La chanteuse Fély Clement, de l'opéra de Boston, drapée dans la bannière étoilée. Library of Congress: LC-B25546.

La représentation diplomatique américaine en Bretagne (1917-1919)

Il est, pour qui s’intéresse à la présence américaine en Bretagne en 1917-1919 et tout particulièrement au débarquement des premiers éléments du corps expéditionnaire commandé par le général Pershing, une institution intrigante, que l’on croise régulièrement dans les sources mais dont, faute de travaux la concernant, l’historiographie peine à saisir l’importance : le consulat à Nantes des Etats-Unis. Largement disponibles en ligne mais pour l’heure peu ou pas exploités, les annuaires publiés par le Département d’État permettent toutefois d’y voir un peu plus clair.

Du point de vue américain, la Bretagne n’est pas d’un seul tenant. En 1917, l’aire de compétence du consulat installé à Nantes couvre en effet les départements de Loire-Inférieure, du Morbihan, des Côtes-du-Nord et du Finistère mais aussi d’Indre-et-Loire, du Maine-et-Loire et de Vendée. L’Ille-et-Vilaine, elle, dépend du Havre, de même que la Manche. On voit donc que ce tracé ne recouvre pas les frontières des régions militaires, territoires certes créés ex-nihilo mais dont l’importance ne saurait être niée.

Si les circonscriptions consulaires restent stables tout au long du conflit, l’arrivée du corps expéditionnaire change manifestement la donne. Le Département d’État semble en effet procéder à un redéploiement de ses effectifs. En 1916, l’équipe du consulat américain en poste à Nantes est composée comme suit. Le Consul, depuis le 8 juillet 1916, est Milton B. Kirk. Il est secondé dans la Cité des Ducs par le vice-consul Arthur L. V. Hutt, en poste depuis le 10 septembre 1915, tandis qu’à Brest c’est Alfred Pitel qui assure les fonctions d’agent consulaire[1]. Saint-Nazaire n’est alors pas pourvu, ce jusqu’au 12 septembre 1917 et le transfert, en provenance de Nantes, d’Arthur L. V. Hutt et de Milton B. Kirk, ce dernier étant dans le même temps promu consul de VIIe classe[2]. Brest monte toutefois rapidement en puissance, ce qui est sans doute à mettre en rapport avec le rôle sans cesse plus important du port de Ponant dans le débarquement et le rembarquement des Doughboys[3]. C’est en tout cas ce qu’explique en janvier 1918, dans un courrier adressé au rédacteur en chef de La Dépêche de Brest, Sample B. Forbus, Consul nommé à Brest en remplacement d’Alfred Pitel :

« J’ai l’honneur de vous informer que, vu l’accroissement considérable des intérêts américains à Brest et dans la circonscription, mon gouvernement a décidé de transformer l’agence consulaire de Brest en un consulat, et je viens d’être appelé à diriger ce poste en qualité de consul.

Au moment d’entrer en fonctions, je tiens, au nom de mon gouvernement, à remercier M. Alfred Pitel pour les services judicieux et dévoués qu’il a rendus dans l’exercice de ses fonctions et qui ont été hautement appréciés.

Je vous serais reconnaissant de bien vouloir prendre note que les bureaux du consulat sont transférés 17, rue Jean Macé, et qu’ils seront ouverts de neuf heures à seize heures. »[4]

L’édition 1922 de l’annuaire nous apprend que le district consulaire de Brest couvre les départements du Finistère, du Morbihan et des Côtes-du-Nord, et celui de Nantes la Loire-Inférieure et l’Ille-et-Vilaine mais aussi l’Indre-et-Loire, le Maine-et-Loire, la Vendée et la Mayenne[5]. C’est d’ailleurs un consul de plein exercice avec un traitement annuel de 3 000 $ qui est alors en fonction, Herbert O. Williams[6].

En 1923, alors que consul-général à Constantinople, Gabriel Bie Ravndal (à gauche) regarde vers la rive asiatique du Bosphore (détail). Library of Congress : LC-USZ62-131130.
En 1923, alors que consul-général à Constantinople, Gabriel Bie Ravndal (à gauche) regarde vers la rive asiatique du Bosphore (détail). Library of Congress : LC-USZ62-131130.

