une archive d’un grand intérêt qui nous montre combien l’armée en tant qu’institution est présente dans la vie quotidienne des Bretons d’alors, l’institution participant d’un véritable « nationalisme ordinaire». Forgé par le sociologue anglais M. Bilig, ce concept n’a été que peu mobilisé par la discipline historique alors que, manifestement, il est riche de nombreuses promesses[1]. En effet, le « nationalisme ordinaire » n’est pas celui qui s’exprime dans les pages de L’Action française ou que l’on pourrait observer, par exemple, à l’occasion d’une réunion des Croix de feu[2]. C’est celui beaucoup plus discret de rues pavoisées, de porte-drapeaux de clubs sportifs, de membres de sociétés de tir et de préparation militaire et bien entendu d’une musique régimentaire défilant clairons et tambours en tête… Soit autant d’éléments clairement identifiables dans le film de Guiot conservé à la Cinémathèque de Bretagne. Dans ce cadre, et c’est pour cela que le concept forgé par M. Bilig offre un cadre particulièrement stimulant de réflexion, l’institution militaire tient bien évidemment un rôle essentiel. Certes, ceci n’a rien d’étonnant quand on sait que, dans cette seconde moitié des années 1930, même une bien innocente Fête des fleurs accorde une place éminente à l’uniforme. Pour autant, ici, à Vitré, le contexte influe assurément sur l’événement, jusqu’à lui conférer une portée mobilisatrice qui en fait un objet d’histoire particulièrement intéressant.

Les festivités du Concours de gymnastique et de musique de Vitré débutent dans la soirée du 15 juillet 1939 pour se terminer le lendemain. Les manifestations organisées à cette occasion essaiment dans toute la ville (jardin des plantes, place du Château…) mais l’essentiel de la réunion a lieu dans le parc de la Baratière le 16 juillet 1939, parc qui, plus de 25 ans plus tard, au printemps 1956, accueille une cité d’urgence destinée à remédier à l‘épineux problème du logement[3]. La presse locale, et tout particulièrement l’édition rennaise de L’Ouest-Eclair, constitue une source précieuse pour en saisir le déroulement et, ainsi, appréhender plus finement ce que donne à voir le film conservé par la Cinémathèque de Bretagne, archive remarquable mais qui renseigne avant tout le regard que le réalisateur porte sur cette manifestation. D’ailleurs, si le quotidien catholique rennais accorde une telle place dans ses pages à cet événement, c’est qu’il est placé sous la présidence de René-Pierre Mignen, archevêque de Rennes[4]. L’Aurore de Vitré, club multisport fondé au début du siècle par l’abbé Anger sur la base du patronage Saint-Martin, y tient du reste une place importante : c’est en effet elle qui est l’organisatrice du concours de gymnastique[5]. Ajoutons par ailleurs que plusieurs plans du film de Guiot conservé à la Cinémathèque de Bretagne montrent des curés en soutane, ce qui là encore témoigne de l’investissement du clergé dans cette manifestation. Pas de doute, il s’agit bel et bien d’une manifestation – pour partie au moins – catholique.

Carte postale. Musée de Bretagne: 978.0006.8.
Carte postale. Musée de Bretagne: 978.0006.8.

Il serait tentant de voir dans la forte dimension ecclésiastique de ce Concours de gymnastique et de musique une marque d’Union sacrée, comme une redite de 1914. Ce serait pourtant, à notre sens, faire fausse route. Un rapide examen des sociétés participant à ces épreuves dit combien est superficiel l’œcuménisme de ces fêtes vitréennes : l’Aurore donc mais aussi la Jeanne d’Arc de Saint-Servan, les Cadets de Bretagne (Rennes), le Drapeau de Fougères (association née en 1893 et faisant suite à l’Œuvre Saint-Joseph), la Saint-Nicolas de Nantes ou encore La Tour d’Auvergne de Rennes (un patronage fondé au tournant du siècle)… soit autant d’associations catholiques. En revanche, on ne relève aucune trace de sociétés plus à gauche, comme En Avant de Guingamp ou le Cercle Paul Bert de Rennes.

