Sans lieu, ni date. Collection particulière.

Quand Zeller fait du social

La visite qu’effectue l’abbé Pierre à Rennes le 24 février 1954 à Rennes est globalement bien connue. Celle-ci s’inscrit dans la suite de son célèbre appel lancé quelques semaines plus tôt sur l’antenne de Radio-Luxembourg alors qu’une redoutable vague de froid frappe la France et cause des dizaines de morts parmi les plus mal-logés. Dans le chef-lieu d’Ille-et-Vilaine, le parc immobilier est singulièrement sous-dimensionné et la situation grave. C’est pour cela que le maire Henri Fréville décide de répondre à l’appel de l’ecclésiastique et de lancer la construction d’une « cité d’urgence ». La visite de l’abbé Pierre intervient au lendemain de la mise en chantier de ce qui jette les bases du quartier de Cleunay. Mais ce que la mémoire collective n’a absolument pas retenu, c’est que parmi les personnalités présentes ce jour là autour de l’abbé figure le général André Zeller commandant la 3e région militaire, celui-là même qui quelques années plus tard formera un célèbre « quarteron » avec ses homologues Raoul Salan, Maurice Challe et Edmond Jouhaud. Comment expliquer cette amnésie et en quoi est-elle signifiante ?

Dans son édition du 26 février 1954, le quotidien catholique La Croix rappelle que la veille de la visite de l’abbé Pierre à Rennes, sur le chantier de la cité d’urgence de Cleunay, « des bulldozers du 6e génie d’Angers, conduits par des soldats et mis à la disposition de la ville par le général Zeller, commandant de la 3e région, avaient commencé le nivellement du sol »[1]. A Rennes, le quotidien Ouest-France semble montrer l’officier lors de l’inauguration du chantier : le commandant de la 3e région militaire compte parmi les officiels et jamais sa présence ne semble poser le moindre problème[2]. D’où sans doute son caractère assez anecdotique. En revanche, le général Zeller n’apparaît pas dans le film réalisé par Yves Desbois à l’occasion de la venue à Rennes de l’abbé Pierre : il est vrai que le propos est essentiellement centré sur l’aide aux plus démunis et au foyer Saint-Benoît Labre[3].

En 1954, André Zeller n’est sans doute qu’un officier général parmi d’autres, même si les fonctions qu’il assume le placent assurément parmi l’élite de l’armée française d’alors. Général de division, et frère du général Henri Zeller gouverneur militaire de Paris, il est nommé en 1951 à la tête de la 3e région militaire après un parcours remarquable. Bien que préparant le concours d’entrée à l’École polytechnique, il s’engage en 1915 dans l’artillerie. Sorti du rang, il est nommé lieutenant à la fin de la Première Guerre mondiale puis poursuit une brillante carrière : promu capitaine en 1928, admis à l’École supérieure de guerre en 1931, fait commandant en 1938… Sous-chef de l’état-major du corps expéditionnaire français en Italie commandé par le général Juin, il sert ensuite auprès de de Lattre et prend part au débarquement de Provence. Nommé général de brigade en 1946, il devient inspecteur de l’artillerie. Sa nomination à Rennes s’insère donc dans un brillant cursus honorum que seule la question algérienne viendra interrompre : après le commandement de la 3e région militaire, il est d’ailleurs nommé en juin 1955 chef d’état-major de l’armée de terre.

Le capitaine André Zeller, le 23 décembre 1933, lors de son mariage avec Elisabeth Siméon, cliché publié dans le quotidien Le Jour le 24 décembre 1933. Bibliothèque nationale de France / Retronews.
Le capitaine André Zeller, le 23 décembre 1933, lors de son mariage avec Elisabeth Siméon, cliché publié dans le quotidien Le Jour le 24 décembre 1933. Bibliothèque nationale de France / Retronews.

Un détail frappe néanmoins lorsqu’on revient sur les personnalités présentes à Rennes pour accueillir l’abbé Pierre le 24 février 1954. De son nom d’état-civil Henri Grouès, l’ecclésiastique siège à l’Assemblée nationale de 1946 à 1951 et ce sous la bannière du MRP, soit la même étiquette politique que celle du maire du chef-lieu du département d’Ille-et-Vilaine, Henri Fréville. Ajoutons d’ailleurs que ces deux hommes témoignent tout les deux d’authentiques qualités de Résistant. André Zeller manque pour sa part l’étape de la France libre : se trouvant à Londres au printemps 1940 suite à l’évacuation de la poche de Dunkerque, il est muté à sa demande en Afrique-du-Nord et se trouve à la fin du mois de septembre 1940 à Alger, alors aux mains faut-il le rappeler de Vichy.

