A Rennes, lors de la Fête des fleurs 1936 (détail). Musée de Bretagne : 977.0040.4.

Des fleurs et des fusils

Fleurs et fusils ne font pas bon ménage. On connait l’image du départ des mobilisés de l’été 1914 la « fleur au fusil », représentation mentale n’ayant plus cours depuis la fin des années 1970 et la thèse magistrale de J.-J. Becker[1]. C’est d’ailleurs au cours de cette seconde partie du XXe siècle que le végétal devient un puissant symbole antimilitariste et pacifiste, incarnation d’un flower power magnifié par la célèbre photographie de Marc Riboud figurant une jeune femme – Jan Rose Kasmir – manifestant le 21 octobre 1967 contre la guerre du Vietnam et faisant face aux soldats de la Garde nationale armée d’un simple chrysanthème. Pourtant, il est un événement qui à Rennes parvient à concilier fleurs et fusils : le corso. Aujourd’hui sortie des mémoires, cette fête extrêmement populaire dit la force de la sensibilité militaire dans la première partie du XXe siècle. Surtout quand elle se déroule au printemps 1936, celui-là même qui voit la victoire du Front populaire lors des élections législatives. Comme si les fractures politiques, imperceptibles à travers cet événement, pouvait se combler l’espace de quelques heures.

Cette manifestation nous est connue grâce à un certain nombre d’archives dont un film dû à un cinéaste amateur, Emmanuel Debroise. Conservée par la Cinémathèque de Bretagne, cette source est absolument fascinante. Le réalisateur immortalise avec son unique caméra le défilé des chars les plus monumentaux : les plans fixes se succèdent, le mouvement n’étant assuré que par la déambulation des tableaux du corso et les applaudissements de la foule, très dense, que l’on parvient néanmoins à percevoir même si le film est muet[2]. Mais, aussi extraordinaire soit-elle, cette archive ne montre pas tout. Non seulement elle ne permet pas de saisir le hors-champ mais elle témoigne avant tout du regard d’Emmanuel Debroise, autrement dit de ce qui l’intéresse, de ce qu’il parvient à fixer sur la pellicule mais pas de ce qu’il ignore, volontairement ou non. D’où l’impérieuse nécessité de croiser les sources et, notamment, de se plonger dans les compte rendus de L’Ouest-Eclair.

Ceux-ci sont en effet particulièrement précieux pour qui s’intéresse à cet événement. C’est ainsi, par exemple, que l’on apprend grâce à cette archive qu’un peloton d’artillerie ouvre le cortège, celui-ci parcourant les rues de Rennes au son, entres autres, des « trompettes et tambours de la Garde républicaine » mais également de « l’infatigable musique du 41e RI, sans laquelle il n’est pas de belle fête »[3]. Signe de l’enchâssement des appartenances régionale et nationale, décalque du principe de matriochkas patriotiques identifié par A.-M. Thiesse, L’Ouest-Eclair signale, aux côtés de ces uniformes de l’armée française, la présence du barde Abalor[4]. Si l’on ne dispose malheureusement pas des programmes interprétés par ces orchestres, on sait qu’ils sont sollicités à plusieurs reprises au cours de ces fêtes. La musique de la Garde républicaine donne par exemple dans la soirée du 31 mai 1936 un concert sur le Champ de mars et interprète à cette occasion un morceau intitulé « Devant Verdun »[5]. Il est vrai que cette bataille a lieu 20 ans plus tôt…[6] Quelques heures plus tôt, cette formation débutait la journée avec une représentation donnée dans le Parc du Thabor[7]. Le 1er juin 1936, lors de la deuxième journée de la Fête des fleurs, alors que la musique de la Garde républicaine donnait un nouveau récital au Thabor, celle du 41e RI clôt l’événement avec un concert place de la Mairie, « magnifiquement illuminée » pour l’occasion croit bon de préciser le quotidien breton[8]. Après l’événement, alors qu’il faut démonter les tribunes érigées sur le Champ de Mars, ce sont les conscrits en garnison à Rennes qui fournissent – gracieusement – la main d’œuvre nécessaire[9].

Du point de vue de la présence des armées, l’édition 1936 de la Fête des fleurs n’a rien d’exceptionnel. Revenant dans son édition datée du 31 mai 1936 sur l’histoire de cet événement, L’Ouest-Eclair rappelle le succès rencontré en 1905 par « le carrousel des hussards et du 24e dragons de Dinan, sous la direction du commandant Letourneur ». Trois ans plus tard, le corso est marqué par la première participation de la musique de la Garde républicaine, sous l’œil attentif du ministre de l’Intérieur, Georges Clemenceau. Si elle empêche l’organisation de la Fête des fleurs, la Grande Guerre ne rompt pas cette sensibilité militaire, bien au contraire. En 1923, l’un des moments marquants est le concert donné par la musique des Équipages de la flotte au Thabor[10]. A l’évidence, pour le 10e corps d’armée, dont le siège est rappelons-le à Rennes, cette fête est un moyen de se montrer, de parader au sens propre du terme, c’est-à-dire de se présenter au grand public sous son meilleur jour. Fleurs et fusils font donc, en cette première moitié de XXe siècle, bien meilleur ménage que ce que l’on pourrait de prime abord croire.

