Tanguy Le Gentil de Rosmorduc : un officier de série B ?

Né le 23 novembre 1892 à Trémel, dans les Côtes-du-Nord, le lieutenant-colonel Tanguy Le Gentil de Rosmorduc commande au printemps 1940 le 48e RI, unité tenant garnison à Guingamp mais aussi à Landerneau, dans le Finistère[1]. Le parcours de cet officier nous est connu principalement par son dossier de Légion d’honneur, conservé aux Archives nationales, ainsi que par la reconnaissance optique de caractères disponible sur la presse en ligne[2]. Ces sources permettent de dessiner la carrière d’un aristocrate bien né et qu’un certain ethos familial semble promettre au métier des armes. Pour autant, ces prédispositions font-elles de Tanguy Le Gentil de Rosmorduc un bon officier supérieur ? Répondre à cette question exige bien entendu de la prudence tant, en la matière, toute certitude est à proscrire. Mais une telle interrogation est d’importance en ce qu’elle semble dessiner, comme par ricochet, le niveau du 48e RI en 1939.

Tanguy Gwénolé Gaston Le Gentil de Rosmorduc est le fils du baron Ernest Adolphe Georges Charles Ange Le Gentil de Rosmorduc, déclarant exercer à sa naissance la profession de propriétaire, et de Berthe Marie Josèphe Pauline Le Rouge de Guerdavid[3]. Il s’agit d’une authentique famille aristocrate. Si les quartiers de noblesse ne font aucun doute – ils remontent au XVe siècle chez les Le Gentil de Rosmorduc, au XVIIe chez les Le Rouge de Guerdavid – la titulature, elle, est incertaine. De nombreuses sources qualifient le père de Tanguy Le Gentil de Rosmorduc de comte et Georges Le Gentil de Rosmorduc signe les trois livres qu’il publie en usant de ce titre. Mais en mars 1941, c’est en tant que vicomtes que les trois frères Le Gentil de Rosmorduc annoncent dans La Dépêche de Brest le décès de leur père[4].

Au Chef-du-Bois, propriété de la famille Le Gentil de Rosmorduc, un moulin (première moitié du XXe siècle, détail). Musée de Bretagne : 998.0101.552.
Au Chef-du-Bois, propriété de la famille Le Gentil de Rosmorduc, un moulin (première moitié du XXe siècle, détail). Musée de Bretagne : 998.0101.552.

Authentique aristocrate, Tanguy Le Gentil de Rosmorduc est aussi un châtelain, comme l’était par ailleurs son père, mort en 1941 au château éponyme[5]. Appartenant à la famille depuis le XIIIe siècle, cette bâtisse, construite sur de vastes terres comportant notamment un moulin à marée, est restaurée au début du XXe siècle sous la direction de l’architecte Henri Mellet[6]. La famille de Rosmorduc est également propriétaire, jusqu’à la Révolution française, du manoir de Kerazan en Loctudy[7]. S’il passe les dernières années de sa vie en Belgique, d’où est originaire son épouse, et décède à Bruxelles en 1977, Tanguy Le Gentil de Rosmorduc réside dans les années 1950 au château du Chef-du-Bois en Pencran, à Landerneau. Là est en tout cas la domiciliation qu’il indique quand il est fait commandeur de la Légion d’honneur, la cravate lui étant remise par le général Maxime Weygand[8]. C’est d’ailleurs là qu’il réside pendant une partie de l’occupation, comme il l’explique à la Chancellerie de l’ordre au début de l’année 1954 :

« Il ne m’est pas possible de vous faire retour de mon livret de traitement d’officier, celui-ci annulé d’ailleurs à la perforatrice, est demeuré à mon domicile de Pencran, Finistère, lorsque, au début de 1944, j’en ai été brutalement chassé par les Allemands. À la Libération j’ai retrouvé une maison entièrement vide, plus de meubles et naturellement plus de livret. »[9]