Il n’est d’ailleurs pas impossible que ces concours constituent une sorte d’épreuve de force pour une Église toujours soucieuse de démontrer qu’elle est en mesure de mobiliser les masses, en l’occurrence plus de 15 000 personnes d’après les chiffres avancés par L’Ouest-Éclair[6]. Si l’entrée pour assister aux épreuves est payante, la SNCF prend des mesures spéciales pour que les spectateurs puissent se rendre à Vitré. Celles-ci permettent d’ailleurs de tracer un cercle qui, de Rennes à Laval, dit l’écho de ces manifestations[7].

Ajoutons d’ailleurs que les fêtes vitréennes font en ce week-end du mois de juillet 1939 face à une très forte concurrence : des courses hippiques à Bruz, au sud-ouest de Rennes, mais aussi, deux jours plus tôt deux étapes du Tour de France entre Brest et Lorient puis Lorient et Nantes[8]. C’est dire donc si les chiffres de fréquentation avancés par L’Ouest-Éclair sont significatifs et témoigne d’une société des loisirs de masse et du divertissement, même s’ils ne doivent naturellement pas être pris pour argent comptant. Toutefois, l’analyse doit rester mesurée. 1939 n’est pas 1889 et l’Église dont il s’agit ici est sans ambiguïté aucune ralliée à la République. D’ailleurs, l’Aurore compte parmi les sociétés vitréennes mobilisées lors de la traditionnelle cérémonie du 14 juillet, aux côtés des médaillés militaires, des anciens combattants de l’UNC ou des officiers et sous-officiers de réserve[9].

Le concours de gymnastique et de musique qui a lieu en juillet 1939 à Vitré est organisé dans un contexte bien spécifique, celui d’une « montée des périls » qui, bien entendu, n’aura échappé à personne. Or ce climat diplomatique particulièrement tendu influe directement sur l’événement, une dimension qui n’est d’ailleurs nullement propre à la sous-préfecture d’Ille-et-Vilaine. C’est ainsi par exemple que les festivités parisiennes du 14 juillet sont placées sous le signe du renouvellement de l’Entente cordiale ; un message bien entendu adressé à Berlin et qui fait dire à L’Ouest-Éclair que cette « fête nationale [fut] un prestigieux déploiement des forces de l’Empire français et des plus belles troupes de l’Angleterre »[10]. Mais en Ille-et-Vilaine, c’est l’alliance avec la Poor Little Belgium, signe de l’ombre portée de 1914-1918, que l’on met en avant grâce à un invité d’honneur, la Royale Gilde Saint-Joseph de Bruxelles. D’ailleurs, le concours de gymnastique et de musique s’affiche comme une « fête franco-belge », manière d’affirmer l’union entre ces deux pays alliés[11]. Notons que pendant ce temps, de la Pologne, il n’est nullement question…

Photographie publiée dans l'édition du 15 juin 1936 de L'Ouest-Eclair et légendée ainsi : "M. et Mme Delmarcel, les membres du comité et les adhérents à l'Amicale des Belges en Bretagne".
Photographie publiée dans l’édition du 15 juin 1936 de L’Ouest-Eclair et légendée ainsi : « M. et Mme Delmarcel, les membres du comité et les adhérents à l’Amicale des Belges en Bretagne ».

Le Royaume de Belgique est représenté par un certain Maurice Delmarcel, vice-consul en poste à Rennes. Président de l’Amicale des Belges de Bretagne, ce natif de Louvain n’est pas un diplomate professionnel, ce qui n’est pas exceptionnel à ce niveau de responsabilité. Evacué malade à Rennes en décembre 1916 alors que combattant dans l’armée belge, il s’établit finalement dans cette ville où il développe une importante entreprise de négoce textile[12].

De son côté, la France est bien représentée avec de nombreux élus – nous y reviendrons – et la participation remarquée de la musique du 41e régiment d’infanterie. Guiot consacre d’ailleurs à cette clique un plan de plusieurs secondes qui permet, grâce à un fanion accroché à une trompette, d’identifier à coup sûr cette unité. Le film de la « Revue locale cinématographique » conservé par la Cinémathèque de Bretagne montre également plusieurs officiers présents dans les tribunes, dont un général, mais, malheureusement, faute de légende, il n’est pas possible de les identifier.

