L’Empire (libéral) contre-attaque-t-il en Bretagne ?

Publié aux éditions SPM, cet « essai d’histoire globale » consacré à l’Empire libéral et dirigé par E. Anceau et D. Barjot constitue un bel exercice de réexamen d’une période assez délaissée par l’historiographie, plus encore nous le verrons en ce qui concerne la Bretagne[1]. Là n’est d’ailleurs pas chose totalement surprenante pour qui connaît la riche et dense œuvre de ces deux éminents historiens. En définitive, c’est d’un volume exploratoire dont il s’agit ici, ouvrage proposant un état des connaissances et empruntant quelques pistes, dans les domaines politiques, économiques et internationaux, mais ne prétendant, comme il se doit du reste, nullement faire le tour d’un objet historique qui reste un chantier encore très largement en friches (p. 7 et 19).

Il est d’ailleurs frappant de constater que les deux co-directeurs du volume éprouvent le besoin de définir leur objet dans l’introduction du volume. Certes, il y a là une certaine forme d’académisme rhétorique qui érige l’exercice en sorte de figure imposée. L’art de la dissertation ne commence-t-il pas avec la définition des termes du sujet ? Certes, mais on doute qu’un ouvrage sur la collaboration ou sur la bataille de la Marne en passe par cette étape tant il s’agit là d’objets qui s’imposent d’évidence. Si l’exercice est ici obligatoire c’est que l’Empire libéral n’est pas si simple qu’il n’y paraît à définir. Au sens strict, il débute le 2 janvier 1870 avec la nomination du gouvernement dirigé par Emile Ollivier, « premier cabinet du régime à être représentatif de la majorité parlementaire et à être en partie responsable devant le Corps législatif » (p. 14). Mais en réalité, cette séquence chronologique s’insère dans une périodisation plus ample, celle qui voit la libéralisation de l’Empire « avec le décret du 24 novembre 1860, et plus encore avec la lettre impériale du 19 janvier 1867, les élections législatives de mai-juin 1869, le renvoi du ministre d’État, Rouher, en juillet, et le sénatus-consulte du 8 septembre 1869 » (p. 14-15). Pour l’historien du droit B. Martin-Gay, c’est en termes de continuités qu’il faut penser la période et, à l’en croire, l’Empire libéral « est peut-être l’autre nom de l’état de droit embryonnaire » (p. 65), manière d’insister sur l’héritage reçu, et exploité, par la IIIe République (p. 62).

Portrait d'Emile Ollivier par Giacomo Carelli (1870). Gallica / Bibliothèque nationale de France: département Estampes et photographie, RESERVE FT 4-QB-370 (167).
Portrait d’Emile Ollivier par Giacomo Carelli (1870). Gallica / Bibliothèque nationale de France: département Estampes et photographie, RESERVE FT 4-QB-370 (167).

Mais, des grilles de lecture que peut forger l’historiographie à partir de textes réglementaires emblématiques à la réalité perçue, vécue, par la population dans son ensemble, ce qui suppose que l’analyse englobe la stratification sociale dans toute sa diversité, il y a un monde. E. Anceau en est parfaitement conscient et affirme que ce n’est qu’avec le sénatus-consulte du 8 septembre 1869 que les contemporains ont le sentiment d’une libéralisation de l’Empire (p. 31). Mais « s’il est bien entendu que des périodes historiques peuvent précéder le nomotype qui les désigne »[2] (p. 31), il me semble que l’analyse mériterait d’être approfondie à l’échelle d’une région périphérique comme la Bretagne. Brest, qui rejette sans ambiguïté le plébiscite du 8 mai 1870 paraît être un indice assez significatif[3]. Ce qui s’observe à Paris n’est peut-être pas nécessairement valable pour le reste de la France[4] et si A. Schwartz rappelle que « dans un sens restreint » l’expression « Union libérale » désigne « une stratégie d’alliance promue par la presse de la capitale lors des élections au Corps législatif de 1863 », on est en droit de se demander si « la vision du monde », pour le dire autrement « l’humeur idéologique » portée par cet intitulé, prévaut aussi en Bretagne (p. 42). Certes, à Nantes, Le Phare de la Loire s’inscrit résolument dans cette grille de lecture (p. 49) mais quid d’autres espaces, moins ouverts et connectés que ne l’est la Cité des Ducs ? Que P. Allorant nous rappelle que le notable républicain Marcel Jozon est exilé à Napoléonville (Pontivy) n’est de ce point de vue pas si anecdotique que cela… (p. 67)[5]. Mais à dire vrai, à en croire cet historien qui est aussi l’un des descendants de cet ingénieur des Ponts et Chaussées, c’est surtout l’ennui qui frappe en Morbihan ce jeune fonctionnaire promis à un brillant avenir :

