Faire face à la défaite 1870-1945

Le Service Historique de la Défense (Vincennes), le Centre Marc Bloch (Berlin), le Centre d’Histoire Espaces et Cultures de l’Université de Clermont-Auvergne (Clermont-Ferrand), l’Institut Historique Allemand (Paris), le Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre / Université de Picardie-Jules Verne (Péronne) et le Zentrum für Militärgeschischte und Sozialwissenshaft der Bundeswehr (Potsdam) organisent les 6 et 7 septembre 2021 le colloque international « Faire face à la défaite 1870-1945. Soixante-quinze ans d’histoire franco-allemande ». Le programme est particulièrement riche et cette thématique ouvre, bien entendu, de nombreuses possibilités. Mettre en perspective la défaite dans le cadre des guerres franco-allemandes de 1870 à 1945, c’est bien entendu se doter d’outils de comparaison pour analyser d’autres conflits. Pour la période qui nous intéresse, on songe bien entendu à l’Indochine (1946-1954) et à l’Algérie (1954-1962). Mais c’est surtout confronter les trajectoires individuelles passant par la péninsule armoricaine à d’autres parcours s’inscrivant dans d’autres espaces et observer s’ils divergent ou non et selon quelles modalités.

On l’aura deviné, le colloque « Faire face à la défaite 1870-1945. Soixante-quinze ans d’histoire franco-allemande » constituera assurément l’un des événements de la rentrée historienne pour la saison 2021-2022. On observera d’ailleurs que la Bretagne n’est pas absente de ce vaste panel d’historiens et l’on écoutera avec le plus grand intérêt la communication de M. Bergère & F. Lostec, de l’université Rennes 2, sur « l’exil des collaborateurs français au lendemain de la Seconde Guerre mondiale ». C’est dire si l’on se réjouit déjà à l’idée de suivre de ce colloque puis d’en découvrir les actes qui seront, espérons-le, rapidement publiés.

Lundi 6 septembre 2021

10h30- 10h45 : Ouverture.

Nathalie Genet-Rouffiac, chef du Service Historique de la Défense

Thomas Maissen, directeur de l’Institut historique allemand

Jakob Vogel, directeur du Centre Marc Bloch

10h45-11h : Présentation des axes scientifiques et mise en contexte. Nicolas Beaupré, CHEC-UCA, ENSSIB, CIRHGG.

11h-12h30 : « Les identités à l’épreuve de la défaite ». Présidence : Heather Jones, University College London, Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre (CIRHGG).

Fabien Theofilakis (Paris I Panthéon-Sorbonne, Centre Marc Bloch) : « De la défaite totale à une captivité totale : les prisonniers de guerre allemands dans la guerre de trente ans (1914-1949) ».

Axel Dröber (Institut historique allemand) : « Faire face à la défaite : Quand la défaite change de nationalité (Alsace-Lorraine 1918-1930) ».

Edmond Ngagoum (Université de Douala) : « Expérimenter la défaite à partir des territoires coloniaux : marges, séquence et originalité d’une lecture Kamerunaise/Camerounaise de la confrontation franco-allemande ».

Estelle DELFORGE (Université de Cergy-Pontoise) : « Vivre la défaite et organiser la résistance dans l’actuel Val d’Oise durant les guerres de 1870-1945 ».

12h30-14h30 : Pause déjeuner.

14h30- 15h15 : Table-ronde. « L’aire Pacifique, ses défaites et ses mythes 1870-1955 », une conférence de Carol Gluck (Columbia University) discutée par Victor Louzon (Paris-Sorbonne).

15h15 – 15h30 : Pause.

15h15-16h45 : « Pluralité des expériences de la défaite ». Présidence :  Markus Pöhlmann, ZMS-BW.

Claire Andrieu (Centre d’histoire de Sciences Po Paris) : « Les gardes territoriaux en France et leur répression par l’occupant 1940-1943 ».

Lars Hellwinkel (Christian-Albrechts-Universität Kiel): « Entre marins. La défaite dans les négociations entre la Marine de Vichy et la Kriegsmarine (1940-1944) ».

Geoffrey Koenig (Université de Strasbourg/Service Historique de la Défense) : « L’impensable évidence : la place de la défaite dans l’armée allemande sur le front de l’Ouest fin 1944-1945 ».