Loin d’être anecdotiques, ces lieux de résidence témoignent assurément d’un ethos aristocratique dont on sait qu’il a tendance à survaloriser la carrière des armes[10]. Faut-il voir là la source du choix professionnel de Tanguy Le Gentil de Rosmorduc ? Rien n’est moins sûr. Son père Georges est dans plusieurs sources qualifié de paléographe, voire d’archiviste paléographe, ce qui semble devoir sous-entendre une scolarité aux Chartes[11]. Quant aux deux frères de Tanguy Le Gentil de Rosmorduc, Tugdual et Yves, aucun ne choisit le métier des armes. Tugdual est même réformé en 1920 pour « faiblesse générale ». Yves, lui, est mobilisé pendant la Première Guerre mondiale mais ne sert manifestement jamais dans les tranchées du fait de problèmes de santé. Cantonné au service auxiliaire, il est même à partir de juin 1917 interprète auprès du corps expéditionnaire américain[12]. Rien ne semble donc automatique dans cette famille aristocratique et le métier des armes n’est manifestement pas la seule carrière qui s’offre à ces jeunes nobles.

Toujours est-il que Tanguy Le Gentil de Rosmorduc est admis le 25 octobre 1913 à l’École spéciale militaire après avoir travaillé le concours d’entrée dans la réputée classe préparatoire de l’institution Saint-Vincent à Rennes[13]. Cette promotion de Saint-Cyr est particulière car elle est non seulement la première soumise à la loi de 1913 sur le recrutement mais surtout parce que sa scolarité est interrompue par la Grande Guerre[14]. C’est ce qui vaut à Tanguy Le Gentil de Rosmorduc de débuter précocement sa carrière, en août 1914, en tant que sous-lieutenant au 160e RI de Toul. Son ascension est ensuite relativement rapide, ce qui témoigne assurément de réelles qualités professionnelles mais s’explique aussi par les importantes pertes subies parmi les officiers de contact, et donc les importants besoins de l’institution en cadres. Nommé lieutenant le 5 mai 1915[15], il est promu capitaine le 31 décembre 1916, à tout juste 24 ans donc. Formé au travail d’état-major, il termine la Grande Guerre avec trois galons, deux blessures (une par balle au cou en 1915 ainsi qu’une « légère intoxication par gaz » en avril 1918) et trois citations, dont une à l’ordre du corps d’armée. A noter qu’il est également titulaire de la Croix de guerre belge[16].

Sans surprise, les années 1920, retour à la paix oblige, ne voient pas Tanguy Le Gentil de Rosmorduc grimper les échelons de la hiérarchie aussi rapidement. Malgré des affectations au Maroc et en Algérie, malgré sa participation à la guerre du Rif et à l’occupation de l’Allemagne, il lui faut attendre le 24 décembre 1933 pour recevoir son quatrième galon. Revenu en métropole au début de l’année 1925, il est transféré au 48e RI et alterne les affectations entre « la portion principale » du régiment à Guingamp et le bataillon en garnison à Landerneau[17]. Toujours est-il que cette seconde partie de la carrière de Tanguy Le Gentil de Rosmorduc témoigne d’une remarquable stabilité – pour ne pas dire stagnation – graduelle et fonctionnelle : c’est en effet en tant que commandant qu’il entre en Seconde Guerre mondiale, à la tête d’un bataillon de ce même 48e RI.