Toujours est-il qu’officiels belges et français convergent dans la matinée du 16 juillet 1939 vers le monument aux morts de Vitré, érigé place du Château, pour une cérémonie patriotique multipliant les symboles d’amitié franco-belge : à La Marseillaise répond La Brabançonne tandis que devant la stèle les discours relaient le souvenir de la Grande Guerre dans une allusion à peine voilée à l’actualité du moment. Encore une fois, la mémoire est l’outil politique du temps présent mais le discours n’est pas sans posséder un double registre, international bien entendu mais également strictement hexagonal. La piété patriotique dont il s’agit ici est bel et bien bretonne et donc catholique, comme le rappelle le maire, Marcel Rupied : « Jamais la France n’oubliera ces sombres heures génératrices d’une gloire si pure et la Bretagne, l’une des plus belles provinces françaises, qui pleure encore tant de fils valeureux tombés devant l’ennemi, la Bretagne, dont la foi catholique, les vertus profondes et solides, le caractère travailleur et persévérant, ressemble par tant de côtés à la Belgique, se souviendra toujours des combats communs et du sang versé pour la même cause sur les mêmes champs de bataille »[13].

Ces quelques lignes constituent une archive précieuse pour l’historien qui y décèle bien entendu l’ombre portée de1914-1918, mais aussi une illustration de ce « nationalisme ordinaire » défini par M. Billig. Ici, point de rhétorique agressive, d’offensive sur un quelconque espace vital ou de diatribe enflammée magnifiant l’idée d’une revanche mais simplement l’expression d’un patriotisme défensif d’autant plus solidement ancré dans les consciences qu’il est lesté du souvenir de la Grande Guerre, c’est-à-dire d’un conflit dont la France est non seulement ressortie vainqueur mais qu’elle a mené au nom « du droit et de la civilisation ». C’est une chose sur laquelle il faut insister car la mémoire historique n’est en ce mois de juillet 1939 pas que l’arrière-plan d’une manifestation sportive et musicale, elle n’est pas qu’un ensemble de références ordonnancées dans une argumentation véhiculant ce « nationalisme ordinaire », elle est aussi un moteur du renouvellement du consentement patriotique plus de vingt ans après l’hécatombe de 1914-1918.

Photographie publiée dans l'édition du 17 juillet 1939 de L'Ouest-Eclair et légendée ainsi: "La cérémonie devant le monument aux morts".
Photographie publiée dans l’édition du 17 juillet 1939 de L’Ouest-Eclair et légendée ainsi: « La cérémonie devant le monument aux morts ».

C’est une chose particulièrement sensible dans le discours du maire de Vitré, Marcel Rupied : l’emboitement des appartenances, selon le principe des gigognes patriotiques mis en évidence par l’historienne A.-M. Thiesse, est flagrant lors de ce Concours de gymnastique et de musique[14]. C’est ainsi par exemple que le vainqueur du classement général du concours de gymnastique se voit remettre « un objet d’art offert par le ministre de l’Education physique », distinction qui fait écho aux origines géographiques des participants[15]. Dans les rues de Vitré, les membres de la Royale Gilde Saint-Joseph de Bruxelles, de l’Harmonie Notre-Dame de Vitré et du Cercle celtique de Rennes sont acclamés aux cris, d’après L’Ouest-Éclair qui les rapporte, de « Vive la France ! Vive la Belgique ! Vive la Bretagne ! »[16]

La péninsule armoricaine, elle, est représentée de bien des manières. N’insistons pas sur la présence du 41e RI de Rennes, déjà évoquée dans ce billet. Égrenons plutôt la liste des personnalités recensées par L’Ouest-Éclair : le maire Marcel Rupied donc, que la caméra de Guiot immortalise en complet et chapeau melon dès le début de cette « Revue locale cinématographique », mais aussi le sénateur Alexandre Lefas ou le député Hervé de Lyrot[17]. On note également la présence d’un certain nombre d’ecclésiastiques : l’abbé Anger « curé de Landéan et vénéré fondateur de L’Aurore » mais aussi l’archevêque, René-Pierre Mignen. Ce concours est donc aussi un événement où se pressent les notables de la ville et du département. Sans doute que cet empilement des inscriptions géographiques, en ce qu’elles participent du « kit identitaire » défini aussi par A.-M. Thiesse, relève aussi pour partie du « nationalisme banal » théorisé par M. Bilig[18].