Quant à Clément Roques, archevêque de Rennes, sa trajectoire est encore plus ambigüe. Sa fiche Wikipedia évoque « la résistance qu’il opposa aux exigences de l’occupant en soustrayant les séminaristes au Service du travail obligatoire et en assurant la protection de Juifs et de résistants », information visiblement reprise d’une page du site de la Société d’entraide des membres de la Légion d’honneur mais dont le lien est aujourd’hui mort. S’ils devaient être avérés, force toutefois est de constater que ces faits de Résistance ne sont pas mentionnés dans le dossier de Légion d’honneur du prélat, consultable en ligne. En revanche, on sait que Clément Roques se distingue par un discours pour le moins sévère à l’égard des alliés le 10 mai 1944, lors des obsèques des victimes du bombardement de Bruz :

« Une fois de plus, dit-il, sur notre sol breton et français, une agression injustifiée vient de porter la mort en de nombreux foyers. Le martyrologue s’allonge et c’est à nouveau notre tour de nous grouper dans le silence des cœurs, dans le recueillement de la prière autour de nombreux cercueils… […]

On dire que ce sont les lois de la guerre. Non : l’état de guerre, si anormal et inhumain qu’il soit par lui-même, ne justifie pas tous ces procédés. Si la guerre a des lois, ce sont d’abord celles qui ont été fixées par la morale naturelle et la loi divine : ce sont aussi celles qui ont été inscrites par un effort commun des peuples dans les conventions internationales, tendant à la régler dans la manière de la conduire et à la rendre moins cruelle. Or ces ententes qui avaient marqué un progrès de la civilisation sont aujourd’hui impunément violées. C’est cette civilisation qui est en péril. C’est elle qu’il faut sauver… »[4]

Appel donc pour le moins ambigu que celui lancé en ce 10 mai 1944, c’est-à-dire alors que la défaite de Stalingrad est depuis longtemps consommée et que la rumeur du Débarquement est sur toutes les lèvres après ceux d’Afrique-du-Nord et de Sicile.

Dix ans plus tard, toujours en fonctions, Clément Rocques incarne « le moment MRP du catholicisme français » pour reprendre les termes de l’historien F. Le Moigne : c’est-dire donc s’il y a là, malgré le flou des années sombres, un terreau idéologique commun avec Henri Fréville et Henri Grouès[5]. Il convient toutefois de ne pas se méprendre et de ne pas mettre la charrue avant les bœufs. Si la construction de la cité d’urgence est en réalité dans les cartons d’Henri Fréville depuis le début du mois de janvier 1954 , c’est bien l’appel radiophonique de l’abbé Pierre qui permet d’accélérer la réalisation du dossier, celui-ci profitant à l’évidence de certaines convergences politiques locales. De plus, il ne faudrait pas pousser trop loin le curseur de l’analyse et peindre l’abbé Pierre en homme de parti : on sait par exemple son amitié avec le communiste –par ailleurs grand Résistant – Charles Tillon et les nombreux débats qu’ont les deux hommes sur la question du logement, primordiale aux yeux du maire d’Aubertvilliers[6].

C’est néanmoins à ce moment qu’on en revient au général Zeller. Peut-on le qualifier d’officier MRP ? Faut-il voir derrière la participation des bulldozers du 6e régiment du génie un acte politique ? Là encore, la prudence doit rester de mise puisque rien ne dit que ceci ne résulte pas d’un ordre venu d’un échelon supérieur. Pour autant, il apparaît évident qu’il y a à cette occasion une opportunité à saisir pour le général Zeller qui bénéficie là d’un moyen de conforter ses relations avec deux des principales autorités de la 3e région militaire qu’il commande : le maire et l’archevêque de Rennes. Là est aussi, d’une certaine manière, une manifestation de la sensibilité militaire, ou tout du moins de l’insertion de l’uniforme dans la société bretonne d’alors.

Carte d'adhérent du Mouvement républicain populaire (MRP). Collection particulière.
Carte d’adhérent du Mouvement républicain populaire (MRP). Collection particulière.

