Tombes militaires dans le cimetière de Chalons, 20 septembre 1915. La Contemporaine : VAL 092/051.

Divisions d’élite et approches cliométriques de l’histoire

Dans la soirée du 23 avril 2021, S. Tororov a profité d’une conversation initiée sur twitter par le compte 1 jour 1 poilu pour présenter un jeu de données compilées à partir de l’indexation collaborative des fiches de morts pour la France. A l’en croire, ces éléments montreraient « un pattern très fort d’unités d’élite », position qui contrevient à ce qui est généralement admis par l’historiographie. Or non seulement cette idée ne tient pas une seule seconde la route, ce que je démontrerai dans les lignes qui suivent, mais cette manière de procéder me parait relever d’une méthode d’autant plus inquiétante qu’elle a manifestement de plus en plus pignon sur rue.

Mais avant d’entrer dans le vif du sujet, il nous faut d’abord dire quelques mots de la source employée par S. Tororov, à savoir les fiches de morts pour la France. En premier lieu, il convient de rappeler qu’il s’agit d’une archive d’après-guerre constituée non dans un but d’écriture de l’histoire du premier conflit mondial mais dans une intention mémorielle et sociale. L’obtention ou non de la mention « mort pour la France » permet en effet l’octroi, ou non, d’aides sociales[1]. C’est là un biais qu’il convient d’avoir à l’esprit et qui, déjà, aurait dû alerter S. Tororov : tous les individus figurant sur la base présente sur le site Mémoire des hommes ne sont pas morts au front, au combat, loin de là. Mentionnons ainsi l’exemple de Louise de Bettignies, espionne française au service des Britanniques, décédée en captivité en Allemagne et déclarée morte pour la France le 23 juillet 2014 :  tragique, son destin rappelle que la base de données est régie moins par des impératifs d’écriture de l’histoire que de reconnaissance et de perpétuation du souvenir. De même, dans le cadre de mes recherches sur le 47e RI de Saint-Malo, j’avais mis en évidence au début des années 2010 le cas d’Auguste Corbinais, mort pour la France sous l’uniforme de cette unité le 4 septembre 1917 mais dans un accident de voiture à Saint-Malo, alors qu’il officiait en tant que conducteur au service de la place[2]. Deux exemples qui auraient dû inciter à la prudence et qui, indéniablement, montrent que la base de données des morts pour la France présente sur le site Mémoire des hommes ne peut être considérée comme un strict décalque de la mortalité au combat pendant la Première Guerre mondiale.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Pour autant, cela ne signifie pas que l’on ne peut pas travailler à partir de ce thésaurus, bien au contraire. Mais, là encore, quelques précautions d’emploi s’imposent, au risque de faire n’importe quoi. L’entrée par « type de mort » s’avère à cet égard cruciale. En pratique, nombre de ces catégories peuvent en effet poser problème et, à terme, fausser les résultats. Prenons l’exemple, pour rester dans le cadre du 47e RI, une unité que je connais bien pour lui avoir consacrée ma thèse de doctorat, de Léon Audrain, un soldat de 1e classe originaire de Sévignac dans les Côtes-du-Nord et reconnu mort pour la France à La Loupe, en Eure-et-Loir, le 4 avril 1915, des suites d’une « maladie en service ». En l’occurrence des « complications pulmonaires » qui font penser à une tuberculose. En quoi cette pathologie pourrait nous renseigner sur la présence ou non d’hypothétiques divisions d’élite pendant la Grande Guerre ? Non seulement on ne sait même pas, au juste, de quoi décède cet homme mais même si l’hypothèse de la tuberculose devait être retenue, rien ne dit qu’elle a été effectivement contractée aux tranchées. Il n’est donc pas certain que ce cas nous renseigne quant à l’expérience de guerre et l’hygiène épouvantable régnant sur le champ de bataille. Et quid également de l’épidémie de grippe espagnole : frappe-t-elle en priorité certaines divisions plutôt que d’autres ou la contagion procède-t-elle au hasard des flux humains ? Le cas des blessures est encore plus pernicieux : la source nous indique que tel homme est décédé tel jour dans tel hôpital complémentaire ou auxiliaire mais ne donne pas la date du jour où il a été atteint. Or, fondamentalement, c’est cette information qui nous importe. Et je ne parle pas du cas des disparus, par définition nébuleux[3]. C’est pour toutes ces raisons que seule la catégorie des « tués à l’ennemi » peut être utilisée pour qui souhaite travailler, à partir du fichier des morts pour la France indexé par le défi 1 jour 1 poilu, sur la mortalité pendant la Première Guerre mondiale et sur des thématiques se rapportant plus spécifiquement au combat et à ses modalités.