De même, il convient d’insister sur le caractère « folklorique » de cette manifestation vitréenne et, notamment, sur le rôle important tenu par le Cercle celtique de Rennes. Ajoutons que celui-ci contribue à lisser les particularismes qui font la richesse de la péninsule armoricaine : point de répertoire gallo au programme en ce mois de juillet 1939 mais des chants et des danses « de Basse-Bretagne »[19]. Cette dimension bretonne, quoique singulièrement unifiée, pour ne pas dire simplifiée, n’échappe toutefois pas à la caméra de la « Revue locale cinématographique » qui consacre un certain nombre de plans aux hommes et aux femmes qui, pour l’occasion, portent le costume. Sans doute faut-il y voir un écho du caractère proprement spectaculaire de cette représentation, dimension que relaie bien volontiers L’Ouest-Éclair :

« Il nous plait aussi de dire comment cette fête de nuit se prolongea d’une façon inattendue et comment, après la fête franco-belge, s’improvisa brillamment dans les salons de l’hôtel des Voyageurs une manifestation celtico-belge. Entrant au café de l’hôtel pour se réconforter avant de regagner Rennes, les danseurs et danseuses du Cercle celtique furent accueillis par les hurrahs enthousiastes des Belges qui, pour prouver tout leur contentement, entonnèrent tour à tour la Marseillaise et la Madelon. […] Séduits par ce folklore si riche qui était pour eux une révélation, les Belges ne tarissaient pas d’enthousiasme et les Bretons d’entrain. »[20]

Là encore, le discours mêle allègrement la célébration de la petite patrie et l’affirmation de l’union de la grande à la Belgique. On pourra bien entendu discuter de la nature réelle des costumes et danses folkloriques présents lors de ce concours de gymnastique et de musique. Ces éléments relèvent-ils d’un « nationalisme ordinaire », c’est-à-dire d’un patriotisme de « petite patrie » nullement assimilable au séparatisme promu par un journal tel que Breiz Atao ? La question mérite sans doute d’être posée, le concept se révélant éclairant dans ce qu’il dit de l’imposition verticale d’un modèle identitaire.

Cliché publié dans l'édition du 18 juillet 1939 de L'Ouest-Eclair et légendée comme suit: "Les gymnastes de la Royal Gilde Saint-Joseph de Bruxelles qui firent une belle exhibition, recueillant les nombreux applaudissements de la foule et les appréciations élogieuses du jury".
Cliché publié dans l’édition du 18 juillet 1939 de L’Ouest-Eclair et légendée comme suit: « Les gymnastes de la Royal Gilde Saint-Joseph de Bruxelles qui firent une belle exhibition, recueillant les nombreux applaudissements de la foule et les appréciations élogieuses du jury ».

Au final, on est en droit de se demander quelle est la nature profonde du spectacle proposé en ce weekend de juillet 1939 à Vitré. S’agit-il d’une manifestation sportive, culturelle ou patriotique ? La messe elle-même, dont L’Ouest-Éclair nous dit qu’elle est « dialoguée à la manière jociste », semble s’inscrire pleinement dans l’actualité diplomatique du moment comme le suggère l’épitre du jour : « levez maintenant vos membres au service de la justice pour votre sanctification »[21].  Sans doute toutes ces dimensions s’additionnent-elles pour produire un objet historique singulier et que les contemporains eux-mêmes, visiblement, ont du mal à qualifier. Il est à cet égard assez intéressant de noter que les résultats de ce qui est aussi un concours de gymnastique ne sont pas annoncés dans la rubrique des sports de L’Ouest-Éclair mais dans la rubrique consacrée à l’actualité vitréenne. Comme si la rigidité des corps, figés dans une position martiale, sortait de facto cette manifestation du registre de la sportivité et du loisir de kermesse pour en intégrer un autre, celui de la préparation militaire comprise ici non pas dans un cadre strictement disciplinaire mais élargi, sans doute plus souple mais pénétrant probablement plus profondément la société bretonne et française. Là aussi est le « nationalisme ordinaire ». Pour autant, la mesure doit encore une fois de plus prévaloir dans l’analyse : la péninsule armoricaine de 1939 n’est par l’Allemagne nazie ou l’Italie fasciste soit autant de pays où la participation aux mouvements militarisés de jeunesse est obligatoire. C’est donc au prisme des milliers de jeunes bretons qui pratiquent d’autres sports, d’autres loisirs, ou au contraire n’en ont aucun, soit par choix, soit par manque de moyens, qu’il faut aussi appréhender les centaines de participants du Concours de gymnastique et de musique qui est organisé à Vitré en juillet 1939.

