Endurer et servir. Expérience(s) de guerre en question

L’une des questions les plus aigües, ayant fait couler le plus d’encre et continuant de susciter bien des constructions intellectuelles, est celle de la durée des guerres. Pour le dire autrement, comment dans un environnement aussi hostile que le champ de bataille les combattants font-ils pour tenir ? Là est une des interrogations majeures de la nouvelle histoire militaire héritée du maître livre de J. Keegan, Anatomie de la bataille, et fortement influencée par les approches culturelles et les apports de l’anthropologie. Cette perspective sensible, comportant notamment une grande attention aux corps, sera au cœur de la journée d’études organisée le 17 septembre 2021 à l’École militaire, à Paris, par le Service historique de la Défense et l’Institut de Recherche stratégique de l’École militaire. Répartis en trois panels distincts, l’ensemble des chercheurs et chercheuses réunis pour l’occasion, provenant d’environnements épistémologiques variés, examineront sur le temps long la question de l’endurance combattante. Des Cosaques du XVIe siècle en Sibérie aux essais nucléaires de la Guerre froide en passant par l’environnement sonore des poilus ou l’expérience des Résistants Daniel Cordier et Jeanne Bohec, c’est une grande diversité de belligérances qui seront examinées.

La journée d’études aura lieu le 17 septembre 2021. L’organisation n’a pour l’heure pas indiqué si une retransmission par visioconférence sera proposée. Nous ne pouvons que le souhaiter ardemment tant le programme proposé est dense, varié et stimulant. On suivra en effet avec d’autant plus d’intérêt cette manifestation qu’un certain nombre de communications concernent directement la Bretagne : celle bien entendu de G. Pollack évoquant la « plastiqueuse à bicyclette », Jeanne Bohec, mais aussi celle de T. Laurent relatives aux poches de l’Atlantique à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

9h 30 : Accueil des intervenants.

9h 40 – 10h : Introduction de la journée par Christian Ingrao, historien, Directeur de recherche CNRS.

Panel 1. Penser les expériences de guerre : disciplines, sources et méthodes.

Discutant : Jean-Vincent Holeindre, politiste, Université Paris II Panthéon-Assas.

10h 05 : Présentation du panel et des communications.

10h 05 – 10h 20 : Mathias Thura, sociologue, Centre universitaire d’enseignement du journaliste, « Ethnographier et documenter l’expérience sociale du combat à distance du champ de bataille ».

10h 20 – 10h 35 : Benoît Tahon, historien, université de Lille, « L’environnement sonore des combattants de la  Grande Guerre ».

10h40 – 11h : Retours du discutant et questions.

11h 05 – 11h 20 : Christophe Lafaye, historien, IRSEM, « Garder les traces des expériences des combattants : collecter, archiver et étudier l’expérience combattante du XXIe siècle ».

11h 20 – 11h 35 : Iris Saada, doctorante en histoire, Sorbonne université, « Les Cosaques à l’assaut de la Sibérie. La premier vague d’expansion russe en Sibérie (1576-1585) et ses concrétisations discursives au 17e siècle ».

11h40 – 12h : Retours du discutant et questions.

Panel 2. Sur le terrain : la guerre vécue dans toutes ses dimensions.

Discutante : Aude Merlin, politiste, Université libre de Bruxelles.

13h 35 : Présentation du panel et des communications.

13h 35 – 13h 50 : Johanna Masse, politiste, Université Laval, « De la maison, à la rue, et finalement en prison : une approche spatiale des politisations féminines nord-irlandaises lors des Troubles (1968-1998) et palestinienne entre le début de l’Occupation et la fin de la première intifada (1967-1995) ».

13h 50 – 14h 05 : Anna Forestier, doctorante en histoire, Sorbonne Université, « Des civils au combat : l’expérience de la guerre des miliciens dans les colonies françaises d’Amérique en 1759 ».

14h 05 – 14h 30 : Retours du discutant et questions.

14h 35 – 14h 50 : Mariella Terzoli, doctorante en histoire, École des hautes études en sciences sociales, « Expériences de guerre, mémoires de guerre : histoires des Italiens dans la Légion étrangère ».

14h 50 – 15h 05 : Servane Roupnel, anthropologue, université Laval, « L’état de stress post-traumatique comme résultante de l’expérience de guerre : un frein à la réintégration à la vie civile des militaires ».

15h 05 – 15h 30 : Retours du discutant et questions.

Panel 3. La guerre partagée : expérience collective, expérience individuelle.

Discutant : Walter Bruyere-Ostells (Sciences Po Aix).

16h 05 : Présentation du panel et des communications.

16h 05 – 16 h 20 : Jonathan Hassine, doctorant en histoire, Sorbonne université, « La bataille de Souk al-Gharb. Du fait guerrier à la mémoire combattante de l’armée libanaise pendant la guerre civile ».

16h 20 – 16h 35 : Théodore Laurent, doctorant en histoire, Université d’Amiens, « Le front des poches de l’Atlantique, 1944-1945 : une expérience de guerre commune autour d’un sentiment de relégation partagée ? ».

16h 40 – 17h 00 : Retours du discutant et questions.

17h 05 – 17h 20 : Guillaume Pollack, historien, Université Paris-Est Créteil, « Vivre la guerre clandestine. L’expérience combattante de Jeanne Bohec et de Daniel Cordier ».

17h 20 – 17h 35 : Clémence Maillochon, doctorante en histoire, Université de Haute-Alsace, « Vivre la Guerre froide sur un site d’essais nucléaires : expériences civilo-militaires de la bombe, de Reggane à Mururoa ».

17h 40 – 18h 00 : Retours du discutant et questions.

18h – 18h20 : Clôture de la journée par Michel Naepels, anthropologue, École des hautes études en sciences sociales.

Informations et contact : experiencedeguerre@gmail.com


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.