La Garde républicaine lors d'une fête des fleurs à Rennes, photographie stéréoscopique sans date. Musée de Bretagne : 975.0047.34.
La Garde républicaine lors d’une fête des fleurs à Rennes, photographie stéréoscopique sans date. Musée de Bretagne : 975.0047.34.

Qu’en déduire ? En premier lieu, la profondeur de l’insertion de l’armée en tant qu’institution dans la vie quotidienne des Rennais du milieu des années 1930. Le service militaire a beau être réduit à un an depuis 1928, l’épreuve de la Première Guerre mondiale a beau être encore présente dans toutes les consciences, l’uniforme reste encore un élément du quotidien des Bretons, et des Français d’alors. En d’autres termes, là est la continuation de cette « sensibilité militaire » identifiée à propos de la Belle époque par l’historien J. Maurin[11]. En effet, il faut bien se souvenir que la présence militaire lors d’une fête des fleurs n’est pas un événement exceptionnel, bien au contraire. L’Ouest-Eclair l’atteste sans aucune ambiguïté en ce qui concerne les éditions de 1930 et de 1933.

Pourtant, le fait est que le film qu’Emmanuel Debroise tourne en 1936 ne témoigne pas de cette présence militaire. On n’y voit aucun uniforme, pas le moindre casque, aucun fusil. Il est probable que cette absence renvoie, pour une assez large partie, au sensationnel, à ce qui frappe l’œil et qui invite à tourner la manivelle de la caméra pour immortaliser ce qui relève, si ce n’est d’un « extraordinaire », d’un peu commun. C’est le char d’Anne de Bretagne, incarnée pour la circonstance par la duchesse des Bretons de Paris, cette année-là une jeune femme dénommée Yvonne Brooke et élue le 30 novembre 1935 au Palais des expositions de la Porte de Versailles[12]. C’est ce défilé de « Mexicains » reconnaissables à leurs chapeaux folkloriques. Ce sont ces « Chinois » juchés sur une jonque. Mais ce ne sont pas ces uniformes qui, eux, relèvent d’un univers visuel du quotidien, l’armée étant profondément insérée dans la société bretonne, et française, d’alors.

Le cher "Le sabot breton" du journal L'Ouest-Eclair lors de la fête des fleurs 1936. Musée de Bretagne : 971.0036.96.
Le cher “Le sabot breton” du journal L’Ouest-Eclair lors de la fête des fleurs 1936. Musée de Bretagne : 971.0036.96.

Cette hypothèse est confortée par le film que tourne en 1933, à Rennes, lors de la Fête des fleurs, ce même Emmanuel Debroise[13]. Des soldats à cheval, reconnaissables à leurs casques Adrian, apparaissent à l’écran pendant une petite dizaine de secondes mais ne servent en réalité qu’à introduire le propos, comme dans une sorte d’incipit. À n’en pas douter, le cœur du discours n’est pas là. Ce n’est pas cela que veut filmer le cinéaste amateur. En revanche, la musique des marins de la Royale, reconnaissables à leurs vareuses, leurs marinières et leurs bonnets à pompons, trouve grâce à ses yeux, mais pendant moins de 5 secondes[14]. De quoi estimer ce que peut avoir d’incongru un telle scène pour un Rennais ?

Car à n’en pas douter, Emmanuel Debroise est habitué à voir des uniformes de l’armée de terre. Tout porte d’ailleurs à croire que lui-même en a porté un, que cela soit au cours de son service militaire ou/et de la Grande Guerre. Parmi les fiches matricules du recrutement pouvant correspondre à celle d’un homme disposant de suffisamment de moyens financiers pour pouvoir disposer d’une caméra au milieu des années 1930 figure celle d’un Emmanuel Debroise né le 17 novembre 1894 à Rennes et déclarant lors de son passage devant le Conseil de révision exercer la profession d’employé de commerce. Bien évidemment, rien ne permet de certifier qu’il s’agit là de notre cinéaste amateur. Tant d’éléments peuvent entrer en compte en 30 ans – déménagement loin de la Bretagne, décès prématuré, situation professionnelle, et donc financière, chancelante… – qu’il y a, pour être complètement honnête, peu de probabilités pour qu’il s’agisse de la même personne. Mais il n’en demeure pas moins que la fiche matricule de cet Emmanuel Debroise détaille un parcours impressionnant : récupéré en septembre 1915, malgré des problèmes pulmonaires qui pourraient faire suspecter une tuberculose, il est envoyé au front, dans le secteur de Verdun, après 8 mois de classes. Evacué en juin 1916, il est ensuite transféré dans une unité destinée au front d’Orient, le 371e RI. Nommé caporal le 24 mars 1917, puis sergent-fourrier – promotion à sans doute mettre en rapport avec la profession qu’il déclare exercer lors de son passage devant le Conseil de révision[15] – le 20 juillet 1917, il est évacué quelques semaines plus tard, le 8 novembre 1917, pour « embarras gastrique » sur  Salonique. Rapatrié en France en juin 1918, il est hospitalisé à Châlons-sur-Marne puis Mont-de-Marsan avant d’être démobilisé le 11 septembre 1919, quatre années après avoir été incorporé. Souffrant manifestement toujours d’une dysenterie contractée en Albanie, il est versé dans le service auxiliaire puis est pensionné à 10%[16].