Le calendrier de cette montée en puissance pourrait surprendre, il est au contraire très cohérent. Au début du conflit, et probablement avant 1914 d’ailleurs, l’agent consulaire en poste à Brest ne dispose que de prérogatives très limitées. C’est ce que montre au début de l’année 1915 l’affaire du Dacia, un cargo américain chargé de 11 000 balles de coton en provenance de Galveston (TX) et arraisonné par le croiseur auxiliaire Europe à l’entrée de la Manche, alors qu’à destination de Brême, en Allemagne [7]. Tandis que l’équipage est débarqué à Brest, Alfred Pitel est contraint à l’inaction faute d’instructions en provenance de l’ambassade des Etats-Unis à Paris[8]. Bien évidemment, si cette situation ne dure pas, elle dit en revanche bien le rang très subalterne de cet agent consulaire et sa marge de manœuvre somme toute fort limitée. Comment pourrait-il du reste en être autrement, Alfred Pitel n’étant même pas citoyen des États-Unis ? De ce point de vue, ni la déclaration de guerre de Washington à Berlin le 6 avril 1917, ni même le débarquement des premiers éléments du corps expéditionnaire américain à Saint-Nazaire, le 26 juin 1917, ne change la donne. Et pour cause, une telle projection transatlantique de forces demande du temps et ne peut s’improviser en quelques semaines. L’historien M. Bourlet rappelle d’ailleurs que « seuls 183 000 Américains ont débarqué en Europe à la fin 1917 et uniquement quatre divisions sont sur le point d’achever leur instruction »[9]. Le nombre de Doughboys arrivés en France, c’est-à-dire par Brest mais aussi par Saint-Nazaire ou par quelques ports de la Manche tels Le Havre, au cours du mois de janvier 1918 ne dépasse même pas les 50 000 individus et, en réalité, il faut attendre la fin du printemps 1918 pour assister à une véritable montée en puissance du flux de soldats arrivant en France[10]. Autrement dit, ce n’est qu’à partir du mois de janvier 1918 que le besoin d’un renforcement dans le port du Ponant de la représentation diplomatique américaine se fait réellement ressentir. Tout ceci paraît toutefois confirmer le degré d’improvisation qui entoure l’entrée en guerre des États-Unis et interroge la chronologie : ici la rupture intervient avec un an de retard, non pas avec l’entrée juridique dans le conflit, ou tout du moins avec la sortie de la non-belligérance[11], mais avec la croissance du corps expéditionnaire projeté dans l’Hexagone.

Toujours est-il qu’à l’évidence, l’Oncle Sam sait être pragmatique et s’adapter lorsqu’il s’agit de déployer ses diplomates. Pour autant, le mouvement n’est pas non plus sans limites : bien que classée Leave Area, Saint-Malo ne reçoit aucune délégation consulaire. Ce constat vaut aussi lorsqu’il faut réduire la voilure. A l’image de cet « âge d’or » américain qui ne tarde pas à s’évaporer, il est intéressant de noter que Saint-Nazaire ne figure plus dans l’édition 1922 de l’annuaire publié par le Département d’État, la représentation dans le port de l’estuaire de la Loire ayant été supprimée. D’ailleurs, si Walter S. Ruffner est nommé vice-consul à Saint-Nazaire au printemps 1919, ce n’est que pour pouvoir suppléer en cas de besoin son homologue, et néanmoins supérieur, en poste à Nantes[12].