Une telle trajectoire ne peut pas ne pas poser question. Certes, les possibilités de « faire carrière » sont moins importantes dans une armée à la voilure réduite, dans un contexte budgétaire où les commandements se raréfient. Là est le propre de toute armée en temps de paix, l’avancement étant désormais uniquement calqué sur le temps inexorablement long du calendrier. Dans la mesure où il n’y a plus d’opportunités d’actions d’éclat, il n’est plus possible de monter rapidement dans le tableau à la force de sa seule bravoure et de son talent. Dès lors, dans quelle mesure cette affectation au 48e RI, en Bretagne et plus encore non loin des terres familiales, ne relève-t-elle pas d’un choix personnel de Tanguy Le Gentil de Rosmorduc ? Bien entendu, rien ne permet en l’état actuel de nos connaissances d’affirmer une telle chose. L’hypothèse est toutefois plausible tant il est certain que la gestion du patrimoine familial doit nécessiter une grande disponibilité. Dans ce cadre, une affectation au 48e RI, que cela soit à Guingamp ou à Landerneau, offre l’avantage de pouvoir poursuivre une carrière professionnelle, et donc de continuer à percevoir une solde, tout en accordant du temps pour gérer ses affaires privées. De surcroît, certaines sources laissent entendre que Tanguy Le Gentil de Rosmorduc fait l’acquisition en 1925 du château du Chef-de-Bois en Pencran, ce qui correspond idéalement avec ce que l’on peut savoir du déroulé de carrière de cet officier[18]. Pour l’anecdote, on notera d’ailleurs que les « grands bois » de cette demeure accueillent en 1897 le 2e régiment d’infanterie de marine à l’occasion de manœuvres contre le 19e RI[19]. Mais toujours est-il que la gestion d’un tel domaine est une lourde tâche, même si la famille a manifestement recours à la sous-traitance. La chasse du Chef-du-Bois, en Pencran, est par exemple gardée, au moins depuis le début des années 1930, par la société de chasse de la Roche-La Martyre[20]. De même, le 1er octobre 1940, un certain Joseph Le Bourvellec, dont on ignore par ailleurs tout, prête serment devant le tribunal correctionnel de Brest avant d’être « nommé garde particulier des terrains de Mme de Rosmorduc à Landerneau et à Pencran »[21].

Le château du Chef-du-Bois en Pencran, propriété depuis le milieu des années 1920 de Tanguy Le Gentil de Rosmorduc. Arch. dép. Finistère: 14 Fi 450 .
Le château du Chef-du-Bois en Pencran, propriété depuis le milieu des années 1920 de Tanguy Le Gentil de Rosmorduc. Arch. dép. Finistère: 14 Fi 450 .

C’est donc probablement sous l’angle d’une certaine forme de rentabilité de l’investissement consenti, de coût marginal de l’effort supplémentaire, qu’il faut appréhender la carrière de cet officier au cours des années 1920-1930. En d’autres termes, à quoi bon multiplier les affectations aux quatre coins de la France et de l’Empire pour ne grappiller que quelques places sur le tableau d’avancement alors que l’on peut mener une confortable existence de châtelain, de surcroît en revenant au « pays » ? En l’état actuel des sources, il ne nous est toutefois pas possible de confirmer, ou d’infirmer, que cet individu tient ce raisonnement. Celui-ci paraît toutefois si ce n’est probable, du moins très rationnel.

Cet officier n’appartient donc pas à l’élite de l’armée française. En revanche, tant à Guingamp qu’à Landerneau, Tanguy Le Gentil de Rosmorduc compte parmi les notables, position qui, à n’en pas douter, doit autant à ses galons qu’à ses quartiers de noblesse et sa propriété. C’est ainsi qu’on le retrouve mentionné par la presse locale à maintes occasions, qu’il s’agisse de courses hippiques ou des personnalités chargées d’encourager « la diffusion du timbre antituberculeux »[22]. La représentation est une part intégrante de la fonction d’un officier de ce rang dans les années 1920-1930 et il n’est pas étonnant de retrouver Tanguy Le Gentil de Rosmorduc lors des congrès annuel des sous-officiers de réserve ou des médaillés militaires, lors de prises d’armes et de remises de décorations, lors des fêtes de l’amicale des anciens combattants du 19e RI et bien entendu à chaque 14 juillet et 11 novembre[23].

Photographie publiée dans l'édition du 1er juin 1938 de La Dépêche de Brest et légendée comme suit: "A la réunion des sous-officiers de réserve du canton de Taulé, dimanche dernier, à Guiclan. Devant le monument aux morts, on reconnaît le chef de bataillon de Rosmorduc [....]".
Photographie publiée dans l’édition du 1er juin 1938 de La Dépêche de Brest et légendée comme suit: « A la réunion des sous-officiers de réserve du canton de Taulé, dimanche dernier, à Guiclan. Devant le monument aux morts, on reconnaît le chef de bataillon de Rosmorduc [….] ».