« La modestie des premiers postes limite les soirées à une relative intimité, porteuse du spleen de Pontivy : il s’y abrutit d’occupations professionnelles pour éviter le désœuvrement, et se montre assidu dans la fréquentation d’un aimable capitaine de lanciers, fils d’un général baron de l’Empire, dont l’épouse ‘qui s’ennuie beaucoup ici donne de petites soirées tous les lundis’. La faiblesse des animations ne le rebute pas, car il se sait de caractère peu liant, abhorrant les visites mondaines, et comprend la réserve des habitants, qui se reçoivent peu par manque de fortune. Toutefois il est reçu aux bals et au dîners que donne l’épouse de son ingénieur en chef, occasion de vives discussions à bâtons rompus sur les mérites de la valse à deux ou à trois temps et même la politique. L’absence de distractions contraint à se passionner pour des défis extérieurs, telles les courses de chevaux organisées à Rennes où concourent des officiers du régiment de Napoléonville. »[6]

De quoi nuancer l’idée avancée par C. Desbois-Thibault d’un Second Empire « festif » (p. 213). Si l’on veut bien entendre avec l’auteur que la période est favorable au commerce des maisons de Champagne, celui-ci ne peut s’entendre que dans le cadre d’une stricte stratification sociale.

Libéral, le régime l’est donc sur le plan politique mais avec toutefois certaines réserves d’importance, comme le montre A. Sandras à propos de la caricature et à partir d’un corpus très « parisien » d’œuvres (p. 77-95). Autrement dit, la censure s’exerce-t-elle avec autant de sévérité à Paris et dans une région périphérique comme la Bretagne ? Et qu’en est-il sur le plan économique puisque, comme le rappellent E. Anceau et D. Barjot en introduction de l’ouvrage, « l’Empire libéral est un produit du libre-échange, dont une majorité d’historiens économistes a souligné les effets, beaucoup plus positifs que négatifs, sur la croissance française » (p. 21).

Le chantier naval John Scott de Saint-Nazaire, 1863, photographie de Jules Duclos. Musée de Bretagne : 2002.0030.3.
Le chantier naval John Scott de Saint-Nazaire, 1863, photographie de Jules Duclos. Musée de Bretagne : 2002.0030.3.

Quiconque s’intéresse à la Bretagne ne peut en effet s’empêcher de se demander si cette vision des choses s’applique aussi à la péninsule armoricaine. En l’état actuel de l’historiographie, faute de travaux de synthèse, il est bien difficile d’être catégorique en la matière. Certes, on connaît à Nantes la réussite exceptionnelle de la biscuiterie Lefevre-Utile mais si l’entreprise commence à grandir sous le Second Empire, c’est d’avantage avec la IIIe République qu’elle prend son envol. De même, nul n’ignore l’ouverture grâce à l’ingénieur écossais John Scott d’un chantier naval à Saint-Nazaire en 1862, suite au traité franco-britannique de libre-échange du 23 janvier 1860 (quelques mois donc avant le décret du 24 novembre 1860 concernant le Sénat et le Corps législatif). Mais celui-ci est mis en banqueroute dès l’automne 1866 et ne renaît de ses cendres qu’à l’aube des années 1880. Deux exemples renvoyant à une chronologie qui invite à nuancer l’idée d’un Empire libéral prospère sur le plan économique (p. 111). D’ailleurs, l’on sait, grâce à P. Allorant, que ce que voit le polytechnicien Marcel Jauzon à Napoléonville « le conforte dans la prise de conscience d’un retard français de développement industriel, de niveau éducatif et de qualité de la formation universitaire, avant tout vis-à-vis de la Prusse » (p. 72). Certes, le train arrive à Rennes 1862 mais l’irrigation de la péninsule armoricaine par le chemin de fer, et donc les effets induits sur le tissus économique et tout particulièrement industriel, ne sont pas immédiats. Or, R.-R. Park-Barjot montre bien à travers l’exemple de la société E. Goüin et Cie combien le rail irrigue le secteur des travaux publics (p. 181-194). Pour autant, un parcours comme celui de Louis Harel de la Noë, ingénieur-en-chef des Ponts-et-Chaussées dans les Côtes-du-Nord à partir de 1901, suggère à l’évidence une chronologie décalée en ce qui concerne la péninsule armoricaine. C’est donc à une analyse géographiquement différenciée, spatialement nuancée, qu’il faut aboutir : si B. Marnot rappelle qu’à Nantes « le milieu des armateurs libéraux, emmenés par Dobrée et Tollenare, montre tous les avantages potentiels que l’industrie française retirerait de la convention franco-britannique, qui est la promesse d’un charbon à meilleur marché et d’un coton plus accessible » (p. 141), tous les ports, suivant qu’ils soient plus ou moins bien connectés au réseau ferroviaire, n’ont pas nécessairement la même analyse.