Marc Bergère & Fabien Lostec (Université Rennes 2) : « Fuir la défaite : l’exil des collaborateurs français au lendemain de la Seconde Guerre mondiale ».

Mardi 7 septembre 2021

9h00-9h15 : Ouverture.

Caroline FONTAINE, directrice du Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre (CIRHGG).

9h15 – 10h45 : « Analyser la défaite ». Présidence : Silke Mende, Westfälische Wilhelms-Universität Münster, Centre Marc Bloch.

Paul Lenormand (Service Historique de la Défense/ Sciences Po Paris) : « Faire face à la défaite des puissants. Les Tchécoslovaques, entre allié français et ennemis ».

Simon Catros (Sorbonne Université) : « Vivre et analyser la défaite : expériences et lectures du Général Gamelin de la défaite à mai 1940 ».

Jean-Marc Largeaud (Université de Tours) : « Le guerrier appliqué, Marc Bloch ».

Robin Leconte (École Normale Supérieure Paris-Saclay) : « Comprendre ou juger la défaite de 1940 : l’armée de Vichy et la commission d’enquête sur les repliements suspects ».

10h45 – 11h00 : Pause.

11h00-12h00 : Table-ronde. « Une expérience partagée de la défaite ? Perspectives franco-allemandes ». Une rencontre avec Élise Julien (Sciences Po Lille), Mareike König (Institut historique allemand) et Julia Wambach (Max Planck Institut für Bildungsforschung, Centre Marc Bloch) animée par Nicolas Beaupré (CHEC-UCA, ENSSIB, CIRHGG).

12h00 – 13h30 : Pause déjeuner

13h30-15h00 : « Tirer les leçons de la défaite ». Présidence :  Jean-Claude Caron, Université de Clermont Auvergne.

Jean Marie Delaroche (Université de Lille) : « De Sedan à Constantinople. Faire carrière après la défaite ».

Morgane Barey (Service Historique de la Défense, ENS Paris-Saclay) : « Refondre la formation militaire des officiers français et allemands : expériences croisées (1871-1918-1940) ».

Aurore Ségaud (Sorbonne Université) : « Heurts et malheurs : la compréhension de la défaite par les militants nationalistes et la construction de l’éthique militaire (1870-1914) ».

Damien Accoulon (Université de Paris Nanterre, Technische Universität Braunschweig) : « Invaincus dans les airs ? Aviateurs allemands et français face aux défaites ».

15h00 – 15h15 : Pause

15h15 – 16h15 : Table-ronde. « Le genre de la défaite », une rencontre avec Elissa Mailänder (Centre d’histoire de Sciences Po Paris) et Julie Le Gac (Paris Nanterre) animée par Stéphane Audoin-Rouzeau (EHESS, CIRHGG).

16h15 – 16h30 : Pause.

16h30-18h00 : « Mémoires courtes, mémoires longues ». Présidence : Mareike König, Institut historique allemand.

Rémi Dalisson (Université de Rouen-Insep) : « Faire face symboliquement à la défaite : les ambiguïtés des catharsis commémoratives françaises (1870-1914) ».

Pascale Cohen-Avenel (Paris Nanterre) : « Souvenirs de la guerre de 1870 d’un philosophe néokantien ou comment désinstrumentaliser la défaite française pour éviter un nouveau conflit ? »

Friedemann Pestel (Albert-Ludwigs Universität Freiburg-im-Breisgau): « Quatre sorties de guerre musicales : l’Orchestre philharmonique de Berlin à Paris (1897‒1950) ». 

Alexandre Bibert (Johannes Gutenberg Universität Mayence) : « Défaite du national-socialisme, victoire de l’antifascisme : les syndicalistes de la zone d’occupation soviétique et de la RDA face au renouveau des relations franco-allemandes (1945-1950) ».

18h00 – 18h30 : Conclusion du colloque. Walter Bruyere-Ostells (Sciences Po Aix), directeur de la Recherche au Ministère des Armées. Le colloque se déroulera par visioconférence.

Des liens seront adressés, par mail, à celles et ceux qui veulent y assister après inscription préalable, qui est obligatoire, à l’adresse suivante : fairefacedefaite.facingdefeat@gmail.com.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.