Automobile décorée participant en 1936 à l Fête des fleurs. Musée de Bretagne : 991.0129.6.
Automobile décorée participant en 1936 à l Fête des fleurs. Musée de Bretagne : 991.0129.6.

Pour autant, et à considérer que la fiche matricule dont il s’agit est bien celle de ce cinéaste amateur, il est difficile d’établir un lien direct entre les choix de réalisation d’Emmanuel Debroise et le parcours qui serait le sien pendant la Grande Guerre. Lors de l’édition 1930 de la Fête des fleurs, il filme pendant trois secondes une musique régimentaire, selon toute vraisemblance celle du 41e RI[17]. A l’évidence, ce n’est pas ce type de spectacle qui l’intéresse lors de ce genre de manifestation. Mais il ne s’agit pas non plus d’un élément tabou, interdit moral découlant directement des traumatismes subis pendant la Grande Guerre et qui serait l’expression d’un pacifisme viscéral, intégral. Les films d’Emmanuel Debroise montrent, encore une fois de plus, combien l’uniforme est un élément somme toute commun de l’environnement d’alors, ce qui renvoie au haut degré de militarisation de la société française d’alors : imagine-t-on aujourd’hui une musique militaire se produire aux Floralies internationales de Nantes ?


[1] Becker, Jean-Jacques, 1914 : Comment les Français sont entrés dans la guerre, Paris, Presses nationales de la Fondation des Sciences politiques, 1977.

[2] Cinémathèque de Bretagne : Debroise, Emmanuel, Rennes, fête des fleurs 31 mai et 1er juin 1936, 1936 (film amateur, 3164).

[3] « La Fête des fleurs de 1936», L’Ouest-Eclair, 38e année, n°14 452, 1er juin 1936, p. 6-8.

[4] Thiesse, Anne-Marie, Ils apprenaient la France. L’exaltation des régions dans le discours patriotique, Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme, 1997 et La création des identités nationales, Europe XVIIIe – XXe siècle, Paris, Seuil, 2001.

[5] « La Fête des fleurs de 1936 », L’Ouest-Eclair, 38e année, n°14 452, 1er juin 1936, p. 8.

[6] Sur le poids de la mémoire de la Première Guerre mondiale en 1936 en Ille-et-Vilaine on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, « Unis comme au front (populaire) ? Les anciens combattants d’Ille-et-Vilaine et le scrutin du printemps 1936 », in Le Gall, Erwan et Prigent, François (dir.), C’était 1936. Le Front populaire vu de Bretagne, Rennes, Éditions Goatr, 2016 p. 256-285.

[7] « La Fête des fleurs de 1936 », L’Ouest-Eclair, 38e année, n°14 452, 1er juin 1936, p. 8.

[8] « La seconde journée de la Fête des Fleurs a consacré le succès de dimanche », L’Ouest-Éclair, 38e année, n°14453, 2 juin 1936, p. 6-8.

[9] « La fille de Mme Angot et son pilote ont atterri au Pertre, près de Vitré », L’Ouest-Éclair, 38e année, 14454, 3 juin 1936, p. 5.

[10] « La fête des fleurs 1936 », L’Ouest-Eclair, 38e année, n°14453, 2 juin 1936, p. 10.

[11] Maurin, Jules, Armée, guerre, société, soldats languedociens (1889-1919), Paris, Publications de la Sorbonne, 1982, p. 167.

[12] « Duchesse de Bretagne 1936 », L’Ouest-Eclair, 38e année, n°14270, 2 décembre 1935, p. 1.

[13] Cinémathèque de Bretagne : Debroise, Emmanuel, Fête des fleurs, 1933 (film amateur, 9506).

[14] Ibid, 15.15.10 à 15.15.15.15.

[15] Sur ce point, nous renverrons à notre thèse Le Gall, Erwan, Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, thèse de doctorat en histoire sous la direction de Capdevila, Luc, Rennes, Université Rennes 2, 2019, p. 345 et suivantes.

[16] Arch. I&V : 1 R 1255.1751.

[17] Cinémathèque de Bretagne : Debroise, Emmanuel, Rennes, fête des fleurs, 1930 (film amateur, 3167).


2 réflexions sur « Des fleurs et des fusils »

  1. Cher carnetier,

    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.

    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypothèses

    1. Merci beaucoup pour cette mise en avant de mon carnet de recherche!
      Je suis désolé de ne pas vous avoir répondu plus tôt mais j’étais en déplacement professionnel, dans le cadre de l’Université d’été du Musée de la Grande Guerre de Meaux où j’étais invité à intervenir.
      Merci encore et à bientôt!

Répondre à Erwan Le Gall Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.