Mais, en l’état actuel des connaissances, c’est avant tout la prudence qui doit s’imposer tant la bibliographie sur ces questions est famélique pour ce qui concerne la Bretagne. Il est ainsi frappant de remarquer que la vaste enquête coordonnée par D. Barjot sur les entrepreneurs du Second Empire fasse l’impasse sur la péninsule armoricaine (p. 167), à n’en pas douter par manque de main d’œuvre sur le terrain. Pourtant il y a, c’est certain, à faire. Saint-Nazaire, qui n’a plus été étudiée depuis M. Barbance et les années 1940[7], est à cet égard un terrain particulièrement stimulant. Si le chantier naval connaît un destin contrasté pendant le Second Empire, la période est aussi caractérisée par l’implantation des frères Pereire, Emile et Isaac, et de la Compagnie générale transatlantique (p. 144). Une enquête à plus large spectre, centrée non plus sur le seul port de l’estuaire de la Loire mais aussi sur Lorient, Brest et Saint-Malo, devrait permettre de mieux comprendre les dynamiques à l’œuvre au cours de la période. Mais c’est un travail qui reste à mener.

En ce qui concerne l’agriculture, la thèse en cours d’Anthony Hamon sur la grande enquête de 1866 devrait permettre de savoir si l’idée d’un « âge d’or » agricole évoqué par E. Anceau et D. Barjot (p. 21) peut s’appliquer ou non à la péninsule armoricaine[8]. Dès lors, c’est d’une certaine manière la question des flux commerciaux et des exportations qui va se poser. J.-F. Klein évoque rapidement à travers le destin de Natalis Rondot les liens de Brest avec l’Asie (p. 228), d’où du reste la fameuse rue de Siam. Mais un exemple tel que celui-ci invite indéniablement à réexaminer l’histoire de la péninsule armoricaine au cours de cette période, et plus largement sans doute à l’échelle d’un long XIXe siècle, sur un mode global se focalisant plus spécifiquement sur la circulation transnationale des biens, des personnes et des idées.

On remarquera toutefois combien les questions militaires sont absentes de ce panorama, la guerre n’étant évoquée dans cet ouvrage qu’à la portion congrue et par le prisme du fait colonial. En tant qu’institution, l’armée n’a pas sa place dans ce tableau. On pourra toujours arguer que la caserne s’accorde mal de l’idée que l’on peut se faire du libéralisme. Certes. Mais il n’en demeure pas moins que la loi Niel, votée le 15 janvier 1868, pose malgré toutes ses limites la question de la conscription, une institution devenue essentielle sous la IIIe République, malgré quelques évolutions quant à la durée du service militaire[9]. De moins en moins central à partir de 1962 et de la défaite en Algérie, le passage sous les drapeaux ne concerne plus que les malheureux appelés ne disposant pas des réseaux nécessaires à l’évitement de l’uniforme et des rangers, jusqu’à ce que Jacques Chirac prenne en 1997 la décision de professionnaliser les armées. Se révèle néanmoins au cours de la période 1870-1962, soit précisément la séquence chronologique qui à l’échelle de la Bretagne intéresse ce carnet de recherche, le paradoxe d’une institution, la caserne, qui bien que perçue par bon nombre d’historiens, et dans le sillage d’E. Goffman, comme étant « totale »[10], gagne en puissance à mesure que la France se libéralise. Rétrospectivement, la séquence 1962-1997 apparaît, elle, comme une phase de transition vers une Défense professionnelle. Mais il n’en demeure pas moins que c’est bien dans cette phase libérale du Second Empire, puis sous l’Empire libéral stricto sensu lui-même, que se met en place cette dynamique.

Dès lors, et si l’on décide de souscrire à ce raisonnement, on ne peut que faire le constat d’une tendance semblable évoquée à plusieurs reprises dans cet ouvrage et à propos de sujets fort divers. Pour B. Martin-Gay, l’Empire libéral serait, comme on l’a vu précédemment, le berceau de l’état de droit tandis que pour D. Barjot, le Second Empire constitue du point de vue économique « le point de départ d’une nouvelle époque » (p. 123). Sur le plan de l’urbanisme et de l’hygiène, on sait que le régime se montre actif, ce dont témoigne le Paris haussmannien mais également des villes comme Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Montpellier ou Poitiers (p. 124). A Rennes, il faut toutefois attendre les années 1880 et Edgar Le Bastard pour que s’amorce cette dynamique.

