La Résistance en ses frontières : Jade objet d’histoire ?

Faire l’histoire d’un réseau de résistance pendant la Seconde Guerre mondiale est chose éminemment difficile. Lorsqu’il s’agit en plus de Jade, structure à double blanche liée non à la France libre mais à l’Intelligence Service britannique (IS), et dont de nombreuses ramifications parcourent la Bretagne, la tâche est sans doute encore un peu plus ardue. C’est dire si la démarche entreprise par A. Kervella dans ce livre qu’il publie chez Nouveau monde éditions est complexe[1]. Le texte, semblable par bien des égards à un gigantesque kaléidoscope, le reflète pour partie et le lecteur peut parfois perdre pied face à la multitude de récits et de portraits qu’il recèle, comme dans une sorte d’interminable roman choral. C’est d’ailleurs, paradoxalement, ce qui fait la force de ce volume qui constituera, grâce à un judicieux index nominatif, qui aurait pu être doublé d’un index des lieux, un très utile outil de travail pour toutes celles et ceux dont les recherches portent justement sur la Seconde Guerre mondiale. Pour autant, il nous semble que cette enquête pâtit d’un manque de réflexion sur l’objet en lui-même.

Ecrire l’histoire de la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale ne va pas de soi. Les archives constituent en effet autant de pièges qu’il y a de pièces documentaires entre éléments constitués a posteriori en vue d’homologation de services (p. 94 notamment) et témoignages plus ou moins tardifs (un certain nombre d’entretiens sont menés par l’auteur lui-même à la fin des années 1990). Certains sont de surcroît à la fiabilité relative, comme ceux de l’inénarrable colonel Rémy (p. 47). A. Kervella en est pleinement conscient et avertit régulièrement le lecteur des difficultés d’une démarche qui consiste à faire l’histoire d’une structure clandestine à partir de sources postérieures à son existence. De plus, dépendant de l’IS, la reconnaissance de Jade se heurte à une mémoire qui entend magnifier les services des organisations françaises (p. 43). Dès lors, soit on recule devant la difficulté et au nom d’une certaine orthodoxie méthodologique, soit on décide de composer avec les obstacles et de procéder au cas par cas, entre Charybde et Scylla. C’est cette seconde voie qu’a choisie l’auteur, ce dont on ne peut que se (et le) féliciter : « Faire l’histoire d’un réseau oblige à concilier d’une part des reconstructions biographiques hétérogènes, souvent magnifiées par des idéalisations en style journalistique, et d’autre part des données événementielles qui, quant à elles, doivent tout simplement satisfaire à l’impératif de la vérification documentaire » (p. 101).

Carte de combattant volontaire de la Résistance. AERI / archives privées Lysiane Kittler.
Carte de combattant volontaire de la Résistance. AERI / archives privées Lysiane Kittler.

Pour autant, il nous semble important d’interroger la légitimité même de la démarche. En effet, le réseau de résistance en ce qu’il est une organisation qui, fondamentalement, émerge aux lendemains de la Libération lorsqu’un certain nombre d’acteurs vient revendiquer cartes et titres auprès de l’administration, est-il un objet pertinent de recherche ? N’est-il pas qu’une construction a posteriori sans véritable prise avec le vécu des individus qui, pour la plupart, ne découvrent leur affectation qu’après le conflit et ont simplement fait « de la résistance » pendant l’occupation, voire tout simplement « quelque chose » ? Ces réflexions ne sont bien entendu pas propres à Jade et l’on a en souvenir l’exemple d’un homme qui, pourtant résolument conservateur et fervent gaulliste, découvrira avec une certaine stupéfaction à la Libération qu’il avait opéré au sein d’un groupe Front national…[2] Dès lors, tenter de déterminer les contours d’une entité telle que Jade, essayer de radiographier une réticularité d’autant plus complexe qu’elle est en perpétuel mouvement, est-ce réellement pertinent sachant que, pour compliquer le tout, les structures se chevauchent ? Sans doute pour une part mais on doit avouer que sur ce point le livre d’A. Kervella nous laisse grandement sur notre faim.