Tanguy Le Gentil de Rosmorduc semble assez investi dans la cause du « cheval breton » et, en 1937, il reçoit dans sa propriété les participants à un concours hippique[24]. Mais ceci suffit-il à faire de cet aristocrate un officier régionaliste, sur le modèle d’un Henri Miche de Melleray ?[25] En l’état actuel des sources dont nous disposons, il semble hasardeux de répondre par l’affirmative même si l’on sait que la bretonnité est un élément majeur de l’esprit de corps qui règne au 48e RI. En revanche, la sensibilité bretonne de Georges Le Gentil de Rosmorduc ne fait pas l’ombre d’un doute. En avril 1938, il compte ainsi parmi les souscripteurs des « Vieux souvenirs bretons » de Louis Le Guennec et apparaît même parmi les sociétaires des « Amis » de cet érudit finistérien[26]. Il est par ailleurs, et ce de longue date, un membre de la Société archéologique du Finistère[27]. Rappelons enfin que la stèle qui est érigée sur le lieu-même de l’accident qui lui coute la vie en 1941 comporte une épitaphe en breton.

Joignant à un esprit sain un corps sain, Tanguy Le Gentil de Rosmorduc se distingue manifestement dans la pratique de l’escrime. Preuve qu’il n’y a pas qu’En Avant à Guingamp, il compte parmi les fondateurs, au printemps 1928, de la Société sportive guingampaise d’athlétisme et d’escrime, association placée sous la présidence d’honneur du député-maire – républicain radical puis radical-socialiste – André Lorgéré, par ailleurs éphémère Sous-secrétaire d’État à la condition physique du 30 janvier au 9 février 1934, et comptant dans ses rangs le colonel Bouffard commandant le 48e RI et la place, le sous-préfet, ainsi qu’un certain nombre de conseillers d’arrondissement et d’officiers du 48e RI dont le lieutenant Bonnond, ancien maître d’armes de l’unité. La presse qui se fait l’écho de cette nouvelle indique que « l’excellent maître Vassart, du 48e RI, sera le moniteur de gymnastique et le professeur d’escrime de la nouvelle Société »[28]. Sans doute cette institution, qui prend la suite du Club sportif guingampais d’athlétisme et d’escrime[29], mériterait-elle de plus amples investigations, non seulement pour creuser la question du sport militaire mais aussi pour étudier le positionnement politique de cette société, probablement plus neutre que ne l’est le Stade Charles de Blois ou En Avant, engagés respectivement à droite et à gauche[30]. Toutes ces associations disent toutefois combien est concurrentielle l’offre sportive à l’époque, y compris en ce qui concerne la préparation militaire[31]. En effet, sur ce point, le Stade Charles de Blois compte à l’époque parmi les clubs les plus en vue de la 10e région militaire[32]. Enfin, il convient de ne pas oublier que le 48e RI dispose à l’époque de sa propre équipe de football, celle-ci participant au championnat militaire mais pouvant être opposée à des formations civiles comme En Avant, tout en bénéficiant de renforts plus ou moins ponctuels en termes d’effectifs en provenance de clubs comme… le Stade Charles de Blois[33].

Bref, Tanguy Le Gentil de Rosmorduc est en 1939 un officier supérieur ayant fait une belle carrière, sans pour autant être exceptionnelle, ayant connu l’essentiel de son avancement pendant la Première Guerre mondiale, quand les opportunités sont les plus nombreuses, et qui sait indéniablement tenir son rang. Mais est-il un bon professionnel ? Il est bien entendu extrêmement difficile de répondre à une telle question.

