Vue du cargo Frank Delmas, sans lieu ni date. Collection particulière.

Irénée Audrain, le Frank Delmas et l’idée de front intérieur

Les informations maritimes publiées par le quotidien catholique rennais L’Ouest-Eclair, et la presse de manière plus générale, donnent une bonne idée de la géographie subjective qui peut être celle des Bretons pendant la Grande Guerre. Ce faisant, il ne s’agit pas de désigner l’inscription physique qui peut être la leur mais bel et bien de tenter de circonscrire leur univers géographique mental, cet espace étant bien entendu beaucoup plus vaste. C’est ainsi par exemple que ce journal mentionne par deux fois au cours de l’année 1915 le cargo Frank Delmas : une première fois en mai 1915 à l’occasion de son arrivée à Sagres, au Portugal, en provenance d’Alger ; une seconde fois en septembre 1915 alors qu’il croise, toujours revenant d’Afrique du Nord et selon toute vraisemblance à destination du Pays de Galles, sous les îles Scilly[1]. La présence de ce bâtiment basé à La Rochelle dans les colonnes de L’Ouest-Eclair pourra étonner. Pourtant, ses liens avec la péninsule armoricaine sont réels et attestés par les sources. En janvier 1914, on sait par exemple qu’il décharge à Nantes 2 849 tonnes de phosphate en provenance de Bougie, aujourd’hui Béjaïa, en Algérie[2]. Une autre escale ligérienne est attestée en novembre 1916 quand ce cargo décharge dans la Cité des Ducs une cargaison de charbon en provenance de Swansea, au Pays de Galles[3]. De plus, on sait qu’un certain nombre de membres de l’équipage du Frank Delmas sont bretons, à l’instar d’Irénée Audrain, natif de Plancoët et inscrit maritime de ce même quartier[4].

C’est en 1911 que ce cargo est racheté par la compagnie Frank Delmas et Cie, et baptisé en hommage à Frank Delmas, l’un des fondateurs de la société armant le navire. Le Courrier de La Rochelle le décrit alors comme un « vapeur moderne » d’environ 90 mètres de long et 3 500 tonnes devant être francisé à la fin du mois de juillet 1911 dans le port du chef-lieu de Charente-Inférieure[5]. Le montant de la transaction, lui, n’est pas connu. La société Frank Delmas et Cie est fondée à La Rochelle en 1867 par deux frères, Frank et Julien Delmas. A la suite de l’annexion par l’Allemagne de l’Alsace et de la Lorraine consécutive à la défaite lors de la guerre de 1871, un troisième frère Delmas, prénommé Emile, quitte Mulhouse et rejoint la société familiale. À l’origine de la lignée, un pasteur évangélique prônant le retour à la Bible et s’opposant ainsi aux libéraux, qui eux placent l’Homme au centre de la réflexion. Mais ce credo théologique n’empêche pas le développement de l’entreprise, bien au contraire. Il faut dire que la famille jouit d’une réelle position de notabilité, plus encore après la chute du Second Empire. Siégeant au sein de l’administration provisoire de La Rochelle mise en place le 4 septembre 1870, Frank Delmas devient par la suite juge au tribunal de commerce, administrateur de la Banque de France et même vice-président de la Chambre de commerce. L’arrivée d’Émile Delmas à La Rochelle après la défaite contre l’Allemagne en 1870-1871 correspond à une importante diversification de l’activité, l’entreprise ne se limitant plus au seul transport de voyageurs vers les îles de Ré et Oléron mais chargeant aussi des poteaux de mines à destination de l’Angleterre et du charbon en provenance du Pays de Galles[6]. A l’instar d’un Louis Brichaux à Saint-Nazaire, dont le parcours présente beaucoup de similitudes avec celui des frères Delmas dans leur aptitude à cumuler la direction de leur entreprise avec de nombreuses charges électives, la société Delmas ne tarde pas à se lancer dans un processus de concentration verticale et à produire des briquettes et des boulets de coke. Ce faisant, elle est pendant la Première Guerre mondiale un des acteurs majeurs du marché du charbon[7].

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Notons que l’entreprise des frères Delmas constitue, du fait de son caractère familial, une notable exception dans un secteur de l’armement où les ténors du marché sont des sociétés anonymes, à l’instar de la Compagnie des chargeurs réunis ou la Compagnie havraise péninsulaire[8]. Reste toutefois à mesurer la profondeur de cette structuration familiale de la compagnie. Qu’en est-il par exemple de ce commandant Proux à qui est confié, en 1913 et pendant toute la Première Guerre mondiale, le vapeur Frank Delmas ? Est-il recruté uniquement sur ses compétences nautiques ou bénéficie-t-il de liens avec le lignage ? Pour l’heure, je ne peux pas répondre à une telle question. Tout juste est-il possible de préciser que cet officier de marine marchande dépend de l’inscription maritime à Bordeaux[9].