C’est là que le concept de « nationalisme ordinaire » se révèle particulièrement utile pour décrire ce que montre la caméra de Guiot, c’est-à-dire un processus de socialisation où non seulement l’Armée en tant qu’institution tient une place importante mais qui est de plus coconstruit avec d’autres entités, civiles cette fois-ci, et en l’occurrence évoluant dans le giron de l’Église[22]. Mais reste la question de la temporalité. La fin des années 1930 n’est en effet pas le milieu des années 1920, époque où pèse lourdement le traumatisme encore très frais de la Grande Guerre et où la jeunesse rechigne plus qu’avant encore au service militaire, celui-ci étant d’ailleurs 18 mois en 1923 puis à seulement un an en 1928. L’historien F. Cochet parle même à ce propos de cette période de « demande sociale de pacifisme »[23]. Dès lors, si un Concours de gymnastique et de musique tel que celui organisé à Vitré en juillet 1939 présente les caractéristiques décrites plus haut dans ce billet, c’est que la remilitarisation des pratiques ne part pas de rien mais profite au contraire d’un substrat fécond, ce « nationalisme ordinaire » qui infuse en réalité dans toute la société française, y compris en Bretagne, depuis le dernier tiers du XIXe siècle.

La rentrée des classes, séance préliminaire de gymnastique (sans lieu), 1936. Photographie de l'agence Meurisse. Gallica / Bibliothèque nationale de France : département Estampes et photographie, EI-13 (2916).
La rentrée des classes, séance préliminaire de gymnastique (sans lieu), 1936. Photographie de l’agence Meurisse. Gallica / Bibliothèque nationale de France : département Estampes et photographie, EI-13 (2916).

En invitant à se focaliser sur les manifestations patriotiques de basse intensité, plutôt que sur les éruptions nationalistes, M. Billig permet de mieux comprendre les fluctuations du phénomène – en quelque sorte de l’historiciser – et invite à chercher les racines de ce que filme la caméra de Guiot. Dans un magistral article récemment publié, L. Pabion revient sur ces pratiques sportives – le tir scolaire mais aussi la gymnastique – qui constituent à la Belle époque autant de « mécanismes de construction d’une culture militaire, largement diffusée en dehors des murs des casernes, qui précède la culture de guerre et qui fonctionne comme un répertoire mobilisable de gestes, de discours et de représentations »[24]. E. Saint-Fuscien rappelle pour sa part que « si les fameux bataillons scolaires sont supprimés en 1893, la gymnastique, intégrant les gestes de l’ordre serré et des postures militaires, reste centrale dans les programmes et le tir à la carabine garde son statut d’exercice valorisé dans les cours moyens et les cours supérieurs »[25]. Ces pratiques sportives illustrent parfaitement l’attitude pour le moins paradoxale de ces Français foncièrement pacifistes mais, qui, dans le même temps, refusent d’oublier « l’année terrible », la volonté de Revanche constituant à cet égard moins un but à atteindre qu’une posture servant prouver son patriotisme[26]. Et l’on notera que la gymnastique et le tir rentrent dans le cadre de ce que l’on nomme alors la « préparation militaire », militaire et non guerrière : une distinction lexicale certes subtile mais de taille et qui à n’en pas douter fonde le recours au nationalisme ordinaire comme grille de lecture. Pour ce qui concerne la péninsule armoricaine, l’histoire des sociétés de préparation militaires au cours des années 1920-1930 demeure encore un angle-mort de la connaissance. On sait toutefois que certaines sont dynamiques, à l’instar de celle de Montfort, commune de l’ouest de Rennes, qui en 1925 est jugée « prospère » par les autorités préfectorales avec une centaine de sociétaires et une cinquantaine de membres actifs[27]. Or l’enjeu d’une telle enquête est d’importance. Il s’agit en effet d’équilibrer les représentations et de nuancer le poids du pacifisme qui, s’il est réel, se conjugue aussi avec d’autres réalités, ce d’autant plus que le climat diplomatique se dégrade. Dans l’article évoqué précédemment, L. Pabion affirme à juste titre que « marcher au pas, savoir tirer au fusil Lebel, rejoindre son unité si nécessaire, sont autant d’aptitudes normales de l’homme en République, au même titre que parler français, savoir lire, écrire et compter, voter ou payer ses impôts »[28]. Ce faisant, cet historien replace au centre de la société française d’alors la caserne.  La « Revue locale cinématographique » filmée à Vitré montre qu’il en est aussi probablement de même en juillet 1939, en Haute-Bretagne comme partout ailleurs en France. Là est en effet une des clefs majeures de la mise sur le pied de guerre d’une armée. En d’autres termes, l’idée de « nationalisme ordinaire », comprise comme processus de socialisation au consentement patriotique, permet d’identifier la place de l’uniforme dans la fabrique de cet habitus. Suivant les périodes, le fait militaire y tient une place plus ou moins prépondérante.