En termes de valeur absolue, il est impossible à l’historien de produire une note qui permettrait d’évaluer la performance d’un soldat, qu’il s’agisse d’un homme du rang ou d’un officier, et Tanguy Le Gentil de Rosmorduc ne fait pas exception à cette règle. Evaluer la qualité professionnelle à partir des comptes-rendus de manœuvres est ainsi un exercice extrêmement périlleux, celles-ci étant caractérisées par les mêmes défauts que leurs aînées de la Belle époque. Le manque de réalisme est criant et ces évolutions disent finalement plus qu’autre chose l’engoncement de l’institution dans ces vieilles certitudes héritées des lauriers de 1918. La simulation sur la presqu’île de Crozon, en juillet 1937, d’un débarquement ne nous apprend ainsi strictement rien. Lors de ce Kriegsspiel, le 48e RI est chargé, au côté du 137e RI et du 2e RIC, de repousser une offensive de fusiliers-marins. Alors chef du bataillon du 48e RI en garnison à Landerneau, le commandant Le Gentil de Rosmorduc compte, avec le vice-amiral de Penfentenyo, parmi les officiers en vue lors de ces manœuvres. Or l’analyse de l’arbitre, le général Arnould, est parfaitement inexploitable pour l’historien. En effet, si cet officier indique que « le parti de la défense [était] trop faible pour s’opposer au débarquement et arrêter son élan, les renforts étant arrivés trop tard », ce qui semble devoir être porté au discrédit du 48e RI et du commandant Le Gentil de Rosmorduc, c’est pour mieux conclure que

« Assaillants et défenseurs ont parfaitement manœuvré. Leur moral a été parfait. Chacun a accompli sa mission avec entrain. »[34]

Véritable jugement de Salomon, cette appréciation ne permet pas de faire la part des choses et empêche, surtout, d’évaluer avec précision le degré de responsabilité de Tanguy Le Gentil Rosmorduc : est-il la cause du retard accusé par ces renforts ou celui-ci résulte-t-il de la chaîne de commandement dans son ensemble ? La question reste entière…

De la même manière, les archives ne permettent pas de produire une analyse relative de la compétence de cet officier. Autrement-dit, comment se situe-t-il par rapport à ses compagnons d’armes ? On se rappelle que Tanguy Le Gentil de Rosmorduc appartient à la promotion La Croix du Drapeau de Saint-Cyr, célèbre pour compter près de 300 officiers morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale[35]. Celle-ci est composée de nombreux aristocrates et notamment des rejetons des familles de Maud’huy et de Trucy de Varennes[36]. De ce point de vue, le profil sociologique de Tanguy Le Gentil de Rosmorduc ne semble pas extravaguant. C’est même plutôt d’un élève-officier assez ordinaire dont il semble s’agir. Reçu 245e sur 550, il n’appartient pas à la botte et relève à l’entrée à l’École du « ventre mou » de la promotion[37]. Si son rang de sortie ne nous est pas connu, on sait en revanche qu’il achève sa carrière militaire en tant que général de brigade, ce qui témoigne assurément d’une belle carrière. Mais celle-ci ne doit pas abuser.

22 avril 1914: à Vincennes, le Président de la République Raymond Poincaré décore les drapeaux des écoles Polytechniques et de Saint-Cyr. Tanguy Le Gentil de Rosmorduc est selon toute vraisemblance présent lors de cette cérémonie. Photographie de presse de l'agence Rol. Gallica / Bibliothèque nationale de France : département Estampes et photographie, EST EI-13 (350).
22 avril 1914: à Vincennes, le Président de la République Raymond Poincaré décore les drapeaux des écoles Polytechniques et de Saint-Cyr. Tanguy Le Gentil de Rosmorduc est selon toute vraisemblance présent lors de cette cérémonie. Photographie de presse de l’agence Rol. Gallica / Bibliothèque nationale de France : département Estampes et photographie, EST EI-13 (350).

Sur les 550 élèves de la promotion La Croix du Drapeau, 28 officiers accèdent au généralat. En données brutes, Tanguy Le Gentil de Rosmorduc compte donc parmi les 5% d’individus ayant le mieux réussi. Notons d’ailleurs que 17 élèves accèdent au rang de général de division, de corps d’armée ou d’armée. Mais, surtout, et il convient d’insister toute particulièrement sur ce point, si la promotion La Croix du Drapeau est aussi célèbre dans l’histoire de l’École spéciale militaire, c’est on l’a dit qu’elle est celle qui déplore le plus de morts pour la France : 323 décès, l’essentiel pendant la Première Guerre mondiale mais aussi quelques-uns pendant la Seconde ainsi que lors d’opérations au Maroc et en Syrie. Or ces défunts sont autant de concurrents en moins sur le tableau d’avancement, ce qui invite sérieusement à relativiser les étoiles perçues par Tanguy Le Gentil de Rosmorduc. Difficile donc d’être catégorique en la matière…