Il n’est, je pense, pas utile de revenir outre mesure sur les arguments développés par S. Tororov. A l’en croire, on choisirait certaines unités pour servir dans des « secteurs importants » tant pour l’offensive que la défensive. Outre que l’idée de victoire défensive est une aporie de la Grande Guerre, cela impliquerait que les états-majors savent à l’avance où et quand va attaquer l’ennemi… ce qui bien évidemment ne tient pas une seule seconde la route. D’où l’importance qu’il y a à déconstruire les discours relatifs à l’excellence des corps de troupe ou « l’élite » à laquelle appartiendrait telle ou telle unité. A-t-on d’ailleurs déjà vu un régiment se présenter comme une unité de crosses en l’air ? C’est d’esprit de corps, de ciment culturel pour favoriser une meilleure cohésion des rangs, dont il s’agit ici ; une réalité du reste déjà parfaitement soulignée par l’historien A. Watson[4].

Plus intéressant en revanche est la manière de procéder de S. Tororov. En effet, il a répertorié, dans un impressionnant fichier Excel qu’il a eu l’obligeance de partager sur twitter, les pertes – avec donc toutes les remarquées formulées plus haut sur ce qu’elles englobent – quotidiennes par divisions, corps d’armées et armées. Or si ce tableur interpelle tant, c’est qu’il révèle, avant toute autre chose, une profonde méconnaissance de l’armée française de la Grande Guerre et des multiples changements d’organigrammes qui, en fonction des besoins du moment, affectent plus ou moins temporairement telle ou telle division à tel ou tel corps d’armée voire armée. Il importe d’avoir à l’esprit que ces échelons renvoient en réalité moins à des affectations précises sur le terrain qu’à la nature profondément administrative, pour ne pas dire bureaucratique, de l’armée française de 1914-1918. Il est à cet égard intéressant de comparer les théâtres d’opérations sur lesquels sont employés les 19e et 20e DI – cette dernière étant celle du 47e RI – formant le 10e corps d’armée : à partir de 1916, les deux entités sont clairement disjointes, ce qui est à l’évidence de nature à questionner l’idée même de corps d’armée. Si celle-ci est assurément bien prégnante en 1914, tel n’est à l’évidence plus totalement le cas en 1918.

Une rue du village de Cortil-Mozet (nord de Fosse) pendant la bataille de Charleroi, le 22 août 1914. Dans la rue, le général Defforges, commandant le 10e CA et le général Comby, commandant la 37e DI, en conférence. La Contemporaine : VAL 477/132.
Une rue du village de Cortil-Mozet (nord de Fosse) pendant la bataille de Charleroi, le 22 août 1914. Dans la rue, le général Defforges, commandant le 10e CA et le général Comby, commandant la 37e DI, en conférence. La Contemporaine : VAL 477/132.

La perspective diachronique impose en effet de revenir à la réalité même du champ de bataille et de ne pas considérer comme unique terrain de réflexion un fichier Excel, aussi touffu soit-il. En réalité, tant les ordres de grandeur mobilisés par la Première Guerre mondiale que le warfare propre « au système tranchées » rendent impossible la tentative de calcul de S. Tororov[5]. Si learning curve il y a pendant le conflit – l’interrogation portant moins sur l’idée d’apprentissage que sur le dessin exact de la courbe – c’est bien dans l’abandon des « gros bataillons » de 1914, permanence rétinienne toute napoléonienne, et dans le passage à des groupes plus mobiles et toujours plus puissamment armés. Autrement dit et, comme expliqué précédemment, la guerre de positions entraine un phénomène de dilution des unités qui tendent de plus en plus à ressembler à des modèles gazeux rendant caduques les organigrammes de 1914, et donc la tentative de calcul de S. Tororov. Non pas que le rattachement à une division n’importe plus mais ceci a plus à voir avec des réalités logistiques – à savoir le nombre de rationnaires – que combattantes. Le cas des bataillons de marche est à cet égard particulièrement instructif[6]. Et qu’en est-il des éléments non-endivisionnés ? Comment S. Tororov compte-t-il les prendre en compte ?