L’auteur est néanmoins conscient de ces difficultés puisqu’il rappelle que les deux branches de Jade, à savoir d’une part Amicol, d’autre part Fitzroy, « seront homologuées à la libération chacune de son côté, sans retour à l’unité » (p. 93). Autrement dit, non seulement la structure est hétérogène mais traversée par un certain nombre de forces centrifuges. Amicol est la fusion, en 1942, de deux branches : Ami, contraction d’amiral, le pseudonyme de Philippe Keun qui est à l’origine d’un groupe rattaché à l’Intelligence service (IS) britannique et opérant autour de Toulon dès 1941, et Col, contraction de colonel, pseudonyme de Claude Arnould, lui aussi dans le giron de l’IS. Si Ami est plutôt focalisé sur les affaires maritimes, Col est globalement en charge du volet armée de terre (p. 39 et 93). Enfin en théorie puisque du papier au terrain il y a, comme toujours du reste, un monde. Fitzroy, qui serait une lointaine référence anglicisée aux Camelots du roi, regroupe la branche constituée par Claude Lamirault et Pierre Hentic (p. 93). En 1942, Fitzroy opère principalement au nord de la ligne de démarcation, Amicol au sud.

On mesure donc à ce rapide schéma que le réseau est une structure qui doit être pensée comme étant en croissance, germant à partir de noyaux individuels se rencontrant en des occasions multiples. Les lieux où se forgent le réseau, c’est-à-dire où se nouent les relations sociales – les contacts – sur lesquelles vont par la suite se construire les actions clandestines, sont des plus divers. Il peut s’agir de la cour de la caserne, pendant le service militaire, en l’occurrence celle du 27e bataillon de chasseurs alpins, en Haute-Savoie, uniforme sous lequel se rencontrent Claude Lamirault et Pierre Hentic, deux des fondateurs de Fitzroy (p. 20). Certaines ramifications peuvent se révéler alors parfaitement contrintuitives puisque c’est aussi au sein des services de Vichy que la structure récolte d’abord quelques renseignements avant de retourner des individus et de les transformer en agents (p. 38, 46). Des rendez-vous peuvent avoir dans des lieux incongrus comme ce bureau d’une biscuiterie à Nantes, filiale de la maison Lefèvre-Utile (p.156).

De là se pose également la question du centre, du point névralgique du réseau. En France occupée, celui-ci est fluctuant et si Bordeau, Lyon et Paris peuvent être des nœuds importants, la péninsule armoricaine se révèle rapidement incontournable. Mais cette géographie est mouvante. Ainsi, l’auteur marque qu’au tournant de 1942-1943 « s’opère le déplacement du centre de gravité du réseau vers Lyon, cela de façon assez complète pour Fitzroy et partielle pour Amicol » (p. 112), entité plus centrée sur Bordeaux (p. 136). Un résonnement en termes de centres de gravité qui ne prend visiblement pas en compte l’idée de point d’impulsion, pourtant essentielle. Dans le cadre de Jade, c’est Londres qui semble ici incontournable puisque c’est bien de la capitale britannique que part, par exemple, l’ordre de fusion entre Ami et Col (p. 67). Mais de l’ordre à sa réalisation il y a parfois un monde, ce que rappelle d’ailleurs clairement l’auteur (p. 91) :

« L’IS pousse à la mise en commun des énergies, parce que l’avantage envisagé est que les recoupements d’informations pourront être réalisés avec une efficacité accrue. Malheureusement, des incompatibilités de caractères, sans doute aussi des ambitions divergentes quand au commandement d’ensemble provoquent des heurts. »

Autrement dit, parce que la Résistance est avant tout chose humaine, elle résiste à sa mise en organigramme, cette cartographie ayant nécessairement quelque chose d’artificiel, de non-conforme à la réalité du terrain. Quid par exemple du sens du réseau ? Si celui-ci se comprend dans une relation essentiellement franco-britannique, symbolisée par de nombreux parachutages et opérations pick-up, force est de constater que certaines relations tissées avec l’Abwehr – indépendamment de la légende tressée autour de la figure de l’amiral Canaris, efficacement déconstruite dans l’ouvrage – montrent que les flux sont en réalité plus complexes (p. 407 notamment).