Dans une passionnante prosopographie de la promotion 1901 de l’École Polytechnique, H. Joly montre qu’à moins d’un incident de parcours, l’accès au grade de colonel, et donc au commandement d’un régiment d’artillerie, est une certitude pour les élèves faisant le choix de rester dans l’institution militaire[38]. À n’en pas douter, une telle règle vaut aussi pour l’École spéciale militaire. Ceci nous invite donc à avancer que le parcours de Tanguy Le Gentil de Rosmorduc est une belle carrière, sans aucun incident de parcours, mais pas non plus exceptionnelle en termes de réussite. Un dernier détail, toutefois, nous semble devoir être précisé. Le 48e RI, l’unité que commande Tanguy Le Gentil de Rosmorduc au printemps 1940, relève d’une division de série A. Ceci ne signifie nullement qu’il s’agit d’une unité d’élite, cette idée n’étant pas pertinente dans cette armée française de conscription pénétrée du sacrosaint principe d’égalité républicaine. Toutefois, il y a bel et bien une idée de niveau derrière cette appellation. En 1939, une division de série A est l’équivalant d’une unité d’active, ce qui pour le coup est un indice intéressant. En effet, il y a fort à parier que si Tanguy Le Gentil de Rosmorduc avait été noté plus négativement par l’institution, alors il aurait hérité d’un régiment de rang B, l’équivalent d’une unité de la réserve ou de la territoriale. La différence ? Ce sont les divisions de série A qui héritent du matériel le plus moderne, celle de série B héritant de surcroît des hommes les plus âgés et à l’instruction la plus ancienne[39].


[1] Guerniou, Jean, « Le 48e régiment d’infanterie dans la guerre de 1939-1940 (le sacrifice d’un régiment trégorrois », Les Cahiers du Trégor, n°30, 2e trimestre 1990, p. 9.

[2] Arch. nat. : LH 19800035/1438/66427. Le recours à l’OCR fait que les journaux principalement utilisés pour ce billet, qui ne prétend nullement à l’exhaustivité mais ne constitue qu’une note d’un plus vaste travail en cours, sont La Dépêche de Brest et L’Ouest-Éclair. De plus amples investigations restent à mener dans les collections de journaux conservées, y compris en ligne, par les Archives départementales des Côtes d’Armor et du Finistère.

[3] Arch. Dép. CdA: EC Trémel.

[4] « Avis mortuaires », La Dépêche de Brest, 55e année, n°20778, 2 mars 1941, p. 4 ; « Logonna-Daoulas »Landerneau », La Dépêche de Brest, 55e année, n°20780, 6 mars 1941, p. 4.

[5] « Trompé par l’obscurité, le comte de Rosmorduc tombe du haut d’une falaise et se tue », La Dépêche de Brest, 55e année, n°20778, 2 mars 191, p. 2. La Société archéologique du Finistère rappelle qu’une croix, avec inscription en breton, est érigée sur le lieu du décès de Georges Le Gentil de Rosmorduc.

[6] Base Gertrude : Dossiers IA29132144 et IA29002850. Sur Henri Mellet consulter Bonnet, Philippe, « Jacques, Jules et Henri Mellet, bâtisseurs d’églises », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, t. LXXXIV, 2006, p. 407-441.

[7] « Une visite au manoir de Kerazan, en Loctudy », L’Ouest-Éclair, 32e année, n°12516, 12 février 1931, p. 4. Voir aussi « Le Manoir de Kerazan », La Dépêche de Brest, 43e année, n°16639, 15 juillet 1929, p. 4.

[8] Arch. nat. : LH 19800035/1438/66427.