A Nantes, l'embouchure du canal de Nantes à Brest, estampe de Friedrich Salaté. Musée de Bretagne : 2017.0000.2504.
A Nantes, l’embouchure du canal de Nantes à Brest, estampe de Friedrich Salaté. Musée de Bretagne : 2017.0000.2504.

Mais il reste encore beaucoup à découvrir, notamment à l’échelle de la Bretagne. En témoigne par exemple l’excellent article que propose dans ce riche collectif X. Mauduit à propos de l’inauguration du canal de Suez, le 17 novembre 1869. S’il est indéniable que cet événement a de l’écho en France, la démonstration est essentiellement menée à partir de sources parisiennes, et notamment de L’Illustration (p. 306). Or loin de ce que suggère un certain discours régionalisto-victimaire, la Bretagne, certes située en périphérie, est à l’époque parfaitement reliée au monde. C’est ce que rappelle notamment le dispositif médiatique permettant à l’été 1870 de suivre le cours des opérations de la guerre franco-allemande. Mais, bien que connectée, la péninsule armoricaine réagit-elle de la même manière que Paris, certes, mais aussi Le Havre, Marseille ou bien encore Toulouse ? Et l’on pense spontanément au port du Ponant, ville on l’a vu précédemment peu enthousiasmée par le régime et point d’arrivée du fameux canal de Nantes à Brest. Un simple exemple qui dit néanmoins l’ampleur de la gigantesque friche historiographique que constitue à l’échelle de la Bretagne le Second Empire, qu’il soit libéral ou non du reste. D’où l’intérêt de ce beau volume collectif publié sous la codirection d’E. Anceau et D. Barjot.


[1] Anceau, Eric et Barjot, Dominique (dir.), L’Empire libéral. Essai d’histoire globale, Paris, Editions SPM, 2021. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Sur la question Kalifa, Dominique (dir.), Les noms d’époque. De Restauration aux « années de plomb », Paris, Gallimard, 2020 ainsi que Anceau, Eric, « De quoi l’Empire libéral est-il le nom ? », Histoire, économie & société, 36e année, 2017-3, p. 35-47.

[3] Gourlay, Patrick, Le Louvre au secret. Brest 1870 : des chefs-d’œuvre à l’Arsenal, Châteaulin, Locus Solus, 2020, p. 24.

[4] Le Gall, Erwan et Prigent, François, « Pour une histoire locale de la France », in Le Gall, Erwan et Prigent, François (dir.), C’était 1958 en Bretagne. Pour une histoire locale de la France, Rennes, Editions Goater, 2018, p. 8-17.

[5] Sur Marcel Jozon lire également Allorant, Pierre, « L’invasion et l’occupation prussiennes de 1870 vues par un ingénieur des travaux publics », Histoire@Politique, n°10, 2010/1, p. 10 et Allorant, Pierre, « Les choses ordinaires de la vie d’un ingénieur des Ponts et Chaussées au XIXe siècle vues à travers les écrits du fort privé », La Revue administrative, 62e année, n°369, mai 2009, p. 296-304. A noter qu’à en croire Allorant, Pierre, « Les choses ordinaires de la vie… », art. cit., p. 297 Marcel Jozon est également nommé en Ille-et-Vilaine, en 1862, mention qui n’apparait pas dans le résumé de carrière figurant dans son dossier de Légion d’honneur. Nommé le 20 octobre 1863 Ingénieur ordinaire des Ponts-et-Chaussées, il est affecté à Pontivy (Napoléonville) puis Lorient avant de quitter définitivement la Bretagne. Notons qu’il n’est nullement question dans ce document d’un quelconque exil. Arch. Nat. : LH/1385/9.

[6] Allorant, Pierre, « Les choses ordinaires de la vie… », art. cit.

[7] Barbance, Marthe, Saint-Nazaire, le port, la ville, le travail, Moulins, Crépin-Leblond, 1948.

[8] Sur l’idée d’âge d’or je me permets de renvoyer au cycle de conférences que j’ai organisé pour le compte de Bretagne Culture Diversité et dont les actes sont en cours de publication.

[9] Crépin, Annie, Défendre la France. Les Français, la guerre et le service militaire de la guerre de Sept ans à Verdun, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005.

[10] Voir notamment Rousseau, Frédéric, 14-18, Penser le patriotisme, Paris, Gallimard, 2018.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.