[1] Bilig, Michael, Banal Nationalism, London, Sage, 1995. Je remercie Tudi Kernalegenn qui m’a fait découvrir cet ouvrage. En Français, pour une approche critique de cette notion, on se réfèrera au dossier de la revue Raisons politiques publié en 2010 et notamment à l’article « Penser le nationalisme ordinaire » de V. Martigny.

[2] Le journal dirigé par Léon Daudet et Charles Maurras n’hésite en effet pas à se présenter comme « l’organe du nationalisme intégral ». La mention figure en première page sur l’édition du 16 juillet 1939, jour du Concours de gymnastique et de musique organisé à Vitré. L’Action française, 32e année, n°197, 16 juillet 1939.

[3] Musée de Bretagne : 978.0088.220.

[4] « Ce soir, à Vitré, débuteront les manifestations du Concours Régional de Gymnastique et de Musique et des Fêtes Franco-Belges », L’Ouest-Éclair, 40e année, n°15 586, 15 juillet 1939, p. 8.

[5] « Plus de quinze mille personnes ont assisté, à Vitré, au magnifique concours de gymnastique et de musique », L’Ouest-Éclair, 40e année, n°15588, 17 juillet 1939, p. 6.

[6] « Plus de quinze mille personnes ont assisté, à Vitré, au magnifique concours de gymnastique et de musique », L’Ouest-Éclair, 40e année, n°15588, 17 juillet 1939, p. 6.

[7] « Ce soir, à Vitré, débuteront les manifestations du Concours Régional de Gymnastique et de Musique et des Fêtes Franco-Belges », L’Ouest-Éclair, 40e année, n°15 586, 15 juillet 1939, p. 8.

[8] « Notre Dimanche », L’Ouest-Éclair, 40e année, n°15585, 14 juillet 1939, p. 4 ; Evanno, Yves-Marie, « Du cliquetis des pédales au bruit des bottes : un été cycliste perturbé en Bretagne (juillet-septembre 1939) », En Envor, revue d’histoire contemporaine en Bretagne, n°2, été 2013, en ligne.

[9] « Le 14 juillet », L’Ouest-Éclair, 40e année, n°15 586, 15 juillet 1939, p. 8.

[10] « Ce que fut la fête nationale », L’Ouest-Eclair, 40e année, n°15 586, 15 juillet 1939, p. 1.

[11] Garraud, Philippe, « L’ombre portée de 1914-1918 dans les années 30 », Vingtième Siècle, revue d’histoire, n°104, p. 17-27.

[12] « M. Delmarcel, président de l’Amicale des Belges de Bretagne, est nommé vice-consul de Belgique », L’Ouest-Éclair, 38e année, n°14 444, 24 mai 1936, p. 9. Le prénom de ce diplomate a pu être déterminé avec « Avis de décès », L’Ouest-Éclair, 42e année, n°16153, 18 février 1941, p. 4.

[13] « Plus de quinze mille personnes ont assisté, à Vitré, au magnifique concours de gymnastique et de musique », L’Ouest-Éclair, 40e année, n°15588, 17 juillet 1939, p. 6.