[9] Arch. nat. : LH 19800035/1438/66427. L’histoire de Tanguy Le Gentil de Rosmorduc sous l’occupation n’est pas l’objet de cette note de travail. On notera toutefois que le nom d’un certain « de Rosmorduc » résidant à « Chef-du-Bois, Pencran » apparaît en février 1944 comme membre de la « Commission paritaire cantonale de Landerneau ». « Composition de la commission paritaire cantonale », La Dépêche de Brest, 58e année, n°21692, 8 février 1944, p. 2.

[10] Voir notamment Goujon, Bertrand, Du Sang bleu dans les tranchées. Expériences militaires de nobles français durant la Grande Guerre, Paris, Vendémiaire, 2015.

[11] Pocquet du Haut-Jussé, Barthélémy, « Nécrologie », Mémoire de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 1946, p. 29.

[12] Arch. dép. CdA : 1 R 1816. 130 et Arch. dép. I&V : 1 R 2095.1548.

[13] Arch. nat. : LH 19800035/1438/66427; « Les élèves de Saint-Vincent à Saint-Cyr », L’Ouest-Éclair, 15e année, n°5386, 24 septembre 1913, p. 4. Sur cette classe préparatoire consulter la notice de Lionel de la Herverie dans Celton, Yann, Gicquel, Samuel, Le Moigne, Frédéric et Tranvouez, Yvon (dir.), Dictionnaire des lycées catholiques de Bretagne. Histoire, culture, patrimoine, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018, p. 475. « Armée », La Dépêche de Brest, 27e année, n°10284, 23 septembre 1913, p. 2 nous apprend qu’il est admis au-delà du 240e rang. Il semble que ce soit à Saint-Vincent que Tanguy Le Gentil de Rosmorduc prépare son baccalauréat, en filière littéraire. « Instruction publique », La Dépêche de Brest, 22 année, n°8196, 28 juillet 1908, p. 2.

[14] Boÿ, Jean, Historique de la 98e promotion (1914-14), promotion de la Croix du Drapeau, 2 novembre 1910, en ligne, p. 2.

[15] Il est nommé lieutenant à titre temporaire le 9 novembre 1914, nouvelle qui est annoncée deux jours plus tard dans la presse locale. « Trémel », La Dépêche de Brest, 28e année, n°10699, 11 novembre 1914, p. 2.

[16] Arch. nat. : LH 19800035/1438/66427.

[17] Arch. nat. : LH 19800035/1438/66427. À Landerneau, il assure aussi le commandement de la place, ce qui signifie qu’il est l’officier au grade le plus élevé et pourvu de la plus grande ancienneté. « En faveur du cheval breton », La Dépêche de Brest, 51e année, n°19540, 5 octobre 1937, p. 4.

[18] En mai 1924, la demeure est toujours la propriété d’un certain « %. Cormier », juge de paix à Concarneau. « Les Sites pittoresques », La Dépêche de Brest, 38e année, n°14748, 11 mai 1924, p. 4.

[19] « Les manœuvres de la 2e brigade de marine et du 19e d’infanterie », La Dépêche de Brest, 11e année, n°1460, 30 juillet 1897, p. 1-2.

[20] « Chasse », La Dépêche de Brest, 45e année, n°17 442, 27 septembre 1931, p. 6.

[21] « Tribunal correctionnel », La Dépêche de Brest, 54e année, n°20630, 2 octobre 1940, p. 3.

[22] « Les grandes courses hippiques de La Martyre-Landerneau », La Dépêche de Brest, 53e année, n°10176, 3 juillet 1939, p. 5 ; « Championnat départemental des étalons de trait », La Dépêche de Brest, 45e année, n°17542, 7 octobre 1931, p. 4 ; « Pour la diffusion du timbre antituberculeux », La Dépêche de Brest, 47e année, n°18226, 19 novembre 1933, p. 4.