L’écriture de l’histoire ne peut faire l’économie des variations d’échelles et si la perspective macro qu’autorisent les données collectées par l’intermédiaire du défi 1 jour 1 poilu constituent bien évidemment une grande opportunité pour le renouvellement des connaissances, celui-ci ne pourra advenir sans en passer aussi par un cadre micro-historique[7]. Car quelle place accorde le fichier Excel de S. Tororov aux coups de mains effectués par les corps francs, mode opératoire qui est à l’opposé même de l’idée de division d’élite[8] ? C’est ici une tactique proche de celle des gouttes de mercure qui est employée.

Ajoutons que l’adoption de cadres d’analyse strictement organiques – le régiment, la division, le corps d’armée… – a pour corolaire d’aplatir, de jeter dans l’ombre même, les distinctions interarmes. Or celles-ci, dans le cadre d’un combat moderne qui repose en grande partie sur l’efficacité de la liaison, plus encore avec le développement de l’arme aérienne, sont non seulement prépondérantes mais viennent considérablement nuancer l’idée « d’élite ». En effet, l’exemple du 47e RI montre combien l’infanterie est une armée aux antipodes de l’artillerie et du génie, jugées elles savantes. Le fantassin est lui, contrairement à l’artilleur ou au sapeur, considéré comme un ouvrier non spécialisé, interchangeable, en d’autres termes une simple poitrine réhaussée d’un Lebel et sans aucune compétence particulière[9].

Fantassins déjeunant dans les ruines de la ferme de la Bourdonnerie, au sud de Chavenay, 24 juillet 1918. La Contemporaine : VAL 086/023.
Fantassins déjeunant dans les ruines de la ferme de la Bourdonnerie, au sud de Chavenay, 24 juillet 1918. La Contemporaine : VAL 086/023.

Autre élément de méthode qui interroge, le calcul des journées de combat, notion qui n’a pas manqué de faire réagir sur twitter S. Agosto, spécialiste bien connu du 74e RI. Là encore, l’idée part de bonnes intentions mais se heurte à une réalité non prise en compte, celle du terrain émanant des archives. Dans les faits, il est impossible de déterminer ce qu’est ou non une journée ce combat. Comment en effet fixer la frontière entre ce qui relèverait ou non de cette catégorie ? Un simple coup de fusil ? Un seul – et pourquoi pas deux, ou même trois – tirs de 77 à heure fixe selon les principes du « live and let live system » mis en évidence par l’historien britannique T. Ashworth ?[10] Pendant la Grande Guerre, creuser une parallèle de départ ou gagner quelques mètres dans le cheminement d’une tranchée relève bel et bien d’un acte de combat. Inutile de surcroît de se livrer à de bien arbitraires et artificielles catégorisations : les journaux de marches et des opérations n’ayant en effet pour fonction que de consigner l’extraordinaire (certains coups de mains, les gros accrochages, les bombardements intenses, les tentatives repoussées ou non d’offensives…), l’ordinaire de la guerre nous échappe très largement et empêche par conséquent de tels calculs. Il est d’ailleurs à noter que le législateur ne s’y trompe pas au moment de décerner, à partir du mitan des années 1920, la carte du combattant : est en effet considéré comme tel non pas la personne pouvant témoigner de tant de jours de combats effectifs mais de 90 jours de présence dans une unité dite combattante ; c’est-à-dire présente au front mais non nécessairement en permanence en première ligne du fait de l’assolement triennal des tranchées qui caractérise la guerre de positions[11]. La nuance est peut-être subtile, mais elle est de taille.

