L’enfant, le livre, la Grande Guerre

S. Audoin-Rouzeau et M. Pignot ont très largement contribué à mieux comprendre l’enfance en Première Guerre mondiale[1]. Actes d’un colloque tenu les 9 et 10 octobre 2014 à Troyes, cet ouvrage collectif publié aux Editions et presses universitaires de Reims sous la direction de la spécialiste de littérature médiévale D. Quéruel contribue à l’exploration de ce champ en ce focalisant sur un objet particulier, le livre[2].

Précisons en préambule à l’attention de celles et ceux qui seraient tentés de ne voir en l’enfance en 1914-1918 qu’un sujet accessoire, périphérique, toute l’importance de ce domaine de recherche. En effet, ce qui se manifeste pendant ce conflit, c’est une attention accrue portée à l’enfant, tendance qui n’est pas neuve mais qui au contraire prend sa source dans un long XIXe siècle et qui s’explique notamment par la baisse tendancielle des taux de natalité. En réalité, ce qui s’impose en ces années, c’est la modernité d’un modèle reposant sur la famille nucléaire (p. 9).

Dans ce cadre, le livre est soit un roman de plus ou moins bonne facture s’adressant aux têtes blondes, soit un manuel scolaire. C’est ainsi par exemple que J. Schuh s’intéresse à l’œuvre du colonel Émile Driant, « synthèse entre l’esprit de revanche après la défaite de 1870, l’idéologie de la Troisième République et l’imaginaire des machines que Jules Verne avait déployé avant lui » (p. 35)[3]. F. Béchet-Bottier, pour sa part, porte son attention au célébrissime Petit Lavisse (p. 149-170). Ce faisant, au fil des pages, les différents contributeurs de ce volume collectif éprouvent la tension entre mobilisation patriotique et propagande, le premier mouvement étant censé être ascendant, le second descendant.

Carte postale. Musée de Bretagne: 993.0010.35.
Carte postale. Musée de Bretagne: 993.0010.35.

Or cette ligne de crête est beaucoup plus délicate à déterminer qu’il n’y paraît de prime abord. Analysant le livre d’images Deux petits Alsaciens publié en 1916 par Antoinette Meyer, L. Bonhomme a parfaitement raison de remarquer que « les deux jeunes héros ne sont, en quelque sorte, qu’un double fictionnel du lecteur, un modèle spéculaire qui sert également de modèle identificatoire » (p. 56). Mais il convient néanmoins d’aller plus loin et de se demander si cette stratégie discursive fonctionne. En d’autres termes, un tel ouvrage contribue-t-il effectivement à l’affirmation du sentiment patriotique chez les enfants ? Répondre à une telle question – comprise ici dans un sens métonymique et interrogeant en réalité l’école en Grande Guerre – n’est pas chose simple. Il serait ainsi tentant de pencher vers l’affirmative en se basant sur les nombreuses compositions et autres carnets d’écoliers qui sont conservés dans les archives. Mais cela serait faire fi de l’agentivité des élèves qui, pour une bonne partie d’entre eux au moins, sont bien conscients de ce que l’institution attend d’eux. Certes, on peut débusquer de nombreuses traces de postures scolaires et patriotiques, à l’instar de celle mentionnée par exemple dans ce volume par D. Quéruel et J.-L. Humbert : « lorsque les élèves du lycée parisien Jeanson-de-Sailly apprennent l’existence d’une épidémie de rhinopharyngite dans un bataillon de chasseurs cantonnés dans les Vosges, ils décident de leur envoyer 800 boîtes de réglisse et de pastilles Valda » (p. 22). Acte certes touchant mais au demeurant difficile à interpréter, sauf bien entendu à oublier le caractère intrinsèquement contraignant de l’institution scolaire. Par ailleurs, il convient de remarquer que cette mise en conformité avec la morale patriotique du moment n’a qu’un coût social relativement marginal, ce d’autant plus que les élèves dont il s’agit ici appartiennent à l’une des institutions les plus huppées de la capitale.