L’Écho rochelais permet de se faire une bonne idée de l’activité du Frank Delmas pendant la guerre. On retrouve ainsi ce bâtiment en train d’appareiller en décembre 1914 à destination de Swansea après avoir déchargé en Charentes, le mois précédent, une cargaison de houille en provenance de Port-Talbot[10]. A en croire ce journal, la rotation entre La Rochelle et le Pays de Galles est très rapide et il ne faut pas plus d’une semaine au Frank Delmas pour effectuer l’aller-retour et embarquer puis débarquer sa cargaison de charbon[11]. Le navire fait également relâche à Barry et Penarth, ports gallois situés à quelques kilomètres de Cardiff[12]. En revanche, cette même archive laisse à penser que le trajet vers le Pays de Galles s’effectue à vide[13]. Ajoutons que l’on retrouve également la trace de ce navire lors d’escales à Rochefort, Bordeaux, à La Pallice, Marseille… et bien entendu La Rochelle[14].

En définitive, l’exemple du Frank Delmas montre combien la péninsule armoricaine, que cela soit par l’intermédiaire d’une escale comme Nantes ou d’hommes d’équipage comme Irénée Audrain, sans compter le cas que l’on sait assez similaire de Saint-Nazaire, est insérée dans ce vaste front qu’est le ravitaillement du charbon, combat qui se mène au sein d’une géographie plongeant loin au large, vers le Pays de Galles. Encore une fois, c’est ici l’idée d’une Bretagne perçue uniquement du point de l’arrière qui se trouve ici nuancée. Certes, l’approvisionnement en houille renvoie à l’idée de front intérieur[15]. Mais le Frank Delmas montre que ce concept est indéniablement trop restrictif pour décrire la réalité dont il s’agit ici.

Ajoutons d’ailleurs qu’au front du charbon s’en surajoute sans doute ici un autre, au gré des chargements, celui des phosphates nécessaires à la production d’engrais. C’est en tout cas ce que suggère certains trajets en Méditerranée et notamment une escale, en avril 1915, à Bizerte[16]. Dans son édition du 9 janvier 1916, Le Sémaphore de Marseille indique même que le Frank Delmas vient de débarquer à Penarth, au Pays de Galles, en provenance de Tunisie[17]. Là n’est pas le premier voyage de ce type puisque ce même journal fait état de l’arrivée le 8 septembre 1915 à Barry du Franck Delmas en provenance d’Alger[18]. Faut-il y voir une sorte de commerce triangulaire qui assurerait le ravitaillement en phosphates de la Grande-Bretagne contre celui en charbon de la France, la liaison entre la côte Atlantique de l’hexagone et l’Afrique du Nord s’effectuant à vide ?[19] Séduisante l’hypothèse mériterait d’être testée.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Toutefois, rien ne dit que la Grande Guerre vient fondamentalement changer les routes empruntées par le Frank Delmas. Le quotidien finistérien La Dépêche de Brest permet ainsi d’attester la présence de ce navire avant et après le conflit à Bordeaux, La Pallice, Swansea, Port Talbot, Cardiff…[20] Dans son édition datée du 3 octobre 1922, ce journal fait état de l’arrivée dans le port du Ponant du Frank Delmas en provenance du Pays de Galles pour y décharger de la houille[21]. Quelques jours avant, le 14 juillet 1922, ce même quotidien atteste l’arrivée à Brest, en provenance de Nantes et chargées de briquettes, que l’on peut supposer de charbon gallois, de ce même bâtiment[22]. Le Courrier de La Rochelle nous indique, pour sa part, que dès son rachat par la compagnie Frank Delmas et Cie en 1911, ce bâtiment est affecté au transport avec l’Afrique du Nord[23]. Les archives permettent ainsi de relever des escales à Oran, Alger, Mostaganem mais aussi au Maroc et en Tunisie[24]. Le bâtiment semble alors affecté au transport de fret.

