Le professeur Mangin faisant son cours au Muséum d'histoire naturelle (détail). Carte postale. Collection particulière.

Eté 1870 : des zoologistes à Roscoff

Si le nom d’Henri de Lacaze-Duthiers est régulièrement associé à la commune de Roscoff, dans le Finistère, puisqu’il est le fondateur de la célèbre Station biologique, ce que cette création a à voir avec la guerre de 1870 est en revanche beaucoup moins connu. Or il nous semble pourtant que, bien que fragmentaires, les quelques traces dont nous disposons et qui nous renseignent quant à cette fascinante aventure scientifique nous offrent un intéressant coup de projecteur sur la Bretagne d’alors et cette guerre franco-allemande qui éclate le 18 juillet 1870.

Né le 15 mai 1821 à Montpezat, en Lot-et-Garonne, Henri de Lacaze-Duthiers descend d’une illustre et ancienne famille gasconne. Se destinant tôt aux sciences, contre l’avis de son père du reste, il effectue des études de médecine et de zoologie avant de devenir préparateur en Sorbonne. D’abord en délicatesse avec le régime, puisqu’il refuse de prêter serment lors de l’arrivée au pouvoir de Napoléon III, il est révoqué de l’Université mais reprend rapidement le fil de sa carrière après un séjour aux Baléares pendant lequel il se passionne pour les mollusques bivalves. Bénéficiant de soutiens précieux – Henri Milne-Edwards mais aussi Louis Pasteur – il obtient en 1854 un poste à la Faculté de Lille avant d’enchaîner les nominations : maître de conférences à l’École normale supérieure en 1863, professeur deux ans plus tard au Muséum d’histoire naturelle puis titulaire, en 1869, de la chaire de zoologie, anatomie et physiologie comparées à la Faculté des sciences de Paris. Parallèlement, il poursuit ses recherches sur les mollusques bivalves en Corse et en Algérie, mais aussi en Bretagne.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

C’est donc doté d’une solide position académique qu’Henri de Lacaze-Duthiers s’apprête à publier en juillet 1870 le premier volume des Archives de zoologie expérimentale et générale, volumineuse revue scientifique de plus de 800 pages comportant de nombreuses planches anatomiques. Mais, comme le rappelle l’éminant professeur, « la gravité des événements qui se préparaient nous fit ajourner la publication »[1]. On comprend dès lors que ce recueil intéresse à plus d’un titre l’historien du fait militaire.

En premier lieu, il est intéressant de noter que cette publication est clairement envisagée par Henri de Lacaze-Duthiers comme une réponse à la défaite, quand bien même celle-ci serait glorieuse :

« Aujourd’hui, 1er de janvier 1872, à peine sortis d’un immense bouleversement de toutes choses, nous avons à cœur de reprendre un projet dont la réussite dépend surtout de l’état de prospérité et qui, par cela même, prouve combien est grande notre confiance dans l’avenir.

Le réveil du mouvement intellectuel en France est à nos yeux chose assurée. Il a sa raison dans notre défaite. Il doit être sans limites comme nos désastres et nos malheurs.

Quand on réfléchit froidement aux événements qui viennent de s’accomplir, quand on étudie les causes et que, sans parti pris, sans préoccupation politique, on cherche à discerner quelques peuvent être les effets, quand d’un autre côté, on constate après tant de malheurs une vitalité et une richesse aussi grandes que celles dont la France dont fait la preuve, le découragement, inséparable d’une crise terrible comme celle que nous venons de traverser, fait bientôt place à l’espérance et à un profond sentiment de confiance. C’est donc plein d’espoirs dans l’avenir que nous reprenons une idée longtemps caressée pendant la paix et la prospérité et dont l’exécution a été suspendue par la guerre seule. »[2]

Par la guerre seule. On prendra bien soin de noter qu’Henri de Lacaze-Duthiers prend bien soin de ne pas se positionner sur le plan institutionnel, de n’évoquer ni l’Empire déchu ni la République fraîchement proclamée, et pas encore solidement installée, pour ne parler que de la France. Un dénominateur commun qui permet de passer outre bien des clivages institutionnels[3]. Par ailleurs, soulignons qu’il n’est pas difficile de voir là les prémices de ce discours de la IIIe République associant excellence intellectuelle et patriotisme. Sur un plan purement épistémologique, c’est l’influence du positivisme et le passage d’une discipline à une autre, l’histoire naturelle d’une part, la biologie d’autre part, qui se donnent à voir ici, en pays léonard[4].