Il y aurait d’ailleurs tout lieu d’interroger cette notion même de « journée de combat », de déconstruire ce discours afin de mieux cerner sa fonction. On sait en effet que l’évaluation des mutineries en termes de divisions contaminées relève d’une approche bien spécifique consistant à surévaluer sciemment le phénomène afin de mieux combattre « l’ennemi intérieur », bien souvent rouge, menaçant l’effort de guerre. Jamais une division, ni même un bataillon – soit, rappelons-le, environ un millier d’hommes – n’est entièrement mutiné. C’est bien pour cela qu’il importe d’également prendre en compte les « non-mutins », comme a pu le faire G. Haddad avec le 129e RI[12]. Si le nombre de journées de combat n’a, comme on vient de le démontrer, pas vraiment de sens à l’échelle d’une division, on voit en revanche assez rapidement tout l’intérêt d’un tel discours pour des pouvoirs politiques et militaires désireux de rassurer l’arrière quant aux qualités combattantes de l’armée. En d’autres termes, tout porte à croire qu’il y a dans cette idée un effet loupe qui a pu servir les intérêts de certains acteurs de l’époque. Une réalité qui devrait interroger quant à l’opportunité de son réemploi dans une perspective historienne.

Reste enfin à se demander sur ce qui fait, ou non, l’élite, celle-ci étant en définitive particulièrement difficile à mesurer. S’agit-il d’une élite par rapport aux critères d’évaluation de la troupe à la Belle époque ? Mais l’exemple du 47e RI montre que ceux-ci explosent dès les premiers combats en août 1914 ?[13] Et dans un tel raisonnement, quid des courbes d’apprentissage ? Ce que l’on sait du 47e RI, là encore, invite à être particulièrement mesuré à ce propos. Combattant à peu près au même endroit aux étés 1914 et 1918, de surcroît à chaque fois dans des configurations de type « terrain ouvert », l’unité témoigne toujours des mêmes difficultés : ravitaillement lacunaire, aveuglement sur le champ de bataille, liaison interarmes défaillante…[14]

Il n’y a donc rien à modifier à ce que Y. Lagadec écrivait en 2013 à la suite des travaux de M. Goya : si les 11e, 37e, 38e, 39e, 43e et 48e DI sont mieux entraînées et mieux équipées que les autres, ces divisions « de choc » engagées prioritairement dans des actions offensives ne relèvent en aucun cas d’une « élite »[15]. Cette idée est en effet incompatible avec l’égalitarisme républicain, cette sorte de pacte social passé entre l’Etat et les poilus pendant le conflit et impliquant une répartition équitable, ou tout du moins perçue comme telle, de l’impôt du sang. Elle contrevient de surcroît aux représentations mentales entourant les différentes armes, et notamment cette idée d’une infanterie dénuée de compétences spécifiques, comme le suggère l’exemple du 47e RI[16]. Ajoutons enfin qu’il y a un paradoxe assez flagrant dans la démarche de S. Tororov, procédé qui consiste à traquer l’excellence de certaines unités dans le nombre censément plus élevé de morts qu’elles déploreraient. Il me semble au contraire que le propre d’une unité d’élite est de laisser le moins possible d’hommes sur le champ de bataille…

Tombes militaires dans le cimetière de Chalons, 20 septembre 1915. La Contemporaine : VAL 092/060.
Tombes militaires dans le cimetière de Chalons, 20 septembre 1915. La Contemporaine : VAL 092/060.

