Tillon : l’autre grand Charles ?

La biographie que consacre F. Tillon à son illustre grand-père, le breton Charles Tillon, n’est pas un livre respectant les canons de la discipline historique[1]. Le lecteur ne trouvera dans ces pages aucun appareil critique et pourra même, par moments, être étonné par certains jugements et formulations clairement téléologiques (p. 40) ou relevant d’un discours idéologique (p. 12) qui contraste singulièrement avec la nécessaire neutralité de l’approche scientifique. Pourtant, on aurait grand tort de ne pas prêter attention à cet ouvrage dont le premier mérite est d’attirer l’attention sur une grande figure aujourd’hui très largement oubliée et qui mériterait plus de considérations historiographiques. L’auteur a d’ailleurs parfaitement raison de le souligner – même si l’on pourra émettre des réserves sur « l’injustice » (p. 11) que constituerait un tel oubli, une telle grille de lecture ne relevant assurément pas de l’analyse historienne.

Un tel manque d’intérêt n’est à dire vrai pas très étonnant. Outre le peu d’appétence des milieux académiques pour la biographie en particulier, pour l’histoire politique de manière plus générale, il convient d’admettre que le parcours de Charles Tillon est si immense, si long et tentaculaire, qu’il n’est pas certain qu’il puisse être cerné par un seul historien. Difficulté supplémentaire, la combinaison des rôles sociaux renvoie chez Charles Tillon à des champs historiographiques non seulement très distincts mais qui se mélangent rarement : l’action syndicale et politique d’une part, de surcroît avant et après la Seconde Guerre mondiale ce qui n’est pas sans complexifier l’exercice biographique, la vie militaire d’autre part. Or c’est bien ce croisement des existences, la première semblant de manière assez paradoxale d’ailleurs se nourrir de la seconde, qui me semble particulièrement frappant à la lecture de l’ouvrage de F. Tillon. Autrement dit, en quoi le fait militaire et guerrier constitue-t-il un capital politique que Charles Tillon parvient à faire fructifier au cours de sa carrière, voire même qui la détermine ?

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Au vu de la Grande Guerre de l’intéressé, achevée au bagne après une condamnation en Conseil de guerre suite à la mutinerie du Guichen – non en mer Noire mais dans le port de La Valette (p. 21) – la question pourrait sembler de peu d’intérêt, pour ne pas dire hors de propos. F. Tillon montre en effet parfaitement combien la sortie de conflit du jeune breton, né le 3 juillet 1897 à Rennes, est difficile. Sa réinsertion dans la vie civile, tout particulièrement dans le monde du travail, pâtit en effet de ce séjour au bagne qui constitue par bien des égards un véritable handicap social dans cette société des années 1920 où la probité est encore mesurée en chevrons et en croix de guerre. On comprend dès lors que l’entrée en politique puisse constituer une porte de sortie heureuse, la cellule de la SFIC offrant alors au jeune homme un cadre dans lequel se déployer et s’épanouir. Et l’auteur de décrire les liens que noue à Rennes Charles Tillon avec Marcel Sevestre – ce qui n’est du reste pas sans poser des problèmes de chronologie puisque F. Tillon affirme que son grand-père est pris sous l’aile de Marcel Sevestre, alors secrétaire de la section du Parti pour Rennes, et s’encarte à l’été 1921 (p. 56) alors que C. Geslin affirme dans le Maitron qu’il n’assure ces fonctions qu’à partir de 1922 – mais aussi avec Louise Bodin, la fameuse « bolchevique aux bijoux » (p. 58-61). Ce faisant, c’est le portrait d’une vie politique rennaise pour le moins virulente – on pense bien évidemment à la brutalisation décrite par G. Mosse – et à mille lieues du département modéré traditionnellement décrit par l’historiographie, que l’on découvre dans cet ouvrage (p. 59-61)[2]. Mais ce tableau relève à n’en pas douter d’un biais de perception et ne doit pas tromper en ce qu’il reflète avant tout la faiblesse des effectifs communistes et monarchistes.