La réticularité d’un réseau peut être d’autant plus problématique que, la Résistance étant un syncrétisme, les structures peuvent se surajouter à des lignes de fractures préexistantes et temporairement passées sous silence[3]. A. Kervella le rappelle à juste titre quand il souligne « combien les nécessités du combat clandestin inclinent [Claude Lamirault, l’un des fondateurs de Jade] à oublier les querelles politiques d’autrefois » (p. 18).

Les frontières du réseau sont également très problématiques puisqu’elles peuvent grandement varier suivant la définition – plus ou moins naïve et conforme à la réalité du terrain – que l’on donne à la Résistance. Une idée centrale est notamment la gratuité des services rendus, notamment lorsqu’il s’agit de faire traverser la ligne de démarcation ou, par exemple, d’héberger momentanément un pilote allié. Mais si l’on s’en tient à cette stricte définition, quid des acteurs qui, plongés dans une activité clandestine de chaque instant, ne disposant donc de plus aucune ressource, sont alors recrutés comme agents permanents et donc rétribués par l’IS (p. 45) ? En d’autres termes, peut-on être Résistant professionnel ? Pourtant, le principe de disponibilité fonctionnelle montre combien la Résistance a à voir avec les métiers…[4] C’est ainsi « un service de faux papiers [qui] est alimenté par des employés de la préfecture de Nantes » (p. 151) ou des opérateurs du téléphone qui font dire à l’auteur que l’on « conçoit que la notion de réseau soit ici la plus facile à appliquer » (p. 150).

Plaque servant à la Résistance à fabriquer de faux cachet de l'Office département d 'Ille-et-Vilaine des mutilés, combattants et victimes de guerre. Musée de Bretagne: 2009.0023.3.
Plaque servant à la Résistance à fabriquer de faux cachet de l’Office département d ‘Ille-et-Vilaine des mutilés, combattants et victimes de guerre. Musée de Bretagne: 2009.0023.3.

Sans doute faut-il ici se départir des grands principes et aviser, encore une fois, au cas par cas en prenant en compte la réalité du terrain, celle d’un champ de bataille requérant « suffisamment d’argent liquide pour faciliter l’entrée définitive en clandestinité des agents les plus actifs, ceux qui ont quitté leur emploi et qui, s’ils n’étaient pas rémunérés, seraient dans un grand dénuement » (p. 61). En d’autres termes, si les archives de la répression ne sauraient constituer les sources uniques de l’histoire de la Résistance, on voit bien que celle-ci ne peut s’écrire en faisant fi de l’action de Vichy et de l’occupant. Autant d’éléments qui, en définitive, influent sur le périmètre du réseau.

En effet, les vagues d’arrestations constituent autant de paramètres portant non seulement atteinte à l’entité mais dessinant un univers fluctuant rendant, de fait, d’autant plus difficile l’entreprise cartographique. A. Kervella le dit d’ailleurs très justement : « n’importe quel réseau est à géométrie variable » et « aucun ne ressemble à un modèle prédéterminé » (p. 147). Il faut également compter avec les effets de conjoncture qui imposent certains redéploiements de forces. Ce sont par exemple ces aviateurs alliés tombés en France occupée qui contraignent à monter des filières d’exfiltration conférant à la Bretagne-nord, du fait de sa proximité avec la Grande-Bretagne, une importance considérable (p. 249). Mais si les frontières d’un réseau – et donc en fin de compte sa stricte géographie – sont aussi difficiles à déterminer c’est que les structures, en réalité, se chevauchent par le truchement des appartenances multiples. Le lecteur s’en rend d’ailleurs bien compte au travers du livre d’A. Kervella tant le propos ne se centre finalement pas que sur Jade mais fait intervenir Pat O’Leary (p. 80), Manipule (p. 154), Défense de la France (p. 157), Bordeaux-Loupiac (p. 249), Alliance (p. 263) et bien entendu Shelburn. Une énumération qui, notons-le, passe allègrement outre la distinction entre réseaux et mouvements, comme pour mieux nous interpeller quant aux limites de cet illusoire cloisonnement.