Précieux, les cahiers de l’institutrice anonyme parisienne étudiés par D. Quéruel n’en sont pas moins produits par une femme tenue de respecter les instructions ministérielles, ce qui invite bien entendu à interroger la portée réelle des pratiques (p. 131-148). E. Saint-Fuscien le rappelle en effet, « les innombrables injonctions à l’héroïsme et au dévouement par les préfets, les recteurs d’académie ou les inspecteurs reflètent les attentes qui pèsent sur les épaules des instituteurs et institutrices » et celles-ci sont, bien évidemment, indissociables de l’idée d’effort de guerre[4]. Et cet historien de citer le recteur de Rennes qui préconise, dès le 28 octobre 1914, la participation des scolaires aux cérémonies de la journée des morts du 2 novembre suivant[5]. Or cette instruction n’est pas que pieuse dévotion aux victimes de la défense de la patrie agressée par une nation barbare puisqu’elle s’inscrit aussi, quoi qu’on en dise, dans un rapport hiérarchique vis-à-vis des enseignants.

En d’autres termes, si les apports de l’histoire culturelle sont indéniables pour qui s’intéresse à l’enfance en Grande Guerre, il ne faudrait pour autant pas en oublier les ressorts de l’histoire sociale, sauf bien entendu à vouloir se limiter aux vernis des discours. Cette dimension est particulièrement sensible chez Charlotte Schaller, autrice d’En Guerre !, ouvrage destiné aux « très jeunes enfants » et expliquant le conflit. Dans la mesure où cette femme est une « Suisse fribourgeoise installée à Paris », n’est-elle pas contrainte à participer à l’effort patriotique – et pédagogique – de guerre en écrivant un tel ouvrage au risque d’être assimilée à la figure de « l’ennemi intérieur » ? (p. 65). Là est une logique qui, d’ailleurs, n’est pas propre à la littérature enfantine. Aux États-Unis, par exemple, plusieurs figures du secteur de l’industrie cinématographique ont de forts liens avec l’Allemagne. Carl Laemmle, président de Universal, Edwin Thanhous, fondateur de la Film Corporation éponyme ou encore George Kleine, créateur de la compagnie Kalem, sont tous trois fraîchement naturalisés en 1917 et s’engagent sans aucune ambiguïté, le plus vraisemblablement dans le souci d’éloigner tout soupçon de double loyauté[6].

A Rennes, une classe de l'école de la rue d'Echange (1918, photographe anonyme). Musée de Bretagne : 977.0034.13.
A Rennes, une classe de l’école de la rue d’Echange (1918, photographe anonyme). Musée de Bretagne : 977.0034.13.

L’adhésion des enfants à ce discours patriotique, dont on vient de voir qu’il n’est peut-être pas totalement désintéressé, est donc d’autant plus difficile à déterminer. Par ailleurs, toutes les situations ne se valent sans doute pas : Yves Congar (p. 121-130) aurait-il écrit de la sorte s’il avait vécu ailleurs qu’à Sedan, ville non seulement occupée pendant 4 ans par les Allemands mais indissociable du souvenir du 2 septembre 1870 et de l’idée de Revanche ? N’y a-t-il pas là un cadre intrinsèquement contraignant ? L’authenticité du témoignage du morbihannais Jean-Corentin Carré nous paraît à cet égard bien plus suspecte que ce que peux suggérer L. Olivier Messionnier (p. 88 et suivantes)[7]. En revanche, ce qui est certain, c’est que ce texte s’inscrit dans une littérature du périssable qui paraît être une caractéristique assez largement partagée par cette prose enfantine, ou à destination des enfants, de guerre. L’exemple de la trilogie australienne d’Ethel Turner étudié par Y. Bellenger-Morvan constitue à cet égard un exemple passionnant, ces livres participant également d’une volonté de célébrer l’Australianité (p. 105-118)