Les quelques éléments biographiques que fournissent ces annuaires montrent que le personnel consulaire américain en Bretagne, ou ayant en charge la Bretagne, renvoie à des profils sociologiques très divers. Milton B. Kirk et Alfred Pitel témoignent d’une grande proximité avec la France. Le premier, fils d’un prospère savonnier de Chicago, épouse en novembre 1917 la fille d’un « transitaire » de Saint-Nazaire et a été « élève-consul » à Paris tandis que le second voit le jour en France et est citoyen de ce pays[13]. Clarence Carrigan est en poste à Lyon puis à Grenoble avant d’être nommé à Nantes en février 1915 : des affectations qui en réalité cachent un profil assez particulier. Né en Californie, à San Rafael, le 22 mars 1880, il s’engage d’abord dans le métier des armes, dans l’artillerie plus précisément, avant de s’établir en 1907 à San Francisco, l’année suivant donc le fameux séisme, en tant que marchand d’art asiatique. C’est en 1910 qu’il rejoint le Département d’État, avec une première affectation au Canada, dans le Nouveau-Brunswick[14]. En poste au Havre, et donc également en charge de l’Ille-et-Vilaine, John Ball Osborne naît à Paris tandis que le vice-consul William W. Brunswick, son adjoint, vient au monde dans le Kansas, et était en poste à New-York avant d’être nommé en Normandie, le 27 janvier 1916[15]. Ces profils témoignent donc d’une connaissance de la France très variable avant d’être de prendre possession de ces postes dont dépendent les différents départements bretons. Ajoutons pour être précis que, d’après ces notices biographiques, aucun de ces diplomates ne semble témoigner d’un quelconque lien avec la péninsule armoricaine avant d’y exercer. Seul Alfred Pitel semble faire exception à ce constat, mais son profil est, on l’a vu, très particulier.

John Ball Osborne, consul des Etats-Unis en poste au Havre à partir de janvier 1916 et, à ce tire, en charge de l'Ille-et-Vilaine (1905). Library of Congress : LC-H25- 80967-G [P&P].
John Ball Osborne, consul des Etats-Unis en poste au Havre à partir de janvier 1916 et, à ce tire, en charge de l’Ille-et-Vilaine (1905). Library of Congress : LC-H25- 80967-G [P&P].

En revanche, et sans surprise du reste, nombreux sont les parcours très transnationaux. Nommé à Nantes en septembre 1913, Walter H. Shultz voit le jour à Brooklyn, NY, vraisemblablement dans une famille immigrée allemande[16]. Ceci pourrait expliquer qu’il effectue une partie de ses études à Berlin, après être passé par George Washington University. D’abord correspondant de presse aux États-Unis, il entre dans la carrière en 1909 et est affecté deux ans plus tard à Aden, en tant que consul[17]. Né dans le New Jersey, Joseph F. McGurk est en poste au Chili, d’abord à Valparaiso puis à Antofagasta, avant d’être nommé au Havre. Il sert quelques mois à Dakar, au Sénégal, avant d’être envoyé à Brest, l’affectation dans le Port du Ponant devant se comprendre dans le cadre du cursus honorum planétaire propre aux carrières diplomatiques[18].

Ces individus ne sont donc pas tous « nés diplomates », bien au contraire. La prosopographie fait remonter une grande diversité de parcours, certains empruntant des chemins tortueux parmi lesquels l’uniforme. Ernest Linwood Ives opte, comme Clarence Carrigan, d’abord pour le métier des armes avant de bifurquer vers la carrière diplomatique mais dans la marine, un choix qui est sans doute à relier à son lieu de naissance : Norfolk, en Virginie[19]. Arthur L. V. Hutt voit pour sa part le jour en Angleterre et est d’ailleurs sujet britannique, nationalité qui semble être un bon indice de la relative faiblesse du réseau consulaire américain. D’ailleurs, c’est dans l’immobilier qu’il exerce avant d’entrer dans la carrière diplomatique[20]. Originaire de Buffalo, dans l’état de New-York, George Wadworth enseigne au Syrian Protestant College de Beyrouth avant de devenir vice-consul à Nantes, en novembre 1917[21]. Sample B. Forbus débute pour sa part sa vie professionnelle dans l’administration des Postes avant de travailler dans l’industrie puis de rejoindre le Département d’État[22]. Walter S. Ruffner est quant à lui assistant parlementaire d’un membre du Congrès[23].