Mais alors, pourquoi répondre à l’hypothèse formulée par S. Todorov? Parce qu’elle nous semble témoigner d’un mouvement affirmant que la manipulation de grosses bases de données offre mécaniquement la possibilité – comme dans une sorte de processus magique – d’apporter des réponses à des questionnements éminemment complexes et censément insolubles sans procéder de la sorte. Tout ceci, bien entendu, en faisant fi de la méthode historique, et accessoirement de décennies d’historiographie, comme si le chiffre surpassait allègrement le travail à partir d’archives et notamment le croisement des sources. C’est ainsi qu’à récemment émergé une « polémique » à propos d’un article parfaitement stupide de J. Cagé, A. Dagorret, P. Grosjean et S. Jha affirmant que les poilus ayant combattu à Verdun sous Pétain avaient eu statistiquement plus de chances de collaborer que ceux qui n’auraient pas eu ce redoutable honneur : une curieuse démonstration qui ne fait cas ni de la rotation des unités lors de cette bataille – la fameuse noria – ni des modalités du recrutement régimentaire, celui-ci n’opérant plus vraiment comme en 1914[17]. L’affirmation m’a parue tellement grotesque que je n’ai pas vraiment compris l’intérêt d’y répondre mais A.-S. Anglaret, T. Bruttmann, S. Gensburger, A. Loez et A. Prost ont décidé de relever le gant, d’abord dans une réponse publiée sur AOC, puis dans une réponse à la réponse formulée par J. Cagé & Co. répondant à la réponse d’A. Loez et alii., texte mis en ligne sur l’excellent carnet de recherche Devenir historien-ne. Tant mieux, ou peut-être pas, je ne sais pas : pourquoi initier une telle controverse et mettre ainsi dans la lumière des travaux qui ne le méritent pas ? C’est d’ailleurs bien ce principe qui m’avait conduit à ne pas répondre aux affirmations d’Henri Gilles publiées en 2014 dans la prestigieuse Revue économique, propos faisant suite à un texte publié quatre ans plus tôt dans un ouvrage beaucoup plus confidentiel et qui entendait revenir sur une vielle lune, celle des 240 000 morts bretons pendant la Grande Guerre[18]. Alors que les commémorations du centenaire débutaient, il n’avait pas apparu opportun d’user de l’effet Streisand. On pourrait également mentionner cet article d’A. Parent – décidément très versé dans ce type de démarches – et O. Guillot entendant démontrer le lien existant entre le temps de survie aux tranchées et les variables que sont le lieu de recrutement et le régiment d’affectation, ce qui revient peu ou prou d’ailleurs à reprendre le questionnement S. Tororov[19].

Le point commun de ces enquêtes ? Elles ne sont pas historiennes, étant véhiculées par des publications en celtique, en démographie ou encore en économie. Pis, elles témoignent d’une ignorance crasse de ce qu’est l’armée française de la Grande Guerre, A. Parent et O. Guillot avançant même l’idée de régiments « politiques », certains étant « blancs », « bleus » ou « rouges » en fonction du vote supposé de leurs garnisons respectives[20]. Si j’étais insolent, je leur poserais la question de l’abstention, que l’on sait forte avant le conflit

Arrivé à ce terme de la démonstration, on m’accusera bien volontiers de corporatisme. Je le dis clairement, n’ayant pas peur des mots et l’affirmant même avec force : c’est exactement de cela dont il s’agit. Non pas que l’étude de l’histoire n’appartiennent qu’aux historiens – comme si l’exercice du métier était assermenté et relevait d’un ordre. Il m’importe néanmoins de rappeler que celle-ci ne peut se passer d’une méthode, la méthode historique, c’est-à-dire un rigoureux travail à partir d’archives soumises à une double critique, interne et externe, ce qui implique un croisement permanent des sources. Bien évidemment, les possibilités offertes par le traitement numérique des données sont importantes et il ne s’agit nullement pour moi d’en nier la portée. Je crois d’ailleurs n’avoir pas trop à me justifier sur ce point, étant depuis le début un soutien fidèle du défi 1 jour 1 poilu. Mais cette approche cliométrique ne saurait agir à la manière d’un trou noir faisant table rase des travaux historiques passés. On l’a dit, la variation des échelles est chose essentielle en histoire et il faut savoir conjuguer le macro avec le micro, la division avec l’escouade. Il faut de surcroît savoir décloisonner les historiographies pour rendre compte de la complexité du social, un enjeu qu’illustre bien un parcours tel que celui de Guillaume Le Moal. Il faut enfin accepter d’en passer par les armées, ce qui suppose de comprendre a minima comment elles fonctionnent. Imagine-t-on une seconde faire de l’histoire politique sans porter le moindre intérêt aux partis ?

En première ligne, réfectoire d'une escouade du 114e régiment d'infanterie dans la ferme des Marquises, dans le secteur de Prunay, 8 juillet 1916. La Contemporaine : VAL 070/066.
En première ligne, réfectoire d’une escouade du 114e régiment d’infanterie dans la ferme des Marquises, dans le secteur de Prunay, 8 juillet 1916. La Contemporaine : VAL 070/066.

