L’aporie nationale du socialisme du XIXe siècle.

Centrée principalement sur l’Allemagne et l’Europe centrale, la vaste enquête que J.-N. Ducange consacre aux rapports qu’entretiennent les théoriciens socialistes du XIXe siècle – et non de la seule Belle époque comme suggéré abusivement dans le titre du volume, la part des soubresauts de 1848 étant ici prépondérante – n’a de prime abord qu’un rapport lointain avec le fait militaire et guerrier vécu de et en Bretagne entre 1860 et 1962[1]. Cela serait pourtant faire gravement fausse route que d’ignorer ce riche volume et ce pour deux raisons. En premier lieu parce que l’Allemagne socialiste rayonne alors sur toute l’Europe, et donc y compris sur la péninsule armoricaine comme le rappelle par exemple le parcours d’un Carle Bahon ; en second lieu parce que la guerre reste, quoi qu’on en dise, un fait politique décidé par le politique, dimension qui rend obligatoire le passage par l’histoire des idées.

La problématique de l’ouvrage est de cette simplicité qui fait les grands livres : comment le socialisme, doctrine par nature internationaliste, s’accorde de l’idée de nation ? Tout au fil de ces pages, J.-N. Ducange propose une analyse solidement étayée sur un corpus impressionnant de sources tout en balayant quelques idées reçues qui pourraient venir fausser la réflexion. Ainsi prend-il bien soin de préciser dès l’introduction du volume que l’internationalisme « n’est pas littéralement la négation du fait national mais un idéal de paix et coexistence entre les nations » (p. 10). Quant au socialisme, c’est bien évidemment dans toute sa pluralité et la multiplicité de ses débats doctrinaux qu’il est ici envisagé. Dès lors, l’auteur cherche à savoir s’il y a « une conception spécifiquement sociale-démocrate, socialiste, ou même de gauche (entendue ici comme englobant les organisations issues du mouvement ouvrier) de la nation » dans la mesure où s’agit d’un concept assez paradoxal puisque forgé par des élites « mais entretenant un rapport fort avec des appropriations populaires » (p. 11).

Estampe de Charles-Alexandre Mairet pour "La Nouvelle internationale", 1919. Musée d'art et d'histoire de la ville de Genève: E 93-0598.
Estampe de Charles-Alexandre Mairet pour « La Nouvelle internationale », 1919. Musée d’art et d’histoire de la ville de Genève: E 93-0598.

Passons outre les premiers chapitres du volume, propos mettant d’une part en évidence le pôle d’attraction que constitue pour le socialisme du XIXe siècle l’espace germanophone et rappelant, d’autre part, l’importance fondamentale du moment 1848. Non pas que ces pages ne soient pas intéressantes, bien au contraire, mais elles me semblent trop éloignées de la ligne éditoriale de ce carnet de recherche pour pouvoir être analysées (sans compter que n’étant nullement spécialiste de ces questions, je n’ai aucune compétence pour le faire). Contentons-nous juste de souligner combien elles contribuent à nuancer bien des idées reçues. C’est ainsi que J.-N. Ducange rappelle que (p. 24)

« Le célèbre ‘Manifeste du parti communiste‘ de Marx et Engels, publié en 1848, ne doit pas faire illusion. Le dépassement, voire l’abolition, de toute frontière nationale, exprimé à travers la fameuse formule Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !, demeure une ambition marginale à l’époque. »

Là est un point important pour ce qui nous préoccupe puisqu’il permet, par bien des égards, de comprendre le ralliement des gauches à l’Union sacrée en 1914. L’aura de la Révolution française – un imaginaire qui « fonctionne à plein » (p. 225) d’après J.-N. Ducage – est une réalité qu’il convient ainsi de pleinement prendre en compte. Cette ligne politique, c’est celle d’un Jean Jaurès (p. 227) :

« La nation peut être défendue car elle est républicaine ; nombre de socialistes n’ont aucun mal à se réapproprier le cri de Vive la nation ! de la bataille de Valmy en 1792. Le socialisme prolonge la Révolution et la République. »

Difficile de ne pas penser, dans ce cadre, à un Robert Hertz dont l’engagement dans l’effort de guerre est indissociable, d’une part, d’un mécanisme de patriotisme défensif faisant fi de tout internationalisme, d’autre part d’une protoculture de guerre où la levée en masse tient une place éminente[2].