Mais le fait est que tous ces parcours ont quelque chose de particulièrement saillant en commun : une relation plus ou moins proche avec le MRP mais aussi, par conséquent, une distance assez marquée avec le général de Gaulle, alors en pleine traversée du désert, et ceci, pour ce qui concerne André Zeller, bien avant que n’éclate la guerre d’Algérie. La Toussaint rouge n’a lieu qu’en novembre 1954, soit donc 9 mois après la visite de l’abbé Pierre à Rennes. Si le général Zeller ne semble pas témoigner de liens spécifiques avec le MRP – statut militaire oblige – il n’est à l’évidence pas hostile à ce parti et fait montre d’un pragmatisme institutionnel qui lui permet de poursuivre sa brillante carrière sous la IVe République : un an après la sortie de terre de la cité d’urgence de Cleunay, il est, rappelons-le, nommé chef d’état-major de l’armée de terre.

Convoquer ces éléments de contexte est semble-t-il chose importante pour saisir toute la complexité de cette visite de l’abbé Pierre à Rennes. Car si la cité d’urgence de Cleunay sort aussi rapidement de terre, c’est certes grâce à l’important écho médiatique de l’ecclésiastique mais aussi parce que les plans sont déjà dans les cartons et que la vague de générosité rencontre un terrain politique propice du fait d’une certaine proximité, pour ne pas dire unanimité, partisane. C’est dans ce cadre qu’il faut comprendre la participation des bulldozers du 6e régiment du génie.

Un chantier dans le quartier de Cleunay, 1956. Musée de Bretagne: 978.0088.26.
Un chantier dans le quartier de Cleunay, 1956. Musée de Bretagne: 978.0088.26.

Mais après le putsch des généraux, le 21 avril 1961, et plus précisément encore après l’échec de ce coup de force, la figure d’André Zeller bascule dans la catégorie des réprouvés de la République gaullienne. C’est bien pour cela que l’officier est absent de la mémoire de l’érection de la cité d’urgence de Cleunay, celle-ci se focalisant uniquement sur la figure de l’abbé Pierre, dans une moindre mesure sur celle d’Henri Fréville. Bien entendu, l’immense popularité du fondateur des Compagnons d’Emmaüs explique par bien des égards cette situation. Mais d’autres éléments rentrent aussi très certainement en ligne de compte. Le fait est que le souvenir s’accorde mal de la complexité des acteurs. Le discours mémoriel participe d’une vision univoque de l’histoire, comme si définitivement condamné par la réprobation de l’Algérie française, le général Zeller avait été incapable d’altruisme et d’actes jugés positivement. D’ailleurs, cette dimension n’est pas propre à cet officier. Les travaux d’Y. Dénéchère, par exemple, montrent bien comment la mémoire de Jacques Massu, autre figure noire de la guerre d’Algérie associée à la pratique de la torture, peine à composer avec l’action sociale menée en lien avec son épouse à destination de centaines d’enfants démunis originaires d’Afrique du Nord[7].


[1] « Après Bordeaux, Rennes a entendu l’abbé Pierre », La Croix, 75e année, n°21 616, 26 février 1954, p. 4.

[2] C’est tout du moins ce que l’on peut supposer à la vue de coupures de presse présentées dans un reportage de FR3 diffusé le 5 novembre 1981.

[3] Cinémathèque de Bretagne : non référencé, film mis en ligne sur Viméo.

[4] « Emouvantes obsèques à Chartres-de-Bretagne des victimes du bombardement de Bruz », L’Ouest-Eclair, 45e année, n°17152, 11 mai 1944, p. 2.

[5] Le Moigne, Frédéric, « Mgr Roques, Éminence MRP (1945-1956) », Parlement[s], Revue d’histoire politique, 2014-2, n° HS 10, p. 87.

[6] Tillon, Fabien, Charles Tillon. Le Chef des FTP trahi par les siens, Paris, Seuil, 2021, p. 209.

[7] Denéchère, Yves, « Au-delà des conflits de mémoire(s) de la guerre d’Algérie, écrire l’histoire des enfants de Madame Massu (1957-2017) », in Bouchet, Renaud, Lecossois, Hélène, Letort, Delphine et Tison, Stéphane (dir.), Résurgences conflictuelles. Le travail de mémoire entre arts et histoire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021, p. 121-138.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2021, 25 juin). Quand Zeller fait du social. Ar Brezel. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbnw

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.