Dès lors, que préconiser ? Autrement dit, comment utiliser à l’avenir la base de données constituée à partir du programme d’indexation collaborative 1 jour 1 poilu ? Deux pistes de recherche émergent, non exclusives l’une de l’autre d’ailleurs. La première est globalement celle poursuivie dans le cadre de ma thèse de doctorat et consiste en un prolongement des fiches de morts pour la France par les fiches matricules de recrutement[21]. En d’autres termes, il s’agit de constituer une base de données compilant les informations contenues non plus sur une mais deux sources. Si la fiche de morts pour la France n’est pas, de l’aveu même d’O. Guillot et A. Parent du reste, sans présenter un certain nombre de limites, le recours à la fiche matricule permet d’en combler un bon nombre et de se livrer à une analyse beaucoup plus fine[22]. Ayant procédé de la sorte pour les 2 688 morts pour la France que déplore le 47e RI au titre de la Première Guerre mondiale, je suis bien placé pour savoir qu’une telle enquête requière un grand investissement chronologique. Avant de pouvoir réfléchir à l’échelle de divisions ou de corps d’armées, il faudra donc en passer par un nombre important de monographies régimentaires. Mais là est, à n’en pas douter, le préalable indispensable à une réflexion fine.

La seconde piste de recherche qui s’offre à qui s’intéresse à ces questions consiste à réfléchir non plus à partir d’unités déterminées mais de théâtres d’opérations. Il est frappant de voir combien les analyses cliométriques citées plus haut font peu de cas du terrain, comme si combattre en montagne était la même chose que mener une offensive en plaine. Quand on connait les difficultés qu’éprouve l’armée de 1914-1918 lorsqu’elle est confrontée à son environnement, des éléments comme la pleine lune ou une brume matinale pouvant s’avérer décisif dans le succès ou non d’une opération, on prend la mesure des biais rédhibitoires que comportent ces études. Or, ne pourrait-on pas imaginer, à partir des données collectées par le défi 1 jour 1 poilu, et pourquoi pas même enrichies des fiches matricules, des enquêtes qui tenteraient d’appréhender les pertes non pas en fonction d’armes ou d’unités mais de théâtres d’opérations ? La grande stabilité du front entre l’automne 1914 et le printemps 1918 constitue de ce point de vue un atout non-négligeable. Quelle est l’évolution de la structuration des pertes dans le secteur d’Arras, par exemple, entre octobre 1914 et mars 1918 ? Comment peut-on, notamment, mesurer l’incidence du développement du feu sachant que la Première Guerre mondiale présente un étonnant paradoxe : plus les armes sont puissantes et perfectionnées, moins elles sont mortelles puisque c’est pendant les trois premiers mois du conflit que l’on enregistre les pertes les plus importantes (ce que l’on sait du reste depuis le rapport Marin et que le défi 1 jour 1 poilu a permis de confirmer)[23] ? Une telle enquête n’a, à notre connaissance, pour l’heure jamais été menée. Il y a bien la thèse de M. Mathieu sur les cantons de Révigny-sur-Ornain et Vaubécourt, dans la Meuse, mais malheureusement celle-ci n’empreinte pas cette voie quantitative[24]. Là encore, de telles recherches sont éminemment chronophages. Avant de pouvoir analyser le théâtre d’opérations de Verdun sur la période 1914-1918, puis de comparer ces résultats avec ce que l’on peut observer dans la Somme, sur le Chemin des Dames ou encore en Champagne (sans même parler d’espaces plus lointains comme le front d’Orient), il faudra en passer par un certain nombre de micro-enquêtes se focalisant sur telle ou telle micro-portion du champ de bataille. Bref, tout le contraire de cette cliométrie sur coussin d’air, pour faire référence à une célèbre expression de l’historien moderniste A. Croix. Mais encore faudrait-il, pour cela, que l’on puisse disposer d’une direction scientifique permettant de coordonner les efforts, d’organiser le collectif afin que puissent progresser les connaissances.


[1] Pour de plus amples développements on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, « Saint-Malo, la Bretagne, la France : des multiples inscriptions territoriales du 47e régiment d’infanterie »,in Bourlet, Michaël, Lagadec, Yann et Le Gall, Erwan (dir.), Petites patries dans la Grande Guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, p. 63-89.

[2] Le Gall, Erwan, Une entrée en guerre. Le 47e régiment d’infanterie de Saint-Malo au combat (août 1914 – juillet 1915), Talmont-Saint-Hilaire, éditions CODEX, 2014, chapitre II, p. 48.