Herbert O. Oswald est une bonne illustration de ces chemins de traverse qui mènent aux consulats américains en Bretagne. Né en 1873 dans l’Ohio, il travaille d’abord dans les chemins de fer avant de bifurquer dans l’enseignement, d’abord pendant un an à la Cotner University puis ensuite dans des lycées avant de devenir, à partir de 1910, proviseur. Envoyé en France avec le YMCA en 1918[24], il opte, vraisemblablement sur place, pour une carrière diplomatique et intègre le Département d’État le 19 janvier 1920. Consul de 7e classe, il est nommé à Brest le 27 décembre 1921[25]. S’il est bien entendu difficile d’être définitif compte tenu du peu d’éléments dont nous disposons, le résumé de sa carrière figurant dans l’édition 1922 de l’annuaire du Département d’État suggère que rien n’est prémédité dans ce parcours. Au contraire, c’est bien le sentiment d’une opportunité habilement saisie qui se dégage de ce résumé.

Le YMCA, porte d'entrée vers la carrière consulaire pour Herbert O. Oswald. Papier à entête (détail). Musée de Bretagne : 2000.0021.144.
Le YMCA, porte d’entrée vers la carrière consulaire pour Herbert O. Oswald. Papier à entête (détail). Musée de Bretagne : 2000.0021.144.

La carrière est ouverte et sans doute est-ce qui explique pourquoi on trouve tant de jeunes diplomates américains en poste dans les représentations de Nantes, Saint-Nazaire et Brest. Dans la Cité des Ducs, sur les 8 individus recensés grâce aux annuaires du Département d’État, trois sont nés dans les années 1890. À Brest, et si l’on fait exception du cas particulier qu’est Alfred Pitel, la moitié des diplomates répertoriés n’a pas 30 ans lors de l’Armistice, le 11 novembre 1918. Certes, certains individus témoignent d’une réelle ancienneté dans la carrière. Milton B. Kirk entre au département d’État au printemps 1907 et est nommé Consul de VIIIe classe le 29 décembre 1914[26]. Affecté à Nantes le 13 mars 1919, Maxwell K. Moorhead a déjà 15 ans d’expérience au Département d’État et a exercé au Canada, au Mexique, en Birmanie et au Pays de Galles avant d’arriver en Bretagne. Mais ce sont là des cas assez exceptionnels. Alors que même pas âgé de 22 ans, Raoul Eugène – un nom qui suggère une ascendance cajun d’autant plus probable qu’il est répertorié comme étant natif de Lafayette, Louisiane – est nommé comme vice-consul à Nantes, son premier poste dans la carrière[27]. Même chose pour Frank Rediker, nommé au même rang dans la cité des Ducs alors qu’âgé de 20 ans : il officiait auparavant au service des sépultures de guerre et laisse entrapercevoir un profil plus administratif que strictement diplomatique[28]. De même, Saint-Nazaire est le premier poste de Paul C. Squire[29].

En réalité, tout porte à croire qu’avant 1914, Nantes, et de manière plus générale la Bretagne, est un petit poste diplomatique aux yeux du Département d’État américain. C’est ce que suggère notamment le parcours du bien nommé Joseph I. Brittain. Né en Pennsylvanie en 1858, il débute dans la carrière le 15 octobre 1897 en étant nommé dans la Cité des Ducs, ville où il reste 5 ans avant d’être affecté à Kehl, en Allemagne. Pendant la Grande Guerre, il est en poste à Auckland, en Nouvelle-Zélande, puis à Sydney, en Australie, deux territoires alors colonies britanniques[30]. A l’inverse, mais ce cas de figure est beaucoup plus rare, le chef-lieu du département de Loire-Inférieure constitue l’aboutissement de la carrière de Louis Goldschmidt, qui prend sa retraite en 1913[31].

La Bretagne peut donc constituer un tremplin. C’est le cas de Nantes mais aussi de Brest où est nommé le 30 novembre 1917 Sample B. Forbus : le 27 décembre 1921, c’est en effet à Paris que l’on retrouve ce diplomate né dans le Missouri[32]. James Lee Fisher quitte lui Brest pour Paris le 22 juin 1921 avant d’être nommé, le 23 décembre suivant, à Nantes[33]. Après avoir été affecté dans la Cité des Ducs au printemps 1919, Walter S. Ruffner est envoyé à Gand, en Belgique, puis à Leipzig, en Pologne[34]. Après avoir été en poste à Saint-Nazaire, Eliot B. Coulter part pour Helsinki puis Londres[35]. Charles E. Allen est lui affecté à Constantinople en septembre 1919, une représentation diplomatique sans aucun doute importante si on veut bien avoir en tête l’effondrement de l’Empire Ottoman et les affrontements de la guerre gréco-turque[36].