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

En revenant sur l’été 1870, l’ouvrage met d’ailleurs en évidence une réalité qu’il est difficile de ne pas voir comme des prémices de ce qui advient 44 ans plus tard. Si August Bebel et Wilhelm Liebknecht refusent de voter les crédits de guerre, tous les socialistes n’adoptent pas la même ligne : « Rosser les Français, comme le dit Marx lui-même, pourra permettre de développer le mouvement ouvrier allemand, désormais considéré comme central et seul porteur d’avenir » (p. 44). Un autre socialiste se réjouit pour sa part « de chaque victoire de la Prusse, car ce sont ces victoires qui permettront la chute du pouvoir napoléonien et la naissance de la république sociale là-bas » (p. 46). Autrement dit, si la nation n’est pas nécessairement une idée pensée par le socialisme, elle est un cadre quotidien d’action que vient renforcer, en Allemagne, la proclamation de la République le 4 septembre 1870 puis le déclenchement de la commune de Paris, le 18 mars 1871, une date renvoyant explicitement au déclenchement du Printemps des peuples, le 18 mars 1848 à Berlin (p. 46). On le voit, les dates constituent un matériau souple, aisément malléable, qui en l’occurrence « permet d’affirmer une forte identité internationaliste et socialiste, tout en l’ancrant dans l’univers national » (p. 145). L’internationalisme devient alors une référence culturelle, une mémoire sollicitée comme un outil politique devant répondre aux enjeux du temps présent (p. 56) :

« Il est rare qu’un congrès socialiste ne se termine pas par des déclarations internationalistes. Celles-ci ne sont que rarement abstraites et envoient un message ciblé à des militants de certains pays. Au congrès de Gotha de 1875 qui marque l’unification des courants du mouvement ouvrier allemand, la fraternité proclamée est avant tout destinée à la France, en raison de la vive impression laissée par la Commune de Paris. Emblème ravivant la tradition révolutionnaire française, elle sert à affirmer que, par-delà les antagonismes issus de la guerre de 1870, existent des liens franco-allemands que seul le mouvement ouvrier est en capacité de défendre. »

En 1896, lors du congrès de Londres, le soutien à l’indépendance de la Pologne résulte en réalité d’une triangulation visant, in fine, à déstabiliser l’empire russe (p. 61-62). C’est d’ailleurs la même réalité qui pousse un certain nombre de socialistes à soutenir en 1905 le cap nippon, en « espérant qu’il mette fin au régime russe » et ce malgré les ambitions coréennes et chinoises du Japon (p. 195).

C’est cette même logique qui conduit à proposer une « contre-histoire », réponse socialiste aux romans nationaux fleurissant au même moment sur le continent (p. 135). Mais, là encore, cet exercice « d’histoire populaire » est indissociable de sa fonction d’outil politique du temps présent, une dimension qui conduit assurément à reléguer ce genre plus du côté de la mémoire que de la discipline scientifique que nous entendons, pour notre part, exercer : « Pour justifier les combats contemporains, il était nécessaire de se réapproprier le rôle de glorieux prédécesseurs, susceptibles de faire contrepoids aux histoires officielles portées par les classes dominantes » (p. 135). Il s’agit en effet pour ce que J.-N. Ducange assimile à « une histoire de type nouveau » (p. 171) de « légitimer son combat actuel par une recherche de ses précurseurs à l’échelle de plusieurs siècles » (p. 172).

On pourra toujours objecter que l’histoire populaire n’est pas nécessairement socialiste, en témoigne par exemple celle que Léonce Rousset consacre à la guerre de 1870-1871. De même, il n’est pas certain que l’Histoire socialiste de la France contemporaine composée par Jean Jaurès (p. 173) soit complètement populaire en termes d’accessibilité du texte, ou même de prix. Il n’en demeure pas moins que, dans une perspective gramscienne, l’enjeu est de taille puisqu’il s’agit ni plus ni moins que d’une « bataille pour l’hégémonie culturelle » (p. 137). J.-N. Ducange met alors l’accent sur les pratiques commémoratives, alors en plein essor, et rappelle que mises en œuvre par la gauche sociale-démocrate, elles ont moins pour but de célébrer un événement ou un personnage historique que de constituer une démonstration de force (p. 143). Ce faisant se retrouve-là une constante de l’entrepreneur de mémoire dont le travail est toujours plus jugé par le prisme d’un succès quantitatif que par son aptitude à interférer sur les représentations mentales en vigueur. Une réalité soulignée il y a peu par S. Pérégo à propos des commémorations de la Shoah dans le monde juif parisien[3].