[3] Pour de plus amples réflexions sur le cas des disparus et pour rester dans le cadre du 47e RI, se rapporter à Le Gall, Erwan, La courte Grande Guerre de Jean Morin, Spézet, Coop Breizh, 2014.

[4] Watson, Alexander, Enduring the Great War, Combat, Morale and Collapse in the German and British Armies, 1914-1918, Cambridge, Cambridge University Press, 2009, p. 63.

[5] Sur le « système tranchées » voir Cochet, François, Survivre au front. Les poilus entre contrainte et consentement, Saint-Cloud, SOTECA/14-18 Editons, 2005, p. 78 et suivantes.

[6] Sur ce point et toujours à propos du 47e RI je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, thèse de doctorat en histoire sous la direction de Capdevila, Luc, Rennes, Université Rennes 2, 2019, p. 29 et suivantes.

[7] Pour de plus amples développements épistémologiques Le Gall, Erwan avec Prigent, François, « Pour une histoire locale de la France », in Le Gall, Erwan et Prigent, François (dir.), C’était 1958 en Bretagne. Pour une histoire locale de la France, Rennes, Editions Goater, 2018, p. 8-17.

[8] Sur les coups de mains il convient de mentionner Chavaroche, Dimitri, « L’extraordinaire de la guerre. Le combat rapproché et le corps à corps sur le front de l’ouest pendant la première guerre mondiale », thèse doctorat d’histoire sous la direction d’Offenstadt, Nicolas et Aglan, Alya récemment soutenue mais que je n’ai pas encore lue.

[9] Pour de plus amples développements Le Gall, Erwan, Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale…, op. cit.

[10] Ashworth, Tony, Trench Warfare 1914-1918. The Live and Let Live System, London, Pan Books, 2000.

[11] Le Gall, Erwan, « La guerre comme série de mouvements ? Analyse à partir du cas 1914-1918 », En Envor, Revue d’histoire contemporaine en Bretagne, n°3, hiver 2014, en ligne.

[12] Haddad, Galit, « Le refus du refus en 1917. Les non-mutins du 129e régiment d’infanterie face aux soldats mutinés », Histoire@Politique. Politique, culture, société, n°6, septembre 2008, en ligne.

[13] Sur la question Le Gall, Erwan, Une entrée en guerre…, op. cit.

[14] Pour de plus amples développements Le Gall, Erwan, Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale…, op. cit.

[15] Lagadec, Yann, « L’Approche régionale, quelle pertinence ? Le cas des combattants bretons dans la Grande Guerre », in Bourlet, Michaël, Lagadec, Yann et Le Gall, Erwan (dir.), Petites patries dans la Grande Guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, p. 34.

[16] Pour de plus amples développements Le Gall, Erwan, Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale…, op. cit.

[17] Pour de plus amples développements Ibid.

[18] Gilles, Henry, Guironnet, Jean-Pascal et Parent, Antoine, « Géographie économique des morts de 14-18 en France », Revue économique, Vol. 65, 2014-3, p. 519-532 et GILLES, Henry, « La guerre 14-18 : les morts par département et par région », DENIS, Gwendal (dir.), Mémoire et trauma de la Grande Guerre, Catalogne, Corse, Euskadi, Occitanie, Rennes, Publications du CRBC / Rennes 2, 2010. p. 275-324. 

[19] Guillot, Olivier et Parent, Antoine, « Adieu la vie, adieu l’amour : analyse de temps de survie chez les soldats morts pour la France durant la Grande Guerre », Population, vol. 73, 2018-3, p. 433-465.

[20] Ibid.

[21] Le Gall, Erwan, Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale…, op. cit.

[22] Guillot, Olivier et Parent, Antoine, « Adieu la vie, adieu l’amour… », art. cit.

[23] Cochet, François, « Mourir au front et à l’arrière-front », in Homer, Isabelle et Penicaut, Emmanuel (dir.), Le Soldat et la mort dans la Grande Guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016, p. 27-40.

[24] Mathieu, Mickaël, Revigny-sur-Ornain, Vaubécourt et la Première Guerre mondiale : histoire et mémoire dans deux anciens cantons ruraux de la Meuse (1914-2018), thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Grandhomme, Jean-Noël, Nancy, Université de Lorraine, 2018.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.