Dans un cimetière provisoire des environs d'Arras (détail). Carte postale, collection particulière.

A propos des pertes du 71e RI (août-octobre 1914)

Evaluer les pertes d’une unité de l’armée française au cours de la Première Guerre mondiale tient souvent de la gageure tant les sources sont difficiles d’emploi. Tel est du reste plus encore le cas lorsqu’on s’intéresse aux premiers mois du conflit, ceux qui sont caractérisés par les plus forts taux de pertes et de mortalité mais aussi par une guerre de mouvements qui ne facilite pas les choses[1]. Aussi est-ce pourquoi les chiffres que l’abbé Alphonse Lelivier, curé de Pordic mobilisé au 71e RI de Saint-Brieuc, donne dans ses carnets constituent une source qui ne peut qu’attirer l’attention. Sa fonction de cycliste devenue inutile par l’enlisement dans les tranchées, il est affecté au secrétariat du « lieutenant Bauduin pour faire le relever des pertes subies par le régiment depuis le commencement de la campagne »[2]. Autant dire donc que les données qu’il couche dans son carnet le 14 octobre 1914 sont celles qui, au sein du 71e RI, font alors foi. Pour autant, n’y aurait-il pas un intérêt à les confronter à celles des titulaires de la mention « Mort pour la France » qui ont été indexées tout au long du défi 1 Jour 1 Poilu sur le site Mémoire des hommes ? Les chiffres correspondent-ils ou au contraire font ils apparaitre d’importantes différences, et dans ce cas quelle signification leur attribuer ?

Précisons tout d’abord que le bilan humain de la campagne dressé par Alphonse Lelevier n’est pas le premier que réalise le 71e RI. Le journal des marches et des opérations de l’unité, à la date du 3 octobre 1914, évoque par exemple, pour cette seule journée, « 300 hommes blessés » et « 350 tués ou disparus »[3]. Engagé avec le reste du 10e corps d’armée dans la Course à la mer, le 71e RI combat au sud d’Arras, dans les environs de Mercatel, et essuie des pertes qui n’ont rien à envier aux plus sombres jours de l’été 1914. D’ailleurs, le rédacteur du JMO indique, à la date du 9 octobre 1914, que « l’effectif du régiment est de 18 officiers et 1 143 hommes »[4]. Des chiffres à comparer aux 3 335 sous-officiers et hommes du rang qui composent l’unité à la date du 2 août 1914, alors qu’elle se trouve encore en sa garnison briochine[5].

Soldat allemand dans les ruines de Mercatel, sans date. Collection particulière.
Soldat allemand dans les ruines de Mercatel, sans date. Collection particulière.

La nomination d’Alphonse Lelevier au secrétariat du sous-lieutenant Bauduin, officier chargé des détails au sein de l’état-major du 71e RI[6], intervient donc à un moment bien particulier pour l’unité : considérablement éprouvée, elle bénéficie de quelques jours de repos afin, notamment, de reconstituer ses rangs par l’adjonction de nouveaux effectifs. C’est ainsi par exemple que le JMO fait état d’un renfort de 3 officiers, 22 sous-officiers, 32 caporaux et 940 soldats – soit environ l’effectif d’un bataillon – à la date du 15 octobre 1914[7]. Pour autant, il n’en demeure pas moins que le sens de la mission confiée au curé de Pordic interroge. En une période aussi critique, c’est en effet le nombre d’hommes dans les rangs, poilus en mesure de prendre part au combat, qui importe véritablement. Les pertes sont certes une donnée importante mais elles n’en demeurent pas moins, du point de vue du potentiel militaire du régiment, relativement secondaires. En effet, ce ne sont ni les blessés, ni les disparus et encore moins les tués qui seront capables de repartir à l’assaut ou d’enrayer une nouvelle offensive allemande. Par ailleurs, il convient de bien avoir à l’esprit que l’on ignore tout de la manière dont Alphonse Lelevier parvient à dresser un tel bilan : avec quelles pièces travaille-t-il ? De quelle documentation dispose-t-il ? Bref, quel crédit apporter à ces chiffres ? Force est de constater que nous sommes incapables de répondre à ces questions.