Celle-ci sont de deux ordres. Premièrement, tout dépend de la place qu’occupent les acteurs sur l’organigramme du réseau. Comme le rappelle fort justement A. Kervella, « les hommes du terrain restent souvent éloignés des rivalités d’appareil », assertion qui inviterait à postuler une « identité Jade » qui se diluerait au fur et à mesure que l’on s’éloignerait des centres névralgiques de l’organisation. Recoupant peu ou prou l’analyse en termes de cercles concentriques opérée par A. Aglan sur Libération-Nord, une telle hypothèse mériterait d’être testée[5]. En second lieu, la perspective diachronique est ici fondamentale tant la montée en régime de l’armée des ombres, la perspective du Jour J puis de la Libération influent sur les structures. L’auteur le dit d’ailleurs très bien, postulant une sorte de dilution du réseau dans l’ensemble plus vaste des Forces françaises de l’Intérieur (p. 346 pour la citation, voir aussi p. 423) :

« À partir de janvier 1944, les règles de cloisonnements entre réseaux et mouvements naguère distincts ne peuvent plus être respectées, où le sont beaucoup moins depuis 1940-1941. Les passerelles se multiplient. »

Et de souligner à juste titre que cette évolution offre « des possibilités accrues à la répression » (p. 346). D’ailleurs, qu’en est-il de l’idée de réseau lorsque les consignes reçues de Londres demandent à mettre Fitzroy en inactivité temporaire du fait de la répression ? Est-ce à dire que l’organisation n’existe plus puisque la Résistance est avant tout action ?

Groupe de soldats allemands. Rennes, hôtel Richelot, sans date. Musée de Bretagne: 982.0008.107.1.
Groupe de soldats allemands. Rennes, hôtel Richelot, sans date. Musée de Bretagne: 982.0008.107.1.

Là encore, l’auteur n’est pas dupe de l’exercice auquel il se livre et rappelle que « les réseaux ou les groupes en tant que tels peuvent être décrits comme des entités distinctes, alors que les individus passent parfois de l’un à l’autre, ou bien en servent deux à la fois » (p. 146). Pourtant, de manière du reste assez incompréhensible et comme s’il avait été subitement conscient d’une certaine impasse monographique, A. Kervella fait machine arrière comme une sorte d’autojustification du bien-fondé de son entreprise (p. 189) :

« La notion de réseau unique conserve sa pertinence, du simple fait que le travail commun réalisé précédemment a permis de consolider quelques affinités personnelles et d’envisager des soutiens réciproques dans des circonstances les nécessitant. Mais la séparation des instances de commandement a pour effet de séparer aussi les objectifs et les méthodes. »

Puis, quelques plages plus loin, l’auteur affirme que « le mot réseau ne peut vraiment trouver une réelle application qu’à partir du moment où les filières sont stables, les relais bien connectés » (p. 249), assertion entrant en contradiction fondamentale avec la structure instable œuvrant en un univers en perpétuel mouvement décrite, à fort juste titre, plus haut. En réalité, ce qui se noue là, et que l’auteur n’a pas été capable de mettre en évidence, est la classique dichotomie entre résistance organisation et résistance mouvement[6]. Or il nous semble que cette question aurait dû se poser au regard des effectifs mobilisés par l’enquête. Certes, l’auteur recense pour Jade 175 arrestations du 15 décembre 1943 la fin du mois de juillet 1944, ce qui est un chiffre bien évidemment considérable en termes de répression. Mais aussi lourd soit-il, un bilan tel que celui-ci n’aurait-il pas dû aussi être envisagé sous l’angle de la structure et des moyens humains dont elle dispose, ce qui revient là encore à réfléchir, c’est au choix, en termes de surface, de taille ou de frontière. A. Kervellla évoque 2 000 volontaires pour seulement 220 homologations au lendemain la guerre (p. 382). Sans compter que ces procédures peuvent être parfaitement artificielles, à l’image de ce groupe Panta affilié à Fitzroy (p. 367). Ces chiffres n’auraient-ils pas dû inviter à une réflexion plus détaillée ?

Mitraillette Sten, arme emblématique de la Résistance. Musée de Bretagne: 2009.0023.4.
Mitraillette Sten, arme emblématique de la Résistance. Musée de Bretagne: 2009.0023.4.