Les tenants d’un refus de l’identité nationale, autrement dit les partisans d’un internationalisme « sans patrie ni frontières » (p. 140) sont, eux, peu nombreux. Et clairement minoritaires. Citons toutefois et pour mémoire Rosa Luxembourg qui réfute jusqu’au principe d’une « guerre défensive » (p. 234), ligne de conduite à laquelle elle reste fidèle même après le dénouement tragique de la crise de Sarajevo (p. 246). J.N. Ducange rappelle néanmoins que la ligne majoritaire est, à l’été 1914, que « fidélité au socialisme et attachement aux intérêts nationaux sont pensés conjointement par une grande partie des acteurs, mettant entre parenthèses les déclarations antimilitaristes (p. 243). Du coup, il convient de ne pas se tromper de registre discursif quant à la Burgfrieden (p. 243):

« Catastrophe, effondrement, voire trahison, de l’Internationale qui n’a rien fait pour empêcher la guerre, comme l’affirment par exemple les dirigeants bolcheviks ? Au fond, répondre à cette question est une affaire de jugement politique. Historiquement, le sentiment qui se dégage dans les sources des premiers jours d’août montre que notamment pour des personnalités comme [Victor] Adler, le conflit peut être une nouvelle occasion historique de rapprocher Autrichiens et Allemands. Un même peuple pour un même ensemble allemand devient à nouveau un horizon envisageable. Le vieux rêve de 1848 a assurément pesé. Il semble désormais à portée de main. »

De la même manière, la question coloniale ne préoccupe pas outre-mesure les socialistes. J.-N. Ducange propose toutefois dans cet ouvrage une analyse se voulant différente, plus nuancée, que celles produites par des historiens comme O. Le Cour Grandmaison (p. 181). Si Karl Marx reste un penseur « largement ethnocentré et européocentré », celui-ci serait plus sensible que ce que l’on a bien voulu dire aux mondes extra-européens (p. 182). Mais, là encore, l’empire est moins une notion construite qu’un cadre d’action. Si le socialisme allemand fait indéniablement un pari colonial (p. 188 et suivantes), celui-ci ne saurait être assimilé au colonialisme de la bourgeoisie : c’est bien l’idée d’un empire socialiste qui est avancée lors du congrès de Paris en 1900 (p. 190). Mais il n’en demeure pas moins que « le malaise sur ce terrain est palpable » comme le montre l’exemple de Jean Jaurès (p. 194) :

« S’il ne propose pas une critique cohérente et théorisée de l’impérialisme, assurément ses prises de position sont un encouragement à la critique de l’ordre colonial, qu’il soit assuré par la France ou les grandes puissances. Jaurès est un républicain légaliste, qui n’hésite pas à soutenir à plusieurs reprises des coalitions gouvernementales, à la différence de Guesde. Mais sur le terrain colonial, il se veut en quelque sorte républicain jusqu’au bout, reprenant l’élan anticolonial du premier Clemenceau qui avait croisé le fer avec Jules Ferry dans les années 1880. »

Une situation d’entre-deux qui permet de comprendre bien des trajectoires, à commencer par celle d’un Jean Janvier, futur maire de Rennes et vraisemblablement socialisant lors de sa prime jeunesse, avant d’effectuer son service militaire en Tunisie. Le socialisme d’alors reste un courant de pensée globalement eurocentré (p. 195) et si la révolution de 1905 en Russie ouvre « les représentations des espaces révolutionnaires » (p. 197), ceux-ci demeurent en l’espèce circonscrits à Moscou et Saint-Pétersbourg, non à Mourmansk ou Vladivostok.  

Carte postale. Musée de Bretagne: 980.0051.144.
Carte postale. Musée de Bretagne: 980.0051.144.

A l’échelle de la Bretagne, et tout particulièrement de ses langues, on comprend néanmoins assez rapidement quelle peut-être l’ambiguïté du matérialisme historique porté par les socialismes. Car vu d’Allemagne « la langue et le territoire fondent la nation » tandis que « nombre de spécificités culturelles et historiques apparaissent comme des résidus du passé » (p. 63). Dans ce cadre, l’allemand, l’anglais et le français apparaissent comme des « langues mondiales » (p. 86). Autrement dit, comme dans une sorte de scénario positiviste, l’internationalisme est compris comme un dépassement des nations faisant, force est de le constater, peu de cas des « petites patries ». D’où certaines tentatives pour forger une langue universelle, dont l’esperanto (p. 64).