Certes, le consul Clarence Carrigan quitte Nantes en octobre 1915 pour un autre poste de vice-consul mais cette relégation n’est qu’apparente : c’est en effet à Londres, qu’il exerce[37]. Le 14 juillet 1916 il est nommé à Belgrade, poste qu’il n’occupe visiblement pas mais ce qui ne l’empêche pas de devenir Consul de VIe classe et donc de grimper les échelons[38]. Du point de vue géographique, ces deux nominations ne doivent pas tromper : Londres et Belgrade sont deux capitales mais aussi deux points assez névralgiques de la guerre en cours. Toujours est-il que malgré cette belle trajectoire – Clarence Carrigan est ensuite nommé à Milan à la fin de l’année 1921 en tant que Consul de troisième classe[39] – les parcours académiques de ces diplomates ne semblent pas les prédestiner aux plus hautes responsabilités au sein du Département d’État. Par exemple, on ne retrouve dans ce personnel aucun alumni des prestigieuses universités de l’Ivy League que sont Harvard, Cornell ou encore Princeton. Walter S. Ruffner, nommé le 12 mars 1919 par Saint-Nazaire, passe bien par la prestigieuse école de droit de Georgetown University mais n’y étudie qu’un an, ce qui signifie qu’il n’en est pas diplômé[40]. Seule exception, le bien né Milton B. Kirk, passé par Yale. S’ils appartiennent souvent à des familles solidement établies, bénéficiant indéniablement d’une réelle notabilité[41], les agents consulaires américains en poste en Bretagne ne relèvent pas de l’élite, celle-ci renvoyant probablement, au sein du Département d’État, au rang supérieur qu’est l’ambassade. Sans doute y a-t-il d’ailleurs une frontière assez étanche entre ces deux corps. Malgré 20 ans de carrière, c’est en tant que consul à Montevideo, en Uruguay, que décède en décembre 1929 Clarence Carrigan[42].

L'ambassadeur des Etats-Unis en France William G. Sharp prononçant un discours le 22 février 1918. Library of Congress : 111-SC-6961.
L’ambassadeur des Etats-Unis en France William G. Sharp prononçant un discours le 22 février 1918. Library of Congress : 111-SC-6961.

Il est revanche assez difficile d’évaluer l’activité exacte de ces diplomates en place en Bretagne. Par exemple, Sample B. Forbus ne paraît pas être plus impliqué que cela dans les différents passages du président Wilson à Brest. L’affaire est, il est vrai, d’importance et à en juger par les travaux de D. Poupon, c’est l’ambassade des Etats-Unis à Paris qui prend le dossier en main[43]. D’ailleurs, dans l’ordre protocolaire, le consul américain est relégué assez loin dans les profondeurs du classement et arrive même après son homologue britannique[44]. À dire vrai, La Dépêche de Brest laisse entrapercevoir un rôle avant tout honorifique, une mission essentiellement de représentation, ce qui ne signifie pas par ailleurs qu’elle n’est pas d’importance. Ainsi on retrouve la trace de Sample B. Fortus lors d’obsèques de personnalités, lors de diverses soirées de gala et lors de commémorations importantes, comme celle de la fête des morts, le 1er novembre, ou de l’Armistice le 11 novembre. Mais seule une plongée dans les archives diplomatiques américaines, aux États-Unis, permettrait d’en savoir plus.