Sans surprise, pendant la Grande Guerre, ces circuits de cabotage ne sont pas sans danger. En décembre 1916, le navire entre ainsi dans le port de Marseille victime d’une voie d’eau causée par une collision avec une épave, reste probable d’une rencontre avec un U-Boot[25]. Car le plus grand risque auquel s’exposent le Frank Delmas et son équipage est bien la guerre sous-marine pratiquée par les Allemands. C’est d’ailleurs sans doute pour cela qu’un journal comme La Gironde se montre à l’été 1916 plus évasif quant aux trajets effectués par les navires arrivant et partant du port de Bordeaux : le Frank Delmas est ainsi indiqué le 26 juillet 1916 comme étant en provenance d’Angleterre, et non plus d’un port précis, probablement pour rendre moins aisément identifiables les routes maritimes par d’éventuels espions[26]. Du sous-marin au papier journal, c’est bien, fondamentalement, un front continu, celui de la cruciale route commerciale du charbon, qui ici se donne à voir.

Cardiff, l'une des escales régulières du "Frank Delmas". Carte postale. Collection particulière.
Cardiff, l’une des escales régulières du « Frank Delmas ». Carte postale. Collection particulière.

A la veille de la Grande Guerre, l’entreprise de la famille Delmas arme 10 bâtiments. 6 d’entre eux sont passés par le fond pendant le conflit, ce qui dit l’intensité de ce front maritime[27]. C’est ainsi que le cargo Frank Delmas est par deux fois, les 20 juin et 4 juillet 1918, attaqué par des torpilles. Ne se laissant pas faire, et étant manifestement armé, le bâtiment réplique[28]. Tel est en tout cas le récit diffusé dans la presse, représentation assez lacunaire qui ne permet d’identifier ni le lieu de tels engagements ni les agresseurs du steamer rochelais. Autant dire que les éléments disponibles sont bien maigres. De tels faits d’armes, quoi qu’anecdotiques à l’échelle de la Grande Guerre, y compris sur mer, me paraissent néanmoins éminemment significatifs. Ils rappellent en effet que la question du ravitaillement en charbon dépasse assez largement l’idée de front intérieur, celui-ci étant non seulement armé et militarisé mais accouchant de véritables combats navals. Certes, l’intensité de ce warfare pourra paraître dérisoire en comparaison de ce qui s’observe au même moment sur le front terrestre, mais il n’en demeure pas moins que l’océan Atlantique et la Manche sont bel et bien, en ce printemps 1918, des zones de combat.

Ce fait de mer vaut au Frank Delmas et à son équipage une certaine gloire et plusieurs témoignages officiels de reconnaissance. Reprenant une information du Temps, l’Écho rochelais informe ses lecteurs dans son édition datée du 28 août 1918 que ce navire « vient d’obtenir du ministre de la marine un second témoignage de satisfaction pour l’entraînement et l’esprit de discipline dont son personnel a fait preuve au cours de nouvelles rencontres de sous-marins »[29]. La nouvelle est abondamment reprise par la presse nationale et on en trouve mention dans les colonnes du Journal, du Matin, de La Petite République, de La Croix, du XIXe siècle ou encore du Rappel, mais aussi dans les pages de quotidiens régionaux comme La Dépêche de Brest[30].

Ajoutons qu’il ne s’agit pas là du premier témoignage de satisfaction adressé au Frank Delmas. Déjà, au printemps 1915, le capitaine Proux commandant le navire reçoit des félicitations officielles pour la « bonne tenue des postes d’équipage, ainsi que des chefs mécaniciens pour le bon entretien des machines et chaudières »[31]. Au début de l’année 1918, le cargo rochelais est également mentionné à l’occasion de « témoignages de satisfaction adressés par le ministre » à deux « vapeurs de la compagnie Delmas frères », le Maroc et, donc, le Frank Delmas[32]. L’Action française indique que ces distinctions sont octroyées « à la suite de rencontres avec des sous-marins, en novembre 1917 »[33].

Scène de la "piraterie allemande": le steamer "Emma" coulé par un sous-marin allemand. Cette dimension navale du conflit est indissociable de la culture de guerre. Carte postale. Collection particulière.
Scène de la « piraterie allemande »: le steamer « Emma » coulé par un sous-marin allemand. Cette dimension navale du conflit est indissociable de la culture de guerre. Carte postale. Collection particulière.