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Mais, si ce premier numéro des Archives de zoologie expérimentale et générale intéresse tant la Bretagne, c’est qu’il y est à nombreuses reprises question de Roscoff. Le petit port léonard est en effet évoqué par Henri de Lacaze-Duthiers mais aussi par Alfred Giard, normalien et préparateur au sein du laboratoire dirigé par… Henri de Lacaze-Duthiers. Les modalités d’écriture ne laissent d’ailleurs aucun doute à ce propos : les deux hommes se sont rendus sur place pour effectuer des observations. Henri de Lacaze-Duthiers fait même état de découvertes effectuées en 1868, 1869 et 1870, année qui bien évidemment nous intéresse tout particulièrement[5]. A l’en croire, la déclaration de guerre, le 18 juillet 1870, heurte de plein fouet leurs travaux :

« M. Lemire, attaché à la collection zoologique de la Sorbonne, venu une première fois en 1869 avec moi en Bretagne, MM. Perrier et d’Astre, agrégés de l’Université, M. Giard, ancien élève de l’école normale, et moi étions à peine installés en juillet et août 1870 que les événements qui se précipitaient nous dispersèrent. »[6]

Malheureusement, le texte ne dit rien de la chronologie fine selon laquelle s’enchaînent les événements. De la même manière, on ne sait rien des lieux de dispersion de ces zoologistes : cherchent-ils à gagner Paris pour rejoindre leurs familles et leurs collections ? Ou au contraire, la capitale agit-elle comme un repoussoir du fait de l’avancée allemande ? La proclamation de la République, le 4 septembre 1870, influe-t-elle sur le comportement de ces scientifiques, de même que, quelques mois plus tard, la Commune de Paris ? Autant de questions pour l’heure sans réponse… et qui contredisent la version donnée par l’historien B. Dayrat pour qui Henri de Lacaze-Duthiers aurait passé cet été 1870 à Roscoff, en l’auberge du Pigeon Blanc, actuellement Hôtel Le Temps de vivre, et en compagnie de trois de ses étudiants dont Alfred Giard, qui resterait même en Bretagne jusqu’en novembre 1870[7]. Une chose néanmoins est certaine : contrairement à ce que voudrait suggérer une certaine mémoire victimaire bretonne, la péninsule armoricaine n’est alors pas coupée du monde. Roscoff et ses savants parisiens viennent au contraire rappeler combien il importe d’insérer cet espace dans une histoire connectée, globale.

Mieux, pour l’intellectuel qu’est Henri de Lacaze-Duthiers, le port léonard est une référence à partir de laquelle forger une expertise scientifique conçue, manifestement, par l’intermédiaire du prisme national, pour ne pas dire patriotique : « La station de Roscoff que j’avais appris à connaître dans deux voyages précédents (1868 et 1869) me paraissait si fertile en toutes choses, que je voulais la prendre comme type, en faire la faune locale, puis étendre aux localités importantes de nos côtes cette étude et comparativement d’années en années commencer à faire paraître une histoire zoologique de notre littoral, histoire dans laquelle chacun de nous eût apporté sa part respective et distincte d’observations d’originalité et de travail »[8].

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Curieuse formulation puisque la Station biologique de Roscoff n’est véritablement créée qu’en 1872. Ajoutons d’ailleurs qu’il s’agit à l’époque d’une institution pionnière puisqu’il n’en existe alors que 5 dans le monde, dont une à Concarneau, fondée en 1859[9]. Avant cela, Henri de Lacaze-Duthiers installe son laboratoire dans une

« maison neuve, meublée simplement, commode et bien située ; elle est entre la grève et la place de l’Église ; ses deux façades sont exposées au midi et au nord, et l’éclairage, chose importante pour les études, est par conséquent excellent. Le nombre de chambres à donner est de six ; il y a de plus deux petits cabinets qui peuvent servir à recevoir des personnes dont le genre de travail ne nécessite pas une installation considérable d’instruments.

Au rez-de-chaussée est un grand salon où l’on peut se réunir et où se trouvent la bibliothèque, les instruments qui, d’un usage peu fréquent n’ont pas été placés dans chaque chambre : les thermomètres, les baromètres, les balances, tout un outillage d’histologie, les réactifs, etc. »[10]