À Nantes, lorsqu’il s’agit de mettre en scène l’amitié franco-américaine en célébrant en février 1918 l’anniversaire du « président Lincoln », le consul général Gabriel Bie Ravndal compte parmi les invités au diner de gala donné par le maire, Paul Bellamy, aux côtés d’un grand nombre de personnalités civiles et militaires. Mais encore une fois, que l’on ne se méprenne pas : le rôle du diplomate est d’importance pour qui connaît la réalité des relations entre Marianne et l’Oncle Sam, couple qui malgré de fracassantes déclarations d’amour vit en réalité séparé de corps et de biens depuis des décennies[45]. Le faux pas est vite arrivé et l’on prend la mesure du talent déployé par le diplomate américain en lisant ces quelques mots extraits de son discours, véritable chef d’œuvre d’euphémisation :

« Il existe des affinités entre nations, comme il en est entre individus. La France et l’Amérique n’ont pas besoin de traités d’alliance écrits sur parchemin ou sur papier par des diplomates. Un même idéal, l’alliance des cœurs, existait même avant La Fayette et elle restera toujours, parce que cet état de choses fut ordonné non par l’homme, mais par le grand maître de l’Univers. »[46]

Le parcours de Gabriel Bie Ravndal rappelle d’ailleurs que ce poste est sensible du fait du rôle stratégique joué par l’estuaire de la Loire, et plus globalement la Bretagne, dans le débarquement du corps expéditionnaire américain. Né en 1865 en Norvège, mais par la suite naturalisé, il entre dans la carrière en 1898 après une brève expérience en politique. Passé par Beyrouth, Constantinople et Paris, il est à n’en pas douter un diplomate expérimenté, comme en témoigne son rang de Consul général de 2e classe, le plus élevé parmi les membres du personnel consulaire américain en poste dans la péninsule armoricaine[47].

De la même manière, lorsqu’il s’agit de célébrer à Nantes, le 11 novembre 1920, à la fois le second anniversaire de l’Armistice et le cinquantième de la proclamation de la République, le 4 septembre 1920, le consul Maxwell Moorhead compte parmi les personnalités invitées lors des festivités organisées dans la Cité des Ducs. Mais on remarquera qu’il se situe, dans l’ordre protocolaire, derrière son homologue britannique, un certain Vivian Bosanquet. Or ce rang dit à la fois la nature de la relation franco-américaine en cette année 1920, autrement dit la fin d’un « âge d’or », mais aussi le caractère finalement assez subalterne de cette fonction au sein de l’administration des Affaires étrangères des États-Unis. Il est d’ailleurs assez intéressant de noter que les autorités consulaires n’apparaissent qu’à la portion congrue dans les enquêtes, pourtant très poussées, menées par Y.-H. Nouailhat et B. Nau sur Saint-Nazaire et Nantes[48]. Certes, on pourra toujours arguer que cet état de fait peut résulter d’approches plus sociales et culturelles que diplomatiques[49]. Même chose en ce qui concerne V. Bogard sur le Morbihan. Toutefois, c’est bien cette impression d’un rôle très secondaire que nous avons eu, également, en travaillant sur le secteur de Saint-Nazaire[50].

Au Bois Belleau, le 2 décembre 1918, pendant qu'un officier français prononce un discours, le Consul général des Etats-Unis en France écoute. Library of Congress : 165-WW-177A-46.
Au Bois Belleau, le 2 décembre 1918, pendant qu’un officier français prononce un discours, le Consul général des Etats-Unis en France écoute. Library of Congress : 165-WW-177A-46.

Les agents du Département d’État en poste en Bretagne paraissent donc relever d’une notabilité qui, en réalité, masque mal leur rang somme toute subalterne dans la diplomatie américaine. En d’autres termes, quant à Brest la préfecture maritime organise pour la fête nationale un dîner avec une petite trentaine de personnalités, Sample B. Forbus compte parmi les convives[51]. Mais quand il s’agit de dossiers réellement importants, comportant de gros enjeux, alors ce sont les services de l’ambassade qui interviennent et prennent les choses en main. D’où des profils d’hommes relativement jeunes, pas toujours très expérimentés et, surtout, ayant bien des fois intégré la carrière par opportunité. Ce qui bien en tendu ne présuppose rien quant à leurs qualités professionnelles.


[1] Register of the Department of State, Washington, Government Printing Office, 1917, p. 46.

[2] Register of the Department of State, Washington, Government Printing Office, 1918, p. 107 et 111.

[3] Pour une synthèse récente Carney, Sébastien (dir.), 1917-1919, Brest ville américaine ?, Brest, Centre de recherche bretonne et celtique, 2018.