Tout ceci n’empêche néanmoins pas le jeune Charles Tillon de mener carrière et de faire sien le métier politique, que cela soit dans son versant syndical ou partisan. Le lecteur prend alors connaissance de nombreuses conflictualités sociales qui émaillent la France des années 1920-1930 et tout particulièrement la Bretagne : les grèves des sardinières dans les années 1920 (p. 63-68) mais aussi les marches de demandeurs d’emploi dans les années 1930 dans la région de Nantes-Saint-Nazaire (p. 86).

Mais c’est bien évidemment la Seconde Guerre mondiale qui permet à Charles Tillon de prendre une autre dimension, en devenant non seulement l’une des figures du Parti communiste clandestin mais le chef des Francs-Tireurs et Partisans. C’est alors que l’ouvrage de F. Tillon se crispe, comme s’il était pris entre deux feux, entre deux injonctions contradictoires. Si l’auteur ne néglige rien des errements des premiers mois de l’occupation, revenant notamment sur les travaux de C. Pennetier et du regretté J.-P. Besse montrant comment le Comité central du Parti s’adresse à Otto Abetz pour demander l’autorisation de faire reparaître L’Humanité (p. 149), s’il dénonce longuement le jeu pour le moins trouble du tandem Jacques Duclos – Benoît Frachon, il ne parvient en revanche pas à accepter que soit interrogée l’efficacité militaire de la Résistance de manière générale, des FTP semble-t-il de manière plus particulière[3]. S’en suit donc, l’espace de quelques pages (p. 179-183), une attaque d’une rare violence ciblant les historiens F. Liaigre, O. Wieviorka, S. Albertelli ou L. Douzou, soit quelques-uns des meilleurs spécialistes de la période, tous coupables d’un « déni de mémoire » qui relèverait « d’un certain esprit néo-vichyiste » (p. 183). Diantre…

Un tel ton étonne dans un ouvrage d’agréable facture, plaisant à lire et susceptible d’intéresser un large public. Mais à bien y réfléchir, cette saillie renvoie à un paradoxe éminent de la trajectoire de Charles Tillon, indéniable figure communiste dont la légitimité politique prend sa source précisément dans le fait militaire et guerrier. C’est en effet ce statut de chef des FTP qui lui permet d’entrer au gouvernement et de devenir ministre de l’Air, puis de l’Armement avant de prendre le portefeuille de la Reconstruction. Un dossier d’ailleurs qui, de l’aveu de F. Tillon, « l’a moins intéressé » (p. 205). On comprend toutefois que, dans cette optique, interroger l’efficacité militaire de la Résistance et des FTP ou nuancer et contextualiser le rôle des communistes dans la libération de Paris, c’est nécessairement relativiser le capital politique de Charles Tillon.

Charles Tillon, alors ministre de l'Armement, aux côtés du général de Gaulle, sans date. Collection particulière.
Charles Tillon, alors ministre de l’Armement, aux côtés du général de Gaulle, sans date. Collection particulière.

Et là se révèle tout le paradoxe d’un homme politique qui forge son destin dans la guerre ou dans des charges ministérielles souvent en rapport avec les armées, tout en fondant le Mouvement de la Paix et l’Association nationale des anciens combattants de la Résistance (organisation par ailleurs sans doute pas assez abordée dans ce volume et reléguée au simple rang d’association mémorielle alors qu’il s’agit bel et bien d’un satellite du PCF, dans le sillage de l’Association républicaine des anciens combattants fondée notamment par Henri Barbusse). Après la rupture du tripartisme, Charles Tillon est ainsi décrit par son petit-fils comme « un député-maire actif, un ancien ministre dont l’expertise en matière de défense et d’armement est respectée et écoutée » (p. 212), un communiste puissant qui par ailleurs sait au sein même du Parti user du prestige acquis dans la Résistance pour mettre à distance Maurice Thorez et sa femme, Jeannette Vermeersch (jamais épargnée dans le volume, p. 217 notamment). L’aura du breton est telle qu’il en est presqu’inconcevable de « mettre en doute la parole du chef des FTP » (p. 222) : un argument d’autorité qui ne fait pourtant qu’un temps et ne parvient pas à résister aux ravages de la stalinisation.