D’une lecture pas toujours aisée car renvoyant à un certain nombre d’auteurs pas nécessairement très connus, cet ouvrage nous semble d’autant plus important à connaître qu’il ne tombe pas dans le piège classique d’une histoire des idées qui se limiterait aux débats intellectuels. Dans une veine qui n’est pas sans faire penser au formidable livre de P. Alayrac sur le congrès de Londres de 1896[4], J.-N. Ducange rappelle à propos de la création, en 1869, du Parti ouvrier social-démocrate allemand à Eisenach que (p. 37) :

« Un parti, ce ne sont pas que des idées, mais des pratiques concrètes, produits d’une infrastructure matérielle sans laquelle l’organisation ne pourrait survivre. Or, à côté des affirmations internationalistes, nombre de contributions reviennent sur les modalités effectives qui permettront à court terme de le faire fonctionner efficacement. Et sur cette question la délimitation – et par-là la définition – de la nation constitue un des points centraux de la nouvelle structure en gestation. »

Encore une fois l’histoire culturelle se révèle indissociable de l’approche sociale, et vice versa. S’il n’y a pas d’effort théorique à proprement parler socialiste sur l’idée de nation, « les délimitations de l’espace dans lequel les socialistes doivent exercer leurs activités constituent toujours un sujet majeur » (p. 58). De la même manière, les pratiques sont prises en compte lorsque vient le moment d’aborder le prisme colonial : « les préjugés, notamment sur les peuples africains, restent monnaie courante et les contacts concrets avec des populations colonisées demeurent quasi inexistants, hors de quelques figures asiatiques représentant encore des organisations embryonnaires » (p. 209).

Carte postale. Musée de Bretagne: 980.0051.146.
Carte postale. Musée de Bretagne: 980.0051.146.

On comprend dès lors mieux comment infuse, et notamment sous l’influence d’hommes comme Engelbert Pernerstorfer (p. 111 et suivants), la nationalisation du socialisme. En France, on connaît Jean Jaurès « enfant de l’école républicaine [qui] défend un patriotisme non nationaliste sans complexe ; inscrit dans une histoire longue de la République née en 1792 » (p. 228). D’où la cohérence qu’il y a à publier L’Armée nouvelle, même si cet ouvrage est reçu par la branche la plus internationaliste du SPD comme « une inadmissible compromission » (p. 233). On pourrait également évoquer le cas d’Auguste Blanqui pour qui « la France révolutionnaire doit guider l’humanité » (p. 215). J.-N. Ducange n’hésite d’ailleurs pas à affirmer à son propos que « son patriotisme, voire son nationalisme, ne fait aucun doute » (p. 215) : déjà, en décembre 1870, il se montre particulièrement virulent dans sa dénonciation de « l’envahisseur » allemand (p. (215-216).  Comment dès lors s’étonner que, tant en Allemagne qu’en Autriche-Hongrie, le ralliement en 1914 des socio-démocrates à l’effort de guerre puisse être perçu comme une victoire (p. 132) ? Dans le même temps, les références historiques – on a dit plus haut le poids de 1848 et de la Commune de Paris – peuvent également constituer des pierres d’achoppement car si la réussite du SPD invite à ériger l’Allemagne en modèle socialiste, l’ombre portée de 1789 contribue assurément à ériger la France en sérieux rival (p. 214). Là encore, la nation demeure, quoi qu’on en dise, un cadre difficilement dépassable. D’où l’impérieuse nécessité qu’il y à lire cet ouvrage qui, n’en doutons pas, fera date.


[1] Ducange, Jean-Numa, Quand la gauche pensait la nation. Nationalisme et socialisme à la Belle époque, Paris, Fayard, 2021. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Le Gall, Erwan, « Eriger 1870 en fondement d’une protoculture de la Première Guerre mondiale : l’exemple breton », En Envor, revue d’histoire contemporaine en Bretagne, n°4, été 2014, en ligne.

[3] Pérégo, Simon, « Conflictualité politique, identités partisanes et commémorations de la Shoah dans le mone juif parisien, 1944-1967 », in Bouchet, Renaud, Lecossois, Hélène, Letort, Delphine et Tison, Stéphane (dir.), Résurgences conflictuelles. Le travail de mémoire entre arts et histoire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021, p. 201-202.

[4] Alayrac, Pierre, L’Internationale au milieu du gué. De l’internationalisme socialiste au congrès de Londres (1896), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.


1 réflexion sur « L’aporie nationale du socialisme du XIXe siècle. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.