[4] « Consulat américan », La Dépêche de Brest, 32e année,  n°11867, 31 janvier 1918, p. 2.

[5] Register of the Department of State, Washington, Government Printing Office, 1922, p. 45.

[6] Register of the Department of State, Washington, Government Printing Office, 1922, p. 50.

[7] Pour un résumé de l’affaire, fort complexe du fait d’une suspicion de pavillon américain fictif, se reporter à International Law Decisions and Notes, International Law Studies, US Naval War College, Volume 22, p. 37-50.

[8] « Le Dacia », La Dépêche de Brest, 29e année, n°10812, 5 mars 1915, p. 3.

[9] Bourlet, Michaël, L’Armée américaine dans la Grande Guerre 1917-1919, Rennes, Editions Ouest-France, 2017, p. 69.

[10] Le Gall, Erwan, Saint-Nazaire, les Américains et la guerre totale (1917-1919), Bruz, Editions CODEX, 2018, p. 76.

[11] Doenecke, Justus, Nothing less than War. A New History of America’s Entry into World War I, Lexington, University Press of Kentucky, 2011 ; Tucker, Robert W., Woodrow Wilson and the Great War : Reconsidering America’s Neutrality, 1914-1917, Charlottesville, University of Virginia Press, 2007.

[12] « Dans les consulats », L’Ouest-Eclair (édition de Nantes), 20e année, n°17234, 26 mais 1919, p. 4.

[13] Register of the Department of State, Washington, Government Printing Office, 1917, p. 46 ; « Un mariage », Le Phare de la Loire, 102e année, n°32026, 1er décembre 1917, p. 3 ; « Le nouveau consul des États-Unis », L’Ouest-Éclair, 18e année, n°6227, 20 août 1916, p. 4 ; « Le nouveau consul des États-Unis », L’Ouest-Éclair, 18e année, n°6230, 23 août 1916, p. 3 ; « Consulats », La Dépêche de Brest, 24e année,  n°9 134, 7 septembre 1910, p. 2 nous apprend qu’Alfred Pitel exerce également les fonctions d’agent consulaire pour l’Italie. Il est probable qu’il s’agisse d’un négociant résidant au 11, rue Émile Zola à Brest et que l’on retrouve à plusieurs reprises dans les colonnes de La Dépêche de Brest. Il est probable que cet individu soit aussi agent dans le port du Ponant de la Compagnie générale transatlantique.

[14] Register of the Department of State, Washington, Government Printing Office, 1917, p. 79.

[15] Register of the Department of State, Washington, Government Printing Office, 1917, p. 45.

[16] Détail intéressant, ce diplomate apparaît dans l’annuaire publié en 1918 comme étant Walter H. Scholes et non plus Shultz. S’agit-il de la reparation d’une coquille ou, au contraire, d’une « dégermanisation » de patronyme ? Register of the Department of State, Washington, Government Printing Office, 1918, p. 137.

[17] Register of the Department of State, Washington, Government Printing Office, 1917, p. 129.

[18] Register of the Department of State, Washington, Government Printing Office, 1922, p. 150.

[19] Register of the Department of State, Washington, Government Printing Office, 1918, p. 108.

[20] Register of the Department of State, Washington, Government Printing Office, 1917, p. 103.

[21] Register of the Department of State, Washington, Government Printing Office, 1918, p. 146.

[22] Register of the Department of State, Washington, Government Printing Office, 1922, p. 119.

[23] Register of the Department of State, Washington, Government Printing Office, 1922, p. 174.

[24] « La Fête de l’UNC », La Dépêche de Brest, 36e année,  n°14015, 8 mai 1922, p. 2 indique qu’Herbert Williams dirige un Foyer du soldat pendant le conflit. De ce point de vue, la continuité avec la carrière de l’enseignement puis dans la direction d’établissements scolaires, est manifeste.

[25] Register of the Department of State, Washington, Government Printing Office, 1922, p. 196.

[26] Register of the Department of State, Washington, Government Printing Office, 1917, p. 67.

[27] Register of the Department of State, Washington, Government Printing Office, 1922, p. 159.

[28] Register of the Department of State, Washington, Government Printing Office, 1922, p. 171.

