Rendez-vous à Meaux le 2 juillet prochain !

Chaque année depuis 2013, le Musée de la Grande Guerre de Meaux, en Seine-et-Marne, organise en partenariat avec l’Association des professeurs d’histoire-géographie, une université d’été. Ouverte à toutes et tous, cette manifestation entend participer aux réflexions et avancées de la recherche historique sur ce conflit en réunissant des intervenants aux profils divers : historiens, bien entendu, mais également professionnels du patrimoine ou artistes. Si cette université d’été n’a pu se tenir l’année dernière du fait de la crise sanitaire liée au Covid-19, le thème des familles a été abordé en 2018, tandis que l’année précédente c’est 1917 qui focalisait l’attention. Le 2 juillet 2021, les intervenants, dont j’aurai l’honneur et le plaisir de faire partie, réfléchirons à la question du récit.

« Raconter la guerre » : cette phrase peut sembler anodine, elle rescelle pourtant des enjeux dont on peine, à dire vrai, à mesurer l’ampleur. Je dois d’ailleurs confesser que lorsqu’Ivan Alvarez m’a contacté et fait part du thème retenu pour l’édition 2021 de l’université d’été du Musée de la Grande Guerre de Meaux, j’ai été à la fois honoré d’être pressenti pour participer à cet événement, très enthousiasmé par ce thème assurément fécond, mais aussi assez déstabilisé par le défi titanesque qu’une telle réflexion devait impliquer ! Heureusement, l’organisation m’a immédiatement rassuré et mon propos ne portera que sur les journaux des marches et opérations (JMO), une source que j’ai eu souvent l’occasion de travailler durant ma thèse[1]. Pour autant, la tâche reste d’ampleur et ce pour au moins deux raisons.

Cadavres allemands après la bataille de la Marne, septembre 1914. La Contemporaine : VAL 089/166.
Cadavres allemands après la bataille de la Marne, septembre 1914. La Contemporaine : VAL 089/166.

La première est que, fondamentalement, les JMO ne racontent pas la guerre mais celle des unités qui les rédigent. En ce sens, ce sont des archives pronominales. C’est là un élément que développerai lors de cette université d’été : raconter la guerre, certes, mais de quel point de vue ? Et quel que soit celui adopté, quelles sont les conséquences de ce choix sur le discours ?

La deuxième raison qui rende cette question du récit particulièrement ardue à traiter réside dans les difficultés qu’éprouvent depuis longtemps les historiens face au récit, la narration étant bien souvent reléguée à un archaïsme au mieux positiviste, celui d’une « histoire bataille » qui n’a aujourd’hui plus cours. Il y a bien entendu J. Keegan qui avec « Anatomie de la bataille » a renouvelé bien des canons du genre, accouchant d’une « nouvelle histoire militaire »[2]. Par la suite, l’histoire culturelle, en puisant notamment allègrement dans le répertoire d’action de l’anthropologie historique, s’est engouffré dans la porte ouverte par le maître britannique et a contribué au profond renouvellement de l’histoire du combat[3]. Mais celle-ci s’écrit sur un temps nécessairement long, sur une échelle impérativement immense, ce qui contribue mécaniquement à un écrasement du moment, un effacement de la spécificité individuelle. On a certes assisté, ces dernières années, à la faveur il est vrai du Centenaire, à la publication de nombreuses histoires de batailles : Charleroi, La Marne, Verdun ou encore la Somme ont fait l’objet d’enquêtes d’intérêt très inégal mais qui ont tous en commun, là encore, d’aplanir les perspectives[4]. Sans doute sont-ce d’ailleurs les ordres de grandeur convoqués par ces objets qui sont à l’origine de ces phénomènes : comment rendre compte dans toutes leurs spécificités des centaines de milliers de morts de ces batailles ? Et si Charleroi ne dure que quelques jours, comment prendre la mesure de la Somme ou de Verdun qui s’étirent, interminables, sur plusieurs mois ? Tout, en réalité, dans ces objets contribue à ce biais de perception et amène au constat que l’historiographie ne s’est pas emparé de l’événement, et donc pour ce qui nous préoccupera lors de cette université d’été du Musée de la Grande Guerre de Meaux, de son récit. Sans doute y aurait-il de l’inspiration à aller chercher du côté des modernistes et d’un certain nombre de disciples d’Alain Croix à Rennes 2 pratiquant « l’histoire événementielle » : je pense bien entendu à Gauthier Aubert (révoltes du papier timbré, incendie de 1720…) mais aussi Yann Lagadec (bataille de Saint-Cast)[5].