C’est un impératif de la démarche historique, et plus encore sans doute lorsque l’entreprise est monographique, que de déconstruire son sujet, que d’interroger sa pertinence. Dans le cadre d’un réseau de Résistance tel que Jade, il ne fait pas de doute pas que l’objet est légitime, ne serait-ce parce qu’on le retrouve régulièrement dans l’historiographie et que l’entité compte assurément parmi les acteurs importants de la Seconde Guerre mondiale. Mais c’est la notion de réseau qui aurait mérité d’être interrogée pour elle-même beaucoup plus profondément que ne l’a fait l’auteur. Aussi est-ce pourquoi cet ouvrage, qui rendra par ailleurs de nombreux services au titre d’instrument de travail, nous a quelque peu laissé sur notre faim. En attendant sur ce point de pouvoir lire la thèse de G. Pollack, enquête qui devrait permettre d’approfondir cette réflexion[7].


[1] Kervella, André, Le Réseau Jade. L’Intelligence Service britannique au cœur de la Résistance française (Paris, Bordeaux, Brest, Lyon…), Paris, Nouveau monde éditions, 2021. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Voir par ailleurs Parr, Alison, The Big Show. New Zealanders, D-Day and the War in Europe, Auckland, Auckland University Press, 2006, p. 199-200.

Sans doute le cas évoqué se rapporte-t-il par ailleurs à un parachutage mentionné rapidement à la page 76 du livre d’A. Kervella.

[3] Pour un exemple concret on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, « Des bricolages héroïques au syncrétisme du maquis de Plainville : la Résistance dans le Perche d’Eure-et-Loir, 1940-1944 », in Andrieu, René (Sous l’égide du comité scientifique de la Fédération des Amis du Perche présidé par), Le Perche de 1940 à 1945, Montligeon, Fédération des Amis du Perche, 2008, p. 145-185.

[4] Marcot, François, « Pour une sociologie de la Résistance : intentionnalité et fonctionnalité », in Prost, Antoine, La Résistance, une histoire sociale, Paris, Editions de l’Atelier, 1997, p. 21-41. Voir aussi Sainclivier, Jacqueline, La Résistance en Ille-et-Vilaine 1940-1944, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1993.

[5] Aglan, Alya, La Résistance sacrifiée. Le mouvement « Libération-Nord », Paris, Flammarion, 1999.

[6] Marcot, François, « Pour une sociologie de la Résistance… », art. cit.

[7] Pollack, Guillaume, À travers les frontières. La résistance des réseaux (1940-1945), thèse de doctorat d’histoire sous la direction d’Aglan, Alya, Paris, Université Paris Sorbonne, 2020.


6 réflexions sur « La Résistance en ses frontières : Jade objet d’histoire ? »

  1. Bonjour,
    vous n’avez pas mis en ligne mon dernier post qui se résumait en une seule phrase que voici : « Restons-en là, en effet. Les allusions biaisées ne font pas des arguments. » Je demande donc un droit de réponse, conformément aux usages.
    Vous mettez en effet en cause ma méthode et ma bonne foi. Pis encore, vous m’attribuez des méconnaissances qui semblent être les vôtres.
    Ce qui surprend, à la lecture de votre recension de mon ouvrage et des réponses à mes questions, est que vous vous estimez fondé à critiquer un livre, mais vous ne souhaitez pas que votre critique soit elle-même objet d’une interpellation. Cela ne témoigne guère d’une volonté d’échanges équilibrés. Vous interdisez à autrui ce que vous revendiquez pour vous-même. C’est bien ce qui apparaît aussi dans la recension que vous avez publiée sur le livre de Philippe Kerrand consacré au colonel Rémy.
    Votre discours consiste à osciller entre des satisfécits accordés à un auteur et des reproches, voire des jugements aussi négatifs que péremptoires. Vous répétez que l’histoire est complexe, mais votre manichéisme, lui, ne l’est pas.
    J’attire donc votre attention sur la notion de réseau dont vous faîtes grand cas. Vos métaphores spéculent sur un « centre », « une périphérie », un « point d’impulsion ». Vous estimez à cet égard qu’il existe une « dichotomie » entre un mouvement et un réseau.
    Sous votre signature, sans explicitation, ces métaphores sont si simplistes qu’on se demande bien ce que vous voulez signifier. Quiconque connaît la genèse des réseaux de résistance sait bien qu’il est impossible de les étudier à l’aide d’un seul modèle, et encore moins de tracer une ligne de partage « dichotomique » entre un mouvement et un réseau.
    Ce que je déplore donc, c’est votre silence délibéré sur ce qui vous gêne. Quand on vous demande de justifier vos assertions précipitées, vous recourez à des auteurs tiers comme pour vous donner une caution virtuelle. Un parapluie, en somme. En réalité, vous citez des concepts à la mode, parce que ça fait chic, à l’instar de la déconstruction dont vous semblez ignorer les débats épistémologiques que ce terme suscite. C’est un ornement formel appliqué à un discours rédigé à la va-comme-je-te-pousse. Le fond, quant à lui, manque de substance.