[29] Register of the Department of State, Washington, Government Printing Office, 1922, p. 183.

[30] Register of the Department of State, Washington, Government Printing Office, 1917, p. 76.

[31] Register of the Department of State, Washington, Government Printing Office, 1917, p. 94.

[32] Register of the Department of State, Washington, Government Printing Office, 1922, p. 119.

[33] Register of the Department of State, Washington, Government Printing Office, 1922, p. 160.

[34] Register of the Department of State, Washington, Government Printing Office, 1922, p. 174.

[35] Register of the Department of State, Washington, Government Printing Office, 1922, p. 105.

[36] Register of the Department of State, Washington, Government Printing Office, 1922, p. 86.

[37] Register of the Department of State, Washington, Government Printing Office, 1917, p. 79.

[38] Register of the Department of State, Washington, Government Printing Office, 1918, p. 81.

[39] Register of the Department of State, Washington, Government Printing Office, 1922, p. 100.

[40] Register of the Department of State, Washington, Government Printing Office, 1922, p. 174.

[41] Emblématique est à cet égard le cas de Clarence Carrigan qui, on l’a vu précédemment, débute sa vie professionnelle civile, après avoir quitté l’armée, en tant que marchand d’art. Cette activité est selon toute vraisemblance à mettre en lien avec son épouse, issue d’une importante famille californienne de marchands d’art. Lui-même semble issu de ce milieu à en croire « Clarence Carrigan to go to Lyons, France », The San Francisco Call, 1 March 1912, p. 9.

[42] « US Consul is Dead of Fever », Santa Cruz Evening News, 23 December 1929, p. 3.

[43] Poupon, Dimitri, « Les visites du président des Etats-Unis Woodrow Wilson à Brest, 1918-1918 », in Coativy, Yves et Daniel, Tanguy (dir.), 1914-1918 Le Finistère dans la Grande Guerre, Quimper, Société archéologique du Finistère, 2018, p. 283-316.

[44] « Le Président Wilson à Brest », La Dépêche de Brest, 33e année, n°12184, 14 décembre 1918, p. 1.

[45] Kaspi, André, Le temps des Américains, 1917-1919, Paris, Publications de la Sorbonne, 1976. Pour une approche plus strictement bretonne, Le Gall, Erwan, Saint-Nazaire, les Américains et la guerre totale…, op. cit.

[46] « France, États-Unis », Le Phare de la Loire, 103e année, n°33001, 13 février 1918, p. 2.

[47] Register of the Department of State, Washington, Government Printing Office, 1922, p. 170.

[48] Nouailhat, Yves-Henri, Les Américains à Nantes et Saint-Nazaire, 1917-1919, Paris, Les Belles Lettres, 1972 ; Nau, Brieuc, La présence américaine à Nantes pendant la Première Guerre mondiale, mémoire de master 2 recherche sous la direction de Jeannesson, Stanislas, Nantes, Université de Nantes, 2015, p. 25 indique qu’en 1913 l’activité du consulat américain à Nantes « semble surtout se focaliser sur la récolte de renseignements : mouvements de marchandises ou de navires dans le port de Nantes, ainsi que les tarifs qui y sont pratiqués, informations sur les industries nantaises ainsi que sur les salaires de diverses professions ».

[49] Cette remarque vaut également pour Pichard, Laëtitia, La Présence américaine dans le Centre-Ouest de la France pendant la Première Guerre mondiale, 1917-1921, thèse sous la direction de Villerbu, Tangi, La Rochelle, Université de La Rochelle, 2019.

[50] Bogard, Valentin, Aspects socio-économiques de la présence des Américains dans le Morbihan de 1917 à 1919, Mémoire de master recherche sous la direction de Bruneau, Jean-Baptiste, Vannes, Université de Bretagne-Sud, 2016 ; Le Gall, Erwan, Saint-Nazaire, les Américains et la guerre totale…, op. cit.

[51] « Un diner à la préfecture maritime », La Dépêche de Brest, 35e année, n013729, 16 juillet 1921, p. 2.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2021, 22 juillet). La représentation diplomatique américaine en Bretagne (1917-1919). Ar Brezel. Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbo1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.