[23] « La fête annuelle des SOR », La Dépêche de Brest, 53e année,  n°10152, 9 juin 1939, p. 4 ; « La fête des médaillés militaires », La Dépêche de Brest, 52e année, n°19659, 1er février 1938, p. 4 ; « Après la remise de la Légion d’honneur à M. Danguy des Déserts, notaire, ancien maire de Landerneau », La Dépêche de Brest, 53e année, n°10188, 15 juillet 1939, p. 5 ;  « Fête de l’Amicale des anciens du 19e RI », La Dépêche de Brest, 52e année, n°19587, 21 novembre 1937, p. 4 ; « La fête du 20e anniversaire de l’Armistice a été célébrée avec ferveur dans toute la région », La Dépêche de Brest, 52e année, n°19943, 12 novembre 1938, p. 4.

[24] « En faveur du cheval breton », La Dépêche de Brest, 51e année, n°19540, 5 octobre 1937, p. 4.

[25] Il semble en effet que le cheval soit une affaire de famille en, en 1902, La Dépêche de Brest rappelle le souvenir de Moggy, « petit cheval breton […] qui, en 1840, franchit en quarante-sept minutes les 32 kilomètres qui séparent Saint-Brieuc de Guingamp ». « Saint-Brieuc », La Dépêche de Brest, 16e année, n°5299, 20 septembre 1902, p. 3. Dans son édition du 19 avril 1904, La Dépêche de Brest mentionne la présence du comte de Rosmoduc aux courses de Plestin-les-Grèves, événement qui semble être un moment important de sociabilité aristocrate. On y retrouve en effet de nombreux noms à particule parmi lesquels un certain de Schonen.

[26] « Les amis de Louis Le Guennec », La Dépêche de Brest, 52e année, n°19727, 9 avril 1938, p. 4.

[27] « Sociétés & Syndicats », La Dépêche de Brest, 17e année, n°5370, 30 novembre 1902, p. 2.

[28] « Sports », La Dépêche de Brest, 42e année, n°16 212, 14 mai 1928, p. 4.

[29] « Constitution d’une nouvelle société d’escrime », L’Avenir de Guingamp, 21e année, 7 avril 1928, p. 2 ; « Constitution d’une nouvelle société d’escrime », Journal de Guingamp, 79e année, 7 avril 1928, p. 2.

[30] Sur la dimension politique, se référer aux recherches en cours de l’historien François Prigent. En ce qui concerne l’athlétisme, et plus particulièrement la course à pied, on pourra suivre la thèse en cours d’Aurélien Chèbre et notamment Chèbre, Aurélien et Renaud, Jean-Nicolas, « La Socialisation par l’effort. L’exemple du cross-country en France (1907-1924) », 20 & 21. Revue d’histoire, n°149, 2021/1, p. 3-18.

[31] Pour s’en convaincre se reporter à « On vient de fonder une société… (air connu) », L’Écho guingampais, 91e année, 7 avril 1928, p. 2. L’Écho guingampais est très lié au Stade Charles de Blois.

[32] « Au Stade Charles de Blois », L’Écho guingampais, 91e année, 7 avril 1928, p. 1.

[33] « 48e RI contre En Avant », Journal de Guingamp, 79e année, 31 mars 1928, p. 2.

[34] « L’exercice de débarquement dans la presqu’île de Crozon », La Dépêche de Brest, 51e année, n°19 451, 8 juillet 1937, p. 3.

[35] Boÿ, Jean, Historique de la 98e promotion (1914-14), promotion de la Croix du Drapeau, 2 novembre 1910, en ligne, p. 2.

[36] « Ecole de Saint-Cyr », Annuaire de la noblesse de France, Paris, Edouard Champion libraire, 1914, p. 227-228.

[37] « Armée », La Dépêche de Brest, 27e année, n°10284, 23 septembre 1913, p. 2. Il est à noter que Boÿ, Jean, Historique de la 98e promotion (1914-14), promotion de la Croix du Drapeau, 2 novembre 1910, en ligne, p.1 estime les effectifs de la promotion à 536. Cet écart ne semble toutefois pas devoir invalider la démonstration.

[38] Joly, Hervé, À Polytechnique X 1901. Enquête sur une promotion de polytechniciens de La Belle Époque aux Trente Glorieuses, Paris, Flammarion, 2021, p. 183.

[39]  Porte, Rémy, 1940. Vérités et légendes, Paris, Perrin, 2020, p. 58-60.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.