Dans le cadre de la thèse de doctorat que j’ai consacré au 47e RI de Saint-Malo, travail entrepris à l’université Rennes 2 sous la direction de Luc Capdevila, j’ai bien entendu étudié en détail la campagne de cette unité. C’est d’ailleurs à cette occasion que je me suis familiarisé avec cette source particulière que sont les JMO. J’ai d’ailleurs publié un certain nombre de ces enquêtes, notamment en ce qui concerne la première année de la Grande Guerre du 47e RI, de Charleroi à Arras en passant par Guise et la Marne[6]. J’ai même pu, à l’occasion, introduire quelques nouveautés qui me semblent intéressantes. Par exemple, j’ai montré que l’on pouvait produire une analyse, me semble-t-il, renouvelée des combats que le 47e RI mène à Verdun sans pour autant recourir aux témoignages mais en se basant uniquement sur les JMO et sur une analyse détaillée des pertes grâce à une base de données prosopographiques conjuguant fiches de morts pour la France et fiches matricules du recrutement[7]. J’ai également tenté, en partant du redoutable assaut conduit par le 47e RI lors de l’offensive du 25 septembre 1915,d’appréhender d’une nouvelle manière la violence des combats et l’impact de la mort de masse en rapportant les pertes au nombre de minutes de combat effectif[8]. Mais à chaque fois, malgré tout l’intérêt des données récoltées, je n’ai compris ces enquêtes que comme des travaux préparatoires dans la mesure où il était entendu, en plein accord du reste avec mon directeur de recherche, que la thèse en elle-même serait purement analytique et ne laisserait aucune marge de manœuvre à l’histoire bataille.

Pourtant, c’est sans doute dans ces échelles réduites, celle d’un régiment, mieux encore d’un bataillon, d’une compagnie ou d’une section pour ce qui concerne l’infanterie, d’une batterie pour l’artillerie ou d’une escadrille pour le combat aérien, que résident les modalités de ce retour à l’événement en Grande Guerre. Plutôt que de tenter d’appréhender des théâtres d’opérations se dilatant sur plusieurs dizaines de kilomètres, peut-être y aurait-il intérêt à se cantonner à quelques portions de front ? Telle tranchée, tel ouvrage fortifié… Mais pour cela, il faut en passer par les JMO. Une source incontournable mais pas nécessairement simple d’emploi, bien au contraire.

Programme

Ouverture : François Cochet, historien, président de l’Université d’été.

9h30-12h : Raconter la guerre pendant la guerre

Benjamin Gilles, historien : Les premiers témoignages des soldats dans la presse quotidienne.

Laurent Bihl, historien : Les images satiriques lors de la Première Guerre mondiale, une manière de récit du conflit ?

Patrick Chauvel, ancien grand reporter de guerre : La photographie comme mise en récit des conflits contemporains.

13h30-19h : Raconter la guerre après la guerre

Nathalie Bauer et Michel Bernard : Deux romanciers face à la Grande Guerre.

Erwan Le Gall, historien : Les journaux des marches et opérations, sources pour un récit de la Grande Guerre ?

Laurent Verray, historien : Cinéma et Grande Guerre.

L’université d’été du Musée de la Grande Guerre de Meaux se déroulera le 2 juillet 2021. Inscription gratuite mais obligatoire sur le site du Musée.


[1] Le Gall, Erwan, Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, thèse de doctorat en histoire sous la direction de Capdevila, Luc, Rennes, Université Rennes 2, 2019.

[2] Keegan, John, The face of the battle, A study of Agincourt, Waterloo and the Somme, London, Random house, 2012.

[3] Parmi une très riche bibliographie citons Audoin-Rouzeau, Stéphane, Combattre. Une anthropologie historique de la guerre moderne (XIXe – XXIe siècle), Paris, Seuil, 2008 et du même auteur le récent et assez jubilatoire C’est la guerre. Petits sujets sur la violence du fait guerrier (XIXe -XXe siècle), Paris, Editions du Félin, 2020.

[4] Baldin, Damien et Saint-Fuscien, Emmanuel, Charleroi. 21-23 août 1914, Paris, Tallandier, 2012 ; Jankowski, Paul, Verdun, 21 février 1916, Paris, Gallimard, 2013 ; Prost, Antoine et Krumeich, Gerd, Verdun 1916. Une histoire franco-allemande de la bataille, Paris, Tallandier, 2015 ; Offenstadt, Nicolas (dir.), Le Chemin des Dames. De l’événement à la mémoire, Paris, Perrin, 2012.

[5] Aubert, Gauthier, Les révoltes du papier timbré, 1675. Essai d’histoire évènementielle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014 ; Aubert, Gauthier et Provost, Georges (dir.), Rennes, 1720. L’incendie, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2020 ; Lagadec, Yann et Perreon, Stéphane (avec la collaboration de Hopkin, David), La bataille de Saint-Cast (Bretagne, 11 septembre 1758). Entre histoire et mémoire, Rennes, Presses universitaires de Rennes / Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne), 2009.

[6] Le Gall, Erwan, Une entrée en guerre. Le 47e régiment d’infanterie de Saint-Malo au combat (août 1914 – juillet 1915), Talmont-Saint-Hilaire, éditions CODEX, 2014.

[7] Le Gall, Erwan, « 15 juin 1917 : le 47e RI arrive à Verdun. La découverte de la vraie guerre ? », Bulletins de la société d’émulation des Côtes d’Armor, 2017, p. 213-239. 

[8] Le Gall, Erwan, « L’exploitation des fiches matricules du recrutement dans le cadre d’une monographie régimentaire : l’exemple du 47e RI lors de l’offensive du 25 septembre 1915 », in Accoulon, Damien, Riberio Thomaz, Julia et Lalanne Berdouticq, Aude-Marie (dir.), Des Sources pour une plus Grande Guerre, Ploemeur, Editions CODEX, 2021, p. 33-51. Sur cette offensive voir aussi Le Gall, Erwan, « Autour de l’offensive du 25 septembre 1915. En tranchées avec le 47e régiment d’infanterie », En Envor, Revue d’histoire contemporaine en Bretagne, n°6, été 2015, en ligne.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.