Une telle description est intéressante à plus d’un égard. En effet, ce matériel ne doit certainement pas passer inaperçu, ce d’autant plus que l’on sait que le trajet en train pour rallier Brest au départ de Paris est long : plus de 16 heures[11]. C’est donc au vu et au su de tout le monde que ces scientifiques arrivent en pays léonard et sans doute bénéficient-ils d’un certain nombre de complicités locales, tant du point de vue logistique que pour leurs recherches. Peut-être même que certains pêcheurs viennent leur apporter des spécimens intéressants ? En tout cas, jamais la barrière que pourrait constituer la langue n’est invoquée pour justifier la moindre difficulté. Décrivant l’aquarium qui est entreposé dans le jardin de la maison, Henri de Lacaze-Duthiers mentionne ses « matelots » qui le remplissent « à l’aide d’une excellente pompe » [12]. Il en est de même lorsque le savant évoque l’embarcation et « son équipage suffisants pour faire exécuter des dragages à plus de profondeur et plus au large »[13]. Autant d’opérations qui exigent un haut degré de compréhension et attestent, à n’en pas douter tant il est certain que le recrutement de ces hommes est local, du bilinguisme des roscovites d’alors. Non pas bien entendu que le breton ait à l’époque disparu. Mais le français, lui, est manifestement (très) bien connu.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Et quid des ustensiles scientifiques pendant l’été 1870, alors que la guerre est déclarée et que l’équipe de zoologistes établie à Roscoff quitte la péninsule armoricaine ? Ces instruments restent-ils dans le port léonard, lieu qui a pu être considéré comme sûr, à l’instar de Brest par exemple, ou sont-ils au contraire rapatriés, probablement à Paris ? Là encore, les archives ne nous permettent pas de le savoir.

Toujours est-il que les conditions de travail semblent particulièrement confortables à Roscoff :

« Entre la mer et la maison est un jardin avec terrasse et une porte s’ouvrant sur la grève, ce qui permet d’avoir l’eau et les animaux avec la plus grande facilité. Plus d’un travailleur descend de sa chambre directement à la mer basse pour avoir quelques échantillons dans l’état qu’il choisit lui-même. […] La bibliothèque renferme les ouvrages de spécification les plus importants, surtout ceux qui nous font connaître les espèces des côtes d’Angleterre. »[14]

Sans doute est-ce d’ailleurs pour une large partie ce qui explique le succès de ce site, devenu l’un des haut-lieux de la recherche en zoologie marine. Une station qui rappelle également que Roscoff et le pays léonard ne sont jamais déconnectés de l’actualité même si les temporalités peuvent diverger, comme la montré l’historien P. Boulland à propos de 1958 et de l’implantation de la bibliothécaire du CNRS et militante communiste Andrée Moat[15].


[1] Lacaze-Duthiers, Henri de, « Avertissement », Archives de zoologie expérimentale et générale, Tome Premier, Paris, Librairie Germer Baillere, 1872, p. V.

[2] Ibid., p. V et VI.

[3] Il semble toutefois d’après Debaz, Josquin, Une histoire de la station biologie marine de Roscoff (1872-1921), 2004, halshs00380634f qu’Henri Lacaze-Duthier ne soit pas dupe de ces enjeux et voit même en la République un facteur d’opportunité professionnelle.

[4] Debaz, Josquin, Une histoire de la station…, op. cit ; Dayrat, Benoît, « Henri de Lacaze-Duthiers and the creation of the Laboratoire de zoologie expérimentale, Roscoff, France », Revue d’histoire des sciences, Tome 69, 2016-2.

[5] Archives de zoologie expérimentale…, op. cit., « notes et revues », p. XXI et XXIII.

[6] Ibid., « notes et revues », p. V.

[7] Dayrat, Benoît, « Henri de Lacaze-Duthiers… », art. cit., p. 351-352. Nulle archive que nous avons pu consulter ne vient confirmer cette version des faits.

[8] Archives de zoologie expérimentale…, op. cit., « notes et revues », p. V.

[9] Dayrat, Benoît, « Henri de Lacaze-Duthiers… », art. cit., p. 336.

[10] « Le Laboratoire de zoologie expérimentale de Roscoff », Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des Sciences,1874, tome 79, p. 1456-1457.

[11] Studeny, Christophe, « Une histoire de la vitesse : le temps du voyage », in Hubert, Michel, Montulet, Bertrand, Jemelin, Christophe et Schmitz, Serge (dir.), Mobilités et temporalités, Bruxelles, Pesses de l’Université Saint-Louis, 2005, tableau n°1.

[12] « Le Laboratoire de zoologie… », art. cit., p. 1457.

[13] Ibid, p. 1458.

[14] Ibid, p. 1457.

[15] Boulland, Paul, « Devenir une militante locale en pays étranger. Andrée Moat, de Paris à Roscoff : une militante communiste dans l’année 1958 », in Le Gall, Erwan et Prigent, François, C’était 1958 en Bretagne. Pour une histoire locale de la France, Rennes, Editions Goater, 2018, p. 74-95.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.