En définitive, si le livre enfantin s’apparente bel et bien pendant la Grande Guerre à un « support idéologique » (p. 107), il reste à déterminer si celui-ci est efficace et s’il contribue ou non au renouvellement des consentements patriotiques tout au long du conflit. Là est une question d’ampleur et qui doit être traitée à très vaste échelle tant elle apparaît transcender les courants philosophiques. Ethel Tuner est une figure du socialisme australien (p. 114), ce qui rappelle la faculté de la gauche à penser la nation, tandis que Bécassine, qui est confrontée à la guerre dans quatre albums, est l’héroïne des petites filles de la bourgeoisie et voit le jour dans catholique Semaine de Suzette (p. 201-202).

Portrait d'Ethel Tuner (1928) par Harold Cazneaux, détail. Wikicommons / National Portrait Gallery (Camberra).
Portrait d’Ethel Tuner (1928) par Harold Cazneaux, détail. Wikicommons / National Portrait Gallery (Camberra).

Richement illustré, ce bel ouvrage collectif trouvera assurément sa place dans la bibliographie de celles et ceux qui travaillent sur l’enfance en Grande Guerre. Plus encore, il développe à l’échelle nationale un certain nombre de pistes qui mériteraient d’être confrontées à des enquêtes menées avec des spectres plus resserrés et comparatifs, et notamment à l’échelle de la péninsule armoricaine pour ce qui intéresse ce carnet de recherche.


[1] Audoin-Rouzeau, Stéphane, La guerre des enfants : 1914-1918, Paris, Armand Colin, 2004 ; Audoin-Rouzeau, Stéphane, L’enfant de l’ennemi, 1914-1918 : viol, avortement, infanticide pendant la Grande guerre, Paris, Flammarion, 2009 ; Pignot, Manon, La guerre des crayons : quand les petits Parisiens dessinaient la Grande guerre, Paris, Parigramme, 2004 ; Pignot, Manon, Allons enfants de la patrie : génération Grande guerre, Paris, Seuil, 2012 ; Pignot, Manon, L’appel de la guerre. Des adolescents au combat 1914-1918, Paris, Anamosa, 2019. Sur ce sujet et dans une approche comparable, on lira également Fouchard, Dominique, Le poids de la guerre. Les poilus et leur famille après 1918, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013 et Cronier, Emmanuelle, Lacombe, Florence, Larroche, Emmanuel (dir.), Ecoliers en guerre. 1914-1918 La Collection graphique de l’École alsacienne, Paris, Maisonneuve & Larose, 2018.

[2] Quéruel, Danielle, La Guerre, le livre et l’enfant (1914-1918), Reims, Editions et presses universitaires de Reims, 2021. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[3] Pour une mise en perspective avec une prose plus généraliste Cochet, François, Représentations du champ de bataille à la veille de la Grande Guerre dans la littérature grise et dans la presse généraliste », in Cochet, François et Sauvage, Jean-Christophe (dir.), 1914. La Guerre avant la guerre. Regards sur un conflit à venir, Paris, Riveneuve, 2015, p. 15-29.

[4] Saint-Fuscien, Emmanuel, « Ce que la guerre fait à l’institution : l’école primaire en France autour du premier conflit mondial », Guerres mondiales et conflits contemporains, n°278-2, 2020, p. 10.

[5] Ibid., p. 13

[6] Elefteriou-Perrin Véronique, « Entre pragmatisme et patriotisme : les périodiques de cinéma et l’entrée en guerre des États-Unis dans la Grande Guerre », in Hélène Baty-Delalande et Carine Trevisan (dir.), Entrer en guerre, Paris, Hermann, 2016, p. 224.

[7] Ce témoignage est conservé aux Archives départementales du Morbihan sous la cote 1 J 233. Sur l’idée d’authenticité, on renverra au fort stimulant cycle de conférence organisé actuellement par Bretagne Culture Diversité.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2021, 5 septembre). L’enfant, le livre, la Grande Guerre. Ar Brezel. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbo3

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.