De tels éloges, et surtout leur grande diffusion dans la presse, ne doivent pas tromper. A l’instar des citations à l’ordre, il s’agit de postuler l’excellence de la marine marchande française et, par conséquent, l’impuissance des sous-marins allemands[34]. On prendra d’ailleurs bien soin de noter la manière particulièrement allusive dont procèdent les journaux qui relaient l’information. Il est en effet indiqué à propos des engagements des 20 juin et 4 juillet 1918 que « dans l’un et l’autre cas, les manœuvres nécessaires furent bien commandées et bien exécutées »[35]. Encore une fois, soulignons cette tournure de phrase particulièrement indulgente qui, à aucun moment, ne précise si ces opérations sont efficaces et si les coups touchent au but. On a les victoires que l’on peut… Même en cet été 1918, époque où l’avancée des troupes du Kaiser est non seulement contenue mais où les armées françaises regagnent le terrain perdu, desserrant d’autant l’étau sur la capitale, un tel message a son importance en ce qu’il permet de renouveler un consentement patriotique que l’on sait, plus encore après l’année 1917, friable. Le parallèle avec les citations à l’ordre dit d’ailleurs, comme par ricochet, la militarisation de la marine marchande et fait puissamment écho au parcours d’Irénée Audrain : engagé volontaire le 18 octobre 1909 au 2e dépôt des équipages de la flotte, à Brest, c’est bien en tant que mobilisé, et donc à titre militaire, qu’il sert pendant la Grande Guerre sur le Frank Delmas[36].


[1] « Nouvelles maritimes », L’Ouest-Eclair, 15e année, n°5742, 3 mai 1915, p. 4 ; « Nouvelles maritimes », L’Ouest-Eclair, 17e année, n°5899, 10 septembre 1915, p. 3.

[2] « Statistique des expéditions de phosphates par le port de Bougie pendant l’année 1914 », Le Phosphate. Revue internationale des engrais et des produits chimiques, 24e année, n°1168, 16 août 1915, p. 13.

[3] « Sur Mer », La Gironde, 8 novembre 1916, p. 2.

[4] Arch. dép. CdA : 1 R 1320.546 et [https://forum.pages14-18.com/viewtopic.php?t=44284 ǀ page consultée le 26 mai 2021].

[5] « Un nouveau vapeur rochelais », Courrier de La Rochelle, 63e année, n°74, 1er juillet 1911, p. 2.

[6] 150 ans de la compagnie rochelaise Delmas-Vieljeux. « Nous avons fait la Delmas », La Rochelle, Editions du Musée maritime / Ville de La Rochelle, 2016; Cassagnou, Bernard, Les Grandes mutations de la marine marchande française (1945-1995) – Volume II, Paris, Institut de la gestion publique et du développement économique – Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2002, p. 1013 et suivantes.

[7] Chancerel, Pierre, Le marché du charbon en France pendant la Première Guerre mondiale (1914-1921), Thèse de doctorat sous la direction de Lescure, Michel, Paris, Université Paris Ouest, 2012, p. 271. Sur Louis Brichaux, on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan,Saint-Nazaire, les Américains et la guerre totale (1917-1919), Bruz, Editions CODEX, 2018.

[8] 150 ans de la compagnie rochelaise Delmas-Vieljeux…, op. cit., p. 7.

[9] « Bulletin maritime & colonial », La Dépêche de Brest, 17e année, n°10075, 5 mars 1913, p. 3.

[10] « Port de la Rochelle », L’Écho rochelais, 86e année, n°98, 9 décembre 1914, p. 2 ; « Port de La Rochelle », L’Écho rochelais, 86e année, n°91, 14 novembre 1914, p. 2.

[11] « Port de La Rochelle », L’Écho rochelais, 86e année, n°100, 16 décembre 1914, p. 2 ; « Nouvelles de mer », Le Sémaphore de Marseille, 88e année, n°26 784, 12 janvier 1915, p. 4.

[12] « Nouvelles de mer », Le Sémaphore de Marseille, 88e année, n°27014, 13 octobre 1915, p. 4 ; « Port de Bordeaux et rades de la Gironde », La Gironde, 30 juillet 1916, p. 2. ; « Sur Mer », La Gironde, 20 janvier 1916, p. 2 ; « Sur Mer », La Gironde, 21 août 1916, p. 2.

[13] « Port de la Rochelle », L’Écho rochelais, 86e année, n°90, 11 novembre 1914, p. 2.

[14] « Marine de commerce », La Dépêche de Brest, 30e année, n°11342, 19 août 1916, p. 3 ; « Bassin de La Pallice », L’Écho rochelais, 87e année, n°4, 13 janvier 1915, p. 2 ; « Nouvelles de mer », Le Sémaphore de Marseille, 89e année, n°27165, 9 avril 1916 p. 3 ; « Sur Mer », La Gironde, 10 avril 1916, p. 2. ; « Sur Mer », La Gironde, 20 octobre 1916, p. 2.

[15] Pour une mise au point récente : Dornel, Laurent et Le Bras, Stéphane (dir.), Les Fronts intérieurs européens. L’arrière en guerre (1914-1920), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.

[16] « Nouvelles de mer », Le Sémaphore de Marseille, 88e année, n°26875, 29 avril 1915, p. 4.