En préambule du volume qu’il consacre à son grand-père, F. Tillon affirme que « cet ouvrage n’est pas une hagiographie » (p. 13). Il est vrai qu’à maints égards l’auteur sait se faire critique, notamment en ce qui concerne le manque de clairvoyance de son grand-père ou encore la manière dont il assure ses charges familiales (p. 72). La franchise de Charles Tillon est ainsi décrite comme une qualité qui peut lui jouer des tours, celle-ci pouvant paraître comme de la brusquerie (p. 76).

Mais il n’en demeure pas moins que c’est la plume d’un petit-fils aimant à l’évidence sincèrement son grand-père qui écrit ce livre et que celle-ci paraît indissociable d’un travail, bien compréhensible par ailleurs, de réhabilitation mémorielle. Si Charles Tillon ne se démarque pas plus tôt des dérives du Parti, ce n’est pas par aveuglement mais par trop grande fidélité. Ministre de l’Air le 8 mai 1945, il n’est « aucunement concerné par l’engagement tactique de l’aviation française » et n’est donc nullement responsable lors des émeutes de Sétif et Guelma (p. 198). Mais, en revanche, c’est bien à Charles Tillon que l’on doit la nomination de l’homme à l’origine du programme Caravelle, « ce moyen-courrier qui assurera la bonne fortune d’Air-France et d’autres compagnies de transport aérien dans le monde à partir de la fin des années 1950 » (p. 203). De l’art de trier le bon grain de l’ivraie en quelque sorte…

Affiche électorale (détail, 1946). La Contemporaine: AFF34513.
Affiche électorale (détail, 1946). La Contemporaine: AFF34513.

Pour autant, plutôt que de condamner ce volume eu égard à ses nombreuses imperfections, il semble au contraire important de le considérer comme une source, la subjectivité dont fait part l’auteur étant à l’évidence le reflet d’une mémoire familiale constituant une archive des plus intéressantes. Ce d’autant plus que le prestige de l’ancêtre étant manifestement immense, le vieux militant peut s’avérer être une figure bien impressionnante pour un jeune garçon en quête du passé de son aïeul (p. 20-21). Ainsi, la place accordée à la mutinerie du Guichen dans ce récit dit, en définitive, le poids de la morale patriotique dans les années 1920-1930, y compris au sein de cette gauche communiste qui s’accorde parfaitement de l’idée de nation malgré la proclamation, haut et fort, d’un credo internationaliste. Il en est de même en ce qui concerne la guerre d’Espagne, autre épreuve visiblement fondatrice pour Charles Tillon alors qu’elle aurait pu sans doute, de prime abord, sembler périphérique (p. 137-138). Enfin, on mesure grâce à ce livre toutes les séquelles du stalinisme dans ce combat contre l’effacement de la mémoire, réalité qui ne découle ici pas uniquement d’un naturel oubli mais bel et bien d’une volonté de réécrire le passé pour en effacer certains passages, habitude que l’on sait fréquente en stalinisme. Ayant vécu et grandi pour et par le Parti, Charles Tillon ne pouvait visiblement pas imaginer d’en être effacé, même après en avoir été exclu dans les circonstances que l’on sait.


[1] Tillon, Fabien, Charles Tillon. Le Chef des FTP trahi par les siens, Paris, Seuil, 2021. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Mosse, George L., De la Grande Guerre au totalitarisme. La brutalisation des sociétés européennes, Paris, Hachette littératures, 1999 ; Sainclivier, Jacqueline, L’Ille-et-Vilaine. 1918-1958, Vie politique et sociale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1996.

[3] Besse, Jean-Pierre et Pennetier, Claude, Juin 40. La négociation secrète, Paris, Editions de l’Atelier, 2006.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2021, 15 mai). Tillon : l’autre grand Charles ? Ar Brezel. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbnr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.