    1. Bonjour,
      J’ai effectivement pris la décision de ne pas publier votre dernier commentaire car j’ai estimé qu’il vous discréditait plus qu’autre chose. Vous souhaitez un « droit de réponse »: dont acte. Celui-ci achevant de vous disqualifier, il n’appellera aucun commentaire de ma part.
      Je vois par ailleurs que vous mobilisez votre réseau pour tenter de me discréditer: cela m’est parfaitement égal. J’observe juste que pour un spécialiste de la clandestinité et du renseignement, vous n’êtes pas très discret.
      Au plaisir de ne plus vous lire.

  2. C’est avec intérêt que j’ai pris connaissance de votre note de lecture de mon ouvrage consacré à Jade. Et je vous remercie de formuler un jugement globalement positif. Permettez-moi cependant d’émettre une réserve sur les questions de méthode. Vous auriez souhaité une réflexion sur la notion de réseau et la réalité qui peut y correspondre. C’est là un souhait légitime et vous semblez vous-même disposer critères définitionnels, notamment lorsque vous distinguez un réseau d’un mouvement. Dès lors, pourriez-vous me fournir des éclaircissements ? Ils intéresseront sans doute les lecteurs de ce blog. Il serait également enrichissant de savoir ce que vous entendez par « déconstruire un sujet » d’histoire. Comme vous le savez, je présume, la déconstruction est un concept de quelques grammairiens du 18e siècle, revisité par Derrida via Heidegger, et je me demande quel emploi on peut en faire dans le domaine de la recherche historique. Cordialement. – André KERVELLA

    1. Bonjour,

      En ce qui concerne la classique distinction entre réseau et mouvement, je vous suggère de consulter l’indispensable « Dictionnaire de la résistance » publié en 2006 sous la direction de C. Levisse-Touzé et B. Leroux.
      En ce qui concerne la déconstruction de l’objet dans une perspective monographique, je me permets de vous renvoyer à la classique « illusion biographique » de P. Bourdieu. Je ne sais si c’est la voie idéale mais c’est en tout cas celle que j’ai empruntée pour ma thèse.

      Cordialement.

      1. Merci pour votre réponse rapide. Quoique discutables, ces références « classiques » peuvent constituer en effet un implicite intéressant. Cependant, je vois un avantage pédagogique à ce que les lecteurs de ce blog sachent ce que vous entendez-vous-même par réseau et par mouvement. Cela permettrait de mieux comprendre le sens de votre commentaire, par ailleurs fort stimulant.
        Quant à Pierre Bourdieu, il ne parle pas de « déconstruire le sujet » (ni l’objet). Dans l’article que vous citez, il n’emploie pas ce terme. En outre, il entrelace deux perspective 1°) littéraire en focalisant sur les romans, 2°) sociologique en considérant le récit qu’un individu peut faire de sa vie ou qu’un témoin/enquêteur peut en faire aussi, par distanciation du premier. Que s’agirait-il de déconstruire ? Comme vous l’avez sans doute constaté, Bourdieu emploie d’ailleurs la notion de sujet de façon ambiguë. Tantôt c’est l’enquêteur sociologue, tandis que l’objet est l’enquêté ; tantôt c’est l’individu qui élabore son propre récit ou qu’un auteur choisit en personnage.
        Bien à vous.

        1. Là effectivement, je ne vais plus pouvoir faire grand chose. Si vous refusez de prendre en compte les acquis de l’historiographie de la Résistance d’une part, des sciences sociales d’autre part, la discussion risque de tourner court. Restons-en là je vous prie. Les lecteurs se feront une idée par eux-mêmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.