[14] Thiesse, Anne-Marie, Ils apprenaient la France. L’exaltation des régions dans le discours patriotique, Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme, 1997 et La création des identités nationales, Europe XVIIIe – XXe siècle, Paris, Seuil, 2001.

[15] « Le Palmarès », L’Ouest-Eclair, 40e année, n°15888, 17 juillet 1939, p. 7.

[16] « Plus de quinze mille personnes ont assisté, à Vitré, au magnifique concours de gymnastique et de musique », L’Ouest-Éclair, 40e année, n°15588, 17 juillet 1939, p. 6.

[17] Profitons de l’occasion pour souligner combien la Grande Guerre d’Alexandre Lefas et d’Hervé de Lyrot contraste avec celle, au front et concrétisée par une blessure reçue au feu, de Marcel Rupied. Tandis que le premier, il est vrai né en 1871, est plutôt discret pendant le conflit, réalité qui le pousse d’ailleurs à ne pas se représenter lors des élections législatives de 1919, le second est lui en Autriche en août 1914. Bien que seulement âgé de 29 ans, et donc théoriquement pleinement mobilisable, il est interné en tant que ressortissant d’une puissance ennemie et ne porte par les armes pendant la guerre. Ce parcours constitue d’ailleurs pour lui un sérieux handicap politiques lors de la campagne pour les élections législatives de 1936, les milieux anciens combattants n’hésitant pas à voir en lui un embusqué voire un traitre. Ceci ne l’empêche toutefois pas d’être réélu à la députation dans sa circonscription de Vitré. Pour de plus amples développements, Le Gall, Erwan, « Unis comme au front (populaire) ? Les anciens combattants d’Ille-et-Vilaine et le scrutin du printemps 1936 », in Le Gall, Erwan et Prigent, François (dir.), C’Était 1936. Le Front populaire vu de Bretagne, Rennes, Editions Goater, 2016, p. 271-272.

[18] À ce propos lire la stimulante réflexion de Thiesse, Anne-Marie, « L’histoire de Franc en musée. Patrimoine collectif et stratégies politiques », Raisons politiques, n°37, 2001-10, p. 103-117.

[19] « Plus de quinze mille personnes ont assisté, à Vitré, au magnifique concours de gymnastique et de musique », L’Ouest-Éclair, 40e année, n°15588, 17 juillet 1939, p. 6.

[20] « Après le concours de gymnastique et de musique et les fêtes franco-belges de Vitré », L’Ouest-Éclair, 40e année, n°15 589, 18 juillet 1939, p. 8.

[21] « Plus de quinze mille personnes ont assisté, à Vitré, au magnifique concours de gymnastique et de musique », L’Ouest-Éclair, 40e année, n°15588, 17 juillet 1939, p. 6.

[22] C’est ce que montre Throssell, Katharine, « Un berceau bleu, blanc, rouge : le nationalisme ordinaire et l’enfance », Raison politiques, n°37, 2010-1, p. 27-38 en insistant sur l’importance de la famille dans la construction de cet habitus.

[23] Cochet, François, « Déconstruire / Reconstruire l’Armée française après la victoire. 1918-1928 », in Bled, Jean-Paul et Deschodt, J.-P. (dir.), Les Conséquences de la Grande Guerre 1919-1923, Paris, Editions SPM, 2020, p. 140.

[24] Pabion, Lionel, « L’École de la revanche ? Le tir scolaire en France (1880-1920) », 20 & 21. Revue d’histoire, n°149, 2021-1, p. 96.

[25] Saint-Fuscien, Emmanuel, « Ce que la guerre fait à l’institution : l’école primaire en France autour du premier conflit mondial », Guerres mondiales et conflits contemporains, n°278-2, 2020, p. 7.

[26] Joly, Bertrand, « La France et la Revanche (1871-1914) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, Tome 46, n°2, avril-juin 1999, p. 325-347.

[27] Le Gall, Erwan, 1918-1926 : Entrer en paix. Sortir de la Grande Guerre en pays de Montfort [Catalogue réalisé dans le cadre de l’exposition éponyme présentée du 12 juillet au 14 décembre 2018 en l’hôtel de Montfort Communauté], Montfort-sur-Meu, Montfort Communauté, 2018, p. 151-152.

[28] Pabion, Lionel, « L’École de la revanche ?… », art. cit., p. 104.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.