Toujours est-il qu’Alphonse Lelevier présente un bilan assez détaillé des pertes dans son carnet, données qui ne sont du reste pas reproduites dans le JMO[8] :

TuésBlessesDisparus
5 officiers28 officiers11 officiers
3 sous-officiers82 sous-officiers26 sous-officiers
48 caporaux et soldats1 102 caporaux et soldats593 caporaux et soldats
Tableau 1 : Pertes du 71e RI présentées par Alphonse Lelevier dans son carnet. Chauou Guézou, Ewenn, Servir Dieu et la Patrie : l’expérience de guerre de l’abbé Lelevier à travers ses carnets (1914-1916), Mémoire de master 2 Histoire et Sciences sociales sous la direction de Lagadec, Yann, Rennes, Université Rennes 2, 2020, annexes, p. 48.

Il est difficile d’analyser ces chiffres. Certes, l’ampleur des pertes est manifeste puisqu’au total ce ne sont pas moins de 1 898 hommes qui sont hors de combat. Mais ce qui attire également l’attention, c’est la considérable incertitude qui en bien des cas entoure le sort exact de ces individus. Alphonse Lelevier recense ainsi 630 disparus, soit un tiers de l’effectif global des pertes. On se doute que cette ambiguïté – ces hommes sont-ils morts ou prisonniers ? – doit peser sur des esprits déjà passablement éreintés par deux mois de guerre.

Il n’en demeure pas moins que ce lourd bilan contraste singulièrement avec les données qui ont été indexées dans le cadre du défi 1 jour 1 poilu. Certes, il convient de rester prudent puisque les informations sont en cours de vérification, de nombreuses erreurs ayant pu être commises. Pour autant, il n’en demeure pas moins qu’à la date 4 octobre 2020, jour où ont été téléchargées ces données, la base Mémoire des hommes présente pour le 71e RI un bilan bien moindre que celui dressé le 14 octobre 1914 par Alphonse Lelevier[9]. En effet, le nombre des fantassins de ce régiment titulaires de la mention « Mort pour la France » pour la période courant du 1er août au 14 octobre 1914 est de 347.

Cimetière provisoire dans les environs d'Arras. Carte postale, collection particulière.
Cimetière provisoire dans les environs d’Arras. Carte postale, collection particulière.

Comment expliquer un tel delta ? Plusieurs pistes de réponse viennent à l’esprit. En premier lieu, il faut bien rappeler que les données ne sont pas encore totalement fiables – quand bien pourraient-elles l’être à 100%, l’incertitude régnant en maîtresse en ce domaine – et qu’un certain nombre d’erreurs, qui sont en train d’être corrigées par le webmestre de Mémoire des hommes, peuvent altérer les résultats. En second lieu, il nous faut insister sur les disparus. Si leur sort est inconnu en 1914, tous n’ont pas forcément été tués. Certains ont pu être capturés par les Allemands, d’autres ont pu survivre à leurs blessures.


[1] Prost, Antoine, « Compter les morts et les vivants, l’évaluation des pertes françaises de 1914-1918 », Le Mouvement social, n°222, 2008, p. 41-60 ; Cochet, François, « Mourir au front et à l’arrière-front », in Homer, Isabelle et Penicault, Emmanuel, Le soldat et la mort dans la Grande Guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016, p. 27-40. Pour une réflexion à l’échelle d’un régiment breton on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, La courte Grande Guerre de Jean Morin, Spézet, Coop Breizh, 2014.

[2] Chauou Guézou, Ewenn, Servir Dieu et la Patrie : l’expérience de guerre de l’abbé Lelevier à travers ses carnets (1914-1916), Mémoire de master 2 Histoire et Sciences sociales sous la direction de Lagadec, Yann, Rennes, Université Rennes 2, 2020, annexes, p. 48.

[3] SHD-DAT : 26 N 659/1, JMO 71e RI, 3 octobre 1914.

[4] SHD-DAT : 26 N 659/1, JMO 71e RI, 9 octobre 1914.

[5] SHD-DAT : 26 N 659/1, JMO 71e RI, 2 août 1914.

[6] SHD-DAT : 26 N 659/1, JMO 71e RI, 2 août 1914.

[7] SHD-DAT : 26 N 659/1, JMO 71e RI, 15 octobre 1914.

[8] Ceci n’aide pas à mieux cerner l’esprit de cette demande. S’agit-il d’un ordre passé à l’échelle de la division ou du corps d’armée ? Nous n’avons pas connaissance de telles instructions au 47e RI. Mais s’il s’agit d’une initiative individuelle, quel était le but poursuivi ? Là encore, les questions demeurent sans réponse.

[9] [https://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/article.php?laref=1380&titre=telechargement ǀ page consultée le 4 octobre 2020]



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2021, 22 avril). A propos des pertes du 71e RI (août-octobre 1914). Ar Brezel. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbnm

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.