Les sources des pertes au ministère des Armées

Le Service historique de la Défense organise le 25 mai 2021 une passionnante journée d’études en distanciel consacrée à un sujet ô combien délicat : les pertes. Bien souvent source d’un profond malentendu entre le savoir historique savant d’une part, la mémoire collective d’autre part, cette question est d’une grande complexité et renvoie la plupart du temps à des problématiques archivistiques extrêmement serrées[1]. Sans compter que la question des pertes est bien souvent, après-guerre, un enjeu politique de premier importance… En témoignent, pour ne citer que deux exemples, les 240 000 morts bretons de la Grande Guerre ou les 75 000 fusillés du Parti communiste pendant la Seconde Guerre mondiale. C’est donc avec le plus grand intérêt que l’on assistera à cette manifestation au programme particulièrement stimulant, en espérant une publication prochaine des actes.

Embrassant la question des pertes sur une vaste période chronologique, du XVIIe siècle à l’Afghanistan, de surcroît sur des théâtres d’opérations très différents, en Europe bien entendu mais également en Afrique ou en Asie, les différentes communications réunies pour l’occasion envisagent le fait militaire et guerrier sous bien des aspects : guerres mondiales et de décolonisation bien entendu, mais également opérations maritimes ou encore actes terroristes. La captivité n’est pas oubliée, ni bien entendu les aspects plus médicaux, qu’il s’agisse d’épidémies ou de problèmes psychiatriques.

Ajoutons enfin que les panels constitués pour cette journée d’études promettent de ne pas se limiter à un seul type d’approche. Les rapports entre histoire sérielle ou quantitative et prosopographie seront abordés, de même que les sources qui permettent de faire une histoire des représentations des pertes au ministère des Armées. Autrement dit, les différents communicants n’entendent pas se limiter à une histoire sociale qui, elle seule, produirait des chiffres mais comptent bien au contraire investir le terrain de l’histoire culturelle. Un programme qui ne peut que combler quiconque s’intéresse à ces questions.

La nécropole de Douaumont à Verdun. Carte postale. Collection particulière.
La nécropole de Douaumont à Verdun. Carte postale. Collection particulière.

Programme

  • Accueil et mot d’introduction par le Chef de service : Nathalie Genet-Rouffiac. 08h45-09h00.
  • Introduction scientifique. 09h00-09h20 : Alain Alexandra (SHD/DAVCC), Paul Lenormand (SHD/DREE).

Table-ronde n° 1 (9h20-11h00). Présidente de séance : Anne Rasmussen (EHESS). Les sources médicales des pertes : typologies, catégories, accès et obstacles légaux.

  • Patrice Triboux et Emmanuelle Braud-Oppenheim (SHD/CRT, Toulon) : « Les sources des pertes humaines dans les archives techniques de santé de la marine de la fin du XIXe siècle aux guerres de décolonisation ».
  • Michèle Périssère (Musée du Service de santé des armées) : « Les fonds d’archives du Service de santé des armées dans l’étude des pertes en temps de guerre ».
  • Benoît Pouget (Aix-Marseille Université) : « Guerres et épidémies au XIXe siècle ».
  • Sophie Delaporte (Université de Picardie Jules Verne) : « Compter les blessés et les mutilés, de la Grande Guerre à nos jours. Etude comparée des cas français et américain ».
  • Stéphane Tison (Le Mans Université) : « Comment évaluer les pertes psychiatriques ? Une approche à partir des sources médicales »

Table-ronde n° 2 (11h15-12h45). Présidente de séance : Erica Charters (Oxford University).  Histoire sérielle, histoire qualitative : comment traiter des « pertes » à partir des dossiers individuels ?

  • Bénédicte Degeilh-Marquier (SHD/CAPM, Pau) : « Prosopographie et enjeu des pertes dans les fonds du CAPM ».
  • Alain Alexandra (SHD/DAVCC, Caen) : « Victimes militaires et civiles des conflits du XXe siècle dans le fonds de la DAVCC : vue d’ensemble et focus sur la guerre d’Indochine »
  • Géraud Létang (SHD/DREE) : « Les pertes de la France libre en Afrique (1940-1943) : une comptabilité coloniale ».
  • Édouard Ebel et Régis Baty (SHD/DREE) : « Approche statistique sur les pertes de la gendarmerie durant la guerre d’Indochine. Sources, histoire quantitative et questions méthodologiques ».

Table-ronde n° 3 (14h00-15h45). Président de séance : Stéphane Michonneau (Université de Lille) : De nouvelles sources : de l’audiovisuel au témoignage contemporain, repenser les pertes.

  • Benjamin Doizelet (SHD/DAI) : « Sources iconographiques des pertes au SHD ».
  • Véronique Pontillon (ECPAD) : « Les archives audiovisuelles sur les pertes dans les fonds de l’ECPAD ».
  • Nicolas Jacob (SHD/CAAPC, Châtellerault) : « La problématique des pertes au travers des fonds de l’armement ».
  • Franck Beaupérin et Julien Bidault (SHD/DTO) : « Battle Group : Raptor, Perceptions et réactions face à la mort des parachutistes du 1er RCP et du 17e RGP en Afghanistan, juin et juillet 2011 ».
  • François Royal (SHD/DFA) : « Étudier les pertes à l’aide des archives opérationnelles : l’exemple de la guerre de 1870 ».
  • Manon Walin (Université Paris Nanterre) : « Guerre d’Algérie : documenter la mémoire et le deuil par les archives orales ».
  • Elie Tenenbaum (IFRI) : « Guerres contre le terrorisme et conflits contemporains : l’apport des bases de données existantes ».

Table-ronde n° 4 (16h00-17h40). Présidente de séance : Elisabeth Anstett (CNRS – UMR ADES 7268) : Un angle mort des pertes ? quantifier et qualifier les disparus, prisonniers, déserteurs, torturés, exécutés et traumatisés.

  • Richard Ravalet (SHD/DFA) : « Les disparus de la Guerre d’Algérie et les refus d’informer », sous réserve.
  • Yann Lagadec (Université de Rennes 2) : « Quantifier et qualifier prisonniers, disparus et déserteurs, du 17e siècle à la Grande Guerre ».
  • Olivier Forcade (Sorbonne Université) : « Réflexion sur l’étude des pertes en 1914-1918 ».
  • Ivan Cadeau (SHD/DREE) : « Surestimations et représentations faussées des pertes durant la Guerre d’Indochine ».
  • Conclusion (17h45-18h00). Walter Bruyère-Ostells (Sciences Po Aix), directeur de la recherche historique au ministère des Armées.

Liens zoom :

25 mai 2021 (8h30-12h45).

25 mai 2021 (14h-18h).

[1] Sur le sujet lire notamment le classique Prost, Antoine, « Compter les morts et les vivants, l’évaluation des pertes françaises de 1914-1918 », Le Mouvement social, n°222, 2008, p. 41-60



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2021, 19 mai). Les sources des pertes au ministère des Armées. Ar Brezel. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbns

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.