[17] « Nouvelles de mer », Le Sémaphore de Marseille, 89e année, n°27087, 9 janvier 1916, p. 3.

[18] « Nouvelles de mer », Le Sémaphore de Marseille, 88e année, n°26988, 12 septembre 1915, p. 3. Nouvelle reprise par « Nouvelles maritimes », La France maritime de Bordeaux et du sud-ouest, édition du matin, 12 septembre 1915, p. 5 et également diffusée par « Marine de commerce », La Dépêche de Brest, 29e année, n°11001, 12 septembre 1915, p. 3.

[19] « Mouvement du port », L’Écho d’Alger, 4e année, n°1136, 25 avril 1915, p. 4 mentionne l’arrivée au port d’Alger du Frank Delmas. « Nouvelles de mer », Le Sémaphore de Marseille, 88e année, n°27016, 15 octobre 1915, p. 4 mentionne une nouvelle escale algéroise en octobre 1915.

[20] « Marine de commerce », La Dépêche de Brest, 27e année, n°10242, 11 août 1913, p. 2 ; « Marine de commerce », La Dépêche de Brest, 27e année, n°10296, 5 octobre 1913, p. 5 ; « Marine marchande », La Dépêche de Brest, 36e année, n°13991, 14 avril 1922, p. 3 ; « Marine marchande », La Dépêche de Brest, 36e année, n°14107, 8 août 1922, p. 3.

[21] « Mouvements du port de commerce », La Dépêche de Brest, 36e année, n°14163, 3 octobre 1922, p. 3.

[22] « Mouvement du port de commerce », La Dépêche de Brest, 36e année, n°14082, 14 juillet 1922, p. 2.

[23] « Port de La Rochelle », Courrier de La Rochelle, 63e année, n°123, 26 octobre 1911, p. 3.

[24] « Port de La Rochelle », Courrier de La Rochelle, 63e année, n°141, 9 décembre 1911, p. 3 ; Publicité « Delmas frères », Courrier de la Rochelle, 63e année, n°122, 24 octobre 1911, p. 3 ; « Port de La Rochelle », Courrier de La Rochelle, 63e année, n°147, 23 décembre 1911, p. 3.

[25] « Événements en mer », Le Sémaphore de Marseille, 89e année, n°27378, 22 décembre 1916, p. 4.

[26] « Port de Bordeaux et rade de la Gironde », La Gironde, 27 juillet 1916, p. 2.

[27] 150 ans de la compagnie rochelaise Delmas-Vieljeux…, op. cit., p. 17.

[28] « La guerre sous-marine », Le Matin, 35e année, n°12598, 25 août 1918, p. 3.

[29] « Témoignage de satisfaction », L’Écho rochelais, 90e année, n°69, 28 août 1918, p. 2 ; « Témoignage de satisfaction », Le Temps, 58e année, n°20869, 26 août 1918, p. 3.

[30] « Les Héros de la mer », Le Journal, n°9464, 25 août 1918, p. 2. ; « La Guerre sous-marine », Le Matin, 35e année, n°12598, 25 août 1918, p. 3 ; « Petites nouvelles », La Croix, 39e année, n°10883, 27 août 1918, p. 4 ; « La Guerre sous-marine », Le XIXe siècle, n°17447, Fructidor an 126 (25 août 1918), p. 2 ; « La Guerre sous-marine », Le Rappel, n°17447, Fructidor an 126 (25 août 1918), p. 2 ; « Marine de guerre », La Dépêche de Brest, 32e année, n°12081, 2 septembre 1918, p. 2.

[31] « Félicitations », L’Écho rochelais, 87e année, n°34, 28 avril 1915, p. 1.

[32] « Le torpillage du Texas », La Petite République, 43e année, n°14389, 16 janvier 1918, p. 2.

[33] « Récompenses aux équipages », L’Action française, 11e année, n°16, 16 janvier 1918, p. 3.

[34] Pour de plus amples développements, on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, « Les citations à l’ordre. Essai d’analyse dans une perspective régimentaire », in Harismendy, Patrick et Le Gall, Erwan (dir.), Un adieu aux armes. Destins d’objets en situation de post-guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, p. 47-64.

[35] « La guerre sous-marine », Le Matin, 35e année, n°12598, 25 août 1918, p. 3.

[36] Arch. dép. CdA : 1 R 1320.546 et Arch. dép. Char.-Mar. : 2 E 312/866, La Rochelle, Collection du Greffe, Etat civil, Naissances, 1918, acte de naissance de René Audrain, fils d’Irénée Audrain.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.